Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Quelques références autour du tou...Tourisme et géographie

Quelques références autour du tourisme

Tourisme et géographie

Jean-Michel Dewailly, Tourisme et géographie, entre pérégrinité et chaos ?
Luc Greffier
p. 138-139
Référence(s) :

Jean-Michel Dewailly, Tourisme et géographie, entre pérégrinité et chaos ?, L’Harmattan, coll. « Tourismes et Sociétés », 2006, 221 pages.

Texte intégral

1Le géographe Jean-Michel Dewailly a livré en 2006 un ouvrage qui interrogeait, dans la tourmente géographico-touristique, l’approche scientifique du tourisme. Dans un contexte où la géographie et le tourisme semblent entretenir des rapports difficiles, le mot tourisme ne figurant pas à l’index des thèmes abordés dans Les fondamentaux de la géographie (Ciattoni et Veyret, 2003) ni dans Géographie culturelle. Une nouvelle approche des sociétés et des milieux (Claval, 2003), Jean-Michel Dewailly entend défendre la double utilité de la « géographie du tourisme » et de « l’approche géographique du tourisme », les deux n’étant pas incompatibles.

2Alors que l’étude du tourisme requiert un large appel aux sciences humaines et sociales, la sociologie, l’histoire, l’économie, l’anthropologie…, il s’avère que la géographie a également un rôle important à jouer. Mais cette conscientisation du rôle de la géographie n’est pas partagée par tous. La conception de l’activité touristique est souvent négligée ou dévalorisée par les géographes, comme le laisse entendre la définition qu’en propose Yves Lacoste : « Il s’agit pour les touristes d’aller voir des pays qu’ils ne connaissent pas encore et d’admirer des paysages et des monuments dont ils ont vu des images dans les médias. »

3L’auteur s’érige également contre les approches selon lui trop dogmatiques et réductrices du tourisme défendues par certains géographes qui ne proposent pas de cadre théorique satisfaisant. Il se donne de plus pour ambition de contester certaines idées ou positions qui paraissent discutables, de critiquer les démarches qui prétendent les imposer comme vérité, et de réaliser un travail scientifique en tant qu’autre discours sur le monde et en tant que critique des autres discours.

4Pour ce faire, l’auteur propose dans le cadre des quatre premiers chapitres de son ouvrage de revisiter quelques notions essentielles qui concernent particulièrement les géographes engagés dans des travaux sur le tourisme.

5Le chapitre 1, « De l’approche scientifique du tourisme », présente comme point de départ l’articulation entre approche du tourisme, recherche universitaire et discipline scientifique. Il en découle la nécessité d’une approche rationnelle du tourisme, rigoureuse, cherchant à s’approcher au mieux de l’établissement de connaissances les plus indiscutables possibles. À ce titre, l’auteur interroge successivement les idées reçues, les croyances ou les argumentaires approximatifs proposés par certains chercheurs. Il interroge également le positionnement du tourisme entre sciences humaines et sciences sociales, émettant des doutes argumentés sur l’intérêt de l’apparition d’une nouvelle discipline scientifique, la tourismologie (Hoerner, 2002), qui, en dépit de son titre, reste assez imprécise pour qu’on n’ait guère les idées claires sur ce qui constitue vraiment l’objet d’étude.

6Le chapitre 2, « Du tourisme », s’efforce de définir le tourisme, entreprise délicate où le chercheur doit assumer « le courage d’une vide définition » ou peut-être la surabondance de définitions qui sont ici passées en revue. Mais est-ce le rôle du géographe de s’épuiser à courir après des définitions touchant à des domaines d’étude qui ne sont pas de son ressort ?

7Le tourisme, qui pour l’auteur n’est décidément pas une industrie (le tourisme se définissant d’abord par la consommation et non par la production), ne serait en fait que l’appellation moderne, avec les pratiques évolutives qui l’accompagnent, d’une pérégrinité (situation d’un étranger dans un pays) existentielle.

8Le chapitre 3, « Du touriste », présente ce personnage autour duquel tout gravite, comme construit autour d’une identité officielle controversée. Le touriste étant pour l’auteur et par défaut « un voyageur-visiteur, qui sort temporairement de chez lui pour se récréer […] sans rémunération pour ce faire ». Si le touriste est avant tout une personne, cela ne doit pas nous éviter d’interroger l’essence de son « être » : celui-ci serait-il un chercheur de vide ? naîtrait-il ou deviendrait-il touriste ? est-il libre, actif ou motivé ?

9Le chapitre 4, « Des lieux touristiques », présente des analyses et des réflexions sur des lieux récepteurs d’une activité souvent produite et pensée ailleurs. Ainsi les notions de mise en tourisme (développement programmé) et de touristification (développement relativement spontané) sont appelées afin d’argumenter la question : tout peut-il être touristique ? Sous réserve d’engagement politique et de moyens, il n’y a pas pour Jean-Michel Dewailly de raison pour que tout ne devienne pas touristique. Mais le système touristique ne peut ignorer certaines contingences telles que celles relatives à la qualification de l’hébergement touristique et de l’aménagement, aux capacités de charge et limites du changement acceptable, aux rythmes et cycles d’émergence et de disparition ou de transformation des lieux touristiques.

10Le cinquième et dernier chapitre, partant du constat que les idées nombreuses présentées dans les quatre chapitres précédents ne suffisent pas à y voir clair et ne s’imposent pas toutes comme indiscutables, se propose de traiter des rapports complexes qui se tissent entre le tourisme, la géographie et les théories de la complexité et du chaos.

11Ainsi, « De la complexité du tourisme » apparaît comme une évidence qui s’impose et qui invite à ne pas s’enfermer dans la recherche de typologies et classifications à tout prix. De « l’individu-touriste au système-Monde touristique », les paramètres sont si nombreux qu’il n’est guère envisageable de pouvoir les maîtriser tous.

12L’auteur nous propose et développe quelques jalons spatiaux de base de cette complexité : à petite échelle, la complexité masquée ; à moyenne échelle, la complexité dérangeante mais pas insurmontable ; à grande échelle, la complexité chaotique.

13Prenant appui sur une étude de cas, un essai d’interprétation est alors proposé. Cet essai met en exergue quatre formes de complexités : la variation d’intensité de l’activité dans le temps, le nombre de composantes impliquées dans le système touristique, l’imbrication de niveaux spatiaux distincts, d’espaces d’échelles variées, et l’imbrication de niveaux d’organisation de nature politique, administrative et de gestion.

14Considérer le tourisme comme un système complexe, et donc non-totalement maîtrisable, pourrait être, pour les géographes prédisposés à la synthèse, non seulement une opportunité leur permettant de produire des analyses du tourisme plus pénétrantes mais également une aide à la sortie de querelles terminologiques qui traversent le champ disciplinaire, les pratiques de ré/recréation, de loisirs, de tourisme relevant alors d’un « tourisme complexe » défini ici comme pérégrinité.

15Jean-Michel Dewailly présente ainsi une approche synthétique et critique de la recherche géographique en matière de tourisme. À ce titre, il s’élève contre la façon dont certains décident autoritairement et de manières peu rigoureuses de nouvelles vulgates et affirme que la géographie du tourisme peut toujours prétendre à une place reconnue comme telle.

16L’ouvrage, écrit par un chercheur émérite soucieux de passer des faits à la théorie et non d’imposer une théorie aux faits, nous invite à parler du tourisme, à en parler non pas comme Corneille qui nous assujettit à ses caractères et à ses idées mais plutôt comme Racine qui se conforme aux nôtres, à parler du tourisme comme il « est » plutôt que d’en parler comme il « devrait être ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Greffier, « Tourisme et géographie »Sud-Ouest européen, 29 | 2010, 138-139.

Référence électronique

Luc Greffier, « Tourisme et géographie »Sud-Ouest européen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 24 février 2016, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/1522 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1522

Haut de page

Auteur

Luc Greffier

ADES-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search