Navigation – Plan du site

Les Observatoires Hommes-Milieux : un nouveau dispositif pour une approche intégrante des intéractions environnements-sociétés et de leurs dynamiques

A new tool to overall analyze the interactions between man and his environment, along with their dynamics : the network of Human & Environmental Observatories
Los Observatorios Hombres-Medios : un nuevo dispositivo para un enfoque integrador de las interacciones medio ambiente-sociedad y de sus dinámicas
Robert Chenorkian
p. 3-10

Résumés

Le dispositif des Observatoires Hommes-Milieux (OHM) existe depuis 2007. Début 2012, on dénombre sept observatoires et le réseau qui les réunit (ROHM). Outil de promotion de l’interdisciplinarité, il coordonne autour d’un objet partagé les recherches qui concernent l’écologie, la biodiversité et les interactions hommes-milieux afin de permettre la mise en œuvre de recherches disciplinaires et interdisciplinaires aptes à développer le champ de l’écologie globale. Il est conçu pour permettre les recherches fondamentales, les recherches appliquées et pour répondre par l’expertise, l’expérimentation et l’évaluation à la demande sociétale et documenter la décision politique. Le texte détaille les principes et fonctionnements des OHM et de leur réseau.

Haut de page

Texte intégral

1Les interactions que l’homme développe avec son milieu engendrent une très forte complexité des systèmes qu’elles affectent. Les socio-écosystèmes très fortement anthropisés présentent cette caractéristique à un très haut degré. Leurs description, analyse, compréhension et modélisation, nécessitent, afin de pouvoir faire face à une telle complexité, non seulement une implication de toutes les sciences de l’environnement lato sensu, mais aussi la mise en œuvre d’une importante interdisciplinarité. C’est ainsi que l’Institut Écologie et Environnement du CNRS a identifié comme objectif d’aboutir à une intégration des sciences de l’environnement et particulièrement de celles qui concernent le ternaire qui le fonde : écologie, biodiversité, interactions hommes-milieux, pour la construction d’une écologie globale, cette expression voulant qualifier cette réalisation intégrative.

2Dans ce but, particulièrement pour ce qui concerne les socio-écosystèmes les plus fortement anthropisés, l’Institut écologie et environnement (INEE) a développé le dispositif des Observatoires Hommes-Milieux ou OHM. Les OHM sont conçus pour permettre l’étude des systèmes où l’anthropisation est la plus forte voire prépondérante, donc sur les systèmes à plus haute complexité. La direction convergente des études qui y sont promues vers un objet unique et partagé, les pratiques d’échanges qui y prévalent, les travaux de mise à la maille des données et de développement de géoréférencements communs et la normalisation des outils d’analyses qui sont la règle l’ont organisé dans ce but. Dans le développement des socio-écosystèmes, il est centré sur les phases de paroxysme et de bouleversement des systèmes (fig. 1).

Fig. 1 – Organisation des socio-écosystèmes, équilibres et changements abrupts

Fig. 1 – Organisation des socio-écosystèmes, équilibres et changements abrupts

I – Principe des OHM

1. Concept : Origine et évolution

3Le concept d’OHM, posé par l’auteur, a été exposé publiquement pour la première fois au printemps 2007. Une première description en a été publiée en 2009 :

« (les OHM) sont organisés autour d’un fait, anthropique ou non, mais à très forte capacité de structuration économique et sociale et à très fort impact environnemental, qu’un événement plus ou moins brutal, mais toujours majeur, vient profondément bouleverser, induisant ainsi des changements rapides du système. » (Lagadeuc Y., Chenorkian R., 2009, p. 196).

4Aujourd’hui, après la création de sept OHM et le développement d’une réflexion approfondie, cette définition est toujours d’actualité. Elle a cependant bénéficié de quelques précisions qui définissent mieux son contexte d’application.

Définition

5Les OHM sont construits autour d’un objet d’étude fortement organisé par un fait structurant et impacté par un événement fondateur qui vient bouleverser les systèmes existants, ce dernier constituant le pivot de l’organisation des recherches. Le but de l’OHM est d’identifier et de comprendre le fonctionnement des mécanismes que ce bouleversement induit, d’en déterminer les dynamiques et interactions et d’en suivre les effets et conséquences au cours du temps sur l’homme et son milieu. Une attention appuyée est portée aux actions entreprises par l’homme pour en orienter les évolutions. Un état des lieux initial (qui correspond à l’état d’équilibre que caractérise le fait structurant avant l’intervention de l’événement fondateur) donc nécessairement rétro-observé, est requis pour le bon développement des recherches et la bonne compréhension des dynamiques.

L’objet d’étude

6Sa définition et sa délimitation spatiale sont fondamentalement anthropiques et reposent sur les interactions Hommes-Milieux. Ce sont le fait structurant, l’événement fondateur et leurs empreintes sur le milieu qui les déterminent. Tout autre élément de caractérisation est a priori non pertinent et son recours demande donc à être justifié dans l’organisation de ces deux considérants pour être pris en compte comme élément de définition.

7Ainsi, pour l’OHM « Bassin Minier de Provence », le périmètre de l’objet d’étude n’est pas la zone déterminée par l’extension du gisement de lignite, mais celle qui a été affectée par l’activité d’extraction et par l’arrêt de celle-ci avec toutes leurs conséquences sur le milieu et la société, pendant l’activité de la mine comme après son arrêt. Par ailleurs, si la définition de cet objet est unique (zone affectée par le fait structurant et l’événement fondateur) son extension et sa géométrie sont, elles, variables selon la question posée. Si l’on considère le cas de l’OHM d’Estarreja (Portugal, voir infra), qui est fondé sur une très importante pollution industrielle tempérée par la mise en place récente de pratiques vertueuses quant au rejet des déchets et à leur gestion, le périmètre considéré aura une extension variable selon la nature des polluants et leurs capacités à être mobilisés et métabolisés, par exemple. Le périmètre peut également varier selon que l’on considère les affections engendrées, les pratiques agricoles impliquées dans la diffusion, le ressenti des habitants vis-à-vis de ces questions en fonction de leurs origines sociales ou économiques, ou simplement la zone où des pratiques d’aménagements publics auront été développées par rapport à ces contextes. Si le cœur de l’objet et sa nature sont donc bien évidemment les mêmes, le périmètre et les échelles qui y prévalent seront nécessairement différents selon les questions et les thématiques scientifiques abordées ou les analyses développées. Ces propriétés découlent directement de la très haute anthropisation des milieux considérés et de la complexité des systèmes ainsi construits.

Le fait structurant

8Initialement les caractéristiques de ce fait étaient son caractère très fortement structurant socialement et son très fort impact environnemental, le tout caractérisant donc une très forte anthropisation de l’objet à l’amont de l’apparition de l’événement fondateur (bouleversement). Le premier exemple évoqué était celui d’un bassin minier ou sidérurgique avec toutes les conséquences que l’on sait quant à l’organisation sociale et économique et avec l’impact environnemental qui pouvait en résulter. Ce fait suppose une relative stabilité des contraintes et des effets qui le déterminent et le fondent dans ses caractères et dynamiques de sorte que le socio-écosystème qu’il affecte est réputé à l’équilibre (« table state » (cf. Bourgeron et al., 2009 et fig. 1).

9Aujourd’hui, cette caractérisation demeure pleinement valide. Mais il est rappelé que le fait structurant peut très bien ne pas résulter d’une très forte pression anthropique. L’accent est porté principalement sur l’équilibre initial du socio-écosystème que va massivement affecter l’événement fondateur et ses bouleversements. L’arrêt de l’activité industrielle dans le cadre d’un bassin sidérurgique ou la mise en place d’une exploitation minière, dans un milieu qui en serait exempt, constituent des exemples particulièrement marquants.

2. L’événement fondateur

10Cet événement est caractéristique des systèmes à forte anthropicité. Il a la violence de l’action de l’homme dans son irruption et dans l’étendue de ses effets. Il est susceptible d’avoir un impact sur l’ensemble des socio-écosystèmes considérés, hors de toute logique interne. Il en a la rapidité, qui est celle des actions de l’homme et non des temps géologiques ou de l’évolution biologique. Rapidité ne veut pas dire instantanéité (la mise en place de l’événement peut s’apprécier en années voire décennies) ni contemporanéité de la mise en œuvre de l’OHM (il peut remonter à un passé avéré).

11L’exemple d’un bassin (objet) minier (fait structurant) et de l’arrêt de l’exploitation (événement fondateur) illustre bien le propos. La mine affecte très profondément tout le socio-écosystème et le structure dans ses caractéristiques, dynamiques et schémas d’évolution, quel que soit le niveau considéré. La fermeture de la mine va totalement déstructurer ce contexte tant pour ce qui concerne l’organisation sociale directement liée à l’activité que celle qui en découle (économie, santé, éducation, idéologie). C’est aussi l’ensemble des écosystèmes qui sont affectés (arrêt de l’accumulation des polluants de tous ordres, par exemple) tout cela provoquant l’irruption d’événements brutaux et inattendus (depuis l’importation de charbons d’origine et de composition différentes pour faire fonctionner une centrale thermique initialement alimentée par la mine, à l’apport de terres étrangères pour recouvrir les terrils, induisant l’importation de quantités d’espèces allochtones et parfois invasives). Cette déstructuration interviendra sans que soit mis en place de structuration alternative. Même s’il était techniquement et économiquement possible de proposer immédiatement une organisation de substitution, le choc social serait si fort qu’il ne serait guère acceptable de faire disparaître totalement toutes traces de ce qui a fait le monde ancien. L’événement est mono causal : l’arrêt de l’exploitation. Il est profondément modificateur : l’organisation antérieure en est déstructurée. Il s’est nécessairement déroulé dans le temps : prémices de l’arrêt de l’exploitation et éventuels mouvements sociaux, fermeture des premiers puits, d’autres, du dernier, et pendant ce temps, premiers départs de travailleurs, amorces de reconversion, etc. Même si cet événement est cernable, son instantanéité n’est donc pas stricte, ni son immédiateté nécessaire. Il correspond pourtant parfaitement à cette notion d’événement fondateur. C’est l’importance en force et extension de la déstructuration produite par l’événement qui détermine son aspect fondateur et son aptitude à jouer le rôle de focalisateur des recherches sur l’objet, sa capacité à marquer un avant et un après.

12Dans les contextes où l’anthropisation est prépondérante, les causes de ces changements, le plus souvent multifactorielles et multiscalaires, sont fondamentalement anthropiques.

3. Champ des OHM

13Le Dispositif OHM se compose d’observatoires (les OHM) et d’un réseau (ROHM) qui les organise. Les OHM sont mis en œuvre dans deux grands contextes où l’anthropisation est prépondérante, celui de l’industrie (sidérurgie, mines, usines chimiques, de traitement des déchets, etc.) et celui de l’aménagement de l’espace (ponts, barrages, ports, complexes urbains, etc.).

14Les événements de ruptures fondateurs peuvent être marqueurs d’une artificialisation accrue (constructions de barrages, d’usines, de mines dans des contextes initialement peu affectés par l’action de l’homme) comme ils peuvent témoigner d’une atténuation de celle-ci (déconstruction, réaménagement, renaturalisation, problématique de mise en réserve).

15Le dispositif se développe avec un arrière plan général combinant les effets du changement global et particulièrement des modifications climatiques sur ces lieux hautement anthropisés, la mondialisation et le développement de l’anthroposphère, l’augmentation de la pression démographique et ses principales traductions en termes de développement global de l’anthropisation, particulièrement sous de très hautes pressions et concentrations avec pour expressions majeures le fait urbain et la prédilection littorale. Les zones les plus sensibles (territoires libérés à la colonisation du vivant – fonte des glaces – ou, au contraire détruits ou déqualifiés par l’augmentation des températures et les variations des disponibilités en eau et leurs conséquences (ennoiements, désertification) sont leurs terrains d’étude privilégiés.

16Ces différents éléments, contextes et arrière-plan, fondent les choix de création passés et à venir des Observatoires Hommes-Milieux.

II – Constitution et organisation des OHM

17Tout observatoire suppose un développement dans la durée. Les OHM n’y font pas exception. Ils sont créés pour quatre ans, renouvelables après évaluation. La durée d’existence d’un OHM dépend donc fondamentalement de la robustesse de son objet d’étude et de la pertinence des questions posées par son événement fondateur, ainsi que de l’évaluation positive de ses fonctionnements par le Conseil Scientifique du Réseau des OHM.

18Un projet peut provenir d’une proposition spontanée d’un porteur comme d’une commande de l’INEE. Sur les sept projets existants, les deux situations se répartissent de manière équilibrée. La première étape, après échange préalable entre le porteur de projet et la direction scientifique, est celle de la création d’un document d’opportunité, note qui expose en quelques pages la problématique globale, identifie objet, fait structurant et événement fondateur et montre qu’existe un potentiel de recherche susceptible de s’y consacrer. Sur cette base, et en cas d’évaluation positive par le Conseil Scientifique, approbation du Conseil de direction et sur décision de la direction de l’Institut, l’OHM est créé pour quatre ans.

19La première année est dite de préfiguration. Au cours de celle-ci le directeur de l’OHM a pour mission d’en identifier les premiers participants qui seront le socle de l’observatoire, d’organiser avec eux la structure de l’OHM et construire le projet d’activités pour l’année à venir, de proposer à l’INEE une composition des instances de direction (Conseil de direction, Comité de Pilotage, éventuellement Comité d’Orientation Stratégique en cas de besoin). Il identifiera les thématiques du futur appel à projet de recherche (APR), organisera en fin d’année un colloque de fondation et produira un document qui actera l’OHM dans ses caractéristiques de recherche. Sauf difficulté, l’OHM entrera ensuite en plein exercice pour trois ans au terme desquels interviendra une évaluation du conseil scientifique en vue d’un éventuel renouvellement.

20Dans le cas de création conjointe (OHM « Littoral Méditerranéen », voir infra), les procédures d’information et d’approbations sont conduites parallèlement pour les deux instituts concernés (INEE et Institut des sciences humaines et sociales (INSHS)).

21Cette année de préfiguration constitue une étape fondamentale du processus de construction d’un OHM. Son intérêt est d’abord technique : la création des différentes instances est nécessairement longue et compliquée. Il est préférable que l’OHM ait une existence effective et quelques moyens pour qu’elle puisse intervenir au mieux. Mais surtout, cette phase de préfiguration constitue la pièce maîtresse de l’initiation de la démarche et de la fondation de l’outil. Un OHM est un objet complexe, composite, souvent perçu comme exotique, qui met en jeu des communautés diverses et parfois très éloignées les unes des autres par leurs pratiques, leurs raisonnements, leur vocabulaire. Il est donc essentiel qu’après une phase très fortement top-down (une ou quelques personnes sont à l’origine de l’idée et de la conception initiale de l’OHM) afin que se mettent en place les conditions favorables au bon développement de l’interdisciplinarité, puisse intervenir une phase d’appropriation du projet originel et de l’outil et de co-construction du dispositif par les communautés scientifiques susceptibles d’être concernées.

22Tout d’abord, grâce aux différents séminaires et au colloque de fondation (voir infra), ces communautés pourront, dans une certaine durée donc avec une certaine progressivité, prendre connaissance de cet objet d’étude au départ peu partagé, se rencontrer, entendre les discours des autres scientifiques voire les écouter, et se familiariser ainsi avec les pratiques de l’autre, échanger. Par ailleurs, un OHM est un outil original dans ses principes et fonctionnements. Il est très souple mais aussi normé et son bon usage suppose au moins une prise de connaissance, une exploration, une accoutumance. À partir de là, chacune des communautés pourra investir ce champ de recherche et en formuler disciplinairement les questionnements qui la concernent en amont du processus, dans un espace qui sera largement cadré et permettra tous les aménagements et adaptations aux spécificités de chaque objet, tout en entendant les formulations des autres. Il n’est pas à exclure que, dès ce moment et grâce à ces échanges, des problématiques hybrides sinon interdisciplinaires puissent être déjà formulées. Ce n’est pourtant pas alors l’objectif recherché.

23Cette étape de construction conjointe, voire cette co-construction, doit permettre tout à la fois une entrée dans l’outil, une identification à la démarche et une appropriation de cet ensemble. Elle peut permettre d’éviter les si nombreux échecs constatés lorsqu’un objet interdisciplinaire n’est pensé et construit que par une seule communauté scientifique ou un petit cercle qui tente ensuite d’y faire adhérer d’autres communautés, non associées et investies jusqu’alors. Il est très difficile d’aménager une entrée à l’aval. L’étape amont, fondatrice, doit permettre d’éviter que ce problème crucial ne se pose.

24Un Observatoire Hommes-Milieux n’est pas une structure opérationnelle de recherche (SOR) du CNRS au sens administratif du terme. Il est donc nécessaire qu’il soit adossé à une unité de recherche à laquelle sont affectés les moyens financiers ou humains qui lui sont dédiés.

III – Rôle et mode d’action des OHM

25L’interdisciplinarité ne se conçoit pas a priori car elle ne peut naître que d’une confrontation effective et simultanée de différentes disciplines à une même question. Comme il vient d’être souligné mais au-delà de l’étape de préfiguration, il faut que des lieux de rencontre et des passerelles entre elles existent, qui leur permettront une formulation partagée de problématiques de recherche pertinentes. L’apparition de questionnements et la mise en œuvre de pratiques interdisciplinaires nécessitent donc que soient aménagées les conditions propices à leur survenue.

26Les OHM et leur Réseau ont été conçus dans ce but : permettre l’apparition de l’interdisciplinarité appliquée à l’étude des socio-écosystèmes très anthropisés, en créant les conditions d’apparition d’échanges et de liens entre les disciplines autour d’un objet partagé et en favorisant la formulation de problématiques interdisciplinaires pour l’étude de ces systèmes complexes. Ils accueillent en leur sein des recherches fondamentales, des recherches appliquées. Les OHM ont aussi une fonction de réponse à la demande sociétale et peuvent livrer des éléments de réflexion à l’action publique.

27Dans ce but les OHM suscitent les recherches convergentes sur cet objet partagé qui les fonde. Ils disposent pour ce faire de quelques outils : les appels à projets annuels, les séminaires de restitution, les séminaires du ROHM, les bases de données partagées, les réflexions sur les enjeux et pratiques de recherche (cf. encadré).

Les outils de l’interdisciplinarité

Appels à projets annuels : Les OHM organisent annuellement des appels à projets (APR) thématiques ou blancs, ouverts à toutes les disciplines, dans une démarche qui est donc principalement disciplinaire au départ mais qui, après maturation, peut aussi être pluridisciplinaire, voire interdisciplinaire. Le propre des OHM est d’agréger les expériences. Ces projets, de courte durée (un ou deux ans), sont très généralement faiblement dotés (quelques milliers d’euros). Les APR jouent sur un effet levier qui doit permettre ensuite la constitution de projets plus ambitieux soumis aux instances de financement de la recherche nationales (ANR) ou internationales (Europe, etc.).

Séminaires de restitution : Chaque année, un séminaire de restitution des résultats de ces appels à projets est organisé auquel les représentants de toutes les disciplines participent donc et au cours duquel tous entendent les recherches de la communauté et peuvent réagir. Ces partages de compétences mettent en œuvre les éclairages croisés et favorisent l’hybridation des problématiques. Les OHM organisent également des séminaires spécifiques sur tout sujet qu’ils jugeraient important d’approfondir.

Séminaires du ROHM : Chaque année est organisé un séminaire du Réseau des OHM qui regroupe des représentants de tous les OHM pendant deux journées d’études. Leur but est bien évidemment de favoriser les échanges et les contacts de façon à optimiser les partages de compétence, à aider au mieux les hybridations, chaque OHM ayant nécessairement une coloration scientifique spécifique en fonction de ses thématiques principales mais tous ayant aussi des zones de recouvrement qu’il peut être nécessaire de mettre en lumière. Ils servent aussi à agréger les participants des OHM en une communauté scientifique, certes composite, mais réunie par des pratiques normées et partagées. Ces séminaires sont donc un élément important de cette démarche intégrante qui conduit à la mise en œuvre d’une écologie globale.

Bases de données : Les OHM mettent en œuvre des bases de données. Ils ont la responsabilité d’assurer la collecte, l’organisation, la mise à disponibilité pour la communauté scientifique et la conservation sur la durée des données issues des projets lauréats des APR ou collectées à partir de travaux qui concernent l’objet d’étude. Ils doivent organiser leur interopérabilité, principalement via leur référencement dans le temps et l’espace. Cette possibilité offerte à tous les membres des OHM de pouvoir consulter, aux échelles pour chacun pertinentes, les données des domaines scientifiques les plus divers est conçue comme l’un des dispositifs majeurs d’incubation de réflexions interdisciplinaires et d’hybridation des problématiques. La mise en multiscalarité facilite et organise les possibilités de passage entre les domaines disciplinaires.

Réflexions fondamentales : Les OHM suscitent, organisent et diffusent aussi des réflexions sur les concepts et pratiques qui les sous-tendent pour permettre une optimisation progressive du dispositif, de ses fonctionnements et de son efficacité.

Les OHM ont donc une quadruple fonction d’incitation à la recherche, d’observation, d’organisation et de pérennisation des données, de facilitation des fonctionnements, enfin, d’incitation à la réflexion et à l’échange scientifique.

28Le réseau des OHM (ROHM) est un outil de pilotage scientifique et d’organisation qui a pour rôle l’optimisation du système en ouvrant chaque OHM à la communauté dans son ensemble. Il coordonne l’organisation des APR des OHM qui interviennent de manière simultanée et en propose un qui lui est propre ; il constitue un outil de pilotage de la politique scientifique apte à faciliter les liens entre OHM (les projets doivent concerner au moins un OHM et si possible plusieurs, effectivement ou potentiellement) et à faire se développer des thématiques par incitation. Le Réseau organise, soutient et facilite le partage et l’échange des compétences et leur potentialisation, principalement en ce qui concerne le développement des bases de données, mais aussi pour les domaines analytiques ou les équipements de tous ordres existant au sein du dispositif. Il favorise la mise en place d’action inter OHM.

29Le réseau doit assurer aussi la conservation sur le long terme des résultats des travaux réalisés (bases de données). Il a également un rôle essentiel d’interface entre le monde de la recherche académique et les acteurs politiques (ministères, collectivités territoriales), économiques (entreprises) et la société. Il peut ainsi, notamment par cet APR, constituer la porte d’entrée la plus simple pour tout partenaire qui souhaiterait soumettre des thématiques ou problématiques aux compétences des OHM et soutenir les recherches qui pourraient s’y consacrer afin de promouvoir leur réalisation.

IV – La notion d’observatoire appliquée aux interactions Hommes-Milieux

30Les OHM s’inscrivent dans la logique de fonctionnement d’autres observatoires tels que les Observatoires des Sciences de l’Univers de l’Institut national des sciences de l’univers (INSU) ou les Zones ateliers ou les Observatoires de la biodiversité de l’INEE, pour ce qui est de la collecte organisée de données, leur stockage, leur description et leur diffusion. Ils s’en distinguent par le fait que, se consacrant aux socio-écosystèmes très fortement anthropisés, ils traitent de données d’une très grande diversité de formats, relevant de champs disciplinaires très différents (géosciences, biologie, écologie, sciences humaines et sociales…) et caractérisés par des mailles spatio-temporelles inégales, pouvant varier, en outre, pendant la durée de l’observation. Par ailleurs, la collecte systématique d’information n’y est pas le mode opératoire dominant, la notion de série n’ayant pas toujours de pertinence selon les objets étudiés et pouvant souvent provenir de résultats de recherches plus que de relevés de mesures. Le rapport à l’instrumentation y est d’ailleurs caractéristique. Si la problématique et les questionnements scientifiques peuvent être aisément précisés dès la définition de l’OHM et de sa thématique, il est en revanche impossible de prévoir a priori avec précision quels seront les équipements nécessaires, dans quelle mesure et quand ils le seront, car leur besoin proviendra de la construction progressive des questions de recherche au fur et à mesure de l’avancée des travaux et de leurs interactions. Ainsi, par exemple, pour l’OHM d’Estarreja, il était clair dès l’abord que la question de l’impact de cette pollution sur l’homme et le milieu serait au centre des recherches. Il est cependant impossible de prévoir avant que les réponses aux appels d’offre n’interviennent, quels types de polluants seront d’abord envisagés ou quelle question de santé publique sera en premier abordée. Ainsi, ces équipements caractéristiques des observatoires classiques se développent au fur et à mesure de la construction de la recherche.

V – Le dispositif OHM aujourd’hui et ses perspectives

31Le premier OHM a été créé, en 2007. Le premier séminaire du Réseau a eu lieu en 2010. Le dispositif représente en 2012 sept OHM en place et un réseau. Le dernier OHM en date, Littoral méditerranéen, a été créé au 1er Janvier 2012, et pour la première fois conjointement par deux Instituts du CNRS, l’INEE et l’INSHS. Il serait conforme à la philosophie des OHM que d’autres créations ou des participations conjointes mettant en jeu plusieurs institut du CNRS, voire plusieurs organismes, puissent intervenir. Au début de l’année 2011 l’ensemble OHM regroupait 254 personnes constituant 88,5 ETP répartis dans 77 unités de recherches dont 37 UMR, UPR, FR ou USR du CNRS. 68 de ces personnes étaient investies à plus de 50 % dans leur activité de recherche OHM, constituant ainsi le cœur du dispositif. On peut en donner la description synthétique suivante (tabl. 1).

Tableau 1 – Tableau synthétique de description des OHM, Décembre 2011

Nom

Création

Direction

Adossement

Fait structurant

Evénement

Thématiques-clés

Bassin Minier de Provence
(Bouches du Rhône)

Octobre 2007

Pierre Batteau

FR 3098 - ECCOREV,

Exploitation minière (charbon) autour de la ville de Gardanne pendant des siècles et développement industriel relié

Arrêt de l’exploitation (2003)

Devenir post-mine
Environnement géo-physico-chimique, caractérisation et dynamiques
Polluants, résilience, santé
Dynamiques urbaines
Biodiversité et impacts miniers

Oyapock
(Guyane)

Juillet 2008

Hervé Théry

USR 3456 - CNRS Guyane

Fleuve frontalier Oyapock entre Brésil et Guyane

Construction d’un pont sur l’Oyapock

Impacts socio-économiques
Environnement, santé
Biodiversité
Modalités de l’anthropisation

Haut-Vicdessos
(Pyrénées)

Mars 2009

Dider Galop

UMR 5602 - GEODE

Exploitation métallurgique sur la longue durée (fer puis aluminium) et évolutions connexes agro-pastorales

Arrêt des industries en 2006, disparition des activités agropastorales

Changement global et dynamique de la biodiversité
Évolution agro-pastorale et patrimoines naturels
Dynamiques des occupations humaines et nouvelles activités économiques et culturelles (tourisme)
Ressource en eau
Développement durable

Tessékéré (Ferlo, Nord Sénégal)

Juin

2009

Gilles Boetsch,
Direction adjointe : Alliou Guissé

UMI 3189 - Environnement, Santé, Sociétés (ESS),

Péjoration climatique et socioéconomique de la zone sahélienne

Mise en place du projet Grande Muraille Verte par l’OUA

Impacts directs et indirects de la Grande Muraille verte :
• Dynamiques des socio-écosystèmes
• Dynamique de la biodiversité
• Ingénierie écologique
• Santé et société

Estarreja (district d’Aveiro, Portugal)

Mars 2010

Anne-Marie Guihard Costa,
Direction adjointe : Eduardo Da Silva

UPR 2147 - Dynamique de l’évolution humaine : individus, populations, espèces,

Développement d’industries chimiques hautement polluantes (sulfate d’ammonium, acide nitrique, nitrate d’ammonium, résines synthétiques (PVC) depuis 1950

Pratiques vertueuses (techniques et de rejet) à partir de 1990

Écotoxicologie
Contamination et santé animale
Contamination des produits alimentaires
Dynamique des polluants, résilience et remédiation
Environnement, santé et dynamique des populations
Perception sociale des risques sanitaires en contexte de haute pollution.

Vallée du Rhône
(Rhône-Alpes et PACA)

Décembre

2010

Hervé Piégay

UMR 5600 - EVS

Aménagement du cours du Rhône (digues, épis, protections de berge, ouvrages hydroélectriques)

Crue de 2003 et signature du Plan Rhône en 2004

Impacts socio-écologiques et économiques des aménagements et de leurs
conséquences
Hydrodynamiques des sédiments et charges polluantes
Santé et environnement
Dynamiques des communautés sociales
Évolution des politiques publiques

Littoral Méditerranéen
(Golfe d’Aigues-Mortes, Languedoc ; façade maritime de Marseille, Provence ; littoraux de Balagne et Bastia/Biguglia, Corse)

Janvier 2012

Samuel Robert

Pression anthropique massive (urbaine) depuis la deuxième moitié du XXe siècle

années 1990 : prise de conscience d’une nécessité de gestion durable du littoral, terre et mer, Années 2000 : Gestion intégrée des zones côtières (GIZC)

Structures et dynamiques des socio-écosystèmes côtiers urbanisés (milieux, société, biodiversité)
Changement climatique et adaptation
Usage des sols et de la mer et conflits d’usage
Fréquentations humaines et conséquences sur les sites (marins, terrestres)
Émergence de pathogènes (humains, animaux et végétaux) et écologie de la santé
Politiques publiques, gouvernances locales, jeu d’acteurs
Représentations et perceptions des changements et de l’avenir

32Fin 2011, la moyenne d’âge des OHM est de 2,7 ans. Deux OHM sur six ont moins de deux ans, y compris l’année de préfiguration. Le dispositif est donc extrêmement jeune. Il est actuellement en phase de stabilisation : l’organisation est finalisée, les différents dispositifs de structuration et de pilotage mis en place. Les procédures d’évaluation sont en cours de finalisation. L’effectif des OHM semble aujourd’hui encore un peu insuffisant pour exploiter au mieux les moyens investis dans les potentialisations issues des échanges et partages de compétences. De même la communauté des chercheurs impliqués dans ce type de fonctionnement doit croître, tant quantitativement qu’en termes de diversité, pour que la fonction de « bouillon de culture » dévolue aux différents séminaires et à l’ensemble du dispositif n’atteigne sa meilleure efficacité. Il faut aussi que sa capacité à assumer les renouvellements soit suffisante pour ne pas entraîner de déséquilibres majeurs à l’occasion d’une suppression. Un effectif d’une dizaine d’OHM semble raisonnable à moyen terme. Certains sont déjà en cours de construction. Le dispositif, qui a connu un développement très rapide est aujourd’hui proche d’atteindre sa pleine fonctionnalité et, très bientôt, son plein rendement. Il a cependant déjà assuré ses dispositifs fonctionnels. Les échanges de compétences sont avérés : Bassin Minier de Provence avec Estarreja et vice-versa sur une thématique d’évaluation des polluants en diffusion aérienne versus sédimentaire, Haut-Vicdessos avec Tessékéré pour la reconstitution des paléoenvironnements sur base floristique, etc. De même, certains projets nationaux appuyés sur des développements OHM ont pu être lauréats, l’effet levier étant donc pleinement avéré. L’outil semble donc bien répondre aux attentes alors que nous ne sommes encore qu’à l’étape de mise en place.

33Début Février 2012, le dispositif OHM a été reconnu dans le cadre des Investissements d’Avenir à l’occasion du 2e appel à projet comme Laboratoire d’Excellence (Labex) sous l’acronyme DRIIHM (Dispositif de Recherche Interdisciplinaire pour les Interactions Hommes-Milieux). Ce Labex apporte au dispositif la reconnaissance de la qualité du projet par un jury international et celle de l’opportunité du travail déjà effectué. Il vient conforter le dispositif déjà en place, permettant d’assurer son développement et de le renforcer, notamment dans ses interactions avec les partenaires (Universités, Collectivités locales, Régions, Entreprises) et le soutien à la recherche étudiante (doctorat, post-doctorats). Cette conjoncture permet d’envisager sous de très favorables auspices le développement de ce très jeune dispositif.

Haut de page

Bibliographie

Bourgeron P., Humphries H., Riboli-Sasco L., « Regional analysis of social-ecological systems », Nature, Sciences, Sociétés, Vol. 17.2, 2009, p. 185-193.

Lagadeuc L, Chenorkian R., « Les systèmes socio-écologiques : vers une approche spatiale et temporelle », Nature, Sciences, Sociétés, Vol. 17.2, 2009, p. 194-196.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Organisation des socio-écosystèmes, équilibres et changements abrupts
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/159/img-1.png
Fichier image/png, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Chenorkian, « Les Observatoires Hommes-Milieux : un nouveau dispositif pour une approche intégrante des intéractions environnements-sociétés et de leurs dynamiques », Sud-Ouest européen, 33 | 2012, 3-10.

Référence électronique

Robert Chenorkian, « Les Observatoires Hommes-Milieux : un nouveau dispositif pour une approche intégrante des intéractions environnements-sociétés et de leurs dynamiques », Sud-Ouest européen [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 06 décembre 2013, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/159 ; DOI : 10.4000/soe.159

Haut de page

Auteur

Robert Chenorkian

Directeur Adjoint Scientifique, Institut Écologie et Environnement du CNRS.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals