Navigation – Plan du site
Quelques références autour du tourisme

Loisir, tourisme et développement durable

Olivier Bessy (dir.), Sport, loisir, tourisme et développement durable des territoires
Pierre Chazaud
p. 136-138
Référence(s) :

Olivier Bessy (dir.), Sport, loisir, tourisme et développement durable des territoires, Presses universitaires du sport (PUS), 2008, 175 pages.

Texte intégral

1Cet ouvrage coordonné par Olivier Bessy s’inscrit dans la structuration en cours d’un courant de recherche autour de la socio-géographie du sport, des loisirs et du tourisme, en envisageant l’impact de ces pratiques en matière de construction et de développement territorial. L’ensemble des contributions essaient de montrer comment aujourd’hui des territoires aussi différents que les territoires montagnards, océaniques, ruraux, en friche et insulaires, sont structurés, mis en valeur et dynamisés dans une perspective de durabilité / attractivité par des pratiques, des entreprises, des aménagements et des événements liés aux loisirs et au tourisme sportif de nature.

2Cette problématique connaît aujourd’hui une réelle actualité car elle interpelle directement les différents acteurs concernés par la mise en valeur des espaces naturels propices à la pratique. Cependant, la complexité du champ aux contours mal définis pose d’emblée des problèmes de définition des termes et de catégorisation des activités. De même, la position des loisirs sportifs de nature au carrefour du sport, du tourisme, de l’économie, du socioculturel et de l’environnement, comme la superposition des populations et des usages sur des territoires identiques, ou encore la multiplicité des acteurs concernés, rendent la tâche particulièrement difficile au chercheur soucieux de traiter ce sujet. La réalisation de cet ouvrage s’inscrit dans cette dynamique intellectuelle. Elle vise à mieux comprendre et appréhender les multiples constructions et relations possibles entre sport, loisir, tourisme, territoire et développement durable, afin de favoriser un questionnement plus qualitatif des territoires. Elle cherche, en même temps, à renouveler la problématique sport et développement local en intégrant les nouveaux dispositifs législatifs de décentralisation et en prenant davantage en compte l’objectif de développement durable qui vise à se préoccuper des dimensions socioculturelles et environnementales en même temps que des enjeux économiques.

3L’ouvrage est structuré en deux parties qui proposent une approche transversale et une approche thématique (deuxième partie).

4L’approche transversale, de type épistémologique, vise à questionner les concepts clés de l’ouvrage. En plein renouveau et en recomposition permanente, le concept de territoire est discuté par Jean-Pierre Augustin. Il le différencie, tout d’abord, de la notion d’espace, simple support de la vie et des activités qu’il est indispensable de qualifier, mais aussi des conceptions exclusivement politiques ou naturalistes souvent associées au territoire. Ce dernier résulte selon lui « d’une construction sociale » dans le sens où il recouvre les diverses formes de relations que les individus ne cessent de produire et de transformer en son sein. Il envisage alors le territoire comme un lieu anthropologique porteur de sens et constructeur d’identité locale.

5Le concept de développement durable qui s’impose aujourd’hui comme le référentiel majeur des politiques territoriales, est interrogé par Olivier Bessy en partant de son actualité, de sa complexité et de son ambivalence. L’auteur trace une voie entre son usage superficiel, détourné ou pernicieux et les enjeux économiques, socioculturels et environnementaux qui lui sont rattachés, à partir du moment où on le met au service d’une véritable démarche éthique, qualitative et opératoire, à l’échelle d’un territoire. Dans cette perspective, un modèle d’analyse de la contribution des loisirs et du tourisme sportif de nature au développement durable est proposé en éclairant les effets structurants et déstructurants pour un territoire et en décodant, chez les acteurs concernés, les enjeux convergents, source d’implication et d’avancée, mais aussi les intérêts divergents, source de conflits et d’inertie.

6Enfin, Patrick Bayeux, dans un chapitre intitulé « Sport, tourisme et gouvernance : des politiques publiques à l’action publique », met en évidence la complexité des relations entre le sport, le tourisme et les territoires ainsi qu’un déficit de gouvernance au niveau des différents acteurs politiques locaux. Il montre comment ces derniers ont davantage développé des processus de territorialisation de leurs interventions, que cherché à mettre en place une nouvelle gouvernance basée sur la construction de dispositifs de concertation et la participation de chaque échelon à un projet de territoire collectivement partagé. Une « gouvernance verticale » en cohérence avec elle-même est ainsi favorisée au détriment d’une « gouvernance horizontale » prenant en compte les spécificités des autres collectivités agissant sur le même territoire. Dans ce contexte, chaque territoire doit, selon lui, élaborer son projet en partant des règles de jeux fixés par les politiques publiques et en développant une ingénierie territoriale au service de l’action publique locale.

7L’approche thématique s’articule autour de cinq types de territoires représentatifs de la diversité nationale. Ils ont été choisis en fonction de leur origine, maritime, montagnarde, rurale, en friche, insulaire, mais aussi de leurs particularismes en matière de développement durable. Dans chacun des chapitres, les caractéristiques typiques des territoires étudiés ainsi que le diagnostic territorial et les enjeux légitimant un projet de développement durable sont dans un premier temps exposés. Puis, la contribution des loisirs sportifs et / ou du tourisme sportif de nature au développement durable des territoires concernés est abordée, en détaillant les aspects économiques (développement touristique des régions concernées), les aspects environnementaux (protection, sensibilisation, valorisation du milieu…) et les aspects socioculturels (cohésion sociale, intégration, construction identitaire…). Enfin, la qualité variable de cette contribution selon les territoires est expliquée en éclairant les décalages voire les contradictions entre les discours et les pratiques, mais aussi en pointant les résistances, les difficultés et les conflits entre acteurs.

8Le chapitre 1 s’intéresse aux territoires marins confrontés aux exigences du développement durable. Dans sa production intitulée « Nautisme, côtes bretonnes et développement durable : dynamiques et résistances », Thierry Michot nous montre que les pratiques nautiques n’évoluent pas dans la même temporalité que les décisions économiques et politiques. Dans ce contexte, l’adaptation de la plaisance bretonne au développement durable ne se fait pas, selon l’auteur, sans contraintes et difficultés.

9Le chapitre 2 est centré sur les territoires montagnards face au tourisme durable. Deux contributions, une alpine et l’autre pyrénéenne, illustrent cette problématique.

10Dans la première, intitulée « Territoires de montagne et tourisme durable : une approche critique », Philippe Bourdeau nous propose de porter une attention renouvelée au modèle culturel et territorial en lieu et place du modèle industriel du tourisme, si l’on veut résoudre les problèmes structurants qui se posent aujourd’hui aux stations de montagne. La référence au tourisme durable est, selon l’auteur, aujourd’hui peu crédible car détournée par la majorité des acteurs touristiques en place.

11Dans la seconde intitulée « L’enjeu de développement durable des sports de nature estivaux dans les Pyrénées », Véronique Audeguis et Didier Theiller, nous éclairent sur le rôle modeste joué par les loisirs sportifs de nature (randonnée pédestre mise à part) en matière de développement durable. Pour eux, il y a une vraie difficulté pour le territoire pyrénéen, étouffé au niveau global par l’enchevêtrement des pouvoirs et partagé au niveau local par les divergences d’intérêts immédiats, à passer efficacement d’une démarche de gestion « descendante » à la prise en compte de revendications ou d’initiatives « ascendantes ».

12Le chapitre 3 porte sur les territoires ruraux en recherche d’identité. Il est illustré par le texte de Christopher Hautbois intitulé « Les activités équestres en Normandie ou comment les loisirs sportifs participent à la construction de l’image d’un territoire rural ». L’auteur cherche ici à nous sensibiliser à l’ardente obligation pour les territoires ruraux de se construire une identité forte et originale seule susceptible d’éviter la désertification. Les activités équestres constituent de ce point de vue un bel exemple de dynamisation du territoire normand dans son ensemble, en contribuant à la construction d’une identité territoriale valorisante. Dans ce domaine, il apparaît que la question des ressources naturelles disponibles localement ainsi que la capacité des acteurs publics à véhiculer une image cohérente, sont les facteurs clés de succès.

13Le chapitre 4 éclaire les opportunités et les limites représentées par les complexes de loisirs sportifs en tant qu’outil de développement des territoires en crise, à partir de deux exemples : « Cap’Découverte » dans le Tarn et « Loisinord » dans le Pas-de-Calais.

14Le premier est développé par Nadine Haschar-Noé dans un article intitulé « Action publique et reconversion durable d’une friche industrielle. L’exemple de Cap’Découverte ». Cet équipement de grande envergure apparaît, selon elle, comme un cas « exemplaire » d’action publique visant la redynamisation d’un territoire en crise. Ce projet connaît cependant un échec relatif en raison d’obstacles politiques, économiques et sociaux qui rendent cette reconversion d’un espace minier en espace de loisirs sportifs particulièrement délicate, et limitent ainsi les effets structurants en matière de développement durable du territoire concerné.

15Le second exemple est fourni par Guillaume Penel dans sa contribution intitulée « Équipements de loisirs sportifs et développement durable. Éléments de réflexion autour de l’exemple de Loisinord ». L’auteur pose ici la question du développement durable dans un territoire sinistré et expose les incidences du projet Loisinord, caractérisé par un complexe de loisirs sportifs sur le thème de la glisse, pour la ville de Nœux-les-Mines. Il met en évidence des incidences positives sur le plan économique, socioculturel et environnemental mais s’interroge en même temps sur la fiabilité et la durabilité de cet équipement qui ne connaît pas la fréquentation souhaitée et qui est entièrement financé par la puissance publique.

16Le chapitre 5 se focalise sur la singularité des territoires insulaires en matière de développement durable. La Corse et la Réunion sont les deux îles choisies pour illustrer cette problématique particulière.

17Dans sa contribution intitulée « La politique de mise en tourisme des sports de nature et le développement durable en Corse : disjonction entre discours et action publique », Ludovic Martel met en évidence une situation contrastée. Il précise, dans un premier temps, que la Corse dispose de réels atouts (patrimoine naturel, dynamique sportive et économique, maillage territorial…), relayés par un discours politique fort, conditions qui font jouer aux pratiques de loisirs et de tourisme sportif de nature un rôle non négligeable en matière de développement durable pour l’île de beauté. Il nuance, dans un deuxième temps, son propos en dévoilant une réalité moins optimiste car menacée par la pollution de l’environnement en liaison avec la motorisation des pratiques, une fragilité économique liée à des conflits d’intérêts entre acteurs marchands et acteurs associatifs et un déséquilibre territorial provoqué par un littoral survalorisé aux dépens d’une montagne un peu oubliée.

18Dans son papier intitulé « La contribution des loisirs et du tourisme sportif de nature au développement durable de l’île de la Réunion », Olivier Bessy défend l’idée d’une contribution limitée, synonyme de faible valeur ajoutée et identitaire. En effet, si des impacts positifs pour le développement durable du territoire réunionnais sont observables sur les plans économique, socioculturel et environnemental, des limites importantes sont à signaler en raison d’une absence de projet de territoire partagé et clairement identifié, d’un manque de concertation des acteurs locaux lié à un cloisonnement de ces derniers, d’un engagement insuffisant et hétérogène de leur part en relation avec la persistance de conflits d’intérêts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Chazaud, « Loisir, tourisme et développement durable », Sud-Ouest européen, 29 | 2010, 136-138.

Référence électronique

Pierre Chazaud, « Loisir, tourisme et développement durable », Sud-Ouest européen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 24 février 2016, consulté le 16 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1519

Haut de page

Auteur

Pierre Chazaud

Professeur des universités, CRIS, EA CNRS 647, Lyon II.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals