Navigation – Plan du site
Notes bibliographiques

Bernadette Mérenne-Schoumaker, Atlas mondial des matières premières. Des ressources stratégiques

Autrement, 2013, 96 p.
Philippe Dugot
p. 157-158
Référence(s) :

Bernadette Mérenne-Schoumaker, Atlas mondial des matières premières. Des ressources stratégiques, Autrement, 2013, 96 p.

Texte intégral

1Nous avons plusieurs fois rendu compte dans cette revue des Atlas publiés dans la collection « Autrement », toujours en soulignant la qualité de ces productions et leur grand intérêt pour traiter de questions aussi diverses qu’intéressantes et porteuses d’enjeux. Ce volume ne déroge pas à la règle. Sur un sujet central, celui des matières premières, nous disposons là d’un constat utile, rédigé par un auteur de renom parmi les géographes, Bernadette Mérenne-Schoumaker. L’ouvrage s’appuie sur une large définition des matières premières, puisque l’auteur fait le choix d’y inclure l’eau, alors qu’il peut être discutable de la mettre sur le même plan que le pétrole tant celle-ci symbolise un inaliénable droit à la vie. Mais c’est malheureusement, aussi, le reflet d’une tendance à la marchandisation de tout ce qu’offre notre planète et l’ouverture du champ de la définition est de ce point de vue tout à fait défendable.

2Selon les habitudes de la collection, l’ouvrage se présente selon une série de courts chapitres, servis par une très abondante illustration. Dans le foisonnement des cartes, illustrations, statistiques se glissent quelques erreurs (par exemple dans les légendes des cartes telle celle relative aux pays exportateurs de pétrole, page 43, où l’on évoque des pays ayant exporté plus de 1 000 barils par jour, ou encore la carte page 73, relative aux investissements chinois en Afrique où l’on mentionne des milliards de dollars là où le terme millions semblerait mieux approprié). Sans que cela soit une erreur, parfois, les données exprimées dans les cartes mettent de côté des producteurs plus secondaires mais qui ont tout de même leur importance ou posent d’autres questions ; la carte page 31, relative aux principaux producteurs de coton, laisse ainsi complètement de côté l’existence d’une production africaine.

3Mais tout cela n’entache guère le sérieux d’un ensemble vérifié et qui s’appuie sur des sources crédibles ce qui nous amène à nous intéresser surtout au contenu de cet ouvrage. Dès la fin de l’introduction Bernadette Mérenne-Schoumaker, en affirmant que « la question des matières premières ne peut laisser personne indifférent [parlant] d’un des grands défis du XXIe siècle », pose clairement les enjeux du thème. Défi mondial incontestablement mais défi qui trouve un écho particulier vu d’une Europe qui apparaît comme bien maigrement dotée en minerais et en énergie. De cela les Européens devraient se souvenir et ajuster leur politique économique, le choix de leurs paradigmes productifs mais aussi leurs arbitrages budgétaires en conséquence, tant en termes de recherche que de défense !

4La lecture des constats alignés dans cet ouvrage alimente un sentiment d’inquiétude. Inquiétude quant au niveau des ressources d’abord. Que l’on songe que « le volume total des ressources matérielles extraites ou récoltées dans le monde a atteint près de 60 GT en 2007 soit une hausse de 65 % par rapport à 1980 et une multiplication par huit au cours du siècle dernier. » (p. 89). Cette inquiétude est renforcée par la répartition fort inégale de la plupart des matières premières. Prenons ainsi note que « huit pays concentrent à eux seuls 75,6 % de la production de cuivre, 76 % de celle de l’aluminium, 88,8 % de celle du zinc, 90,6 % de celle du fer » etc. (p. 13). De fait, « en 2008, les 15 plus grands exportateurs de ressources naturelles ont été à l’origine de 52 % des exportations mondiales de ressources » (p. 44). Du côté de la consommation le constat est identique puisque « les 15 plus grands importateurs en ont reçues 71 % ». Par contre, cette géographie de la consommation devrait évoluer (et elle l’a déjà largement fait si on considère la seule Chine) car les besoins sont importants partout et en augmentation, là où la demande n’a pas encore pu s’épanouir au niveau de celle des pays les plus développés et/ou industrialisés (si tant est qu’elle le puisse un jour). Pour corser le tout, les échanges de beaucoup de matières premières se réalisent sous l’égide du marché, dans un contexte d’autant plus opaque qu’au même titre que dans d’autres sphères économiques, la financiarisation a progressé, les produits dérivés, dont on a déjà pu mesurer la nocivité potentielle, jouant un rôle croissant. D’autant aussi que des firmes géantes animent la production et les échanges de certaines matières premières : exemple de Glencore, négociant dans le domaine de l’énergie et des minerais ou de Cargill, négociant agricole. On observe parfois une volatilité troublante des cours et on trouve sans doute derrière certains de ces acteurs non étatiques, les clés d’événements politiques passés et présents, troublant la mémoire politique de bien des pays, en Afrique notamment. De fait, c’est avec raison que l’auteur rappelle qu’en dépit de l’évidence d’une manne, ressources naturelles et développement ne font pas forcément bon ménage. Le fameux Dutch desease a connu de nombreuses duplications depuis les années 1960. Les matières premières sont encore à ce jour à la source de nombreux dysfonctionnements économiques : « Sur 143 pays en développement, 96 dépendent des matières premières pour au moins 50 % de leurs recettes d’exportation des marchandises et les trois principaux produits représentent parfois plus de 70 % du total » (p. 64). Ajoutons qu’en dépit de l’évidence du problème de la durabilité du niveau d’exploitation, pour des ressources de plus en plus nombreuses, il n’y a pas de consensus entre les nations autour d’un modèle d’économie durable. Le schéma page 85 livre une comparaison tout à fait pertinente de la variation des indicateurs revendiqués pour mesurer les émissions de CO2 et de fait les responsabilités de chacun et les efforts à accomplir dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique : les pays « en développement » évoquent la responsabilité historique sur un temps long des pays actuellement développés alors que ces derniers s’appuient sur les émissions plus récentes ou veulent prendre acte de l’efficacité dans l’utilisation actuelle de l’énergie.

5En bref, de nombreux ingrédients sont là pour faire des matières premières des sujets de discorde voire de conflits. La chose n’est pas nouvelle mais croissance démographique aidant, la conflictualité née du partage des ressources planétaires ne devrait pas s’estomper. De tout cela l’ouvrage rend compte, prenant le temps d’expliquer tel marché ou de présenter telle matière première. Au registre des regrets, on peut tout de même noter que les « pistes d’action » sont trop rapidement évacuées. « L’impératif de sobriété » ou la modification des comportements individuels méritaient mieux que de courts paragraphes.

6Comme bien d’autres ouvrages réalisés dans le cadre de cette excellente collection d’atlas, celui-ci, de par le thème et la qualité de son traitement, mérite donc d’être mis entre toutes les mains à commencer par celles de nos étudiants géographes : c’est le monde de demain qui est ici dessiné, un monde qui est parsemé de peaks : peak fish, peak gold, etc. en référence au célèbre peak oil. De la nécessité viendra peut-être une prise de conscience de la mondialité du destin de l’humanité, préalable à une mobilisation de toutes les compétences internationales ? Mais rien n’est moins sûr et c’est bien une géopolitique, on ne peut plus classique dans ses objectifs, à savoir s’accaparer des ressources et des territoires, qui pourrait l’emporter. Et cette réalité-là s’invitera dans tous les interstices de la quotidienneté d’un pays comme la France et d’un continent comme l’Europe. Ce que nous apprend un détour par les matières premières, plus même que la mondialisation économique, c’est qu’il n’y a pas d’insularité possible sans remise en cause drastique de nos façons de consommer et de produire, en bref, de vivre, de composer avec nos territoires, de les aménager. Pour en revenir aux étudiants en géographie – même si tout cela doit également interpeller tous les citoyens – bien que nombre d’entre eux s’investissent dans des formations professionnelles relevant de l’aménagement du territoire, du développement territorial ou de la gestion du rapport hommes-milieux, et c’est heureux, il est du devoir des universitaires de veiller à ce que ces futurs cadres du territoire, engoncés dans des outils et des horizons précis et normés, n’oublient jamais de mettre dans une perspective géopolitique et environnementale leurs études et recommandations car elles seront trop souvent exprimées dans la proximité et la temporalité d’un temps politique dont on sait les pesanteurs depuis Tocqueville. Urbanisme, développement local et géopolitique, même combat, celui d’une vision géographique qui donne intelligence, pragmatisme et en définitive durabilité, à l’action localisée et immédiate.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1676/img-1.png
Fichier image/png, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « Bernadette Mérenne-Schoumaker, Atlas mondial des matières premières. Des ressources stratégiques », Sud-Ouest européen, 38 | 2014, 157-158.

Référence électronique

Philippe Dugot, « Bernadette Mérenne-Schoumaker, Atlas mondial des matières premières. Des ressources stratégiques », Sud-Ouest européen [En ligne], 38 | 2014, mis en ligne le 18 mars 2016, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1676

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals