Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Notes bibliographiquesYanni Gunnel (coord.), Écologie e...

Notes bibliographiques

Yanni Gunnel (coord.), Écologie et société

Écologie et société
Anne Peltier
p. 144-145
Référence(s) :

Yanni Gunnel (coord.), Écologie et société, Armand Colin, coll. « U », Paris, 2009, 415 pages.

Texte intégral

1Comme son titre l’indique, l’ouvrage de Yanni Gunnell, maître de conférences à l’université de Paris VII - Jussieu et membre du Laboratoire de géographie physique de Meudon, a pour ambition d’explorer les relations complexes entre écologie et société, l’écologie étant analysée ici avant tout en tant que discipline scientifique. Il dresse un bilan critique de la demande sociale vis-à-vis de l’écologie et met également en évidence ce que l’écologie peut apporter à la compréhension des relations homme-milieu.

2L’ouvrage est composé de 13 chapitres. Les premiers chapitres sont consacrés à l’écologie en tant que discipline. Le premier chapitre traite de la construction de l’écologie comme discipline scientifique et de ses liens avec l’écologie politique. Il s’attache à démêler l’écheveau complexe qui lie écologie politique et écologie scientifique et à montrer que l’écologie scientifique n’est pas détachée, contrairement à ce qu’elle aimerait penser, de représentations diverses, notamment celles qui sont liées à l’écologie politique. Le deuxième chapitre est consacré aux représentations sociales de la nature, y compris dans leur dimension religieuse, et aborde les approches culturelles de la nature. Le troisième chapitre traite des théories de l’écologie et des limites de ses tentatives pour apparaître comme une science exacte basée sur des lois générales. Le quatrième chapitre s’intéresse à la dimension spatiale de l’écologie à travers le paysage ; il montre l’intérêt de l’écologie du paysage pour penser l’espace en termes d’hétérogénéité, de rupture et de discontinuité, mais souligne aussi les limites de cette approche (l’échelle de référence, la placette, n’est pas adaptée en termes de gestion et de conservation).

3Les chapitres suivants abordent différentes facettes des relations entre sociétés et milieux et, au-delà, des relations entre sociétés et écologie. Ce faisant, ils remettent en question nombre d’idées reçues sur le fonctionnement des milieux, idées qui influencent fortement les politiques de conservation de la nature. Le cinquième chapitre aborde la notion d’équilibre, qui a longtemps sous-tendu la recherche en écologie. Les avancées dans ce domaine depuis plusieurs décennies démontrent que dans la nature la perturbation est la règle et l’équilibre l’exception et que la perturbation est l’un des moteurs de la diversité des milieux. De ce fait, comment définir un état de référence pour la gestion des milieux ? Comment faire la part entre évolutions naturelles et évolutions anthropiques ? Mais aussi, comment faire intégrer le temps long des milieux dans les politiques de gestion, et comment éviter que le rôle majeur des perturbations et la capacité de résilience des milieux ne deviennent des arguments légitimant les dégradations anthropiques ? Le chapitre suivant traite, précisément, de la coévolution entre milieux et sociétés et insiste sur l’un des apports majeurs de l’étude du temps long : la démonstration de l’ancienneté de l’impact de l’homme. Yanni Gunnell revient notamment sur l’extinction de la grande faune nord-américaine au Pléistocène, extinction attribuée à l’arrivée de l’homme sur le continent et au fait que, contrairement à l’Eurasie, la faune n’y avait pas évolué avec l’homme. Ce chapitre est également l’occasion d’une mise au point sur les sociétés traditionnelles, dont l’auteur considère qu’elles ont eu une gestion globalement assez conservatoire mais qu’on ne peut pour autant les qualifier d’écologistes dans la mesure où elles ont largement pratiqué la surexploitation. Le septième chapitre insiste sur la difficulté de la prévision en écologie, autour de la question de la capacité de l’écologie à permettre de prendre des décisions vertueuses. Des concepts comme la viabilité des populations ou la métapopulation permettent d’avancer dans ce domaine, mais on continue à se heurter à l’incertitude inhérente au fonctionnement des milieux. Surtout, il apparaît qu’il n’y a pas de norme de gestion des milieux mais des solutions sur mesure à adapter à chaque type de milieu. Le huitième chapitre porte un regard critique sur les aires protégées dont il montre les limites à la fois sociales, lorsque la protection est définie contre les populations autochtones plutôt qu’avec, et environnementales, lorsqu’en supprimant toute action humaine on modifie fortement les milieux. La conclusion assez peu orthodoxe de ce chapitre est que si l’excès d’intervention humaine (dégradation) pose problème, le laisser-faire en pose tout autant. La question des grands prédateurs, en particulier, se pose à l’échelle mondiale et soulève des problèmes avant tout éthiques. Le neuvième chapitre porte sur l’approche économique des services écosystémiques. Cette approche démontre les limites de l’économie de marché pour gérer les ressources (dans certains cas, il est plus rentable d’épuiser rapidement la ressource) et insiste sur la rentabilité à long terme des services écosystémiques. Ainsi de la pollinisation, gratuite lorsqu’elle est naturelle, fort coûteuse si elle devait se faire par la technique ; ainsi également de la lutte biologique, beaucoup plus rentable dès lors que l’on intègre la résistance aux pesticides dans le calcul des coûts. Le dixième chapitre étudie l’agro-écosystème comme lieu d’expérimentation privilégié de la coévolution homme-espèces compte tenu de la longue durée d’existence de ce système. À partir du cas de la pêche, il met en évidence l’état de dégradation des écosystèmes mais évoque, autour du cas de l’agriculture, des pistes de solutions : agriculture raisonnée, biologique, permaculture (culture permanente s’apparentant à un jardin forestier).

4Dans le onzième chapitre, l’auteur prend ses distances avec certains « puristes » de la conservation et plaide pour la restauration écologique, seul moyen selon lui de « s’en sortir » et d’assumer les responsabilités de la société vis-à-vis du milieu naturel. Cette posture est à mettre en relation avec la réflexion sur l’éthique qui structure tout le douzième chapitre. L’auteur y souligne l’émergence (d’après Holling) d’une nouvelle forme d’écologie, à dimension intégrative, qui analyse les écosystèmes comme des systèmes adaptatifs complexes. S’insurgeant contre le relativisme postmoderne qui paralyse l’action, il propose une charte d’aide à la décision dans le domaine de la conservation, sorte de « métathéorie de la conservation écologique ». Enfin, le treizième chapitre est consacré à une série de mises au point conceptuelles, appelées au fil du texte et qui apportent des éclairages sur certains points précis.

5Ce manuel constitue un imposant volume de 415 pages, extrêmement dense à la fois typographiquement et scientifiquement. Sur la forme, il présente des qualités de clarté et de synthèse et on peut saluer sa cohérence. Il s’agit cependant d’un ouvrage exigeant, nécessitant parfois des pré-requis théoriques ou méthodologiques en particulier dans les premiers chapitres. On peut également regretter la faible part accordée à l’illustration, qui aurait pourtant aidé à la compréhension et favorisé l’entrée dans l’ouvrage qui, tel quel, apparaît comme assez monolithique.

6Sur le fond, le terme de manuel est d’ailleurs discutable dans la mesure où c’est toute une réflexion qui se construit au fil de l’ouvrage si bien qu’on voit mal, au contraire d’un manuel classique, comment on pourrait se contenter de ne lire qu’un chapitre sorti de son contexte. Il serait au demeurant fort dommage de se contenter de picorer ce texte au gré des chapitres tant la réflexion est structurée et tendue vers un but : placer l’éthique au centre de la gestion environnementale.

7Pour cela, Yanni Gunnell, au terme d’un considérable travail de synthèse, met en évidence les ambiguïtés de l’écologie comme discipline scientifique et les incohérences de la demande sociale de nature. S’appuyant sur de très nombreuses études de cas, il décortique pas à pas les relations complexes entre science et société et remet salutairement en cause certains présupposés contemporains, par exemple sur les espèces invasives, les méfaits du feu ou les effets parfois inattendus de la conservation. Prenant appui sur les grandes avancées de l’écologie moderne, il renverse un présupposé fréquent dans les milieux de la conservation, celui de la stationnarité des milieux et de l’existence d’états de référence stables. Il a ainsi le grand mérite de déplacer le débat sur la conservation du champ scientifique vers le champ social, en plaçant l’éthique environnementale au cœur des choix de conservation et en positionnant l’écologie scientifique comme un moyen d’aide à la décision. La place des grands prédateurs dans un monde très anthropisé et dans lequel l’homme a les moyens d’assurer une certaine régulation devient alors un choix éthique, voire philosophique (quelle place voulons-nous faire à la nature ?), et non plus une question strictement scientifique.

8Cette démarche est sous-tendue par un engagement scientifique fort en faveur de l’écologie comme discipline scientifique capable de contribuer à la gestion des milieux naturels. Refusant la perspective que les incertitudes inhérentes à l’écologie puissent paralyser la prise de décision, Yanni Gunnell plaide au contraire pour que cette discipline contribue à éclairer les choix politiques et sociaux, étant entendu qu’il n’existe pas, dans le domaine de la conservation, de solution absolue mais des solutions multiples, contextualisées et susceptibles d’évoluer au fil des retours d’expérience.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Peltier, « Yanni Gunnel (coord.), Écologie et société »Sud-Ouest européen, 29 | 2010, 144-145.

Référence électronique

Anne Peltier, « Yanni Gunnel (coord.), Écologie et société »Sud-Ouest européen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 24 février 2016, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/1532 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1532

Haut de page

Auteur

Anne Peltier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search