Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28L’espace « transcatalan » en ques...

L’espace « transcatalan » en question

David Giband
p. 1-4

Texte intégral

1La question des territoires transfrontaliers continue à nourrir débats scientifiques et projets politiques (Fourny et Amilhat-Szary, 2006), alors que l’Union européenne, au titre de sa politique de cohésion (2007-2013), entend renforcer la coopération régionale transfrontalière. Des dispositifs récents ou plus anciens, comme les eurodistricts et les Groupements européens de coopération territoriale (GECT), appellent à la création et au renforcement des territoires transfrontaliers de l’Union. Parmi ces territoires qui s’inventent au gré des modalités plus ou moins inédites de la collaboration européenne, l’espace transfrontalier catalan – de Gérone à Perpignan – interpelle. Jusqu’à présent, la coopération transfrontalière franco-espagnole se concentrait sur le versant basque des Pyrénées. Périphérique et longtemps négligé, le versant catalan se retrouve désormais au cœur d’enjeux multiples s’exerçant à différentes échelles. L’arrivée programmée de la ligne à grande vitesse en 2011 accélère de façon spectaculaire collaborations et projets de part et d’autre de la frontière, et cristallise questionnements mais aussi espoirs autour d’un territoire commun encore largement à inventer.

2Espace singulier que ce versant pyrénéen de culture et de tradition catalane mais qui ne constitue pas encore, loin s’en faut, un territoire ; pour l’heure, il se caractérise par sa fonction première qui est celle du passage, des flux, autrement dit du corridor. Corridor dont la vocation reste, comme le montre avec justesse le texte de D. Sistach, celle d’un espace de consommation où dominent flux commerciaux et transhumances saisonnières pour une pratique du voisinage essentiellement consumériste des espaces frontaliers ; y persistent aussi des usages illicites, témoignages du maintien d’une perception de la frontière comme ligne de franchissement et de transgression (Tarrius, 1999). La frontière y est ici singulière. Elle n’a que peu bougé depuis le traité des Pyrénées et a longtemps fonctionné pour les acteurs locaux comme une « frontière à la carte » alternant continuités et discontinuités spatiales (F. Mancebo, 1999). Chaque acteur y puisant, au gré de ses intérêts du moment, subsides, financements et rhétoriques politiciennes. Au rang des continuités figure la Cerdagne, haut plateau montagnard où s’expérimentent des formes inédites de coopération transfrontalière. Après des décennies alternant avancées et replis territoriaux, le Plateau cerdan s’affiche comme un modèle expérimental de la construction transfrontalière régionale. À ce titre, l’article de R. Séchet et R. Keerle contraste avec les analyses précédentes en la matière et montre combien la coopération est possible et les acteurs locaux capables de dépasser les querelles de clocher et des contraintes considérées comme infranchissables voire handicapantes. Analysant le projet d’hôpital transfrontalier de Puigcerdà/Bourg-Madame, ces deux auteurs montrent comment se construit, à partir d’un réseau d’acteurs locaux, un territoire de coopération transfrontalière préfigurant la systématisation de formes de coopération de proximité. Quant aux discontinuités, elles paraissent nombreuses. Spatiales d’abord, elles opposent deux espaces : l’un (les Pyrénées-Orientales, au nord de la frontière) est fortement polarisé autour de sa préfecture alternant très fortes densités (Roussillon) et espaces faiblement peuplés (zones rurales et montagnardes), pendant que l’autre au sud (l’Empordà) dispose d’un réseau urbain plus équilibré, maillant plus efficacement le territoire. Économiques ensuite, les différentiels de croissance entre les parties espagnoles et françaises opposent une périphérie de l’espace français à un ensemble régional bien intégré à la dynamique barcelonaise. Politiques enfin : alors que, ces cinq dernières années, les collectivités locales, côté espagnol, se sont emparées des outils européens de coopération transfrontalière (MOT, 2008), côté français, la mobilisation des financements européens se fait au coup par coup en l’absence d’une vision globale.

3Cet espace transfrontalier n’est pourtant pas vierge de projets ni de collaborations, comme en attestent les articles de M. Lefèvre et D. Giband. Dans cet espace d’occasions maintes fois manquées, l’arrivée du TGV d’une part, et la prise de conscience d’une destinée commune d’autre part, en particulier face aux métropoles régionales voisines (Barcelone, Toulouse et dans une moindre mesure Montpellier), rendent urgente la création d’un projet territorial commun et cohérent, socle d’une nécessaire lisibilité dans cette partie de la façade méditerranéenne. Car les enjeux sont de taille. Pour des villes moyennes comme Gérone ou Perpignan, il s’agit de se positionner comme une « conurbation archipel » dans un espace régional métropolisé ; construction certes artificielle mais qui a le mérite de jeter les bases d’un réseau urbain transfrontalier peuplé de près d’un million de personnes. La place du réseau urbain dans la future architecture territoriale figure, en effet, au cœur des débats. J. Feliu et R. Llussà nous invitent, dans leurs articles respectifs, sur la voie d’une prospective territoriale, celle d’un espace polycentrique et différemment polarisé par des villes moyennes et petites, elles-mêmes doublement structurées par le réseau de la grande vitesse et celui, à définir, des liaisons interurbaines (de type TER-GV). Cette perspective de la grande vitesse, comme lien entre des espaces très différenciés, pose la question centrale de la nature de ce futur territoire : inter ou transfrontalier ? Cette question, au demeurant classique dans l’interrogation géographique des frontières, prend ici tout son sens. Derrière les mots, on retrouve deux conceptions différentes du devenir de ce territoire. L’une se fonde sur une logique de l’interfrontalier, reposant sur une structuration fonctionnelle du futur territoire articulant réseau urbain et réseau de la grande vitesse. L’autre mise sur le transfrontalier, apprécié comme un territoire homogène. Ces oppositions ne sont pas neutres. M. Lefèvre rappelle que, côté français, la question renvoie à l’opposition institutionnelle et politicienne entre le conseil général et la ville de Perpignan, elle-même en partie fondée sur une vision naturaliste et ruralisante d’un côté et une vision urbaine et équipementière de l’autre. Quant au texte de D. Giband, il souligne que ces deux conceptions se rattachent à des pratiques et à des formes de planification territoriale très différentes dans leurs modalités comme dans leurs finalités. L’idée d’un territoire transfrontalier, portée depuis 2007 par le projet d’« eurodistrict de l’espace catalan transfrontalier » du département des Pyrénées-Orientales et des comarques de la région de Gérone, renvoie à la conception d’un espace unitaire dans lequel la collaboration est inscrite dans une aire circonscrite et homogène. Quant à la seconde, portée par les projets urbains des villes de Perpignan, Gérone et Figueras, elle repose sur une rhétorique de la connexion interfrontalière. Elle ne vise pas à reconstruire une unité englobante mais cherche à définir une articulation entre des territoires différenciés par la présence d’une frontière, en partie active, qu’il s’agit plus de transcender que de dépasser. Cette conception prend partie de la nature des échanges pour former un territoire interfrontalier réticulaire rendu cohérent par la grande vitesse et des équipements communs (projets d’un pôle universitaire de la santé, d’équipements culturels).

4Ces deux conceptions « d’un territoire en devenir transfrontalier », pour reprendre les mots de M. Lefèvre, se rapprochent partiellement d’une vision régionaliste, présente des deux côtés de la frontière, supposant l’émergence d’une identité territoriale se fondant sur la « catalanité ». Plus qu’une identité locale, commune aux deux côtés de la frontière, la « catalanité » définit des rapports à un territoire commun et à une histoire culturelle partagée. Elle induit son lot de représentations, de mythes, mais aussi d’objets patrimoniaux que les projets de coopération trans ou interfrontalière mobilisent différemment. L’analyse que propose ici M. Pagès est éclairante quant à la prégnance d’une catalanité ressort de la coopération transfrontalière autant que source inépuisable de représentations, parfois conflictuelles, du territoire transfrontalier. Derrière la réactivation célébrée de pratiques festives locales en Cerdagne, c’est bien d’unité qu’il s’agit. L’unité culturelle, comme configuration homogène et continue dont les facteurs sont recherchés dans l’histoire locale et les pratiques festives, ne constitue finalement, comme en atteste le texte de M. Pagès, qu’une façon parmi d’autres de faire du transfrontalier.

5Communauté culturelle donc, mais sans communauté de vie : contrairement à l’axe Bayonne-San Sebastián, les déplacements sont limités et ressort de façon criante la modestie des flux de travailleurs frontaliers. Les interpénétrations sont pourtant nombreuses de part et d’autre de la frontière. Elles s’exercent dans le champ immobilier, sanitaire et commercial, mais les inerties subsistent. Il manque, à l’évidence, un leadership fort et unique impulsant une dynamique territoriale nouvelle, par ailleurs constamment invoquée par l’ensemble des acteurs. L’opposition politique entre une partie des acteurs en présence, les inerties étatiques et l’absence d’un pôle urbain dominant pénalisent la structuration de cet espace qui souffre de l’absence d’un leadership donnant cohérence et impulsion à des pratiques encore morcelées de la coopération transfrontalière. En atteste ainsi, de façon dramatique, la gestion séparée des risques. J. Faerber, s’intéressant à la question des incendies et des pratiques de brûlage dirigé dans le massif des Albères, ne peut que constater l’absence de collaboration et de gestion autour d’un risque pourtant commun aux deux versants d’un même massif. B. Lemartinel partage, pour sa part, des inquiétudes similaires et souligne toute la dimension politique de la gestion des risques en Roussillon.

6Chantier en construction, cet espace « transcatalan », par-delà les spécificités locales, interroge plus largement les processus de coopération et de construction territoriale transfrontalière qui, comme l’a noté il y a peu Harguindéguy (2007), restent encore un des aspects méconnus des politiques régionales de l’Union européenne.

Haut de page

Bibliographie

Amilhat-Szary A.-L., Fourny M.-C. (éd.), Après les frontières, avec la frontière. Nouvelles dynamiques transfrontalières en Europe, La Tour d’Aigues, L’Aube, 2006, 169 p.

Harguindéguy J.-B., La frontière en Europe : un territoire ? Coopération transfrontalière franco-espagnole, Paris, L’Harmattan, 2007, 319 p.

Mancebo F., La Cerdagne et ses frontières : conflits et identités transfrontalières, Canet, éditions du Trabucaire, 1999, 211 p.

Mission opérationnelle transfrontaliere, Livre Blanc de l’Eurodistrict, pour un avenir transfrontalier, 2008, 165 p.
http://www.cg66.fr/economie/coop_transfront/doc/Livre Blanc de lEurodistrict.pdf

Tarrius A., Fin de siècle incertaine à Perpignan. Drogues, pauvreté, communautés d’étrangers, jeunes sans emplois, et renouveau des civilités dans une ville moyenne française, Perpignan, éditions du Trabucaire, 1999, 205 p.

Haut de page

Annexe

Fig. 1 – L’espace transfrontalier catalan, entre Eurocorridor et réseau urbain

Fig. 1 – L’espace transfrontalier catalan, entre Eurocorridor et réseau urbain

Réalisation : D. Giband

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – L’espace transfrontalier catalan, entre Eurocorridor et réseau urbain
Crédits Réalisation : D. Giband
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1680/img-1.png
Fichier image/png, 614k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Giband, « L’espace « transcatalan » en question »Sud-Ouest européen, 28 | 2009, 1-4.

Référence électronique

David Giband, « L’espace « transcatalan » en question »Sud-Ouest européen [En ligne], 28 | 2009, mis en ligne le 20 mai 2016, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/1680 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1680

Haut de page

Auteur

David Giband

Maître de conférences en aménagement-urbanisme, université de Perpignan Via Domitia, membre de l’UMR CNRS 5045 « Mutations des territoires »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search