Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Notes bibliographiquesEmmanuelle Hellier (coord.), La F...

Notes bibliographiques

Emmanuelle Hellier (coord.), La France. La ressource en eau. Usages, gestions et enjeux territoriaux

La gestion des ressources en eau
Bertrand Desailly
p. 143-144
Référence(s) :

Emmanuelle Hellier (coord.), La France. La ressource en eau. Usages, gestions et enjeux territoriaux, Armand Colin, coll. « U », Paris, 2009, 309 pages.

Texte intégral

1Si la question de l’état et de la gestion des ressources en eau douce ne revêt pas en France la même acuité que dans certains pays du sud de l’Europe, elle n’en constitue pas moins un enjeu environnemental important, encore qu’inégal selon les contextes régionaux et locaux. On se contentera de rappeler l’interminable feuilleton de la « reconquête » de la qualité de l’eau en Bretagne, depuis longtemps mise à mal par les effluents des élevages hors sol, ou encore les débats actuels dans plusieurs grandes villes à propos de la remunicipalisation des services d’eau. À plusieurs reprises au cours des dernières années, des épisodes de sécheresse, assortis d’arrêtés préfectoraux interdisant arrosage des pelouses ou remplissage des piscines, ont contribué à une prise de conscience chez le grand public du caractère limité de la ressource et des nouveaux équilibres à trouver entre les différents usages.

2Or, dans l’ensemble de ses aspects, la gestion de la ressource en eau s’est singulièrement complexifiée durant les dernières décennies, à la faveur de lois successives (1964, 1992 et 2006), de la mise au point d’outils de gestion intégrée par bassin-versant (contrats de rivières, SDAGE et SAGE…), ou encore de l’entrée en scène de l’Europe à travers la directive-cadre sur l’eau de 2000, fixant un objectif de bon état écologique des milieux aquatiques en 2015. Effet désormais bien connu : un foisonnement de sigles et d’abréviations quelque peu décourageant pour le non spécialiste. Une mise au point géographique sur le sujet s’avérait donc nécessaire, ce à quoi s’essaye l’ouvrage évoqué ici.

3Le livre s’organise autour d’un plan en trois parties, abordant successivement usages et ressources, gestion sectorielle et tensions, outils de gestion intégrée et relations avec les politiques d’aménagement à différents échelons territoriaux. L’ensemble est riche, bien informé, rédigé visiblement par de bons connaisseurs de la question. La première partie est de facture assez classique, dressant un inventaire des usages, présentant la variabilité spatio-temporelle de la ressource, détaillant les différentes formes de pollutions. Les parties suivantes abordent des questions toujours stimulantes et souvent polémiques, comme celle des disparités spatiales du prix des services d’eau. Les auteurs insistent dans le dernier chapitre sur le cloisonnement persistant en France entre gestion des eaux et aménagement des territoires et sur les efforts restant à fournir pour mieux articuler l’une à l’autre.

4Tableaux et figures s’appuient la plupart du temps sur des données très actuelles (cartes de l’état d’avancement des SAGE et des contrats de rivière en 2009), mais on peut regretter ça et là le recours à des statistiques déjà anciennes (évolution des surfaces irriguées s’arrêtant en 2000). À l’actif de l’ouvrage, des exemples bien analysés et pédagogiques : le SAGE « Nappes profondes de Gironde », l’épuration des eaux dans l’agglomération parisienne… Soulignons enfin l’intérêt de nombreux tableaux et croquis récapitulatifs, tel le synoptique des principales lois françaises et directives européennes sur l’eau et l’environnement.

5Rançon peut-être de cette richesse et de la difficulté du sujet, le livre, considéré dans son ensemble, apparaît un peu touffu et ne sera pas d’un usage très commode pour un public étudiant de licence, en quête d’une information synthétique et facilement accessible. L’index, dont certaines entrées renvoient à plusieurs dizaines d’occurrences, n’est pas d’un grand secours. Le livre n’échappe pas non plus aux travers habituels des œuvres collectives – cinq auteurs ici –, formule qui tend aujourd’hui à se banaliser. On relève ainsi quelques répétitions (lois françaises sur l’eau présentées une première fois dans le chapitre 4, puis dans le chapitre 7). Les quelques paragraphes consacrés au réseau des voies navigables et aux perspectives de développement du transport fluvial auraient pu être mieux intégrés au reste du propos, voire reportés dans un autre ouvrage.

6Le livre atteint cependant son objectif : montrer la complexité de l’une des grandes questions environnementales contemporaines ; souligner les efforts accomplis au cours des dernières années en matière de gestion de l’eau sans occulter les nombreux problèmes restant à résoudre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Desailly, « Emmanuelle Hellier (coord.), La France. La ressource en eau. Usages, gestions et enjeux territoriaux »Sud-Ouest européen, 29 | 2010, 143-144.

Référence électronique

Bertrand Desailly, « Emmanuelle Hellier (coord.), La France. La ressource en eau. Usages, gestions et enjeux territoriaux »Sud-Ouest européen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 24 février 2016, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/1530 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1530

Haut de page

Auteur

Bertrand Desailly

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search