Navigation – Plan du site

Encadré n°1 - Un réseau inter-parcs sur le paysage dans le massif des Pyrénées : premiers enseignements d’un dispositif d’observatoire

Pierre Lapenu, Sophie Séjalon et Lucie Julien
p. 73-76

Texte intégral

1La question du paysage est commune et récurrente dans les parcs naturels régionaux, notamment depuis la loi Paysage (1993) qui en a renforcé la portée (Dérioz, 2014) et ils ont pour habitude de travailler en réseau sous la coordination de la Fédération des parcs naturels régionaux de France. La loi de 2006 sur les parcs nationaux insiste sur l’importance des paysages et de leurs évolutions et il leur est demandé d’élaborer une charte prenant en compte la dimension paysagère. Le parc national des Pyrénées, le parc naturel des Pyrénées ariégeoises et le parc naturel des Pyrénées catalanes, situés sur le versant nord des Pyrénées, n’avaient pas de programme d’action commun jusqu’à ce que le commissariat de Massif les incite à travailler en réseau. Le paysage a rapidement été identifié comme un thème de travail qui gagnerait à être traité en commun pour plusieurs raisons : proximité des enjeux identifiés, existence de travaux menés sur ce thème dans chaque parc, problèmes d’ordre méthodologique et volonté commune des trois structures de mieux connaître les paysages et leurs dynamiques pour proposer des mesures de gestion.

Le réseau inter-parcs du massif pyrénéen

2La mise en réseau des parcs des Pyrénées françaises (parcs naturels régionaux et parc national) a été initiée au printemps 2008 par le commissariat de Massif, avec pour objectifs de favoriser les échanges d’expériences et d’entreprendre des actions communes entre structures du versant nord du Massif pyrénéen. Lors des premières réunions de travail, organisées début 2009, le paysage a d’emblée été identifié comme une thématique intéressante par l’ensemble des parties.

3Pour le commissariat de Massif, la mise en œuvre d’une politique du paysage commune aux différents espaces protégés du versant nord des Pyrénées constituait un gage de cohérence et une possibilité d’améliorer la connaissance des paysages et de leurs évolutions. Elle offrait aussi la perspective de mise en œuvre d’actions communes visant à garantir la qualité des paysages pyrénéens, cette qualité pouvant être valorisée dans le cadre d’une politique de développement du Massif.

4Pour les trois parcs concernés, la mise en réseau sur le thème du paysage présentait l’opportunité d’échanges méthodologiques entre structures dont les objectifs s’avéraient similaires, tout en concernant des types de paysage où certains enjeux étaient très proches : entrées de bourgs et urbanisation autour des villages, fermeture des milieux à proximité des villages et dans les espaces intermédiaires, fragilités agricoles des paysages remarquables… Néanmoins, ce type de coopération entre un parc national et des parcs naturels régionaux constituait une nouveauté. Aussi, chacun a-t-il souhaité progresser par étape pour bien maîtriser le degré d’implication individuel et collectif, et apprécier la perception de ce projet commun en interne et vis-à-vis de ses partenaires.

5Le réseau interparcs du massif pyrénéen s’est progressivement mis en place. En septembre 2010 a été signée une convention cadre entre les trois parcs, désignant un chef de file technique et un chef de file politique pour chaque thème de collaboration. S’agissant du projet sur les paysages, le PNR des Pyrénées ariégeoises a été désigné comme chef de file technique et le PNR des Pyrénées catalanes chef de file politique. Dans chacun des parcs, les différentes compétences liées à l’amélioration de la connaissance relatives aux paysages, à la gestion des paysages et à la gestion des données ont été impliquées (chargés de mission paysage, chargés de mission urbanisme, chargés de mission SIG). Les équipes de direction ont aussi été mobilisées afin d’accompagner cette première expérience commune. Au-delà du comité technique, composé des équipes des trois Parcs et chargé d’assurer l’animation du réseau, un comité de pilotage a été également sollicité. Composé d’élus référents pour les trois parcs et des partenaires techniques et financiers (CAUE, STAP, DDT, DREAL, régions, départements), il a eu pour rôle de faire le lien avec les acteurs des territoires.

Le projet sur les entrées de bourg

6Trois axes de travail ont été définis afin de formaliser un projet de coopération : la réalisation d’un état des lieux des travaux engagés avec échanges méthodologiques d’une part, puis la mise en œuvre d’actions pilotes sur des thèmes à identifier d’autre part, et enfin le développement d’outils de sensibilisation (site Internet, ouvrages, expositions, séminaires…). L’ambition affichée était de bâtir un socle méthodologique et technique pour engager des projets communs s’appuyant sur une base de connaissance comparable.

7Un premier état des lieux a été établi sous la forme d’un inventaire des différents projets réalisés ou en cours. Il a permis d’en mesurer toute la richesse, mais aussi leur hétérogénéité thématique et méthodologique : des observatoires photographiques avaient été mis en œuvre mais avec des méthodes et des objectifs différents. Les PNR disposaient d’une cartographie des « paysages prioritaires » dans le cadre de leurs chartes et leurs plans de parc, le parc national entamait sa réflexion sur cet aspect. Enfin, chacun des parcs avait mis en œuvre des chartes paysagères et architecturales, des diagnostics patrimoniaux, des cahiers de préconisations. À partir de cet état des lieux, la volonté affichée d’arriver à une homogénéisation de la connaissance des paysages de chaque parc fondé des outils communs et à des échelles identiques a été jugée irréaliste. En revanche, la volonté de poursuivre un travail collectif dans le cadre du réseau s’est renforcée au vu de la richesse des discussions et de l’évaluation des différents projets mis en œuvre dans chacune des structures pour répondre à des besoins souvent très proches.

8Il a donc été décidé de se concentrer sur des thèmes d’étude précis, concrets et définis en fonction des enjeux identifiés sur les territoires. Parmi les thèmes potentiels, celui des entrées de bourgs, a en effet été identifié comme un enjeu commun aux trois parcs. Il est apparu que des résultats opérationnels pourraient être obtenus, à court terme, en définissant le cahier des charges d’une prestation confiée à un tiers. L’intérêt était aussi la perspective de la construction d’un observatoire pyrénéen des paysages par étapes, en commençant par un thème considéré comme prioritaire dans les trois parcs au regard de la rapidité d’évolution de ces espaces et de leurs impacts paysagers. Les entrées de bourg sont les espaces de référence où se joue l’image du territoire. Cependant, le développement des extensions linéaires le long des voies a peu à peu disjoint les entrées de bourgs du cœur du village. D’une manière générale, ces entrées ont alors été considérées uniquement en rapport à l’espace qu’elles pouvaient réserver à des activités encombrantes et elles finissent souvent comme un reflet de la banalisation de l’espace, de sa standardisation et de la « panneautisation ».

9Le PNR des Pyrénées ariégeoises a été désigné comme maître d’ouvrage du projet et du dossier de demande de subventions auprès des différents financeurs : le commissariat de Massif (État et Feder) et les régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Puis l’étude sur les entrées de bourgs a été confiée à un prestataire (les bureaux d’étude AUSV et Casals). Afin de tester la méthodologie, de produire les premières analyses et d’alimenter le guide de bonnes pratiques, 25 bourgs par parc ont été étudiés. Le travail a démarré par une synthèse bibliographique-atlas des paysages, chartes paysagères, fascicules techniques réalisés par les CAUE, Chartes de parcs… associée à une expertise de terrain, pour caractériser ce qui fait « identité » dans chaque entité paysagère concernée.

10Les entrées de bourgs ont été photographiées et analysées en tenant compte de l’identité paysagère locale et de l’écart qui peut exister entre cette identité et l’entrée elle même (matériaux utilisés, implantation des bâtiments, présence d’éléments perturbant la perception du paysage…). Pour chacune des entrées étudiées, cinq grands thèmes ont été traités (grand paysage, paysage local, rue, urbanisme et architecture). Les composants paysagers participant à la bonne ou la mauvaise qualité des paysages ont été évalués et notés de zéro à cinq. Les notes attribuées à chacun des composants ont été utilisées pour construire un diagramme en « radar » qui représente les points forts et les points faibles de chaque entrée de bourg (fig. 1).

11À partir de ce radar, des recommandations sont formulées pour améliorer et/ou valoriser les paysages d’entrée de bourg. Les recommandations sont détaillées dans les fiche techniques du guide de bonnes pratiques « Améliorons et valorisons nos entrées de bourg » (2013) (fig. 2).

12Ce travail sur les entrées de bourg en inter-parcs a permis de proposer une méthodologie d’évaluation des entrées de bourgs reproductible, de proposer des solutions pour améliorer la qualité paysagère de ces lieux et de poser la première pierre d’un observatoire inter-parcs des paysages. Cet observatoire, hébergé et administré par le PNR des Pyrénées catalanes, permettra de développer de nouvelles thématiques d’observation en commun. Il est consultable sur http://www.observatoire.parcs-pyreneens.fr/​.

Fig. 1 – Exemple d’une entrée identitaire mais mal aménagée

Fig. 1 – Exemple d’une entrée identitaire mais mal aménagée

Fig. 2 – Guide de bonnes pratiques (1ère de couverture)

Fig. 2 – Guide de bonnes pratiques (1ère de couverture)

La dimension pragmatique et opérationnelle du paysage en réseau

13Le réseau inter-parcs pyrénéens, à partir des premiers résultats concrets dans le domaine du paysage, témoigne du caractère pragmatique et porteur au regard des attentes initiales en termes de partages méthodologiques, d’outils opérationnels et de gestion pouvant se décliner sur l’ensemble des territoires concernés.

14La question méthodologique, pourtant apparue au départ comme un frein à la mutualisation lors de l’analyse de l’état des lieux, s’est avérée au fil de la construction et des échanges un axe prioritaire et fédérateur. Si certaines des méthodes nationales (atlas et observatoire photographique des paysages) n’apparaissaient pas adaptées aux besoins identifiés dans chacun des parcs, et les travaux engagés à l’initiative de chacune des structures se basaient sur des méthodes spécifiques, les enjeux et les besoins identifiés en commun ont permis de progresser vers la mise en place de méthodes partagées. L’un des objectifs était de parvenir à la mise en œuvre d’observatoires adaptés aux missions des parcs et reflets de leurs actions en matière de paysage. Le paysage était donc considéré comme l’objet d’une connaissance produite sur la base d’une méthode claire et reproductible sur des territoires différents. La finalité de cette connaissance étant d’orienter les acteurs vers des mesures de gestion permettant de maintenir ou d’améliorer la qualité des paysages.

15L’intérêt d’avoir abordé les entrées de bourg porte déjà ses fruits au niveau des territoires. Les trois parcs ont diffusé le guide de bonnes pratiques qui a été édité à l’ensemble des acteurs locaux (communes, services d’État…). Des réunions de restitution présentant la méthodologie et les résultats ont été organisées. Les conseils généraux s’en emparent dans le cadre du traitement des voiries, les syndicats mixtes de SCOT et les communes, dans le cadre de leur PLU, s’approprient cette problématique et la traitent dans les PADD et les plans de zonage. Les communes font désormais plus facilement appel aux équipes de parcs pour les conseiller dans leurs aménagements de traversées et entrées de bourg.

16L’expérience acquise nous permet de conclure que ce mode de travail en partant d’une action précise est assez pragmatique, adapté au contexte de réflexion en réseau et gage de réussite. En effet, il est assez aisé de définir un thème commun d’intérêt, cette méthode de travail ayant d’ailleurs été adoptée pour le concours des prairies fleuries ou les mesures agro-environnementales, et de trouver des structures compétentes (bureaux d’études ou laboratoires universitaires) pour son accompagnement. Aussi, les trois parcs envisagent de poursuivre la construction progressive d’un observatoire commun des paysages.

17Cette démarche a conforté les techniciens en charge des questions de paysage dans les différents parcs dans leur volonté de travailler à la définition aux niveaux national et local, de cadres méthodologiques visant à améliorer la connaissance des paysages et à agir pour améliorer leur qualité. Elle a aussi permis d’obtenir des résultats concrets sur un thème peu appréhendé par les différents acteurs en dépit de son importance du point de vue de la qualité des paysages, celui des entrées de bourgs.

18Enfin, les échanges dans le cadre du réseau ont permis de mutualiser les compétences et ont constitué une réelle valeur ajoutée lors de la définition du projet, lors de la phase de réalisation de l’étude par le bureau d’études et lors de la valorisation de cette étude sur le terrain. Ces habitudes de travail constituent un acquis qui pourra être valorisé pour des projets futurs, dans le cadre du réseau initial ou d’un réseau plus large à l’échelle du massif pyrénéen.

Haut de page

Bibliographie

Dérioz P., « La place du paysage dans l’action des parcs naturels régionaux depuis la loi Paysage (1993), enjeu central mais mission impossible ? », Projets de paysage, 20/12/2013.

Coupey S., Vigné S., Améliorons et valorisons nos entrées de bourgs, Guide de bonnes pratiques, Les parcs des Pyrénées françaises, 2012, 36 p.

Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, Charte Objectif 2021, rapport, 2008, 146 p.

Mazas A., Collin M., Boëmare A., Atlas des paysages d’Ariège-Pyrénées, conseil général de l’Ariège, 2006, 56 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Exemple d’une entrée identitaire mais mal aménagée
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1611/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 2 – Guide de bonnes pratiques (1ère de couverture)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1611/img-2.png
Fichier image/png, 986k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Lapenu, Sophie Séjalon et Lucie Julien, « Encadré n°1 - Un réseau inter-parcs sur le paysage dans le massif des Pyrénées : premiers enseignements d’un dispositif d’observatoire », Sud-Ouest européen, 38 | 2014, 73-76.

Référence électronique

Pierre Lapenu, Sophie Séjalon et Lucie Julien, « Encadré n°1 - Un réseau inter-parcs sur le paysage dans le massif des Pyrénées : premiers enseignements d’un dispositif d’observatoire », Sud-Ouest européen [En ligne], 38 | 2014, mis en ligne le 18 mars 2016, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1611 ; DOI : 10.4000/soe.1611

Haut de page

Auteurs

Pierre Lapenu

Chargé de mission Système d’Information Géographique et Paysage Parc national des Pyrénées, 2 rue du IV septembre, 65000 Tarbes. pnp.lapenu@espaces-naturels.fr

Sophie Séjalon

Directrice adjointe, Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises, Ferme d’Icart, 09240 Montels. s.sejalon@parc-pyrenees-ariegeoises.fr

Lucie Julien

Parc naturel régional des Pyrénées Catalanes, 1 rue Dagobert, 66210 Mont-Louis.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals