Navigation – Plan du site

Des lieux dans le vent : réflexions sur la longévité des stations touristiques littorales françaises

In vogue places: thoughts on the high life expectancy of French seashore tourist resorts
Lugares en boga: reflexiones sobre la larga vida de los centros turísticos en el litoral francés
Philippe Duhamel
p. 125-134

Résumés

Construites souvent depuis des siècles ou du moins des décennies, les stations touristiques du littoral français montrent une grande performance à maintenir leur activité au fil du temps dans des contextes économiques et sociaux évolutifs et contrastés. Aujourd’hui, la plupart des littoraux français apparaissent comme particulièrement attrayants et les stations sont au cœur de cet intérêt pour des pratiques, des projets qui conduisent à transformer parfois en profondeur ces lieux créés par et pour les touristes. Voilà ce qui sera observé ici et tout particulièrement le lien entre touristicité, urbanité et centralité.

Haut de page

Texte intégral

1Les lieux touristiques en général et les stations littorales en particulier ont fait la démonstration silencieuse de leur durabilité. Vilipendées, critiquées, elles fonctionnent toujours et depuis longtemps. En dépit des crises réelles ou annoncées, conjoncturelles ou structurelles, on ne parvient pas à identifier une station qui aurait disparu parce que saturée, permettant enfin de réjouir les porteurs du vieil adage que « trop de tourisme tue le tourisme ». Cette performance des stations n’est pas affaire de chance mais de qualités particulières des stations touristiques à s’adapter en permanence aux évolutions du monde et du tourisme.

2Ces qualités sont nombreuses (Duhamel, 2007) mais l’une d’entre elles nous importe particulièrement ici. Elle repose sur la question de savoir : qui est là ? Quelle(s) population(s) vient / viennent fréquenter la station ? Par le recul historique dont nous disposons aujourd’hui en France, nous pouvons affirmer que la station touristique n’est pas réductible à elle-même, c’est-à-dire que la station créée par et pour le tourisme, par et pour les touristes (Knafou et al., 1997 ; MIT, 2002), ne se limite plus aux seuls séjours des habitants temporaires (les touristes) pendant leur recréation (MIT, 2002). Elles peuvent accueillir d’autres personnes, produisant une cumulativité des habitants temporaires et permanents (Stock, 2001) et des populations « présentes » (Terrier, 2009).

3Ce recrutement diversifié de populations rendrait compte de la longévité des lieux touristiques, et la répétition de leur fréquentation conduirait à une montée en puissance des stations, exprimée par une urbanisation et une urbanité croissantes produisant une « centralisation » par phases successives. Dès lors, la station deviendrait une station à fonctions urbaines voire une ville (MIT, 2002 ; Duhamel, 2003 ; Stock, 2007). Le succès du lieu produirait alors le recul du tourisme, non pas absolument mais relativement, par diversification des activités : « Ce n’est pas le moindre paradoxe du tourisme que de contribuer efficacement à sa propre perte ou, plus exactement, à faire le lit d’autres projets […]. Le succès du tourisme peut ainsi être si complet qu’il induit des activités qui n’ont de cesse que de l’éliminer dans le contrôle des lieux. » (MIT, 2002.)

  • 1 Cette approche trouvera d’utiles mises en perspectives avec l’article de Jean-Pierre Augustin sur L (...)

4Notre propos ici est de poursuivre les analyses faites et les évolutions proposées. Car cela pose une question théorique importante, celle de l’articulation entre touristicité, urbanité mais aussi centralité d’une station touristique1. L’enjeu tient à comprendre les liens et l’articulation entre ces processus.

I – Quand la marche du monde change les stations touristiques

5Pour que s’intensifie cette tension entre touristicité et urbanité dans les lieux touristiques, certaines évolutions sociétales furent nécessaires. Leurs interactions sont assez récentes, ne datant que de quelques décennies tout au plus.

1. Entre urbanisation et tertiarisation : de nouvelles expériences de mobilités

6Les premiers éléments forment un système alliant l’effet croisé de l’urbanisation et de la tertiarisation de la société française. Ces deux mouvements ont connu des croissances rapides et proches par leur rythme. Le taux d’urbanisation est passé de 50 % en 1933 à 80 % aujourd’hui et le secteur tertiaire rassemblait moins de 40 % des actifs en 1955 contre plus de 70 % maintenant : « La structure de cette population active […] a changé prodigieusement. La France de 1946 a une structure professionnelle de pays “en voie de développement” […]. Mais c’est le tertiaire qui devient à lui seul majoritaire, bondissant de 19 points en 30 ans, alors qu’il lui avait fallu antérieurement 45 ans, de 1900 à 1946, pour en gagner 4 ! » (Fourastié, 1979). L’urbanisation produit ses propres changements puisqu’elle assure la croissance des mobilités touristiques, comme nous le rappellent R. Baretje et P. Defert en 1972 et le confirment pour la période contemporaine V. Cöeffé et Ph. Violier :

« La corrélation entre le développement d’habitudes touristiques et une forme de civilisation technico-industrielle caractérisée par une économie de surplus et de concentration est manifeste. […] L’urbanisation révèle donc, à un certain degré, un état de développement économique, générateur à son tour d’un développement touristique. »
(Baretje et Defert, 1972.)

« Il est vrai tout d’abord que l’urbanisation généralisée du monde, qu’elle soit acceptée ou non, fait converger certains objets, pratiques, valeurs, normes qui appartiennent de plus en plus à une “commune humanité”. Un mode de vie urbain est partagé qui fait par exemple que l’ensemble des citadins du monde, dès lors qu’ils n’ont plus à se préoccuper de leur survie, souhaitent accéder aux pratiques touristiques. »
(Coëffé et Violier, 2008.)

7Les chiffres de croissance sont assez spectaculaires depuis les lendemains de la Deuxième Guerre mondiale : « Le nombre de personnes parties en vacances au moins une fois dans l’année, estimé à 10 millions à l’orée des années 1960, double déjà dans les sept à huit ans qui suivent ; les 30 millions sont frôlés en 1981, soit donc un triplement en deux décennies. Le taux de départ annuel de l’ensemble des ménages, évalué […] à 15 % en 1950, a dépassé 40 % en 1961-1962, 50 % en 1975 et 57 % en 1981 ; […]. » (Cazes, 1982.) Aujourd’hui le ministère du Tourisme l’estime à 80 % (Mémento du tourisme, 2009).

8À un autre niveau, la tertiarisation de la société s’est accompagnée d’une diversification de ce domaine d’activités par la démultiplication des logiques de rencontre entre partenaires, associés et clients, induisant la production des espaces pour le faire. Ces voyages d’affaires, appelés par d’autres « tourisme d’affaires » mais qui n’en est pas (Knafou, 1997), ont pris une dimension nouvelle au sein de la société française entre la fin des années 1970 et aujourd’hui. On est passé de 52 à 120 palais des congrès et de 1,5 à 7 millions de participants (Cazes, 1984 ; Plasait, 2007).

9L’évolution du mode de vie introduit par la tertiarisation de l’économie et par l’urbanisation a signifié progressivement une distinction de plus en plus forte entre lieu de vie et lieu de travail, remettant profondément en cause le modèle industriel où prévalait de vivre sur le lieu de son exercice professionnel ou à proximité (Morice et al., 2008). Ainsi se développa la mobilité pendulaire dont les volumes ne cessèrent d’augmenter, servie par l’édification d’un réseau de transports suffisamment performants avec les TER, les TGV et les autoroutes ou autres voies express pour en assurer la réussite. Cela contribua au repositionnement de nombreuses populations dans l’espace environnant, voire lointain, et se traduisit par un changement de mesure de la distance : de la distance-kilométrique à la distance-temps, participant ainsi à la redéfinition des métriques au sens de « mode de mesure et de traitement de la distance » (Lévy, 2003).

10Ainsi la société française fait-elle l’expérience de la mobilité. La pratique touristique partagée par un nombre grandissant de Français se couple avec d’autres mobilités liées à l’exercice professionnel ou aux déplacements quotidiens domicile-travail. Que nous l’expérimentions ou pas et quels que soient les enseignements que nous en tirons, la mobilité est devenue un « genre commun » à l’image du tourisme (Lussault, 2007), une norme.

2. Entre retraite et formation : de nouvelles expériences de vie

11D’autres évolutions profondes de notre société impliquent des effets tout aussi fondamentaux dans les lieux touristiques par les changements d’habiter qu’elles induisent. Le premier élément d’importance résulte du vieillissement de la population et de l’instauration des retraites. On peut en mesurer l’ampleur à partir des deux extraits proposés :

« La génération de retraités nés vers 1907-1908 est la première à avoir bénéficié après sa retraite du fort allongement de la durée de la vie aux âges élevés qui commence vers 1970, transformant la vie des gens âgés : au début de 1998, un quart de siècle après la prise de retraite, 20 % des sujets sont encore en vie. C’est la première génération pour laquelle la vieillesse aura duré plus longtemps que l’enfance. »
(Cribier et Kych, 1999)

« Mais ce sont les jeunes et les vieillards qui ont le plus bénéficié de l’évolution récente [de la durée des loisirs], par l’élévation de l’âge moyen d’entrée dans la population active et par l’abaissement moyen de sortie. […] Quant aux vieillards, en 1946, la faiblesse du niveau moyen de vie et l’absence de retraite obligeaient la presque totalité d’entre eux à travailler jusqu’à la limite de leur force, tandis qu’à l’inverse, aujourd’hui, c’est souvent une obligation de cesser le travail à 65, à 60, voire, pour certains métiers et pour les femmes, à 55 ans. »
(Fourastié, 1979)

12Le temps de vie entre le début de la retraite et le décès n’a cessé de croître, transformant les « vieillards » en « retraités ». Les mots ont ici leur importance dans le changement de regard sur le vieillissement et sur cette nouvelle période du cycle de vie. Cette retraite est devenue progressivement un enjeu pour les populations concernées. D’une attente de la mort, elle s’est muée en une période de vie faite de projets dont deux nous intéressent particulièrement : les retraités deviennent une nouvelle clientèle touristique et ils peuvent décider de changer de lieu de vie au moment où cesse leur activité professionnelle.

13Comme évoqué par Fourastié, les autres bénéficiaires de cette évolution sont les jeunes par l’évolution de l’entrée dans la vie active, induisant des vacances en plus grand nombre : « En 2004, 72 % des jeunes de moins de 20 ans sont partis. À cet âge, ils connaissent de nombreuses périodes de vacances et ils ont souvent l’occasion de partir, seuls ou avec leurs parents. Par ailleurs, l’augmentation du nombre d’enfants dont les parents sont divorcés contribue à multiplier, pour cette tranche d’âge, les occasions de départs. » (Dauphin et Tardieu, 2007.)

14Cette évolution potentielle des mobilités touristiques chez les jeunes s’accompagne d’une autre forme de circulation lorsqu’ils deviennent étudiants. Cette catégorie de populations est devenue de plus en plus importante dans notre société, passant de 300 000 en 1960 à un million en 1980, deux millions en 2000 et 2,3 millions aujourd’hui (ministère de l’Éducation nationale). Et la génération des étudiants circule en France à la recherche de formations diplômantes adaptées à leur projet professionnel, tout particulièrement pour les masters. Il n’est pas rare alors qu’entre la démultiplication des pôles et antennes de formations supérieures en France, les étudiants se retrouvent à fréquenter ou résider dans des espaces touristiques (cf. supra).

II – Habitabilité temporaire renouvelée

  • 2 Acronyme anglais pour « Meetings, Incentives, Conventions and Exhibitions » (réunions, incitations, (...)

15Face à ces changements, les lieux touristiques disposent d’une qualité particulière, une porosité au sens de perméabilité aux influences et aux échanges, permettant de s’en trouver transformés. Deux logiques peuvent être abordées ici : le MICE2 et les pratiques touristiques des retraités, l’un comme l’autre alimentant l’évolution de la saisonnalité touristique des stations et renforçant leur attrait.

Une nouvelle saisonnalité dans les fréquentations

16Dans un monde où la rencontre professionnelle, affaires-congrès-séminaires, devient un des moteurs nécessaires à la bonne marche de l’activité économique, la station dispose des qualités nécessaires à la captation de cette nouvelle manière d’habiter temporairement les lieux. Elle semble même particulièrement adaptée, offrant, comme les villes, les volumes d’hébergements et les activités ludiques souhaités par ceux qui organisent et fréquentent de tels événements. Cette activité est devenue un élément suffisamment important dans de nombreuses stations touristiques pour nous interroger de manières diverses.

17D’une part, cette activité s’est déployée comme un complément à la saison touristique, un soutien face à une crise touristique. Il importerait alors de travailler sur l’émergence de ce secteur du « voyage d’affaires » en privilégiant quelques exemples. Parmi ceux-ci, le Festival de Cannes nous semblerait très intéressant. Les quelques informations recueillies montrent les enjeux politiques qui ont prévalu à sa naissance à la veille de la Deuxième Guerre mondiale : faire contre-feu à la Biennale de Venise et au Festival de Berlin où le cinéma proposé était plus qu’orienté. À ce premier fait d’importance s’ajoute le choix des lieux envisagés pour développer ce nouvel événement : Cannes, Biarritz, Vichy et Alger. Des lieux touristiques, stations et villes. Il conviendrait de comprendre les raisons qui ont prévalu à l’élaboration de cette liste et celles qui rendent compte du choix de Cannes : « La ville de Cannes est choisie pour “son ensoleillement et son cadre enchanteur” », dit-on à l’époque, ce qui laisse songeur3.

18Mais cet argument un peu court montre qu’il y a là sans doute des logiques à comprendre. Peut-être faut-il y voir une conséquence d’une crise traversée par le secteur touristique cannois d’alors. Au moment où l’idée du Festival émerge, la saison touristique a totalement changé sur la Côte d’Azur (MIT, 2005). La fréquentation estivale a succédé à l’hivernage, et de nouvelles destinations ont surgi (Bertho-Lavenir, 1999). Aussi Cannes, construite selon les préceptes touristiques en vigueur tout au long du XIXe siècle, aurait-elle été contrainte d’évoluer, et le Festival pourrait être l’élément de ce changement. Les trois premières éditions se sont déroulées en septembre, avant de se tenir finalement au printemps dès 1951. Depuis, il a changé réellement de nature, devenant un événement économique et médiatique de premier ordre, et d’autres manifestations complètent le dispositif : le Marché du film, MTV, le Marché international de l’immobilier en mars ou le Tax Free World Exhibition à l’automne.

  • 4 C’est nous qui soulignons.

« Lors de ses premières éditions, le Festival a l’allure d’une manifestation touristique et mondaine, d’une rencontre de cinéma plus que d’une compétition, puisque pratiquement tous les films présentés repartent avec un prix. Mais au fil des années, l’augmentation croissante du nombre de participants et l’importance de nouveaux enjeux économiques infléchit cette tendance. Le Festival devient le rendez-vous incontournable des professionnels du cinéma et, par suite, la manifestation annuelle la plus médiatisée, avec aujourd’hui près de 4 000 journalistes représentant plus de 1 600 médias4. »
(http://www.festival-cannes.fr/​fr/​about/​festivalHistory)

19Au-delà de la dimension exemplaire de Cannes, le voyage d’affaires est devenu aujourd’hui un secteur économique plus rentable et plus performant que le tourisme lui-même parfois : « Alors que la durée des séjours se raccourcit et que les vacanciers dépensent de moins en moins, les professionnels azuréens veulent doper le tourisme d’affaires. Les congressistes représentent déjà la majorité des revenus du secteur, et ce durant toute l’année. » (Métro, juin 2007.) D’ailleurs, le creux de la saison à Deauville n’est-il pas la première quinzaine de juillet, lorsque les rencontres professionnelles sont terminées et les touristes encore absents, le mois le plus fréquenté étant septembre ?

20Les retraités contribuent aussi à transformer la fréquentation des stations en devenant une nouvelle population touristique à part entière et constituant même un marché, celui des « seniors ». Et les évolutions récentes sont particulièrement fortes : « La hausse globale des taux de départ entre 1999 et 2004 est ainsi en grande partie due à la plus grande propension des jeunes retraités à partir en vacances. » (Le Jeannic et Ribera, 2006.)

« Ainsi, en 1979, la moitié des jours de vacances était le fait des moins de 35 ans et le nombre de jours de vacances diminuait progressivement avec l’âge. En 2004, les jours de vacances sont plus également répartis sur tous les âges de la vie et, parmi les personnes prenant des vacances, ce sont les 65 ans et plus qui partent le plus longtemps : 37 jours en moyenne en 2004 contre 26 jours pour l’ensemble de la population. Aujourd’hui, ce n’est qu’à partir de 70 ans que l’on commence à observer une baisse des départs. »
(Dauphin et Tardieu, 2007.)

21Et leur saisonnalité touristique est assez différente des actifs comme le montre le graphique suivant (fig. 1). Si 70 % des actifs partent en vacances en juillet-août, le chiffre est de 40 % pour les retraités, avec un printemps assez présent (8 % en avril-mai et 10 % en juin) et une arrière-saison non négligeable (10 % en septembre).

Fig. 1 – Des saisonnalités selon les âges

Fig. 1 – Des saisonnalités selon les âges

III – Habitabilité permanente et définitive

22À l’habiter temporaire s’ajoute l’habiter définitif qui, dans les stations touristiques, s’est aussi diversifié en intégrant des populations dont le lien avec le tourisme s’atténue progressivement.

1. Des « habiter » permanents induits

  • 5 C’est nous qui soulignons.

23Certes, la fonction des lieux touristiques tels que les stations est d’assurer le séjour des touristes qui y viennent. Historiquement, cela impliquait des équipements touristiques précis (hébergements, établissements thermaux et autres casinos) mais aussi des services indirects voire induits. Ainsi à Cabourg, « en 1883 est construit, à l’emplacement de l’insalubre mare Saint-Michel, un imposant mais élégant édifice qui regroupe la mairie, l’école des garçons en entrant à droite et le bien modeste et inconfortable bureau des Postes et Télégraphes à gauche, remplacé après la Première Guerre par un vaste bureau, situé juste en face5 ».

24Si la poste est un service attendu des touristes, l’école associée montre aussi les implications de l’édification d’un lieu touristique : permettre aux actifs du tourisme de pouvoir y vivre et y résider en famille. Cela constitue une première population permanente. Les stations touristiques sont donc des lieux urbains faits de deux types de résidents : touristes et actifs du tourisme.

25Aujourd’hui, les caractéristiques des stations jouent autrement dans l’accueil de nouvelles populations résidentes. En effet, dans un contexte français où le coût de la location devient parfois élevé, on observe la délocalisation des étudiants de certaines villes vers les littoraux proches quand la configuration géographique l’autorise. Ainsi Lattès, Palavas-les-flots ou La Grande-Motte bénéficient depuis quelques années de l’installation d’une population étudiante de septembre à juin qui trouve là des appartements « bon marché » face à l’envolée des prix de l’agglomération montpelliéraine. De même à La Rochelle où le quartier touristique des Minimes est aussi le lieu de vie des étudiants du pôle d’enseignement supérieur voisin. Les contrats de location sont très explicites où l’étudiant s’engage à partir en juillet-août. En effet, la location mensuelle d’un studio avoisine les 400 €, prix d’une semaine pendant la haute saison. Cette nouvelle population bénéficie alors des aménités d’un espace urbain capable d’accueillir de grands volumes d’habitants et qui est au niveau en matière de services.

2. La réalisation d’une prophétie : « vivre au pays des vacances »

26À ces premières formes d’habiter définitif s’ajoute la relation assez nouvelle développée par les actifs vis-à-vis des lieux touristiques fréquentés au moment où sonne l’heure de la retraite. En effet, les retraités européens et nord-américains des années 1970 peuvent apparaître comme des novateurs de l’habiter des lieux touristiques, en les choisissant comme nouveaux lieux de vie. Ce lien entre station touristique, régions touristiques et migration de retraite est un sujet très bien analysé en Europe occidentale, en Amérique du nord et en Australie avec de nombreux travaux (Warnes, 2004). En France, le lien entre retraités et stations est important dès 1990 : « Parmi les communes de résidence, 17 % sont des stations touristiques du littoral, 3 % seulement des communes de montagne, et au total 27 % sont classées “touristiques” par l’INSEE. » (Cribier, 1990.) En 2001, une synthèse de l’INSEE soulignait :

« Entre 1990 et 1999, plus de 60 000 seniors se sont installés dans la région. Comparés aux 400 000 nouveaux arrivants, ils ne représentent qu’un nouvel arrivant sur six. Toutefois, pour appréhender l’ensemble des migrations de retraite, il faut également tenir compte des personnes plus jeunes qui ont accompagné ces seniors lors de leur migration (conjoint, enfant…), soit 18 000 personnes supplémentaires. Au total, la migration de retraite concernerait donc plutôt 80 000 personnes en Languedoc-Roussillon, soit un nouvel arrivant sur cinq. »
(INSEE, Languedoc-Roussillon, 2001.)

  • 6 Dossier spécial : « Où s’installer pour sa retraite ? », La Croix du 25 avril 2007.

27Tout cela nous importe parce que ces mouvements confèrent une place particulière aux stations touristiques dans l’écoumène et illustrent leur évolution. Même si l’on évoque parfois le tassement du phénomène en France6, le mouvement de « résidentialisation » perdure car il a été relayé par les actifs. Au total, il aurait concerné près d’un million de personnes entre 1968 et 1999 (IFEN-Institut français de l’environnement, Observatoire du littoral) dont 90 % pour les littoraux atlantique et méditerranéen, les plus touristiques. Sur la période récente (1990-1999), la Méditerranée française a accueilli 15 habitants de plus au kilomètre carré et serait confrontée aux « évolutions les plus rapides en métropole, avec + 23 % en moyenne, + 31 % dans le Var et + 48 % dans l’Hérault (croissance de l’agglomération de Montpellier). La population de la Corse augmente de 10 % » (DIACT, 2005).

28Ces dynamiques ont sans doute été accentuées par les effets de la crise économique des années 1970 et ses conséquences spatiales. Tout ceci a contribué à modifier certaines composantes profondes dans le mode d’organisation de l’espace français, illustré par la sortie de l’ouvrage de R. Uhrich en 1987, La France inverse ? Les régions en mutation :

« L’espace économique français des années quatre-vingt ne ressemble plus à ce qu’il a longtemps été. Une tradition plusieurs fois séculaire paraît voler en éclat. […] Traditionnellement, les économistes divisent l’Hexagone par une ligne imaginaire Le Havre-Marseille : au nord les régions riches, au sud les régions pauvres. Cette opposition ne vaut plus. La ligne Le Havre-Marseille existe toujours, mais elle sépare désormais les vieilles régions riches qui stagnent ou croissent moins vite que des régions qui n’ont pas bénéficié des deux premières révolutions industrielles, mais ont en tous domaines un taux de progression tout à fait supérieur à la moyenne. »
(Uhrich, 1987.)

3. Le tourisme, une activité peuplante

29Dès lors le lien serait établi que le tourisme, à l’instar de l’industrie et du commerce, serait une « activité peuplante ». Cette observation est un indicateur d’importance que l’on peut différencier en deux étapes à la lumière de nos analyses et exemples. Tout d’abord, il y aurait le peuplement touristique, c’est-à-dire que le tourisme produit la venue de populations pour assurer le développement du lieu : « ceux qui en vivent ». Là, une première phase de croissance serait visible. Dans certains cas, on pourrait observer, malgré la mise en tourisme d’un lieu, une stabilité de sa population par transfert d’un secteur économique en crise vers le secteur touristique en développement. Ensuite, il y aurait le peuplement résidentiel, c’est-à-dire la venue de personnes, retraitées, actives ou en formation, par choix de vie, par opportunité professionnelle autre que touristique, même si l’élection du lieu peut être liée à une histoire touristique : ils seraient « ceux qui y vivent ». L’hypothèse que nous faisons se manifeste doublement dans la croissance démographique : un premier saut quantitatif dans le peuplement signifierait la mise en tourisme suivi de son développement ; un second saut induirait l’arrivée d’une nouvelle population. Si l’on regarde les grands moments d’évolution démographique de quelques stations de la Côte d’Azur, on observe les dynamiques suivantes (tabl. 1). Pour les interpréter, il faut les mettre en perspective avec les évolutions de la société française et celles de la société locale.

Tableau 1 - Les dynamiques démographiques de quelques stations azuréennes

Stations

Croissance de l’indice

Période concernée

Type de processus

Cannes

+ 30

1842-1851

Mise en tourisme

+ 100

1851-1884

Développement touristique

+ 350

1884-1897

Développement touristique et/ou accueil de nouveaux résidents

+ 300

1897-1922

+ 400

1922-1947

+ 550

1958-1975

Développement touristique et/ou accueil de nouveaux résidents

Antibes

+ 50

1880-1897

Mise en tourisme

+ 200

1920-1947

Développement touristique

+ 350

1958-1968

Développement touristique et/ou accueil de nouveaux résidents

Fréjus

+ 50

1842-1910

Mise en tourisme

+ 200

1920-1947

Développement touristique

+ 350

1958-1968

Développement touristique et/ou accueil de nouveaux résidents

+ 400

1982-1999

Saint-Raphaël

+ 25

1864-1884

Mise en tourisme

+ 200

1884-1894

Développement touristique

+ 400

1922-1947

Développement touristique et/ou accueil de nouveaux résidents

+ 600

1958-1968

+ 600

1968-1982

N.B. : Base 100 = première année de la période proposée.

Sources : Élaboration personnelle à partir du dépouillement Murray 1854, Reclus 1864, Joanne 1880 et 1884, Baedeker 1897, Guide Joanne 1913, Guides POL 1920 ( ?), Guide Bleu 1947, Guide Bleu 1958, RGP 1968, 1975, 1982, 1990, 1999.

30À partir du tableau, plusieurs logiques peuvent être énoncées. La première croissance signifie la mise en tourisme du lieu à un moment où se constitue progressivement la Côte d’Azur. Les progressions suivantes, même si elles se déroulent avant les Trente Glorieuses, peuvent être interprétées comme les conséquences démographiques du développement touristique, montrant alors des effets très forts. À partir des années 1960, et tout particulièrement la période intercensitaire proposée 1956-1968, plusieurs raisons peuvent expliquer la croissance observée. D’une part, la venue des réfugiés de la Seconde Guerre mondiale qui ne seraient pas repartis ; d’autre part, l’arrivée des Français des colonies devenues indépendantes pendant cette période et, enfin, le développement massif de la migration de retraites puis d’actifs puisque Sophia-Antipolis ouvrit ses portes en 1969. Ceci constitue une vision générale puisque nous ne pouvons pas différencier entre les flux.

31Il apparaît donc que l’observation du peuplement peut être un outil précieux pour comprendre la complexification des lieux touristiques dans leur constitution et leur évolution : produits pour accueillir des populations temporaires, ils deviennent ou sont devenus des lieux de vie.

IV – De l’urbanité à la centralité

32Toutes ces observations soulèvent alors une question fondamentale pour un certain nombre de stations touristiques. Sont-elles encore touristiques ou, comme nous l’évoquions en introduction de cet article, sont-elles des lieux avec une activité touristique parmi d’autres ? Cette thématique nous importe en ce qu’elle permet d’observer, là encore, la longévité des lieux touristiques par leur capacité à transformer l’urbanité en centralité.

  • 7 Pour alimenter cette question, il existe de nombreux travaux : Ashworth et Tunbridge, 1990 ; Soane, (...)

33Leur édification et leur fonctionnement impliquait la mise en place d’un niveau d’urbanité et peut-être de centralité bien supérieur à l’urbanité et à la centralité préexistant à leur création, c’est-à-dire un village ou une petite ville, comme l’évoquait F. Deprest à travers sa notion de « transfert de centralité » (1997), expérimentée sur la station alpine de Saint-Gervais-les-Bains et la station littorale de Nice. Cela signifiait que, par l’installation des touristes hors de l’établissement humain préexistant, l’ancienne ville ou le bourg perdait progressivement son rôle central dévolu alors au nouveau quartier touristique. L’auteur faisait même de la promenade des Anglais l’incarnation du lien entre ancienne centralité et nouvelle centralité. Si ce travail7 nous semble toujours intéressant, il doit être repris et affiné.

34En effet, le transfert de centralité nous apparaît comme la deuxième étape du processus initié par les touristes. Car, pour qu’il y ait transfert de centralité, nous faisons l’hypothèse qu’il faudrait tout d’abord que s’opère un transfert d’urbanité. À savoir qu’il est nécessaire que des touristes, urbains à la recherche de lieux nouveaux mais dans lesquels ils souhaitent rencontrer des modes de vie urbains, transforment le lieu par et pour leur séjour. Le transfert d’urbanité est important à prendre en considération car il constitue une étape de la rencontre entre touristes et société locale. Il se matérialise de deux manières : soit par l’installation de touristes dans le centre ancien et cela peut induire des modernisations ; soit par la production d’un « lieu de villégiature touristique » (Duhamel, 2007), tel que La Croix de Marbre à Nice. À cette époque, les Anglais ne créent pas un lieu nouveau ; ils investissent un faubourg de la ville, plus adapté à leurs attentes : hors de la vieille ville, proche de la plage.

35Le transfert de centralité s’initie avec l’édification de la promenade des Anglais dont la première version, le chemin des Anglais, est financée en 1823. Il se poursuit en 1835, lorsque, « devant la présence accordée par les étrangers à la rive droite où les constructions nouvelles pouvaient s’étendre rapidement, la ville décida […] de prendre aussi la route des Anglais à sa charge et d’en vendre les terrains contigus » (Potron et Isoart, 1997). Alors s’opère un basculement dans l’espace niçois puisque le front de mer devient progressivement mais inéluctablement le lieu d’importance, hors la ville et constitué par les touristes. Le transfert de centralité devient effectif au moment où se cumulent l’inauguration de l’Hôtel des Anglais (1860), le nouvel aménagement de la promenade des Anglais avec la plantation des palmiers (1863), l’ouverture de la gare (1864) et la construction du pont Napoléon sur le Paillon (1864), joignant la promenade au quai du Midi qui longeait les remparts sud de la vieille ville. Toute la nouveauté du lieu se localise hors les murs de la vieille ville.

36L’hypothèse que nous posons ici est que le transfert de centralité résulterait d’une alliance objective, un contrat (Knafou, 1992), entre touristes et locaux, ces derniers y contribuant par la reconnaissance du poids du tourisme dans le fonctionnement local de la société. L’ensemble du processus (transfert d’urbanité et de centralité) s’opèrerait ici sur un siècle.

Urbanisation et seuil d’urbanité

  • 8 Observations faites à partir du calcul des espaces urbanisés sur les cartes proposées dans les guid (...)

37À partir de ce moment précis, deux logiques se mettraient en place : l’urbanisation et l’augmentation d’urbanité. L’urbanisation s’opère pour l’accueil des touristes et la résidence des actifs du tourisme. Les stations s’apparentent alors à des « villes-champignons ». Ainsi, Cannes découvert par Lord Brougham en 1830 est un ensemble urbain d’un kilomètre carré en 18948 avec quelques développements au-delà de la voie de chemin de fer. Avec les années 1920, une urbanisation importante s’est développée au-delà de la voie ferrée tout le long de la station et un véritable quartier s’est constitué à la pointe de la Croisette. L’ensemble représente deux kilomètres carrés. En 1947, la jonction est faite avec Le Cannet, même s’il constitue un étroit corridor dans sa partie septentrionale, et avec la pointe de la Croisette. On aboutit à un espace urbanisé de sept kilomètres carrés. Or à cette époque se pose déjà la question, pour Cannes, d’une évolution vers le peuplement résidentiel au moment où fut créé le Festival du Film.

38La croissance d’urbanité est un terme que nous proposons pour rendre compte de l’évolution de la qualité urbaine du lieu, au-delà de la simple urbanisation. Le premier seuil d’urbanité est constitué lors de l’édification de la station elle-même : viabilisation et / ou lotissement, équipements plus ou moins monumentaux, services urbains (MIT, 2002 ; Duhamel, 2003).

39D’autres seuils d’urbanité peuvent être identifiés mais la chronologie des événements reste ouverte car nous ne disposons pas d’exemples en nombre suffisant. Un premier est l’autonomisation municipale des stations. Ce processus est ancien et a touché un certain nombre de lieux en France. Il est une spécificité touristique, souvent ignorée mais qui introduit déjà l’idée que ces lieux, porteurs d’urbanité, peuvent prétendre incarner les lieux du pouvoir même local comme Palavas en 1850, Pornichet en 1901, La Croix-Valmer en 1934 et La Grande-Motte en 1974 (Burnet, 1963 ; Grenier, 1985 ; MIT, 2002). Cette émergence d’urbanité peut s’opérer autrement :

« Le dernier acte qui consacre l’appropriation par le tourisme n’intervient qu’au début des années 1960. En effet, en 1961, la commune est devenue La Baule-Escoublac, abandonnant Escoublac-La Baule, inversion qui précède le glissement du nouvel hôtel de ville, d’allure urbaine, jusqu’à quelques dizaines de mètres du front de mer. L’appropriation de l’espace par les acteurs du tourisme s’est donc manifestée à La Baule par la mise sous tutelle de la commune mère. »
(Violier, 2002.)

40Un deuxième serait la création d’équipements en lien avec le tourisme mais également destinés à d’autres populations ou sans lien avec le tourisme mais avec la volonté d’accueillir d’autres populations temporaires ou davantage de populations permanentes. Le cas de Saint-Jean-de-Monts est à ce titre exemplaire du franchissement d’un seuil d’urbanité actuellement. En effet, cette station touristique, deuxième de France avec ses 110 000 lits, a depuis quelques années une véritable politique urbaine. Tout d’abord, elle a réaménagé sa promenade maritime en séparant les différentes circulations automobiles, piétonnes et douces. Les travaux furent achevés en 2005. L’an passé elle a inauguré un complexe aquatique. L’un comme l’autre sont à l’adresse des touristes mais pas seulement. La promenade est devenue le but de promenade des habitants de la station et de la Vendée proche, un espace de loisirs, et l’autre est à l’adresse des résidents qui trouvent là un espace de qualité pour des pratiques aquatiques, et tout particulièrement les scolaires. La réhabilitation du centre des congrès Odysséa, achevée en 2010, est aussi un signe d’évolution du lieu vers d’autres logiques. Enfin, la reconstruction de la médiathèque et son extension évoque une évolution du lieu vers des services plus urbains sans pour autant remettre en question la dimension fondamentalement touristique et saisonnière du lieu.

  • 9 « Le CTD est avant tout l’espace des pratiques touristiques affirmées, qui cumule lieux de visite, (...)

41Un autre indicateur de ce passage d’une station touristique à une ville touristique serait la constitution d’un Central Tourist District (CTD)9 permettant de différencier une zone touristique et une zone peu ou pas touristique. La constitution d’un CTD irait de pair avec l’étalement urbain et la croissance d’urbanité. Il passerait par l’étape que les guides nomment « visite de la station » ou « itinéraires », comme le montre Cannes. Même si Baedeker en 1894 propose quelques informations sur ce qui est digne d’être visité dans le lieu, l’idée d’itinéraires n’apparaît que dans le guide Joanne de 1913 et représente plus de six pages dans le guide POL de 1920. L’itinéraire est devenu une constante depuis.

42Enfin, deux dernières variables permettraient de saisir ces évolutions : la place des services saisonniers dans l’équipement commercial, ou encore le taux de fonction touristique passé de 1,95 à 1,5 lors de la dernière décennie à Cannes, par exemple. Ce chiffre exprime une croissance démographique plus forte que l’évolution touristique.

En conclusion, la nourriture des lieux touristiques

43Les lieux touristiques montrent leur originalité par leur porosité, au sens où ils constituent des systèmes sociaux et spatiaux fondés sur l’ouverture, dans laquelle certaines évolutions contemporaines peuvent venir se déployer pour investir et subvertir des lieux nés eux-mêmes de la subversion ou de la diversion des entités préexistantes (MIT, 2002 ; Duhamel, 2003). Si le tourisme est atténué dans des stations, cela tient au développement d’autres activités et à l’installation de résidents permanents, non actifs du tourisme. Mais pour l’instant, elles ne disparaissent pas.

44En cela il n’y aurait pas de sortie du tourisme, pas encore du moins (MIT, 2010). Si le tourisme décline dans des lieux touristiques, cela s’explique par leurs évolutions, non par leurs saturations. Toutes ces logiques expliqueraient leur perpétuation par le renouvellement constant de leurs attraits. Ce désir de rivage, ancien, permanent depuis car renouvelé sans cesse, connaîtrait actuellement son acmée par la valeur immobilière que représentent ces lieux. En effet, les littoraux touristiques (comme les montagnes également) valent autant voire plus que des villes démographiquement très supérieures aux stations (tabl. 2).

45Cette capacité à se transformer tient également à l’urbanité qui les caractérise dès leur naissance. Celle-ci se développe selon des logiques extrêmement variées mais toujours calées sur « l’air du temps » (Duhamel et Knafou, 2003). Il conviendrait de poursuivre la réflexion sur le transfert d’urbanité et sur la succession des seuils d’urbanité. Et sans doute y parviendrons-nous plus facilement par la différenciation plus fine des populations présentes dans les stations.

Tableau 2 - Des communes touristiques plus chères que les villes… (2010)

Communes

Prix au m2 d’un appartement (en €)

Prix au m2 d’une maison nue

(hors terrain) (en €)

fourchette

moyenne

fourchette

moyenne

Arcachon

2 661 à 7 333

4 402

2 357 à 6 828

4 056

Biarritz

2 774 à 6 721

4 127

2 477 à 6 021

3 745

Les Sables-d’Olonne

2 281 à 5 793

3 593

1 731 à 4 462

2 803

Anglet

2 181 à 5 050

3 255

2 234 à 5 202

3 355

La Rochelle

1 692 à 4 640

3 132

1 458 à 3 974

2 434

Saint-Jean-de-Monts

1 934 à 3 910

2 852

1 571 à 3 773

2 624

Bayonne

1 811 à 3 839

2 652

1 729 à 4 017

2 773

Montalivet

2 217 à 2 999

2 608

969 à 2 681

1 842

Bordeaux

1 788 à 3 554

2 595

1 632 à 3 741

2 618

Nantes

1 670 à 3 653

2 449

1 667 à 3 531

2 539

Angers

1 322 à 2 855

1 943

1 411 à 2 879

2 031

Hourtin

1 631 à 2 207

1 919

1 444 à 2 891

2 102

La-Roche-sur-Yon

1 046 à 2 713

1 670

117 à 2 189

1 624

Source : meilleursagents.com, classé par ordre décroissant du prix moyen des appartements.
N.B. : Sur ce site, on peut découvrir une carte particulièrement riche d’enseignement sur la valeur immobilière des régions touristiques aujourd’hui en France.

Haut de page

Bibliographie

Ashworth G. J., Tunbridge J. E., The Tourist-Historic City. London and New York, Belhaven Press, 1990, 283 p.

Baretje R., Defert P., Aspects économiques du tourisme, éditions Berger-Levrault, coll. « L’administration nouvelle », Paris, 1972, 297 p.

Bonvalet C., De la résidence principale à la multi-résidence. Atelier Mobilité et Résidence, 16 & 17 novembre, CIRAD-CEPED, Nogent-Sur-Marne, 2004, http://ceped.cirad.fr/cdrom/mobilite/html/multires.html

Cazes G., Le Tourisme en France, PUF, coll. « Que-sais-je ? », no 2147, Paris, 1984, 127 p.

Chadefaud M., Aux origines du tourisme dans les pays de l’Adour. Du mythe à l’espace, un essai de géographie historique, Pau, J&D Éditions, 1987, 1 010 p.

Coëffé V., Violier Ph., « Les lieux du tourisme : de quel(s) paradis parle-t-on ? », Articulo - Revue de sciences humaines, 4/2008, [En ligne], mis en ligne le 4 octobre 2008, http://articulo.revues.org/index158.html

Cribier F., « La migration de retraite des Parisiens vers la province et ses transformations récentes », in Lelièvre E., Lévy-Vroelant Cl. (dir.), La Ville en mouvement : habitat et habitants, Actes de l’atelier D : « Mobilités résidentielles et mutations urbaines », 4e Conférence internationale de recherche sur le logement, « Les enjeux urbains de l’habitat », Paris, 3-6 juillet 1990, http://www2.urbanisme.equipement.gouv.fr

Cribier F., Kych A., Les parcours résidentiels de fin de vie d’une cohorte de retraités de la Région parisienne, CNRS, Lasmas-Institut du longitudinal, Iresco, note de synthèse du rapport (janvier 1999, 41 pages), Cahiers de Recherches de la MIRe, no 5, Paris, 1999, http://infodoc.inserm.fr/serveur/vieil.nsf

Dauphin L., Tardieu F., « Vacances : les générations se suivent et se ressemblent… de plus en plus », INSEE Première, INSEE, août 2007.

Deprest F., Enquête sur le tourisme de masse. L’écologie face au territoire, Belin, coll. « Mappemonde », Paris, 1997, 207 p.

DIACT, Construire ensemble un développement équilibré du littoral, La Documentation française, coll. « Territoires en mouvement », Paris, 2005, 156 p.

DIRECTION DU TOURISME, Mémento du tourisme, ministère des Transports, de l’Équipement, du Tourisme et de la Mer, Paris, 2009, 134 p.

Duhamel Ph., Tourisme et temps long. Essai pour une généalogie des lieux touristiques. Lecture du cas français mis en perspective, Habilitation à diriger des recherches, université d’Angers, 2007, 435 p.

Duhamel Ph., « Les lieux touristiques », in Stock M. (coord.), Le tourisme, acteurs, lieux et enjeux, Belin, coll. « Sup. Géographie », Paris, 2003, 303 p.

Duhamel Ph., Violier Ph., Tourisme et littoral : un enjeu du monde, Belin, coll. « Tourisme », Paris, 2009, 190 p.

Duhamel Ph., Knafou R., « Tourisme et littoral : intérêts et limites d’une mise en relation », Annales de Géographie, no 629, 2003, p. 47-67.

Équipe MIT (Mobilités, Itinéraires, territoires), Tourismes 3. La révolution durable, Belin, coll. « Mappemonde », Paris, 2010, à paraître.

Équipe MIT, Tourismes 2. Moments de lieux, Belin, coll. « Mappemonde », Paris, 2005, 349 p.

Équipe MIT, Tourismes 1. Lieux communs, Belin, coll. « Mappemonde », Paris, 2002, 320 p.

Fourastié J., Les Trente Glorieuses ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Fayard, Paris, 1979, 288 p.

INSEE, « Migrations de retraités en Languedoc-Roussillon », Repères pour l’économie du Languedoc-Roussillon, synthèse, no 15, octobre 2001.

Gravari-Barbas M., « La leçon de Las Vegas : le tourisme dans la ville festive », Géocarrefour, Revue de géographie de Lyon, vol. 76, no 2, 2001, p. 159-164.

Knafou R. (dir.), « Tourisme et loisirs », in Saint-Julien Th. (dir.), Atlas de France, vol. 7, La Documentation française / GIP Reclus, Paris / Montpellier, 1997, 126 p.

Knafou R., Bruston M., Deprest F., Duhamel Ph., Gay J.-C., Sacareau I., « Une approche géographique du tourisme », L’Espace géographique, no 3, 1997, p. 193-204.

Knafou R., « L’invention du tourisme », in Bailly A., Ferras R., Pumain D. (dir.), Encyclopédie de géographie, Economica, avec le concours de Saint-Dié-des-Vosges, Paris, 1992.

Le Jeannic T., Ribera J., « Hausse des départs en vacances, mais 21 millions de Français ne partent pas », INSEE Première, INSEE, juillet 2006.

Lévy J., article « métrique », in Lévy J., Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, Paris, 2003, p. 607-609.

Lussault M., « Le tourisme, un genre commun », in Duhamel Ph., Knafou R. (dir.), Mondes urbains du tourisme, Belin, coll. « Mappemonde », Paris, p. 333-349.

Moisy L., « L’espace de la ville ludique et touristique : approche à travers les pratiques spatiales des visiteurs (hébergements, itinéraires) », Géocarrefour, Revue de géographie de Lyon, vol. 76, no 2, 2001, p. 107-114.

Morice J.-R., Désiré-Pébarthe H., Violier Ph., « Itinéraires de lieux touristiques du littoral atlantique », Norois, n° 206, 1/2008, p. 9-20.

Plasait B., Le Tourisme d’affaires : un atout majeur pour l’économie, Avis du Conseil économique et social, 2007, 144 p.

Stock M., “European cities: Towards a recreational turn?”, Hagar. Studies in Culture, Polity and Identities, vol. 7, no 1, 2007, p. 115-134.

Stock M., Mobilités géographiques et pratiques des lieux. Étude théorico-empirique à travers deux lieux touristiques anciennement constitués : Brighton & Hove (Royaume-Uni) et Garmisch Partenkirchen (Allemagne), doctorat de géographie, université de Paris VII - Denis Diderot, 2001, 663 p.

Terrier Ch., « Distinguer la population présente de la population résidente », Courrier des statistiques, 2009, no 128.

Uhrich R., La France inverse ? Les régions en mutation, Economica, Paris, 1987, 317 p.

Violier Ph., « La Baule, du tourisme au lieu de vie », Mappemonde, no 66, vol. 2, 2002, p. 20-24.

Warnes T. (coord. & éd.), Older migrants in Europe: essays, projects and sources, Sheffield Institute for Studies on Ageing, ESF Scientific Network, University of Sheffield, Sheffield, 2004, 119 p.

Haut de page

Notes

1 Cette approche trouvera d’utiles mises en perspectives avec l’article de Jean-Pierre Augustin sur Lacanau proposé dans ce numéro.

2 Acronyme anglais pour « Meetings, Incentives, Conventions and Exhibitions » (réunions, incitations, congrès, foires/salons).

3 http://www.festival-cannes.fr/fr/about/festivalHistory

4 C’est nous qui soulignons.

5 C’est nous qui soulignons.

6 Dossier spécial : « Où s’installer pour sa retraite ? », La Croix du 25 avril 2007.

7 Pour alimenter cette question, il existe de nombreux travaux : Ashworth et Tunbridge, 1990 ; Soane, 1993 ; Moisy, 2001 ; ou Gravari-Barbas, 2001, parmi tous ceux qui pourraient être cités. Le recours au seul travail de F. Deprest tient à son approche même et aux termes employés.

8 Observations faites à partir du calcul des espaces urbanisés sur les cartes proposées dans les guides touristiques Baedeker des dates indiquées.

9 « Le CTD est avant tout l’espace des pratiques touristiques affirmées, qui cumule lieux de visite, de déambulation, d’achat, de restauration et, pour partie, de résidence. » (Duhamel et Knafou, 2007, p. 49.)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Des saisonnalités selon les âges
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Duhamel, « Des lieux dans le vent : réflexions sur la longévité des stations touristiques littorales françaises », Sud-Ouest européen, 29 | 2010, 125-134.

Référence électronique

Philippe Duhamel, « Des lieux dans le vent : réflexions sur la longévité des stations touristiques littorales françaises », Sud-Ouest européen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 27 février 2016, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/soe/1503 ; DOI : 10.4000/soe.1503

Haut de page

Auteur

Philippe Duhamel

Professeur de géographie à l’université d’Angers, UMR ESO-CARTA.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals