Navigation – Plan du site

La Côte d’Albâtre : usages et images d’une façade touristique oubliée

The Alabaster coast: customs and pictures of a forgotten tourist seashore
Costa de Albâtre : usos e imágenes de un litoral turístico olvidado
Barbara Évrard, Damien Féménias et Michel Bussi
p. 115-124

Résumés

Cet article étudie le sens et la place des activités récréatives du littoral haut-normand au regard de la faible attractivité touristique de ce territoire. Il s’agit de montrer combien, loin d’être un « territoire vide », la Côte d’Albâtre présente une diversité d’images, d’espaces récréatifs et d’usages le plus souvent mal connus. Le corpus est constitué de données qualitatives et quantitatives qui permettent d’analyser les dynamiques « ludosportives » de la côte et d’en comprendre les significations pour les usagers. Au-delà d’un inventaire des pratiques et des publics, cette contribution analyse le décalage entre les images et les usages au travers des différents types de sites (stations balnéaires, villes-ports, valleuses) du littoral haut-normand.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les sociétés modernes, le désir de rivage est le plus souvent symbolisé par une plage de sable inondée de soleil, bordée par une mer calme et translucide. La Côte d’Albâtre, qui longe la Manche sur 140 km entre Le Havre et Le Tréport, tranche avec cet imaginaire collectif de « la plage ». Ses 35 accès à la mer sont composés de plages de galets encaissées au pied des falaises, ou nichées au cœur de vallées sèches (ou valleuses) le plus souvent faiblement urbanisées, sinon sauvages. Lire et s’approprier ce paysage passe par un apprentissage de codes et de référents distincts de ceux de la « culture de masse » (Baudrillard, 1985). On n’y vient ni pour le soleil ni pour le sable, mais pour des lumières, des couleurs et la rusticité des éléments.

2Si ce bord de mer a perdu de l’attrait qu’il exerçait au milieu du XIXe siècle, âge d’or des bains de mer de Dieppe et des régates du Havre, il conserve, malgré tout, une originalité dans le paysage français (Clary, 1977). Étretat possède une renommée internationale et continue de drainer un important flux touristique. Le site du Havre, premier port français à l’entrée de la Manche, est également parvenu à trouver sa place sur le marché touristique, notamment par l’inscription de son architecture Perret au patrimoine mondial de l’UNESCO.

3Mais ce littoral ne se résume pas à ces deux destinations et présente une diversité de sites et de paysages vécus. Mais les autres stations sont moins connues et restent peu fréquentées des touristes. Au-delà de l’obstacle qu’elles constituent pour accéder à la mer, les falaises sont à la fois une curiosité et l’occasion de pratiquer de multiples activités récréatives. Un chemin de Grande randonnée (GR21) relie par exemple Le Havre au Tréport en longeant la côte. Première façade touristique française, avec sa villégiature liée aux bains de mer, ce trait de côte peine aujourd’hui à se positionner comme une destination de vacances. Comment comprendre cette faible attractivité ? Qui fréquente cette côte ? Quels sont les sites fréquentés, quels sont ceux qui sont promus ? Que fait-on sur ce littoral ?

4Cette contribution montre combien, loin d’être un territoire « vide » (Corbin, 1988), ce littoral est aussi le produit de ce qu’en font des usagers qui s’activent et s’approprient la côte de multiples façons. À partir d’une analyse des différents terrains de jeux, nous montrerons comment et par qui ceux-ci sont investis. Nous chercherons à comprendre ces appropriations, qui sont autant d’esthétiques paysagères.

5Le corpus mobilisé est constitué de données issues d’enquêtes quantitatives (560 questionnaires) et qualitatives (39 entretiens semi-directifs). En partant d’un inventaire des présents et des activités pratiquées, on verra que l’image de la côte est finalement riche et diversifiée. On se centrera sur les dynamiques récréatives à l’œuvre à partir d’une typologie, qui identifie trois types de sites : les stations balnéaires, destinations touristiques privilégiées du littoral, puis les villes-ports, moteurs de l’offre récréative, et enfin les sites plus discrets et moins connus.

I – Une enquête, des publics, des pratiques

6La Côte d’Albâtre offre des possibilités de pratique souvent peu connues et peu valorisées. Il faut reconnaître que ce littoral est atypique et engage peu à la pratique : les plages sont peu nombreuses, constituées de galets et parfois difficilement accessibles. Les éboulements sont réguliers. Les équipements sont fragilisés par les attaques de la mer et rendent l’aménagement récréatif difficile, coûteux et contraignant. La présence d’industries lourdes, enfin, n’incite pas les pratiquants à voir en ce littoral un terrain de jeu potentiel.

1. De l’inventaire à la typologie des pratiques

7Lorsque l’on procède à une « radiographie » empirique des pratiques, on recense 28 activités différentes (tabl. 1). Par son exposition et ses caractéristiques géomorphologiques, cette côte offre de multiples opportunités de pratique.

Tableau 1 – Activités recensées lors des enquêtes menées sur les plages du littoral (2007, 2008)

Activités

terrestres

Activités

nautiques

Activités

aquatiques

Activités

aériennes

Equitation

Aviron

Ski nautique

Deltaplane

Golf

Bateau à moteur

Plongée

Parachute

Motocross

Bodyboard

Baignade/ natation

Cerf-volant

Skate-board

Jet ski

Course à pied

Kite-surf

Rollers

Skimboard

Activités de plage

Planche à voile

Vélo

Surf

Pêche à la ligne

Voile

Pêche à pied

Pêche en mer

Randonnée

Canoë-kayak

Source : enquêtes auprès des plagistes, 2007 et 2008

8L’analyse des réponses obtenues par questionnaires auprès des plagistes (2007 et 2008) révèle que l’on rencontre principalement des polypratiquants. Ces usagers combinent différentes activités, et notamment la randonnée et la baignade, que presque tous déclarent pratiquer. Les galets et la fraîcheur du climat incitent probablement au développement d’investissements différents du bord de mer, fonction des opportunités. Les falaises offrent des paysages qui se méritent dans la mesure où ils nécessitent de monter à pied sur le plateau pour accéder aux points de vue surplombant ou encore de descendre des sentiers pour accéder aux valleuses inaccessibles aux véhicules. Ce littoral s’apprécie finalement en s’y activant, et s’oppose en cela à l’oisiveté lascive rencontrée sur d’autres côtes françaises.

9Dans une seconde étape, nous avons répertorié les sites de pratique à partir des annuaires nautiques, pour situer les clubs, et à partir des données d’enquêtes pour localiser les pratiques auto-organisées. On constate alors que les activités se concentrent principalement autour des villes-ports. Celles-ci constituent en effet les sites les mieux équipés et les plus facilement accessibles du littoral.

10On constate enfin que la planche à voile, le canoë-kayak ou encore la voile sont soutenus et promus par la puissance publique, que des activités plus traditionnelles comme la pêche à pied sont négligées, et que d’autres comme les pratiques motorisées sont pointées du doigt. Globalement nous trouvons d’un côté les activités douces et qui servent la promotion du littoral, et de l’autre des activités plus traditionnelles ou plus agressives qui ne servent pas directement le développement du tourisme.

2. Provenance des publics, temporalité des pratiques

  • 1 Habitants de la Seine-Maritime.

11L’enquête dévoile aussi que 71 % des interrogés proviennent de la région Haute-Normandie, parmi lesquels 68 % de Seinomarins1. Ces Seinomarins rencontrés sur le littoral sont, pour l’essentiel, résidents de la côte, de l’arrière-pays proche ou encore de l’agglomération rouennaise. Les autres interrogés viennent pour la plupart d’Ile-de-France, de la moitié nord de la France, et une minorité est issue de l’Europe continentale, essentiellement des pays du nord comme la Belgique ou les Pays-Bas (tabl. 2).

Tableau 2 – Provenance géographique des interrogés

Population totale interrogée sur les plages en 2007 et 2008

560 (100 %)

France

543 (97 %)

Hors France

17 (3 %)

Haute-Normandie

398 (71 %)

Autres régions françaises

145 (26 %)

Seine-Maritime

379 (68 %)

Eure

19 (3 %)

Source : enquêtes auprès des plagistes, 2007 et 2008

12La faible fréquentation des résidents hors département est généralement expliquée par le déficit d’image de la Côte d’Albâtre (Clary, 1977) et par la rareté de son offre d’hébergement touristique. Le département reconnaît ce problème d’image et cherche à faire du territoire une « marque » positionnable sur les marchés du tourisme (conseil général de Seine-Maritime, 2003). Le plan de développement touristique souligne la position prépondérante des habitants du département, premiers consommateurs de produits touristiques et de loisirs sur ce bord de mer. On note aussi que la question de l’hébergement n’est pas abordée dans le rapport alors qu’elle constitue, pour les professionnels du secteur, l’un des principaux handicaps.

13À la différence de la plupart des études menées sur les « sports de nature » (Corneloup, 2001 ; Fontugue, 2004 ; Canneva, 2005), qui associent ces pratiques aux vacances, nos enquêtes montrent que les pratiquants fréquentent la côte de façon bien plus régulière, voire quotidienne, et que leurs activités participent d’une construction du bord de mer comme « cadre de vie » (Rougerie, 1975) et procèdent d’une maritimité (Péron et Rieucau, 1996). Comme c’est le cas à l’île de la Réunion (Bessy, Naria, 2004), les pratiques « sportives » sont moins le fait de touristes en vacances que de pratiquants locaux réguliers.

14Le littoral et son arrière-pays proche constituent, avec l’agglomération de Rouen et celle de Barentin, les principaux « viviers » d’usagers du bord de mer. Les habitants du pays de Bray, à l’est, semblent rester indifférents et profondément « terriens » (fig. 1).

Fig. 1 – Communes de recrutement des stations du littoral en Seine-Maritime (N =379)

Fig. 1 – Communes de recrutement des stations du littoral en Seine-Maritime (N =379)

© 2009, Evrard Barbara, UMR IDEES

15La Côte d’Albâtre accueille différents types de publics, de différentes provenances géographiques et auxquels corres­pondent différentes pratiques. Quels sont les sites investis ? Quel public les fréquentent ? Quels sont les équipements proposés par les différents sites ? L’offre est-elle homogène sur l’ensemble du territoire ? Autrement dit, quels sont les moteurs de l’offre récréative sur ce littoral ?

II – Des images aux usages

16La Côte d’Albâtre présente trois types de sites aux caractéristiques distinctes et qui ne sont pas tous promus par la puissance publique (tabl. 3). Nous allons voir que ces différents types de sites n’autorisent pas les mêmes pratiques et font l’objet d’une gestion et d’une promotion différenciées.

Tableau 3 – Typologie des différents types de sites

Typologie des sites

Communes

Caractéristiques

Valleuses

Sauvages

Saint-Léonard ; Les Loges (valleuse d’Étigues) ; Valleuse de Bruneval (Saint-Jouin-Bruneval) ; Életot ; Grainval (Yport) ; Le Tilleul ; Vaucotte (Vattetot-sur-Mer) ; Cauville ; Vasterival (Varengeville-sur-Mer) ; Puys ; Le Mesnil-Val ; Bénouville

Accès difficile, peu indiqué, peu connu, éboulements réguliers, estran dangereux, grandes plages non entretenues et peu valorisées, plage parfois « privatisée » par les résidents secondaires.

Fronts de mer aménagés

Saint-Martin-aux-Buneaux ; Sotteville-sur-Mer ; Octeville-sur-Mer ; Les Petites Dalles ; Grandes Dalles ; Pourville ; Antifer (Saint-Jouin-Bruneval) ; Sainte-Marguerite-sur-Mer ; Quiberville ; Saint-Pierre-en-Port

Zone de stationnement réduite, petite plage de galets protégée par des épis et des digues en béton, éloignement des plages avec les « centres de vie ».

Stations balnéaires

Criel-Sur-Mer ; Saint-Aubin-sur-Mer ; Veules-Les-Roses ; Veulettes-sur-Mer ; Étretat ; Sainte-Adresse ; Yport

Plage protégée par des épis, petit parking (parfois payant). Plage éloignée du centre.

Villes-ports

Le Tréport ; Dieppe ; Saint-Valéry-en-Caux ; Fécamp ; Le Havre

Grande plage de galets entrecoupée d’épis en béton. Digue-promenade bétonnée. Port de plaisance et de pêche ou de commerce. Proximité d’un grand centre urbanisé.

Source : enquêtes auprès des plagistes, 2007 et 2008

1. Les images connues et promues

17Les stations balnéaires correspondent aux images de cartes postales de la côte. Leur patrimoine au charme à la fois typique et désuet, hérité de la villégiature des bains de mer, associe la côte à son passé et marque aujourd’hui encore les projets d’aménagement du territoire. Ces stations accueillent surtout une clientèle de proximité, un public familial constitué d’habitués et d’urbains qui pratiquent un tourisme excursionniste (à la journée) et de court séjour. La durée des séjours est le reflet de ce tourisme de proximité : 20,4 % des interrogés restent une journée sur la côte et parmi eux 53,5 % résident dans le département hors zone littorale. 28,6 % des interrogés sont des touristes de courts séjours (8 jours en moyenne). Notre étude confirme les résultats d’enquêtes précédemment menées, qui attestent d’un recrutement touristique essentiellement local et issu du Bassin parisien (Cabantous et al., 2005), et qui présentent souvent pour cette raison la Côte d’Albâtre comme la « façade littorale de Paris » (Clary, 1977).

18Ces touristes viennent fréquenter des sites, c’est-à-dire contempler des paysages qu’ils ont anticipés, déjà vus ou décrits par d’autres. Cette côte a effectivement fait l’objet d’abondantes représentations picturales comme celles de Delacroix, de Monet ou encore de Dufy. De nombreux écrivains, comme Flaubert, Maupassant ou Leblanc, se sont également attachés à en décrire les paysages. C’est bien à la contemplation d’un tableau que l’on assiste, lorsque des panneaux explicatifs proposent de comparer le visible à sa figuration romantique ou impressionniste. C’est un espace déjà pensé et défini comme paysage qu’ils viennent admirer. La côte et ses « hauts lieux » servent alors de décors dans lesquels les touristes se mettent eux-mêmes en spectacle au travers des prises de vue et des clichés (Augé, 1992).

19À l’image d’Étretat, le tourisme constitue pour l’ensemble des stations la principale ressource économique. Site classé et reconnu, sa renommée suffit à attirer les visiteurs. Les personnes interrogées à Étretat viennent en famille et sont âgées entre 25 et 54 ans. La volonté de la station, qui corres­pond à celle du département, est désormais de parvenir à conserver les touristes sur le territoire haut-normand. Les stations balnéaires cherchent dès lors à diversifier leur offre de loisirs en s’appuyant notamment sur les clubs sportifs. La commune d’Étretat a ainsi fait construire récemment un centre nautique à proximité de la plage. De la même façon, le conseil général a mis en place un schéma nautique qui fait de la voile l’un des principaux partenaires du développement récréatif du littoral et positionne cette activité comme un produit d’appel touristique.

  • 2 Le terme touriste utilisé entre guillemets correspond au sens donné par Pociello.

20Les activités pratiquées dans les stations balnéaires, principalement la baignade et la randonnée, peuvent être qualifiées de « douces ». Les usagers pratiquent dans une modalité plutôt contemplative. On vient à Étretat pour admirer les falaises, les points de vue qu’elles offrent sur les paysages environnants et l’aspect typique du village, avec ses rues étroites et ses habitations en brique et silex, ou encore ses villas anglo-normandes. Pour reprendre la catégorisation de Pociello (1995), Étretat est davantage investie par des « touristes »2 que par des « puristes ». Les activités sont pratiquées « en dilettante » et servent d’abord à découvrir le paysage. Pour les touristes, la mer est en premier lieu un paysage qui se regarde et non un territoire qui s’explore (fig. 2).

Fig. 2 – La plage d’Étretat. Au premier plan, des doris.

Fig. 2 – La plage d’Étretat. Au premier plan, des doris.

Source : CAUE 76 (Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement de la Seine-Maritime)

21Étretat est aussi le « haut lieu » du surf en Haute-Normandie. On est évidemment loin de l’affluence et de l’emprise territoriale qu’a cette activité sur la Côte aquitaine (Augustin, 1994). Le spot d’Étretat est néanmoins le plus prisé sur ce littoral et donne lieu à un contrôle de l’accès aux vagues par les locaux. La réputation de ce spot est d’ailleurs entachée par ce que certains de nos interrogés appellent « le localisme d’Étretat ».

  • 3 Bateaux de pêche traditionnels du littoral, peints de couleurs vives, qui sont hissés sur les plage (...)

22Promues et reconnues, les stations balnéaires constituent les principales destinations touristiques du littoral. Suffisamment aménagées pour garantir une pratique en toute sécurité tout en demeurant faiblement urbanisées, elles sont également prisées par les « contemplatifs » qui explorent le territoire par l’intermédiaire d’activités « douces ». Ne pouvant miser sur les atouts classiques des destinations maritimes, les collectivités locales s’appuient surtout sur la promotion d’un patrimoine naturel, historique, et sur les paysages mis en scène par des artistes (Bussi, 2000). Les doris3, les villas style XIXe et les maisons de briques et silex constituent les emblèmes de ce territoire patrimonialisé enraciné dans le passé (Di Méo, 2001). La principale limite au développement de ces stations réside dans la rareté de son offre d’hébergement touristique. L’amorce d’un partenariat avec des communes de l’arrière-pays proche, qui proposent des gîtes et une diversité de « petit » patrimoine (calvaires, églises, pigeonniers, abbayes, chaumières, etc.), est l’une des solutions privilégiées.

2. Les « écrins » méconnus du littoral

23Ayant échappé au tourisme « conquérant » des années 1960 (Augustin, 1995), la Côte d’Albâtre présente aussi, aujourd’hui encore, un aspect sauvage favorable au développement des activités physiques « de nature ». Les valleuses faiblement aménagées, comme celle du Tilleul, sont autant de « niches vertes » qui s’offrent à une demande sociale de nature croissante. Portée par des citadins confrontés à l’artificialisation de leur milieu de vie, cette tendance combine préoccupations écologiques et désirs physiques d’aération. Les valleuses viennent ainsi répondre à un désir de nature restée « sauvage » ou « authentique ». Inconnues des touristes, les valleuses sont autant de secret spots autour desquels se nouent des échanges. La connaissance à leur propos (leur existence, leur fonctionnement) se transmet de pratiquant à pratiquant, par le bouche à oreille : leur partage fonde des sociétés « de secret », des sociabilités « de connivence » aux obligations singulières (accès et partages des territoires). Ces écrins de verdure sont autant de refuges pour des plaisirs « cachés » ou pour des plaisirs « du retrait », auxquels n’accèdent que des initiés. Ces sites sont, notamment, très prisés des randonneurs, des surfeurs et des plongeurs (chasse sous-marine).

24Les valleuses sont également réservées à d’autres « initiés ». Plusieurs études notent le poids écrasant des résidences secondaires sur le littoral haut-normand (Clary, 1977 ; Duhamel, 2008). Issues de la tradition de la villégiature maritime, ces résidences sont encore fortement ancrées dans le paysage littoral. Le villégiateur est « tout à la fois un passant qui reste et un habitant qui passe » (Urbain, 2002). Peu préoccupé par le développement économique de la côte, il souhaite conserver sa tranquillité et profiter des loisirs proposés par la proximité du littoral. Quatre résidents secondaires, interrogés en entretien, expliquent effectivement avoir choisi Saint-Pierre-en-Port pour sa proximité avec Paris et pour les activités qu’ils peuvent pratiquer (pêche, nautisme, baignade, randonnée) dans un cadre qu’ils qualifient volontiers d’extraordinaire car à la fois « beau » et « faiblement fréquenté ». Certaines stations sont même presque exclusivement occupées par ce que Duhamel appelle des « communautés vacancières » (Duhamel, 2008), et deviennent ainsi des lieux créés et dominés par le tourisme. Bien que proche des caractéristiques des stations, ces valleuses ne sont pas des lieux ouverts sur la société locale ou globale : elles se veulent réservées à quelques-uns « pour assurer leur tranquillité, leur “entre-soi” » (Duhamel, 2008).

25Un autre mode de résidence secondaire tend à se développer et à renforcer ce phénomène de « communauté vacancière ». À Saint-Martin-aux-Buneaux, 40 % des emplacements de campings sont loués à l’année ; Pourville ou Yport dépassent les 65 % ; et Sotteville-sur-Mer atteint 100 %, traduisant une forte fidélisation de la clientèle. Moins coûteux qu’une maison, cette forme d’hébergement dépend pourtant du même motif : la volonté d’investir régulièrement une destination touristique et de se l’approprier. Qu’ils soient en maisons ou en camping, les résidents secondaires influencent l’aménagement et l’animation des stations. Pour le Comité départemental du tourisme (CDT), toute initiative risquant de mettre en péril la tranquillité de la communauté, de perturber cet « entre-soi », est rejetée.

26Si les valleuses pourraient constituer des sites moteurs en terme d’image, plusieurs freins limitent leur capacité de développement touristique. S’ils représentent une clientèle fidèle, les résidents secondaires peuvent aussi limiter le développement touristique d’une station. De plus, ces sites sont le plus souvent encaissés entre deux falaises : il est dès lors difficile d’attirer des promoteurs privés.

3. Les moteurs de l’offre récréative

27Les villes-ports constituent sur cette côte les terrains de jeux les plus dynamiques et proposent l’offre récréative la plus diversifiée. La spécificité de ces sites est qu’ils sont organisés et structurés par leur port. Originellement industriels, ces sites proposent tous désormais un port de plaisance. Ils utilisent les loisirs pour améliorer leur image, le cadre de vie des locaux, et fonctionnent comme produits d’appel touristique pour diversifier l’économie de la commune.

28Plus urbanisées, les villes-ports sont aussi les plus équipées, et ouvrent en conséquence l’éventail des pratiques possibles (fig. 3). Ces stations attirent principalement un public jeune, diplômé et résidant en Seine-Maritime, qui profite des multiples possibilités offertes à la fois par la présence de la mer et par les équipements du site pour s’adonner aux plaisirs du jeu en plein air. Sur la plage, des terrains de beach-volley et de beach-soccer, aménagés en sable le temps de l’été, dynamisent les usages. Les plaines engazonnées de Dieppe et du Havre accueillent des parties de football ou des concours de cerfs-volants. L’étendue du linéaire ouvre les digues au roller, ou justifie l’aménagement d’une piste cyclable. Le Havre dispose d’un skate-park, de deux piscines, de plusieurs clubs de plage, de paillotes, qui font de son front de mer l’un des plus dynamiques de la côte. Avec les villes-ports, principaux pôles d’attractivité du littoral, tant par leur niveau de fréquentation que par l’étendue de leur zone d’influence géographique, tout semble indiquer que l’offre de loisirs détermine les demandes de pratique.

Fig. 3 – Nombre d’activités pratiquées, hors randonnée

Fig. 3 – Nombre d’activités pratiquées, hors randonnée

© 2009, Evrard Barbara, UMR IDEES

29Les pratiquants profitent des possibilités qu’offre le littoral pour jouer avec les éléments dans une modalité parfois sportive à l’extrême. Ils ne viennent pas « pour » le paysage mais sont « dans » le paysage. Ils participent de sa redéfinition et se préoccupent moins de l’esthétique que des qualités techniques du site. L’espace de pratique vaut par les sensations qu’il procure, les jeux auxquels il donne accès.

30Le problème de ces stations est de parvenir à organiser la cohabitation entre les différentes activités, qui peuvent être antagonistes (planchistes et kite-surfeurs sur l’eau ; vélos, piétons et rollers sur la digue promenade). Les beaux jours participent d’une augmentation du nombre d’usagers. Or, si les équipements suffisent la plupart du temps à accueillir les pratiquants, en été les cales de mise à l’eau et les parkings sont vite encombrés.

31L’offre récréative de la Côte d’Albâtre présente enfin une dynamique différente entre le nord et le sud du littoral. Le secteur du Tréport (au nord du département) apparaît moins actif. En dehors de la baignade, peu d’activités sont proposées et pratiquées, contrairement au secteur entre Dieppe et Le Havre. La commune du Tréport tend d’ailleurs de plus en plus à se rapprocher de sa voisine picarde, Mers-les-Bains, pour tenter de retrouver une cohésion et une dynamique touristique que ne lui permet pas son éloignement avec les autres stations et les grandes agglomérations de Seine-Maritime.

4. Des terrains de jeux inattendus, des usages tolérés

32La Côte d’Albâtre présente enfin d’autres sites et d’autres terrains, plus discrets mais qui participent de la diversité de ce littoral. La fréquentation de la plage d’Antifer, située sur la commune de Saint-Jouin-Bruneval, est plus tolérée que légitime. Cette plage est à l’origine une valleuse à laquelle on accédait par un chemin en terre, pour aboutir sur une étroite bande de galets. Transformé en terminal pétrolier suite à une décision de l’État, ce site est désormais la propriété du port autonome du Havre et constitue le seul accès aménagé à la mer entre Le Havre et Étretat. Une seule route, construite pour le port, dessert le port et la plage et offre une vue surplombante. Du haut de la falaise, les cuves sont visibles et composent avec l’immense digue nord et la capitainerie le spectacle d’une nature dominée par l’homme : ce paysage, industriel, impressionne par ses dimensions (faites pour accueillir des supertankers) et par sa vacuité (l’aménagement est la plupart du temps inutilisé, les supertankers n’ayant jamais été construits). Les lacets sculptés dans le calcaire permettent aux camions, voitures et « combis » de descendre sur un immense parking de 900 places, au pied de la falaise. Une fois sur la plage, légèrement en contrebas, le port et ses cuves sont pratiquement devenus invisibles : l’orientation de la plage fait qu’on leur tourne le dos, et que l’on contemple, à gauche d’un horizon ouvert, des falaises restées vierges (fig. 4 et 5). Sur la droite, d’immenses blocs de béton, comme jetés en vrac pour composer la digue portuaire, rappellent aux loisirs leur limite. Une « baraque à frites », un poste de secours et quelques tables accueillent en été quelques milliers de personnes, qui viennent profiter d’une agréable plage de sable fin à marée basse. La baignade cède la place, lors des grandes marées, à une importante activité de pêche à pied, dans les rochers situés à proximité. L’ensemble de la zone de pêche est réputé, et la cale de mise à l’eau est souvent encombrée. Planchistes et kite-surfeurs s’approprient eux aussi le spot, dès que l’orientation des vents leur est favorable.

33Les usagers de la plage, fréquentée principalement par des locaux et des habitués, s’inscrivent dans une vision fonctionnelle et moderniste du site. Ils accordent aux « verrues » une plage en reconnaissant leur utilité économique tout en se disant soucieux d’en limiter le développement sur ce trait de côte.

34Ce site illustre le décalage existant entre l’absence de promotion et l’importance de l’usage au niveau local. Plus toléré que légitime, l’investissement récréatif de sites industriels montre à quel point les images promues ne correspondent pas toujours à la valeur récréative effective des territoires.

Fig. 4 – Vue surplombante du terminal méthanier d’Antifer

Fig. 4 – Vue surplombante du terminal méthanier d’Antifer

Source : AREHN (Agence régionale de l’environnement de Haute-Normandie)

Fig. 5 – La plage d’Antifer, située en contrebas du site

Fig. 5 – La plage d’Antifer, située en contrebas du site

Cliché : B. Évrard

III – Images promues et usages de fait : décalages et recouvrements

35La Côte d’Albâtre possède plusieurs images et de multiples usages. Le désintérêt des politiques publiques pour le développement du tourisme jusqu’à la fin des années 1990 a engendré un retard dans l’aménagement des sites, le développement de la capacité d’accueil des stations et la valorisation touristique des sites. Les images promues se trouvent parfois en décalage avec l’usage effectif et les représentations paysagères.

36Les stations balnéaires font l’objet d’une importante communication touristique qui s’accompagne de fait d’une fréquentation. On a ici un recouvrement parfait de l’image et de l’usage. Si leur attractivité s’étend jusqu’au Bassin parisien, elles accueillent aussi un tourisme de proximité et de court séjour. Étretat est la seule station balnéaire capable de drainer un important flux touristique et de rayonner au niveau international. Pour autant, ce site reste un lieu de passage, à la journée, et la taille réduite de la station ne lui permet pas de développer des hébergements touristiques. Fortement dépendantes du tourisme, ces destinations balnéaires cherchent à diversifier leur offre récréative afin de séduire de nouveaux touristes et de prolonger les séjours. Les activités physiques de nature constituent alors un produit d’appel et un moyen d’animer les stations. Pour autant, les touristes ne viennent pas « pour » pratiquer des activités sportives en tant que telles. Un décalage existe entre les politiques publiques, qui font des « sports » de nature un support de promotion touristique, et les attentes des touristes, qui utilisent des pratiques informelles, facilement accessibles (comme la randonnée ou le vélo), pour profiter des points de vue sur les paysages.

37Les villes-ports tentent, aujourd’hui, de transformer leur image pour s’affirmer comme des sites récréatifs à part entière. On a un décalage dans le temps entre l’image promue et la fréquentation, principalement locale, de la plage. Les villes-ports comme Le Havre sont des stations dont l’économie se développe principalement autour des activités du port (pêche, commerce). Ces sites constituent des pôles urbains d’attraction pour les communes alentour et sont les principaux bassins d’emploi du littoral. Le tourisme et les loisirs sportifs apportent ici un complément à l’activité portuaire, un levier supplémentaire de développement à des stations disposant déjà d’un certain rayonnement. Moteurs en termes d’offre récréative et d’hébergement, ces sites ne correspondent pas aux images mises en avant dans les brochures touristiques de la région. En revanche, les villes-ports s’inscrivent progressivement dans une démarche de valorisation, soit en réhabilitant leur front de mer (Dieppe, Le Havre, Fécamp), soit en jouant sur leurs capacités d’accueil et d’hébergement. La commune du Havre s’est ainsi positionnée sur l’accueil des bateaux de croisière de plus de 3 000 passagers. Les villes-ports jouent finalement sur les deux images de la ville, sur deux attractivités, entre d’un côté le développement industriel portuaire et de l’autre la station balnéaire.

38Les valleuses sont très présentes dans les brochures et documents de communication de la région et du département. Paradoxalement, si elles sont données à voir par médias interposés, les modalités d’accès aux sites ne sont pas données. Aucun panneau n’indique l’itinéraire ou l’emplacement de la valleuse. Le GR21, qui longe le littoral du Havre jusqu’au Tréport, n’est pas restauré. Certains accès sont même fermés en raison de l’érosion des falaises. Les valleuses constituent des écrins préservés dans la mesure où l’aménagement y est fortement limité par la présence de la falaise. L’accès à la plage se résume bien souvent à un simple chemin ou à un escalier. Bien que non indiquées, ces valleuses sont bien connues des résidents secondaires et des pratiquants locaux et constituent leurs secret spots. Confisquées par des « élites », ces valleuses constituent encore aujourd’hui des territoires privatisés et peu médiatisés.

39Enfin, les valleuses industrialisées ne sont pas promues par les pouvoirs publics, ni par les professionnels du tourisme. Pourtant, le site d’Antifer ou l’ancienne base de l’OTAN, à Octeville-sur-mer, sont investis et appropriés par des pratiquants d’activités récréatives. Il y a une non-correspondance entre l’absence de promotion et l’usage effectif. Que fait-on de ces sites ? La valleuse d’Antifer fait aujourd’hui l’objet d’un projet d’installation d’un terminal méthanier sur les installations existantes. Ferme-t-on l’accès aux usagers locaux ? Préserve-t-on, malgré tout, les pratiques actuelles ?

40L’un des principaux attraits de ces différents types de stations réside dans leur faible fréquentation et leur moindre anthropisation au regard des autres littoraux français. Dans le même temps, l’absence d’investissements privés dans les loisirs et l’impossibilité d’attirer des promoteurs limitent les projets touristiques d’envergures. Comment trouver des investisseurs lorsqu’il n’y a pas de possibilité d’extension des sites ? Comment attirer des entreprises pour prendre en charge une offre privée de loisirs si la demande reste faible ? L’offre de loisirs est dès lors pilotée par la puissance publique pour initier la demande. Mais l’offre touristique de ce littoral se trouve encore en décalage avec les attentes contemporaines. La Côte d’Albâtre souffre d’un problème d’image, et ne peut concurrencer les stations du sud de la France en jouant avec leurs atouts. Le positionnement sur le marché français du tourisme passe dès lors par la proposition d’une offre différente de celle déjà existante. Le potentiel touristique de la Haute-Normandie n’a fait l’objet d’une valorisation que depuis la fin des années 1990. Cette région cherche encore sa spécificité en jouant notamment de son prestige passé. La convocation de l’imaginaire impressionniste réactualisé (L’armada impressionniste, les itinéraires impressionnistes) ou encore la restauration des villas, participent de la création d’une identité touristique singulière qui tente de s’affirmer. De la même façon, le rapprochement récent avec la Basse-Normandie vise à rendre plus visible et à faire reconnaître la « grande Normandie » comme une destination touristique à part entière.

Haut de page

Bibliographie

Augé M., Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Seuil, Paris, 1992.

Augustin J.-P., Surf atlantique : les territoires de l’éphémère, MSHA, Talence, 1994.

Augustin J.-P., Sport, géographie, aménagement, Nathan Université, Paris, 1995.

Baudrillard J., « Modernité », in Encyclopaedia Universalis, vol. 12, 1985, p. 424-426.

Bessy O., Naria O., « Sociologie des pratiquants des sports de nature. L’exemple de la Réunion », Cahier Espaces, no 81, p. 52-77, 2004.

Bussi M., « Périodisations touristiques sur la Côte d’Albâtre », in Actes des XXVIIe Journées de la Commission nationale de géographie, du tourisme et des loisirs, du 3 au 5 mai 2000, La Rochelle (non publié), 2000.

Cabantous A., Lespagnol A., Péron F. (dir.), Les Français, la terre et la mer, XIIIe - XXe siècle, Fayard, Paris, 2005.

Canneva H. (dir.), La pratique des activités physiques et sportives en France. Enquête 2003, ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative et Insep, Paris, 2005.

Clary D., La Façade littorale de Paris. Le tourisme sur la Côte normande, Ophrys, Paris, 1977.

Conseil Général de Seine-Maritime, La politique départementale d’aménagement du territoire et de développement durable, tome 2, A9, tourisme, conseil général de Seine-Maritime, Rouen, 2003.

Corbin A., Le Territoire du vide. L’occident et le désir de rivage (1750-1840), Aubier, Paris, 1988.

Corneloup J., Bouhaouala M., Vachée C., Soulé B., « Formes de développement et positionnement touristique des espaces sportifs de nature », Loisir et société, vol. 24, no 1, 2001, p. 21-46.

Di Méo G., Géographie sociale et territoires, Nathan Université, Paris, 2001 [1998].

Duhamel Ph., « Les communautés vacancières. Définir un nouveau type de lieux touristiques à partir de la Côte d’Albâtre (Seine-Maritime) », Norois, no 206, 2008, p. 21-36.

Évrard B., Féménias D., Bussi M., « Marins, terriens et touristes sur la Côte d’Albâtre », M@gm@, analisiqualitativa.com, vol. 7, no 3 [“Il corpo come paradigma di misura”, Osservatorio dei Processi Communicativi], 2009.

Évrard B., Féménias D., « La Côte d’Albâtre, espace récréatif », Études Normandes, no 3, 2007, p. 79-88.

Fontugne C., « Les sports de nature. Un outil de structuration de l’offre touristique », Cahiers Espaces, no 82, 2004, p. 15-19.

Péron F., Rieucau J. (dir.), La Maritimité aujourd’hui, L’Harmattan, Paris, 1996.

Pociello C., Sports et société. Approche socio-culturelle des pratiques, Vigot, Paris, 1981.

Rougerie G., Les Cadres de vie, PUF, Paris, 1975.

Urbain J.-D., « Le résident secondaire, un touriste à part ? », Ethnologie française, vol. 32, no 3, 2002, p. 515-520.

Haut de page

Notes

1 Habitants de la Seine-Maritime.

2 Le terme touriste utilisé entre guillemets correspond au sens donné par Pociello.

3 Bateaux de pêche traditionnels du littoral, peints de couleurs vives, qui sont hissés sur les plages.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Communes de recrutement des stations du littoral en Seine-Maritime (N =379)
Crédits © 2009, Evrard Barbara, UMR IDEES
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 2 – La plage d’Étretat. Au premier plan, des doris.
Crédits Source : CAUE 76 (Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement de la Seine-Maritime)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1490/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 3 – Nombre d’activités pratiquées, hors randonnée
Crédits © 2009, Evrard Barbara, UMR IDEES
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1490/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 4 – Vue surplombante du terminal méthanier d’Antifer
Crédits Source : AREHN (Agence régionale de l’environnement de Haute-Normandie)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1490/img-4.png
Fichier image/png, 415k
Titre Fig. 5 – La plage d’Antifer, située en contrebas du site
Crédits Cliché : B. Évrard
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1490/img-5.png
Fichier image/png, 663k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Évrard, Damien Féménias et Michel Bussi, « La Côte d’Albâtre : usages et images d’une façade touristique oubliée », Sud-Ouest européen, 29 | 2010, 115-124.

Référence électronique

Barbara Évrard, Damien Féménias et Michel Bussi, « La Côte d’Albâtre : usages et images d’une façade touristique oubliée », Sud-Ouest européen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 24 février 2016, consulté le 16 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1490 ; DOI : 10.4000/soe.1490

Haut de page

Auteurs

Barbara Évrard

Centre d’étude des transformations des activités physiques et sportives (CETAPS), EA 3832, université de Rouen.
Identité et différenciation de l’espace, de l’environnement et des sociétés (IDEES), UMR CNRS 6622, université de Rouen.

Damien Féménias

Centre d’étude des transformations des activités physiques et sportives (CETAPS), EA 3832, université de Rouen.

Michel Bussi

Identité et différenciation de l’espace, de l’environnement et des sociétés (IDEES), UMR CNRS 6622, université de Rouen.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals