Navigation – Plan du site
Varia

Événements touristiques et mises en scène du fleuve urbain. Regards croisés : la promenade Champlain (Québec) et le Parc fluvial (Saragosse)

Touristic events and the staging of urban rivers- examining the Champlain Parade in Quebec city and the Fluvial Park in Zaragoza
Eventos turísticos y puesta en escena del río urbano
Sylvie Clarimont et Sylvie Miaux
p. 137-153

Résumés

L’événement touristique permet de renforcer l’attractivité d’une destination et d’accroître sa notoriété. Il est également un levier du projet urbain. Dans les villes fluviales, il accompagne souvent la reconquête des berges. Les espaces deviennent des lieux de mise en scène : le fleuve y sert à la fois de décor et de trame narrative. En 2008, Saragosse et Québec ont chacune fêté un événement : respectivement une exposition internationale et le 400e anniversaire de sa fondation. L’article se propose de s’interroger sur le sens des aménagements fluviaux mis en place à la faveur de ces événements et sur leur portée. Entre distinction et standardisation, où se situent les programmes de valorisation des espaces fluviaux de Saragosse et Québec ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La municipalité de Québec compte, au 1er juillet 2011, 517 141 habitants tandis que dans la région (...)

1Cet article se propose d’explorer le processus de patrimonialisation des espaces fluviaux mis en œuvre à la faveur d’un événement touristique à Saragosse (Espagne) et à Québec (Canada). Bien que très différentes, ces deux villes présentent néanmoins quelques caractéristiques communes : elles assument toutes deux une fonction administrative importante en tant que capitales régionales dans des États très décentralisés ; elles disposent d’un poids démographique comparable1 et elles sont traversées chacune par un fleuve, l’Èbre et le Saint-Laurent qui ont contribué et contribuent encore très largement à modeler leur image. La célébration, en 2008, dans ces deux villes, d’un événement majeur mettant en avant la thématique de l’eau, a permis la concrétisation de projets plus anciens de reconquête des espaces fluviaux visant à créer de nouveaux espaces publics riverains de l’Èbre et du Saint-Laurent, censés contribuer à une amélioration de la qualité de vie des habitants et à un renforcement de l’attractivité touristique de ces cités fluviales. Ces événements thématisés devaient contribuer à la construction d’une nouvelle offre touristique autour du fleuve, d’un fleuve ordonné, aménagé, mis en lumière dans le cadre d’un récit dont il constituait à la fois le décor et le sujet principal. Nous tenterons ici de cerner le sens et la portée de ces deux événements concomitants, de part et d’autre de l’Atlantique, mais apparemment dépourvus de liens directs, pour tenter de déterminer in fine si la théâtralisation du fleuve urbain aboutit à la singularisation de la destination touristique ou, au contraire, à la reproduction de scénographies similaires en dépit de la distance physique. Entre distinction et standardisation, différenciation et répétition, où se situent les programmes de valorisation des espaces fluviaux traités ici qui, tous deux, souhaitaient distinguer ces capitales régionales ? Pour tenter de répondre à cette question, nous reviendrons dans un premier temps sur l’événement et son lien avec le projet urbain avant de nous attacher, dans un second temps à analyser les aménagements des berges du fleuve et leur mise en scène.

L’événement comme action urbanistique au service d’une attractivité renouvelée

  • 2 Une gradation peut être établie entre ces trois termes : le mot « acontecimiento » est le plus faib (...)
  • 3 Dictionnaires de l’Académie française (XVIIe-XXe siècles). Classiques Garnier : édition numérique.

2Si la langue espagnole est riche de plusieurs mots – « evento », « acontecimiento » et « hito » – pour désigner « ce qui advient » selon la nature, l’ampleur et la portée de la chose2, en français, un seul mot renferme des sens différents. Dans son acception première, le terme « événement » est assez neutre et renvoie simplement à « ce qui arrive, ce qui survient »3, parfois de façon inopinée, inattendue, il est de plus en plus employé, notamment dans le domaine de l’ingénierie touristique, dans un sens quelque peu différent pour désigner la survenue d’un fait important, « extra-ordinaire » c’est en cela qu’il rompt avec le cours routinier des choses. L’événement s’insère dans un temps qui est celui de l’exceptionnalité ; il est censé faire date. L’histoire a d’ailleurs été longtemps considérée comme une discipline privilégiant la figure du héros, du grand homme et les dates jugées décisives. Dans notre société de l’information, les médias opèrent un tri – souvent discutable – entre le banal et le spectaculaire, l’ordinaire et l’extraordinaire. L’événement collectif constitue donc un fait visible, singulier, spatialisé (en ce sens qu’il se situe en un lieu précis, bien identifié), assez spectaculaire pour retenir l’attention des médias et devenir un « fait d’actualité » susceptible d’être commenté par la population. L’événement introduit une rupture et est créateur de nouveauté.

L’événement urbain : un levier du projet urbain

3Dans notre cas, les événements analysés (l’Exposition internationale de 2008 à Saragosse et le 400e anniversaire de la ville de Québec) sont des événements urbains qui visent à accroître l’attractivité de leur ville dans un contexte de concurrence exacerbée entre les territoires, les destinations touristiques qui cherchent à se singulariser. L’organisation de grands événements médiatiques (Jeux olympiques, Coupe du monde de football…) appelés aussi méga-événements (Hiller, 2000) donne parfois lieu à une compétition acharnée entre des villes espérant, en contrepartie des efforts financiers consentis, de substantielles retombées publicitaires et économiques à long terme : « la concurrence entre les villes et les territoires s’est ainsi farouchement exprimée par l’intermédiaire de projets à haute valeur ajoutée et à fort potentiel d’image, censés apporter aux villes renommée, supplément d’âme et impact médiatique » (Gravari-Barbas et al, 2007). La course à l’événement est telle que certains auteurs ont pu parler de l’émergence, à partir des années 1980, d’une « ville événementielle » caractérisée par la recherche d’un positionnement comme ville « porteuse d’un projet urbain spécifique et actrice dans une concurrence inter-métropolitaine » (Chaudoir, 2007). L’événement est prétexte à un profond remaniement du tissu urbain. Ainsi, à Barcelone, la préparation des JO de 1992 d’abord, puis la célébration du Forum des cultures, en 2004, ont induit la transformation de quartiers portuaires et industriels en difficultés pour en faire de nouveaux lieux de centralités dévolus aux activités tertiaires supérieures et désormais habités par des populations aisées (Clarimont, Vlès, 2010). D’autres villes portuaires méditerranéennes ont adopté des stratégies similaires (Rodrigues-Malta, 2004). À Gênes, plusieurs événements (Expo 1992, sommet du G8 et Genova, en 2004) organisés dans le centre historique et aux abords du vieux port ont permis de remodeler ces quartiers anciens (Gravari-Barbas, Jacquot, 2007). À Séville et à Lisbonne, les berges fluviales du Guadalquivir pour l’une, du Tage pour l’autre, ont été profondément transformées à la suite des expositions universelles de 1992 (Séville) et de 1998 (Lisbonne) (Castet, 2010). En cela, Québec et Saragosse ne sont ni des cas uniques, ni des villes pionnières. Elles s’inscrivent dans la lignée de nombreuses villes ayant mis à profit l’événement pour se transformer.

4Outils de promotion, leviers pour d’importantes opérations de requalification urbaine, ces grands événements sont très différents des rituels festifs, coutumiers et répétitifs, souvent hérités du passé, qui scandent le calendrier culturel des cités de toute taille (fêtes patronales, fêtes religieuses, carnaval…). Prévus assez longtemps à l’avance, soigneusement préparés, ils se veulent non reproductibles, singuliers et uniques et doivent permettre à la ville de se distinguer. Ils s’inscrivent donc dans un rapport au temps particulier et mobilisent de nombreux acteurs dont les décideurs politiques qui vont y puiser une source nouvelle de légitimation de leur action. À Saragosse comme à Québec, l’événement, célébré en 2008, a fait date d’abord parce qu’il était censé renouer les fils du passé, ensuite parce qu’il a induit une transformation, plus ou moins profonde, du tissu urbain, enfin parce qu’il plaçait le renouvellement de l’expérience de visite au cœur du projet. À Québec, il s’agissait de célébrer la date anniversaire de la fondation de la ville par Samuel de Champlain, en 1608. À Saragosse, bien que l’événement ait pris ensuite une autre dimension, il était initialement prévu de commémorer les sièges de Saragosse par les troupes napoléoniennes, en 1808. Dans les deux cas, la commémoration avait pour but de rappeler un épisode majeur de l’histoire de la ville. Elle s’inscrivait également dans un projet politique plus global de revalorisation de berges fluviales en déshérence et a été saisi comme l’occasion d’appuyer le développement du projet urbain. Ici comme ailleurs, les événements ont aussi été des facilitateurs de projets à venir (Hugues, 1999). Malgré les différences d’échelle d’intervention – échelle de la ville pour Saragosse, échelle plus micro pour Québec – l’événement a suscité une réflexion sur l’aménagement urbain et son devenir. Dans les deux cas, la reconquête des espaces fluviaux semble inaugurer un nouveau temps du projet urbain.

L’Expo 2008 : « Un événement pour transformer [durablement] Saragosse »

« Le Plan d’accompagnement n’est pas celui dont on parle dans ce livre mais c’est bel et bien l’Exposition internationale de Saragosse 2008 elle-même. Ce plan ambitieux est, en réalité, un instrument de la transformation de la capitale aragonaise, conçu avant d’obtenir l’Exposition, qui a pu devenir réalité et dans un délai inimaginable, grâce à elle. » (Jerónimo Blasco, Directeur du Consortium Zaragoza Expo 2008)

5Inspirés par la réussite de l’Exposition universelle de Séville et des Jeux Olympiques de Barcelone, les responsables politiques aragonais envisagent, dès les années 1990, l’organisation d’un événement comparable, à Saragosse afin que, selon les mots de Juan Alberto Belloch, maire depuis 2003, celle-ci « cesse d’être un point de passage entre Barcelone et Madrid pour devenir un lieu de rencontre international » (Serrano Sanz, 2009, prologue). Ville du nord et de l’intérieur ne correspondant pas à l’Espagne « typique », ville éloignée des grands pôles touristiques espagnols, Saragosse souffre d’un déficit de notoriété internationale. Elle est toutefois connue, en Espagne et dans le monde ibérique, comme un lieu de pèlerinage important dédié à la célébration de la Vierge du Pilar et qui attire, tous les ans, en octobre, de nombreux fidèles. L’organisation d’un grand événement, l’Expo 2008, a constitué, pour les autorités municipales de Saragosse, une opportunité à plus d’un titre : elle a permis de renouveler les bases de l’attractivité touristique de leur ville en renforçant sa notoriété internationale, de diffuser une nouvelle image de la ville, celle d’une métropole moderne, engagée dans une dynamique de développement durable et préoccupée du devenir d’une ressource rare et indispensable à la vie, l’eau (thème de l’exposition) ; elle a aussi été prétexte à repenser totalement l’aménagement de la ville ; elle a enfin permis d’obtenir, de l’État, des financements exceptionnels mis au service de la création et de la modernisation des équipements publics.

Une agora festive sur l’eau et le développement durable

  • 4 Le BIE est une organisation internationale dont le siège est à Paris. Il a pour mission « d’assurer (...)
  • 5 Site officiel du BIE : http://www.bie-paris.org/site/fr/ [consulté le 23/04/2012]

6L’Expo 2008 est la 4e exposition organisée à Saragosse (après celles de 1868, 1885 et 1908) et tire une partie de sa légitimité de cette continuité historique. Elle a été organisée sous les auspices du BIE (Bureau international des expositions)4 et dans le respect de la réglementation de celui-ci. C’est une exposition internationale et non une exposition universelle. Type d’exposition intermédiaire entre deux expositions universelles, l’exposition internationale se caractérise par une durée plus limitée dans le temps (3 mois au lieu de 6), une superficie ne pouvant excéder 25 ha et une thématique plus spécialisée, « reflet d’une préoccupation mondiale ». Les organisateurs construisent les pavillons qui sont mis à disposition des participants durant l’événement et dont la réutilisation doit être anticipée. Une exposition internationale se doit de respecter les valeurs de la convention de 1928 selon laquelle ce type de manifestation doit toujours avoir une finalité pédagogique en « faisant l’inventaire des moyens dont dispose l’homme pour satisfaire les besoins d’une civilisation et faisant ressortir dans une ou plusieurs branches de l’activité humaine les progrès réalisés ou les perspectives d’avenir » (article 1 de la convention). Les expositions représentent donc des agoras festives à vocation pédagogique censées édifier le public et contribuer au progrès de l’humanité : « laboratoire d’idées, elles offrent les moyens de réflexion et d’action autour du développement durable »5.

  • 6 « En el mapa mental de la ciudad, el meandro de Ranillas no era nada, el último rincón del mundo » (...)

7L’Exposition internationale de Saragosse s’est déroulée du 14 juin au 14 septembre 2008. Elle a accueilli une centaine de participants (pays, organisations internationales et ONG) et près de 5,7 millions de visiteurs. Cette exposition était centrée autour du thème de l’eau et du développement durable et visait à faire de la ville une référence mondiale dans ce domaine. La désignation de Saragosse comme siège du secrétariat de la Décennie internationale d’action, « l’eau source de vie (2005-2015) », a d’ailleurs conforté cette image nouvelle de la ville. Cette exposition spécialisée s’est tenue en bordure de l’Èbre, dans le méandre de Ranillas, un espace agricole aux confins de la ville qui, selon Francisco Pellicer, ancien directeur technique du Consortium Expo 2008, « n’était rien dans la carte mentale de la ville, un bout du monde »6.

8Le site est aménagé en un laps de temps très court, entre 2005 et 2008. Il est découpé en trois zones (fig. 1) :

  • le périmètre de l’Exposition à proprement parler, développé sur 25 ha ;

  • le Parc métropolitain de l’eau, parc de loisirs contigu mais beaucoup plus étendu (121 ha) offrant de nombreux espaces ludiques pour les enfants, un centre thermal, plusieurs plages fluviales, un stade d’eaux vives mais aussi un espace dédié à des cultures fruitières et maraîchères irriguées évoquant la huerta traditionnelle ;

  • le parc linéaire aménagé sur chacune des rives de l’Èbre et permettant la connexion entre la ville historique et la zone Expo.

9Dans l’enceinte de l’Exposition, plusieurs pavillons proposaient des expositions thématiques sur l’eau (ressource, usages, paysages…). Par ailleurs, la Tribune de l’eau se voulait un lieu de rencontres et d’échanges scientifiques et citoyens autour de l’eau. La programmation d’un cycle « Cinéma et eau » et la publication d’un ensemble de textes de vulgarisation, « Paroles d’eau », complétaient ce dispositif à visée pédagogique. Événement festif, l’Exposition a aussi donné lieu à de nombreux spectacles souvent en lien avec la thématique de l’eau dont un spectacle nocturne, « Iceberg », destiné à sensibiliser le public à la réalité et aux enjeux du changement climatique. Enfin, l’eau était évoquée à travers un ensemble de créations artistiques disposées dans et au-delà de l’enceinte de l’Exposition, et accompagnant le renouveau urbain des rives de l’Èbre.

Fig. 1 – L’aménagement du méandre de Ranillas et des berges de l’Èbre, en amont du centre historique de Saragosse

Fig. 1 – L’aménagement du méandre de Ranillas et des berges de l’Èbre, en amont du centre historique de Saragosse

L’Expo 2008, « prétexte » à une transformation profonde de la ville

  • 7 Entretien avec Francisco Pellicer, ancien directeur technique du consortium Expo 2008 (Saragosse, 3 (...)

10L’Exposition de 2008 a constitué un événement de portée internationale couronnant deux décennies de réflexion sur la modernisation de la capitale aragonaise. Elle puise ses origines dans les débats autour du devenir de la ville organisés dès les années 1980, au moment de l’adhésion de l’Espagne à la CEE. Saragosse est alors une ville divisée en deux par le fleuve, une ville plus étendue en rive droite qu’en rive gauche, une ville ayant connu une croissance rapide et mal contrôlée au cours du XXe siècle, bref une ville spatialement déséquilibrée et socialement fragmentée. Le fleuve y est oublié et délaissé. Ses rives sont difficiles d’accès, dégradées, utilisées comme décharge ou comme lieu d’exercice d’activités marginales. La population ne s’y rend guère ; le fleuve est devenu invisible. Il s’agissait donc de « transformer le fleuve qui était un vide en un plein »7.

11Le projet d’Exposition est né de la convergence de sensibilités et d’expériences différentes. Ses concepteurs ont indéniablement été influencés par les exemples réussis de requalification de fronts d’eau menés dans différentes villes méditerranéennes. Dans le cadre de la révision du PGOU (Plan General de Ordenación Urbana, équivalent des PLU) apparaît l’idée de constituer un parc urbain linéaire le long de l’Èbre (De la Cal et al, 2003). Ce projet est repris dans la Plan stratégique de Saragosse et de son aire d’influence (1998) qui considère que le parcours urbain de l’Èbre représente un espace de choix pour étendre et moderniser le cœur de la ville en étendant celui-ci pour créer une nouvelle forme de centralité en périphérie mais également pour implanter de nouveaux équipements récréatifs et de loisirs. Dans le même temps, certains directeurs de services ministériels en poste à Saragosse suggèrent qu’il serait peut-être possible d’envisager l’organisation d’un événement de portée internationale susceptible de valoriser l’expérience acquise à Séville et à Barcelone. Cet événement pourrait être l’occasion de célébrer le bicentenaire des sièges de Saragosse par les troupes napoléoniennes et le centenaire de la très réussie exposition de 1908 (Monclús Fraga, 2006). L’idée d’organiser un événement semble faire consensus lors de la campagne pour les élections municipales de 1999 : si la candidate conservatrice, Luisa Fernanda Rudí, envisage la commémoration des Sièges de Saragosse associée au thème de l’Amérique, le candidat socialiste, J.-A. Belloch, personnalité politique d’envergure nationale, ancien ministre, élu secrétaire général du PSOE aragonais en 1998, centre son programme autour d’un Plan de requalification intégrale de l’Èbre assorti d’un projet d’Exposition sur le thème « Villes pour le XXIe siècle ». Le méandre de Ranillas est déjà envisagé comme le lieu d’implantation de l’exposition. Malgré la défaite de J.A. Belloch face à la candidate du Parti populaire, aux élections de 1999, le projet d’Exposition 2008 est repris par une Association culturelle pour la promotion de la candidature de Saragosse (comme siège de l’Expo 2008) qui prend le relai de l’action politique. Elle est composée principalement d’universitaires et de cadres de l’administration qui s’efforcent de convaincre les parlementaires aragonais et les conseillers municipaux de Saragosse de l’intérêt du projet. La maire de Saragosse, Luisa Fernanda Rudí qui, initialement, sans être hostile au principe de la célébration d’un événement, souhaitait plutôt organiser une commémoration des Sitios autour du thème de l’Amérique, se laisse finalement fléchir. Un fragile consensus politique est atteint. À partir de 2000, l’association intégrée dans un Consortium qui va porter officiellement la candidature de Saragosse auprès du BIE, s’efface progressivement. Dans le même temps, la ville de Saragosse commandite un avant-projet de réhabilitation paysagère et environnementale des rives de l’Èbre. La mise en place d’itinéraires piétonniers et cyclables continus aussi bien longitudinalement que transversalement, le développement d’espaces récréatifs et culturels, l’intégration de nouveaux « fronts d’urbanisation » à cet ensemble sont déjà contenus dans l’avant-projet de même qu’un début de réflexion sur le traitement des berges des affluents de l’Èbre (Gállego et Huerva) et du Canal impérial d’Aragon. Les deux projets de requalification des espaces fluviaux et d’Exposition progressent donc à un rythme identique.

12Une fois la reconnaissance du BIE acquise, en décembre 2004, le programme d’actions se divise en deux parties : les interventions dans le périmètre de l’Exposition au sens strict soit 25 hectares du méandre de Ranillas et le Plan d’accompagnement de l’Exposition, finalement plus ambitieux et affectant l’ensemble de l’espace urbain. En un laps de temps très court, la physionomie de la ville est totalement bouleversée, les travaux ne se limitant pas au seul méandre de Ranillas : construction de nouvelles infrastructures de communication (autoroute de ceinture, nouveau terminal aéroportuaire, 22 ponts ou passerelles sur l’Èbre et ses affluents), création de nouveaux espaces verts et d’aires de loisirs, aménagement de promenades, équipement des espaces publics, interventions artistiques le long de l’Èbre… (fig. 1). Le fleuve devient un élément structurant du projet urbain de Saragosse. Comme à Nantes, il apparaît à la fois comme le support du renouveau urbain et un moteur de la construction identitaire de la ville (Chasserieau, 2004).

  • 8 Entretien avec Francisco Pellicer, Saragosse, 31/01/2012.

13L’exposition internationale Saragosse 2008 est prétexte à une action urbanistique d’envergure : « c’est la locomotive d’un train de projets de transformation de la ville »8 ; elle est aussi la vitrine de cette nouvelle Saragosse. L’événement devait permettre de donner à voir au monde une ville réconciliée avec son fleuve et résolument moderne. Il a effectivement contribué à faire de Saragosse une ville plus agréable à vivre et à habiter. Il a permis de doter cette ville dense de nouveaux espaces verts, aisément accessibles et en réseau, support de pratiques récréatives et de mobilités douces. Il a également contribué à l’amélioration des transports en commun avec l’inauguration du tramway. Les habitants de Saragosse, interrogés au cours de l’automne 2013, sur leur perception des transformations de l’espace fluvial, se sont dits très satisfaits. Dans leur grande majorité, ils s’enorgueillissent des transformations urbaines engendrées par l’Expo et de la requalification d’un espace fluvial rendu à ses riverains (Clarimont, Leichnig, 2014).

Le 400e anniversaire de la ville de Québec un événement « pour offrir une cure de jeunesse à la ville »

« la créativité des organisateurs des festivités du 400e qui l’utilisèrent [la ville] comme lieu de transformations et d’appropriations, comme support d’expériences esthétiques et réflexives offertes aux publics. » (Alaïs, 2010, p. 34).

14L’année 2008 fut marquée par la célébration du 400e anniversaire de la ville de Québec. En effet, c’est le 3 juillet 1608 que la ville fut fondée par Samuel de Champlain. Il s’agit de la plus ancienne ville française d’Amérique du Nord. Pour gérer l’organisation des festivités, la Société du 400e de Québec réalisa les productions exclusives du 400e et d’autres projets portés par des partenaires de cet événement y ont été associés. L’envergure des nouvelles infrastructures, l’organisation de différents spectacles, expositions, etc., ont nécessité d’importants investissements provenant des gouvernements québécois et canadien, d’administrations extérieures au Canada telles que les villes françaises de Bordeaux et Paris, jumelées à Québec, mais aussi du gouvernement français. Ceci s’explique par le fait que la célébration des 400 ans de la ville de Québec s’est également tenue dans différentes villes d’Amérique du nord, mais aussi en France, en Belgique, en Italie, en Angleterre et même au Brésil. Cet événement en plus de célébrer l’anniversaire de la ville de Québec offrait une belle occasion de fêter la francophonie.

  • 9 Le fait de céder les plaines d’Abraham n’est pas anodin car ce site a une forte valeur patrimoniale (...)

15Alors que les festivités du 300e anniversaire de Québec avaient concédé les Plaines d’Abraham en 19089, plusieurs aménagements majeurs et durables du parc des Plaines ont été réalisés pour 2008 afin d’accueillir différents événements comme le concert gratuit de Paul MacCartney ou encore celui de Céline Dion. De plus, dans la même idée que le legs des Plaines d’Abraham en 1908, plusieurs ouvrages ont été réalisés dans la ville de Québec comme l’espace 400 (fig. 2) dans le Bassin Louise du port de Québec, érigé en point central des festivités. Différents événements s’y sont succédé (jardins, expositions, etc.) du 3 juin 2008 au 19 octobre 2008 : l’exposition Passagers/Passengers réalisée par Patrice Sauvé mais aussi les jardins éphémères conçus par différents artistes canadiens et internationaux. De plus, un centre de la francophonie des Amériques (fig. 2) a été inauguré dans une ancienne bâtisse réhabilitée dans le vieux Québec. Un autre ouvrage d’importance nous intéresse tout particulièrement : la Promenade Samuel-de-Champlain (réalisée par le consortium Daoust-Lestage inc., Williams Asselin Ackaoui et option aménagement) a été aménagée le long des rives du fleuve Saint-Laurent sur la route verte (fig. 3). L’ensemble de ces ouvrages eut pour effet d’offrir une cure de rajeunissement à Québec tout en réconciliant la ville avec le fleuve. À la différence de Saragosse, Québec n’a pas développé un projet urbain global sur l’ensemble du territoire, la priorité est donnée aux abords du fleuve sur certaines sections. Il s’agit davantage de réhabiliter d’anciennes friches industrielles en espace de loisir, de tourisme qui en plus de redonner accès au fleuve donne une plus value à l’image de la ville. Néanmoins, il ne s’agit pas pour autant d’un projet type Waterfronts tels que développés en Amérique du Nord dans les années 1960, à Boston, à Baltimore (Bruttomesso, 1993 ; Marshall, 2001).

  • 10 « Le concept de ZIP a été élaboré en 1988 par Environnement Canada. À ce zonage à la fois écologiqu (...)

16Le 400e anniversaire de la ville de Québec a permis, entre autres, de concrétiser le projet d’aménagement de la promenade Samuel de Champlain développé depuis 1999 par la Commission de la capitale nationale du Québec. Ce projet avait pour ambition de redonner à la population un accès au fleuve et à ses berges tout en mettant en valeur le paysage fluvial. Cet intérêt est né d’une démarche collective régionale amorcée vers 1993 par le comité ZIP de Québec et de Chaudière Appalaches (Zone d’intervention prioritaire10). Avec la création de la Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ) en 1997, s’amorce une réflexion sur le devenir du boulevard Champlain. L’enjeu majeur du projet qui sera développé dès 1997 est d’inhiber le caractère autoroutier du boulevard en faisant en sorte que celui-ci devienne une voie de circulation à vitesse réduite où la sécurité routière est mise en avant en facilitant l’intégration d’un secteur de promenade pour les piétons et les cyclistes. Quant à l’objectif central du projet, porté par l’urbaniste Serge Filion, directeur de l’aménagement et de l’architecture à la CCNQ, vise à redonner le fleuve aux Québécois. Pour ce faire, le projet, au départ, se voulait une vision d’ensemble sur une zone qui s’étendait sur plus de 12,5 km de long. Ce tronçon était délimité par les ponts de Québec et Pierre-Laporte, à l’ouest, et les installations des traversiers à la place royale, à l’est. L’ampleur du projet, suite aux considérations financières, a été revue à la baisse. Seul un tronçon de 2,7 km a été retenu, situé entre le quai Irving et la côte Sillery. Le coût total de l’intervention s’élevait alors à 70 millions de dollars, legs du gouvernement du Québec à sa capitale.

Fig. 2 – L’espace 400 e et le centre de la Francophonie des Amériques (CFDA), à Québec

Fig. 2 – L’espace 400 e et le centre de la Francophonie des Amériques (CFDA), à Québec

Fig. 3 – La promenade Samuel de Champlain

Fig. 3 – La promenade Samuel de Champlain

Source : Commission de la Capitale Nationale

Le concept d’aménagement : redonner le fleuve aux Québécois

  • 11 Directrice de l’aménagement et de l’architecture, CCNQ.

17Tout d’abord, le projet concentré sur un secteur de la ville (l’arrondissement de Sillery) avait pour objectif de diminuer le caractère autoroutier du Boulevard Champlain, en transformant la voie en route à vocation nationale axée sur le paysage. Cette orientation s’explique par le fait de vouloir aménager une porte d’entrée à la capitale. Comme le signale Nathalie Prud’homme11 : « le défi pour le concepteur en est un d’échelle, un défi axé sur la recherche d’un équilibre raffiné entre les interventions dites micros et macros » (2008, p. 16). En effet, différents espaces ont été travaillés (le boisé de Tequenonday, la promenade avec ses trois stations, la route et son stationnement) en respectant une harmonie paysagère ainsi que patrimoniale (mise en valeur et conservation des différents héritages) et en ayant pour ambition de créer un lieu porteur d’appartenance des Québécois à leur fleuve.

18C’est plus spécifiquement sur l’idée de « génie du lieu » conjuguant : la morphologie du lieu, son interaction avec le fleuve et en tenant compte de l’occupation de ce lieu au fil du temps, que le concept a pris tout son sens. Tout ceci s’est concrétisé en travaillant sur l’ampleur du panorama qu’offre le fleuve à partir de l’aménagement de trois stations ayant chacune une vocation particulière inspirée du « génie du lieu ».

La station des Cageux : porteuse d’histoire et d’appartenance

  • 12 Ce boisé est à la fois remarquable du point de vue de son patrimoine forestier (pin blanc, frêne, é (...)

19Cette station, située à l’extrême ouest de la promenade, a pour vocation de proposer un lieu de rassemblement populaire comprenant différents équipements (un bâtiment d’accueil, d’interprétation et de réception). L’objectif premier de cet espace est de souligner l’histoire du lieu et plus spécifiquement du fleuve. Cet ancien quai industriel où se développait le commerce du bois et de la construction navale jusqu’à leur effondrement (Smith, 2008, p. 54) a été baptisé la station des Cageux en souvenir des travailleurs du bois (qui dirigeaient des radeaux appelés cages ou cageux remplis de billots de bois). C’est pourquoi, l’aménagement de cet espace s’inspire des cages ainsi que des chantiers navals pour la conception des bâtiments comme la Tour de bois de 25 mètres de haut (fig. 4) où les lignes et le revêtement rappellent les empilages de bois (Simard, 2008, p. 16). Cet espace vert de 40 000 m2 bordant le fleuve est connecté à un bassin qui reproduit l’écosystème menacé des marécages du Saint-Laurent tout en valorisant des espèces locales. Cet espace est traversé de ponceaux qui conduisent au sud à un long chemin qui se prolonge vers l’est et, au nord, un escalier et un sentier permettent d’accéder au boisé de Tequenonday qui surplombe la Station des Cageux12.

20Ce sont, au final, deux vocations importantes que donne à voir la station des Cageux avec, d’une part, la tour d’observation et le point de service qui servent d’ancrage à la mémoire du lieu. Ce lieu qui dans un passé récent occupait une place importante dans le quotidien des québécois comme espace économique qui faisait vivre plusieurs familles de la ville. Sans oublier la vue panoramique sur le fleuve et une partie de la ville. D’autre part, c’est aussi un espace de nature, avec le Boisé Tequenonday qui tout en soulignant l’ancienneté de ce lieu, le pose comme un espace de nature célébrant le patrimoine forestier québécois tout en donnant au visiteur de la hauteur pour apprécier le fleuve et l’étendue de la promenade à parcourir. Un recul nécessaire pour apprécier la promenade dans son ensemble, donnant une vue différente de celle de la Tour d’observation des Cageux. On voit à quel point la mise en scène de cet espace est complexe afin d’embrasser les différentes richesses du lieu.

Fig. 4 – La tour d’observation (station des Cageux)

Fig. 4 – La tour d’observation (station des Cageux)

Cliché : S. Miaux, avril 2012.

La station des Sports : un espace récréatif

21Cet espace se démarque des deux autres stations dans la mesure où il a pour unique vocation de proposer à la population un espace dévolu à l’activité physique (terrains de soccer, aire de jeux gazonnée polyvalente, modules de jeux pour les enfants). Autrefois ce site était occupé par des réservoirs d’essence. Le souci de continuité avec le reste des espaces s’est fait en termes de design, dans la mesure où le bâtiment d’accueil a été construit en conservant le même style que celui de la Station des Cageux. L’implantation de cet espace peut sembler incongrue étant donné qu’il ne participe en rien à la mémoire du lieu, à la valorisation du fleuve. Cependant, il donne une vocation supplémentaire à cet espace en offrant une plus grande variété récréative et en donnant la possibilité aux habitants du quartier de bénéficier d’une nouvelle installation sportive. De plus la connexion avec la route verte (piste cyclable) favorise le développement d’un mode de vie actif, un enjeu important du XXIe siècle.

La station des Quais : l’art comme reflet des humeurs du fleuve

22Cette station quant à elle (fig. 5) s’appuie sur l’art afin de mettre en scène le fleuve, notamment ses humeurs ce qui a représenté un véritable défi en termes d’aménagement.

23Avec une superficie deux fois plus importante que la station des Cageux, cette plaine gazonnée est séparée en deux par le boulevard ne permettant pas une continuité totale de cet espace. Visuellement, la continuité est possible. Par contre, la promenade est interrompue par la traversée du boulevard (deux fois deux voies). Cela fait partie des limites du site et du maintien d’une voie importante de circulation. Cette station s’organise autour de quatre jardins thématiques de formes rectangulaires et étroites positionnés à la perpendiculaire du fleuve que nous détaillerons plus loin. Ainsi, cette dernière station partage une vocation artistique et esthétique impliquant la végétation, le tout agencé de façon à mettre en scène les humeurs du fleuve.

Fig. 5 – La station des Quais

Fig. 5 – La station des Quais

Cliché : S. Miaux, avril 2012.

La mise en scène de l’espace fluvial : le fleuve-promenade en miroir

24La mise en scène de l’espace est entendue ici comme « l’agencement des différents éléments urbains (éclairage, mobilier, support d’activité, modes de transport, végétaux, etc.) sur un périmètre délimité en vue de l’organisation d’une représentation » (Pradel, 2007). Cette représentation est prévue en un lieu déterminé dont le choix ne doit rien au hasard et pour une durée limitée (quatre mois dans le cas de l’Expo Saragosse 2008, une année dans le cas du 400e de Québec, même si le cœur des festivités s’est tenu lors de l’été). Cependant, les espaces publics aménagés à la faveur de l’événement ont vocation à rester. Ils ont été aménagés de façon à susciter un imaginaire aquatique en prenant pour trame narrative l’eau ou le fleuve. L’art a également joué un rôle majeur dans la mise en scène du fleuve-promenade.

La trame narrative : l’eau ou le fleuve comme fil d’Ariane

25Que ce soit à Saragosse ou à Québec, les aménageurs et les artistes avaient un défi à relever. Ils devaient créer une trame narrative autour de l’eau et/ou du fleuve. Ainsi, à Saragosse, tous les éléments du décor, qu’il s’agisse du mobilier urbain ou des œuvres d’art réalisées pour l’événement, évoquent l’eau et les milieux aquatiques. Plusieurs des édifices emblématiques de l’Expo font explicitement référence à l’eau : la Tour de l’eau (fig. 6) adopte la forme d’une goutte d’eau ; la lettre A pour Agua s’impose à l’entrée du pont du 3e millénaire (fig. 7) ; le pavillon-pont conçu par l’architecte Zaha Hadid possède une forme légèrement curviligne et un revêtement en acier suggérant par sa forme (écailles des poissons) et sa couleur grise, la faune aquatique (fig. 8). En dehors des éléments monumentaux, la symbolique de l’eau est également soulignée par des éléments de décor plus modestes contribuant à la création d’un univers aquatique, à la fois réel (présence effective du fleuve) et onirique (par la large place laissée à l’imagination). Les jeux de forme (avec le recours permanent à des formes courbes), de couleur (utilisation récurrente de la couleur bleue comme dans le pavage composé de cercles bleus) et/ou de matériaux composent ainsi une ambiance aquatique.

26Concernant la Promenade Samuel de Champlain, la trame narrative centrée sur le fleuve donne à découvrir tant l’histoire que les humeurs du fleuve et ce depuis la station des Cageux qui se situe à l’extrémité ouest de la promenade sans oublier le boisé Tequenonday pour finir par la dernière station centrée sur les humeurs du fleuve. Œuvres d’arts et aménagements paysagers s’entremêlent pour tisser la trame (fig. 9).

Fig. 6 – « L’Âme de l’Èbre », le palais des congrès et en arrière plan, la Tour de l’eau

Fig. 6 – « L’Âme de l’Èbre », le palais des congrès et en arrière plan, la Tour de l’eau

Cliché : S. Clarimont, octobre 2010.

Fig. 7 – Le pont du 3e millénaire, une nouvelle infrastructure routière flanquée de deux couloirs latéraux, protégés du vent et réservés aux cyclistes et piétons

Fig. 7 – Le pont du 3e millénaire, une nouvelle infrastructure routière flanquée de deux couloirs latéraux, protégés du vent et réservés aux cyclistes et piétons

Cliché : S. Clarimont, juin 2014.

Fig. 8 – Le pavillon-pont, espace d’exposition et passerelle piétonne aujourd’hui fermé au public

Fig. 8 – Le pavillon-pont, espace d’exposition et passerelle piétonne aujourd’hui fermé au public

Cliché : S. Clarimont, mai 2014.

Fig. 9 – Une fenêtre sur le fleuve Saint-Laurent

Fig. 9 – Une fenêtre sur le fleuve Saint-Laurent

Cliché : S. Miaux, avril 2012.

L’art public : créateur de lien et/ou d’identité

  • 13  À la faveur de l’Expo, de nombreux ponts et passerelles ont été construits ou aménagés afin de fac (...)

27Si l’architecture et le génie civil ont été convoqués pour tisser du lien entre les deux rives de l’Èbre afin que le fleuve cesse de constituer une coupure au sein du tissu urbain13, l’art a également eu les faveurs de la municipalité de Saragosse, consciente que celui-ci « est germe et puissance de relation » (Barré, 2004, p. 23). L’art public en tant qu’art exposé non dans les musées mais dans l’espace public, à la vue de tous et gratuitement, est souvent envisagé comme un instrument de réappropriation de l’espace urbain par les citadins (Báscones, 2009). Il bénéficie de plus en plus de l’attention des décideurs qui tentent de promouvoir des politiques valorisant l’art comme vecteur de revitalisation urbaine. Le recours à l’art constitue un trait commun de la requalification des berges fluviales engagée à Saragosse et à Québec, conçue à l’occasion d’un événement de portée internationale. À Saragosse, les œuvres de commande réalisées par des artistes de renom (comme le sculpteur Jaume Plensa) sont à distinguer des œuvres réalisées par des artistes moins connus, sélectionnés dans le cadre d’une procédure de concours. Tous les artistes devaient cependant respecter un cahier des charges assez précis leur imposant de s’inscrire dans la thématique de l’eau. Ces commandes ou subventions d’œuvre d’art ne poursuivaient pas un but purement esthétique. Les œuvres devaient aussi contribuer à tisser du lien. La création artistique était appréhendée comme une mise en situation concrète interagissant avec le lieu et susceptible de modifier celui-ci. La thématique unique, centrée sur l’eau, imposée aux aménageurs comme aux artistes visait à créer de l’unité et à homogénéiser un espace fluvial autrefois fragmenté et hétérogène, marginal et disqualifié. Les interventions artistiques ne devaient pas seulement contribuer à valoriser davantage les espaces les plus remarquables du corridor urbain de l’Èbre, elles devaient aussi tisser un lien entre les différentes zones aménagées, introduire de la continuité par-delà les obstacles physiques. L’art était envisagé comme un art contextualisé susceptible d’offrir une solution à des problèmes de suture entre des zones urbaines et des milieux naturels, entre des zones de forte fréquentation et des zones d’usage limité… Si quelques œuvres occupent une place de choix au sein de la zone Expo à l’instar de la sculpture « l’Âme de l’Èbre » de Jaume Plensa située devant le Palais des Congrès (fig. 6), la majorité des interventions artistiques est placée le long des berges, en des lieux parfois inhospitaliers comme la sculpture « The Water Wagon » de l’Atelier Van Lieshout. Cette sculpture représente un char à eau tiré par des personnages évoluant avec difficultés à contre courant, vers l’amont de l’Èbre. Elle suggère l’effort humain et la rareté de l’eau. Elle a été placée sous le pont de l’Almozara, en un lieu inondable et potentiellement marginal, pour connecter les espaces aménagés de part et d’autre du pont (fig. 10). La commande faite à l’artiste était claire : il s’agissait pour lui de concevoir une œuvre capable de résister à l’eau (en cas de submersion temporaire) et à d’éventuels actes de vandalisme (d’où le choix d’un matériel résistant, le bronze, et d’une superficie irrégulière, rugueuse). Support de requalification de berges autrefois dégradées et peu fréquentées, l’installation d’œuvres d’art le long du fleuve a contribué à transformer l’Èbre en un lieu de promenade, de déambulation, de contemplation, de rencontre et de convivialité. Le fleuve réapproprié, sécurisé et aménagé devient une « nouvelle rue de la ville » :

« […] la qualification des espaces publics de ce grand parc fluvial peut être amplifiée grâce à l’insertion d’œuvres d’art sur ses rives. Ainsi, le fleuve pourra être considéré comme une des rues principales de la ville : en combinant les nouvelles utilisations offertes par les infrastructures et les espaces ouverts remodelés grâce à une série de défis paysagers devant contribuer à la régénération et à la revitalisation de ces endroits » (Pellicer, Monclús, 2008, p. 151).

28Du côté de Québec, la promenade aménagée centrée sur le fleuve, son histoire, ses humeurs même si elle vise à créer une continuité entre le vieux port (à l’est) et la plage Jacques Cartier (à l’ouest) c’est avant tout un moyen de renforcer le sentiment d’appartenance au fleuve, à la culture québécoise. L’art public est ainsi mobilisé pour faciliter l’appropriation du lieu par les habitants (Johnson, 2009). Ainsi, le Quai des hommes vient assoir le lien entre le fleuve et les hommes. Il rappelle la vocation des lieux en évoquant les fascines de la pêche à l’anguille (à partir de l’installation de tiges d’aluminium moulé) et en symbolisant le lien à travers un long trottoir de bois : sobre, solide à la fois lieu de passage et de mémoire. Le parc d’art contemporain quant à lui met en scène à travers une zone verdoyante dont le relief du sol rappelle les vagues du fleuve, différentes œuvres d’art dont la majorité évoque le fleuve comme c’est le cas de l’œuvre d’Hélène Rochette, intitulée « Plonger » (fig. 11). Il s’agit d’une sculpture en aluminium qui propose une forme rappelant l’ondulation des vagues et offrant en son centre, un espace pour venir s’y détendre et contempler le fleuve. D’autres œuvres s’inspirent du vent comme celle du consortium Daoust Lestage, Williams Asselin Ackaoui, Option Aménagement intitulée « structures de vent ». Cette station, dans son ensemble, constitue une véritable narration qui se donne à lire au fil de la promenade à travers les quatre jardins thématiques qui mettent en scène l’histoire des Québécois à travers leur fleuve qui a joué et joue encore un rôle central dans l’organisation du territoire et dans l’identité des québécois.

29Dans le cas de Québec, les œuvres d’art devaient faciliter la réappropriation du fleuve par les habitants. Le projet de promenade visait à tisser un lien de proximité entre les habitants et leur fleuve. Les configurations urbaines étant différentes à Saragosse et à Québec où la ville s’est développée sur une seule rive du fleuve, le Saint Laurent ne constitue pas une frontière entre deux secteurs de la ville rendant la problématique de la relation entre rives moins prégnante.

Fig. 10 – Une œuvre d’art sous un pont, « Water Wagon » (Atelier Van Lieshout)

Fig. 10 – Une œuvre d’art sous un pont, « Water Wagon » (Atelier Van Lieshout)

Cliché : S. Clarimont, mai 2014.

Fig. 11 – « Plonger » d’Hélène Rochette, en bordure du Saint-Laurent

Fig. 11 – « Plonger » d’Hélène Rochette, en bordure du Saint-Laurent

Cliché : S. Miaux, avril 2012.

L’art public, pourvoyeur d’expériences sensibles

30À Saragosse comme à Québec, l’art est mobilisé pour faire vivre une expérience sensible mobilisant les aménités du lieu, du fleuve. À Saragosse, les nouveaux lieux ouverts à la visite sont supposés offrir une expérience sensorielle singulière mobilisant tout autant la vue que l’ouïe grâce à des installations artistiques comme la forêt sonore (fig. 12) ou à de larges échappées permettant de saisir les rumeurs de l’Èbre.

31À Québec, l’introduction de l’art contemporain dans la promenade Champlain donne lieu à une expérience nouvelle, centrée sur les sens. Ainsi, la station des quais propose une lecture du fleuve à travers ses humeurs. Le Quai des brumes évoque les matinées de brouillard par un système diffusant des nappes de brume (comme on peut le voir dans d’autres villes comme Bordeaux, etc.) qui apporte une touche de mystère à cet espace jonché de gros rochers symbolisant les blocs erratiques laissés par les glaciers. Le Quai des vents met en scène cet élément omniprésent sur les rives du fleuve. Pour ce faire, les architectes paysagers ont planté des graminées qui ondulent au gré du vent. De plus, de grandes structures rappellent l’envol des oies blanches en migration (fig. 13). En imitant la nature jusque dans ses bruissements et ses mouvements, l’art prétend susciter sensations et émotions chez le visiteur.

32Enfin, en souvenir des baignades estivales qui ont perdurées jusqu’aux années 1960, une texture de sable a été intégrée. Le quai des flots symbolise la puissance du fleuve mis en scène autour d’une fracture de béton qui sert également de banc et d’escalier ainsi que par la présence de jets d’eau qui jaillissent de plates formes en granite. Diane Simard explique le dispositif lumineux qui y est associé : « Ces murs d’eau s’élèvent et s’illuminent en enfilade du fleuve vers les terres, puis s’éteignent à l’inverse, à l’image du ressac frappant la berge puis se retirant » (Simard, 2008, p. 17).

33Dans les deux cas, à Saragosse et à Québec, l’intervention artistique et architecturale vise donc, de façon générale, à « qualifier » l’espace. Les dispositifs artistiques intégrés au fil de la promenade s’inscrivent dans ce qu’il est convenu d’appeler l’urbanisme sensoriel (Zardini, 2005), donnant ainsi lieu à des espaces conçus à partir de ce qu’ils offrent à sentir et percevoir (Thibaud, 2006). En convoquant l’espace sensible, c’est une nouvelle corporéité de l’espace qui est proposée aux habitants et aux touristes, créant une nouvelle relation au lieu. Celle-ci donne un supplément d’âme et une qualité nouvelle à des espaces jusque-là ordinaires voire délaissés. Par l’esthétisation, des espaces fluviaux longtemps négligés, supports d’activités marginales voire illicites, non-lieux urbains difficiles d’accès, peu sûrs, dégradés (encombrés de détritus, utilisés comme décharges sauvages…) et par là dévalorisés, retrouvent une qualité, sont « requalifiés » : « la promotion d’une nouvelle qualité urbaine et environnementale est à la base de ces œuvres d’art public qui reconnaissent la spécificité des lieux et contribuent à la création d’un nouvel espace public » (Pellicer et al ., 2008, p. 152). Le visiteur y est invité à contempler à la fois le spectacle de la nature en mouvement et celui d’objets naturels transmués par l’artiste.

Fig. 12 – Une œuvre sonore, « The Sonic Forest » (C. Janney)

Fig. 12 – Une œuvre sonore, « The Sonic Forest » (C. Janney)

Cliché : S. Clarimont, octobre 2010.

Fig. 13s – Structures de vents, à Québec

Fig. 13s – Structures de vents, à Québec

Cliché : S. Miaux, avril 2012.

Conclusion : la requalification des berges fluviales entre mimétisme et singularisation

34À Québec comme à Saragosse, la mise en scène et la mise en sens du fleuve, opérées en 2008, ont indéniablement permis de renouer les liens distendus entre la ville et le cours d’eau. Le thème de l’eau, décliné sous des formes diverses (ludiques, artistiques, culturelles, scientifiques…) a fourni la trame narrative de l’œuvre-événement. Le fleuve n’a pas seulement servi de décor de théâtre, il a aussi fourni la chair du récit. Ce récit était, à Saragosse plus qu’à Québec, empreint d’une forte tension dramatique liée à la mise en avant de l’avenir incertain des ressources en eau douce dans des contextes difficiles. Dans les deux villes, la narration a pris différentes formes :

  • Récit spéculaire, à Saragosse, où l’eau est comme un miroir dans lequel se reflète la ville (l’artiste Fernando Sinagua a même imaginé des miroirs verticaux – Pantallas espectrales sobre el Ebro – installés en rive droite de l’Èbre), une vaste étendue réfléchissante renvoyant l’image d’une ville rendue à la nature, d’une ville-nature ;

  • Récit mémoriel, à Québec, où la narration portait sur le fleuve à travers l’histoire et les sens : une expérience qui se vit au rythme du fleuve et de ses humeurs, tout en mettant l’accent sur le patrimoine culturel, industriel qui y est rattaché ;

  • Récit artistique dans les deux cas, le fleuve étant transformé en une sorte de vaste musée à ciel ouvert exposant des œuvres d’art d’accès libre.

  • 14 Saragosse était ainsi candidate à l’organisation d’une Exposition internationale horticole, Expo Pa (...)

35Ces différentes déclinaisons d’une même thématique mettent en évidence la théâtralisation du fleuve urbain qui parfois aboutit à la singularisation de la destination touristique ou, au contraire, à la reproduction de scénographies similaires en dépit de la distance physique. Ainsi le fleuve-miroir mis en scène par l’art à Saragosse, de même que les humeurs du fleuve à Québec marquent la singularité de la trame narrative de chacun des concepts d’aménagement. Par contre, le recours à l’art contemporain, même si les œuvres demeurent singulières, s’inscrit dans une reproduction. Certains mobiliers ou dispositifs utilisés, à Québec comme à Saragosse, semblent avoir été inspirés d’aménagements développés ailleurs comme ceux de la Rambla del mar, à Barcelone (disposition des sièges vers différentes directions pour observer le fleuve, le paysage) ou des quais de Bordeaux (utilisation d’un dispositif identique pour créer une atmosphère de brume). Enfin, le fait que ces deux villes aient profité de la tenue d’événements de renommée internationale marque une similitude dans la façon de reconquérir les berges du fleuve et de recréer un sentiment d’appartenance pour les résidents et une destination privilégiée pour les touristes en quête de sites remarquables et d’expériences mémorables. Il interroge cependant sur la capacité de l’événement à faire date14 tant les villes sont parfois tentées par une course à l’événement conjuguant mimétisme et amnésie.

Haut de page

Bibliographie

Alais S., « Un événement “le 400e anniversaire de la fondation de Québec” : intermédialité et muséalité dans l’espace public », Rabaska : revue d’ethnologie de l’Amérique française, no 8, 2010, p. 29-42.

Báscones P., « El arte público como agente de revitalización urbana mediante la participación ciudadana » in Fernández B., Lorente J.-P. (éd.), Arte en el espacio publico : barrios artísticos y revitalización urbana, Prensas Universitarias de Zaragoza, Saragosse, 2009, p. 145-161.

Bruttomesso R., Waterfronts: A New Frontier for Cities on Water (Venice: International Centre Cities on Water), 1993.

Breen A., Rigby D., The New Waterfront: A Worldwide Urban Success Story, Thames & Hudson éditions, London, 1994, 224 p.

Castet J.-B., « L’impact des expositions internationales et universelles sur les métropoles de la péninsule ibérique : Séville / Lisbonne / Saragosse », Méditerranée, n° 114, 2010, p. 113-120.

Chasseriau A., « Au cœur du renouvellement urbain nantais : la Loire en projet », Norois, n° 192, vol. 3, 2004, mis en ligne le 20 août 2008. URL : http://norois.revues.org/899

Chaudoir P., « La ville événementielle : temps de l’éphémère et espace festif », Géocarrefour, vol. 82/3, 2007, en ligne, URL : http://geocarrefour.revues.org/2301

Clarimont S., Leichnig K., « Quelle postérité pour l’événement ? L’Exposition internationale Saragosse 2008, six ans après ! » Colloque international, Les Rendez-vous Champlain, Tourisme et événementiel, La Rochelle, 2-5 juin 2014.

Clarimont S., Vles V., « Espaces publics touristiques urbains et développement durable : principes d’aménagement, usages et tensions. Une analyse à partir du cas de Barcelone (Espagne) », Urbia/Cahiers du développement urbain durable, n° 10, juin 2010, (n° spécial Tourisme, urbanité et durabilité), Université de Lausanne / Observatoire universitaire de la ville et du développement durable, 2010, p. 11-28. Disponible en archives ouvertes. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00681553

De La Cal P., Pellicer F., Rios y ciudades, aportaciones para la recuperación de los rios y de la riberas de Zaragoza, Institucion Fernando Catolico, Saragosse, 2002, 404 p.

Garon R., Courville S. [dir], Québec : ville et capitale (vol. 4), Les Presses de l’Université Laval (Collection « Atlas historique du Québec »), Sainte Foy, 2001, 457 p.

Gerardot C., « Les élus lyonnais et leurs fleuves : une reconquête en question », Géocarrefour, vol. 79/1, 2004, p. 75-84.

Gravari-Barbas M., Jacquot S., « L’événement, outil de légitimation de projets urbains : l’instrumentalisation des espaces et des temporalités événementiels à Lille et Gênes », Géocarrefour, 82/3, 2007, En ligne, URL : http://geocarrefour.revues.org/2217

Hiller H., « Mega-events, Urban Boosterism and Growth Strategies: An Analysis of the Objectives and Legitimations of the Cape Town 2004 Olympic Bid », International Journal of Urban and Regional Research, 24(2), 2000, p. 449-458.

Johnson L. C., Cultural capitals: Revaluing the arts, remaking urban spaces, Ashgate, Surry, 2009, 272 p.

Marshall R., Waterfronts in Post-industrial Cities, Taylor & Francis, New York, 2001, 208 p.

Monclus Fraga F. J., Exposiciones internacionales y urbanismo, Edicions de la Universitat Politècnica de Catalunya, Barcelone, 2006, 214 p.

Pelletier J. « Sur la relation de la ville et des cours d’eau », Revue de géographie de Lyon, 65/4, 1990, p. 233-239.

Pellicier F., « Expo Zaragoza 2008 : la metamorfosis de las riberas del Ebro », Economia aragonesa, n° 37, 2008, p. 54-75.

Pradel B., « Mettre en scène et mettre en intrigue : un urbanisme festif des espaces publics », Géocarrefour, 82/3, 2007, p. 123-130.

Rodriguez-Malta R., « Une vitrine métropolitaine sur les quais. Villes portuaires au sud de l’Europe », Les Annales de la recherche urbaine, n° 97, 2004, p. 93-101.

Sanz Gracia F., Tendencias de población (1900-2009) y factores explicativos en las comarcas y municipios de la provincia de Zaragoza. Proyecto de investigación « Zaragoza provincia, cuarto espacio », DPZ, Saragosse, 2010. En ligne, URL : http://www.dpz.es/diputacion/areas/presidencia/4espacio/index.asp?id=62

Simard D., Prudhomme N., « La promenade Samuel de Champlain », Revue ARQ, 2008, p. 16-17.

Smith F., « Redonner le fleuve aux Québécois, la promenade Samuel de Champlain », Cap-aux-Diamants : la revue d’histoire du Québec, 93, 2008, p. 52-55.

Thibaud J.-P., « La fabrique de la rue en marche : essai sur l’altération des ambiances urbaines », Flux, (4), 2006, p. 111-119.

Zardini M., Sensations urbaines : une approche différente à l’urbanisme, Lars Müller Publishers, Zurich, 2005, 341 p.

Haut de page

Notes

1 La municipalité de Québec compte, au 1er juillet 2011, 517 141 habitants tandis que dans la région métropolitaine de recensement (RMR) on en recense 752 963 (Institut de la statistique du Québec, données en ligne : URL : http://www.stat.gouv.qc.ca/). À la même date, le municipe de Saragosse abrite 675 725 habitants, selon l’INE (Instituto Nacional de Estadísticas) tandis que la zone sous influence immédiate de celle-ci, la comarca de Saragosse, est peuplée de 743 280 habitants, en 2009 (Sanz Gracia, 2010).

2 Une gradation peut être établie entre ces trois termes : le mot « acontecimiento » est le plus faible, il désigne la survenue d’un fait de quelque importance, plutôt au niveau de l’individu seul ou saisi dans sa sphère de proximité sociale (famille, amis, connaissances) ; un « evento » correspond à un fait dépassant la cellule familiale ou amicale : « un fait important et programmé, de caractère social, académique, artistique ou sportif » (DRAE, 2001) ; enfin un « hito » est un fait majeur, un repère dans l’histoire des hommes (c’est d’ailleurs aussi au sens propre, une « borne »). L’événement touristique dont il est question ici se situe donc à mi-chemin entre un « evento » et un « hito », en ce sens que ses organisateurs cherchent toujours pour se distinguer à faire date !

3 Dictionnaires de l’Académie française (XVIIe-XXe siècles). Classiques Garnier : édition numérique.

4 Le BIE est une organisation internationale dont le siège est à Paris. Il a pour mission « d’assurer l’intégrité et la qualité des Expos afin qu’elles continuent à éduquer le public et à promouvoir l’innovation au service des progrès humains » (http://www.bie-paris.org/site/fr/).

5 Site officiel du BIE : http://www.bie-paris.org/site/fr/ [consulté le 23/04/2012]

6 « En el mapa mental de la ciudad, el meandro de Ranillas no era nada, el último rincón del mundo » (entretien, Saragosse, 30/01/2012).

7 Entretien avec Francisco Pellicer, ancien directeur technique du consortium Expo 2008 (Saragosse, 31/01/2012).

8 Entretien avec Francisco Pellicer, Saragosse, 31/01/2012.

9 Le fait de céder les plaines d’Abraham n’est pas anodin car ce site a une forte valeur patrimoniale tant historique que naturelle pour les Québécois. De plus, ce site combine les avantages de la ville et de la campagne offrant un poumon vert au cœur de la cité (Garon, 2001).

10 « Le concept de ZIP a été élaboré en 1988 par Environnement Canada. À ce zonage à la fois écologique et social des rives du Saint‑Laurent a été associée une structure de partenariat et de concertation dont l’objectif était d’abord de permettre aux citoyens et aux acteurs sociaux de s’engager dans la protection et le développement de leur secteur du Saint‑Laurent et, ultimement, de le prendre en charge ».http://planstlaurent.qc.ca/fr/gestion_integree/programme_zip.html.

11 Directrice de l’aménagement et de l’architecture, CCNQ.

12 Ce boisé est à la fois remarquable du point de vue de son patrimoine forestier (pin blanc, frêne, érable à sucre, chêne rouge, ormes d’Amérique et bouleau à papier) et de son patrimoine archéologique (artéfacts amérindiens datant de plus de 5 000 ans).

13  À la faveur de l’Expo, de nombreux ponts et passerelles ont été construits ou aménagés afin de faciliter les liaisons transversales non motorisées. Dans le seul secteur de l’Exposition, trois nouveaux ponts ont été construits soit, d’amont en aval : le Pont du Troisième Millénaire, le Pavillon-pont, la Passerelle du Volontariat. Plus en aval de l’Èbre, l’union des deux rives a été favorisée par la conception d’un barrage-passerelle, à la fois fonctionnel (créer un plan d’eau stable utilisable même en période d’étiage afin de permettre la navigation touristique sur le fleuve et faciliter la communication entre les deux rives) et esthétique (avec là aussi le parti pris d’utiliser la couleur bleue).

14 Saragosse était ainsi candidate à l’organisation d’une Exposition internationale horticole, Expo Paysages 2014, qui se serait tenu à l’est de la ville, à l’opposé de l’Expo 2008. Le bilan immobilier mitigé de l’Expo2008 et les restrictions budgétaires actuelles viennent de sonner le glas d’un projet fort avancé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – L’aménagement du méandre de Ranillas et des berges de l’Èbre, en amont du centre historique de Saragosse
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1654/img-1.png
Fichier image/png, 390k
Titre Fig. 2 – L’espace 400 e et le centre de la Francophonie des Amériques (CFDA), à Québec
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1654/img-2.png
Fichier image/png, 285k
Titre Fig. 3 – La promenade Samuel de Champlain
Légende Source : Commission de la Capitale Nationale
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1654/img-3.png
Fichier image/png, 223k
Titre Fig. 4 – La tour d’observation (station des Cageux)
Légende Cliché : S. Miaux, avril 2012.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1654/img-4.png
Fichier image/png, 4,2M
Titre Fig. 5 – La station des Quais
Crédits Cliché : S. Miaux, avril 2012.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1654/img-5.png
Fichier image/png, 4,9M
Titre Fig. 6 – « L’Âme de l’Èbre », le palais des congrès et en arrière plan, la Tour de l’eau
Crédits Cliché : S. Clarimont, octobre 2010.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1654/img-6.png
Fichier image/png, 6,1M
Titre Fig. 7 – Le pont du 3e millénaire, une nouvelle infrastructure routière flanquée de deux couloirs latéraux, protégés du vent et réservés aux cyclistes et piétons
Légende Cliché : S. Clarimont, juin 2014.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1654/img-7.png
Fichier image/png, 4,4M
Titre Fig. 8 – Le pavillon-pont, espace d’exposition et passerelle piétonne aujourd’hui fermé au public
Légende Cliché : S. Clarimont, mai 2014.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1654/img-8.png
Fichier image/png, 4,9M
Titre Fig. 9 – Une fenêtre sur le fleuve Saint-Laurent
Légende Cliché : S. Miaux, avril 2012.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1654/img-9.png
Fichier image/png, 4,3M
Titre Fig. 10 – Une œuvre d’art sous un pont, « Water Wagon » (Atelier Van Lieshout)
Légende Cliché : S. Clarimont, mai 2014.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1654/img-10.png
Fichier image/png, 5,9M
Titre Fig. 11 – « Plonger » d’Hélène Rochette, en bordure du Saint-Laurent
Crédits Cliché : S. Miaux, avril 2012.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1654/img-11.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Fig. 12 – Une œuvre sonore, « The Sonic Forest » (C. Janney)
Légende Cliché : S. Clarimont, octobre 2010.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1654/img-12.png
Fichier image/png, 6,0M
Titre Fig. 13s – Structures de vents, à Québec
Légende Cliché : S. Miaux, avril 2012.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1654/img-13.png
Fichier image/png, 4,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Clarimont et Sylvie Miaux, « Événements touristiques et mises en scène du fleuve urbain. Regards croisés : la promenade Champlain (Québec) et le Parc fluvial (Saragosse) », Sud-Ouest européen, 38 | 2014, 137-153.

Référence électronique

Sylvie Clarimont et Sylvie Miaux, « Événements touristiques et mises en scène du fleuve urbain. Regards croisés : la promenade Champlain (Québec) et le Parc fluvial (Saragosse) », Sud-Ouest européen [En ligne], 38 | 2014, mis en ligne le 18 mars 2016, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/soe/1654 ; DOI : 10.4000/soe.1654

Haut de page

Auteurs

Sylvie Clarimont

Maître de conférences en géographie et aménagement, Université de Pau et des Pays de l’Adour, laboratoire SET/UMR 5603 CNRS/UPPA, domaine universitaire 64000 Pau (France), sylvie.clarimont@univ-pau.fr

Articles du même auteur

Sylvie Miaux

Professeure régulière en géographie, Université du Québec à Trois Rivières, Département Loisir, culture et tourisme.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals