Navigation – Plan du site

Périphérie et transfrontalier comme catégories d’action politique

Représentations, discours et stratégies des collectivités locales
Periphery and cross-border as categories of political actions. Representations, speeches and strategies of local authorities
Periferia y trans-fronterizo como categorías de acción política. Representaciones, discursos y estrategias de las administraciones locales
Marianne Lefèvre
p. 31-43

Résumés

Les élus territoriaux des Pyrénées-Orientales sont engagés depuis plus de deux décennies dans une politique de coopération transfrontalière culturelle et affective au nom d’une identité catalane parfois instrumentalisée à toutes les échelles de pouvoir dans un contexte de développement parallèle. Sur un territoire départemental marginalisé à échelle du pays et de la région, leur vision nationale et rurale s’oppose à une vision urbaine et européenne des élus de la grande région voisine, partagée par le maire urbaniste de Perpignan. La logique européenne d’une dynamique territoriale interrégionale et transfrontalière tend à modifier leurs représentations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Après la Corse, qui détient le record du taux de pauvreté en France (18,8%), les Pyrénées-Orientale (...)

1Alors que le centre de maintenance ferroviaire de la gare frontalière internationale de Cerbère est en cessation d’activité, les installations terminales d’une gare TGV sans LGV sont inaugurées en mars 2009 par le maire de Perpignan, «  capitale  » départementale située sur le «  grand corridor européen  » franco-espagnol, au cœur de l’ «  Arc méditerranéen  ». Cette inauguration confidentielle dans une future ville étape témoigne de la situation périphérique d’un département frontalier du Midi méditerranéen français au sein d’une région frontalière en sommeil, sans proximité avec les pôles de commandement européen du «  Centre des capitales  ». Les acteurs politiques locaux s’estiment quant à eux «  oubliés  », victimes d’un «  éloignement  » ou d’un «  isolement  » justifiant la position des Pyrénées-Orientales parmi les quatre départements les plus pauvres de France métropolitaine 1. Entité territoriale d’identité spécifique catalane souvent revendiquée à échelle nationale et régionale, cet espace transfrontalier situé en bordure du grand Sud-Ouest ou du grand Sud-Est français auxquels le rattache la DATAR à la cartographie variable est doté de dénominations multiples  : Roussillon, Pyrénées-Orientales, Pyrénées catalanes, Pays catalan, Catalogne française ou, de plus en plus fréquemment, Catalogne du Nord ou Catalogne Nord  ; appellations qui varient selon les auditoires, les objectifs et stratégies politiques avec des enjeux multiscalaires associant l’UE, les États nationaux, les collectivités régionales et locales, la grande région autonome voisine d’Espagne étant de plus en plus communément dénommée la «  Catalogne Sud  ».

2Dans quelle mesure les représentations d’un territoire qualifié de périphérique et devenu aujourd’hui transfrontalier dans un contexte de République décentralisée, sont-elles désormais utilisées dans les logiques et les stratégies des élus territoriaux français  ? Vont-elles concorder ou s’affronter aux échelles locale, régionale, nationale et européenne  ? L’intérêt général peut-il se conjuguer à différentes échelles  ? Existe-t-il toujours un développement parallèle de part et d’autre de la frontière des Pyrénées ou une nouvelle dynamique territoriale de proximité est-elle en voie d’émergence à échelle locale et régionale dans cette Europe du Sud méditerranéenne  ?

I – Un département marginalisé menant une politique transfrontalière abordée sous l’angle de la catalanité

  • 2 Jones (1945), repris par Lacoste (1993), cité par Lasserre et Gonon (2008).
  • 3 L’Indépendant du 23 octobre 2004.
  • 4 Entretien à El Mundo le 27 décembre 2007.
  • 5 Site officiel Pays Pyrénées-Méditerranée. Présentation.

3Les Pyrénées-Orientales à forte unité identitaire territoriale et culturelle constituent un territoire départemental majoritairement délimité par des frontières passée et présente pourvu d’une ville moyenne «  capitale  » et métropole unique. Alors qu’une communauté de vie se met en place de part et d’autre de la frontière franco-espagnole sur la côte atlantique au sein de la conurbation reliant San Sebastián à Bayonne, la représentation de frontière perdure sur la côte méditerranéenne sur un territoire ceinturé d’ouvrages militaires et marginalisé dans l’ensemble régional. La frontière naturelle entre la France et l’Espagne y présente un tracé appuyé par la configuration physique de la ligne de crête de la chaîne des Pyrénées, à l’exception de la Principauté d’Andorre et du littoral catalan  ; cette dimension naturelle constituant une «  justification prétendument objective, puisque inscrite dans la nature, à des ambitions expansionnistes d’un État 2  ». Ambitions de Louis XIV avec le traité des Pyrénées que veulent «  effacer  » chaque année les militants de partis nationalistes catalanistes du nord et du sud qui manifestent lors du Corellengua contre un «  pais partit  » (pays divisé). Une frontière marquée par la particularité de la Principauté d’Andorre dont la souveraineté est reconnue de jure en 1993 par Paris et Madrid. Le sénateur-maire de Perpignan qui abritait le tribunal supérieur de justice andorran et la représentation du co-prince français, déplore que les liens soient «  carrément éteints  » depuis 1993, l’Andorre se trouvant aujourd’hui sur l’axe Toulouse-Barcelone avec la ratification de la Constitution 3. Tandis que le président français estime au sommet franco-espagnol de 2007 que la barrière des Pyrénées «  n’est pas acceptable pour deux grands partenaires européens 4  », au même moment les élus du Pays frontalier «  Pyrénées-Méditerranée  » associent dans leurs représentations, du fait de son «  éloignement  », la ville du littoral frontalier de Cerbère au Haut-Vallespir qui fait partie du «  pays de l’intérieur 5  ».

  • 6 Perpignan demain : la ville-pont et l’archipel roussillonnais, J.-P. Alduy, éditeur anonyme, non da (...)
  • 7 L’Indépendant du 13 novembre 2003.
  • 8 L’Indépendant du 13 novembre 2003.

4Avec l’entrée de l’Espagne dans la Communauté européenne, les représentations des élus diffèrent selon les échelles de pouvoir  : lors du sommet des villes TGV 2004, le maire de Montpellier rappellera que sa ville jumelée depuis trente ans avec Barcelone a été la seule de la région à soutenir l’entrée de l’Espagne dans la CEE, ne voulant pas que le Languedoc-Roussillon soit «  un cul-de-sac  ». Pour le sénateur-maire de Perpignan, l’adhésion à la CEE de l’Espagne expose l’économie du département «  en frappant sur ses fondements séculaires – agriculture et industrie agro-alimentaire 6  ». À échelle locale, le député-maire socialiste de la commune frontalière de Céret considère que «  jusqu’à l’ouverture des frontières, l’économie de notre territoire était basée sur le fait que les gens se tournaient le dos. Du jour au lendemain, tout cela a disparu. Il faut donc construire autre chose. Mais ni Paris ni Madrid ne pensent à nous 7  ». À la fin des années 1970, le président de la Generalitat s’inquiétait des grandes affiches proclamant sur le territoire français «  Les Pyrénées, frontière sauvage  » alors que les Pyrénées sont d’abord pour les Catalans et les Espagnols en général la montagne qui unit la péninsule ibérique à l’Europe et non une barrière qui marque une extrémité 8. Dans la décennie 1980, l’Intergroupe «  Pyrénées  » au sein du Parlement européen et la Communauté de travail des Pyrénées témoignent d’une volonté de mener des politiques de massifs transfrontalières qui s’avèrent virtuelles entre le territoire des Pyrénées-Orientales et le reste des collectivités territoriales françaises et espagnoles. La frontière demeure un marquage symbolique qui peut servir aux éleveurs bovins du Haut-Vallespir qui la bloquent pour obtenir une indemnité «  haute montagne  », aux maraîchers roussillonnais qui ont peur de la concurrence des agriculteurs espagnols ou au maire de la petite station de ski cerdane d’Eyne menaçant de rattacher sa commune à la Generalitat de Catalogne pour mauvaise gestion par l’État français de la dette municipale. Le marquage connote le rapport à l’autre  : si dans les représentations des élus locaux la catalanité efface les frontières, au sein même de la population des Pyrénées-Orientales elle peut en créer parfois  ; l’ancienne frontière des Corbières aujourd’hui signalée par une porte sculptée symbolisant l’entrée en «  pays catalans  » autorise l’appellation de «  Gabatches  » pour les non-Catalans. Il n’existe pas de porte occitane à l’entrée en pays cathare…

  • 9 David Giband, « Les événements de Perpignan : la fin d’un système géopolitique », Hérodote, no 120, (...)
  • 10 Christian Verlaque, Le Languedoc-Roussillon, PUF, 1987.
  • 11 Le Petit Journal du 7 au 13 août 2009.
  • 12 G. Giband, G. Lacquement, M. Lefèvre, in B. Giblin (dir.), Nouvelle géopolitique des régions frança (...)

5L’unité territoriale départementale de cette zone frontalière est renforcée doublement par son identité culturelle catalane et une structure administrative départementale unique et décentralisée. Des rivalités de pouvoirs s’exercent entre deux féodalités autonomes, disposant chacune d’une clause générale de compétences, l’une urbaine et pro-européenne de droite à la mairie de Perpignan 9, l’autre républicaine et rurale de gauche à la tête du département, toutes deux revendiquant ardemment une identité catalane. Une rivalité alimentée par le clanisme et le clientélisme sur un même espace marginalisé à échelle régionale et nationale. Paradoxalement elles ont à leur tête des fonctionnaires territoriaux ou d’État techniciens de l’aménagement. Christian Bourquin, président socialiste du conseil général depuis 1998, dénonce le projet récurrent de réforme des collectivités territoriales qui menace l’existence administrative de son territoire de pouvoir et remettrait en question le caractère identitaire catalan des Pyrénées-Orientales dont il propose de faire un Pays. Son adversaire «  maire urbaniste  » UMP de Perpignan, héritier de la dynastie Alduy, règne depuis 1993 sur la capitale du Roussillon dont l’aire d’influence est perceptible aux trois niveaux analysés par Christian Verlaque  : «  Le pôle urbain de la riche plaine agricole du Roussillon, la capitale d’une Catalogne française et le chef-lieu et unique grande ville des Pyrénées Orientales 10.  » Cette rivalité a pour conséquence une paralysie de l’action politique dénoncée par le préfet des Pyrénées-Orientales pour qui les affrontements partisans sur des enjeux à court terme font oublier la «  nécessaire vision prospective dont Perpignan et ce département ont impérativement besoin 11  ». Une rivalité aggravée à échelle régionale par l’hostilité politique entre le maire de Perpignan et le président de Région risquant «  de marginaliser encore un peu plus la région perpignanaise 12  ».

  • 13 Barbara Loyer, Géopolitique de l’Espagne, Armand Colin, 2006.
  • 14 Le Monde du 14 octobre 1999.
  • 15 En 2004, le PIB / habitant n’est que de 87,7 si on compare à une moyenne européenne de 27 pays à 10 (...)
  • 16 G. Giband, G. Lacquement, M. Lefèvre, op. cit.
  • 17 Objectif, no 90, février 2009, spécial coopération transfrontalière.

6Longtemps une ligne de fracture entre un petit département français marginalisé et une région autonome espagnole, «  nation sans État  ». La dissymétrie démographique, économique et politique entre régions françaises et européennes frontalières est une des plus marquées sur le segment des Pyrénées-Orientales. D’un côté la Catalogne, région motrice au sein de l’économie espagnole, organisée autour d’une métropole européenne portuaire dynamique, territoire autonome de sept millions d’habitants qui se revendique région européenne et «  nation sans État  » rivalisant ou s’associant avec des Régions comme Rhône-Alpes, le Bade-Wurtemberg ou la Lombardie avec lesquelles elle constitue dès 1988 le «  quadrige européen  ». Région dirigée pendant deux décennies par un parti nationaliste autonomiste et conservateur proche des socialistes catalans dans leur volonté commune de «  différencier la Catalogne du reste de l’Espagne 13  »  ; et de l’autre un département français peuplé de 408 000 habitants pourvu d’une ville moyenne dont l’agglomération totalise 180 000 habitants, d’économie essentiellement rentière, aux mentalités clanistes et clientélistes, bordé au sud par une frontière dotée d’une représentation protectrice sur le plan social et salarial. «  L’eldorado que représentait le versant français au temps du franquisme avec sa démocratie, ses infrastructures, ses biens de consommation, ses films pornographiques interdits en Catalogne du Sud n’existe plus 14.  » Ce département au taux de chômage trois fois supérieur à celui de Catalogne est localisé dans une région placée par l’INSEE en dernière position pour le PIB /  habitant derrière la Corse et le Limousin 15. Sa faible activité renforce cette représentation de marginalisation au sein même de la région Languedoc-Roussillon où il y a opposition «  entre un Nord-Est urbanisé doté des agglomérations dynamiques de Montpellier et de Nîmes, tournées vers la vallée du Rhône et l’agglomération de Marseille, et un Sud-Ouest régional parsemé de villes moyennes ou petites, administrées par des notables articulant des territoires de pouvoir autonome à échelle départementale voire locale 16  ». D’où la volonté du maire de Perpignan d’organiser «  l’archipel roussillonnais de 400 000 habitants en 2020  » en communauté d’agglomération pour se placer comme «  maillon incontournable  » dans le réseau des villes et échapper à la marginalisation d’une ville de passage  ; maire démissionnaire devenu premier adjoint, il se consacre à la présidence de cette structure intercommunale en devenir quelques semaines après son succès aux élections municipales de juin 2009. Une publicité promotionnelle de cet organisme parue en février 2009 et annonçant l’arrivée du TGV à Perpignan, associe dans un même «  Premier espace européen de développement économique  » la Communauté d’agglomération Perpignan-Méditerranée et la Catalogne, avec comme mot d’ordre  : «  Implantez votre entreprise au “ Centre de l’Univers ” 17  »… (fig. 1)

Fig. 1 – Représentations d’élus territoriaux des Pyrénées-Orientales

Fig. 1 – Représentations d’élus territoriaux des Pyrénées-Orientales

Source (de gauche à droite, de haut en bas)  : Objectif, supplément au n° 90, février 2009, spécial «  Coopération transfrontalière  »  ; L’Accent catalan, n° 45, janvier 2008  ; L’Accent catalan, n° 24, mars 2005.

  • 18 DGAC, Aena, Insee.

7La frontière marque une discontinuité géopolitique accrue par des disparités de compétences entre communautés autonomes espagnoles et collectivités territoriales françaises. Ce déséquilibre est attribué par des maires des communes frontalières aux disparités fiscales et salariales ou à l’absence d’une véritable décentralisation  : «  Nous n’avons pas la moitié des compétences de la Generalitat  », déplore le député-maire du Soler et conseiller régional François Calvet (UMP)  : «  Paris discute en premier lieu avec Madrid alors que Barcelone est maîtresse chez elle.  » La municipalité de Perpignan, sur son site consacré aux relations internationales de partenariat avec les villes de la Generalitat, regrette la concurrence «  naturelle  » existant entre Perpignan et Gérone. Deux villes moyennes dotées d’aéroports secondaires à l’évolution de trafic pourtant inversée  : en 2007 la fréquentation s’élève à 4,8 millions de passagers à Gérone, soit une augmentation de 870  % de 2002 à 2007, contre 422 000 à Perpignan qui a perdu 35  % de ses passagers en cinq ans 18. L’aménagement récent de l’aéroport de proximité de Gérone spécialisé en low cost visant à désengorger Barcelone et créer un second aéroport pour la Catalogne, est conçu en fonction d’une politique régionale des transports aériens, ce qui n’est pas le cas en Languedoc-Roussillon où, dans les représentations des responsables politiques locaux, les aéroports de Montpellier, Nîmes, Béziers, Carcassonne et Perpignan ne peuvent qu’être concurrents.

  • 19 USAP : Union sportive des arlequins de Perpignan.

8Un département dont les représentations fortement identitaires sont instrumentalisées. Le sentiment identitaire catalan ne s’est jamais exprimé aussi fortement que lors de la victoire de l’USAP 19 au championnat de France de rugby en 2009, devenue la victoire du «  peuple catalan  », fêtée par les élus de la mairie de Perpignan et du conseil général, chaque commune des Pyrénées-Orientales célébrant le bouclier de Brennus rebaptisé le planxot  ; ou lorsqu’une manifestation hostile à l’appellation de Septimanie rassemble à Perpignan des élus de toutes tendances excepté ceux du parti socialiste  : le président du conseil régional voulait ainsi rebaptiser la Région Languedoc-Roussillon, espérant réunifier une région éclatée et gommer les revendications identitaires occitane en Languedoc et catalane dans les Pyrénées-Orientales.

  • 20 Jean-Paul Alduy, Perpignan demain : la ville-pont et l’archipel roussillonnais, ouvrage non daté.
  • 21 Le Point, no 1594, 4 avril 2003.
  • 22 Jean-Paul Alduy, op. cit.
  • 23 Objectif, no 92, avril 2009.

9Malgré un développement parallèle entre les régions frontalières, il existe des liens privilégiés entre classe politique et population des «  deux Catalognes  », au nom d’une identité culturelle que symbolise la langue et la notion de catalanité  : lorsqu’un délégué de la Generalitat se rend dans les Pyrénées-Orientales, il se doit de rendre visite aux deux caciques locaux, le président socialiste du Conseil général attaché à «  l’accent catalan de la République française  » et le maire UMP de Perpignan qui déclare être «  en concurrence  » avec Montpellier, «  dans l’ignorance  » avec Toulouse, «  dans l’espérance  » avec Barcelone, Perpignan étant une «  ville-pont entre l’Espagne et la France, et sans doute le reste de l’Europe  ». Ce dernier accuse la DATAR d’avoir réduit Perpignan à une bourgade sans université, sans aéroport, sans plate-forme logistique de niveau international au bénéfice de la capitale régionale promue au rang de métropole européenne 20. Son discours annonçant l’entrée de Perpignan «  dans l’aire métropolitaine de Barcelone 21  » grâce à la réalisation d’une ligne TGV s’appuie en partie sur l’affectivité  : «  Nous sommes cousins germains, nous avons trop de liens historiques et culturels […] Nos relations déjà affectueuses avec la Catalogne espagnole s’en trouveront renforcées [par le TGV].  » Dès sa première élection en 1993, il joue la carte catalaniste en intégrant sur sa liste trois membres d’Unitat Catalana, parti nationaliste apparenté au CDC de centre-droit de Jordi Pujol alors à la tête de la Generalitat et pour qui relier Perpignan à Barcelone, c’est «  relier les deux Catalognes  ». «  L’avenir devrait venir d’un rééquilibrage de nos relations vers le sud, et pour accélérer le mouvement, le plus efficace était tout simplement de faire revivre l’histoire catalane de notre ville, de relancer dans le même temps l’apprentissage et l’usage de la langue catalane et de multiplier les échanges culturels et commerciaux 22.  » Sa stratégie, obéissant à une logique de marketing urbain prônée par la DATAR, intègre et instrumentalise la culture spécifique catalane sur un espace national. Le maire de Perpignan met en exergue le fait que dans les scénarios de France 2020, Perpignan semble intégrée à la grande aire polycentrique barcelonaise. Par contre le président du conseil général, de tradition républicaine légitimiste et représentant un département rural, revendique une catalanité à échelle nationale et conserve comme cadre territorial d’action l’échelle régionale française du Languedoc-Roussillon  : «  En tant que président du conseil général des Pyrénées-Orientales et vice-président de la Région, je suis la preuve vivante que des passerelles existent déjà entre conseil général et régional. Avec Georges Frêche… on parle d’égal à égal 23.  » Sur le plan politique, les élections de 1999 pour la Generalitat opposant le nationaliste Jordi Pujol de Convergencia i Union (CIU) à Pasqual Maragall, ancien maire socialiste de Barcelone, témoignent de leurs représentations respectives. Alors que le président du conseil général et la fédération catalane du parti socialiste créent une plate-forme de soutien au parti socialiste catalan, le maire de Perpignan déclare que «  les liens très forts d’affection et de complémentarité tissés entre nous perdureront au-delà des aléas politiques  ».

  • 24 L’indépendant du 13 décembre 2006.
  • 25 L’indépendant du 4 décembre 2006.
  • 26 « États et souverainetés en Europe : l’exemple catalan », B. Loyer et J. L. Villanova, Hérodote, no(...)

10Pour les représentants électoralement ultra-minoritaires des partis catalanistes des Pyrénées-Orientales autonomistes ou indépendantistes (moins de 3  % des suffrages à chaque élection locale), il n’existe qu’une Catalogne. Ces partis ont fusionné avec leurs équivalents de la Generalitat. Les représentants de la gauche indépendantiste de l’ERC Nord rattachés à l’ERC Sud sont présents dans l’exécutif national et au conseil national de la Generalitat de Catalogne, même si la «  réalité socio-politique au nord est difficile  » pour le porte-parole d’ERC au Parlement catalan 24. Le Bloc Català autonomiste qui se déclare de centre-gauche est devenu en 2006 une délégation de Convergence démocratique de Catalogne (CDC), soit une vitrine dans les Pyrénées-Orientales du parti conservateur de centre-droit présidé par Arthur Mas  : «  Nous sommes unis à la CDC car nous avons la même foi, le même sentiment que cette terre doit être le ciment de la culture catalane 25.  » Conception qui diffère de celle des responsables nationalistes de Catalogne «  qui se représentent leur communauté comme une société ouverte et perméable à tous ceux qui veulent bien adopter la langue catalane et l’idée de nation catalane 26  ».

  • 27 B. Giblin (coord.), Hérodote, no 95, « Nationalismes régionaux en Europe », 1999.
  • 28 L’Indépendant du 16 septembre 2005.
  • 29 L’Indépendant du 1er décembre 2007.

11À échelle des collectivités territoriales du département, la politique transfrontalière est longtemps abordée et effective sous l’angle culturel de la catalanité. La promotion d’une identité culturelle catalane généralisée dans le département est encouragée par la Generalitat de Catalogne qui finance l’enseignement du catalan dans des écoles associatives et publiques  ; «  les nations-régions doivent nécessairement accentuer leur différence avec le reste de l’État, sinon la représentation de la nation ne pourra se diffuser dans le groupe. La langue est le marqueur le plus efficace de la différence 27  ». La Casa de la Generalitat à Perpignan est une institution unique puisque émanant directement de l’administration de la communauté autonome hors des frontières de l’État espagnol. La mairie de Perpignan reçoit régulièrement des subventions de la Generalitat dans le cadre d’une convention de coopération culturelle, linguistique et territoriale. Jean-Paul Alduy se félicite d’un renforcement des liens avec la Catalogne arrivant à propos «  en ce moment difficile où la Région Languedoc-Roussillon qui ne deviendra jamais la Septimanie, a supprimé toutes les subventions en faveur de la culture catalane 28  ». Le député-maire UMP du Soler où doit être construit un collège de la Bressola financé en partie par la Generalitat, veut promouvoir la culture catalane et faire «  comme si la frontière n’existait pas  » dans l’optique d’un eurodistrict avec Gérone qui «  nous permettrait de montrer à l’Europe que nous existons, et à l’Europe de nous aider à exister 29  ». À l’université de Perpignan devenue en 2008 le siège des «  Pays catalans  », a été mis en place une formation en transfrontalier associant des partenaires français et espagnols, institution similaire côté Atlantique avec l’ACTI, de la faculté de Bayonne.

12Cette «  catalanité  » qui garantit une spécificité côté français, est prise en compte par l’UE favorable aux minorités régionales et linguistiques et à l’Europe des Régions. Alors que seule la ville de Gérone est liée à Perpignan par une convention de partenariat culturel signée en 1988, la nouvelle équipe municipale se lance en 1993 dans une politique volontariste de partenariat avec des villes de Catalogne  : Barcelone en 1994, Figueras en 1996, Lérida en 2000. Ce partenariat n’entraîne aucun programme ni projet sur le long terme autre que culturel. Ces liens culturels et historiques ne sont à aucun moment utilisés voire instrumentalisés par l’équipe municipale de Perpignan pour dynamiser les relations à échelle régionale entre le Languedoc-Roussillon et la Catalogne. L’analyse des représentations des candidats aux municipales de juin 2009 met en évidence cette absence de projet transfrontalier dans leurs programmes. Aucun d’entre eux ne mentionne le fait que Perpignan est à la veille d’entrer dans un eurodistrict la reliant plus étroitement à Gérone. Le phénomène transfrontalier ne mobilise pas les élus, il ne s’avère pas politiquement intéressant sur leur profession de foi respective. Seule la «  catalanité  » y autorise des relations transfrontalières, qu’elles soient culturelles ou économiques.

II – L’intérêt général se définit-il à plusieurs échelles en zone transfrontalière franco-espagnole  ?

  • 30 Philippe Subra, Géopolitique de l’aménagement du territoire, Armand Colin, 2007.

13Les enjeux de la coopération transfrontalière depuis la décennie 1990 dans les Pyrénées-Orientales n’ont pas dépassé les réalisations d’infrastructures communes franco-espagnoles. Enjeux et intérêts divergent à échelle locale, régionale, nationale et européenne favorisant un développement parallèle. Si le TGV est unanimement désiré au niveau local, régional et européen, mais retardé au niveau national français et espagnol, la THT souhaitée par les instances de Bruxelles et décidée à échelle nationale de part et d’autre de la frontière est refusée à échelle locale. Comme le souligne Philippe Subra, se pose aujourd’hui le problème du contenu de l’intérêt général et de l’échelle du territoire de référence  : intérêt général environnemental ou économique  ? Faut-il continuer à définir l’intérêt général à échelle de la nation ou privilégier d’autres échelles et parler désormais d’intérêt général européen, planétaire, local ou transfrontalier 30  ? Face à la décision intergouvernementale franco-espagnole dans une région de transit d’un aménagement d’une THT ou d’une LGV, la mobilisation commune des acteurs politiques locaux français et espagnols ne contribue-t-elle pas à un début de coopération transfrontalière  ? (fig. 1)

14La relance du traité de Bayonne au Sommet franco-espagnol du 17 octobre 2005 permet de réunir l’ensemble des acteurs et des échelons de coopération, tandis que des rivalités de pouvoir s’exercent entre toutes les collectivités territoriales à échelle départementale  : conseil général et municipalité de Perpignan, municipalité de Perpignan et Région  ; ces trois niveaux autonomes doivent mettre en place une coopération transfrontalière rendue difficile par ces différends alors que l’Union européenne a choisi l’espace régional comme base territoriale de ses politiques d’intervention.

  • 31 Stéphane Galan, « La macrorégion barcelonaise, un espace transfrontalier », Méditerranée, « L’Arc m (...)
  • 32 Carreras i Puigdengolas, 1991, cité par Stéphane Galan, op. cit.

15Dans la décennie 1990, des pouvoirs régionaux décentralisés lobbyistes et peu visionnaires. Les élus régionaux prennent conscience du poids croissant des Régions au sein de l’Union européenne et du rôle que peut jouer un partenariat interrégional et transfrontalier en Méditerranée occidentale. Revendiquant une appartenance à «  l’Arc méditerranéen  » défini par Bruxelles, ils participent à la vague de création des eurorégions accompagnée d’une nouvelle programmation des fonds structurels, du Marché Unique et de la mise en place du Comité des Régions. Les dirigeants de la Catalogne ont dès 1985 la volonté politique de créer avec «  les Toulousains, les Montpelliérains, les Roussillonnais, les Catalans et, dans une moindre mesure, les Valenciens et les Aragonais, un noyau important à cheval sur les Pyrénées  », à l’image des noyaux riches et dynamiques en Hollande, en Belgique, en Allemagne, en région parisienne et dans le Nord de l’Italie. La représentation usuelle d’une dorsale médio-européenne exclut du centre économique européen la «  macrorégion barcelonaise 31  ». Le Réseau C6 créé en janvier 1991 à Saragosse est formé des six capitales régionales de Barcelone, Valence, Saragosse, Palma de Majorque, Toulouse et Montpellier «  constituées en lobby, avec l’objectif de présenter ensemble des propositions aux institutions régionales, nationales et communautaires 32  ».

  • 33 Colloque « L’identité des régions en France et en Europe », Privat, 1995.
  • 34 L’Indépendant du 13 novembre 2003.
  • 35 B. Giblin, « Nationalismes régionaux en Europe », Hérodote, no 95, 4e trimestre 1999.

16Les responsables régionaux du Languedoc-Roussillon sous la présidence de l’UDF Jacques Blanc participent avec la Catalogne et Midi-Pyrénées à la création en 1991 d’une eurorégion pâle et anonyme dont l’enjeu unique est la réalisation de la LGV Sud-Méditerranée Montpellier-Barcelone qui dessert déjà le Nord-Est dynamique de la région. «  Dans une région comme la mienne où il fallait des CRS pour nous protéger lorsqu’on avait dit “oui” à l’élargissement de la Communauté européenne, le fait de pouvoir créer l’Eurorégion, d’avoir notre Maison du Languedoc-Roussillon à Barcelone est la preuve que l’on a fait “ bouger les choses ” 33.  » Dans ce même esprit de lobbying, il accède à la présidence du Comité des Régions en 1994, son vice-président étant le maire socialiste de Barcelone, postes qu’ils échangent en 1996 au moment de l’alternance régions-villes, jouant tous deux pleinement leur fonction de groupe de pression dans les instances européennes au profit du Sud-Ouest européen  : «  Nous avons fait fonctionner le Comité des Régions dans une parfaite intelligence 34.  » Ces deux responsables politiques ont aussi comme objectif commun de s’appuyer sur les instances européennes de Bruxelles contre celles nationales de Paris et Madrid, afin de renforcer leur pouvoir régional et affaiblir celui de leur État respectif, Jacques Blanc pensant aller vers une reconnaissance de partenariats pour les programmes européens. L’Europe encourage les Régions «  à accroître leurs particularités culturelles tout en s’efforçant d’atténuer leurs disparités économiques 35  ».

  • 36 In L’Européen no 11 du 3 juin 1998, cité par Fréderick Carles, « Géopolitique de l’Eurorégion », mé (...)
  • 37 Espaces transfrontaliers, site de la MOT et Semaine du Roussillon, 13 au 19 novembre 2003.

17Le fonctionnement de l’Eurorégion est à l’image de la réalisation de l’infrastructure ferroviaire retardée par les États nationaux. Elle est ignorée de la population locale des Pyrénées-Orientales alors que son siège est situé à Perpignan. Puis devient virtuelle suite au boycott de ses instances par les élus de Midi-Pyrénées en réaction à l’alliance de Jacques Blanc avec le Front national pour son élection en 1998 à la présidence du conseil régional. Une élection «  guère approuvée en Catalogne  », le président du Gouvernement autonome prenant ses distances et n’entretenant «  que des relations institutionnelles 36  ». Si la frontière entre États a favorisé le négoce international avec la puissance logistique et commerciale du marché international Saint-Charles où sont organisés importations et transit des produits de l’agriculture espagnole, les acteurs économiques et les élus aidés par Bruxelles utilisent les fonds européens pour faire du développement parallèle, à la différence des régions frontalières du Nord et de l’Est. Il n’y a pas de frontaliers et très peu d’échanges entre entreprises des «  deux Catalognes  ». La Compagnie des transports de Perpignan Méditerranée est «  castillane  ». Alors qu’en 2005 en France, 272 000 résidents vont travailler dans un pays voisin, l’Espagne, devenu pays récepteur par rapport à la France, reçoit 3 000 frontaliers français dont 2 000 en direction de la Catalogne, soit 200 Nords-Catalans 37. Le différentiel de dynamisme économique entre les deux territoires frontaliers n’a pas suscité de flux Nord-Sud. Le barrage de la langue, les disparités sociales et la notion de frontière qui reste encore forte, sont encore trop présents.

  • 38 AFP, Prades, université d’été, le 25 août 2004.

18L’aménagement d’une THT à travers les Pyrénées engendre une mobilisation massive des élus et des populations de part et d’autre de la frontière franco-espagnole. Au sommet de Perpignan d’octobre 2001, les gouvernements français et espagnol signent un accord visant à accroître significativement la capacité d’échange entre les deux pays dans un contexte où la Commission européenne recommande un niveau d’interconnexion électrique pour chaque État membre au moins équivalent à 10  % de sa capacité de production installée. L’Espagne est en retard en ce qui concerne les interconnexions transfrontalières, aucune nouvelle ligne n’ayant été construite depuis 1982, date de l’accord signé entre François Mitterrand et Felipe González prévoyant la construction de nouvelles infrastructures entre France et Espagne. Alors que l’État en France est en position attentiste de 2001 à 2009 face à une mobilisation locale contre ce projet, l’État espagnol exige cet aménagement pour des besoins énergétiques. À échelle régionale, le président socialiste de la Generalitat élu dans le cadre d’un pacte avec les Verts, déclare qu’il a «  besoin d’électricité pour alimenter la Catalogne  » mais qu’il est favorable à une ligne enterrée, en accord avec le président socialiste du Languedoc-Roussillon qui se prononce pour l’exportation énergétique «  sans dommage pour le paysage 38  ».

  • 39 D. Giband, G. Lacquement, M. Lefèvre, op. cit.

19À échelle locale, les élus et les populations soutenus par des écologistes principalement en France refusent cet aménagement dans les Pyrénées-Atlantiques en 1984, le Val d’Aran, les Hautes-Pyrénées en 1996, dans la Vallée de Louron, en Ariège en 1999, puis dans les Pyrénées-Orientales à partir de 2001  : en Roussillon en 2001 et 2008, dans le Moyen et Haut-Vallespir en 2004. Cette opposition locale gagne en partie la zone transfrontalière de la province de Gérone et un front transfrontalier se constitue  ; à l’annonce de l’élection présidentielle, «  le président du conseil général de gauche, malmené aux législatives précédentes, se lance dans un soutien actif au collectif anti-THT […] Cette récupération suscite l’émoi de l’opinion publique et décide, en retour, les élus de droite à se mobiliser contre le projet 39  ». L’alliance des élus de toutes tendances et des populations en plaine du Roussillon par le biais de manifestations citoyennes, d’un collectif d’associations de l’environnement et d’un syndicat de maires contre un projet d’équipement électrique transnational se met donc en place à échelle des NUTS 3, soit du département des Pyrénées-Orientales et de la province de Gérone. Dans le Haut et Moyen-Vallespir, les maires solidaires et unanimes des deux cantons frontaliers limitrophes formant la même communauté de communes «  s’interdisent  » lors d’un serment public «  toute discussion séparée ou individuelle avec les représentants de RTE ou ses éventuels émissaires  ». Cette mobilisation massive côté français est à l’origine de l’adoption d’un projet de ligne enterrée au coût décuplé à partir de 2009 après médiation et recommandation européenne et dans le contexte national français du «  Grenelle 2015  ». Tandis que le président du conseil général et le maire de Perpignan revendiquent désormais une ligne enterrée maritime, les parlementaires de droite des Pyrénées-Orientales réclament au «  ministre de l’Écologie  » une compensation financière pour le département et les communes directement impactées par cette ligne THT. Il est à noter que ce mouvement ne débouche pas sur un traitement global d’un aménagement transfrontalier. Les opposants de Catalogne désormais isolés se tournent vers les instances européennes pour les défendre face au pouvoir national de Madrid et aux instances régionales catalanes de Barcelone.

20La mobilisation des élus est en revanche unanime en faveur de l’aménagement du TGV Sud-Méditerranée. Les hommes politiques locaux occupent toutes les structures institutionnelles européennes, interrégionales, et transfrontalières pour faire du lobbying en faveur de la LGV  : Comité des Régions, Communauté de travail des Pyrénées, Eurorégion, Arc Latin, Eurodistrict. La ligne TGV Paris-Montpellier-Barcelone est en concurrence avec le Paris-Toulouse-Saragosse désiré par l’État central espagnol. Si l’Aragon est en position égalitaire avec la Catalogne, les Pyrénées-Orientales ne pèsent pas le poids à côté de Toulouse, même au sein du Languedoc-Roussillon. Durant l’absence de fonctionnement de la première eurorégion induite par l’alliance électorale de Jacques Blanc avec le Front national et face aux déclarations du ministre des Travaux publics espagnols renvoyant l’échéance à 2006, des villes françaises et espagnoles ont pris le relais des trois présidents de régions pour que le TGV soit opérationnel en 2004. Les maires de huit grandes villes situées sur le tracé de la future ligne TGV, regroupés en association, à l’exception de ceux de Béziers et Narbonne, se sont retrouvés à Figueras puis Perpignan, les deux extrémités de la section internationale, à un «  Sommet des villes TGV 2004  ». Cet enjeu est capital pour la Generalitat de Catalogne qui sera à l’initiative de la création d’une nouvelle eurorégion avec comme principal objectif le désenclavement ferroviaire à grande vitesse de son territoire à échelle européenne. Les sept présidents des régions frontalières françaises et espagnoles assisteront pour la première fois au Sommet franco-espagnol d’octobre 2005 consacré aux questions transfrontalières avec les chefs de gouvernement José Luis Zapatero et Dominique de Villepin. Au cœur des discussions, les infrastructures de transport transpyrénéennes, les régions ayant insisté sur le retard des connexions routières et ferroviaires entre les deux pays malgré une croissance exponentielle du trafic.

III – Émergence d’une dynamique territoriale transfrontalière avec ses représentations

21Aux colloques culturels ou scientifiques, expositions, universités d’été, ont succédé à échelle microrégionale des politiques de coopération transfrontalière pourvues d’une dynamique territoriale propre reposant sur de multiples représentations.

1. Des représentations transfrontalières à échelle microrégionale dans les Albères

  • 40 L’Indépendant du 13 novembre 2003.

22Une coopération de proximité globale se met en place dans le massif des Albères dans les décennies 1990-2000. De 1982 à 2001, le maire de Céret symbolise la volonté politique locale d’établir une coopération avec les communes espagnoles voisines des comarques de l’Alt Empordà, de la Garrotxa et du Ripollès, soit un bassin de population de 230 000 habitants. Dès 1985, Henri Sicre engage une politique transfrontalière à échelle intercommunale dans le domaine de l’environnement avec la création d’un syndicat de développement du massif des Albères de droit français. Fondateur et président du Pays Pyrénées-Méditerranée, ce député socialiste de la 4e circonscription des Pyrénées-Orientales de 1988 à 2007 a marqué l’histoire de la coopération transfrontalière à échelle nationale et locale. Son fief de pouvoir à forte cohésion territoriale est le Vallespir dans la vallée du Tech, formant un pays comprenant les cinq cantons frontaliers de l’arrondissement de Céret et le canton de Thuir, soit environ 90 000 habitants. Cet élu fonctionnaire des impôts et attaché à la culture catalane, pour qui la coopération transfrontalière doit être inventée à chaque frontière, s’est investi dans les relations franco-espagnoles en tant que rapporteur de plusieurs projets de lois au nom de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale qui se sont avérés déterminants dans les relations institutionnelles entre la République française et le royaume d’Espagne  : approbation en 1999 du protocole additionnel à la convention-cadre européenne de 1982 dite de Madrid rendant possible la création d’organismes transfrontaliers dotés de la capacité juridique et de l’autonomie budgétaire  ; coopération transfrontalière en matière policière et douanière en 2003. Un des axes stratégiques de la charte de territoire du Pays Pyrénées-Méditerranée est consacré au développement des échanges et de la coopération transfrontalière. Henri Sicre considère que cette coopération «  ne peut être que le fruit des gens qui habitent le territoire concerné. Dès qu’on s’éloigne du contexte local, on se retrouve sous la coupe des États. Il est clair que le pouvoir central à Madrid ne laissera jamais le gouvernement catalan traiter directement avec Paris 40  ». D’où la mise en place d’actions de coopération qui par leur simplicité et leur objectif s’imposent aux États. Le conseil comarcal de l’Alt Empordà est représenté au sein du conseil de développement du pays par son président disposant d’une voix délibérative. Des programmes entre le Pays Pyrénées-Méditerranée et le conseil comarcal de l’Alt-Emporda touchent aujourd’hui les domaines de la santé, du tourisme et la valorisation du patrimoine  ; alors qu’en mars 2005 une convention est signée pour la gestion du rivage méditerranéen, en 2008-2009 un GECT composé d’élus et d’acteurs locaux des deux côtés de la frontière présente le projet transfrontalier d’inscription du rivage méditerranéen des Pyrénées au patrimoine de l’UNESCO.

2. Émergence d’une représentation transfrontalière européenne et méditerranéenne à échelle régionale

23L’espace transfrontalier eurorégional est réactivé en 2004 à l’initiative du gouvernement catalan socialiste de Pasqual Maragall, avec la création d’une nouvelle Eurorégion «  Pyrénées-Méditerranée  » regroupant Catalogne, Aragon, Iles Baléares, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. Or le contexte géopolitique transfrontalier local est profondément modifié après dix-huit ans de pouvoir de l’UMP Jacques Blanc en Languedoc-Roussillon, et vingt-trois années de règne du conservateur et nationaliste «  vice-roi  » Jordi Pujol en Catalogne  : les présidents de Région excepté celui des îles Baléares sont socialistes, partisans d’une politique pro-européenne de coopération transfrontalière décentralisée relayée à échelle départementale dans les Pyrénées-Orientales par le président socialiste du conseil général et le maire UMP de Perpignan. L’objectif proclamé de G. Frêche est de sortir le Languedoc-Roussillon de son «  isolement  ». Pasqual Maragall, venu en mars 2004 à Montpellier soutenir sa candidature aux élections régionales, veut «  bâtir le futur  » avec l’eurorégion  : «  À nous de faire un projet économique, politique et social pas uniquement culturel et affectif.  » Cette nouvelle combinaison spatiale de trois échelles de pouvoir, transfrontalière, régionale et départementale, accélère localement le processus d’intégration européenne. L’implantation des instances politiques et administratives eurorégionales à Barcelone et Toulouse témoigne de cette volonté politique de la Generalitat et de la Région Midi-Pyrénées.

24Pour le Languedoc-Roussillon et les Pyrénées-Orientales, c’est le passage d’une gestion de lobbying à ambition locale et régionale marquée par une direction clientéliste d’assise rurale et basée sur des liens interpersonnels, à une vision interrégionale et urbaine, alignée sur celle européenne et méditerranéenne de Barcelone réorientant ses pouvoirs métropolitains face à l’affirmation internationale récente de la capitale madrilène. À la forte volonté politique du pouvoir régional catalan, s’ajoute celle du président de la communauté d’agglomération de Montpellier devenu président de région en 2004, de la Communauté de travail des Pyrénées en 2006, et de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée en 2008, et qui, écarté de l’échelle nationale de pouvoir par les instances de son parti, trouve enfin un territoire à la mesure de ses ambitions régionale et européenne. L’objectif de lobbying se double de la volonté de créer une dynamique transfrontalière à partir de projets concrets sous forme d’un Groupement européen de coopération territoriale. Le GECT eurorégional créé en 2008 introduit une structure juridique qui permet selon le président du gouvernement des îles Baléares que «  toutes les Régions fonctionnent comme une seule, parlent d’une même voix au niveau européen et demandent ensemble des moyens à Bruxelles  »  ; le président de la Région Midi-Pyrénées est à l’origine de la mise en place d’un projet d’Eurocampus dont le siège est à Toulouse. «  Premier campus européen et septième au niveau mondial, il devrait réunir les universités de Montpellier, Toulouse et Barcelone, soit plus de 500 000 étudiants, 45 000 chercheurs, 22 universités, 23 autres établissements du supérieur. Selon l’ancien maire de «  Montpellier la surdouée  », la crise impose de bâtir une nouvelle économie de la connaissance.

25D’autre part, les élus régionaux de Méditerranée occidentale ont pris conscience que l’élargissement de la Communauté européenne en Europe centrale et orientale entraîne un glissement vers l’est du centre de gravité de l’UE et une diminution prévisible des subventions des fonds structurels jusque-là majoritairement en faveur des régions méditerranéennes. Un bon fonctionnement de l’Eurorégion est devenu indispensable pour un désenclavement ferroviaire de Barcelone et Toulouse à échelle européenne alors qu’est en cours de réalisation une liaison interne LGV du territoire espagnol. «  L’Arc méditerranéen  » cher à Bruxelles est toujours majoritairement desservi en France par des trains interrégionaux entre Perpignan et Marseille. Dès son élection en mars 2004, G. Frêche crée une délégation de l’Eurorégion à Bruxelles et remplace la Maison du Languedoc-Roussillon à Barcelone par une «  vitrine du Sud  » en partenariat avec les Régions PACA et Midi-Pyrénées. Tout ce qui touche aux transports, notamment le dossier TGV, et au développement économique restera de sa compétence. Les quatre présidents socialistes, Martin Malvy pour Midi-Pyrénées, Pasqual Maragall pour la Catalogne, Marcelino Iglesias pour l’Aragon et Georges Frêche pour le Languedoc-Roussillon, constituent de fait un véritable lobby représentant 13 millions d’habitants. Des Régions qui n’ont jamais fait l’objet d’une perspective intégrée de développement s’unissent par une organisation souple avec un travail de coordination entre services des conseils régionaux et des communautés autonomes, sous la houlette de la Catalogne  : «  C’est enfin une réalité  : aujourd’hui la volonté politique coïncide avec la volonté des agents sociaux  !  », se félicite la secrétaire générale des relations internationales à la Generalitat et organisatrice avec le Patronat Català Pro-Europa de la première rencontre de travail sur l’Eurorégion.

3. À échelle départementale  : une réalisation transfrontalière concrète

  • 41 L’Indépendant du 30 juin 2006.

26Les élus du conseil général des Pyrénées-Orientales passent d’une représentation d’un espace transnational européen dénommé «  Arc latin  », base argumentaire fréquemment invoquée pour justifier d’actions communes de part et d’autre de la frontière et obtenir des fonds structurels, à une représentation concrète d’un eurodistrict institué en GECT entre l’espace de coopération décentralisé des Pyrénées-Orientales et la Communauté autonome de Catalogne. Lors de la mise en place de l’association européenne «  Arc Latin  » s’étendant de l’Andalousie au Latium, l’implication du pôle de lobbying des élus de l’eurorégion est comparable à celle mise en place en 1994 dans le Comité des Régions. Son premier président est à la tête de la diputació de Barcelone, son second du conseil général de l’Hérault, celui des Pyrénées-Orientales présidant la commission Culture. Les Pyrénées-Orientales correspondent à une province type de caractère significativement rural, comprise entre 2 000 et 4 000 km2 avec une population entre 200 000 et 400 000 habitants. Son conseil général se félicite d’avoir drainé quelque 26 millions d’euros de financements européens sur 521 dossiers en cinq ans. De 2006 à 2009, région de «  Catalogne Sud  » et département de «  Catalogne Nord  » décident de la mise en place d’un «  Espace catalan transfrontalier  » d’un million d’habitants, réunissant les comarques de Gérone et la «  Catalogne Nord  ». Le problème d’effacer la frontière est beaucoup plus psychologique que matériel pour le président français du conseil général qui déclare avoir «  le devoir d’accompagner le mouvement qui nous attire l’un vers l’autre, mais ce seront les populations qui décideront 41  ».

  • 42 Mission opérationnelle transfrontalière (MOT), site Espaces transfrontaliers : www.espaces-transfro (...)
  • 43 L’Accent catalan, magazine du conseil général des Pyrénées-Orientales, no 24, mars 2005.

27Cet eurodistrict missionné par la MOT et l’université de Gérone sur le modèle de Regio Pamina, prend réellement forme sur le Plateau cerdan où catalanité et partage d’un bassin de vie en milieu montagnard participent à l’aménagement du premier hôpital européen transfrontalier en 2009. Ce haut plateau au milieu duquel passe la frontière, ayant comme moteurs économiques le climatisme et le tourisme, est un «  véritable bassin de vie transfrontalier quelque peu isolé des deux pays de rattachement par des cols 42  ». Il y a continuité urbaine entre Puigcerdà (8 000 habitants) et Bourg-Madame (1 300 habitants) dépourvus de lien administratif depuis 1659. Dans un premier temps les deux communes ont signé en 2002 un traité de coopération transfrontalière portant sur une convention liant les hôpitaux de Perpignan et Puigcerdà, avec l’accord de Paris et du préfet des Pyrénées-Orientales approuvé par le Conseil d’État et le ministère de l’Admi­nistration publique espagnole. En avril 2005 est créé un consortium Bourg-Madame / Puigcerdà, syndicat intercommunal sur le modèle juridique du droit espagnol que les deux communes vont financer elles-mêmes pour structurer leur agglomération transfrontalière de 10 000 habitants en matière de collecte des ordures, de promotion du tourisme, d’urbanisme, de trafic urbain, d’éducation et de culture. Puis un GECT est parrainé par le département qui s’implique «  dans des domaines qui ne relèvent pas de sa compétence mais où des besoins se font sentir 43  » en matière de suivi médical des populations des hauts cantons, pour la mise en place d’un hôpital transfrontalier (fig. 1).

  • 44 CIADT (Comité interministériel pour l’aménagement et le développement du territoire) du 18 mai 2000
  • 45 La Dépêche du Midi du 16 décembre 2002.
  • 46 Données : MOT et Préfecture des Pyrénées-Orientales, Livre Blanc de l’Eurodistrict.

28Cependant les représentations de part et d’autre de la frontière ne sont pas similaires. Les maires des communes françaises déplorent dès 2000 l’isolement de leurs communes, une économie des hauts cantons menacée par les restructurations du secteur de la santé et le renforcement de la concurrence touristique espagnole et andorrane, ainsi qu’une valorisation insuffisante des installations climatiques et sportives de Font-Romeu 44. «  Maintenant nous envions le dynamisme des Espagnols et la souplesse de leur administration. Pendant que nous construisons quatre maisons, ils en bâtissent trois mille  », déplore le maire de Bourg-Madame 45. Début 2008, les édiles expriment auprès de la DDEA leurs préoccupations sur le manque de surfaces disponibles pour construire et le coût des terrains  ; ils soulèvent le problème de la dégradation, voire de la disparition des services au public avec le sentiment d’être parfois oubliés au niveau départemental au bénéfice de la communauté d’agglomération de Perpignan. Côté espagnol, les représentations des élus et des populations locales ont été bouleversées par l’aménagement d’un tunnel routier révolutionnant les activités touristiques locales car mettant Puigcerdà à moins de deux heures de route des trois millions d’habitants de l’agglomération barcelonaise. Les résidences secondaires se sont multipliées, la population de Puigcerdà est passée de 6 000 habitants en 2001 à plus de 8 000 en 2002. L’installation de ménages espagnols est en constante progression côté français en raison des différences de coût du foncier et du logement (en 2007, 20  % environ du parc cerdan de résidences secondaires 46 ). Pour le responsable de l’antenne locale de la CCI à Saillagouse, les Catalans du Sud représentent une «  manne  » pour les hauts cantons  ; en 2010 une route deux fois deux voies mettra Barcelone à une heure trente de la Cerdagne et du Capcir.

Conclusion

29Les élus des Pyrénées-Orientales sont engagés depuis plus de deux décennies dans une politique de coopération transfrontalière culturelle et «  affective  » au nom d’une identité catalane parfois instrumentalisée à toutes les échelles de pouvoir, dans un contexte de développement parallèle et d’absence de flux frontaliers. Sur un territoire départemental marginalisé à échelle du pays et de la région, leur vision nationale et rurale s’oppose à une vision urbaine et européenne des élus de la grande région voisine partagée par le maire urbaniste de la ville moyenne de Perpignan. Les représentations des élus des collectivités territoriales décentralisées où perdure la notion de frontière déclinent différemment l’intérêt général en matière d’aménagement et de gestion globale. Des confrontations liées à la construction de la THT a résulté un «  front transfrontalier  » et un aménagement concerté échappant aux seules forces du marché. Engagés dans une politique transfrontalière de proximité rompant avec une logique traditionnelle de lobbying, des élus ont fait preuve d’une volonté politique de coopération globale dans les Albères, consentie sur le Plateau cerdan ou affirmée à l’échelle d’un eurodistrict sur fonds de revitalisation d’une eurorégion initiée par la Generalitat de Catalogne. Cette coopération transfrontalière émergente se développe désormais dans un contexte géopolitique local majoritairement socialiste, pro-européen et partisan d’une Europe des Régions. Peut-elle participer au renversement d’une logique locale clientéliste des élus au profit d’une logique de dynamique territoriale européenne interrégionale et transfrontalière fortement désirée outre-Pyrénées ?

Haut de page

Bibliographie

Alduy J.-P., Perpignan demain  : la ville-pont et l’archipel roussillonnais, éditeur anonyme, non daté.

Carles F., Géopolitique de l’Eurorégion, mémoire de maîtrise de géographie, université de Perpignan, 1998-1999.

Foucher M., Fronts et frontières, Fayard, Nouvelle édition 2005.

Galan S., «  La macrorégion barcelonaise, un espace transfrontalier  », Méditerranée  : «  L’Arc méditerranéen en question  », 1er février 1994.

Giband D., «  Les événements de Perpignan ou la fin d’un système géopolitique local  », Hérodote, n°  120  : «  La question postcoloniale  », Paris, La Découverte, 2006.

Giblin B. (dir.), Nouvelle géopolitique des régions françaises, Fayard, 2005.

Giblin B. (coord.), Hérodote, n°  95  : «  Nationalismes régionaux en Europe  », Paris, La Découverte, 1999.

Labasse J., Quelles régions pour l’Europe  ?, Flammarion, 1994

Lacoste Y. (dir.), Géopolitiques des régions françaises, Fayard, 1986.

Lasserre F., Gonon E., Manuel de géopolitique. Enjeux de pouvoir sur des territoires, collection «  U  », Paris, Armand Colin, 2008, 347 p.

Loyer B., Géopolitique de l’Espagne, Armand Colin, 2006.

Loyer B., Villanova J. L., «  États et souverainetés en Europe  : l’exemple catalan  », Hérodote, n°  95  : «  Nationalismes régionaux en Europe  », Paris, La Découverte, 1999.

Nemery J.-Cl., Le renouveau de l’aménagement du territoire en France et en Europe, Economica, 1994.

Subra Ph., Géopolitique de l’aménagement du territoire, Armand Colin, 2007.

Verlaque Ch., Le Languedoc-Roussillon, PUF, 1987.

Journaux et revues

Accent catalan (L’), magazine du conseil général des Pyrénées-Orientales, no 24, mars 2005.

Dépêche du Midi (La), 16 décembre 2002.

Indépendant (L’), 23 octobre 2004.

Indépendant (L’), 13 novembre 2003.

Indépendant (L’), 16 septembre 2005.

Indépendant (L’), 30 juin 2006.

Indépendant (L’), 4 décembre 2006.

Indépendant (L’), 13 décembre 2006.

Indépendant (L’), 1er décembre 2007.

Monde (Le), 14 octobre 1999.

Mundo (El), 27 décembre 2007.

Objectif, n°  90, février 2009, spécial «  Coopération transfrontalière  ».

Objectif, n° 92, avril 2009

Petit Journal (Le), 7 au 13 août 2009

Point (Le), n°  1594, 4 avril 2003

Sites internet

www.cg66.fr/economie/coop_transfront/doc/Livre Blanc de lEurodistrict.pdf

www.espaces-transfrontaliers.org  : site de la Mission opérationnelle transfrontalière (MOT)

www.payspyreneesmediterranee.org  : site officiel du Pays Pyrénées-Méditerranée

www.pyrenees-orientales.pref.gouv.fr  : site de la préfecture des Pyrénées-Orientales

Haut de page

Notes

1 Après la Corse, qui détient le record du taux de pauvreté en France (18,8%), les Pyrénées-Orientales se placent ex aequo avec l’Aude et la Seine-Saint-Denis avec un taux de 18%.

2 Jones (1945), repris par Lacoste (1993), cité par Lasserre et Gonon (2008).

3 L’Indépendant du 23 octobre 2004.

4 Entretien à El Mundo le 27 décembre 2007.

5 Site officiel Pays Pyrénées-Méditerranée. Présentation.

6 Perpignan demain : la ville-pont et l’archipel roussillonnais, J.-P. Alduy, éditeur anonyme, non daté.

7 L’Indépendant du 13 novembre 2003.

8 L’Indépendant du 13 novembre 2003.

9 David Giband, « Les événements de Perpignan : la fin d’un système géopolitique », Hérodote, no 120, 2006.

10 Christian Verlaque, Le Languedoc-Roussillon, PUF, 1987.

11 Le Petit Journal du 7 au 13 août 2009.

12 G. Giband, G. Lacquement, M. Lefèvre, in B. Giblin (dir.), Nouvelle géopolitique des régions françaises, Fayard, 2005.

13 Barbara Loyer, Géopolitique de l’Espagne, Armand Colin, 2006.

14 Le Monde du 14 octobre 1999.

15 En 2004, le PIB / habitant n’est que de 87,7 si on compare à une moyenne européenne de 27 pays à 100. En Catalogne, il s’élève à 120,5 (moyenne française de 112,3).

16 G. Giband, G. Lacquement, M. Lefèvre, op. cit.

17 Objectif, no 90, février 2009, spécial coopération transfrontalière.

18 DGAC, Aena, Insee.

19 USAP : Union sportive des arlequins de Perpignan.

20 Jean-Paul Alduy, Perpignan demain : la ville-pont et l’archipel roussillonnais, ouvrage non daté.

21 Le Point, no 1594, 4 avril 2003.

22 Jean-Paul Alduy, op. cit.

23 Objectif, no 92, avril 2009.

24 L’indépendant du 13 décembre 2006.

25 L’indépendant du 4 décembre 2006.

26 « États et souverainetés en Europe : l’exemple catalan », B. Loyer et J. L. Villanova, Hérodote, no 95, « Nationalismes régionaux en Europe », 1999.

27 B. Giblin (coord.), Hérodote, no 95, « Nationalismes régionaux en Europe », 1999.

28 L’Indépendant du 16 septembre 2005.

29 L’Indépendant du 1er décembre 2007.

30 Philippe Subra, Géopolitique de l’aménagement du territoire, Armand Colin, 2007.

31 Stéphane Galan, « La macrorégion barcelonaise, un espace transfrontalier », Méditerranée, « L’Arc méditerranéen en question », 1er février 1994.

32 Carreras i Puigdengolas, 1991, cité par Stéphane Galan, op. cit.

33 Colloque « L’identité des régions en France et en Europe », Privat, 1995.

34 L’Indépendant du 13 novembre 2003.

35 B. Giblin, « Nationalismes régionaux en Europe », Hérodote, no 95, 4e trimestre 1999.

36 In L’Européen no 11 du 3 juin 1998, cité par Fréderick Carles, « Géopolitique de l’Eurorégion », mémoire de maîtrise de géographie, université de Perpignan, 1998-1999.

37 Espaces transfrontaliers, site de la MOT et Semaine du Roussillon, 13 au 19 novembre 2003.

38 AFP, Prades, université d’été, le 25 août 2004.

39 D. Giband, G. Lacquement, M. Lefèvre, op. cit.

40 L’Indépendant du 13 novembre 2003.

41 L’Indépendant du 30 juin 2006.

42 Mission opérationnelle transfrontalière (MOT), site Espaces transfrontaliers : www.espaces-transfrontaliers.org

43 L’Accent catalan, magazine du conseil général des Pyrénées-Orientales, no 24, mars 2005.

44 CIADT (Comité interministériel pour l’aménagement et le développement du territoire) du 18 mai 2000.

45 La Dépêche du Midi du 16 décembre 2002.

46 Données : MOT et Préfecture des Pyrénées-Orientales, Livre Blanc de l’Eurodistrict.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Représentations d’élus territoriaux des Pyrénées-Orientales
Crédits Source (de gauche à droite, de haut en bas)  : Objectif, supplément au n° 90, février 2009, spécial «  Coopération transfrontalière  »  ; L’Accent catalan, n° 45, janvier 2008  ; L’Accent catalan, n° 24, mars 2005.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1705/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Lefèvre, « Périphérie et transfrontalier comme catégories d’action politique  », Sud-Ouest européen, 28 | 2009, 31-43.

Référence électronique

Marianne Lefèvre, « Périphérie et transfrontalier comme catégories d’action politique  », Sud-Ouest européen [En ligne], 28 | 2009, mis en ligne le 20 mai 2016, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1705 ; DOI : 10.4000/soe.1705

Haut de page

Auteur

Marianne Lefèvre

Maître de conférences en géographie, université de Perpignan Via Domitia, CNRS FRE 3027, Laboratoire ArtDEV.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals