Navigation – Plan du site

Encadré n°3 - La vallée de la Bruche, des élus et un territoire en réseau impliqués pour le paysage

Jean-Sébastien Laumond
p. 81-84

Texte intégral

La vallée de la Bruche, un territoire fonctionnant en réseaux

1Les élus de la vallée de la Bruche se sont engagés depuis les années 1980 à donner une nouvelle orientation à leur territoire, vallée alsacienne au passé industriel textile, marquée par son déclin dans les années 1970 et 1980. La crise du textile a entraîné un exode rural massif et a eu un fort impact sur l’attractivité locale. Les élus ont alors voulu impulser une dynamique nouvelle en valorisant les ressources locales et en impliquant fortement les acteurs du territoire, notamment sur la gestion des paysages et le soutien à l’agriculture de montagne. Très tôt, la structure intercommunale s’est doté d’une ingénierie territoriale dédiée essentiellement à ce sujet et a ressenti le besoin d’échanger et de partager son expérience avec d’autres territoires pour la faire connaître, recueillir des avis, enrichir et faire progresser sa propre politique. Cette volonté d’ouverture a trouvé un écho très favorable localement et au-delà ; des liens forts se sont tissés avec Mairie-conseils. Territoire membre du réseau Paysage et urbanisme durable, la vallée de la Bruche, investie de longue date dans le paysage, s’appuie sur la dynamique de réseau pour apprécier autrement ses actions et les faire évoluer. La Communauté de communes a utilisé dès le début de ses actions ces opportunités en accueillant de nombreux territoires et en invitant les structures voisines à participer et témoigner de leurs pratiques. Ainsi, des liens se sont noués avec des territoires proches géographiquement, et qui partagent un contexte paysager, administratif et économique.

Les grands axes de la politique paysagère de la vallée de la Bruche

2L’intercommunalité a développé des outils financiers et d’aménagement pour mettre en place sa politique paysagère, dont elle assure l’animation depuis 25 ans. En termes de méthode, la politique repose sur trois axes forts :

  • un important travail de réflexion : il a permis de définir les grands principes à mettre en œuvre sur le territoire. Des études paysagères ont contribué à identifier les grands enjeux paysagers, à définir quatre unités paysagères et à élaborer un programme d’actions ;

  • des actions concrètes moteur de la synergie : elles crédibilisent le travail des études paysagères et incitent les acteurs locaux à s’impliquer et s’approprier le projet ;

  • la communication, aujourd’hui rendue possible grâce au recul sur les actions.

La qualité du cadre de vie comme point de départ

3Avant les premières réouvertures de paysage, la fermeture des espaces n’était pas nécessairement envisagée comme quelque chose de négatif. Elle était la conséquence logique et fataliste du déclin de l’activité agricole et industrielle, et d’une évolution vers un mode de vie plus « moderne » et urbain. Les impacts en termes de qualité de vie ont été déclencheurs d’une prise de conscience. L’enfrichement bouchait les vues, assombrissait et enfermait les espaces du quotidien. Le besoin de lumière a été fondateur pour agir. La question posée au départ n’était pas strictement paysagère et portait sur le cadre de vie. La réponse proposée a été un outil agricole, qui s’est par la suite transformé en économie viable, générant un nouveau dynamisme au territoire. La dimension économique a crédibilisé l’ensemble dans la durée.

Les associations foncières pastorales comme outil d’aménagement

4La Communauté de communes de la Vallée de la Bruche est chef de file en matière de préservation de l’environnement. Elle développe des outils, en assure l’animation tout en laissant à chaque acteur la totale liberté d’intervenir sur le terrain. Cette prise en compte de l’environnement passe par la mise en valeur des milieux naturels et la remise en fonction d’espaces agricoles en fond de vallée et sur les versants boisés proches des villages. Ces actions ont incité les acteurs locaux à s’impliquer et s’approprier le projet. Cela se traduit notamment par la création de 22 associations foncières pastorales (AFP), regroupant plus de 520 ha répartis sur plus de 3 500 parcelles, appartenant à près de 1 600 propriétaires. C’est un outil d’action et de mobilisation des acteurs sur le terrain essentiel.

Une action paysagère qui repose sur l’engagement des acteurs locaux

5L’action dans la Vallée de la Bruche tient en une phrase : « Le paysage, c’est l’affaire de tous ! ». Dès le départ, ce projet a impliqué un maximum d’acteurs (élus, propriétaires, habitants, forestiers et pluriactifs agricoles), sans qui rien n’aurait été possible. Une attention particulière a été portée sur l’information et la communication autour de cette action, nécessitant du temps et des efforts partagés.

La communauté de communes dans le Réseau Paysage et urbanisme durable de Mairie-conseils

6La communauté de communes est devenue un des membres actifs de la diffusion de la liasse paysagère (voir encadré 2). Elle a accueilli de nombreuses visites sur le terrain, avec des territoires parfois très éloignés géographiquement, mais intéressés par les démarches mises en œuvre et les résultats obtenus. Ces échanges ont à la fois permis de partager ses actions, de prendre du recul par rapport à sa politique et d’expérimenter en grandeur réelle la puissance de la dynamique de réseau et de ses incidences très positives sur le territoire (fig. 1). Ensuite, la communauté de communes a suivi toutes les étapes de la construction de la politique paysagère mise en place par Mairie-conseils, tant sur les journées d’accueil que la boîte à outils paysage, le Livre blanc, les États généraux du paysage et la création du réseau Paysage et urbanisme durable, dont elle est un membre actif à deux titres, en tant que territoire et expert associé, confortant son double rôle de fondateur et de bénéficiaire (fig. 2).

Fig. 1 – Une opération réalisée sur la commune de Barembach (AFP du Vallon de Barembach).

Fig. 1 – Une opération réalisée sur la commune de Barembach (AFP du Vallon de Barembach).

Photo de gauche : site avant travaux en 1999 / Photo de droite : site après travaux en 2005.

Fig. 2 – Une journée d’échanges dans la Vallée de la Bruche

Fig. 2 – Une journée d’échanges dans la Vallée de la Bruche

Elle a donné l’occasion de partager l’expérience de la communauté de communes sur le paysage et de discuter des possibilités de reproduire cette dynamique sur les questions de développement urbain. Elle a été suivie d’une réunion téléphonique du réseau « Penser le territoire par le paysage », qui a permis de partager plus largement cette expérience. Un mémento a compilé et analysé ces témoignages pour en favoriser une diffusion large

L’élargissement à d’autres réseaux…

7Dans la Vallée de la Bruche, l’expérience de la dynamique de réseau à l’échelle nationale permet d’impulser de nouveaux réseaux à une échelle plus locale. La communauté de communes conforte au quotidien la place de sa politique paysagère au sein de la dynamique de développement local pour amener les acteurs locaux à passer à l’action. Dans le cadre de l’appel à projet du Réseau rural régional alsacien en 2011, la communauté de communes de la Vallée de la Bruche est devenue une tête de réseau.

8Ce programme a rassemblé les acteurs et structures en capacité de porter une culture du projet lié au paysage, démultipliant ainsi les messages et les actions sur la relation étroite entre qualité des paysages, qualité des milieux naturels et qualité des produits. Cette démarche a permis aux élus, agriculteurs, responsables d’associations, d’AFP… de se rencontrer au sein du territoire, mais aussi d’échanger avec d’autres acteurs de territoires voisins, tels que les parcs naturels régionaux des Vosges du Nord et des Ballons des Vosges, le Bade Wurtenberg en Allemagne. Cette animation a ensuite été mise au service d’autres territoires, notamment avec le pays Ouest Creuse pour enclencher un échange interterritorial sur le thème : « Le paysage, levier de développement territorial durable : une expression des richesses écologiques, économiques, sociales et culturelles ». Les élus ont la volonté de partager et de se confronter à d’autres territoires pour mieux réfléchir et agir localement. Dans la Vallée de la Bruche, les bénéfices liés à cette démarche de travail en réseau sont de plusieurs ordres. Tout d’abord, les acteurs du territoire doivent être en mesure d’expliquer ce qu’ils font et d’en faire la synthèse méthodologique pour que tous les partenaires puissent s’en saisir. Cela demande d’accepter le regard des autres et surtout d’intégrer la critique (positive et négative) dans le repositionnement de la démarche paysagère dans le temps. Par ailleurs, les élus et acteurs locaux sont fiers d’exposer leurs travaux, leurs réalisations et, de fait, se sentent « obligés » de toujours faire mieux ! Enfin, pour l’animateur de la politique, il est à la fois enrichissant et motivant de se retrouver en situation de partage d’expériences. Cela permet également de mesurer le niveau d’appropriation par les acteurs locaux de l’ensemble de la politique paysagère.

9Le retour d’expérience du réseau Paysage et urbanisme durable et des activités de réseau portées par la Vallée de la Bruche montre que l’intérêt des territoires pour le paysage est réel quand ils savent s’emparer de ces outils. Les dimensions du paysage permettent d’aborder de nombreuses thématiques structurantes pour les collectivités, avec un regard parfois décalé et éclairant qui ouvre d’autres pistes pour envisager les projets. L’imbrication de réseaux à différentes échelles territoriales est probablement une piste très intéressante à développer. Elle permet aux réseaux locaux de s’appuyer sur des retours d’expériences et une expertise nationale ; à l’inverse, les retours de terrain permettent au réseau national de rester en phase avec les réalités quotidiennes auxquelles les territoires font face, et donc de construire des actions susceptibles de répondre à leurs attentes et préoccupations.

10Il serait utile d’élargir ces modes d’accompagnement et de stimulation des territoires. Ces initiatives, aussi pertinentes soient-elles, restent portées par des personnes convaincues, souvent assez militantes, tant au niveau des territoires membres des réseaux que de l’animation. L’enjeu serait que ce type de fonctionnement et de mise en réseau à partir d’expériences soit généralisé et fasse partie des outils habituels mis à disposition des territoires. Le paysage serait alors perçu comme une approche réaliste et opérationnelle, et plus seulement comme un supplément d’âme.

Haut de page

Bibliographie

CD Rom « Le paysage, c’est l’affaire de tous », Communauté de communes de la Vallée de la Bruche, Notamment la rubrique « Voir la vallée », 2006.

Schmit P., « Passer du paysage “vu” au paysage “compris” », revue Adcf, dossier paysage, août 2014, p 14.

Communauté de communes de la Vallée de la Bruche, Vision paysagée, vision partagée, 2013, site de la Communauté de communes de la Vallée de la Bruche : http://cc.valleedelabruche.fr

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Une opération réalisée sur la commune de Barembach (AFP du Vallon de Barembach).
Légende Photo de gauche : site avant travaux en 1999 / Photo de droite : site après travaux en 2005.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1618/img-1.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Fig. 2 – Une journée d’échanges dans la Vallée de la Bruche
Légende Elle a donné l’occasion de partager l’expérience de la communauté de communes sur le paysage et de discuter des possibilités de reproduire cette dynamique sur les questions de développement urbain. Elle a été suivie d’une réunion téléphonique du réseau « Penser le territoire par le paysage », qui a permis de partager plus largement cette expérience. Un mémento a compilé et analysé ces témoignages pour en favoriser une diffusion large
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1618/img-2.png
Fichier image/png, 2,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Sébastien Laumond, « Encadré n°3 - La vallée de la Bruche, des élus et un territoire en réseau impliqués pour le paysage », Sud-Ouest européen, 38 | 2014, 81-84.

Référence électronique

Jean-Sébastien Laumond, « Encadré n°3 - La vallée de la Bruche, des élus et un territoire en réseau impliqués pour le paysage », Sud-Ouest européen [En ligne], 38 | 2014, mis en ligne le 18 mars 2016, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1618 ; DOI : 10.4000/soe.1618

Haut de page

Auteur

Jean-Sébastien Laumond

Chargé de mission à la Communauté de communes de la Vallée de la Bruche : js.laumond@valleedelabruche.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals