Navigation – Plan du site
Varia

Dissonance et conflictualité entre projet urbain et projets d’habitants pour l’aménagement culturel de Bordeaux

Dissonances and Potential Conflicts between Urban Schemes and People’s Projects– Investigating the Case of Cultural Planning in Bordeaux
Disonancia y conflictualidad entre proyecto urbano y proyectos de habitantes en torno al acondicionamiento cultural de burdeos
Sarah Montero
p. 121-135

Résumés

Cette communication porte sur l’aménagement culturel de Bordeaux dans le cadre de son projet urbain. Alors que la politique publique mobilise la culture à des fins de rayonnement et d’attractivité, les quartiers populaires du nord de la ville sont l’objet d’une forte appropriation identitaire de la part des acteurs sociaux ainsi que l’enjeu de luttes citoyennes pour le droit des habitants à créer et gérer des équipements culturels. Le rapport de force entre citoyens et pouvoirs publics traduit la capacité des habitants à faire valoir leur propre vision de l’aménagement culturel de la ville, à condition qu’ils s’organisent collectivement pour peser dans la décision publique. Ils posent alors les bases d’une nouvelle gouvernance dans la définition d’une urbanité commune.

Haut de page

Texte intégral

1Bien que rarement désignée comme l’axe principal des stratégies urbaines, la culture constitue néanmoins un levier de développement incontournable (Greffe, 2004) ainsi qu’une ressource stratégique dans une politique d’image et de rayonnement (Taliano-des Garets, 2000). Se doter d’un branding culturel innovant, s’appuyer sur la force de rassemblement et d’attractivité des grands festivals (Saez, 1996) ou encore mobiliser le patrimoine comme marqueur territorial à des fins publicitaires ou touristiques (Landel et Pecqueur, 2009), font partie de la stratégie des villes pour « prendre une position avantageuse dans la compétition urbaine généralisée » (Chadoin et al, 2000), et ainsi attirer à elles les vecteurs de la croissance : populations et capitaux. Pour autant, ces logiques d’identification et de distinction territoriale ne peuvent faire fi de la cohésion sociale du territoire sans risquer de compromettre le développement économique. Aussi, les investissements stratégiques que sont les équipements culturels et les manifestations festives dans l’espace public, ont également pour objectif de renforcer le processus d’appropriation du territoire par les citadins et ainsi de permettre à la ville « de garder une unité, une identité malgré les bouleversements » (Lucchini, 2002 p. 15). L’identité territoriale est alors doublement investie à la fois au niveau local pour étayer le sentiment d’appartenance et à l’échelle extracommunale pour assurer la croissance de la ville.

2Engagée dans une démarche volontariste et modernisante au travers de son projet urbain, Bordeaux ambitionne de développer ses espaces et mobilise, à cet effet, la culture comme instrument de valorisation et d’attractivité. Des quartiers sont réhabilités, d’autres émergent au sein de grandes opérations d’aménagement, qui doivent servir le dessein d’une ville aspirant au statut de métropole internationale. Sur le point de transformer significativement la configuration architecturale et sociale des quartiers, le projet urbain bordelais exige donc d’instaurer un dialogue social, afin d’assurer a minima l’adhésion des habitants aux exigences du développement urbain. À cet effet, Bordeaux a mis en place une concertation publique pour informer, mais aussi recueillir les attentes et les réflexions des habitants sur leur cadre de vie.

3De leur côté, des citoyens organisés se positionnent comme des acteurs du développement local et proposent des formes originales de co-construction de l’action publique. Les quartiers populaires du nord de Bordeaux sont ainsi le lieu d’expression de mouvements collectifs, qui cherchent à valoriser l’identité culturelle de leur territoire de vie et revendiquent le droit des habitants de se mêler de gestion urbaine, au travers de productions culturelles et sociales originales. Ainsi, des citadins œuvrent pour la création d’un jardin partagé où s’entremêlent finalités culturelles et sociales, d’autres s’efforcent d’obtenir la réhabilitation et la gestion d’un équipement culturel ambitieux.

4L’observation de ces différents processus et logiques d’acteurs révèle une tension entre les citadins qui colorent leurs revendications d’une dimension affective et sensible et le pouvoir municipal qui semble omettre dans sa vision du développement, les processus identitaires et les pratiques culturelles existants. Cette divergence des points de vue se traduit dans l’arène délibérative par une asymétrie entre offre consultative institutionnelle et demande sociale de participation et conduit à une confrontation des légitimités.

5Cet article propose de mettre en perspective le projet de la ville et les projets des habitants afin de déterminer en quoi leur interaction peut aller dans le sens d’une gestion urbaine mieux partagée. Il s’appuie sur des données empiriques relevées au cours d’une enquête sociologique (entretiens qualitatifs et observation participante) réalisée entre 2011 et 2013 dans le cadre de ma thèse de doctorat (Montero, 2013).

6Dans un premier temps, il s’agira d’examiner la nature et les finalités de l’enjeu culturel dans le projet urbain bordelais. Celui-ci opère en effet par le truchement d’actifs culturels territoriaux mobilisés pour créer un « désir de ville ». Le projet urbain fait par ailleurs l’objet d’une concertation publique systématique, j’en décrirai les modalités ainsi que les enjeux sous-jacents.

7Puis, en contrepoint de la stratégie urbaine de la ville, j’analyserai la construction identitaire et culturelle spécifique au territoire d’investigation, afin d’en souligner l’importance dans la constitution d’un sentiment collectif d’appartenance et surtout dans l’objectif de saisir les modes opératoires des acteurs sociaux.

8Les cas d’études analysés dans une troisième partie permettront de comprendre les motifs et méthodes de mobilisation des citadins engagés dans ces démarches de réappropriation collective des enjeux du développement. Il s’agira également de montrer en quoi ces actions interpellent l’autorité publique sur une nouvelle manière de penser l’action publique en matière d’aménagement urbain et de démocratie participative.

Le facteur culturel dans le projet urbain bordelais

9Le projet urbain de Bordeaux, lancé en 1996, vise à opérer la redynamisation de la ville en la dotant des atouts de la modernité. Comme tout projet de développement urbain d’envergure, il traduit une volonté de changement (Chadoin, et al, 2000). Il s’y attelle notamment par l’aménagement des quais, l’arrivée du tramway et la rénovation du centre historique. Ces transformations urbanistiques ont incontestablement réussi à modifier l’image de Bordeaux et « la belle endormie » semble s’être définitivement réveillée. Cette ambitieuse politique aménageuse a ainsi renforcé la centralité de la ville comme cœur d’agglomération (Di Méo, 2006). Le tramway en reliant les parties de la ville, de chaque côté de la Garonne, l’a agrandie ; le fleuve, à qui la ville tournait le dos, a retrouvé sa fonction structurante pour devenir un lieu de promenade et de rassemblement très prisé des citadins et des touristes ; emblème de ce renouveau, le miroir d’eau posé face à la Garonne, reflète l’image d’une ville à la fois patrimoniale et moderne. Si la première phase du projet a permis de « refaire la ville sur place » en restructurant le centre-ville, de grandes opérations d’aménagement amorcées en 2009 doivent inscrire Bordeaux, à l’horizon 2030, dans le concert des métropoles millionnaires. Le nouveau projet urbain, baptisé « 2030, vers le grand Bordeaux, une métropole durable », s’efforce d’anticiper les dynamiques urbaines à venir et se décline plus précisément au sein de futurs quartiers, à fort potentiel en termes de foncier aménageable, que le maire englobe sous le titre d’« arc de développement durable ». Au nord de la ville, le projet des Bassins à flot se déploie sur 700 000 m2 ; sur la rive droite, les secteurs de Brazza et de Niel voient leurs friches industrielles requalifiées en logements ; au sud, autour de la gare, l’opération d’intérêt national Euratlantique se développe sur 760 hectares pour accompagner l’arrivée de la LGV en 2017 ; enfin, le centre-ville historique est également revalorisé dans le cadre du PNRQAD (Programme national de requalification des quartiers anciens dégradés) (fig. 1).

Fig. 1 – Bordeaux en projets

Fig. 1 – Bordeaux en projets

Source : Insee - Réalisation : Sarah Montero.

10S’il remplit une vocation prioritaire d’aménagement foncier en vue de densifier la ville et de lutter contre l’étalement, le projet urbain répond nécessairement à un processus identitaire visant à faire de Bordeaux, une ville certes habitable mais surtout « désirable », propice à l’installation de nouvelles populations afin de doter Bordeaux de l’atout démographique nécessaire à son rayonnement.

  • 1 Entretien réalisé le 6 décembre 2011.
  • 2 Ibid.

11Capitale mondiale du vin, Bordeaux profite, depuis son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco en 2007, d’une identification renforcée à l’échelle internationale. Mais si le patrimoine lui procure des marqueurs territoriaux essentiels pour sa stratégie de développement, il ne peut incarner à lui seul sa politique d’image. Dans le discours de l’adjoint à la culture, le patrimoine de Bordeaux apparaît même comme un handicap dans la course à la notoriété qui oppose la métropole régionale à ses concurrentes que sont, par exemple, Lille ou Nantes. Ces dernières, parce qu’elles ne sont pas encombrées d’un patrimoine aussi prestigieux que celui de Bordeaux, selon l’élu « peuvent se trouver dans une modernité que l’on ne va pas comparer avec les décennies précédentes »1. Bordeaux se voit alors contrainte à innover et à « être dans un dynamisme beaucoup plus intense »2, affirme-t-il, qu’une ville sans patrimoine architectural de cette envergure. Afin de prévenir tout risque de « muséification » de la ville, la politique culturelle poursuit l’objectif de faire entrer Bordeaux dans une ère nouvelle d’innovation et de dynamisme. Pour ce faire, la culture à Bordeaux s’inscrit dans le sillage du projet urbain et cherche à tirer de sa notoriété et de sa lisibilité, les dividendes d’une modernité affirmée. Il s’agit, selon l’élu à la culture, de s’insérer dans les nouveaux territoires de la ville « pour vivre avec eux », le processus de dynamisation qui les bouleverse et accéder par cet ancrage territorial à une reconnaissance internationale. Bordeaux cherche ainsi à « reconfigurer de la localité » pour affirmer sa singularité.

12Cependant, la ville pâtit d’une forte polarisation en termes d’activités et de structures culturelles qui entrave le développement homogène du territoire. Le « schéma équipemental de la légitimité culturelle » (Favory, 2004), mis en place dans les années 1980, a privilégié et surdoté la ville-centre en grands équipements culturels et se traduit aujourd’hui par un processus de spatialisation monoculturelle que les autorités publiques cherchent à endiguer, au nom de l’équité socio-spatiale. Bien que la centralité relève d’un processus fondamental dans la construction des villes et constitue en cela le point de cristallisation de l’identité urbaine (Lussault, 2009), les collectivités locales ont pour mission d’aménager culturellement l’ensemble du territoire et de lutter contre « la fixation spatiale des inégalités » (Saez, 2003). Si pour Daniel Latouche (2004), « il est rare de rencontrer des espaces qui ne soient à la fois centre et périphérie », force est de constater que centralité et proximité n’opèrent guère de façon coextensive dans l’agencement culturel du territoire local. Ainsi, la programmation culturelle à l’échelle de la ville tend à reproduire des différences entre centre-ville et périphérie par le renforcement du caractère spécifique de celle-ci (Rinaudo, 1999, p. 91), notamment en matière de pratiques et de capital culturels. En d’autres termes, on réserve aux « quartiers » une offre culturelle populaire ou connotée comme telle, visant un public spécifique, alors qu’en centre-ville, l’offre plus diversifiée est adaptée à un public généraliste. Les cultures urbaines sont ainsi d’abord l’objet d’« une qualification spatiale, en cela qu’elles sont attachées à la banlieue, avant d’être celui d’une “qualification esthétique” » (Raibaud, 2005). Éric Debarbieux (1996) explique que la valeur de chaque composante de l’espace urbain tient « tout autant au bâtiment et à sa fonction qu’à son emplacement central dans le tissu urbain ». Ainsi, l’effet de centralité renforce-t-il la valeur de certains équipements et, parmi eux, les plus prestigieux, qui sont alors mobilisés dans la stratégie d’image de la ville.

  • 3 Entretien réalisé le 6 décembre 2011.
  • 4 Entretien réalisé le 4 novembre 2011.
  • 5 Entretien réalisé le 18 juillet 2011.
  • 6 Ibid.

13Toutefois, le rapport centre-périphérie semble aujourd’hui évoluer vers une plus grande multipolarité. Une réflexion sur des équipements et des services propres aux nouveaux quartiers est engagée qui laisse présager d’une restructuration culturelle partielle du territoire. La municipalité s’est adjointe le concours et l’expertise de l’Université de Bordeaux IV pour l’aider à établir un Plan d’aménagement culturel territorial, afin d’adapter ses futurs équipements et services aux pratiques culturelles des habitants des quartiers visés par le projet urbain. L’adjoint à la culture affirme ainsi que « la culture est plus que jamais au centre du développement de la ville, et ce développement se situe au niveau des quartiers, de certains territoires de la ville »3. Bordeaux revalorise également les éléments patrimoniaux signifiants du cadre bâti de ces nouvelles polarités. Afin d’attirer des populations nouvelles, le patrimoine est mobilisé pour nommer, structurer le territoire (Landel, Pecqueur, 2009), et améliorer la qualité du cadre de vie (Greffe, 2002). Il s’agit, explique la chargée de mission culture au cabinet du maire, d’engager ces territoires, au travers de « missions spécifiques qu’on ne retrouve pas ailleurs dans d’autres quartiers »4, dans une reconfiguration symbolique et identitaire tout autant qu’urbanistique. Un processus de personnalisation de l’espace est à l’œuvre qui doit faire de chacune de ces entités urbaines, un territoire porteur de sens et susceptible de créer un désir de ville chez les futurs habitants. Pour la directrice de l’aménagement, la culture revêt une signification « quasi anthropologique »5, qui relève autant des lieux que des habitants, et doit contribuer « à singulariser et rendre attractifs les faubourgs de la ville »6. Le patrimoine local identifié avec l’aide des citadins cristallise cette dimension culturelle qui facilitera l’agrégation des nouveaux quartiers à la ville ancienne. Ainsi, l’intervention dans les quartiers nord de Bordeaux s’appuie sur le lien avec le fleuve tout proche et les vestiges d’une histoire maritime, pour en exploiter la portée symbolique et identitaire. Des éléments du paysage urbain sont alors surinvestis, voire réinventés, pour nourrir le sentiment d’appartenance et lier les populations existantes et à venir. Au cœur du processus de distinction, les équipements culturels s’apparentent à des « superstructures partie prenante de la formation sociospatiale des territoires » (Di Méo, 1998). Dans le secteur des bassins à flot, l’ancienne base sous-marine, vestige du second conflit mondial, pourrait constituer un espace culturel et artistique, en capacité d’étayer et d’ancrer dans la réalité de ses murs, les représentations que la ville suggère sur elle-même. Cette intention fait écho au projet Ville-Port à Saint-Nazaire qui a transformé la base sous-marine en un vaste centre culturel et touristique. Dans leur politique d’attractivité, les villes mobilisent en effet des stratégies voire des recettes au nombre limité, s’inscrivant ainsi dans des logiques de mimétisme qui accentuent alors l’effet de concurrence. On note que ce jeu concurrentiel ménage une place essentielle au lieu qui demeure incontestablement le garant des distinctions entre les cultures (Scott, 1999). Pour les géographes, le lieu symbolise le territoire, en exprime la quintessence voire la totalité (Debarbieux, 1996). En lui associant une dimension culturelle, le lieu peut devenir un « lieu attribut » ou lieu choisi (Éric Debarbieux cité par Gravari-Barbas, Violier, 2003) qui plus que le représenter, doit permettre l’émergence du territoire (Gravari-Barbas, Violier, 2003). Aussi, pour Bordeaux, le lieu renvoie à la fois à un lieu de proximité qui doit fixer les populations et à un lieu « rayonnant » au service d’un objectif de valorisation et de distinction (Silbertin-Blanc, 2003) pour chacun de ces nouveaux quartiers.

14Mais ce nouvel agencement culturel du territoire soulève un certain nombre de questions.

  • 7 Op. cit.
  • 8 Interview d’Alain Juppé, magazine Spirit, n77, décembre-janvier 2012.
  • 9 Bacalan, Benauge-Bastide, Chartrons-St Louis, Grand-parc, Les Aubiers, St Jean-Belcier-Carle Vernet (...)
  • 10 Entretien réalisé le 13 mars 2012.

15La culture, repositionnée à l’échelle micro-locale est appelée à accompagner et structurer l’évolution de quartiers qui pour certains constituaient le champ d’intervention presque exclusif des professionnels de l’animation socioculturelle et de la politique de la ville. « Au niveau de la proximité, la culture est plus que jamais au centre du développement de la ville »7, assure l’adjoint à la culture, confirmant l’inscription du projet de la ville dans une idéologie moderniste favorisant l’échange et l’interaction (Laperrière, 1998). La culture est alors convoquée dans sa fonction réparatrice d’un lien social menacé voire interrompu, en raison des difficultés que rencontrent certains quartiers classés dans la géographie prioritaire de la ville. On s’étonne donc que la politique de la ville, alors même que la dynamisation des quartiers est considérée, par le maire, comme un outil essentiel au développement culturel de Bordeaux8, n’ait pas été associée à cette réflexion sur l’aménagement culturel des territoires dont elle a la charge. Pour les agents du Développement social urbain (DSU), œuvrant sur les sept quartiers prioritaires9, la culture constitue un outil de valorisation et de promotion territoriale qui doit aussi permettre d’accompagner les habitants dans une période de forte mutation urbaine : « Nous, l’enjeu, c’est de faire en sorte que ces quartiers et ces habitants soient raccrochés et intégrés dans, aux côtés, en lien avec ces nouveaux quartiers. », précise une chef de projet DSU10. Ainsi, un projet autour de la mémoire habitante, intitulé « Juste avant de partir », s’est déroulé dans le cadre de l’opération de renouvellement urbain de la cité Saint-Jean, dans le quartier de la gare. Accompagnés par une artiste, les habitants ont constitué un inventaire d’images, d’objets et de paroles, traces et témoins de ces lieux voués à disparaître. Entre stabilité et mobilité, le projet artistique explore la place de chacun dans la ville, examine la problématique de la transformation urbaine et du changement social qu’il met en tension avec celle de l’identité et de l’appartenance.

16Mais les projets artistiques et culturels accompagnés par la politique de la ville restent peu visibles à l’échelle du territoire municipal et n’obtiennent que rarement la reconnaissance de la Direction de la culture. Si la politique urbaine est parvenue à porter des initiatives artistiques singulières qui n’auraient pu se développer dans un contexte de droit commun (Maillard et al., 2004), force est de constater que la dimension transversale ou interministérielle qui devait la caractériser demeure de l’ordre du postulat. En matière culturelle, la politique de la ville marquerait même une tendance à se conformer aux critères artistiques et culturels définis par le ministère de la culture (Arpaillange, Augustin, 2009) et à mettre en œuvre ses programmes d’action, prioritairement axés sur les cultures urbaines, au risque d’enfermer toujours plus les quartiers sensibles dans l’imaginaire du ghetto urbain (ibid.).

  • 11 Entretien avec l’adjoint à la culture de Bordeaux le 6 décembre 2011.

17Plus problématique, ce schéma culturel, axé sur les nouveaux quartiers, alors même qu’il prône l’intégration des territoires et de leurs habitants, ne paraît pas avoir été pensé en concertation avec ces derniers. Ce programme, comme le précise l’élu à la culture, doit pourtant définir, « dans chacun des quartiers ce qui manque par rapport à des éléments de proximité qui puissent être non pas obligatoirement des institutions mais des lieux de culture, des lieux ouverts sur la cité, des lieux de rencontre et de convivialité »11. Or, l’éco-quartier Gingko, situé dans la zone de Bordeaux-maritime, sort à peine de terre qu’une Maison des danses y est déjà programmée. L’équipement doit pouvoir « amener des croisements avec les habitants des autres quartiers », le domaine de la danse, peu investi par la ville par ailleurs, apparaît comme un instrument opportun de cette rencontre, tout en répondant de façon pragmatique à la demande des compagnies artistiques de disposer d’espaces de travail. Mais qu’en est-il alors de la cohérence territoriale de ces nouveaux équipements ou services planifiés en l’absence des futurs usagers ? Faute d’un schéma culturel réellement pensé sur un mode concerté, on retombe alors dans les travers des modes opératoires classiques qui voient les élus et leurs responsables administratifs décider seuls de ce qui est bon pour les futurs habitants. Le « tiers-absent » vient ici dénoncer en creux une démarche aménageuse voulue en théorie participative mais qui s’avère dans les faits l’expression de la seule autorité publique.

18On peut également s’interroger sur la pertinence d’une telle démarche culturo-spatiale alors même que la problématique de la mobilité vient bouleverser l’approche territoriale classique. Les mobilités citadines reflètent des pratiques spatiales de plus en plus diversifiées, le rapport au cadre de vie se complexifie, les usages se fragmentent du fait de la désynchronisation des rythmes urbains alors que les espaces fréquentés se multiplient au sein d’un vaste réseau interconnecté. Les pratiques culturelles sont, elles aussi, modelées par la croissance des mobilités. Le citadin dessine un parcours aux « multipolarités mouvantes » (Augustin, Lefebvre, 2004) et établit des rapports aux lieux culturels « bien au-delà du couple traditionnel quartier-centre-ville » (ibid). À cet égard, la surenchère équipementale des communes de l’agglomération bordelaise (Favory, 2004) qui traduit le désir des élus de valoriser et différencier leur territoire par la création d’un lieu culturel prestigieux, sans toujours considérer sa capacité réelle à attirer un public, pose aujourd’hui un problème de cohésion territoriale, et suggère de mieux prendre en compte la complexification des pratiques culturelles urbaines. Le projet culturel de Bordeaux se heurte alors aux limites d’un développement confiné aux frontières intra-communales, alors que le schéma des services et des pratiques culturelles doit être pensé a minima à l’échelle intercommunautaire.

La concertation dans le cadre du projet urbain

19La référence à la participation des citoyens imprègne aujourd’hui l’ensemble des discours sociaux et politiques. Elle renvoie autant à leur implication dans des dispositifs de concertation institués par l’autorité publique qu’à l’engagement des personnes dans la vie de la cité, sous des formes multiples : défense et protection du cadre de vie, animation et dynamisation du quartier, entraide sociale, élaboration de projets artistiques et culturels, etc. Terme polysémique, ses définitions et ses finalités diffèrent selon les acteurs et le contexte de la mise en œuvre.

20De manière générale, la participation, telle qu’elle s’exprime aujourd’hui dans la société civile, correspond à une demande croissante de démocratie de la part des citoyens qui veulent être associés aux décisions qui les concernent et suivre librement, au travers de pratiques culturelles, associatives, politiques, diverses, le mode de vie qu’ils ont choisi (Galland, 2003). Confrontée à cette exigence démocratique, l’autorité publique y répond par une institutionnalisation croissante de la norme participative (Rui, 2004) ainsi qu’une généralisation du débat public au travers de divers dispositifs de concertation visant, du moins dans les discours, à favoriser l’expression des aspirations et intérêts de chacun. En dépit des résistances, l’« impératif participatif » (Blondiaux, Sintomer, 2002) s’impose peu à peu aux responsables politiques et questionne la manière traditionnelle, fondée sur la légitimité élective, de concevoir l’action publique. Il faut alors souligner que la prise en charge de la question participative ressort principalement des gouvernements locaux parce que ceux-ci suggèrent une meilleure prise en compte des besoins et réalités spécifiques aux territoires (Hulbert, 2009). Dans un contexte de crise de la représentation politique, la démocratie de proximité est alors invoquée pour refonder le lien entre élus et citoyens et assurer une meilleure gestion des affaires municipales (Le Bart, Lefebvre, 2005). Les pouvoirs publics sont d’autant plus enclins à adopter cette rhétorique participative que les territoires deviennent de plus en plus complexes à gérer (Le Galès, 1995), qu’ils subissent des transformations majeures, dont l’étalement urbain et l’inégalité sociale et spatiale sont les plus patentes, et que leur gestion nécessite la mise en place de nouvelles formes de gouvernance et de coopération (Stoker, 2005 ; Jouve, 2005). L’objectif de faire de la ville un « acteur collectif » requiert alors des pouvoirs publics une capacité à entrer en dialogue et à susciter le partenariat avec les acteurs de la société civile.

  • 12 La loi relative à la démocratie de proximité (2002), dite loi Vaillant, rend obligatoire le recours (...)

21À son arrivée au pouvoir municipal, Alain Juppé affirme une volonté de se rapprocher des Bordelais par la mise en place de nouvelles modalités de dialogue. Dès 1995, Il instaure, à cet effet, des conseils dans chacun des quartiers, sans avoir attendu, comme l’édile aime à le rappeler, que la loi de 200212 sur la démocratie de proximité ne l’y contraigne, il crée des commissions extra-municipales : jeunesse, diversité, vie associative, et systématise les réunions de concertation sur les grands chantiers dans le cadre du projet urbain. Ambitieux et complexe, le projet urbain nécessite une démarche de consultation publique qui consiste autant à interroger les habitants sur ce qui constitue à leurs yeux des éléments essentiels de leur cadre de vie, et que la ville d’efforcera de préserver, qu’à opérer une approche communicationnelle visant à rassurer et surtout à faciliter l’acceptation des transformations urbaines.

  • 13 Document interne, mairie de Bordeaux.
  • 14 Entretien réalisé le 29 septembre 2011.
  • 15 Commentaires d’habitants relevés sur le site : http://jeparticipe.bordeaux.fr
  • 16 Entretien réalisé le 18 juillet 2011.
  • 17 Entretien réalisé le 7 juin 2011.
  • 18 Entretien réalisé le 7 juin 2011.

22Selon la méthodologie de concertation formalisée et animée par la Direction de l’aménagement, les habitants sont informés soit directement sur la base des listes détenues par les conseils de quartier ou la Direction de l’aménagement, soit indirectement par le biais de la lettre d’information de la mairie, de la tenue de réunions publiques concernant le projet d’aménagement affectant leur quartier. Ils sont conviés, en règle générale, pour une série de trois ou quatre rencontres, à s’informer du projet et à formuler leurs attentes au travers d’un échange avec l’animateur de chaque table ronde. Celui-ci est chargé de « recueillir les attentes et identifier les fondamentaux à respecter pour le projet d’aménagement »13. Les participants de ces réunions ont une connaissance faible du projet, puisqu’une présentation leur en est faite le jour de la concertation, par les responsables municipaux, plus rarement en présence des architectes. Ils ne disposent pas des documents techniques ni d’éléments qui leur permettraient d’opposer au projet des arguments critiques. Les objectifs de la concertation ne sont en outre guère affirmés et les personnes présentes à ces réunions sont souvent bien incapables de dire pourquoi elles sont réunies, au-delà d’une vague invitation à venir discuter du quartier. Une photographe invitée à suivre la concertation pour le projet urbain du quartier Belcier, témoigne en ce sens : « Les gens allaient à ces concertations mais on ne savait pas pourquoi. On ne connaissait pas le cadre »14. Guère en capacité de peser sur la décision publique, les personnes se contentent, faute de mieux, de saisir l’offre de participation qui leur est faite, même si elles souhaiteraient « être consultées plus sur le fond que sur la forme »15. En réalité, les consultations publiques à Bordeaux servent avant tout le projet de ville. Il s’agit, comme le présente avec pragmatisme la directrice de l’aménagement, « que les gens nous disent “On veut des voisins” »16. La stratégie de la ville, pour assurer le maintien de son poids démographique et donc politique dans l’agglomération, consiste à accueillir 100 000 nouveaux habitants, à l’horizon 2030. Afin de remplir l’objectif, il faut, explique une urbaniste de la mairie, « un désir de ville, un désir de vivre en ville »17. Dans cette perspective, la participation des habitants constitue un instrument essentiel du jeu de négociation auquel se livrent les collectivités territoriales. La municipalité recourt à la concertation pour mettre sur l’agenda politique intercommunal des projets de réhabilitation ou d’aménagement qu’elle ne peut entreprendre sans l’aval de la communauté urbaine, seule entité administrative compétente en matière d’urbanisme. La concertation permet alors de recueillir l’expression habitante et d’identifier les éléments du paysage urbain qui constituent des marqueurs identitaires pour le quartier. Le discours politique va ensuite s’appuyer sur ces « fondamentaux » porteurs de sens pour les habitants afin d’instituer le territoire en projet : « Ces fondamentaux vont porter le projet, lui donner un peu de sa substance et surtout permettre au maire de se saisir de ce discours de terrain pour aller le porter en disant “il y a besoin d’un projet urbain, les habitants sont en attente”, et on l’inscrit ensuite dans un dispositif traditionnel de projets, et comme c’est la communauté urbaine qui a la compétence, la communauté urbaine va alors nommer le territoire de projet »18. La concertation ainsi instrumentalisée sert à positionner le quartier comme un enjeu d’aménagement territorial.

  • 19 Ibid.

23L’identification de marqueurs identitaires vise également à préserver le quartier de l’appétence des promoteurs. Parce que la ville a peu d’emprise sur le foncier dont elle n’est pas propriétaire, elle se trouve contrainte à pratiquer « un urbanisme de plus en plus négocié »19. La pression aménageuse l’oblige à se saisir voire à « inventer » des éléments du patrimoine urbain, et à les mobiliser comme modes d’échange, avec les habitants afin de les rassurer sur les transformations futures, et avec les promoteurs qui obtiennent en contrepartie de leur conservation un accès au projet urbain. Ces « fondamentaux » territoriaux sont alors doublement mobilisés, à la fois pour instituer le territoire et préserver son intégrité architecturale et culturelle.

24Néanmoins, les profondes mutations urbaines à venir, les nouvelles polarités qui se dessinent et qui bouleverseront les rapports spatiaux dans la ville, la requalification des quartiers populaires qui engendrera immanquablement un processus de gentrification, l’embellissement de la ville qui en même temps qu’il améliore la qualité du cadre de vie accélère la touristification de ses espaces, ne constituent pas les sujets de concertation avec les habitants sur l’avenir de leur quartier. On observe, en effet, un phénomène d’hyper-territorialisation de la participation, laquelle se concentre sur le projet et le territoire concerné, alors même que toute mutation urbaine doit être pensée et discutée en lien avec les différents « morceaux » de ville. Le confinement de la participation citoyenne à une approche micro-locale constitue alors plus qu’un frein, un prétexte pour spatialiser les enjeux et éviter ainsi d’aborder les vraies questions, à savoir, quelle ville les citadins souhaitent-ils construire, par quels procédés participatifs et selon quelles valeurs et projets collectifs. La démocratie participative orchestrée par le pouvoir municipal semble alors obéir à une logique de légitimation de la décision publique et peut même apparaître comme un exercice de communication politique.

25Les ambitions du projet urbain bordelais révèlent la difficulté des pouvoirs publics à appréhender les mutations culturelles et urbaines contemporaines. Le processus de subjectivation propre à la société contemporaine ne marque pas seulement les comportements et les normes des acteurs, il influe également sur leurs choix culturels (Galland, 2003). Les individus ne veulent plus se laisser imposer des projets qui ont un impact sur leur vie. Ils s’opposent aux codes culturels institués ou normés et s’efforcent de contrôler la production du sens de leurs actions à travers l’élaboration de formes esthétiques. Ces expressions et productions culturelles, issues de situations d’interaction particulières (Henry, 2002), souvent en lien avec l’espace de vie des habitants doivent être l’occasion d’un nouveau type de partenariat entre les citoyens et les acteurs politico-administratifs, qui viserait à intégrer ces projets participatifs au projet de territoire (Bordeaux, Liot, 2012).

Le quartier comme espace d’appartenance et de productions culturelles

26L’espace urbain est « l’objet d’une structuration sociale, politique et idéologique » (Di Méo, 2007). Mais l’espace urbain n’est pas seulement une production instituée par un ordre politique et idéologique, car « tout structuré, tout architecturé soit-il, [il] n’est rien sans l’adoption par les individus de codes d’usage et de pratiques d’interaction sociale spécifiques, éminemment symboliques » (Debarbieux, 2001). Ainsi, aux côtés de la ville en projet, ambitieuse et pragmatique, existe une ville locale, faite d’ancrages affectifs, de trajectoires sensibles et d’espaces de pratiques électives.

27Alors que pour la municipalité le quartier est appréhendé comme un vecteur d’attractivité dans le projet de renouvellement urbain et son identité construite à partir d’éléments architecturaux, il constitue pour les habitants « un espace pratiqué » et perçu, un objet de représentations et d’investissement affectif qui ne se concrétise que par le sentiment d’appartenance qu’il induit (Chalas, 1995). Dans ce processus, la culture, mobilisée à la fois dans ses dimensions anthropologique et artistique, constitue le vecteur de construction d’une identité collective et de sa spatialisation. Si l’autorité publique semble avoir compris la nécessité de structurer le territoire sur la base d’un attachement spatial, elle néglige cependant de prendre en compte les dynamiques culturelles et les modes d’organisation existants qui constituent pourtant les facteurs essentiels de cet ancrage territorial.

28Bien que soupçonné par certains d’être « le support d’une puissante mythologie spatiale » (Lévy, Lussault, 2003), le quartier demeure un mode d’inscription spatiale nécessaire à la construction des identités sociales (Vidal et al., 2005), Dans le cas du quartier populaire, il peut être le support d’une puissante idéologie identitaire étayée par les mythes collectifs de la pauvreté et de la lutte sociale.

  • 20 À sa création en 1998, il regroupe le Centre social Bordeaux-nord (CSBN), un café-musique (le Thélo (...)

29Le quartier de Bordeaux-nord, situé entre les Chartrons et les Bassins à flot, présente une identité spécifique liée à une tradition migratoire ancienne. À travers l’épreuve commune de l’exil et de la précarité, se sont forgés des liens de solidarité entre les habitants. Sous l’influence de républicains et anarchistes espagnols, et par la suite, d’associations d’éducation populaire et de syndicats, le quartier s’est doté d’une culture de la revendication qui concourt de nos jours encore à son image contestataire. Le sentiment d’appartenir à un quartier populaire, d’incarner ses valeurs réelles ou supposées d’entraide et de militantisme, opère pour de nombreux habitants comme un signe de distinction. Le stigmate de la pauvreté ainsi retourné constitue un élément central dans la constitution de l’identité collective. Dans la construction identitaire territoriale, les acteurs associatifs jouent un rôle indispensable. Ils concourent à propager la mythologie intégratrice du quartier, son image de tolérance et de convivialité, et contribuent à le matérialiser (Villechaise-Dupont, 2000). L’identité du quartier se manifeste au travers de valeurs et de manières de vivre cette urbanité commune, mais aussi par le biais de pratiques et de productions culturelles. Ainsi, le collectif Bordonor réactive en permanence la symbolique du quartier populaire à travers les nombreuses fêtes de quartier et opérations culturelles qu’il organise. Composé d’acteurs sociaux et culturels du quartier20, le collectif s’est constitué pour développer un projet d’action culturelle territorialisée. Il s’agit d’articuler les logiques culturelles et sociales dans un projet de territoire, avec pour finalité la transformation des rapports de pouvoir. Dans cette perspective, la culture est envisagée comme un moyen de « freiner ou inverser des processus de domination » (Chombart de Lauwe, 1995). À cet effet, le collectif s’efforce de créer un réseau de partenaires culturels, sociaux et éducatifs qui doit lui permettre de mailler le territoire et créer le lien avec les populations. Afin de provoquer la rencontre entre habitants, le collectif a notamment imaginé de mettre en œuvre une sorte de « guérilla culturelle » urbaine. L’intrusion dans l’espace public prend la forme d’« attentats poétiques », performances impromptues organisées en complicité avec des compagnies artistiques, et de « kidnappings culturels » dans lesquels des personnes, choisies au hasard, se laissent volontiers enlever pour assister à un spectacle dont elles ignorent tout. L’action culturelle signe là un geste politique au sens où l’événement incarne une forme d’« attentat symbolique », pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu, cherchant à bousculer l’ordre établi du monde de la culture. Dans la logique de l’éducation populaire, la participation culturelle a, pour le collectif, une visée socialisatrice. Les exclus de la culture qui sont les mêmes que ceux marginalisés dans le débat public sont au cœur des préoccupations du collectif. Il faut alors, comme le formule la directrice du centre social, leur « apprendre à traverser sur le beau tapis ».

  • 21 Soirée festive dans le quartier du Grand-Parc le 29 mai 2012.

30Pour Jane Jacobs, le quartier possède l’aptitude à rassembler des gens ayant un intérêt commun (2012, p. 112). Les rapports entre les personnes s’établissent parce qu’elles partagent des activités communes et, au-delà, un espace de vie, le sentiment d’appartenir à un territoire distinct. Les événements culturels que le collectif Bordonor organise dans l’espace public donnent « du sens aux lieux », car la fête, précise Guy Di Méo (2005) « donne vie au territoire, le matérialise, le concrétise alors qu’il est par essence quelque chose de ressenti, difficilement palpable ». Le collectif use de l’action culturelle comme d’une forme de théâtralisation de l’« être ensemble ». La ritualisation participe de cette « culture affective » nécessaire à l’adhésion des habitants dans le processus d’identification : « l’essence de la vie collective et de l’existence individuelle est théâtrale », affirme Michel Maffesoli (1995). À la fois fonctionnel et symbolique (Jolivet, Léna, 2000), le territoire transparaît dans le projet comme le lieu d’un « nous différencié », informé par des pratiques et une mémoire collective. Dans cette dynamique, la directrice du centre social, appelle les quartiers populaires qui, selon elle, « depuis quelques temps frémissent culturellement », à s’unir pour créer, par le biais de l’action culturelle, « un marquage du territoire »21.

De nouveaux aménageurs pour la ville

31Alors que la municipalité se contente de les interroger sur leurs pratiques urbaines et les renvoie à leur fonction d’usagers du territoire, les habitants de Bordeaux-nord, depuis longtemps engagés dans la valorisation et l’animation de leur cadre de vie, entendent se saisir des enjeux urbains et culturels autrement qu’à travers un savoir d’usage.

32Resté à la marge des grandes opérations urbaines, Bordeaux-nord est devenu un objet de convoitise pour les promoteurs qui se sont emparés des derniers espaces non urbanisés. Dès 2003, des acteurs associatifs et des habitants font le constat partagé d’un déficit d’espaces verts et se mobilisent autour de la reconversion d’une friche paysagère située sur la rue Dupaty.

  • 22 Les « ateliers d’urbanisme utopique » de Bruit du frigo permettent aux habitants de comprendre les (...)
  • 23 Entretien réalisé le 4 novembre 2011.

33Dans une logique d’appropriation spatiale et symbolique, manifestations artistiques et animations diverses se succèdent sur cet espace, afin de réveiller l’imaginaire et le désir collectifs, et marquent l’émergence d’une volonté commune et affirmée auprès des responsables politiques. Un collectif d’associations et d’habitants se constitue alors dans l’objectif d’obtenir la création d’un jardin public. Dans sa démarche, le groupe est appuyé par l’association Bruit du frigo22, composée d’architectes et d’artistes, qui développe une méthode participative et réflexive sur les enjeux urbains dans le cadre d’ateliers d’éducation au cadre de vie. Des allers-retours entre le groupe de travail et la population, lors de réunions publiques et de manifestations culturelles ponctuellement organisées sur la friche, permettent à la fois de partager le fruit des discussions et de maintenir la mobilisation. De ces échanges, il résulte un projet de jardin complexe, à la fois lieu quotidien de détente et de loisirs, laboratoire d’expérimentation artistique et sociale et espace événementiel. Fédéré autour d’une conception originale d’un espace vert multifonctionnel, le collectif est déterminé à « faire bloc » pour mener la négociation avec les pouvoirs publics. Les objectifs et les ressources sont définis et compilés dans une charte qui précise également le rôle du collectif ainsi que les modalités de coopération entre les membres. Chaque décision devra être prise « de la façon la plus collégiale possible » et le principe de l’économie solidaire « une voix, une personne » est rigoureusement appliqué aux structures comme aux habitants composant le groupe. Un fonctionnement basé sur la concertation interne entre les membres et externe avec l’environnement proche servira de ligne de conduite pour les représentants du collectif engagés dans les pourparlers avec la municipalité, les obligeant ainsi à médiatiser l’échange avec les autorités publiques et à faire valider par les participants chacune des décisions. Dès le début de la négociation, la mairie se trouve face à un collectif rassemblé et mobilisé autour d’un programme précis et réfléchi. Le document qui lui est remis est une proposition d’aménagement méthodologiquement élaborée, documentée et argumentée qui annonce les ambitions du collectif et les moyens pour y parvenir. Plus important, la rigueur professionnelle dont s’est entouré le groupe pour légitimer son action lui permet de s’instituer comme un partenaire égal dans la discussion. Ce nouvel acteur, dont l’initiative n’a pas été anticipée, vient alors bousculer le cadre opératoire en provoquant une tension entre les élus favorables à une démarche co-construite avec les habitants et ceux qui y voient un motif de remise en cause de leur légitimité représentative. L’adjointe aux affaires sociales se rappelle qu’« il y avait de multiples personnes, soit dans les services, soit dans les élus qui trouvaient que c’était une idée saugrenue, que les associations impliquées étaient de doux rêveurs, pas des gens sérieux pour créer un jardin »23. Au terme de plusieurs mois de négociation, la municipalité se laisse convaincre de l’intérêt et de la faisabilité du projet, et préempte trois des parcelles sur les quatre constituant l’espace paysager. Le jardin Dupaty dit « Jardin de ta sœur » est inauguré en 2006, le collectif éponyme en obtient la gestion (fig. 2).

Fig. 2 – Le jardin de ta sœur, Bordeaux

Fig. 2 – Le jardin de ta sœur, Bordeaux

Source : Les jardins d‘aujourd’hui/Centre social Bordeaux nord.

34L’action collective a questionné les rapports de pouvoir entre l’institution et la société civile. Le collectif est parvenu à imposer un partage de l’expertise entre techniciens et habitants qui a vu les premiers s’effacer au profit des seconds pour ne plus jouer qu’un rôle d’accompagnement. La démarche a alors induit une approche plus transversale de la gestion du fait urbain et ainsi permis une certaine « transformation des pratiques de production de la ville » (Bacqué, Gauthier, 2011), le service des espaces verts de la ville a depuis intégré dans ses pratiques une nouvelle manière de concevoir un jardin public en concertation avec les habitants. Fort d’avoir été à l’initiative de la mise sur agenda d’un enjeu urbain important, le groupe s’est imposé, face aux représentants politiques, comme un partenaire du projet, en mesure de s’autosaisir d’une problématique urbaine, de l’analyser, d’y apporter des solutions et d’en réaliser la mise en œuvre. Au-delà, les habitants ont montré leur capacité à aborder la gestion urbaine d’une autre manière, dans un projet complexe qui articule enjeux urbanistiques, culturels et sociaux. Le jardin n’est pas seulement un espace de relaxation et de contemplation voué au culte de la nature en ville, il est également un lieu d’expérimentation sociale et de productions culturelles, reflet des usages réels des citadins.

35Toujours au nord de Bordeaux, le quartier du Grand Parc s’inscrit dans la politique de construction des grands ensembles des années 1960, il abrite ainsi la Cité qui regroupe plus de 13 000 habitants. Le quartier fait actuellement l’objet d’une opération de renouvellement urbain, le tramway le dessert déjà, tandis que la Cité sera prochainement réhabilitée. Bien que doté d’une bonne diversité d’équipements dont plusieurs structures sociales et culturelles (centre d’animation, centre social, médiathèque), le territoire manque d’une vie culturelle dynamique. Il possède néanmoins un équipement qui pourrait remplir cette fonction de dynamisation et rendre le quartier plus attractif. Témoin de l’architecture moderniste des années 1960, l’ancienne Salle des fêtes, aujourd’hui abandonnée, constitue un marqueur territorial, au fort potentiel symbolique pour les habitants. Lieu évocateur d’un temps où le quartier attirait les Bordelais et au-delà, à l’occasion notamment de célèbres concerts de rock, la Salle est devenue le support d’une mémoire collective qui participe activement de la construction du territoire. Plus qu’une trace associée aux lieux et aux espaces, la mémoire des villes est, en effet, une mémoire sociale des usages et des pratiques (Didier et al., 2005).

  • 24 Il se compose d’une trentaine de membres : habitants du quartier, représentants de structures socia (...)

36La Salle des fêtes fait donc l’objet, depuis sa fermeture pour des raisons de nuisances sonores, d’attentes et de revendications récurrentes de la part des acteurs associatifs et des habitants (fig. 3). Plusieurs tentatives pour obtenir sa rénovation n’ont pu aboutir pour des raisons diverses liées au coût de l’aménagement, à l’absence de projet viable et surtout au manque de volonté politique. En novembre 2011, à la faveur de la venue sur le quartier de la manifestation d’art contemporain Evento organisée par la municipalité, un collectif d’acteurs sociaux et d’habitants24 est parvenu à générer la mobilisation autour de la réouverture de la salle. Le coup de projecteur assuré par l’événement artistique constitue une opportunité de médiation pour les protagonistes du projet, qui initient un débat public sur la salle des fêtes, son potentiel, sa finalité pour le quartier. Engagé dans une démarche citoyenne et d’éducation populaire, le groupe a pour objectif de fédérer les populations et les acteurs du territoire autour de la création d’un lieu pluridisciplinaire conjuguant finalités artistique et sociale. Il s’est efforcé d’élaborer un projet cohérent en insistant sur l’absence dans le quartier d’un espace culturel qui puisse à la fois répondre aux attentes des habitants en termes de pratiques artistiques et culturelles, et fournir un espace de rencontres et d’échanges pour les nombreuses associations locales. L’équipement a vocation à devenir un cadre de pratiques structurant ainsi qu’un lieu de socialisation au sein duquel « s’expriment et se cristallisent des identités collectives » (Fleury, 2006, p. 90). Présentée comme vecteur de développement et d’épanouissement pour le quartier et ses habitants, le projet Salle des fêtes suscite appropriation et mobilisation collectives.

Fig. 3 – La Salle des fêtes du Grand Parc

Fig. 3 – La Salle des fêtes du Grand Parc

Cliché : Sarah Montero.

37Comme pour le collectif du « Jardin de ta sœur », la reconnaissance du groupe en tant qu’interlocuteur légitime se joue sur le plan de l’expertise. La réussite de la négociation passe par la maîtrise d’un certain nombre de ressources, en particulier techniques. Afin de se doter des compétences nécessaires, le collectif organise des rencontres avec des spécialistes. Des responsables d’équipements culturels sont sollicités pour donner leur avis sur les spécificités de la gestion et de la programmation d’un espace culturel. Un entretien avec l’architecte Pierre Ferret, fils de Claude Ferret l’un des trois architectes de la Salle des fêtes, fournit au collectif des données importantes sur les particularités techniques de la Salle. Les membres eux-mêmes, pour certains compétents sur les questions urbanistiques, dotent le groupe d’un « savoir professionnel » (Nez, Sintomer, 2013). Lorsque la ville instaure un cycle de consultation publique sur le futur aménagement du quartier, le collectif arrive donc « équipé », prêt à affronter le débat public et à discourir à égalité avec les experts. Parce qu’il s’est également préparé aux modalités de l’échange, le groupe parvient à faire entendre sa revendication par le biais d’une infiltration astucieuse de la procédure instituée. Dans la négociation publique, la configuration du lieu du débat n’est pas neutre et pose aux protagonistes une contrainte majeure. La discussion en petits groupes, si elle permet de faciliter la prise de parole individuelle, fragmente, à l’inverse, l’expression collective. Le groupe instaure alors un processus d’infiltration de l’espace de consultation. Ses membres se répartissent sur l’ensemble des tables rondes et s’assurent ainsi de présenter la Salle des fêtes comme un enjeu majeur dans le futur aménagement du quartier. La stratégie de répartition offre au projet de réouverture une visibilité démultipliée, l’importance de la Salle des fêtes va logiquement ressortir de la synthèse des échanges. À l’instar de la mairie qui instrumentalise l’expression habitante dans le projet urbain, le collectif SDF utilise les codes de la procédure de concertation pour servir les intérêts des habitants du quartier.

38Toutefois, ni la vocation pluridisciplinaire et multifonctionnelle de la Salle exigée par le groupe ni sa fonction sur le territoire municipal ne font consensus. Le collectif SDF défend le projet dans sa dimension artistique autant que sociale et souhaite que l’usage de l’équipement dépasse le périmètre du quartier pour rayonner à l’échelle de l’agglomération. Cette initiative correspond à une tendance observée dans les mobilisations urbaines contemporaines, qui consiste à « se réapproprier l’espace urbain immédiat avec des revendications qui s’inscrivent dans des perspectives globales » (Douay, 2012). Alors que le projet urbain apparaît contraint par la dualité localité-universalité (Chadoin et al, 2000), la conception qu’ont les citadins du développement, semble plus facilement s’affranchir des échelles spatiales. Aussi, le confinement territorial de l’action est-il plutôt du fait des pouvoirs publics. La mairie de Bordeaux cherche à réduire le rayonnement de la Salle des fêtes, l’assimilant à un équipement de proximité à connotation socioculturelle. La surdétermination du local dans le processus de concertation publique entérine alors l’assignation spatiale de la Salle. Le paramètre spatial tend, en effet, à être utilisé par l’autorité publique comme un moyen de réduire la portée des initiatives des acteurs sociaux. Néanmoins, le collectif reste mobilisé et s’appuie sur sa nouvelle légitimité pour affirmer sa revendication. Il est parvenu à démontrer la capacité des habitants à s’emparer d’enjeux culturels complexes et à faire aboutir la demande sociale et jouit, grâce à cela, d’une certaine notoriété. Dans un rapport de force démocratique avec les pouvoirs publics, les acteurs affirment leur droit à investir un lieu pour y défendre une certaine conception de la culture et de sa mise en œuvre dans la ville. Ils entendent démontrer que l’espace culturel, situé entre intimité et sociabilité, nécessite des modes de gestion compatibles avec une réelle appropriation par les usagers (Augustin, Lefebvre, 2004). Au cours de la négociation, le collectif va ainsi obtenir de la municipalité une représentation dans le comité de pilotage chargé de choisir l’équipe d’architectes qui rénovera la salle, ainsi qu’au sein du comité technique qui suivra le chantier. Cette position de force va lui permettre de faire valoir son ambition pour la Salle des fêtes qui sera finalement prise en compte dans le projet architectural. Le collectif s’attèle aujourd’hui à penser la question de la gouvernance afin que les habitants soient associés à la gestion du lieu.

39Penser un équipement public, jardin ou espace culturel, pour une diversité d’usages et de fonctions, l’envisager comme un espace de vie communautaire à aménager, gérer et animer, suppose une organisation complexe qui mobilise des savoirs citoyens multiples. Les protagonistes articulent de façon stratégique « la raison ordinaire (savoirs d’usage), l’expertise citoyenne (savoirs professionnels) et le savoir politique (savoirs militants) » (Nez, Sintomer, 2013). Dans une approche réticulaire et solidaire, les acteurs des quartiers populaires ont su rassembler les aptitudes nécessaires à tout projet d’aménagement. Les deux actions collectives ont également induit une certaine modification des rôles institués : de simples spectateurs de la transformation urbaine, les habitants en sont devenus les artisans. S’il est vrai que l’action citoyenne n’inverse pas radicalement les sources du pouvoir dans la politique urbaine (Kosh, 2013), les cas empiriques présentés ici suggèrent que les citadins possèdent un réel pouvoir d’influence, à condition qu’ils se dotent des savoirs nécessaires et s’organisent collectivement pour peser dans la décision (Montero, 2014). La négociation publique offre une opportunité d’apprentissage de techniques collectives qui s’avèrent déterminantes dans la confrontation des légitimités et l’acquisition d’une capacité d’influence. La puissance collective qu’ils symbolisent a permis aux acteurs d’être reconnus et d’agir en groupes de pression en mesure d’imposer leur vision de la gestion urbaine. Le changement de la ville et de ses modes de production passe donc par la création d’un pouvoir collectif sur le processus d’urbanisation (Harvey, 2011, p. 8).

Conclusion

40Les habitants des quartiers populaires expriment et revendiquent une identité collective définie à la fois sur un plan spatial et axiologique, mêlant sentiment d’attachement au quartier, valeurs collectives de solidarité et productions culturelles. Ils opposent à la municipalité pour qui le développement est orienté par des motivations pragmatiques, une vision inclusive et sensible de l’évolution de la ville. L’ordre urbain constitue un objet de négociation et de recomposition par les citadins qui, au-delà d’un accès à des services et des équipements, luttent pour « la conquête et la transformation de l’espace » (Di Méo, 2005). La confrontation pour la définition culturelle du territoire traduit également un effet de tension entre polarités spatiales, la périphérie cherchant à concurrencer le centre (Augustin, Berdoulay, 2000), et à gagner en légitimité. Les habitants des quartiers populaires font preuve d’une importante capacité de mobilisation et d’organisation pour se donner les moyens de « reprendre les clés de la ville ». Ils déploient de réelles aptitudes à penser la ville et mettent en œuvre des « compétences d’édifier » (Choay, 1999) qui n’ont rien à envier aux experts de l’urbain. Dans leur projet pour la ville, la culture s’affirme comme un enjeu démocratique majeur, car vecteur d’identité et d’appartenance. La course au sens et à la production de symboles interrogent alors l’asymétrie entre émetteurs et récepteurs, et révèle le problème du contrôle des espaces d’émission/réception de la culture (Hopenhayn, 2008). Ces mobilisations citadines posent ainsi « la question d’un tournant collaboratif en matière d’urbanisme » (Douay, 2012). Engagement social et participation au projet de développement du territoire apparaissent aujourd’hui comme des réponses possibles à la désaffiliation sociale et partisane ainsi qu’au sentiment de désinscription spatiale généré par la mondialisation.

41Les gouvernements locaux, parce qu’ils promettent une meilleure prise en compte des besoins et réalités spécifiques aux territoires, peuvent apparaître comme l’échelle spatiale en mesure de rapprocher les citoyens des centres de décision. On observe, à l’échelle locale, une progression du dialogue démocratique au travers de la mise en place de nombreux dispositifs participatifs. De même, les maires des grandes agglomérations ont appris à travailler de façon plus partenariale, car ils se trouvent aujourd’hui intégrés dans des réseaux complexes, en lien avec d’autres autorités territoriales (Nicholls, 2005). Si pour de nombreux chercheurs, cette « nouvelle grammaire de l’action publique » (Blondiaux, Sintomer, 2002) ne bouleverse pas l’ordre des légitimités, ni ne remet en cause la démocratie représentative (Blondiaux, 2008 ; Kosh, 2013), l’action citoyenne a des effets réels sur l’action publique. Ces initiatives démontrent que la fabrique de la ville résulte autant « d’injonctions venues “d’en haut” que d’aspirations de citadins ordinaires exprimées “depuis le bas” » (Vidal et al., 2005). De même, soulignent-elles que l’attractivité territoriale ne repose pas simplement sur la valorisation des quartiers et de leurs ressources patrimoniales, quand bien même celles-ci seraient identifiées avec le concours des citadins, mais également et surtout, sur la vitalité et l’inventivité culturelle du territoire et de ses habitants. Il revient alors à la collectivité publique de conduire, à partir de cette créativité, un projet partagé respectueux des identités culturelles, sociales et territoriales. Dans cette perspective, les élus doivent reconnaître aux citadins une double expertise qui combine la faculté de juger des affaires de la cité et la compétence à les conduire en partenariat avec le pouvoir politique.

Haut de page

Bibliographie

Arpaillange C., Augustin J.-P., « Les fêtes dans la politique de la ville : la jeunesse urbaine entre autonomie limitée et émancipation politique ? », Sud-Ouest Européen, n27, 2009, p. 97-108.

Augustin J.-P., Berdoulay V., « Cultures vivantes : variations et créativités culturelles en région », Sud-Ouest Européen, no 8, 2000, p. 1-4.

Augustin J.-P., Lefebvre A., Culture en région, Perspectives territoriales pour la culture, Pessac, MSHA, 2004, 301 p.

Bacqué M.-H., Gauthier M., « Participation, urbanisme et études urbaines », Participations, no 1, 2011, p. 36-66.

Blondiaux L., Le nouvel esprit de la démocratie, Actualité de la démocratie participative, Paris, Seuil, 2008, 112 p.

Blondiaux L., Sintomer Y., « L’impératif délibératif », Politix, vol. 15, no 57, Premier trimestre 2002, p. 17-35.

Bordeaux M.-C., Liot F., « La participation des habitants à la vie artistique et culturelle », L’Observatoire, no 40, été 2012, p. 8-12.

Chadoin O., Godier P., Tapie G., Du politique à l’œuvre : Bilbao, Bordeaux, Bercy, San Sebastian. Systèmes et acteurs des grands projets urbains et architecturaux, La Tour D’aigues, Éditions de l’Aube, 2000, 237 p.

Chalas Y., « Le sentiment d’appartenance », Informations sociales, no 43, 1995, p. 27-36.

Choay F., L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1999, 270 p.

Chombart de Lauwe P.-H. (dir.), Transformations sociales et dynamique culturelle, Paris, Éditions du CNRS, 1981, 299 p.

Didier S., Berry-Chikaoui I., Florin B., Gervais-Lambony P., « Mémoires », in Dorier-apprill E., Gervais-Lambony P. (coor.), Vies citadines, Paris, Belin, 2005, p. 209-231.

Debarbieux B., « L’espace public ou l’heuristique heureuse », in Ghorra-Gobin C. (dir.), Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l’heure globale, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 17-21.

Debarbieux B., « Le lieu, fragment et symbole du territoire », Espaces et sociétés, no 82-83, 1996, p. 13-36.

Di Méo G., « Vivre la ville, vivre Bordeaux », Sud-Ouest Européen, no 22, 2007, p. 1-11.

Di Méo G., « Du village à la planète : les territoires de la fête », Mon Caf’, 29 mai 2005.

Di Méo G., Géographie sociale et territoires, Paris, Éditions Nathan, 1998, 317 p.

Douay N., « L’activisme urbain à Montréal : des luttes urbaines à la revendication d’une ville artistique, durable et collaborative », L’Information géographique, 2012/3 vol. 76, 2012, p. 83-96.

Favory M., « Équipements culturels et dynamiques territoriales à Bordeaux », in Augustin J.-P., Lefebvre A., Perspectives territoriales pour la culture, Pessac, MSHA, 2004, p. 93-106.

Fleury L., Sociologie de la culture et des pratiques culturelles, Paris, Armand Colin, 2006, 127 p.

Galland O., « Individualisation des mœurs et choix culturels », in Donnat O., Tolila P., (dir.), Le(s) public(s) de la culture, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 87-100.

Greffe X., Le développement local, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube, 2002, 198 p.

Guinchard C., « Contre la pauvreté et la lutte des places : les pratiques de résistance des musiciens amateurs issus des quartiers d’exil » in Métral J. (coor.), Cultures en ville ou de l’art et du citadin, Paris, Éditions de l’Aube, 2000, p. 69-85.

Harvey D., Le capitalisme contre le droit à la ville, Paris, Éditions Amsterdam, 2011, 93 p.

Henry P., « Arts théâtraux : des projets pour d’autres rapports à l’art et aux populations ? », in Donnat O., Tolila P. (dir.), Le(s) public(s), Presses de Sciences Po, 2003, vol. II (cédérom), p. 195-202.

Hulbert F., « L’espace politique de la ville : plaidoyer pour une géopolitique urbaine », L’Espace Politique, no 8, février 2009,

Jacobs J., Déclin et survie des grandes villes américaines, Marseille, Éditions Parenthèses, 2012, [1961], 411 p.

Jolivet M.-J., Léna P., « Des territoires aux identités », in Jolivet M.-J. (dir.), Logiques identitaires, logiques territoriales, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube, 2000, p. 5-16.

Jouve B., « La démocratie en métropoles : gouvernance, participation et citoyenneté », Revue française de science politique, vol. 55, no 2, 2005, p. 317-337.

Koch P., « Bringing Power Back In: Collective and Distributive Forms of Power in Public Participation », Urban Studies, novembre 2013, vol. 50, p. 2 976-2 992.

Landel P.-A., Pecqueur B., « La culture comme ressource territoriale spécifique », Administration et politique : une pensée critique sans frontières. Dialogue avec et autour de Jean-Jacques Gleizal, Centre d’Études et de Recherche sur le Droit, l’Histoire et l’Administration Publique (Éd.), 2009, p. 181-192.

Laperrière H., « Lecture culturelle d’un paysage urbain : éléments de méthode tirés du cas montréalais », in Augustin J.-P., Latouche D., Lieux culturels et contextes de villes, Pessac, MSHA, 1998, p. 113-135.

Latouche D., « Les territoires encore incertains des arts et de la culture », in Augustin J.-P., Lefevbre A. (dir.), Perspectives territoriales pour la culture, Pessac, MSHA, (2004), p. 279-292.

Lefebvre R., « La proximité à distance. Typologie des interactions élus-citoyens », in Le Bart C., Lefebvre R. (dir.), La Proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 103-127.

Le Galès P., « Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine », Revue française de science politiques, 45e année, no 1, 1995, p. 57-95.

Lévy J., Lussault M., Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, 1 033 p.

Maffesoli M. « Le social à l’épreuve du ludique », Informations sociales, no 44, 1995, p. 99-107.

Maillard J., Le Coq S., Blanc M., Chaudoir P., Culture et politique de la ville : une évaluation, La Tour D’aigues, Éditions de l’Aube, 2004, 204 p.

Milliot V., « Culture, cultures et redéfinition de l’espace commun : approche anthropologique des déclinaisons contemporaines de l’action culturelle », in Métral J. (coor.), Cultures en ville ou de l’art et du citadin, Paris, Éditions de l’Aube, 2000, p. 143-168.

Montero S., « Le rôle d’acteurs associatifs dans la constitution d’espaces publics d’émancipation et de politisation citoyennes, Études de cas Bordeaux/Québec », in Greffier L. (dir.), Animation et Capacitation : des acteurs se mobilisent, visées internationales, Bordeaux, Carrières Sociales Éditions, (à paraître).

Montero S., Participation citoyenne et développement culturel : référentiels d’action à Bordeaux et à Québec, Thèse de doctorat en géographie sociale, Université Bordeaux Montaigne, sous la dir. de Augustin J.-P., 2013, 432 p.

Nez H., Sintomer Y., « Qualifier les savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif : un enjeu scientifique et politique », in Deboulet A., Nez H. (dir.), Savoirs citoyens et démocratie urbaine, Presses Universitaires de Rennes, 2013, p. 29-37.

Nicholls W., « Power and governance: metropolitan governance in France », Urban Studies, 42(4), 2005, p. 783-800.

Rui S., La démocratie en débat. Les citoyens face à l’action publique, Paris, Armand Colin, 2004, 264 p.

Saez G. « La politique culturelle des villes », in Saez G. (dir.), Institutions et vie culturelles, Paris, La Documentation française, 1996, p. 44-49.

Scott A. J., « L’économie culturelle des villes », Géographie, Économie, Société, vol. 1, no 1, 1999, p. 25-47.

Stoker G., « The New Art of Governance for Cities and Regions », Conférence Governance for the City of the Future, Valence, 28/29 Novembre 2005.

Taliano-Des-Garets F., Les métropoles régionales et la culture : 1945-2000, Paris, La Documentation française, 2000, 304 p.

Vidal D., Bénit C., Gervais-Lambony P., « Mobiliser », in Dorier-Apprill E., Gervais-Lambony P. (coor.), Vies citadines, Paris, Belin, 2005, p. 39-58.

Haut de page

Notes

1 Entretien réalisé le 6 décembre 2011.

2 Ibid.

3 Entretien réalisé le 6 décembre 2011.

4 Entretien réalisé le 4 novembre 2011.

5 Entretien réalisé le 18 juillet 2011.

6 Ibid.

7 Op. cit.

8 Interview d’Alain Juppé, magazine Spirit, n77, décembre-janvier 2012.

9 Bacalan, Benauge-Bastide, Chartrons-St Louis, Grand-parc, Les Aubiers, St Jean-Belcier-Carle Vernet, St Michel.

10 Entretien réalisé le 13 mars 2012.

11 Entretien avec l’adjoint à la culture de Bordeaux le 6 décembre 2011.

12 La loi relative à la démocratie de proximité (2002), dite loi Vaillant, rend obligatoire le recours aux conseils de quartier dans les villes de plus de 80 000 habitants.

13 Document interne, mairie de Bordeaux.

14 Entretien réalisé le 29 septembre 2011.

15 Commentaires d’habitants relevés sur le site : http://jeparticipe.bordeaux.fr

16 Entretien réalisé le 18 juillet 2011.

17 Entretien réalisé le 7 juin 2011.

18 Entretien réalisé le 7 juin 2011.

19 Ibid.

20 À sa création en 1998, il regroupe le Centre social Bordeaux-nord (CSBN), un café-musique (le Thélonious) et deux théâtres (La Boîte à Jouer et Le Glob).

21 Soirée festive dans le quartier du Grand-Parc le 29 mai 2012.

22 Les « ateliers d’urbanisme utopique » de Bruit du frigo permettent aux habitants de comprendre les enjeux urbanistiques de leur quartier et de faire des propositions d’aménagement : http://www.bruitdufrigo.com/

23 Entretien réalisé le 4 novembre 2011.

24 Il se compose d’une trentaine de membres : habitants du quartier, représentants de structures sociales locales (centre social et centre d’animation), d’institutions culturelles (bibliothèque du quartier), d’associations culturelles et éducatives.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Bordeaux en projets
Légende Source : Insee - Réalisation : Sarah Montero.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1640/img-1.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Fig. 2 – Le jardin de ta sœur, Bordeaux
Crédits Source : Les jardins d‘aujourd’hui/Centre social Bordeaux nord.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1640/img-2.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Fig. 3 – La Salle des fêtes du Grand Parc
Crédits Cliché : Sarah Montero.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1640/img-3.png
Fichier image/png, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Montero, « Dissonance et conflictualité entre projet urbain et projets d’habitants pour l’aménagement culturel de Bordeaux », Sud-Ouest européen, 38 | 2014, 121-135.

Référence électronique

Sarah Montero, « Dissonance et conflictualité entre projet urbain et projets d’habitants pour l’aménagement culturel de Bordeaux », Sud-Ouest européen [En ligne], 38 | 2014, mis en ligne le 18 mars 2016, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/soe/1640 ; DOI : 10.4000/soe.1640

Haut de page

Auteur

Sarah Montero

Docteur en géographie sociale, UMR ADESS-CNRS, Université Bordeaux Montaigne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals