Navigation – Plan du site

Émergence et déploiement de la thématique du paysage au sein du réseau Forêt Méditerranéenne (1978-2013)

The birth and the rise of “landscape” as a topic within the Mediterranean Forest Network (1978-2013)
Emergencia y disposicion de la tematica del paisaje en el seno de la red Bosque Mediterraneo (1978-2013)
Pierre Dérioz, Denise Afxantidis, Gilles Bonin, Jean Bonnier et Jean-Paul Chassany
p. 47-61

Résumés

Créée en 1978, l’association Forêt Méditerranéenne entend « favoriser la diffusion des connaissances et les échanges d’information sur les espaces naturels et forestiers méditerranéens, afin de faire reconnaître les spécificités des forêts méditerranéennes ». Rencontres, colloques, tournées de terrain et publications ont permis d’animer autour de cet objet un ample réseau d’acteurs très divers (techniciens, élus, socioprofessionnels, propriétaires forestiers, associatifs). L’article s’intéresse à la place qu’y tient la question paysagère, de manière spécifique ou en lien avec d’autres problématiques (multifonctionnalité de la forêt, place des activités récréatives, valeur économique et/ou patrimoniale, place dans les politiques territoriales, enjeux liés à la biodiversité).

Haut de page

Texte intégral

1Créée en 1978, l’association Forêt Méditerranéenne s’est donné pour objectif cardinal de « favoriser la diffusion des connaissances et les échanges d’information sur les espaces naturels et forestiers méditerranéens, afin de faire reconnaître les spécificités des forêts méditerranéennes. » Son mode de fonctionnement, qui a peu varié depuis l’origine, repose sur l’organisation régulière (deux ou trois par an) de journées d’études – avec ou sans visite de terrain – d’une « tournée » annuelle (souvent à l’étranger), de rencontres thématiques, et d’un colloque d’abord bisannuel puis triennal (« Foresterranée »), dont la 12e édition est en préparation pour 2015. Ces manifestations alimentent deux publications, la revue trimestrielle éponyme Forêt Méditerranéenne, ainsi qu’un petit bulletin d’information de même périodicité mais à la diffusion plus large (La feuille et l’aiguille, qui paraît depuis le début des années 1990). Ces activités définissent ainsi trois cercles concentriques autour de l’association : celui des adhérents (en moyenne autour de 360), celui des abonnés à la revue (380 en 2013), et celui des « contacts » (autour de 4000), qui correspond au carnet d’adresses constitué au fil de ces multiples manifestations. Le site internet mis en place à l’été 2011, qui donne accès à l’ensemble des informations sur les activités en cours mais aussi à toute la collection des articles de Forêt Méditerranéenne – plus de 1 500 références en libre accès, à l’exclusion des articles des quatre dernières années (2010-2013) – témoigne d’une audience plus large encore : en 2013, le site a reçu 44 000 visites (pour plus de 30 000 visiteurs), et 24 000 articles ont été téléchargés en moyenne par mois.

  • 1 La formule joue sur l’homonymie avec la DFCI : Défense des Forêts Contre l’Incendie.

2Plateforme d’échanges de connaissance et de débats autour de la forêt méditerranéenne, l’association fonctionne d’abord comme un forum pluridisciplinaire et multithématique qui permet à l’ensemble des acteurs, du propriétaire forestier au chercheur, en passant par les gestionnaires, les usagers, les élus ou les membres d’associations, de se rencontrer et d’échanger. Les notions de capitalisation, de diffusion et de transfert des connaissances – interdisciplinaire, interrégional et interprofessionnel – se trouvent ainsi au cœur de son projet. Mais à travers l’animation de l’ample réseau qui s’est constitué autour d’elle, l’association entend aussi peser de manière positive, auprès du grand public comme auprès des décideurs, sur l’image de la forêt méditerranéenne française, qui se répartit entre 15 départements et quatre régions : c’est parce « qu’aucune spécificité particulière, hormis la question des incendies de forêts, n’était, alors, reconnue aux forêts méditerranéennes françaises » que l’association a été créée, souligne Jean Bonnier (2008), qui appelle aussi à une « Défense des Forêts Contre l’Indifférence »1 : la formule résume assez bien les objectifs premiers de Forêt Méditerranéenne, attirer l’attention sur la forêt, amener à une prise en compte des caractères propres de la forêt méditerranéenne, et témoigner de ses potentialités et de sa valeur pour faire pièce aux clichés sur la « forêt qui brûle ».

  • 2 Dont la prise en compte des services écosystémiques fournis.

3Il ne s’agit donc pas à proprement parler d’un réseau d’acteurs ayant le paysage comme objet central. Pourtant, les enjeux paysagers vont s’y trouver souvent au cœur des débats, parce que la forêt méditerranéenne correspond à une gamme bien particulière de paysages, et parce que la question de ses « images » – au sens de représentations collectives – est une constante des travaux de l’association. Cet article se propose ainsi d’examiner, à partir de l’analyse diachronique (plus de 35 ans) des thèmes traités dans les manifestations organisées et dans les articles de la revue, comment la thématique paysagère, qui n’apparaît pas directement centrale dans les préoccupations initiales, s’est progressivement taillée une place non négligeable. Cette évolution ne saurait être dissociée de la montée en puissance d’un intérêt diffus pour la question du paysage, lié à l’émergence d’une « demande sociale » indistincte en la matière (Luginbühl, 2001) comme à un début de reconnaissance institutionnelle : le fait que le premier atelier collectif de Foresterranée centré sur le paysage, « Forêt méditerranéenne et évolution des paysages », se soit déroulé en 1993, année de l’adoption de la loi « Paysage », n’est pas dû au hasard. Mais l’article s’efforcera également de déterminer à la faveur de quelles « entrées » propres à l’association – la multifonctionnalité de la forêt et la place des activités récréatives, la valeur économique2 et/ou patrimoniale de la forêt, la place de la forêt dans les politiques territoriales, les enjeux liés à la biodiversité… – le paysage s’est trouvé placé au centre des débats, et de quelle manière ces différentes entrées ont posé les problématiques paysagères. Tous les auteurs de cet article, à des degrés divers, ont été partie prenante de l’aventure collective de Forêt Méditerranéenne, dont ils sont encore membres : la réflexion qu’il livre possède donc un caractère presque introspectif, avec les avantages et les inconvénients que comporte une analyse effectuée « du dedans ».

Fig. 1 – Nombre d’articles de Forêt Méditerranéenne par année de parution, répondant au mot clé « paysage »

Fig. 1 – Nombre d’articles de Forêt Méditerranéenne par année de parution, répondant au mot clé « paysage »

Les 68 occurrences identifiées sous-estiment d’ailleurs la place du paysage dans les articles, car la « banalité » même du terme et le large empan de ce à quoi il renvoie ne poussent pas toujours à le sélectionner en tant que mot-clé, même si les questions traitées possèdent bien une dimension paysagère.

Forêt méditerranéenne et la question du paysage : émergence d’un thème implicite

  • 3 Tous les articles évoqués n’ont pas été reportés en bibliographie, de manière à ne pas l’alourdir i (...)

4La recherche du mot-clé « paysage » au sein du corpus des articles de la revue Forêt Méditerranéenne permet d’esquisser les grandes lignes d’une évolution chronologique (fig. 1) : jusqu’en 1994, les occurrences sont très peu nombreuses, et renvoient essentiellement à la dimension paysagère d’opérations d’aménagement forestier assez spécifiques concernant des espaces « dégradés », de la reforestation du plateau de Carpiagne proche de Marseille avec utilisation des terreaux d’épuration de la ville (1989)3 à la remise en valeur de subéraies en déshérence des Pyrénées-Orientales par le sylvo-pastoralisme (1990). Encore cette référence au paysage regardé comme l’un des objectifs d’interventions gestionnaires en milieu forestier apparaît-elle assez tardive : cette préoccupation est par exemple totalement absente du gros dossier « débroussaillement » publié dans le numéro de juillet 1980, centré sur la faisabilité – technique et économique – de différentes méthodes, avec un objectif principal de prévention des incendies. 10 ans plus tard les rencontres de 1990, intitulées « espaces naturels : de la friche à la forêt méditerranéenne ? » témoignent en revanche d’une ouverture plus large sur le thème du paysage, dont l’éditorial de J. Bonnier donne assez bien l’orientation : « L’époque où de gentils agriculteurs nous fabriquaient un « sous-produit » de leur activité appelé paysage ou espace rural est en passe d’être révolue. Après avoir consenti à rémunérer le travail et les produits agricoles à leur valeur, puis à défrayer les agriculteurs des « ajustements structurels » qu’ils ont dus réaliser, il va bel et bien falloir inventer et payer la gestion (tout court) de l’espace. La forêt y prenant une place croissante […], il y a du travail pour tous ceux que la forêt méditerranéenne concerne. »

Le tournant de la Loi Paysage de 1993

  • 4 Loi du 8 août 1985, qui porte le nom de son auteur et a introduit dans le droit italien un certain (...)
  • 5 Llei de protecció, gestió i ordenació del paisatge de Catalunya, 8 juin 2005.

5Le contexte de la préparation puis de l’adoption de la loi « Paysage », au début des années 1990, n’est pas étranger à cette évolution. À partir d’entretiens et de l’analyse des corpus d’articles de différentes revues, V. Fourault-Cauët (2007, p. 232-233) interprète comme un effet de mode cet engouement nouveau pour le thème du paysage dans le milieu forestier, dont elle retrouve la trace dans la Revue Forestière Française au même moment que dans Forêt Méditerranéenne (1994), ainsi que dans l’Italia Forestale e Montana, juste après le vote de la loi Galasso4 (1987) puis après la rédaction de la Convention Européenne du Paysage (2000), ou encore dans la revue espagnole Montes au moment où l’Espagne ratifie cette même Convention (2007) et où est adoptée la loi paysage catalane5. Pour ce qui concerne le réseau Forêt Méditerranéenne, toutefois, il semble qu’il serait plus juste de parler d’un effet de conjonction avec l’actualité : le pic isolé de 1994 sur la figure 1 correspond à la publication des actes de Foresterranée 1993, pour lequel le choix d’aborder la forêt sous l’angle des mutations en cours des paysages méditerranéens apparaissait en phase avec le débat sur la transformation des paysages que l’élaboration de la loi Paysage avait ouvert à l’échelle de la société dans son ensemble. Mais la figure 1 montre ensuite un retour régulier du thème du paysage dans les articles publiés par la revue à partir de ce moment-là. Au-delà des effets de conjoncture, cette récurrence témoigne d’une véritable appropriation collective du thème au sein du réseau, déjà engagée depuis la fin des années 1980 mais clairement confortée par le Foresterranée 1993.

  • 6 J.-P. Hétier (institut des Aménagements régionaux et de l’environnement), M. Florent-Roattino (Forê (...)
  • 7 La synthèse conclusive rédigée par J-P. Hétier (Forêt Méditerranéenne, t. XV, n3, p. 375) se rapp (...)

6Décrit en introduction par ses animateurs6 comme « ambitieux », l’objectif de « réintégrer la forêt dans le paysage » qui sous-tend l’atelier de 1993 y a été abordé avec beaucoup de méthode. De manière à ne négliger aucun de ses aspects, il a été structuré en cinq thèmes de travail, pour aborder successivement la question des définitions du paysage, ses mutations contemporaines, ses dimensions socioculturelles, ses méthodes d’analyse et sa prise en compte opérationnelle dans la gestion des espaces forestiers. Sept ans avant la définition proposée par la Convention de Florence, la dualité du paysage se trouve ici affirmée de manière assez novatrice – « La représentation des paysages constitue la trace de leur double dimension : dimension factuelle, qui se voit, qui existe et qui prend ensuite une dimension sociale lorsqu’elle est traduite et ressentie, vécue en fonction de la culture, de la mentalité et des systèmes de valeur de l’observateur et de la société à laquelle il appartient »7. Plus de 30 contributions déclinent ensuite l’articulation entre la forêt et les paysages méditerranéens, selon des approches très différentes : à la lecture scientifique des botanistes, des pédologues et des écologues du paysage répondent les lectures aménagistes ou gestionnaires des paysagistes d’aménagement, des forestiers ou des pastoralistes, et tous sont confrontés au regard des sciences sociales, qui tentent de poser les termes du débat quant aux différentes valeurs sociales des paysages forestiers – esthétiques, patrimoniales, d’usage…

7Thématique implicite dans le projet initial de l’association, qui visait à substituer des images positives de la forêt méditerranéenne aux images désastreuses des incendies estivaux que le grand public semblait retenir avant tout (Boyrie, 1994 ; Cazaly, 2002), le paysage tend à prendre une place à part entière au détour de cet atelier, auquel assistent pourtant plutôt des non-spécialistes : l’origine professionnelle des participants à l’atelier « paysage » de Foresterranée 93 (fig. 2) s’avère en effet assez variée et couvre l’ensemble des profils du réseau de l’association, avec ici une certaine prédominance des services techniques, des gestionnaires et des propriétaires, pour une participation plus limitée des élus et plus encore des professionnels de la filière. C’est là l’un des traits remarquables de l’intégration des questions paysagères au sein des préoccupations de l’association : la place qu’elles y occupent ne correspond pas à un public particulier, même si on observe bien certaines disparités dans le recrutement des participants en fonction du thème de chaque manifestation (fig. 3 a et b), et cette place n’est jamais centrale. Une fois passé l’atelier de 1993, aucune manifestation ne sera plus consacrée au paysage de façon explicite, et c’est donc à la faveur du développement d’autres thématiques qu’il va se trouver indirectement – mais régulièrement – mobilisé.

Fig. 2 – Répartition par catégorie professionnelle des participants à l’atelier « paysage » de Foresterranée 93 et couverture du numéro correspondant de Forêt Méditerranéenne, qui évoque tout à la fois les paysageslumineux des pinèdes méditerranéennes et le développement des usages récréatifs de la forêt

Fig. 2 – Répartition par catégorie professionnelle des participants à l’atelier « paysage » de Foresterranée 93 et couverture du numéro correspondant de Forêt Méditerranéenne, qui évoque tout à la fois les paysageslumineux des pinèdes méditerranéennes et le développement des usages récréatifs de la forêt

Fig. 3 – a. Répartition par catégorie professionnelle et par département d’origine des participants à diverses manifestations récentes sur le terrain de l’association Forêt Méditerranéenne (2012)

Fig. 3 – a. Répartition par catégorie professionnelle et par département d’origine des participants à diverses manifestations récentes sur le terrain de l’association Forêt Méditerranéenne (2012)

Au-delà d’un noyau de membres actifs, souvent impliqués dans le conseil d’administration de l’association, les activités de cette dernière mobilisent son réseau selon des configurations à géométrie variable, qui dépendent de la localisation de la manifestation quant à l’origine géographique des participants, et de sa thématique quant à leur origine professionnelle. Ainsi une journée organisée dans la montagne de Lure (juin 2012) sur les questions de multifonctionnalité et de territorialité (Chartes forestières de territoire), a-t-elle rassemblé à peu près le même type de public que les journées consacrées au paysage en 1993, avec toutefois un peu moins de représentants des services de l’État (ce qui s’explique en partie par les réformes structurelles engendrées par la RGPP), ainsi qu’un peu moins de personnels de bureaux d’étude (notons qu’en 1993, plusieurs bureaux d’étude parmi ceux représentés à l’atelier consacraient une part de leurs activités au paysage). Sur ce type de thématique ouverte sur les questions sociales et politiques, l’ensemble des catégories est représenté, avec une prédominance légère pour les services techniques, les organismes gestionnaires et les propriétaires, et un intérêt moindre des professionnels de la filière bois et des élus…

Fig. 3 – b. Répartition par catégorie professionnelle et par département d’origine des participants à diverses manifestations récentes sur le terrain de l’association Forêt Méditerranéenne (2013)

Fig. 3 – b. Répartition par catégorie professionnelle et par département d’origine des participants à diverses manifestations récentes sur le terrain de l’association Forêt Méditerranéenne (2013)

… On retrouve d’ailleurs ce même type de profil pour la journée organisée en juin 2013 dans le Ventoux sur le thème de la biodiversité et plus spécifiquement sur les îlots de vieux bois, à quelques nuances près, notamment l’absence des bureaux d’étude et celle, étonnante sur ce « laboratoire » méditerranéen, des chercheurs autres que ceux déjà membres de l’association (soit 3 personnes ce jour-là). En revanche, la journée organisée en septembre 2012 sur la valorisation du pin d’Alep dans les Bouches-du-Rhône a rassemblé plus de représentants de la profession (filière bois), plus de propriétaires et aussi beaucoup plus de techniciens des collectivités. La valorisation économique de la forêt est clairement un enjeu plus fort pour ces catégories. Enfin, la journée organisée dans le Gard en avril 2013 sur le devenir des reboisements effectués il y a quelques décennies dans les garrigues, journée où les questions de paysage étaient prégnantes, a enregistré une forte participation des propriétaires forestiers (sans doute plus intéressés par la valorisation possible de leur patrimoine) ainsi que des membres d’association, des techniciens et des gestionnaires. Le succès qu’elle a rencontré (81 participants) rend plus apparente encore l’absence des élus.

La prise en compte du paysage au sein du réseau, entre techniques sylvicoles, dynamiques territoriales et approches écologiques

8Dans la vingtaine de sujets abordés par l’association après 1993, la diversité n’empêche pas recoupements et interactions. Sans être mécaniquement sous l’influence de l’actualité, le choix des thèmes entre bien souvent en résonnance avec des questionnements qui dépassent les questions strictement forestières, qu’il s’agisse de la montée en puissance en France des territoires intercommunaux d’échelle intermédiaire (parcs naturels régionaux, pays, communautés de communes ou d’agglomération…), ou bien des inquiétudes suscitées par le changement climatique et le recul de la biodiversité. Si l’on observe, à travers les nombreuses contributions auxquelles chacun des thèmes traités a donné lieu, le retour de la référence au paysage, trois champs sécants mais distincts se dégagent, qui le mobilisent de manière assez différente. De manière un peu schématique, le premier renvoie à la place tenue par les forestiers dans le réseau Forêt Méditerranéenne dès sa constitution, qui conduit à insister sur le rôle de la décision technique et de la gestion dans la construction des paysages forestiers. Le second, qui part du constat des multiples fonctionnalités de la forêt méditerranéenne, semble relever d’une approche sociale plus large, et s’essaye à une lecture du paysage forestier permettant de traduire les différents modes d’intégration des espaces forestiers aux dynamiques territoriales. Le troisième, enfin, met à contribution naturalistes et écologues, pour proposer des interprétations écologiques de la succession des physionomies forestières, dans une perspective dynamique tantôt prospective (évolutions induites par le changement climatique contemporain), tantôt rétrospective (remontées forestières engendrées par la déprise agro-pastorale, par exemple). C’est de ces trois postures dont cet article va tenter de préciser les contours comme les points de convergence ou de divergence, après avoir rappelé la place réservée dans le fonctionnement de l’association Forêt Méditerranéenne au contact direct, de terrain, avec le paysage. Nous rappellerons aussi les approches en matière de paysage qui découlent du positionnement thématique originel de l’association.

La forêt méditerranéenne en tant que paysage fonctionnel et dynamique : un espace à protéger, aménager et gérer

  • 8 La recherche par mots-clés dans le corpus des articles de la revue donne 173 occurrences pour le te (...)

9En 1978, lorsqu’il a été envisagé de créer l’association Forêt méditerranéenne, l’Entente interdépartementale en vue de la défense des forêts contre l’incendie existait déjà depuis une quinzaine d’années, avec pour objectif majeur d’associer les conseils généraux (la France n’était alors pas décentralisée) à l’État pour faciliter l’organisation de la prévention et de la lutte contre les incendies. Parmi les projets des fondateurs de l’association Forêt méditerranéenne, parmi lesquels les forestiers étaient nombreux, figurait la volonté de mettre en valeur les savoir-faire particuliers aux espaces naturels méditerranéens, pour en favoriser une meilleure gestion, une connaissance plus fine et plus opérationnelle, et une protection plus efficace. D’une certaine manière, Forêt méditerranéenne se proposait de compléter le dispositif mis en place à travers l’Entente : il revenait à celle-ci de protéger un patrimoine dont la société lui confiait la sauvegarde, et à celle-là de diffuser les bonnes informations et les bonnes pratiques. Les hommes, du reste, étaient en partie les mêmes : la création de l’Entente (1963) avait été suggérée par Alexandre Seigue, fondateur de l’association, alors en charge d’une mission sur les incendies que lui avait confiée Edgar Pisani (alors ministre de l’agriculture), et par le sous-préfet Francis Arrighi, membre de la première heure de Forêt méditerranéenne et grand artisan de l’introduction des bombardiers d’eau dans la lutte contre les incendies. L’association s’est, de ce fait même, résolument tournée vers les sujets ne concernant pas les incendies, sans s’interdire d’en parler8, mais sans jamais les choisir, par exemple, comme thème central de l’une de ses activités.

Renverser l’image de la forêt méditerranéenne. Premières ouvertures sur les questions paysagères, au détour des débats sur les modes d’aménagement et de valorisation

  • 9 Plus de 1 000 participants au total, toutes manifestations confondues, et un discours inaugural pro (...)
  • 10 Un temps enrayée par la surexploitation énergétique de certains secteurs pendant la guerre, et souv (...)

10D’emblée, il s’est donc agi d’aborder la forêt méditerranéenne non en termes de risques et de contraintes, mais en termes de ressources, de patrimoine, de fonctions et de pistes de valorisation. Les intitulés des premières rencontres de l’association témoignent éloquemment de cette volonté de renversement d’image : « nouvelles données de la gestion de la forêt méditerranéenne » (1982), « Valorisation des patrimoines forestiers méditerranéens » (1984), et, pour les « grandes » rencontres de 19879, des groupes de travail sur les « caractéristiques de la sylviculture méditerranéenne », « le liège : production, mise en valeur, transformation et commercialisation », ou « la filière bois-construction et les produits de la forêt méditerranéenne ». Derrière cette volonté de promouvoir le rôle aménagiste du forestier (De Montgolfier, 1985 ; Bonnier, 2000) et de souligner l’intérêt socio-économique de la forêt, se lisent pourtant en filigrane les enjeux induits par les mutations paysagères profondes qui affectent en cette deuxième moitié de XXe siècle les régions méditerranéennes, confrontées d’une part à la puissante remontée des taux de boisement liée à la déprise agro-pastorale10, et d’autre part à la poussée d’une urbanisation à dominante pavillonnaire, en zones touristiques comme en périphérie des villes, à l’origine de phénomènes de mitage dans des espaces naturels boisés ou en voie de boisement spontané (Dérioz, 2003).

11Dès le début, les échanges sur le terrain comme les débats en salle n’ont ainsi pas manqué de confronter l’association à des questions relatives au paysage et à sa préservation, de manière plus ou moins explicite, voire détournée : il était ici fait référence aux paysages cézanniens après l’incendie de 1979 à la Sainte Victoire (pour se rendre d’ailleurs compte que du temps de Cézanne, il n’y avait pas beaucoup d’arbres sur les célèbres falaises) ; là, on évoquait la plus value foncière acquise de fait par les terrains à bâtir à proximité des bois protégés ; ailleurs encore, on invoquait des arguments liés à la qualité du cadre de vie, à l’érosion ou à la protection des eaux, dans le but de préserver son voisinage particulier de l’implantation de tel ou tel ouvrage public ou privé. Et, alors même que se manifestait ce souci multiforme de préservation de la forêt, regardée comme doublement menacée par le feu et la ville, les reboisements artificiels, avec leurs méthodes brutales de préparation des sols et la géométrie de leurs alignements monospécifiques, n’avaient souvent pas meilleure presse.

La fréquentation du paysage in situ : une place centrale dans les activités de l’association

12Face à ces questions, avec le souci, sinon de créer du consensus, du moins de permettre aux points de vue en présence de se confronter utilement, l’association a d’emblée organisé le débat selon trois modes complémentaires : le pilotage par un conseil d’administration aux membres nombreux et actifs se traduit par d’amples débats de fond en amont, qui permettent d’orienter les activités. Ces dernières débouchent certes sur les temps forts en salle que sont les rencontres, baptisées Foresterranée depuis 1987, où la succession des contributions laisse généralement une place importante aux échanges avec la salle et mettent en actes « la parole partagée de méditerranéens sur leurs forêts » dont l’association a fait sa ligne de conduite. Mais ces rencontres sont toujours préparées par plusieurs excursions de terrain (fig. 4), qui déplacent le débat au contact de la matérialité des paysages eux-mêmes, et des lectures qu’en donnent les gestionnaires qui y opèrent et auxquels on a demandé de les expliquer. Au-delà de ses aspects conviviaux, cette double confrontation avec le paysage et les hommes qui l’ont aménagé ou en assument la gestion constitue le creuset dans lequel continue de se forger la représentation collective de la forêt méditerranéenne dont l’association est porteuse.

Une certaine idée des paysages forestiers méditerranéens et du rôle du forestier dans leur gestion

13Si la parole est très libre au sein de l’association, la lecture de la revue, et plus encore celle de la petite feuille de liaison qu’est La feuille ou l’aiguille, montrent clairement que, loin d’être un simple forum, elle n’en œuvre pas moins au service d’une certaine conception des paysages forestiers en régions méditerranéennes, qui repose sur quatre postulats ; comme ces derniers tendent à se conforter mutuellement, il n’est du reste pas évident de savoir dans quel ordre il convient de les présenter. Le premier d’entre eux, cependant, est probablement celui du caractère très spécifique des espaces boisés méditerranéens, qui, dans leur grande diversité écologique et physionomique, tranchent sur les archétypes forestiers landais ou vosgiens. Reconnaître cette spécificité, c’est d’abord refuser de réduire la forêt méditerranéenne à une sous-forêt de médiocre valeur, souvent chétive et/ou dégradée, et qui ne s’illustrerait que par la fréquence de ses incendies. Mais c’est aussi porter la revendication militante d’une place à part pour la forêt méditerranéenne dans les politiques forestières, et accompagner la recherche de modalités de gestion originales, adaptées à ses caractères et aux contraintes qui pèsent sur elle.

  • 11 Tout particulièrement en matière d’adaptation à la sécheresse estivale, dont la perspective du chan (...)

14Les deux postulats suivants récusent de manière implicite toute vision par trop « naturaliste » des espaces forestiers, d’une part à travers le rappel constant de leurs multiples fonctions sociales, tant passées que contemporaines, et donc du rôle millénaire des sociétés dans leur façonnement, d’autre part par l’affirmation très claire de l’importance de l’action du forestier, sans exclusive aucune quant aux objectifs – sylvicole, sylvo-pastoraux, touristiques, de protection… – de cette dernière. Soucieuse de s’inscrire à rebours de la tendance générale au « laisser-pousser », l’association est dès l’origine ouverte sur des questionnements techniques originaux et intéressée par des sylvicultures spécifiques et/ou innovantes, attitude sous-tendue par l’idée que la forêt méditerranéenne se cultive, qu’il s’agisse d’en attendre de la naturalité, de l’accessibilité, du bois, du pâturage, du gibier ou du paysage. Combinée avec le premier postulat – l’affirmation des caractères propres des espaces boisés méditerranéens – une telle approche débouche sur le positionnement provocateur du Foresterranée 2005, dont l’intitulé, Les États généraux de la forêt méditerranéenne, souligne bien la volonté « politique » de l’entreprise : « Le manifeste de la forêt méditerranéenne » collectivement rédigé à cette occasion (Association FM, 2006) y suggère en incipit que la forêt méditerranéenne pourrait faire figure de « modèle pour les forêts françaises du XXIe siècle », parce que la combinaison des contraintes de toute nature y aurait conduit à rechercher plus précocement qu’ailleurs des solutions adaptatives originales11. Au nombre de ces dernières peuvent d’ailleurs se trouver des approches sylvicoles « paysagères », soucieuses des physionomies forestières qu’elles produisent : le Foresterranée « paysage » de 1993 est d’ailleurs assez largement imprégné de cette approche technique/aménagiste, autour des questions de préservation, de sylviculture soucieuse des paysages ou de restauration après incendie.

15Le dernier postulat, qui découle des précédents et se trouve à l’évidence partagé par les forestiers bien au-delà du domaine méditerranéen, dénonce la vision statique d’une forêt envisagée comme un « décor » figé : objet dynamique, la forêt se déploie dans une durée, idéalement cyclique, qui conduit à penser le paysage forestier comme le déploiement dans une (longue) durée de physionomies successives. C’est dans cette durée que doit notamment être appréciée l’intervention du forestier, et le nécessaire passage par la coupe, souvent mal vécu par les autres usagers : en la matière, la conjonction de la présence en Provence et en Languedoc d’anciens forestiers d’Afrique du nord, grands reboiseurs, et de l’abondance des crédits publics du Fonds forestier national (FFN) d’abord, puis du Fonds européen d’orientation et de garantie agricole (FEOGA) a souvent conduit à ce que l’œuvre du forestier soit davantage perçue comme celle du reboiseur que du sylviculteur : « le forestier plante et ne coupe pas » ! Là encore, les débats de l’association ont maintes fois conduit à réaffirmer la nécessité tant économique qu’écologique de la coupe, et son appartenance au cycle paysager contemporain des peuplements forestiers.

Fig. 4 – À la rencontre sur le terrain de paysages forestiers fonctionnels, issus d’aménagements spécifiques : coupe d’éclaircie sylvopastorale dans des accrus de pins sylvestres et chantier de sciage mobile pour valoriser les bois (rencontres techniques « Combiner pâturage et bois », La Couvertoirade (Larzac), 8 juin 2010)

Fig. 4 – À la rencontre sur le terrain de paysages forestiers fonctionnels, issus d’aménagements spécifiques : coupe d’éclaircie sylvopastorale dans des accrus de pins sylvestres et chantier de sciage mobile pour valoriser les bois (rencontres techniques « Combiner pâturage et bois », La Couvertoirade (Larzac), 8 juin 2010)

Multifonctionnalité de la forêt méditerranéenne et processus territoriaux : à la rencontre des visions paysagères du public, des élus et des chercheurs

16La création de Forêt méditerranéenne s’est d’abord inscrite dans un contexte où l’État et ses différents services (Services extérieurs du ministère, Directions régionales de l’agriculture et de la forêt, Directions départementales de l’agriculture et de la forêt, Directions régionales – puis territoriales – de l’Office national des forêts) tenaient un rôle majeur dans les aménagements forestiers, même s’ils apparaissaient plutôt modestes en régions méditerranéennes, au-delà de ceux dictés par les nécessités de la DFCI (Bonnier, 2000). Mais par la suite, dès la deuxième moitié des années 1980, les CRPF (Centre régionaux de la propriété forestière) ont vu leur rôle reconnu, comme éléments fédérateurs et structurant de la sphère des propriétaires. Les Communes forestières ont étoffé l’activité de leurs associations départementales et régionales. Des institutions territoriales intercommunales nouvellement créées (Parcs naturels régionaux, Pays, Communautés de communes ou d’agglomération) se sont à leur tour saisies de la question forestière, sous l’angle de l’aménagement du territoire, du paysage et du cadre de vie, ou encore de la politique énergétique. L’équipement institutionnel de l’univers forestier méditerranéen ainsi complété et la montée en puissance de ces nouveaux acteurs et de leurs préoccupations se sont alors traduits par un élargissement de la prise en compte du paysage dans les activités et les échanges au sein de l’association. La réflexion sur le paysage forestier en tant que patrimoine et en tant que ressource pour le développement des territoires, ponctuellement présente avant (dès les premières rencontres de 1982, en fait), s’est développée, principalement autour de deux thématiques, celle de la multifonctionnalité des espaces boisés méditerranéens et celle de la territorialisation du développement.

  • 12 Au-delà des individus qui participent aux activités, ou plutôt par leur intermédiaire, l’associatio (...)

17La diversité des acteurs mobilisés par les activités de l’association, tant individuels que collectifs,12 joue alors à plein dans le processus d’appropriation d’une problématique de l’intégration paysagère de la forêt méditerranéenne aux territoires concernés. Cela passe d’abord, dans les différents « lieux » de rencontre qu’offre l’association, par une certaine forme de confrontation des représentations de la forêt méditerranéenne et des fonctions qu’elle remplit ainsi que des points de vue qui sont exprimés sur sa gestion et sa valorisation. Chaque acteur partie prenante de la forêt méditerranéenne considère en effet cette entité en fonction de son intérêt personnel (y compris ses attentes esthétiques) mais aussi en fonction d’autres critères, qui peuvent être liés à l’histoire locale ou encore au cycle de vie des individus – en particulier celui du propriétaire lui-même, rythmé par ses éventuels projets personnels. Chacun, individu ou institution, a tendance bien évidemment à privilégier une ou plusieurs fonctions remplies par les espaces boisés méditerranéens. Néanmoins, au travers des articles publiés dans la revue Forêt Méditerranéenne, une analyse historique du choix des principaux axes thématiques de réflexion de l’association et de leurs rapports éventuels avec le thème du paysage montre combien ce choix, dans son apparente diversité, reflète les grands mouvements de fond traversant la société et les attentes plus globales des citoyens.

Première entrée : plaidoyer pour un paysage forestier construit et géré, du paradigme de la « valorisation économique » à celui du « développement durable »

18À l’origine, c’est-à-dire à partir des années 1960/1970, les membres de l’association, tout en militant pour une meilleure prise en compte des spécificités méditerranéennes, sont préoccupés par la mise en œuvre de politiques publiques incitant et/ou accompagnant les gestionnaires, propriétaires privés ou publics (dont les collectivités territoriales locales), à accroître la ressource ligneuse pour le marché. Cela correspond bien, après la seconde guerre mondiale, aux efforts menés sur l’ensemble du territoire pour reconstituer la forêt française. Mais ce sont aussi, de manière complémentaire, les interrogations en termes de choix d’essences, d’itinéraires techniques et de sylvicultures efficientes adaptées au contexte pédoclimatique méditerranéen qui dominent. Ces thématiques demeurent, en arrière plan, très prégnantes jusque dans les années 1970/1980. Le paysage en tant que tel, même s’il n’est pas explicitement abordé et énoncé, n’est pas totalement absent de la réflexion. Il apparaît en filigrane au travers de la mise en valeur des espaces ruraux, de l’urbanisation du littoral ou des premières inquiétudes en matière de DFCI ou de la recherche d’un équilibre rural (Maury, 1983).

19Les axes de réflexion de la seconde moitié des années 1990 répondent davantage à la prise en compte de la notion de durabilité : le rapport Brundtland remonte à 1987 et il se diffuse dans l’opinion publique au cours de la décennie suivante. Ce concept, relativement flou au départ, prépare les esprits d’une part à être attentifs au renouvellement des ressources naturelles utilisées dans les processus productifs et dans les modes de consommation, et d’autre part à mieux intégrer dans les analyses et surtout dans l’évaluation des politiques publiques, le poids des externalités positives, ou négatives, dues aux modalités de gestion de la forêt méditerranéenne, et liées en grande partie à la diversité biologique et à la variété paysagère des milieux concernés. C’est à partir de cette deuxième moitié des années 1990 que la question d’une attention plus marquée portée aux dynamiques paysagères, dans le cadre des interventions envisagées, va se poser.

  • 13 On mentionnera à ce propos le travail réalisé pour le compte de Forêt Méditerranéenne par un groupe (...)

20Dans tous les cas la nécessité de disposer d’outils d’analyse s’affirme et sollicite la recherche. Ces outils s’appuient, dans une première approche, sur la photo aérienne ou satellitaire et sur la pédologie et le découpage de l’espace en unités pédo-paysagères (Bornand et al., 1994). L’écologie est également et de manière prépondérante mise à contribution. Vient alors la question de l’intégration paysagère dans l’aménagement de l’espace rural en relation avec le développement durable (Arnaud et al., 1994) qui nous ramène vers des préoccupations d’aménagistes et de gestionnaires du territoire, notamment celles des élus locaux, auparavant fondamentalement préoccupés par la seule défense contre les risques d’incendie. Cette démarche se trouvera étayée par des travaux sur la biodiversité et l’écologie des paysages proprement dite (Tatoni, Roche, 1994 ; Frappa, 1997) et sur les formes de gestion adéquates. Mais à côté des efforts d’analyse du « paysage », c’est-à-dire d’un fragment de territoire dans sa situation spatio-temporelle et dans ses potentialités d’évolution en relation avec les activités humaines et en fonction de ses qualités écologiques, la réflexion sur le paysage intègre aussi sa valeur esthétique. Certains auteurs de la revue rappellent l’apport des peintres du XIXe siècle dans la vulgarisation du paysage arboré méditerranéen (Bonfils, 1994) et esquissent une première analyse de la composante culturelle implicite dans les comportements et interventions des gestionnaires, identité culturelle qui s’exprime au grand jour13.

Deuxième entrée : le paysage forestier méditerranéen au crible des lectures naturalistes, à l’heure du changement global et des préoccupations en matière de biodiversité

  • 14 « Développement intégré et gestion durable sont devenus les mots clés de la gestion forestière », s (...)
  • 15 Dès le colloque de novembre 2007, Changements climatiques et forêt méditerranéenne, le constat des (...)

21Pour les écologues, le paysage est un ensemble hétérogène d’écosystèmes en interrelations. La forêt méditerranéenne (pinèdes de pins d’Alep, subéraies, hêtraies…) d’un territoire donné peut-elle répondre à cette définition ? Les articles parus dans la revue Forêt Méditerranéenne répondent par l’affirmative dans la mesure où ces formations ne sont pas homogènes et présentent une certaine diversité visuelle mais aussi fonctionnelle. Les entités hétérogènes constituées de forêts, de maquis et garrigues, de pelouses, de friches, de territoires agricoles divers, constituent, par définition, le terrain privilégié des écologues du paysage, dont le rôle est de comprendre comment fonctionne cet ensemble d’entités emboitées en relation avec les diverses perturbations, l’emprise humaine, les déprises agricoles et les variations climatiques. Sur ce dernier point, les paléo-écologues – et les historiens pour les derniers siècles (de Bonneval, 1996) – ont apporté pour la région méditerranéenne des informations capitales sur la nature du couvert végétal au cours des 10 000 ans écoulés, l’évolution des paysages, et le poids des pratiques et des usages sur leurs caractéristiques. Au-delà de l’intérêt pour les gestionnaires de la diffusion au sein du réseau de cet ensemble de connaissances nouvelles, l’affirmation croissante au cours des années 2000 des enjeux liés à la biodiversité et à sa préservation, est aussi venue jeter un jour nouveau sur les paysages forestiers méditerranéens : la contribution qu’ils apportent à l’existence d’un « hotspot » de biodiversité centré sur le bassin méditerranéen (Bonin, 2012) n’a pas manqué d’être soulignée par l’association comme une preuve supplémentaire de leur intérêt, et l’un des « services écosystémiques » majeurs qu’ils rendent aux sociétés méditerranéennes (Tardieu et al., 2012). Largement accepté au sein de l’association parce qu’il s’inscrivait clairement dans son souci premier de réévaluation de la forêt méditerranéenne, ce constat a aussi progressivement déplacé la réflexion collective sur sa gestion vers la recherche de procédures soucieuses de préserver cette valeur écologique (cf. colloque Forêt méditerranéenne et faune sauvage (1994)14, volet « gestion » du thème Biodiversité et forêt méditerranéenne intégré au Foresterranée 96, ou, plus explicite encore, le Foresterranée 2002, intitulé Espaces naturels et forestiers méditerranéens : l’impératif de gestion durable). La prise en compte de la problématique du changement climatique et de ses effets potentiels sur les forêts méditerranéennes, à partir de la deuxième moitié des années 2000, est venue ajouter une dimension adaptative à ce souci de gestion durable15.

22Au passage, ce double apport de l’histoire et de l’écologie, qui prend appui de la même manière sur la diversité et la mobilité paysagère, élargit au sein de l’association la conception de la « forêt », et l’ouvre sur ses échanges spatiaux, écologiques, fonctionnels avec les autres catégories spatiales de l’espace rural, envisagées dans une perspective dynamique qui intègre la référence à leur passé ou à leur devenir forestiers : le paysage est ce qui se voit et ce qui est perçu mais sa dynamique est liée à des mécanismes complexes dont il est le révélateur. La conception intégrative suggérée par le deuxième thème du Foresterranée 1990 (De la friche à la forêt méditerranéenne) se retrouve dans le recours fréquent à l’expression « espaces boisés méditerranéens », dont le Manifeste de la forêt méditerranéenne (Association FM, 2006), déjà évoqué, prend soin de préciser qu’elle englobe tous les stades des formations végétales méditerranéennes, « depuis les pelouses jusqu’aux peuplements les plus arborés et les plus denses ».

Troisième entrée : paysages forestiers, multifonctionnalité de la forêt méditerranéenne et développement des territoires

  • 16 L’expression apparaît dans les débats de l’association vers 2011-2012.
  • 17 En tant que président de l’association, Guy Benoît de Cognac affirme dans son allocution d’ouvertur (...)

23Parallèlement à cet élargissement de la conception des espaces boisés et des « services écosystémiques »16 qu’ils rendent, se développe l’idée d’une multifonctionnalité par essence, fondamentale, de la forêt méditerranéenne, multifonctionnalité passée dont les paysages peuvent être lus comme la résultante, mais aussi multifonctionnalité contemporaine dans laquelle le paysage fait aujourd’hui diversement ressource : en tant que patrimoine, en tant qu’aménité, en tant que cadre de vie ou décor attractif pour les activités récréatives, mais également en tant que facteur de production. Plusieurs rencontres vont jalonner le déploiement de cette approche ouverte de la valeur de la forêt méditerranéenne, qui insisteront tantôt sur sa dimension sociale et culturelle, comme les Foresterranée 1999 (Les fonctions non marchandes de la forêt méditerranéenne) ou 2002 (Espaces naturels et forestiers méditerranéens : l’impératif de la gestion durable), tantôt sur sa dimension économique, à l’image du colloque Énergie-forêt-territoires (2010), mais aussi souvent sur l’articulation entre les deux : les Foresterranée 2005 (États généraux de la forêt méditerranéenne) et 2008 (Production durable de biens et services en forêt méditerranéenne) relèvent de cette dernière catégorie. Bien qu’elle se défende d’y « échafauder une doctrine »17, au fil de ces débats, l’association structure la réflexion sur le paysage forestier autour de deux thématiques articulées, celle de la multifonctionnalité et celle de la place de la forêt dans le développement territorial.

  • 18 Cf. Foresterranée 1999, Bassin versant, crues, érosion.
  • 19 Cf. colloque 1994, Forêt méditerranéenne et faune sauvage, d’abord conçu comme un espace de rencont (...)
  • 20 Cf. Foresterranée 1996, Biodiversité et forêt méditerranéenne, et 2011, Usages, biodiversité et for (...)

24En matière de multifonctionnalité, le grand tournant correspond à l’explicitation des fonctions non marchandes de cette forêt qui produit relativement peu de bois par rapport aux forêts du Nord ou aux forêts atlantiques mais qui, en termes d’aménités non comptabilisées directement, produit des biens et des services reconnus depuis fort longtemps (régulations hydriques18, support d’une faune19 et d’une flore, dites sauvages…), directement intégrés aux modes de production et aux modes de consommation locaux, composantes essentielles d’une identité culturelle forte, et donnant corps à des valeurs économiques et sociales non négligeables. Se posent en corollaire le problème de l’adaptation au changement climatique qui touche de manière spécifique les écosystèmes et habitats naturels méditerranéens (Lefèvre, Collin, 2008), et les questions suscitées par l’érosion supposée de la biodiversité20 – contrôle de son évolution, ou du moins tentatives actuelles de retour vers ce que l’on pense être davantage de naturalité dans les pratiques de gestion des espaces boisés méditerranéens (Lepart, 1997 ; Blondel, 2012). En tout état de cause et in fine ce sont les impératifs croissants de gestion durable pour un développement territorial, renvoyant à la question de l’adaptation au changement climatique et d’une réponse à l’érosion de la biodiversité qui vont marquer les esprits dans la suite. Les forestiers expriment ainsi leur souci d’intégrer les activités sylvicoles dans un contexte paysager original lui-même associé à un contexte local et territorial spécifique.

  • 21 Cf. également dans ce même numéro de Forêt méditerranéenne, T. XXVII, n2, 2006, « Les États Génér (...)

25L’échelle du « territoire » au sens où l’entendent aujourd’hui les géographes (Di Méo, Buleon, 2005) est souvent mobilisée de manière explicite à partir du milieu des années 1990 (cf. notamment les deux séminaires de 2006 et 2007 dédiés à « La forêt méditerranéenne, un atout pour le développement des territoires », et les journées « Énergie – Forêt – Territoires : le bois énergie au service des écosystèmes, de la forêt méditerranéenne et des territoires » (2009). Cette deuxième thématique structurante dans la réflexion conceptuelle menée au sein de l’association, correspond à la place de la forêt au sein des territoires en construction (PNR, Pays, communautés d’agglomération…). Cela concerne plus particulièrement, la forêt dans ses rapports avec les villes et les citadins, posant comme on l’a déjà vu la question des paysages forestiers dans l’identité de ces nouveaux territoires et dans les politiques d’aménagement de l’espace qui y sont engagées. Ce deuxième champ thématique retrouve évidemment les questions de la multifonctionnalité, mais les intègre à cette échelle « territoriale » qui peut être celle, par exemple, des Chartes Forestières de Territoire, dont rendent compte en particulier les travaux préparatoires aux « États généraux de la forêt méditerranéenne » (cf. notamment Bourlon, 2002, puis Chassany, 2006)21.

26La décentralisation toujours difficultueuse, l’application des principes de subsidiarité dans les politiques régionales européennes, conduisent à se poser la question du poids des espaces boisés méditerranéens dans le développement local et celle de leur contribution au développement des nouveaux territoires (Chaumontet, Bouroulet, 2002), en même temps que celle de la nécessité d’une gestion attentive et participative de la diversité biologique. Le paysage tend parfois à disparaître derrière ces composantes, mais n’en demeure pas moins présent dans ces préoccupations de gestion durable d’une ressource qui s’est étendue depuis l’accélération de l’exode rural au cours des années 1950/1970. De même, la réémergence après une première tentative dans les années 1970, du bois énergie comme alternative partielle à la crise énergétique et aussi au réchauffement climatique lié à l’utilisation des énergies fossiles, renforce le questionnement sur la territorialisation du développement et la préservation des paysages (de Montgolfier, 2010 ; Dérioz, 2011). Enfin les actions de reboisement engagées dans les années 2000 font de plus en plus explicitement référence à une volonté de construire, sinon de protéger des paysages identitaires originaux, qui constituent alors une ressource territoriale susceptible d’être valorisée au travers d’activités liées à la forêt.

27Sous des formes différentes, cette démarche réflexive collective a ainsi porté en continu sur la prise en compte des enjeux environnementaux et sur la redéfinition de la valeur de la forêt. Dans cette perspective, la conception plutôt consensuelle de paysages forestiers méditerranéens en tant que supports et révélateurs des dynamiques sous-jacentes constitue un bon indicateur de l’évolution des représentations des espaces boisés méditerranéens chez les membres de l’association. Cette conception a d’ailleurs parallèlement renforcé leur intérêt à l’égard des démarches méthodologiques de lecture du paysage forestier méditerranéen, qui permettent de caractériser ses fonctionnalités, et d’expliciter les modes successifs d’intégration des activités forestières aux dynamiques territoriales dont il est le reflet. Tant sur le terrain que lors des débats en salle – où les outils de vidéoprojection contemporains permettent du reste de réintroduire les images du terrain – le détour par le paysage a ainsi accompagné les acteurs de la forêt méditerranéenne dans leurs cheminements respectifs vers la prise en compte d’une forêt aux valeurs et aux usages multiples, produisant des biens et des services très divers, et dont la gestion durable impose une approche partenariale (Chassany, 2009 ; de Montgolfier, 2009).

Conclusion

28L’enrichissement progressif des approches paysagères au sein de l’association apparaît ainsi indissociable de la démarche collaborative de construction d’un système conceptuel de la forêt méditerranéenne dont elle est porteuse. À l’écoute tant des expériences et des situations locales que des grands débats d’opinion, Forêt méditerranéenne a à cet égard témoigné d’une grande aptitude à l’anticipation par rapport aux questions émergentes, multifonctionnalité de la forêt, biodiversité, changement climatique, bois-énergie, etc., sans pour autant dévier de son projet initial « d’illustration et défense » de la forêt méditerranéenne : le choix du paysage comme thème d’atelier l’année même du vote de la loi paysage atteste de cette recherche, toujours collégiale, des bonnes « prises » par rapport aux préoccupations de la société contemporaine.

29Dans cet apprentissage collectif, qui passe par la mise en œuvre multiforme – terrain, séminaires, diffusion de la revue – d’échanges réciproques entre ceux qui gèrent la forêt et ceux qui la pratiquent ou s’y intéressent à des titres divers, la capitalisation des acquis est souvent passée par la production à l’issue des colloques de textes collectifs de référence, qui représentent autant de jalons. La synthèse de l’atelier « paysage » de 1993, et plus encore le « Manifeste de la forêt méditerranéenne » ajusté lors des « États généraux » de 2005 (association F.M., 2006), ont durablement joué au sein de ce réseau le rôle « d’objets intermédiaires » (Mougenot, Stassart, 2008) parce qu’ils étaient issus d’un processus de discussion puis de validation collective, et que, comme l’écrit D. Vinck (2009), « ils [ont participé] à la construction de compromis et de savoirs partagés entre les acteurs [et ont contribué] à déplacer les points de vue des acteurs ». Ces divers textes ont également servi de passerelles vers les nombreux organismes et institutions qui gravitent autour de Forêt Méditerranéenne et contribuent à relayer ses travaux.

30Ces textes de référence ont contribué à mieux délimiter la notion de paysage au sein de l’association : elle renvoie à la fois au paysage du géographe, qui prend largement en compte le contenu économique, social et culturel d’un territoire, à celui de l’écologue, qui décrit l’ensemble des écosystèmes que l’on y trouve et leurs interactions, et à celui du passant qui voit ce qu’il voit. C’est donc un objet en fonctionnement, porteur d’une histoire pouvant être très longue, mais tout autant soumis aux actes et aux accidents de l’instant, tant fortuits que voulus. Cela ne signifie pas pour autant que la confusion entre décor, objet statique à un instant donné, et paysage soit définitivement bannie : les débats en séance ou en forêt ont souvent opposé « amis de la nature » et « reboiseurs-défonceurs » par rapport à l’impact et aux effets visuels des travaux forestiers – terrains reboisés chamboulés par le passage des puissantes charrues (rippers) qui ont jonché les parcelles de gros blocs de calcaire, plantations en ligne d’apparence artificielle, trouées des pistes forestières ou des bandes pare feu… Ce clivage existe encore, mais s’il est parfois ponctuellement ravivé, il n’en est pas moins incontestable que les divers points de vue se sont rapprochés, du fait de la conservation de la mémoire des échanges précédents (la mise en ligne des articles de la revue est à cet égard une étape importante) et de l’élaboration progressive d’un langage commun, au sein de ce « forum » de la forêt méditerranéenne que l’association s’efforce d’être depuis ses débuts.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud M.-T., Dimanche M., Ferraina F., « À propos de l’intégration de la dimension paysagère dans l’aménagement de l’espace rural », Forêt Méditerranéenne, t. XV, n3, 1994, p. 330-334.

Association Forêt Méditerranéenne, « Le manifeste de la forêt méditerranéenne », texte collectif, Forêt Méditerranéenne, t. XXVII, n2, 2006, p. 196-200.

Blondel J., « Biodiversité et naturalité : histoire et évolution des concepts », Forêt Méditerranéenne, t. XXXIII, n2, 2012, p. 101-108.

Bonfils P., « Approche pour une étude des paysages méditerranéens », Forêt Méditerranéenne, t. XV, n3, 1994, p. 252-254.

Bonin G., « Biodiversité et forêts méditerranéennes Approches récentes », Forêt Méditerranéenne, t. XXXIII, n2, 2012, p. 109-118.

Bonnier J., « L’association Forêt Méditerranéenne », Forêt Méditerranéenne, t. XXX, n2, 2008, p. 525-530.

Bonnier J., « Aménagement forestier en régions méditerranéennes », Forêt Méditerranéenne, t. XXI, n4, 2000, p. 541-550.

Bornand M., Barthes J.-P., Robbez-Masson J.-M., « Découpage de l’espace en unité pédo-paysagères », Forêt Méditerranéenne, t. XV, n3, 1994, p. 309-310.

Bourlon S., « Charte forestière de territoire expérimentale, Gestion multifonctionnelle de l’espace forestier du Parc naturel régional du Luberon. », Forêt Méditerranéenne, t. XXIII, n4, spécial foresterranée 2002 (1ère et 2e parties), 2002, p. 337-344.

Boyrie J.-C., « La forêt méditerranéenne est-elle « mal aimée » du public ? », Forêt Méditerranéenne, t. XV, n3, spécial foresterranée 93 (3e partie), 1994, p. 285-286.

Cazaly M., « La forêt méditerranéenne française et son public. Résultats d’enquête par sondage », Forêt Méditerranéenne, t. XXIII, no 3, 2002, p. 173-184.

Chassany, J.-P., « La production durable de biens et services en forêt méditerranéenne : le point de vue de l’économiste », Forêt Méditerranéenne, t. XXX, no 2, 2009, p. 139-146.

Chassany J.-P., « La forêt méditerranéenne, un atout pour le développement des territoires », Forêt Méditerranéenne, t. XXVII, no 2, 2006, p. 131-137.

Chaumontet O., Bouroulet F., « Contribution de la forêt au développement des nouveaux territoires », Forêt Méditerranéenne, t. XXIII, no 3, 2002, p. 253-260.

De Bonneval L., « Permanence d’une ressource, évolution des besoins économiques et sociaux : 200 ans de la vie d’un taillis communal dans une commune du Gard », Forêt Méditerranéenne, t. XVII, n3, 1996, p. 137-144.

De Montgolfier J., « Quelques éléments de prospective sur la place du développement local et forestier lié au bois énergie », Forêt Méditerranéenne, t. XXXI, n2, 2010, p. 217-220.

De Montgolfier J., « Le contexte “moderne” de la gouvernance des projets forestiers au sein des territoires », Forêt Méditerranéenne, t. XXX, no 2, 2009, p. 111-114.

De Montgolfier J., « Les forêts méditerranéennes et leur aménagement. 1ère partie », Forêt Méditerranéenne, t. VII, no 2, 1985, p. 161-168.

Dérioz P., « Forêts, sociétés et territoires en Méditerranée : pour une approche intégrée et participative de la place de la forêt dans les systèmes territoriaux. Conclusions et recommandations », Forêt Méditerranéenne, t. XXXII, no 4, 2011, p. 505-508.

Dérioz P., « Naissance, extension et mutations des paysages périurbains pavillonnaires dans le sud-est de la France », in Corvol-Dessert A. (dir.), Les Sources de l’Histoire de l’Environnement : le XXe siècle, L’Harmattan, Paris, 2003, p. 93-118.

Di Meo G., Buleon P., L’espace social. Lecture géographique des sociétés, coll. « U Géographie », Armand Colin, Paris, 2005, 304 p.

Fourault-Cauet V., Le paysage : notion théorique ou outil d’aménagement émergent pour les forêts méditerranéennes en Europe ?, Thèse de Doctorat en géographie, Paris I / LADYSS 7533, 2007, 490 p.

Frapa P., « Biodiversité et paysage », Forêt Méditerranéenne, t. XVIII, n1, p. 39-40.

Lefèvre F., Collin E., « Changement climatique, diversité génétique et adaptation des forêts », Forêt Méditerranéenne, t. XXIX, n2, 2008, p. 243-246.

Lepart J., « De la diversité spécifique à la biodiversité. Les raisons d’un succès », Forêt Méditerranéenne, t. XVIII, no 1, 1997, p. 4-10.

Luginbühl Y., « La demande sociale de paysage », Rapport pour la séance inaugurale du 28 mai 2001, Conseil national du paysage, 2001, 17 p.

Maury R., « La forêt méditerranéenne et l’équilibre rural », Forêt Méditerranéenne, t. V, no 1, 1983, p. 63-64.

Mougenot C., Stassart P., « Les objets éphémères du développement durable », in Melart F. (dir.), Écologisation : objets et concepts intermédiaires, coll. « Ecopolis », Presses Interuniversitaires Européennes, 2008, p. 73-96.

Pagezy P., « Éléments de la gestion forestière », Forêt Méditerranéenne, t. XVI, no 3, 1995. p. 205-207.

Tardieu L., Salles J.-M., Chassany J.-P., « Faut-il avoir peur de l’approche économique de la biodiversité et des services rendus par les écosystèmes ? », Forêt Méditerranéenne, t. XXXIII, no 2, 2012, p. 119-128.

Tatoni T., Roche P., « Écologie du paysage et forêt méditerranéenne », Forêt Méditerranéenne, t. XV, n3, 1994, p. 310-314.

Vinck D., « De l’objet intermédiaire à l’objet-frontière. Vers la prise en compte du travail d’équipement », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 3, n2009-1, 2009, p. 51-72. [en ligne : http://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2009-1-page-51.htm]

Haut de page

Notes

1 La formule joue sur l’homonymie avec la DFCI : Défense des Forêts Contre l’Incendie.

2 Dont la prise en compte des services écosystémiques fournis.

3 Tous les articles évoqués n’ont pas été reportés en bibliographie, de manière à ne pas l’alourdir inutilement : mais tous sont accessibles en ligne sur le site http://www.foret-mediterraneenne.org

4 Loi du 8 août 1985, qui porte le nom de son auteur et a introduit dans le droit italien un certain nombre d’éléments normatifs en matière d’environnement et de paysage.

5 Llei de protecció, gestió i ordenació del paisatge de Catalunya, 8 juin 2005.

6 J.-P. Hétier (institut des Aménagements régionaux et de l’environnement), M. Florent-Roattino (Forêt Méditerranéenne), Introduction, Forêt Méditerranéenne, t. XV, n3, p. 248-249.

7 La synthèse conclusive rédigée par J-P. Hétier (Forêt Méditerranéenne, t. XV, n3, p. 375) se rapproche plus encore de la définition de la CEP : « Le paysage est une portion de territoire, regardé par des groupes sociaux : comprendre et se donner les moyens d’agir sur le paysage, c’est bien sûr connaître ses dimensions factuelles (l’environnement), mais c’est aussi comprendre le regard qui est porté sur lui, connaître sa dimension sociale ».

8 La recherche par mots-clés dans le corpus des articles de la revue donne 173 occurrences pour le terme « incendie », et l’un des six groupes de travail des rencontres de 1987 était consacré au « feu contre l’incendie : feux d’hiver, feux tactiques, contre-feux », soit une manière détournée de parler de l’incendie en insistant sur les techniques préventives ou de lutte.

9 Plus de 1 000 participants au total, toutes manifestations confondues, et un discours inaugural prononcé par le ministre de l’Agriculture d’alors, François Guillaume.

10 Un temps enrayée par la surexploitation énergétique de certains secteurs pendant la guerre, et souvent occultée dans les médias par les pertes causées par les incendies.

11 Tout particulièrement en matière d’adaptation à la sécheresse estivale, dont la perspective du changement climatique laisse entendre qu’elle pourrait à l’avenir concerner d’autres régions que les régions méditerranéennes.

12 Au-delà des individus qui participent aux activités, ou plutôt par leur intermédiaire, l’association se trouve connectée à de très nombreuses structures, à commencer par l’association sœur créée en 1996 pour piloter les échanges internationaux au sein du bassin méditerranéen (AIFM : Association internationale Forêt Méditerranéenne), qui partage les mêmes locaux. Beaucoup d’autres associations, plusieurs institutions ou services administratifs d’échelle variable (région, département, territoires…), quelques entreprises et laboratoires de recherche font partie de ce vaste réseau informel – certains contacts pouvant se renforcer le temps d’organiser un séminaire puis perdre ensuite plus ou moins durablement en intensité.

13 On mentionnera à ce propos le travail réalisé pour le compte de Forêt Méditerranéenne par un groupe d’étudiants de Montpellier Supagro (2013) dans le cadre des projets d’ingénieurs : dans leur essai de diagnostic des reboisements en forêt méditerranéenne, ils relèvent ainsi une tentative exemplaire de reboisement « artistique » par un propriétaire foncier, volontaire dès le départ.

14 « Développement intégré et gestion durable sont devenus les mots clés de la gestion forestière », souligne par exemple Philippe Pagezy, alors directeur régional adjoint de l’ONF Languedoc-Roussillon, dans les actes du colloque (Pagezy, 1995).

15 Dès le colloque de novembre 2007, Changements climatiques et forêt méditerranéenne, le constat des impacts déjà mesurables sur les peuplements forestiers ouvre sur la question : Quelle gestion forestière dans la perspective du changement climatique ? Observer, s’adapter, anticiper.

16 L’expression apparaît dans les débats de l’association vers 2011-2012.

17 En tant que président de l’association, Guy Benoît de Cognac affirme dans son allocution d’ouverture au colloque Forêt méditerranéenne et faune sauvage (1994) que « Forêt Méditerranéenne n’est pas le lieu où l’on échafaude une doctrine, mais c’est le point où l’on échange ses connaissances, ses expériences voire ses doutes ».

18 Cf. Foresterranée 1999, Bassin versant, crues, érosion.

19 Cf. colloque 1994, Forêt méditerranéenne et faune sauvage, d’abord conçu comme un espace de rencontre entre forestiers, naturalistes et chasseurs.

20 Cf. Foresterranée 1996, Biodiversité et forêt méditerranéenne, et 2011, Usages, biodiversité et forêt méditerranéenne.

21 Cf. également dans ce même numéro de Forêt méditerranéenne, T. XXVII, n2, 2006, « Les États Généraux de la forêt méditerranéenne », les articles de B. Mariton, C. Naudy, V. Mure, et F. Bouroulet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Nombre d’articles de Forêt Méditerranéenne par année de parution, répondant au mot clé « paysage »
Légende Les 68 occurrences identifiées sous-estiment d’ailleurs la place du paysage dans les articles, car la « banalité » même du terme et le large empan de ce à quoi il renvoie ne poussent pas toujours à le sélectionner en tant que mot-clé, même si les questions traitées possèdent bien une dimension paysagère.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1581/img-1.png
Fichier image/, 349k
Titre Fig. 2 – Répartition par catégorie professionnelle des participants à l’atelier « paysage » de Foresterranée 93 et couverture du numéro correspondant de Forêt Méditerranéenne, qui évoque tout à la fois les paysageslumineux des pinèdes méditerranéennes et le développement des usages récréatifs de la forêt
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1581/img-2.png
Fichier image/, 321k
Titre Fig. 3 – a. Répartition par catégorie professionnelle et par département d’origine des participants à diverses manifestations récentes sur le terrain de l’association Forêt Méditerranéenne (2012)
Légende Au-delà d’un noyau de membres actifs, souvent impliqués dans le conseil d’administration de l’association, les activités de cette dernière mobilisent son réseau selon des configurations à géométrie variable, qui dépendent de la localisation de la manifestation quant à l’origine géographique des participants, et de sa thématique quant à leur origine professionnelle. Ainsi une journée organisée dans la montagne de Lure (juin 2012) sur les questions de multifonctionnalité et de territorialité (Chartes forestières de territoire), a-t-elle rassemblé à peu près le même type de public que les journées consacrées au paysage en 1993, avec toutefois un peu moins de représentants des services de l’État (ce qui s’explique en partie par les réformes structurelles engendrées par la RGPP), ainsi qu’un peu moins de personnels de bureaux d’étude (notons qu’en 1993, plusieurs bureaux d’étude parmi ceux représentés à l’atelier consacraient une part de leurs activités au paysage). Sur ce type de thématique ouverte sur les questions sociales et politiques, l’ensemble des catégories est représenté, avec une prédominance légère pour les services techniques, les organismes gestionnaires et les propriétaires, et un intérêt moindre des professionnels de la filière bois et des élus…
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1581/img-3.png
Fichier image/, 109k
Titre Fig. 3 – b. Répartition par catégorie professionnelle et par département d’origine des participants à diverses manifestations récentes sur le terrain de l’association Forêt Méditerranéenne (2013)
Légende … On retrouve d’ailleurs ce même type de profil pour la journée organisée en juin 2013 dans le Ventoux sur le thème de la biodiversité et plus spécifiquement sur les îlots de vieux bois, à quelques nuances près, notamment l’absence des bureaux d’étude et celle, étonnante sur ce « laboratoire » méditerranéen, des chercheurs autres que ceux déjà membres de l’association (soit 3 personnes ce jour-là). En revanche, la journée organisée en septembre 2012 sur la valorisation du pin d’Alep dans les Bouches-du-Rhône a rassemblé plus de représentants de la profession (filière bois), plus de propriétaires et aussi beaucoup plus de techniciens des collectivités. La valorisation économique de la forêt est clairement un enjeu plus fort pour ces catégories. Enfin, la journée organisée dans le Gard en avril 2013 sur le devenir des reboisements effectués il y a quelques décennies dans les garrigues, journée où les questions de paysage étaient prégnantes, a enregistré une forte participation des propriétaires forestiers (sans doute plus intéressés par la valorisation possible de leur patrimoine) ainsi que des membres d’association, des techniciens et des gestionnaires. Le succès qu’elle a rencontré (81 participants) rend plus apparente encore l’absence des élus.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1581/img-4.png
Fichier image/, 102k
Titre Fig. 4 – À la rencontre sur le terrain de paysages forestiers fonctionnels, issus d’aménagements spécifiques : coupe d’éclaircie sylvopastorale dans des accrus de pins sylvestres et chantier de sciage mobile pour valoriser les bois (rencontres techniques « Combiner pâturage et bois », La Couvertoirade (Larzac), 8 juin 2010)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1581/img-5.png
Fichier image/, 347k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Dérioz, Denise Afxantidis, Gilles Bonin, Jean Bonnier et Jean-Paul Chassany, « Émergence et déploiement de la thématique du paysage au sein du réseau Forêt Méditerranéenne (1978-2013) », Sud-Ouest européen, 38 | 2014, 47-61.

Référence électronique

Pierre Dérioz, Denise Afxantidis, Gilles Bonin, Jean Bonnier et Jean-Paul Chassany, « Émergence et déploiement de la thématique du paysage au sein du réseau Forêt Méditerranéenne (1978-2013) », Sud-Ouest européen [En ligne], 38 | 2014, mis en ligne le 18 mars 2016, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1581 ; DOI : 10.4000/soe.1581

Haut de page

Auteurs

Pierre Dérioz

Maître de conférences HDR à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse / UMR Espace-Dev 228 IRD / Association Forêt Méditerranéenne (vice-président).

Articles du même auteur

Denise Afxantidis

Association Forêt Méditerranéenne (Directrice).

Gilles Bonin

Professeur émérite, ex-directeur de l’IMEP (Institut Méditerranéen d’Écologie et de Paléoécologie) / Association Forêt Méditerranéenne (Trésorier).

Jean Bonnier

Association Forêt Méditerranéenne (Président d’Honneur).

Jean-Paul Chassany

Chercheur INRA Montpellier / Association Forêt Méditerranéenne (Président).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals