Navigation – Plan du site

Encadré n°2 - La force du travail en réseau au service de la plus-value paysagère pour les territoires : l’exemple du réseau Paysage et urbanisme durable de Mairie-conseils

Mathilde Kempf et Armelle Lagadec
p. 77-80

Texte intégral

1De nombreux territoires travaillent sur les questions de paysage depuis plusieurs années. Ces expériences portées par des élus locaux sont riches d’enseignements ; elles montrent l’intérêt de la mise en réseau d’acteurs de territoires engagés dans des dynamiques de politiques paysagères territoriales développées par des structures intercommunales. Au sein de cette dynamique, le réseau Paysage et urbanisme durable de Mairie-conseils apporte un accompagnement et des outils aux territoires désireux d’utiliser le paysage comme support de réflexion. L’objectif de ce réseau est multiple. Il s’agit d’abord de partager des expériences, des démarches de travail et des expertises, de mutualiser les savoir-faire et de favoriser la coopération entre les territoires, mais aussi de mieux connaître d’autres réseaux investis dans le domaine du paysage et de l’urbanisme.

Mairie-conseils et le réseau Paysage et urbanisme durable

2Mairie-conseils est un service de la Caisse des Dépôts qui remplit une mission d’intérêt général auprès des collectivités, notamment les intercommunalités. Les territoires peuvent adhérer gratuitement et bénéficier de plusieurs services : des renseignements juridiques, des publications, une base d’expériences, des journées d’information et d’échanges sur des thématiques directement connectées aux préoccupations des territoires, des démarches d’accompagnement plus développées à la demande des élus locaux… Sont abordés aussi bien la finance que l’organisation territoriale, le droit, le social, l’économie, le tourisme, l’urbanisme intercommunal, le dialogue urbain-rural ou le développement durable.

3Le réseau Paysage et urbanisme durable s’adresse à des territoires, représentés par un tandem élu et technicien. La présence des élus est indispensable car ce sont eux qui portent la vision d’avenir du territoire et qui mettent en place les politiques ; l’objectif est de les amener à nourrir leurs actions à travers la dimension du paysage. Les techniciens sont des personnes relais clés car ils mettent en œuvre au quotidien les actions des collectivités en étant au contact permanent avec le terrain. N’étant pas soumis aux échéances électorales, ils peuvent également poursuivre les actions dans la durée. Cette vision double est donc précieuse pour avoir un regard d’ensemble, prospectif, politique et une approche concrète et opérationnelle, inscrite dans le temps.

4Le paysage ne pouvant être corrélé aux limites administratives, la dimension du grand territoire prend toute sa pertinence. Ainsi, le réseau regroupe plutôt des territoires intercommunaux tels que des communautés de communes, communautés d’agglomération, pays, syndicats mixtes de SCOT, parcs naturels régionaux… Parfois, des communes participent au réseau en recherche d’arguments pour entraîner leur intercommunalité vers une prise en compte du paysage. Aucune contribution financière n’est demandée et la participation aux actions du réseau est gratuite pour les territoires, comme pour les autres accompagnements de Mairie-conseils.

Une ingénierie d’animation, des experts et des partenaires : pour une interconnaissance des pratiques

5Mairie-conseils apporte aux territoires une ingénierie d’animation qui propose des actions, les construit, les diffuse et les anime. Cette ingénierie repose sur une personne référente au sein de Mairie-conseils qui détermine les champs d’investigation, coordonne les travaux et les met en perspective avec les autres thématiques investies (coopérations au sein des territoires, développement durable…) et de deux animatrices extérieures à Mairie-conseils, mandatées pour conduire l’animation proprement dite. À leurs côtés, un groupe d’experts et de partenaires intervient pour approfondir les thématiques explorées. Ces personnes sont généralement impliquées sur les questions de paysage, parfois directement issues des territoires (élus, chargés de mission dans les collectivités, professionnels investis au quotidien sur ces sujets…) ou plus éloignées (enseignants, chercheurs, représentants d’associations, chargés de mission dans des structures publiques…). Dans tous les cas, elles sont choisies pour leurs compétences et leurs connaissances, non pour leur appartenance à des structures précises. Ces personnes ressource ont des profils professionnels et disciplinaires divers ; elles interviennent dans les domaines de l’agriculture, du paysage, du droit, de l’urbanisme, de la philosophie, de la sociologie, de l’architecture, de la politique, de la géographie… L’objectif est de réunir des savoirs, une expertise et des regards différents autour de la question des paysages.

6Un des premiers apprentissages de ce groupe d’experts a été d’écouter et de comprendre le point de vue des autres. Les habitudes de travail et les approches n’étant pas les mêmes, les termes varient ou n’ont pas le même sens. Il a donc d’abord fallu apprendre à se connaître et intégrer ses différences avec ses propres façons de raisonner. Cet exercice, passionnant mais pas toujours simple, s’applique particulièrement bien aux questions de paysage, transversales par essence. Cette expérimentation à petite échelle (le groupe compte une quinzaine de participants) mériterait probablement d’être démultipliée car elle permet d’élargir les habitudes de travail et s’enrichit en permanence. Elle propose aussi une contrepartie opérationnelle à la sectorisation des politiques et des approches notamment à partir de nouveaux cadres de dialogue sur des thématiques jusque-là laissées aux seuls experts ou techniciens (urbanisme, agriculture, développement économique…).

Des actions qui s’appuient sur les territoires : le paysage comme socle et projet

7Le réseau s’appuie sur l’urbanisme et le paysage pour réunir les territoires. Il s’agit plus précisément de s’intéresser à la prise en compte de la singularité des territoires pour concevoir et réaliser des projets d’aménagement et d’urbanisme. Derrière ce sujet, d’autres peuvent être abordés. Très tôt, la dimension du paysage a fait partie des actions de Mairie-conseils. Un premier jalon a été posé en 1995 avec la publication de l’ouvrage « La charte paysagère : outil d’aménagement de l’espace intercommunal »1. Ensuite des programmes de formation, des dossiers pédagogiques, des journées d’information ont été proposés aux élus et agents des territoires sur le paysage et l’intercommunalité. Dans la continuité, un premier réseau de territoires a été créé avec des rencontres sur le terrain et la diffusion d’une liasse paysagère. Ce recueil de documents et de références était réalisé à tour de rôle par les territoires adhérents et diffusé au sein du réseau. Chacun des membres était directement impliqué dans la recherche et le regroupement des informations sur la thématique du paysage, cette implication favorisait la dynamique de réseau sans animation extérieure. La réalisation d’une boîte à outils paysage a accompagné ces échanges en 19992, elle met à disposition des repères, des démarches, des exemples concrets pour la mise en œuvre opérationnelle de plans ou de chartes locales de paysage. Les thématiques ont ensuite évolué en intégrant la dimension des SCOT. Avec un groupe de partenaires, un Livre blanc des paysages3 a été diffusé en 2004 puis un Manifeste pour les paysages en 20064. Ce groupe, devenu depuis le Collectif paysage(s), a organisé les États généraux du paysage en 20075. Sur cette dynamique, Mairie-conseils a décidé de réactiver un réseau de territoires sur les questions de paysage et d’aménagement en 2008 sous l’intitulé Paysage et urbanisme durable, qui évolue aujourd’hui vers une mission paysage.

8La dimension paysagère est mobilisée à plusieurs niveaux : comme outil de connaissance des territoires pour comprendre le paysage tel qu’il est aujourd’hui, en mesurer les transformations selon les politiques mises en œuvre ; mais également comme outil de médiation et d’appropriation partagée avec les élus, les habitants et les acteurs du territoire. À partir de l’entrée par le paysage en lien avec les projets d’aménagement et d’urbanisme, plusieurs types d’actions sont proposés aux territoires. Elles sont construites avec les territoires expérimentés du réseau, de façon à travailler les questions de paysage avec des personnes déjà aguerries et capables de prendre du recul sur leur intervention. La parole des élus est mise en avant. L’échange d’expériences entre élus est généralement très productif, grâce à un rapport de confiance plus facile entre pairs. La mobilisation des élus est donc déterminante, et plutôt complexe en ces temps de surcharge législative… Les actions sont ensuite proposées à l’ensemble des membres de Mairie-conseils, ce qui représente environ 20 000 destinataires. Cette ouverture permet de démultiplier la connaissance des expériences intéressantes et contribue à mieux faire partager la thématique du paysage avec des territoires qui ne seraient pas nécessairement spontanément interpelés par le sujet.

Des outils à dimensions variables pour favoriser l’échange, développer les rencontres de terrain pour tisser le réseau

9Des débats et des rencontres sur le terrain sont la meilleure façon de créer des liens forts entre les territoires et de donner tout son sens à l’effet de réseau. Seule l’expérience de terrain permet d’apprécier les effets d’une politique d’une collectivité. Les discours et les explications permettent de comprendre le contexte, les étapes, la mise en œuvre et les perspectives, mais le ressenti sur site reste fondamental. Il participe à convaincre ou non de la pertinence de l’action. La possibilité de débats sur place est essentielle. Pour ce faire, il est indispensable d’être accueilli par les intervenants directs de l’action en question : les élus, les chargés de mission, les partenaires… qui ont mis en place les projets visités. Ces acteurs peuvent présenter leur expérience, faire part de leurs doutes, de leurs hésitations, des projets qu’ils n’ont pas pu faire, des difficultés et des bonnes surprises, des réussites et des déceptions… Le fait d’aborder ces sujets sur le terrain rend la parole plus libre qu’en salle. Les informations données sur site ne sont pas les mêmes qu’en réunion plénière, elles sont souvent plus riches, plus vivantes. Les moments de convivialité tels que les repas sont également des instants propices aux échanges très ouverts. Par ailleurs, le fait d’accueillir des personnes d’autres territoires, parfois venues de loin, est très valorisant localement et permet de porter un regard bienveillant sur son propre travail. Pour les visiteurs, sortir de son propre contexte met à distance le poids du quotidien et facilite une prise de recul très constructive. Ces échanges peuvent prendre la forme de voyages d’études, de journées d’intervention sur le terrain. Ils peuvent également être une occasion d’inviter des territoires voisins, de créer ou de conforter une dynamique locale de réseau :

  • Des rencontres collégiales organisées sur une journée avec des témoignages de territoires et des retours d’expériences de terrain permettent de mieux connaître les territoires et de découvrir des actions différentes. L’objectif est de mettre en perspective les différentes expériences pour prendre du recul et comprendre en quoi elles apportent une contribution utile à d’autres territoires.

  • Des réunions téléphoniques ou des web-conférences permettent de bénéficier du retour d’expérience d’un territoire, sans avoir à se déplacer. Cette formule répond aux emplois du temps souvent contraints des élus (surtout en milieu rural, où ils poursuivent en parallèle leur vie professionnelle) et peut réunir une trentaine de participants.

  • Sur des sujets précis, en émergence, des journées de travail sont organisées dans les locaux de Mairie-conseils ou sur le terrain, afin d’échanger en petit comité avec un maximum de quatre territoires. Ces rencontres favorisent un travail de fond, construit avec les territoires sur la base de leurs retours d’expérience.

  • Des journées d’intervention sur le terrain peuvent être organisées à la demande d’un territoire pour approfondir une problématique à laquelle il est confronté. La journée débute par une visite de terrain guidée par les élus locaux qui font part de leurs actions, questionnements et points de blocage, accompagnés de leurs partenaires. Un élu d’un autre territoire est invité à témoigner de son expérience, qui aborde un questionnement proche et y apporte une réponse intéressante. Un travail collégial et des échanges sont ensuite engagés à partir des questions soulevées le matin, mis en perspective avec le témoignage. L’objectif est de terminer la journée avec des pistes de projets et d’actions.

  • Un site internet6 , spécialement dédié au réseau capitalise toutes ses actions, rassemble ses productions ainsi que des dossiers d’expériences du réseau et hors réseau, des documents thématiques de réflexion ou de recherche, des publications méthodologiques, l’annonce d’événements, des références… toujours centrées sur les thématiques du paysage et de l’urbanisme. Il permet aussi la mise en relation directe entre membres. Cette bibliothèque virtuelle est ouverte et en accès libre, dans un souci de partage et de diffusion des informations.

  • L’édition de publications avec la collection des mémentos permet de garder une trace et de diffuser les expériences les plus significatives ou abouties. Ces documents s’appuient sur des témoignages d’élus, ils proposent une analyse critique aidant à prendre du recul sur l’expérience et à identifier les facteurs de réussite, les éléments transposables et les questions encore en suspens.

  • Une newsletter trimestrielle est diffusée aux membres et à toute personne en faisant la demande. Elle met en avant les actions du réseau, les expériences de ses membres, les dernières productions et documents de référence sur ses thématiques, les prochains événements diffusés par les territoires et les partenaires du réseau.

Une dynamique de réseau qui échappe parfois à l’animation

10Les animatrices du réseau Paysage et urbanisme durable sont régulièrement interpelées par des territoires sur des sujets précis, des recherches d’expériences ou de références. Une première mise en réseau entre les territoires se met en place sur la base de la connaissance des expériences de chacun. Cela suppose une veille d’information permanente et des contacts réguliers avec les territoires membres, de façon à rester informées. Cette tâche peut vite s’avérer complexe en fonction du nombre de territoires. Certains utilisent facilement l’outil « réseau », ils participent régulièrement aux actions proposées et les échanges se font spontanément. D’autres restent en retrait et sont moins bien identifiés dans leurs actions. Par ailleurs, les informations sur les actions en cours peuvent être différentes selon les interlocuteurs au sein d’un même territoire. Un élu mettra en avant des aspects parfois différents d’un technicien. Idéalement, c’est cette double approche qui devrait garantir la meilleure information, mais ce travail d’enquête reste chronophage…

11Il peut néanmoins arriver que les liens et l’émulation créés à l’occasion d’échanges du réseau échappent aux animatrices par la suite. Lorsque les territoires ont fait connaissance, partagé leurs questionnements et débattu des réponses apportées, des habitudes de travail s’installent et se développent naturellement, sans toujours associer le réseau national aux échanges. La mise en réseau est réelle, effective mais finit par vivre sa propre vie hors de la stricte animation du réseau. Il en est de même pour la diffusion de documents, de mémentos, de newsletters… qui circulent bien au-delà du réseau, essaiment dans les territoires et auprès des professionnels sans que les animatrices en soient toujours informées. Si l’aspect positif l’emporte dans le sens où l’effet de réseau fonctionne et les objectifs de diffusion sont atteints, cette situation peut s’avérer déstabilisante. En l’absence de maîtrise et d’une vision d’ensemble sur la circulation de la connaissance et des informations, l’évaluation est difficile à mettre en place, et il faut donc accepter cette part non maîtrisable car chercher à tout contrôler conduirait à refermer des portes.

12Un réseau national garde nécessairement une certaine distance vis-à-vis du terrain, sauf à l’occasion d’échanges ou de visites organisées ponctuellement. La connaissance fine et réactive des interventions quotidiennes dans les territoires ne peut pas être menée à cette échelle. C’est à la fois dommage car de riches informations ne sont pas accessibles, mais aussi un atout pour porter un regard plus global et prendre plus facilement du recul sur les réalisations des territoires et sur la prise en compte de la notion de paysage sur le terrain. L’appui sur des réseaux plus proches du terrain (PNR, RRF…) est un aspect essentiel pour connaître les initiatives et relayer les actions du réseau Paysage et urbanisme durable.

Haut de page

Notes

1 Gorgeu Y., Jenkins C., La charte paysagère, outil d’aménagement de l’espace intercommunal, La Documentation française, coll. « Pratiques de l’intercommunalités », Paris, 1995, 188 p., http://www.mairieconseils.net/cs/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/MCPublication/Publication&cid=1245645179665

2 Kleindienst A., Maujean F. et Boudard M., La boîte à outils paysage, Mairie-conseils Caisse des Dépôts et Consignations, Fédération des Parcs naturels régionaux de France, PNR des Ballons des Vosges, Coll. « Expérimenter pour agir », 1999, 63 p., http://www.mairieconseils.net/cs/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/MCPublication/Publication&cid=1245645178679

3 http://www.safer.fr/iso_album/livre_blanc_paysage_safer.pdf

4 http://www.fncaue.fr/IMG/pdf/manifeste_paysages_pour_presentation_ass_nat-4.pdf

5 http://www.fncaue.fr/IMG/pdf/egp_rapport_complet_des_travaux-3.pdf

6 http://www.mairieconseilspaysage.net et notamment la collection des mémentos à la rubrique : Références/Paysage/Expériences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Kempf et Armelle Lagadec, « Encadré n°2 - La force du travail en réseau au service de la plus-value paysagère pour les territoires : l’exemple du réseau Paysage et urbanisme durable de Mairie-conseils », Sud-Ouest européen, 38 | 2014, 77-80.

Référence électronique

Mathilde Kempf et Armelle Lagadec, « Encadré n°2 - La force du travail en réseau au service de la plus-value paysagère pour les territoires : l’exemple du réseau Paysage et urbanisme durable de Mairie-conseils », Sud-Ouest européen [En ligne], 38 | 2014, mis en ligne le 18 mars 2016, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1615 ; DOI : 10.4000/soe.1615

Haut de page

Auteurs

Mathilde Kempf

Animatrice du réseau Paysage et urbanisme durable de Mairie-conseils (Caisse des Dépôts), reseauterritoires@mairieconseilspaysage.net

Armelle Lagadec

Animatrice du réseau Paysage et urbanisme durable de Mairie-conseils (Caisse des Dépôts), reseauterritoires@mairieconseilspaysage.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals