Navigation – Plan du site
Varia

La poétique de Lisbonne

The Poetics of Lisbon
La poética de Lisboa
Bernard Arnal
p. 97-119

Résumés

La poétique de Lisbonne a permis l’épanouissement d’une intense géographicité. À partir du milieu du XIXe siècle, les perturbations psycho-sociales induites par la formation d’une véritable métropole, bouleversant le cadre de vie, vont susciter un profond mouvement d’esthétisation sublimé au plan musical. Le fado a joué dès lors un rôle décisif dans la « construction d’une urbanité populaire » reposant sur une perception affective de l’espace urbain.

Haut de page

Texte intégral

« Il n’existe pas en Europe – à part Prague – une cité plus naturellement onirique que Lisbonne. Il n’est pas étonnant que Wim Wenders ait su cueillir au Portugal cette espèce de rêve ou d’aspiration à une « réalité autre » que le monde dit moderne laisse rarement entrevoir. » (Eduardo Lourenço, 1997, p. 75-76).

1L’espace urbain de Lisbonne, spécialement dans sa partie centrale, sécrète un extraordinaire pouvoir d’attraction, de séduction, suscitant l’adhésion attendrie et passionnée de nombre de ses habitants, exerçant une fascination peu commune sur ses artistes :

Lisboa
Cidade com poético fadário
Cabe toda num verso de Cesário
E alguma, em ironias de Pessoa

Lisbonne
Ville à la destinée poétique
Tient toute dans un vers de Cesário
Et un peu dans les ironies de Pessoa

Poetas de Lisboa
Vasco Graça Moura

2La perception d’une atmosphère lisboète réunit citadins et visiteurs. Henrique Dinis da Gama traduit bien cette spécificité de la métropole portugaise : « Au XXe siècle […] le prestige de la ville s’est accru au niveau national et mondial. Écrivains, musiciens, chanteurs et architectes ont fait d’elle le centre de leur inspiration […] lui réinventant une atmosphère qui la distingue de tant d’autres capitales du monde […] mémoire de ce que Lisbonne fut, la changeant en espace à forte empreinte nostalgique. » (2003).

3C’est une ville foisonnant d’évocations, de sens. « Lisbonne a reçu une particulière dévotion des poètes, des musiciens, des fadistes, des guitaristes, fixant des images colorées de recoins et d’espaces, de figures typiques, de traditions, d’états d’âme, des maisons, des escaliers, d’odeurs, de couleurs, d’événements, de modes de vie, d’une immense tendresse […] » (Fátima Dentinho do Ó Ramos, 2001, p. 46).

4L’étranger tombe fréquemment sous le charme. De nombreux artistes y ont trouvé une ambiance unique, inspiratrice ; des écrivains : Jean Giraudoux, Valery Larbaud, Antonio Tabucchi ; des cinéastes : Wim Wenders, Alain Tanner…

5Des flux massifs de touristes viennent, depuis les années 1960, y humer une sorte de concentré des parfums du Portugal, obéissant à un gradient d’aménité établi par rapport à leur lieu d’origine perçu comme plus banal, moins pittoresque et peut-être, en fin de compte, moins territorialisé. Ces visiteurs sont en recherche, à des degrés certes fort variés, de typicité, d’exotisme, de traditions conviviales, d’atmosphère de rêverie poétique.

6Surgit ainsi avec force une image valorisante laissant apparaître des références esthétiques issues de l’écoute de la « parole des lieux » chargés d’histoire, d’affectivité. Si l’on croit, avec Pierre Sansot, que « le poétique n’est pas seulement une qualité du langage des poètes mais d’abord une qualité de certains lieux de la Nature » (1984, p. 414), peut prendre corps une poétique urbaine de Lisbonne.

7Assurément chaque ville est un lieu unique bien que la modernité tende « à banaliser les lieux et à uniformiser les espaces » (Bonnemaison, 2004). Les mécanismes urbains sont communs mais les modalités de leur mise en œuvre dépendent du rythme et de l’intensité des mutations, de l’idiosyncrasie locale… « Un territoire, construction sociale et vecteur d’inscription des hommes dans le monde, ne peut être identique à aucun autre car il est fait d’une relation singulière dans le temps et dans l’espace. On peut traduire cette idée par l’expression de “génie du lieu”. » (Gervais-Lambony, 2003, p. 140).

8On suivra Paul Claval et Jean-François Staszak pour qui « La géographie ne saurait prétendre étudier un espace objectif, commun et extérieur à tous. C’est à travers la façon dont les êtres humains ressentent, conçoivent et vivent leur environnement naturel et social, bref à travers leurs cultures, qu’on peut chercher à comprendre celui-ci. Cette démarche conduit à étudier les représentations dans leur articulation à des pratiques spatiales, et donc à réfléchir sur le rôle de la culture dans les phénomènes ou processus géographiques qui en résultent » (2008, p. 3). Éric Dardel l’avait analysé dès 1952 : « Amour du sol natal ou recherche du dépaysement, une relation concrète se noue entre l’homme et la Terre, une géographicité de l’homme comme mode de son existence et de son destin » (p. 1).

9L’ « espace vécu résulte de la somme des lieux fréquentés et familiers (genres de vie), mais aussi des lieux connus, aimés (ou détestés), perçus et représentés. Les sources littéraires et artistiques sont précieuses à cet égard. » (Bonnemaison, 2004, p. 58). Il semble indéniable que l’analyse géographique gagne de la profondeur en intégrant la perception sensible, affective, esthétique de la ville. Cette pertinence particulière de l’art a été soulignée par Christine Chivallon évoquant la « poésie qui vient avec bonheur combler l’espace vide que le concept du chercheur ne peut investir, poésie qui rend le mouvement, la vie, le volume aux choses que nous abordons pour n’en restituer souvent que des structures froides […] de quoi interroger abondamment l’idée qui, ici ou là, voudrait faire voler en éclat la barrière illusoire entre la science et l’imaginaire. » (1996, p. 114). Graça Índias Cordeiro valide cette conception à la lumière de son expérience du terrain lisboète : « Je dois confesser que, malgré les potentialités de la méthode ethnographique, je continue à croire que les poètes sont les plus à même de connaître intimement une ville, dans toute sa complexité. » (2001, p. 67).

10La géographicité lisboète s’est tout spécialement exprimée à la suite des bouleversements urbains survenus à partir des années 1860. Le choc déclenchant la mise en mouvement des consciences s’est étendu jusqu’au milieu du XXe siècle et fut suivi d’une période d’amplification des mutations des années 1950 à nos jours. Cette réaction, caractérisée par un attachement aux lieux du quotidien, un fort investissement affectif, a été esthétiquement sublimée par le fado. Née vers 1830-1840 dans les quartiers populaires, cette musique prend précisément son essor dans la décennie 1860, devenant emblématique de la capitale portugaise. Le fado, en tant que lecture de la ville, participe de la définition de nouveaux repères psycho-sensoriels identitaires face à l’irruption de la modernité dans la vie quotidienne. En retour il permet une perception intime de la géographie de Lisbonne.

11Ces interrelations illustrent la remarque de Lily Kong : « Tout autant que le moyen de faire partager quantité de situations vécues, la musique est aussi le résultat du vécu quotidien. » (1995, p. 184). Elles donnent à la musique, expression des plus achevées du « génie du lieu », un rôle de premier plan dans le « processus complexe de construction culturelle du populaire urbain lisboète » étudié par Graça Índias Cordeiro (in Archambault, 2003, p. 55) 

Vielas de Alfama
Ruas da Lisboa antiga
Não há fado que não diga
Coisas do vosso passado

Ruelles d’Alfama
Rues de l’ancienne Lisbonne
Il n’y a pas de fado qui ne dise
De choses de votre passé

Vielas de Alfama
Artur Ribeiro

12Le fado peut ainsi servir de fil conducteur à l’analyse géographique (Arnal, 2011).

Le choc urbain

Les mutations de Lisbonne

13À la fin du XVIIIe siècle frémissements d’idées modernes, mise en question de la ville annoncent des temps nouveaux. L’impulsion décisive est issue d’un phénomène accidentel, le séisme de 1755, suivi de la reconstruction des secteurs sinistrés et de la naissance de l’urbanisme pombalien (le Marquis de Pombal étant alors premier ministre). La restructuration de la partie centrale de la ville (Baixa) selon un plan orthogonal marque une véritable mutation dans la civilisation urbaine. « Entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XIXe siècle, la ville commence à perdre l’image dominante de l’espace […] marqué par les permanences, pour acquérir des références nouvelles qui vont s’imprégner davantage du côté […] du variable, de l’adaptation au monde moderne » (Vidal, 2007, p. 9-10).

14Le rythme des changements va s’accélérer progressivement dans la première moitié du XIXe siècle : « à partir du second quart, se renouvelle le mouvement d’expansion de la ville » (Soeiro de Brito, 1976, p. 41). Vers 1860 la croissance démographique s’affirme nettement. En 1864, selon le premier recensement général, la population de Lisbonne approche 200 000 habitants, 164 000 pour la ville proprement dite, près de 35 000 pour la partie extra-muros de l’agglomération. Dès lors apparaît une « Lisbonne en mouvement » (Henriques da Silva et al., 1994). Développement économique et révolution des transports déclenchent un puissant courant migratoire vers la capitale. Ses effets, cumulés avec le rajeunissement induit de la structure par âges, vont faire naître une nouvelle Lisbonne qui, vers 1935, a triplé ses effectifs de 1860.

15Le paysage urbain va s’en trouver bouleversé : « 1872 […] de cette date jusqu’en 1911, la surface bâtie a quasiment doublé. » (Barata Salgueiro, Garcia, p. 399). Une véritable agglomération se construit : « la ville s’étendait au-delà de ses portes traditionnelles » (Janeiro in Henriques da Silva, 1994, p. 371) (fig. 1).

16Ce mouvement se traduit par les augmentations successives de l’étendue administrative de la ville. La correspondance n’est que très imparfaite car les décisions obéissaient à des préoccupations fiscales mais sur l’ensemble de la période la tendance est significative : « Entre 1852 et 1903, année de la fixation du périmètre actuel, la superficie de Lisbonne augmente de 586 %. Cette augmentation […] a permis aux espaces annexés de rester de longues années sans construction. Malgré cette extension […] les premières banlieues commençent à se dessiner au tournant du siècle. » (Barata Salgueiro, 2006, p. 56).

17Cette extension, unique dans l’histoire de la ville (les limites ont été repoussées de plus de 5 km), frappe les contemporains : « La ville forte, qui jadis se vit confinée à l’enceinte du château phénicien ; […] semble maintenant, au siècle des progrès, s’étendre de Sacavem jusqu’à Algés, et de la rive du Tage jusqu’aux hauteurs de Paian ! » s’étonne Júlio de Castilho en 1893 (p. 93).

18La formation de l’agglomération moderne jusqu’à nos jours va se traduire par une extension toujours plus grande de l’espace bâti, spécialement à partir des années 1950, parallèlement à une diminution de la part relative de la population des quartiers centraux historiques et, aboutissement du phénomène mondial de « beignet », par leur dépeuplement en valeur absolue, dès le début des années 1980.

19La révolution des transports urbains a rendu possible un mouvement d’urbanisation périphérique en trois phases : du vieux centre vers la périphérie du concelho de Lisbonne, au-delà avec la formation de l’agglomération Grande Lisboa et enfin dans le cadre de l’Aire Métropolitaine de Lisbonne totalisant 2,8 millions d’habitants en aires urbaines discontinues de Sesimbra à Azambuja et de Cascais à Montijo, dont seulement 550 000 habitants dans la ville-centre.

20Cette séparation lieu de travail-résidence correspond souvent à une amélioration des conditions de logement mais introduit une rupture historique aux profondes répercussions psycho-sociales. Les liens avec le quartier de résidence vont s’affaiblir considérablement. Ce déficit de territorialisation stimule en retour une véritable création de tradition au profit des quartiers centraux, spécialement les plus anciens, idéalisés au nom du souvenir de la convivialité de voisinage, d’interconnaissance : Mouraria, Alfama, Madragoa, Bica, Bairro Alto… Frédéric Vidal a pointé les mutations des années 1930 : « les déplacements quotidiens se font plus fréquents […] la force du lien avec le quartier n’est plus à elle seule suffisante pour entraîner une singularité des pratiques relationnelles. » (2003, p. 507).

Fig. 1 – La naissance de la métropole

Fig. 1 – La naissance de la métropole

Une prise de conscience déstabilisatrice

21Les observateurs lisboètes ont bien perçu une rupture dans la civilisation urbaine sous les transformations paysagères : « Lisbonne de nos jours […] commence bien avant de débuter. Nouveautés. Il y a eu ces dernières années des annexions […] qui sont même invraisemblables. Tout est fictif maintenant. » (de Castilho, 1893, p. 93).

Face à la ville moderne

22La formation de la métropole induit de profondes répercussions sur la psychologie des citadins, en premier lieu de par l’ampleur des mutations. L’espace urbain démesuré ne paraît plus à « taille humaine ». Éric Dardel, en 1952, notait que « ces immenses agglomérations “tentaculaires”, presque monstrueuses […] donnent à l’homme une impression de vertige, de démesure ; le gigantesque s’évade de la quantité, pour se changer en une qualité de l’espace, l’incalculable, l’incommensurable. L’espace construit met en échec la portée du regard, efface et submerge le dessin naturel des lieux. » (p. 39). Le Lisboète se voit dès lors dans l’impossibilité de maîtriser, de s’approprier l’ensemble de la ville, de l’habiter véritablement. La ville devient difficile à lire, voire illisible.

23Dès 1804 Ignacio Paulino de Moraes, dans son Itinerário Lisbonense, avait ressenti le franchissement de ce seuil critique : « Moi-même, qui ai l’honneur d’être (originaire de la capitale), et d’être né au centre de la capitale, et d’un certain âge, je suis obligé de confesser, qu’il y a encore peu de temps je fis l’expérience, et connus cette vérité, de devoir entrer dans des rues, ruelles et traverses, desquelles, non seulement j’ignorais les noms, mais dont je n’avais même pas entendu parler ; et il serait pour moi assez ardu de m’y diriger, si c’était nécessaire, sans l’aide de quelque habitué de ces secteurs. » (cité par Vidal, 2007, p. 16).

24S’impose donc une nouvelle lecture de la ville : « Entre la fin du XVIIIe siècle et les premières décennies du XXe siècle, apparaît surtout l’idée qu’habiter une ville et être citadin ne signifie pas nécessairement, avoir une connaissance approfondie et un contact régulier avec la totalité du territoire urbain. […] Se répand l’idée que sans l’aide de documents cartographiques ou d’itinéraires, il n’est déjà plus possible de s’orienter dans un réseau de rues trop nombreuses pour rester dans la mémoire individuelle. » (Vidal, 2007, p. 10).

25Ces nécessités pratiques amènent la publication des premiers circuits postaux (1804, 1817). « La numérotation des portes ainsi que l’affichage du nom des rues, aura commencé en 1801, lorsque fut établi le service postal dans la capitale. […] la pratique des plaques, en contribuant à la fixation du nom des rues, diminuait la participation active des habitants à la géographie sémantique de l’espace urbain. » (Lousada, 2005, p. 43). De 1856 à 1858 est réalisée la première carte topographique détaillée (échelle 1/1 000) de Lisbonne, sous la direction de Filipe Folque.

La déterritorialisation de la rue

26Les nouvelles contraintes urbaines imposent une refonte de l’odonymie : « L’avis du Gouvernement Civil de […] 1859 […] eut comme objectif de régulariser la nomenclature des artères urbaines dans l’intention d’éviter les confusions que leur répartition et en de très nombreux cas la répétition de noms occasionnait » (Pastor de Macedo, 1940-1943, p. 181).

27Ces perturbations ont été ressenties par António Sousa Bastos, fin observateur de la vie lisboète de 1850 à 1910. « Il est nécessaire aussi d’en finir avec les rues de mêmes noms pour éviter les confusions et ne plus devoir citer les quartiers : parmi les rues da Conceição il y a celle des Retroseiros, celle de Gloria, une à Lapa et une autre Rua Formosa. […] Seulement pour les rues, traverses, chaussées, routes et ruelles do Arco il y en a plus de 20 […] Il est indispensable d’en finir avec cette confusion. » (1947, p. 42).

28Les topoanthroponymes, abondamment utilisés par facilité de choix, remplacèrent alors les vieilles désignations informant de l’état des lieux. L’ancrage territorial des toponymes urbains devint ainsi beaucoup plus superficiel rendant les localisations plus floues, surtout dans un premier temps. Gustavo de Matos Sequeira, dans une annotation au texte d’António Sousa Bastos, se révèle désorienté : « Pire que les inconvénients que cite l’auteur dans la nomenclature des rues de Lisbonne, est la mode actuelle de les nommer par des noms de personnes […]. Les noms des dessertes publiques étant destinés à les différencier et à orienter le public, l’intention est par avance vouée à l’échec. La rue appelée du nom d’une quelconque personnalité, peut aussi bien se trouver au nord comme au sud de la ville, et aussi bien à Lapa ou à Pampulha, comme à Arco do Cego ou à Poço do Bispo. » (1947, p. 43).

29Ainsi l’ancienne Estrada da Charneca (indiquant la direction), ensuite Estrada das Amoreiras, devint la Rua Carlos José Barreiros. Dans le quartier de Mouraria la Rua dos Canos (fossés recueillant les eaux) est devenue la Rua de Silva e Albuquerque, la Rua das Tendas (boutiques de poteries-faïenceries) s’est transformée en tronçon de la Rua Marquês de Ponte de Lima.

30Au quotidien l’usage des nouveaux toponymes s’avérait délicat. Comment reconnaître l’ancienne Cruz do Taboado sous la nouvelle Praça José Fontana ? La Rua da Madragoa sous l’appellation Rua Vicente Borga ?

31Devant les nouvelles difficultés de localisation la résistance populaire spontanée est une constante de l’histoire urbaine. Les vieux toponymes restent vivants dans la pratique quotidienne spécialement lorsque l’appropriation sentimentale est forte, la territorialisation profonde. Durant plusieurs décennies l’Avenida 24 de Julho est restée O Aterro (polder sur la rive du Tage). De nos jours encore la Praça do Comércio a gardé pour de nombreux Lisboètes sa vieille appellation de Terreiro do Paço ; personne ne parle de la Praça Dom Pedro IV mais chacun se repère en fonction du Rossio. António Sousa Bastos en son temps avait relevé cette habitude : « Beaucoup de rues de Lisbonne […] ont changé de nom mais le public n’accepte pas de bon gré cette substitution […] Pour lui la Rua Garrett sera toujours le Chiado, la Rua da Conceição sera toujours la Rua dos Retroseiros » (p. 41).

32Ces nouveautés odonymiques s’insèrent en fait dans une série de profonds changements aboutissant à faire de la rue un espace public moins familier. Elle constituait, en quartiers populaires, une sorte de prolongement d’un espace domestique intérieur souvent très exigu, un lieu d’intense sociabilité aux multiples usages : séchage du linge, règlement des conflits, commerce ambulant, loisirs... Dès le XVIIIe siècle le Marquis de Pombal avait décidé d’expulser les vendeuses itinérantes de certaines places. Au long du XIXe siècle les interdits administratifs se multiplièrent sans faire reculer radicalement les pratiques populaires.

33Le fado, musique de rue, ne pouvait naturellement abandonner cette pratique. Le fado amateur en a gardé l’appellation de fado vadio (vagabond). António Firmino da Costa et Maria das Dores Guerreiro, au début des années 1980, attestent son existence dans l’Alfama : « Dans la rue encore, de temps en temps, il y a quelqu’un qui, à la fin de l’après-midi ou le soir, arrive avec une guitare portugaise ou une guitare classique, joue et chante. » (1985, p. 83). Armando Santos, du même quartier, se confiait ainsi : « Le fado, dans le passé, était chanté à la taverne et dans la rue. Lors des nuits de chaleur les gens chantaient dans la rue. La première fois que j’ai chanté ce fut dans la Rua do Castelo Picão. » (p. 98).

34Il est symptomatique de constater que le renouveau du fado depuis les années 1990 se traduit par une recrudescence de cette pratique du chant en espaces publics extérieurs par les fadistes professionnels. On a pu ainsi entendre Mariza devant la Torre de Belém, Katia Guerreiro Praça do Município ou, plus symboliquement, Raquel Tavares et Ricardo Ribeiro Largo da Severa (quartier de Mouraria). Lors des fêtes de Lisbonne, en juin, le fado occupe le haut du pavé : Praça de Armas du Castelo São Jorge, Largo do Chafariz de Dentro…

35Mais inexorablement les nouveautés apparues au XIXe siècle vont perturber de manière croissante les mentalités et déclencher un profond mouvement culturel.

L’inquiétude du citadin

36Une véritable appréhension identitaire va naître lors de la période d’adaptation. Antoine Bailly l’a souligné : « Un citadin est toujours à la recherche d’un ancrage territorial surtout dans l’immense mégapole. ». « L’étalement généralisé des villes […] a pour conséquences une perte d’identité dont la cause est à rechercher dans la dilution des limites et dans l’absence d’architecture d’ensemble. » (Pelletier, Delfante, 1997). Dans ce contexte, les mutations urbanistiques sont vécues comme une perte de caractère déstabilisante : « passe […] par là, non seulement la sensation d’insécurité, car l’inconnu est toujours une cause immédiate de mal-être par isolement, mais aussi un facteur indélébile d’incertitude et d’inquiétude. » (Ana Luísa Janeira, in Janeira, Mascarenhas, 2008).

37Lisbonne devient dans ses nouveaux quartiers un espace plus uniforme, neutre, que beaucoup jugent monotone, banal, ressemblant aux autres villes européennes. Henrique Dinis da Gama, avec le recul, synthétise : « Tout est régularisé, disparaissent les espaces imprévus. » (Jornal de Letras, setembro 2003). C’est même l’ensemble de la ville qui fait l’objet d’un processus de simplification fonctionnelle, hygiéniste mais banalisatrice.

38Le choc paysager subi par les Lisboètes s’est alors exprimé spécialement sous la plume de quelques intellectuels précurseurs. À la suite des travaux pionniers de Júlio de Castilho (première publication en 1879 : Lisboa antiga-Bairro Alto) va se constituer un véritable genre d’étude consacré à Lisbonne : l’olisipographie. « Je n’admets pas qu’améliorer Alfama soit la couper d’avenues et la parsemer de places. […] qu’on ameliorât la canalisation et la structure de la majeure partie de ces gargotes mais non en les transformant en bicoques modernes absolument insipides » s’écriait J. de Castilho en 1893. (p. 141). José Sousa Gomes lui faisait écho en 1937 à propos de ce même quartier d’Alfama : « recoins oubliés de la vieille Lisbonne. Que nous sommes loin de la monotonie insipide des quartiers modernes » (cité par Cordeiro, 2007, p. 66).

39L’ère de l’instabilité qui s’ouvre face aux agressions de la métropole moderne est marquée par la fin des certitudes, des habitudes, des références de longue durée sécurisantes, par le début de la perturbation des sensibilités.

40Georg Simmel avait analysé les réactions d’auto-défense, de distanciation de ses contemporains des grandes villes face à la multitude, à la surabondance des contacts. « […] le citadin type – qui est naturellement le jouet de mille modifications individuelles – se crée un organe protecteur contre le déracinement […] plutôt qu’avec le cœur il y réagit essentiellement avec l’intellect […] Cette intellectualité, ainsi reconnue comme protection de la vie subjective contre la violence de la grande ville, se ramifie à travers de multiples manifestations individuelles. […] nous ne connaissons souvent même pas de vue celui qui, à longueur d’année, est notre voisin […] » (1903).

41Ces vues peuvent s’appliquer à la ville de quartiers ébranlée par les mutations du XIXe siècle. L’importance de l’interconnaissance, par exemple, est toujours soulignée dans la définition de la convivialité du quartier typique, « à l’ancienne » : « Ici c’est un quartier où tout le monde se connaît, c’est comme une famille. Ici c’est comme un village, ce n’est pas comme ces nouveaux quartiers, avec ces bâtiments modernes, où les gens n’ont pas grandi ensemble comme nous ici dans les quartiers de Madragoa, Alfama, Castelo, Mouraria » (Aurora in Menezes, 2004, p. 231). Le besoin de combler le déficit affectif s’est traduit par une forte réaction de nombreux Lisboètes, découvrant leur propre attachement à un environnement familier qui leur paraissait menacé. C’est à cette crainte d’une perte identitaire que va savoir répondre le fado.

42Face à la rapidité, à la brutalité des transformations, les citadins voient leur capacité d’adaptation prise de vitesse, leurs repères fragilisés. António Sousa Bastos a bien perçu cette situation : « On trouve encore de nombreuses personnes qui se souviennent bien, et qui éprouvent même des saudades, de la vieille Lisbonne d’il y a 40, 50 ou 60 ans. La transformation a été rapide et complète. » (1947, p. 9).

La réaction esthétique

43La conscience d’un monde en voie de disparition sous la poussée de la « civilisation métropolitaine » (Pinto de Carvalho, 1938-1939, p. 176) entraîne de profondes répercussions socio-psychologiques.

44Les mutations structurelles vécues par Lisbonne vont donner naissance à deux formes spatiales urbaines avec le : « divorce entre la Lisbonne traditionnelle et la Lisbonne moderne » (Dinis da Gama, 2003). « Ulysse s’est transformé en Baron Haussmann » s’exclame Júlio de Castilho, synthétisant l’histoire de la cité. (1902). Pour Henrique Dinis da Gama il s’agit même de deux cultures urbaines : « De la reconstruction pombalienne à nos jours, les interventions à Lisbonne ont exalté son côté le plus blanc et européocentré, au détriment de l’héritage populaire, métissé et oriental » (Jornal de Letras, 2003). « La Lisbonne moderne et bourgeoise est continentale, elle se fait vers l’intérieur. La Lisbonne traditionnelle et historique est insulaire et populaire, sans crainte des dénivelés […]. La Lisbonne continentale est européenne et occidentale, la Lisbonne maritime est tortueuse, irrégulière et orientale. […] À cette Lisbonne s’oppose ou s’ajoute une autre Lisbonne qui naquit de l’extérieur vers l’intérieur, celle qui voulut correspondre au grand essor d’urbanisation de la première révolution industrielle […] Lisbonne qui dut se mesurer au monde selon la froide réalité des chiffres, obligée d’oublier les arguments historiques qu’elle brandissait pour cacher ses rêves. » (Dinis da Gama, 2003).

45Cette conscience de l’opposition entre la ville moderne, froide, et la ville ancienne, chaleureuse, va déclencher un puissant courant d’attachement aux éléments estimés anciens, traditionnels et fondateurs de l’identité lisboète. Le Diário de Notícias du 13 juin 1932 interprétait ainsi la création de la tradition des Marches populaires : « mettant à profit la source inépuisable de fantaisie et de joie du peuple, afin de, parfois, rompre la monotonie de la ville, cette espèce de tristesse contemporaine qui déforme, finalement, la vraie nature de notre peuple ». Il s’agit bien de répondre au déséquilibre identifié par Georg Simmel qui relevait : « depuis 100 ans, […] un retard culturel des individus pour ce qui est de la spiritualité, de la délicatesse, de l’idéalisme. » (1903).

46Júlio de Castilho plaçait résolument ses recherches historiques dans cette perspective : « […] je suis le chroniqueur des saudades faisant entrevoir […] mille visions fugitives […] d’une Lisbonne qui ne revient plus » (1893, p. 121). Cette saudade stimulée par les bouleversements de l’espace urbain, si elle ne peut se traduire, a été remarquablement expliquée par Eduardo Lourenço : « Contrairement à la légende le peuple portugais […] n’est pas un peuple tragique […]. Sa manière spontanée de se retourner vers le passé en général, vers le sien en particulier, n’est ni nostalgique, ni moins encore mélancolique. Elle est simplement saudosa, enracinée avec une telle intensité dans ce qu’il aime […]. C’est ce lieu de rêve, ce lieu à l’abri du monde, ce passé-présent, que l’âme portugaise ne veut pas quitter […]. Avec la saudade, nous ne récupérons pas seulement le passé comme paradis perdu ou menacé de perte ; nous l’inventons. » (1997, p. 14).

47Le fado en est l’expression privilégiée :

Nesta Lisboa
Do progresso e da vaidade
E ali na Madragoa que mora a saudade

Dans cette Lisbonne
Du progrès et de la vanité
C’est là à Madragoa qu’habite la saudade

Fado da Madragoa
José Galhardo

48Un nouveau regard esthétique va donc se poser sur la ville. « Si dans le roman du XIXe siècle, chez […] Eça de Queirós au Portugal, la ville était représentée dans ses relations fixes, avec ses éléments fixes dans l’espace, avec la révolution industrielle, à mesure que les transformations sociales et culturelles s’accélèrent, surtout dans les grandes villes européennes […] la représentation de la ville dans la littérature va s’éloigner de l’objet statique […] pour devenir une représentation chaque fois plus intériorisée du “transitoire” et du “discontinu” que Baudelaire a le premier senti et chanté » (Mendes Coelho in Montandon, 2006, p. 151).

« Le vieux Paris n’est plus (la forme d’une ville
Change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel) »

Le Cygne, Les Fleurs du mal
Charles Baudelaire

49Ces bouleversements prennent une tonalité particulière à Lisbonne où, peu perceptibles jusque vers 1860, ils mettent en question les traits profonds de la psychologie collective : lenteur assumée, distanciation face aux innovations, goût pour les évolutions maîtrisées, attachement sentimental au cadre de vie…

50Les thèmes fondamentaux de la révolution urbaine imprègnent l’œuvre de Cesário Verde (1855-1886). Le « premier poète/peintre de notre vie moderne », selon Paula Mendes Coelho (2006, p. 152), est frappé par l’omniprésence de la foule en concentrations inusitées :

[…] uma negra multidão se apinha
[…] une noire multitude s’agglomère

Noite fechada

E os edifícios, com as chaminés, e a turba
Et les bâtiments, avec les cheminées, et la foule

O sentimento dum ocidental

L’encombrement de l’espace, la forte anthropisation des paysages ont marqué son œuvre :

Mas se vivemos, os emparedados,
Sem arvores, no vale escuro das muralhas !
[...] nesta massa irregular
De prédios sepulcrais, com dimensões de montes.

Mais si nous vivons, les emmurés,
Sans arbres, dans la vallée obscure des murailles !
[…] dans cette masse irrégulière
De bâtiments sépulcraux, avec des dimensions de monts

O sentimento dum ocidental

Les quartiers périphériques récents, où s’accumulent les nouveaux venus pauvres, introduisent la ségrégation sociale dans une ville qui jusque-là vivait souvent ses inégalités à échelle fine, à l’intérieur de chaque quartier :

E nestes sitios suburbanos reles !
Et dans ces lieux suburbains misérables !

Cristalizações

51Au début du XXe siècle Fernando Pessoa, si fortement imprégné de la géographie de sa ville natale, a exprimé, par le truchement de son hétéronyme Bernardo Soares, « l’expérience du “desassossego”, c’est-à-dire l’expérience primordiale vécue par l’habitant des grandes villes modernes, celui qui ne s’identifie plus avec la nature » (Mendes Coelho in Montandon, p. 155). « Mais il me semble que pour moi, ou pour ceux qui sentent comme moi, l’artificiel est devenu le naturel et c’est le naturel qui est étrange. Je ne m’exprime pas bien : l’artificiel n’est pas devenu le naturel ; le naturel est devenu différent. » (Livro do Desassossego, fgt. 50).

Les valorisations affectives

Une géographicité lisboète

Une lecture hypocoristique de la ville

52Stimulés dans leur attachement au territoire, les Lisboètes ont répondu au défi du gigantisme par un investissement affectif accru sur les petits espaces, à « taille humaine ».

53Le quartier est vécu comme un véritable espace identitaire, à Lisbonne davantage encore que dans de nombreuses villes, donnant naissance au bairrismo, sentiment d’attachement au vieux quartier. Au point qu’on a pu y définir une véritable « société de quartier » (António Firmino da Costa).

Bairros que o povo acarinha
Tornam mais bela e fagueira
Esta Lisboa velhinha
Tão velhinha e menineira
[…]
Se Lisboa é toda linda
Se o nosso bairro é Lisboa

Quartiers que le peuple chérit
Rendent plus belle et tendre
Cette vieille Lisbonne
Si vieille et enfantine
[…]
Si Lisbonne est toute belle
Si notre quartier c’est Lisbonne

Bairros de Lisboa
Carlos Conde

54Pierre Sansot a mis en évidence cette propension des citadins : « Ce ne serait même pas une ville qu’ils balisent, dont ils cherchent à reconnaître les valeurs, mais plutôt un quartier et encore moins qu’un quartier, un fragment de leur rue. » (1985). La rue, petite, étroite, des vieux quartiers est opposée aux grandes avenues de la ville moderne et chantée comme le lieu où vit l’âme lisboète :

Lisboa é sempre Lisboa
Dos becos e das vielas
E das casinhas singelas
D’Alfama e da Madragoa

Lisbonne est toujours Lisbonne
Des venelles et des ruelles
Et des petites maisons simples
D’Alfama et de Madragoa

Lisboa é sempre Lisboa
Artur Ribeiro

55Le morcellement de l’espace en unités minuscules explique, par exemple, en grande partie l’attachement au quartier d’Alfama.

56Significativement de très nombreux termes désignent, à Lisbonne, les rues étroites, les petits espaces fermés ou bien délimités, domestiques : viela, travessa, alfurja, beco, betesga, passadiço, arco, esquina, cunhal, canto, escada, pátio, recanto... Le diminutif est fréquemment utilisé : vielazita, ruela, praçeta… C’est une caractéristique de la langue portugaise, spécialement par le biais du suffixe -inho(a) : largozinho, calçadinha, terreirinho, ruazinha, escadinha… Il s’agit souvent d’une marque d’affection, de tendresse, d’attachement ému :

Becos, escadinhas
Ruas estreitinhas

Venelles, escaliers
Rues très étroites

Marcha de Alfama
Amadeu do Vale

57Le fado en est le vecteur fondamental : « Le fado est fils d’un tracé urbain spécifique. Il naît et vit dans la ruelle. » (Dinis da Gama, 2003).

Vielas de Alfama
Beijadas pelo luar
Quem me dera lá morar
P’ra viver junto do fado

Ruelles d’Alfama
Embrassées par le clair de lune
Si seulement je pouvais habiter là
Pour vivre lié au fado

Vielas de Alfama
Artur Ribeiro

[…] as vielas
Aonde o fado mora

[…] les ruelles
Où habite le fado

Acordem as guitarras
Frederico de Brito

Fig. 2 – Escaliers de Santo Estêvão

Fig. 2 – Escaliers de Santo Estêvão

58« Encore aujourd’hui, Lisbonne est vue comme une ville dont l’originalité est difficile à classer. C’est plus son côté intime et tout petit qui est valorisé et non son côté monumental ou grandiose. » souligne Graça Índias Cordeiro (2007, p. 67).

59L’aménité des petits espaces est souvent accrue par les bancs et arbres présents dans le moindre recoin, les micocouliers agrémentent, par exemple, de nombreux escaliers (fig. 2).

L’attachement aux espaces champêtres (fig. 3)

60Leur abondance en enclaves intra-urbaines et auréoles périphériques se traduit par la présence des jardins dans les représentations de Lisbonne :

[…] e das janelas eu espreito
Sete colinas, jardins

[…] et des fenêtres je scrute
Sept collines, jardins

Lisboa amor e saudade
José Luís Gordo

61L’histoire de l’urbanisation est scandée par leur disparition, plus rapide à partir du milieu du XIXe siècle : « Les vides intérieurs ont été éliminés, les recoins champêtres qu’on voyait il y a 100 ans dans le cœur de Lisbonne devenant chaque fois plus rares » (Orlando Ribeiro, 1945).

62La dilection des Lisboètes pour la « nature », c’est-à-dire les paysages champêtres, à faibles degrés d’anthropisation (présence végétale, rareté des constructions), est une des constantes psycho-sociales. Un premier type, celui des enclaves, est décrit par Orlando Ribeiro : « Le développement de Lisbonne ne se fait […] pas par des auréoles concentriques, à la façon d’une tache d’huile qui se répand, mais le long des rangées de collines faciles à défendre laissant entre elles des vallées aux alluvions fertiles cultivées. » (1938, p. 99-100). Au long des principales vallées s’égrènent donc jardins et friches : Vale de Pereiro, Salitre, Santa Marta et surtout sur l’axe Arroios-Anjos-Baixa da Mouraria. Ces espaces verts se retrouvent aussi sur les pentes les plus fortes, par exemple les versants nord-ouest de la colline du Castelo.

63Un deuxième type se localise en périphérie sur les terres du termo, espace extra-muros dépendant administrativement de la ville mais au statut fiscal particulier, correspondant à l’auréole de jardins approvisionnant la capitale. Leur fréquentation a été lancée par les classes fortunées dont les propriétés, quintas, perdirent peu à peu leur fonction agricole au profit d’un usage résidentiel d’agrément permettant de fuir les contraintes croissantes de l’environnement urbain, principalement en saison chaude.

64Ces lieux d’aménité ont été intimement associés à la pratique du fado dans leurs retiros, sortes d’auberges-guinguettes, littéralement « lieux retirés », c’est-à-dire à l’écart du tumulte urbain. Leur inexorable disparition va nourrir la saudade idéalisant l’ancienne Lisbonne : « Ah quintas de la vieille Lisbonne, potagers, oliveraies […] ! Écho de la poésie bucolique de la Lisbonne de nos grands-parents. Le reste – la civilisation l’a dévoré. » (de Araújo, liv. 8, p. 28). Ce processus donne, en fin de compte, naissance à la création artistique :

Aos domingos à tardinha
Quem não foi fora de portas
Não conhece a felicidade
De comer peixe nas hortas

Les dimanches l’après-midi
Qui n’a pas été au-delà des portes
Ne connaît pas le bonheur
De manger du poisson dans les jardins

Fig. 3 – Lisbonne vers 1860

Fig. 3 – Lisbonne vers 1860

As hortas

65La localisation des enclaves champêtres est étroitement liée au relief : fortes pentes, bas-fonds humides (où les potagers sont organisés autour de norias).

Les pentes de Lisbonne

66Les lambeaux de plateaux disséqués par de profondes vallées, surtout à proximité du niveau de base du Tage, ont donné à la ville un site de grande variété géomorphologique. Ainsi la partie centrale, longtemps occupée par un affluent du Tage, présente les traces de deux vallées, celle de São Sebastião – Santa Marta et celle d’Arroios – Anjos, séparées par l’interfluve de la colline de Santana et confluant à l’aval pour former un petit estuaire à l’emplacement de l’actuelle Praça do Comércio.

67Trois catégories de pentes marquées sont ainsi repérables, soulignées par la présence d’escaliers :

  • les hauts de versants, à corniches calcaires, peu construits, localisant friches et jardins (fig. 4)

  • les versants moyens et inférieurs qui ont reçu l’habitat

  • les ruptures de pente de l’ancien rivage, avant la poldérisation progressive des différents secteurs dont témoignent de nos jours les espaces plats en bordure du Tage.

68Mais « le site, souvent présenté comme une contrainte, a aussi stimulé l’imagination des hommes et conduit à des adaptations valorisantes. C’est le principal facteur du genius loci (génie du lieu), ce qui fait la personnalité d’un lieu ou d’une ville. » (Allain, p. 72). Ainsi cette « relation particulière entre une donnée naturelle, environnementale – la topographie accidentée – et une donnée historico-culturelle – l’évolution de la ville au cours du temps » (Cordeiro, 2007, p. 71) a donné naissance à deux villes se définissant par une opposition paysagère : la Lisbonne à maille sinueuse du monte, à escaliers et colimaçons et la Lisbonne à trame rectiligne des grands axes de circulation, du vale (fig. 5).

69Ce contraste est dû à l’application de deux modes historiques d’urbanisation. Un premier, lent, spontané, progressif, est fait d’adaptations fines au relief accidenté. Le second type, planifié, volontariste, à maille quadrangulaire, dissimulant pour partie les dénivellations, peut dater du XVIe siècle avec le Bairro Alto (Vila Nova de Andrade) mais a surtout transformé la ville à partir de la fin du XVIIIe siècle qui voit la construction de la Baixa pombalina. L’urbanisation du plateau intérieur a repris ce modèle depuis les années 1880.

70Les mutations urbanistiques modernes ignorent la topographie, la surmontent (ascenseurs, tramways), la rendent moins visible, moins sensible. Alice Vieira a remarqué les « collines […] jadis bien visibles, mais que la construction moderne de gratte-ciel allait finir par niveler. » (p. 27).

Fig. 4 – Vue du belvédère de Sanhora do Monte : Graça, Castelo São Jorge

Fig. 4 – Vue du belvédère de Sanhora do Monte : Graça, Castelo São Jorge

Cliché : Danielle Arnal

Une géomorphologie vécue

71La magie du chiffre 7 a frappé aussi Lisbonne et ses collines. Depuis Nicolau de Oliveira un consensus symbolique semble se dégager autour de São Vicente de Fora (et Alfama), Santo André (et Graça), São Jorge (Castelo – Mouraria), Santana, Chagas et Carmo, São Roque (Bairro Alto), Santa Catarina pour identifier les collines des quartiers historiques qui ont profondément marqué la vie psycho-artistique de la ville.

72Les fortes pentes confèrent variété paysagère, pittoresque, inattendu : « étroites rues des collines […] nous offrant un sentiment de mystère qui accentue le caractère exotique des quartiers. » (Dinis da Gama, 2003) ; « Lisbonne […] son pittoresque […] qui provient de son orographie d’imprévus » (de Matos Sequeira, 1939, p. 12).

73La pente est facteur de morcellement de l’espace urbain en unités de petite taille ; l’Alfama en constitue l’exemple paradigmatique : « Du haut du belvédère de Santa Luzia (fig. 6) […] Nous descendons une volée d’escaliers et, subitement, nous entrons dans un autre monde. La vue d’horizons éloignés a disparu. Le quartier s’est fermé sur nous. Le regard se heurte systématiquement, immédiatement, aux murs qui partout, nous rapprochant, se dressent. Il n’y a déjà plus de ciel, élément de largeur, moyen transparent de profondeur, créateur de perspectives […] La vie citadine extérieure a cessé de se voir, de s’entendre, de se sentir. Alfama est un monde à part, fermé sur lui-même » (da Costa, Guerreiro, p. 35). Ce découpage, qui défie la représentation cartographique, permet une localisation fine facilitant l’appropriation et apporte une contribution décisive à l’image de Lisbonne « ville de quartiers » et même des « villages de Lisbonne » organisés autour d’une place (Telheiro de São Vicente…). Ceci permet aussi la dilution des flux touristiques qui, bien que considérables, n’engendrent généralement pas de grandes concentrations. C’est indéniablement un des charmes de la ville pour les visiteurs bien qu’il leur coûte des randonnées éreintantes.

74Les panoramas s’offrent souvent par surprise : échappées visuelles sur le Tage et la rive gauche au détour d’une ruelle du Bairro Alto, de Bica, d’Alfama, de Graça (fig. 7)… ou sur la ville depuis les collines de Santana, Mouraria… Les belvédères sont le plus souvent aménagés en jardins : Santa Clara (fig. 8), São Pedro d’Alcântara… ou pour le moins arborés (Castelo São Jorge, Senhora do Monte…). Ce sont des lieux propices à la réflexion sur la ville, à son appropriation voire à un retour sur soi, à la méditation.

75La pente réduit la circulation automobile et parfois l’exclut totalement, force le piéton à ralentir et même à faire une pause. Louis Marrou remarque, à propos du quartier de Penha de França : « un certain art de vivre lisboète. Il y règne une douceur de vivre qui […] passe […] par le caractère montueux du quartier et par son corollaire, la pente. La pente urbaine adoucit les aspects contraignants, stressants de la vie urbaine : elle rend la ville plus humaine. » (p. 202). L’expression artistique trouve dans la multiplicité des points hauts des lieux et thèmes d’inspiration : « Le meilleur de la création lisboète est sorti de la mansarde, la plus noble forme d’habiter la ville, près de son cœur, quelque part entre le ciel et la mer. […] La fenêtre de la mansarde […]. Personne ne se penche sur elle, elle s’avance sur le toit, sur le monde. » (Dinis da Gama, 2003).

Fig. 5 – a. Les mutations de l’axe Mouraria, Estrada de Sacavém 1858

Fig. 5 – a. Les mutations de l’axe Mouraria, Estrada de Sacavém 1858

Source : F. Folque, 1871, Carta topográfica da cidade de Lisboa ; F. Folque, 1856-1858, Atlas da carta topográfica de Lisboa.

Fig. 5 – b. Les mutations de l’axe Mouraria, Estrada de Sacavém 1911

Fig. 5 – b. Les mutations de l’axe Mouraria, Estrada de Sacavém 1911

Source : J. A. Vieira da Silva Pinto, 1904-1911, Planta topográfica de Lisboa.

Fig. 6 – Calçada da Graça

Fig. 6 – Calçada da Graça

Fig. 7 – Alfama vue du belvédère de Santa Luzia

Fig. 7 – Alfama vue du belvédère de Santa Luzia

Fig. 8 – Belvédère de Santa Clara, Jardin Boto Machado

Fig. 8 – Belvédère de Santa Clara, Jardin Boto Machado

Cliché : Danielle Arnal.

Mora numa água furtada
Que é a mais alta de Alfama
[…]
Que do alto da janela
Tão cedo beija Lisboa

Elle habite une mansarde
Qui est la plus haute d’Alfama
[…]
Qui du haut de la fenêtre
Aussitôt embrasse Lisbonne

Madrugada de Alfama
David Mourão Ferreira

76La sociabilité est largement conditionnée par les marches, les bancs installés sur les moindres replats, qui permettent de s’arrêter, de s’asseoir, et ainsi de nouer des contacts. Impossible de dénombrer les rues en escaliers : « Un nombre interminable d’escaliers se cachent sous la désignation de rues, traverses, chaussées, ruelles » (Vieira, 1993. p. 30). « Descendant, par exemple, toutes les marches qui mènent du haut du Largo das Portas do Sol […] jusqu’à Alfama, avec les maisons aux portes et fenêtres tournées vers les escaliers, ainsi transformés en couloirs de famille, où on place des chaises en été ou des grils à sardines, ou très simplement ce qui ne rentre pas dans la maison ou qui n’est pas utilisé. Les escaliers prolongent la maison de chacun. On y installe les jouets des enfants, un ou deux vases de plantes. Le plafond des escaliers ce sont les cordes à linge qui souvent vont d’un côté à l’autre. Au milieu des escaliers il y a une sorte de place où les vieux s’assoient lorsque la saison le permet, et la treille donne un vague air de village. » (Vieira, 1993, p. 27).

77Dans cette fonction de sociabilité des ruelles et escaliers s’est logiquement inséré le fado qui tire ses origines, des relations de proximité. La disposition en gradins favorise de surcroît l’organisation du spectacle, les contacts entre fadistes et spectateurs toujours actifs dans le fado populaire traditionnel.

78« On chantait à toute heure, de l’après-midi, de la soirée. Et alors en été c’était toujours dans la rue, aux coins des rues, sur n’importe quelle marche d’un escalier. Je me souviens encore que dans la Rua Guilherme Braga il y avait un escalier où, lorsque j’avais sept ou huit ans, j’ai commencé à chanter le Fado do Cauteleiro […]. Nous étions là quelques petits à chanter, sur ces escaliers, et c’était rempli de monde sur les escaliers en dessous. » (António Marques in da Costa, Guerreiro, 1984, p. 147). « Je suis d’un quartier typique, le quartier d’Alfama, et ce fut dans une fête ici sur le parvis de l’église de Santo Estêvão que se présenta l’occasion de devenir professionnel […] Avant cela je chantais sans guitare portugaise et sans guitare classique, sur les escaliers de la Rua dos Corvos. » (Fernanda Machado, id.). Les sessions sur le parvis de Santo Estêvão ont été rendues emblématiques par le célèbre fado de Gabriel d’Oliveira :

Na igreja de Santo Estêvão
Junto ao cruzeiro do adro
[…]
Reunia a fadistagem

À l’église de Santo Estêvão
Tout près de la croisée du parvis
[...]
Se réunissaient les gens du fado

Igreja de Santo Estêvão

79De nos jours la tradition se maintient sur les escaliers de São Vicente de Fora, du Bairro América…

La « construction de l’urbanité populaire »

80Ce processus a été perçu par Graça Índias Cordeiro comme s’étendant « tout au long du XXe siècle […] (et) définissant un système symbolique et une vision particulière du monde : le cadre populaire et historique de la ville. » (2001, p. 58). Affinant la chronologie elle note : « s’est fixée une image de Lisbonne comme “populaire, de quartier, pittoresque” au cours des années 30 du XXe siècle. » (2007, p. 58). Le fado, manifestation la plus remarquable de ce phénomène, a stimulé en retour le mouvement de « création de la tradition », assurant sa véritable mise en scène.

81Nombre d’analystes ont pointé la dilution des repères identitaires sous l’effet de l’urbanisation massive et de son cortège d’effets induits : fin des cadres stables d’interconnaissance, changements résidentiels fréquents, instabilité professionnelle, restructuration et banalisation de l’espace urbain, adoption de modèles venus de l’étranger semblant menacer l’identité locale… Philippe Gervais-Lambony relève à propos de la perte d’individualité des lieux : « rien de surprenant donc, à ce qu’elle soit concomitante d’une reconstruction par le discours de la territorialité perdue. » (2003, p. 141).

Ruptures et invention de la tradition

82Le concept d’invention de la tradition a été proposé par Éric Hobsbawm et Terence Ranger pour interpréter l’apparition de modèles traditionnels ruraux en réponse à la rapidité des transformations sociales des XIXe et XXe siècles sous la poussée de l’industrialisation et de l’urbanisation. Il s’agit d’une « réponse à une rupture avec le passé en créant une continuité. » (Dimitrijevic, p. 10).

83Cette approche permet aussi d’analyser les mutations intra-urbaines face à l’explosion de la modernité. Maurice Halbwachs a montré « qu’en dehors du rêve, le passé, en réalité, ne reparaît pas tel quel, que tout semble indiquer qu’il ne se conserve pas mais qu’on le reconstruit en partant du présent. » (1925, 1994 p. VIII) ; « […] parce que la ville est changement et que l’acte même de se souvenir peut être assimilé à une réponse citadine relevant du besoin pour chaque citadin de « trouver ses marques » comme de résister à la confusion mentale entraînée par ce même changement. » (Didier et al., p. 210). Si la saisie des temps longs de l’histoire permet de percevoir la ville comme un espace en perpétuelle transformation, les mutations ne sont pas présentes à la conscience des citadins qui, en général, s’imaginent vivre dans des cadres stables. « […] le groupe urbain n’a pas l’impression de changer tant que l’aspect des rues et des bâtiments demeure identique. » (Halbwachs, 1950, 1997, p. 197). D’où l’attachement à ce que l’on croit être la tradition, une vérité vérifiée « de tout temps », sécurisante.

84À Lisbonne la période charnière 1850-1860 voit l’arrivée des bouleversements qui s’insèrent dans la chronologie européenne d’accélération de la modernisation marquant un point d’orgue entre 1870 et 1914. L’âge lisboète des ébranlements ayant affecté le monde urbain ancien s’étend jusqu’aux années 1940. Norberto de Araújo, observateur méticuleux de la Lisbonne de son temps, a bien compris qu’une époque se terminait : « La Mouraria d’aujourd’hui, finalement, celle des guitares, des coups de couteau, des prostituées, des pianos de café – n’existe plus : elle se devine. » (1938-1940, liv. III, p. 71).

85Le fado va trouver là une veine inépuisable :

Es a Lisboa que nos fala
Doutra idade
Doutros tempos da cidade

Tu es la Lisbonne qui nous parle
D’un autre âge
D’autres temps de la ville

Madragoa
José Galhardo

86Hermínia Silva crée ainsi A Tendinha en 1934 :

Velha taberna
Nesta Lisboa moderna
Es a tasca humilde e terna
Que manténs a tradição

Vieille taverne
Dans cette Lisbonne moderne
Tu es la gargote humble et tendre
Qui maintient la tradition

José Galhardo

87Cette relecture passionnée d’un passé récent correspond à un besoin profond qui apparaît au moment où les pratiques spontanées cessent ou semblent menacées. Le sentiment de rupture étant d’autant plus marqué que les transformations sont brutales, généralisées : « Le revivalisme, la folklorisation et l’invention de pratiques culturelles tenues pour traditionnelles sont des phénomènes de la modernité. » (El Shawan Castelo Branco, 2005) « Quand les façons anciennes vivent encore, les traditions n’ont pas besoin d’être revitalisées ni inventées » (Hobsbawm, Ranger, 1983, p. 8). Edgar Morin a souligné le lien avec la création artistique : « C’est parce que le passé est bien mort qu’il ressuscite esthétiquement » (1967, p. 237).

88À Lisbonne l’environnement, les sociabilités de la période d’arrivée des bouleversements vont être figés, idéalisés, cristallisés ; plus exactement certains éléments, jugés caractéristiques, deviennent stéréotypes symboles. Cette réaction à la modernité participe d’un processus global de folklorisation qui a concerné aussi les campagnes portugaises, l’ensemble de l’Europe.

89Les Lisboètes, déconcertés, déstabilisés, ont trouvé là une soupape de sécurité face à la pression du quotidien. Leur perception historique demeure toutefois floue, sans découpage chronologique établi. Les textes du fado abondent en formules vagues pour localiser dans le passé cet âge d’or imaginé : « ancienne Lisbonne », « Lisbonne d’autres temps », « Lisbonne d’autrefois », « jadis »… Il s’agit d’une sorte de mise en saudade intégrée à la culture populaire véhiculée par le fado :

Fado, toiros, vinho tinto
Se era assim a mocidade/Como oiço dizer p’raí
Além da pena que sinto
Até chego a ter saudades/Daquilo que nunca vi

Fado, taureaux, vin rouge
Si la jeunesse était ainsi/Comme j’entends dire par là
Au-delà de la peine que je ressens
J’arrive même à avoir des saudades/De ce que je n’ai jamais vu

Venham daí raparigas
Carlos Conde

90Cette création de tradition s’est insérée dans un processus permanent d’esthétisation et, face aux défis toujours renouvelés de la ville moderne, incorpore logiquement des éléments récents considérés comme typiques. Le tramway, par exemple, apparu en 1901, est devenu emblématique de la ville :

E o primeiro eléctrico da rua
Faz coro co’a chinela na Ribeira

Et le premier tramway de la rue
Fait chorus avec la chaussure de la varina de la Ribeira

Cheira a Lisboa
Cesar d’Oliveira

Des repères identitaires

91La grande cohérence du système symbolique ainsi construit doit être soulignée. Elle est garantie notamment par les multiples inter-relations dont le vecteur est souvent le fado grâce à ses résonances intertextuelles.

92Cultivant les traditions il évoque des fonctionnalités anciennes, des figures populaires qui vont être mythifiées. Ainsi le culte de la varina, vendeuse ambulante de poisson, se construit sur certaines approximations ou généralisations. Son appellation est due à la supposée localité d’origine, Ovar (ovarina). Ces femmes, aux maris pêcheurs, venaient en réalité de l’ensemble de la ria d’Aveiro : Ilhavo, Ovar, Murtosa, Estarreja. Installées initialement dans le quartier de Madragoa, elles essaimèrent peu à peu, peuplant cependant de manière préférentielle d’autres quartiers maritimes comme l’Alfama. En fait « elles n’exerçaient pas une occupation spécifique, mais une série d’activités dans la même branche : elles vendaient, outre du poisson, des châtaignes, du charbon, des fruits, de la viande et des légumes […] dans les années 1960 […]. Elles ne sont plus considérées comme une icône […] elles deviennent des poissonnières » (João Manuel de Oliveira in El Shawan Castelo Branco, Freitas Branco, 2003). Mais la varina d’antan s’était figée en symbole de la cité : féminine, pittoresque, délurée… et spécialement figure du quartier de Madragoa. Leurs maris, pêcheurs souvent absents de Lisbonne, n’avaient pas accédé à ce statut d’icône nourri par la présence quotidienne, sonore, des femmes dans chaque quartier :

Varinas, noivas do mar [...]
As moças da Madragoa [...]

Varinas, fiançées de la mer [… ]
Les filles de Madragoa [...]

Carlos Conde

93Cette fabrication de symboles va aussi concerner d’autres types professionnels s’exprimant par les cris des rues comme les ardinas, vendeurs de journaux, des fêtes : saints populaires de juin…

94Le choix de ces symboles s’appuie sur une interprétation esthétique. Pour le cas paradigmatique de la varina, c’est une figure haute en couleurs dont on privilégie la période aux caractères les plus originaux (costume ornementé et très coloré…). Ce personnage féminin se révèle en outre propre à stimuler l’imagination des créateurs, les auteurs de textes de fado étant en écrasante majorité des hommes.

95Cette appropriation locale du passé trouve son symbole central dans le quartier populaire, espace premier, fondement de l’image de la douceur de vivre lisboète, de la ‘‘ville de quartiers’’. C’est l’échelle privilégiée d’interaction entre population et environnement urbain. Le fado a contribué de manière décisive à la formation du concept de « quartier typique » :

Por muito que se disser,
O fado é canção bairrista

On aura beau dire
Le fado est chanson de quartier

Fado antigo
Manuel de Almeida

96Les quartiers de Mouraria, Alfama, Bairro Alto, Bica, Madragoa… sont dits historiques car ce sont les quartiers centraux, les plus anciens, c’est-à-dire ceux où l’enracinement identitaire se transmet de génération en génération depuis des siècles et où même les nouveaux habitants s’imprègnent rapidement du contexte culturel ; à la différence des nouveaux espaces urbanisés apparus depuis le XIXe siècle où le système de « construction de l’urbanité populaire » n’est pas encore efficient.

97Ce processus, lent, inégal mais permanent, aboutit à la formation d’espaces véritablement « habités » où apparaît peu à peu la culture bairrista. L’évolution d’Alcântara au cours du XIXe siècle est à ce titre significative. Symboliquement on peut relever la participation de quartiers « non historiques » périphériques, aux Marches populaires, par exemple dès 1935 : Campolide, Benfica, Campo de Ourique, Chelas. Mais la territorialisation y demeure moins forte, obéissant à un contexte spatio-temporel différent. « Le quartier populaire lisboète […] est lié à des pratiques festives […]. Ainsi, depuis 1932, les Marches populaires mettent en compétition les quartiers les plus « typiques » de Lisbonne. Le 13 juin, la nuit de la Saint-Antoine […]. » (Vidal, 2006, p. 123).

98L’expression « quartiers typiques » est devenue valorisante, en un retournement d’image spectaculaire : Alfama n’est plus mal afamada (mal famée). Norberto de Araújo utilisait le terme bairrista au sens de typique, convivial : « Ô Lisbonne bairrista des petits bâtiments roses, des azulejos ingénus » (liv. VI, p. 49).

99Au cœur de ces éléments fondateurs de la personnalité de Lisbonne apparaît le casticismo. Cette notion est certes d’appréciation très délicate en sciences sociales si l’on s’en tient à une traduction littérale forcément desséchante du terme castiço : pur, châtié. La fonction méliorative de la tradition serait mieux traduite par : authentique, qui a fait ses preuves.

Alfama
[…] castiço bairro antigo

Alfama
[…] authentique quartier ancien

Fama de Alfama
Francisco Radamanto-Conde de Sobral

100Raquel Henriques da Silva note à propos du choc urbain de la deuxième moitié du XIXe siècle : « On découvrit alors le casticismo anthropologique d’Alfama, Mouraria, du Bairro Alto et de Madragoa » (p. 62). Cette conception est aussi opérationnelle dans le cadre du fado, prenant alors une signification très précise. « Des premiers fados créés dans un contexte d’improvisation émergèrent peu à peu quelques modèles de composition musicale dont certains seulement sont arrivés jusqu’à nos jours donnant les trois types fondamentaux : Menor, Mouraria, Corrido. Ainsi naquirent les fados castiços élaborés au fil du temps sur les mêmes structures. » (Arnal, 2012, p. 21).

101Le quartier typique constitue un antidote aux maux de la grande ville diagnostiqués par Georg Simmel : solitude individuelle, anonymat, distance mentale, froideur, contact avec des « étrangers ».

102Les quartiers historiques de Lisbonne cumulent donc avec leurs fonctions polarisatrices classiques de centre d’agglomération, une centralité affective à travers le prisme de leur représentation par le fado qui y déroule une grande partie de son art performatif. Les Lisboètes de la métropole moderne viennent y célébrer « Cette image de Lisbonne comme ville de quartiers, qui tout au long du XXe siècle a été perpétuellement produite et reproduite » (Cordeiro in Archambault, p. 55). Leonardo Benevolo a souligné, à propos des villes européennes : « la permanence d’un « centre » qui ne change pas aussi vite que la périphérie, et où nous pouvons donc déposer et mettre en commun une partie des souvenirs trop lourds pour être portés par chaque individu. » (p. 10).

103La fixation-cristallisation d’un tel système de valeurs exige simplification, schématisation, mythification afin de faire sens et de garantir l’adhésion populaire. Il est nécessaire d’ « inculquer certaines valeurs ou normes de comportements par la répétition » remarquaient Éric Hobsbawm et Terence Ranger. En outre, dans un genre aussi homogène et codifié que le fado, les créateurs exploitent le même fonds poétique. Ces éléments largement décontextualisés, objets d’exploitation touristique, ne sont pas pour autant artificiels, l’intense vie de quartiers subsiste malgré les transformations.

104Ces repères, garants de qualité de vie et d’homogénéité sociale, constituent autant de points d’ancrage pour l’imaginaire poétique, de balises de stabilité, de continuité avec le passé dans la Lisbonne post-moderne.

  • 1 Terme proposé par Joël Bonnemaison pour désigner les représentations, visions du monde partagées pa (...)

105Le dynamisme de l’iconologie1 lisboète mérite attention dans un contexte de mondialisation galopante, d’opposition cosmopolitisme–localisme. Il permet de démontrer que « les configurations culturelles locales ne supposent pas des ghettos sociaux. » (da Costa in Archambault, p. 76).

106Les traditions de Lisbonne ne relèvent pas d’un folklore passéiste, figé, mais à l’inverse nourrissent un courant de créations sans cesse renouvelées. António Firmino da Costa, à propos d’Alfama, a mis en évidence « l’émergence de plusieurs manifestations de l’identité culturelle locale, phénomène persistant, lequel, loin de s’avérer statique, accompagne de façon dynamique les processus de mutation qui traversent le quartier. » (id. p. 80).

107De multiples liens se tissent entre tradition et modernité. « Violentée au début du XIXe siècle, Lisbonne entre à reculons dans la Modernité. Près de deux siècles plus tard […]. Une Europe fatiguée d’elle-même la découvre alors comme une sorte de paradis perdu […] Lisbonne, surtout la Lisbonne moderne, commence à ressembler à toutes les autres villes. Pourtant, comme peu de villes au monde, Lisbonne est “ailleurs” » synthétise Eduardo Lourenço. (in Archambault, p. 9).

108Il est plaisant de constater que Lisbonne n’a pas cédé à la mode des années 1950 sacrifiant les tramways de la plupart des grandes villes européennes sur l’autel du modernisme automobile, avant de les remettre au goût du jour ; ce qui lui vaut, depuis la décennie 1960, un grand succès auprès de touristes affamés de pittoresque, l’elétrico amarelo devenant l’icône la plus reconnue de la cité lisboète. Notons que les tramways n’y sont pas seulement brinquebalants et attendrissants de désuétude mais aussi modernes et fonctionnels comme ceux de la ligne Terreiro do Paço-Algés. Les traditions s’insèrent bien dans la modernité. Les petits pavés de calcaire et de basalte constituent un exemple tout aussi remarquable, ils n’ont pas reculé devant l’invasion européenne du bitume et contribuent de manière décisive à la formation de l’identité esthétique de la capitale portugaise.

109L’analyse des traditions mélanésiennes et africaines par Joël Bonnemaison peut être reprise à propos des représentations lisboètes : « des phénomènes politico-culturels qui affirment non pas la primauté du passé sur le présent, ou de la tradition sur la modernité, mais le lien entre l’un et l’autre. C’est toujours une réinvention, une reconstruction, mais aussi une volonté de réenracinement dans une vision du passé, qui va rendre plus fort face à l’avenir, face à l’étranger. Il s’agit donc toujours d’un syncrétisme résultant d’un mélange de neuf et d’ancien. » (p. 80).

110Le fado lui-même, pilier et miroir de la tradition, est désormais une musique moderne. Depuis le début de la décennie 1990 les jeunes fadistes de la nouvelle génération font irruption sur la scène lisboète, rénovant, révolutionnant parfois le genre. La guitare portugaise peut même devenir électrique aux côtés de l’accordéon, du violon, des percussions, de la flûte, du piano, du clavecin… Les fadistes ne craignent pas de frayer avec les orchestres symphoniques, la musique pop ou rock, le jazz, les autres musiques du monde. (Arnal, 2012).

111C’est la Lisbonne traditionnelle, typique qui va donner son image, son âme à la Lisbonne moderne, à l’ensemble de l’agglomération, « Contrairement à toute attente, cette ville n’est non seulement pas en voie de disparition, mais continue à alimenter cet imaginaire sous des formes diverses et inespérées. » (Cordeiro in Archambault 2003, p. 55), « comme si la vieille ville continuait à l’emporter sur l’autre, plus moderne, faite de trafic intense, d’anonymat et de succès, d’urbanisations modernes. » (idem 2007, p. 67).

112Grâce à « l’olisiposensibilité », se poursuit une reconstruction du territoire en réponse aux défis de la post-modernité. Le fado, emblème de la Lisbonne contemporaine, contribue à l’élaboration de pratiques culturelles de grand dynamisme. La saudade se présente ainsi comme un facteur de construction du présent, d’agrément, de bien-être face au mal-être urbain dû à la perte de repères, de familiarité ; « […] dans la nostalgie du passé, on ne cherche pas le retour en arrière, mais au contraire notre identité actuelle. » affirme Philippe Gervais-Lambony (p. 145).

113Enracinement sentimental, territorialisation procurent « une atmosphère de réconfort et d’intimité susceptible de soulager la solitude où, plus que jamais, la vie urbaine nous pousse » (Dinis da Gama).

114« L’espace culturel diffère de l’espace vécu […]. En revanche […] Lorsqu’il y a coïncidence entre l’espace culturel, l’espace affectif et l’espace vécu, les peuples sont historiquement heureux » (Bonnemaison, p. 58).

Haut de page

Bibliographie

Allain R., Morphologie urbaine. Géographie, aménagement et architecture de la ville, Colin, Paris, 2004, 254 p.

Archambault C. (dir.), Lisboa–Lisbonne. Un monde fait de tous les mondes, Indigène, Paris, 2003, 110 p.

Arnal B., « Syncrétisme urbain et création musicale : le fado de Lisbonne », Sud-Ouest Européen, no 31, 2011, p. 183-189.

Arnal B., « Les victoires du fado : de la stigmatisation à la reconnaissance mondiale », Latitudes-Cahiers Lusophones, no 43, 2012, p. 18-24.

Barata Salgueiro T., Lisbonne, périphérie et centralités, L’Harmattan, Paris, 2006, 304 p.

Barata Salgueiro T., Garcia J. C., Lisboa nos fins do século XIX. Geografia de uma transição, Estudos oferecidos a Orlando Ribeiro, p. 399, Centro de estudos geográficos, Lisboa, 1988, p. 399-410.

Benevolo L., La ville dans l’histoire européenne, Seuil, Paris, 1993, 284 p.

Bonnemaison J., La géographie culturelle (cours 1994-1997), Édit. du CTHS, Paris, 2004, 152 p.

Chivallon C., « Éloge de la “spatialité” », L’Espace géographique, no 2, 1996, p. 113-125.

Claval P., Staszak J.-F., « Où en est la géographie culturelle ? Introduction », Annales de Géographie, no 660-661, 2008, p. 3-7.

Cordeiro G. Í., « À la recherche des saveurs du temps : nouvelles d’une Lisbonne sensible », Recherches en anthropologie au Portugal, no 7, 2001, p. 55-69.

Cordeiro G. Í., « Entre a rua e a paisagem. Reflexões em torno da urbanidade de Lisboa », Ler História, no 52, 2007, p. 57-72.

Da Costa A. F., Das Dores Guerreiro M., O trágico e o contraste, o fado no bairro de Alfama, Dom Quixote, Lisboa, 1984, 278 p.

Dardel E., L’Homme et la terre – Nature de la réalité géographique, PUF, Paris, 1952 (1990), 133 p.

De Araújo N., Peregrinações em Lisboa, 15 vol. , Vega, Lisboa, 1938-1940 (1992).

De Castilho J., A Ribeira de Lisboa : descripção histórica da margem do Tejo desde a Madre de Deus até Santos-o-Velho, Imp. Nacional, Lisboa, 1893, 750 p.

De Castilho J., Lisboa antiga – O Bairro Alto, vol. 1, 2a edição, Antiga Casa Bertrand-José Bastos, Lisboa, 1902, 360 p.

De Matos Sequeira G., A fisionomia de Lisboa, Câmara Municipal, Lisboa, 1939, 12 p.

De Oliveira J. M., « Memórias de varinas no imaginário de Lisboa », in El Shawan Castelo-Branco S., Freitas Branco J., Vozes do Povo. A folclorização em Portugal, Celta Editora, Oeiras, 2003, p. 354-362.

Dentinho Do Ó Ramos F., « Dispersos lisboetas », Patrimonia, no 6, 2001, p. 45-51.

Didier S. et al., « Mémoires », in Dorier-Apprill E., Gervais-Lambony P., Vies citadines, Belin, Paris, 2007, 267 p.

Dimitrijevic D. (dir), Fabrication des traditions. Invention de la modernité, Maison des sciences de l’homme, Paris, 2004, 332 p.

Dinis Da Gama H., Regresso a Lisboa – pequena praia extrema, Afrontamento, Lisboa, 2003, 150 p.

Dinis Da Gama H., Jornal de Letras, 3 de setembro, 2003.

El Shawan Castelo Branco S., Freitas Branco J. (orga.), Vozes do Povo. A folclorização em Portugal, Celta Editora, Oeiras, 2003, 669 p.

El Shawan Castelo Branco S., « Cantar a terra », Etnomusicologia, CBPQ / Contexto, Salvador, 2005.

Gervais-Lambony P., Territoires citadins 4 villes africaines, Belin, Paris, 2003, 271 p.

Halbwachs M., Les cadres sociaux de la mémoire, Albin Michel, Paris, (1925), 1994, 367 p.

Halbwachs M., La mémoire collective, Albin Michel, Paris, (1950), 1997, 295 p.

Henriques Da Silva R. et al., Lisboa em movimento 1850-1920, Lisboa 94/Livros Horizonte, Lisboa, 1994, 404 p.

Hobsbawm E., Ranger T., The Invention of Tradition, University Press, Cambridge, 1983, 320 p.

Janeira A. L., Mascarenhas M., Para uma epistemologia da cidade como arquivo, Marcas das ciências e das técnicas pelas ruas de Lisboa, Faculdade de Ciências. Lisboa, 2008.

Kong L., « Popular music in geographical analyses », Progress in Human Geography 2, 1995, p. 183-198.

Lourenco E., Mythologie de la saudade, Chandeigne, Paris, 1997, 205 p.

Lousada M. A., Espaços de sociabilidade em Lisboa, finais do século XVIII a 1834, Dissertação de doutoramento em geografia humana, Faculdade de Letras, Lisboa, 1995.

Lousada M. A., « Espacialidade em debate : práticas sociais e representações em Lisboa nos, finais do Antigo Regime », Ler História, 48, 2005, p. 33-46.

Marrou L., Le commerce et la ville dans le centre de Lisbonne, thèse Paris 4, 1993.

Menezes M., Mouraria, retalhos de um imaginário, Celta, Oeiras, 2004, 296 p.

Montandon A. (coord.), Lisbonne. Géocritique d’une ville, PU Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2006, 284 p.

Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plodemet, Fayard, Paris, 1967, 287 p.

Pastor De Macedo L., Lisboa de lés-a-lés : subsídios para a história das vias públicas da cidade, vol. 1, Câmara Municipal, Lisboa, 1940-1943.

Pelletier J., Delfante C., Villes et urbanisme dans le monde, 3e édit. Colin, Paris, 1997, 199 p.

Pinto De Carvalho J., Lisboa de outrora, Amigos de Lisboa, Lisboa, vol. 1, 1938-1939, 272 p.

Ribeiro O., « Le site et la croissance de Lisbonne », BAGF, no 115, 1938, p. 99-103.

Ribeiro O., « Evolução e perspectivas dos Estudos Olisiponenses », Revista Municipal, 27, Lisboa, 1945.

Sansot P., Poétique de la ville, Klincksieck, Paris, (1971),1984, 422 p.

Simmel G., « Métropoles et mentalité », Conférence, in Grafmeyer J., L’École de Chicago, Le Champ urbain, 1979, Paris, 1903, 334 p.

Soeiro De Brito R., « Lisboa, esboço geográfico », Separata do Boletim cultural da junta distrital de Lisboa, 82, 1976, 205 p.

Sousa Bastos A., Lisboa velha : sessenta anos de recordações 1850 a 1910, Oficinas Gráficas da CML, Lisboa, 1947, 302 p.

Sucena E., Lisboa, o Fado e os Fadistas, Vega, Lisboa, 1992, 322 p.

Vidal F., Les habitants d’Alcântara au début du XXe siècle, identités, proximités et distances sociales dans un quartier industrialisé de Lisbonne, 3 vol. , thèse, Lyon 2, 2003, 635 p.

Vidal F., « Images urbaines. Alcântara à Lisbonne, du faubourg à la ville », Lusotopie 1, 2006, p. 119-127.

Vidal F., « Ruas e sítios na Lisboa oitocentista », Ler História, 52, 2007, p. 9-27.

Vieira A., Esta Lisboa, Caminho, Lisboa, 1993, 200 p.

Haut de page

Notes

1 Terme proposé par Joël Bonnemaison pour désigner les représentations, visions du monde partagées par un groupe humain et créant des identités stables.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La naissance de la métropole
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1624/img-1.png
Fichier image/png, 409k
Titre Fig. 2 – Escaliers de Santo Estêvão
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1624/img-2.png
Fichier image/png, 6,4M
Titre Fig. 3 – Lisbonne vers 1860
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1624/img-3.png
Fichier image/png, 730k
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1624/img-4.png
Fichier image/png, 57k
Titre Fig. 4 – Vue du belvédère de Sanhora do Monte : Graça, Castelo São Jorge
Crédits Cliché : Danielle Arnal
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1624/img-5.png
Fichier image/png, 4,5M
Titre Fig. 5 – b. Les mutations de l’axe Mouraria, Estrada de Sacavém 1911
Légende Source : J. A. Vieira da Silva Pinto, 1904-1911, Planta topográfica de Lisboa.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1624/img-6.png
Fichier image/png, 359k
Titre Fig. 6 – Calçada da Graça
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1624/img-7.png
Fichier image/png, 5,4M
Titre Fig. 7 – Alfama vue du belvédère de Santa Luzia
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1624/img-8.png
Fichier image/png, 5,4M
Titre Fig. 8 – Belvédère de Santa Clara, Jardin Boto Machado
Crédits Cliché : Danielle Arnal.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1624/img-9.png
Fichier image/png, 4,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Arnal, « La poétique de Lisbonne », Sud-Ouest européen, 38 | 2014, 97-119.

Référence électronique

Bernard Arnal, « La poétique de Lisbonne », Sud-Ouest européen [En ligne], 38 | 2014, mis en ligne le 18 mars 2016, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/soe/1624 ; DOI : 10.4000/soe.1624

Haut de page

Auteur

Bernard Arnal

Terme proposé par Joël Bonnemaison pour désigner les représentations, visions du monde partagées par un groupe humain et créant des identités stables.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals