Navigation – Plan du site

Les incendies de forêt en Catalogne : de la lutte contre un risque à la gestion du feu

Forest fires in Catalonia: from risk assessment to fire management
Los incendios de bosques en Cataluña: de la lucha contra un riesgo a la gestión del fuego
Johanna Faerber
p. 77-90

Résumés

Les incendies de forêt constituent dans les deux Catalognes un risque important, avec environ 13 % du territoire brûlé dans les 35 dernières années. La politique traditionnelle basée sur la lutte visait autant que possible la suppression du feu. Au cours des deux dernières décennies, les approches ont changé : le feu est désormais considéré comme utile pour des objectifs pastoraux, environnementaux et la prévention. Le développement d’une politique de brûlage dirigé a contribué à diminuer l’ampleur des incendies. Cependant, des très grands feux vont continuer à se produire si on ne redonne pas aux forêts méditerranéennes leur vocation multifonctionnelle.

Haut de page

Texte intégral

1Les incendies constituent en région méditerranéenne un risque omniprésent. Bien que directement liés aux conditions climatiques, l’ampleur du phénomène dépend aussi de multiples autres facteurs : facteurs physiques d’abord, mais aussi et surtout humains.

2Le feu n’est en rien un phénomène récent : « Dans cette forêt habitée depuis des millénaires par les sociétés méditerranéennes, le feu est une réalité inscrite sur la longue durée » remarque à juste titre V. Clément (2005). Dans les forêts de pins en Catalogne, les feux étaient aussi présents au Moyen Âge qu’à l’heure actuelle (Lloret et Marí, 2001).

3Depuis le Néolithique, la fréquence, la taille et la puissance des incendies ont varié, en fonction du contexte climatique, mais aussi des activités humaines exercées dans ou près de la forêt. Ainsi, les modifications de l’occupation du sol qui se sont produites en région nord-méditerranéenne depuis le XIXe et tout au long du XXe siècle se sont soldées par un changement des rythmes du feu (Barbero et al., 1990). L’évolution est particulièrement visible dans les Pyrénées, autant sur le versant français qu’espagnol : la dépopulation et la déprise agro-pastorale ont entraîné une progression du maquis et des forêts de pins, formations végétales très sensibles aux incendies (García-Ruiz et al., 1996 ; Roura-Pascual et al., 2005). Dans les Pyrénées-Orientales, la surface forestière a plus que doublé depuis le début du XXe siècle. L’augmentation de la biomasse et de sa continuité spatiale a rendu plus difficile le contrôle d’un feu : en Catalogne – comme ailleurs en région méditerranéenne – la fréquence et l’impact croissants des incendies sont mis en relation avec la disparition des mosaïques paysagères qui étaient si caractéristiques de ces zones rurales (Badia et al., 2002).

4En même temps, l’ampleur du phénomène est influencée par des choix politiques : quelles démarches dominent en matière de prévention et de lutte ? Quels moyens sont mobilisés dans les deux cas ? Plus globalement : quelle est l’approche générale du feu ? Il a paru intéressant d’étudier ces questions pour deux territoires proches physiquement mais pas identiques dans leurs choix politiques respectifs. Les « deux Catalognes » correspondent bien à cette configuration. Précisons que dans le cadre de la présente étude, les territoires comparés sont, pour la partie sud, la région de Catalunya, communauté autonome d’Espagne, avec une superficie de 31 950 km2 et 7 millions d’habitants en 2006, et pour la partie nord, appelée aussi Catalogne française, les Pyrénées-Orientales, département français d’une superficie de 4 116 km2 et de 441 000 habitants en 2006. Ces unités administratives ne correspondent pas exactement aux limites linguistiques et historiques de la Catalogne, mais elles constituent les territoires de référence des statistiques et politiques analysées dans le présent travail.

I – Les incendies de forêt : ampleur du phénomène et localisation des feux dans les deux territoires

  • 1 Cette base de données, conçue et lancée en 1973, couvre 15 départements du Sud-Est de la France. El (...)

5Les incendies sont recensés dans les Pyrénées-Orientales depuis 1974 dans la base de données Prométhée 1. En Catalogne, des statistiques des feux de forêts existent depuis 1968 ; afin de faciliter la comparaison, nous ne tenons compte ici que des données à partir de 1974.

  • 2 D’après la définition officielle de Prométhée, le terme « feu de forêt » regroupe les « incendies q (...)

6Pour la période 1974-2008, Prométhée dénombre 3 772 «  feux de forêts  » 2, soit une moyenne de 110 feux par an. Depuis 1974, les feux ont parcouru au total 50 517 ha, soit 1 443 ha / an en moyenne. Ramenés à la surface du département, ces chiffres représentent 12,2 % de la superficie totale (0,35 % de surface brûlée chaque année).

7En Catalogne, dans la même période, près de 22 000 incendies ont été recensés, soit une moyenne de 627 feux par an. La surface brûlée s’élève à 431 800 ha, soit 12 330 ha / an. Les chiffres sont bien plus élevés, mais mis en relation avec la superficie totale du territoire, l’ampleur du phénomène est assez proche : la surface brûlée correspond à 13,5 % de la Catalogne (0,386 % brûlée chaque année).

8En terme de taille moyenne d’un incendie, on constate que les feux sont plus grands en Catalogne (19,6 ha en moyenne) que dans les Pyrénées-Orientales (13,4 ha) ; il y a 9 feux pour 1 000 ha dans les Pyrénées-Orientales, contre 6,9 en Catalogne.

9Dans les deux territoires, les variations interannuelles des surfaces brûlées sont importantes (fig. 1). Dans les Pyrénées-Orientales, les chiffres s’échelonnent entre 76 ha pour l’année la plus « froide » (1999) et 10 899 ha pour l’année la plus « chaude » (1978). En Catalogne, la surface brûlée oscille entre 577 ha (2008) et 76 625 ha (1994). Ces grandes différences interannuelles s’expliquent en partie par l’inconstance du climat méditerranéen : les périodes de chaleur et de sécheresse propices à l’éclosion des feux sont plus ou moins prononcées et nombreuses suivant les années. Cependant, ce lien n’est pas automatique : l’année de la canicule, 2003, a été une très mauvaise année sur le front des incendies au niveau français et européen. Mais, dans les Pyrénées-Orientales comme en Catalogne, les surfaces brûlées sont restées, avec 566 et 9 878 ha, assez modestes.

Fig. 1 – Nombre d’incendies et surface brûlée dans les Pyrénées-Orientales et en Catalogne de 1974 à 2008

Fig. 1 – Nombre d’incendies et surface brûlée dans les Pyrénées-Orientales et en Catalogne de 1974 à 2008

Sources : Prométhée et Generalitat de Catalunya, Servei de Prevenció d’Incendis Forestals

  • 3 Sont appelés ici « très grands incendies » les feux supérieurs à 500 ha, et «  grands incendies  » (...)
  • 4 Les calculs sont basés sur les données de 1982 à 2008.

10La forte variabilité s’explique surtout par la présence de très grands incendies 3. Dans les Pyrénées-Orientales, ces feux sont rares (12 seulement pour toute la période d’observation, soit 0,3 % des feux), mais ils sont responsables de 47 % de la surface totale incendiée (tabl. 1). Les petits et moyens incendies sont fréquents (98,2 % des feux) mais ne représentent que 26,8 % de la surface brûlée. Le déséquilibre est encore plus prononcé en Catalogne, à cause du nombre plus élevé de très grands incendies  : ils correspondent à 0,6 % des feux mais à 73,5 % de la surface brûlée, tandis que les petits et moyens incendies représentent 98,2 % des feux mais seulement 12,8 % de la surface brûlée 4.

Tableau 1 – Nombre de feux et surface brûlée en fonction de la taille des incendies dans les Pyrénées-Orientales et en Catalogne (1974-2008)

Taille

des incendies

Pyrénées-Orientales

Catalogne

nombre (en %)

surface (en %)

nombre (en %)

surface (en %)

< 10 ha

93,1

11,9

92,2

4,7

10-100 ha

5,1

15,3

5,9

8,1

100-500 ha

1,5

25,8

1,3

13,7

> 500 ha

0,3

47

0,6

73,5

Sources : Prométhée et Generalitat de Catalunya, Servei de Prevenció d’Incendis Forestals

11Le problème des incendies est donc essentiellement lié à la présence de grands et très grands feux. Ils se produisent de façon assez aléatoire si le feu éclôt pendant une période sèche, dans un secteur à forte combustibilité et continuité végétale sur terrain accidenté, et si ce feu n’est pas combattu immédiatement (détection tardive, éloignement du centre de secours, indisponibilité des moyens aériens…). La présence d’un vent fort est une autre condition indispensable : il contribue à l’assèchement de la végétation, augmente le flux de chaleur en amont du front de flamme, accélère la progression d’un incendie et peut provoquer le transport de matière en ignition, rendant ainsi la lutte difficile voire impossible.

12Pendant la période d’observation de 1974 à 2008, on constate des évolutions similaires dans les deux territoires. Les surfaces brûlées sont importantes jusqu’en 1986, avec une moyenne de 20 160 ha / an en Catalogne et 2 915 ha / an dans les Pyrénées-Orientales. à partir de 1987, la baisse est spectaculaire : la moyenne ne s’élève plus qu’à 7 713 ha / an en Catalogne et à 574 ha / an dans les Pyrénées-Orientales, soit une baisse de 62 % et de 80 %. En même temps, la taille moyenne d’un feu diminue de 37,5 à 11,3 ha en Catalogne, et de 19,2 à 7 ha dans les Pyrénées-Orientales. Dans les deux cas, cette évolution s’explique par la raréfaction des très grands incendies : dans les Pyrénées-Orientales, 10 des 12 événements recensés se sont produits avant 1987.

13Au niveau du nombre d’incendies, les évolutions divergent : dans les Pyrénées-Orientales, on passe d’une moyenne de 152 feux / an avant 1987 à 82 (soit une baisse de 46 %), tandis qu’en Catalogne, le nombre des feux progresse de 537 à 680 (+ 27 %). Il s’agit surtout d’une augmentation du nombre des très petits feux (< 1 ha) qui constituent dans les deux dernières décades près de 75 % des incendies, contre 50 % auparavant. La prudence s’impose quant à l’interprétation de cette évolution : s’agit-il d’une réalité ou d’un effet de distorsion des statistiques (modification des instructions administratives, variations des moyens humains disponibles pour la saisie…) ?

  • 5 547 mm (56 jours de pluie) à Perpignan, 640 mm (55 jours de pluie) à Barcelone et 724 mm (67 jours (...)

14La majorité des feux se produit dans les secteurs de piémont et de basse montagne. C’est ici où le risque météorologique est maximal  : les précipitations annuelles sont peu élevées 5, et le climat méditerranéen se traduit par la présence d’une période sèche en été. Le mois le plus sec est juillet (14 mm à Perpignan, 20 mm à Barcelone, 30 mm à Gérone), suivi par les mois de juin et août. Une deuxième période sèche, plus atténuée, s’observe en hiver, avec une quarantaine de millimètres dans les mois de février et mars. Cependant, les valeurs moyennes ne correspondent en rien à des « normales », la normalité étant l’alternance entre des années plus humides et plus sèches. Une conséquence majeure de cette irrégularité est que des périodes de sécheresse successive peuvent se produire à n’importe quelle saison : dans les Pyrénées-Orientales, leur probabilité n’est guère plus élevée en été (30 %) que dans les autres saisons (PDPFCI, 2006).

  • 6 Les chiffres ne tiennent compte que des incendies dont on connaît le périmètre, soit 64 % de la sur (...)

15Les secteurs de piémont et de basse montagne corres­pondent aussi à la présence des formations végétales particulièrement inflammables et combustibles, installées souvent sur des pentes fortes qui peuvent entraîner une accélération du feu. Dans les deux territoires, les faciès de transition (garrigues et maquis) constituent l’essentiel de la zone brûlée. Toutefois, il faut noter la sensibilité particulière des formations de chêne liège  : dans les Pyrénées-Orientales, 34  % de la suberaie de production a été parcourue au moins une fois par un feu entre 1974 et 2003, contre moins de 6  % pour d’autres formations arborées et 28  % pour le maquis non boisé (Peyre, 2004) 6. Pour la Catalogne, il faut noter la forte présence de pins méditerranéens (surtout pin d’Alep, mais également pin maritime et pin pignon), particulièrement sensibles aux incendies.

  • 7 Lérida n’affiche qu’une moyenne annuelle de 369 mm.
  • 8 DFCI : Défense de la forêt contre les incendies.
  • 9 Plus de 18 000 « feux péri-urbains » ont été recensés dans les Pyrénées-Orientales depuis 1973, chi (...)

16Dans les plaines et les fonds de vallées (Roussillon, Empordà, plaines côtières de la Catalogne, bassin de Lérida…), secteurs agricoles et fortement urbanisés, les feux de forêts sont ipso facto impossibles malgré un risque météorologique fort 7  ; d’ailleurs, dans les Pyrénées-Orientales, ces secteurs ne sont pas intégrés dans les zones d’application de la réglementation DFCI 8. Le risque n’est pas pour autant absent  : les feux sont particulièrement fréquents dans les espaces périurbains 9. Leur logique étant très différente des incendies de forêt, nous ne tenons pas compte de ces feux ici.

17En montagne, les précipitations dépassent largement les 1 000 mm sur les contreforts des Albères et des Pyrénées, y compris sur les versants sud. Le relief modifie aussi la répartition des pluies dans l’année : le climat océanique du val d’Aran et le climat méditerranéen «  pyrénéen » sont caractérisés par un été assez humide (Martín-Vide, 1992). Les incendies sont moins fréquents ; toutefois, des grands feux peuvent se produire dans ces régions accidentées à la faveur de périodes sèches.

II – Répartition journalière et mensuelle des feux et causes des incendies

18La répartition journalière et mensuelle des feux est assez semblable dans les deux territoires, fait lié à leur climat proche (fig. 2). La plupart des incendies éclosent l’après-midi, au moment du plus grand dessèchement du combustible. On peut noter un léger décalage : dans les Pyrénées-Orientales, le plus grand nombre d’éclosions se produit entre 15 et 16 heures, tandis qu’en Catalogne, le maximum se situe entre 16 et 17 heures. Ce décalage, peu significatif, s’explique surtout par des raisons socio-culturelles (reprise des activités potentiellement génératrices de feu plus tard l’après-midi en Catalogne).

Fig. 2 – Répartitions journalière et mensuelle des incendies dans les Pyrénées-Orientales et en Catalogne (1974-2008)

Fig. 2 – Répartitions journalière et mensuelle des incendies dans les Pyrénées-Orientales et en Catalogne (1974-2008)

Sources : Prométhée et Generalitat de Catalunya, Servei de Prevenció d’Incendis Forestals

19Dans les deux territoires, plus de deux tiers des incendies se produisent dans les mois de juillet et août. Là aussi existe un léger décalage : la Catalogne affiche son maximum en juillet, tandis que dans les Pyrénées-Orientales il se situe en août. Par ailleurs, les mois d’automne sont assez calmes en Catalogne (seulement 12,4 % des feux cumulés en septembre, octobre et novembre) ; dans les Pyrénées-Orientales, où l’automne est en moyenne plus sec, la même période englobe 21,4 % des feux. Les deux territoires affichent un maximum secondaire au printemps : il s’explique en partie par la présence déjà évoquée d’une période sèche, mais aussi par les origines de ces incendies.

20Les statistiques Prométhée ne donnent qu’une image incomplète des causes pour les Pyrénées-Orientales. Pour la période de 1994 à 2008, prise ici comme période de référence, les causes ne sont renseignées que pour 47 % des feux. C’est le double par rapport au début des statistiques (23 % entre 1974 et 1987), mais largement inférieur aux chiffres affichés par le Service de prévention des incendies de forêts en Catalogne qui indique les origines pour 88 % des incendies.

  • 10 Les chiffres sont donnés par rapport aux causes connues.
  • 11 L’exploitation des statistiques est rendue difficile par une classification légèrement différente d (...)

21L’analyse globale des causes des deux côtés de la frontière met clairement en évidence que les incendies sont surtout un phénomène anthropique  : dans la période 1994-2008, les causes naturelles ne sont responsables que pour 5,6  % des feux dans les Pyrénées-Orientales, et pour 12,4  % en Catalogne 10. La très grande majorité des éclosions est donc liée aux activités humaines. Dans les Pyrénées-Orientales, 46,1 % des feux s’expliquent par des négligences, 12,6 % par des accidents et 35  % par la malveillance. En Catalogne, les chiffres sont assez proches, s’élevant respectivement à 46,8  %, 12  % et 27,8  % 11 (fig. 3).

Fig. 3 – Les causes des incendies dans les Pyrénées-Orientales et en Catalogne (1974-2008)

Fig. 3 – Les causes des incendies dans les Pyrénées-Orientales et en Catalogne (1974-2008)

Sources : Prométhée et Generalitat de Catalunya, Servei de Prevenció d’Incendis Forestals

  • 12 Dans les Pyrénées-Orientales, 40 % des incendies liés à l’utilisation du feu à des fins agricoles o (...)

22Dans le détail, les différences sont plus prononcées : 12,1 % des incendies sont provoqués dans les Pyrénées-Orientales par des travaux forestiers, mais seulement 4 % en Catalogne ; visiblement, les pratiques ne sont pas les mêmes. En revanche, les lignes électriques ne sont responsables que de 1,3 % des feux dans les Pyrénées-Orientales, mais de 6,3 % en Catalogne. Parmi les négligences, la rubrique « feux agricoles » constitue dans les deux cas la cause la plus fréquente (14,8 et 15,3 %). Ils se concentrent au printemps 12, ce qui contribue à l’augmentation du nombre des incendies dans cette période. à noter que les feux pastoraux, cause principale des incendies dans les Pyrénées centrales et occidentales (Métailié et Faerber, 2003), ne constituent pas dans les deux Catalognes un problème majeur : seuls 2,4 % des incendies en Catalogne sont liés à la gestion des pâturages ; aucun cas n’est mentionné pour les Pyrénées-Orientales après 1994.

23Il est important de souligner que les causes des incendies évoluent dans le temps. La fermeture progressive des décharges depuis les années 1990, imposée par la réglementation européenne, s’est logiquement traduite par une diminution importante des incendies liés à cette cause. Les incendies d’origine « professionnelle », qui représentaient encore 51 % des feux dans les Pyrénées-Orientales entre 1974 et 1987, passent dans la période 1994-2008 à 28,5 %. Il s’agit surtout d’une réduction des feux agricoles qui peut s’expliquer par la diminution du nombre d’agriculteurs, par une meilleure sensibilisation des acteurs face au risque, par la prise en charge des brûlages pastoraux par une équipe de spécialistes… La variation la plus spectaculaire s’observe dans les Pyrénées-Orientales pour les feux intentionnels : 211 feux, soit 35 % des incendies, ont été classés sous la rubrique « malveillance » entre 1994 et 2008, contre seulement 42 (8,9 %) pour la période 1974-1987. La pyromanie, les allumages motivés par des conflits ou intérêts auraient-ils réellement progressé d’une manière aussi spectaculaire ? On peut supposer que cette évolution est du moins en partie liée à une modification des perceptions et des analyses effectuées après chaque incendie (augmentation du nombre d’engins incendiaires trouvés…).

24Enfin, il est intéressant de noter que les feux liés à l’imprudence des particuliers (provoqués surtout par le jet d’objets incandescents mais aussi par des activités de loisir et de jardinage) restent, avec environ 17 %, très stables dans le temps, malgré l’arrivée de nouvelles populations et une périurbanisation croissante de l’espace.

III – La politique de prévention et de lutte des deux côtés de la frontière

25Depuis le Moyen Âge, les politiques en matière de gestion des incendies partent du postulat d’une forêt fragile et menacée qu’il convient de protéger (Clément, 2005). Cette orientation s’est renforcée au XIXe siècle avec l’apparition des différentes administrations forestières dans le Sud-Ouest de l’Europe : la criminalisation du feu paysan (Grove et Rackham, 2001), la limitation des droits d’usage et des programmes de reboisement sont alors susceptibles de « sauver la forêt de l’homme » (Faerber, 1995). Loin d’avoir apporté une solution en matière d’incendie, cette vision est restée dominante pendant une grande partie du XXe siècle. Elle explique les stratégies visant autant que possible la suppression du feu de l’environnement méditerranéen. La prévention des incendies est alors basée sur une approche double : d’un côté, il s’agit de réduire le nombre des éclosions, de l’autre de limiter l’extension des feux et de les éteindre au plus vite.

1. Des efforts pour réduire le nombre des éclosions

26Dans la première logique, les actions partent, dans les deux territoires, du constat qu’il est impossible de réduire le nombre des éclosions par une diminution de l’inflammabilité de la végétation : l’entretien de bandes de sécurité non inflammables serait bien trop coûteux. Ainsi, peu d’aménagements dans ce sens ont été réalisés, principalement autour des sites bien localisés (places à feu…). L’effort principal porte dans les deux territoires sur la sensibilisation de la population, partant du constat que l’homme est le premier responsable des éclosions. Mais, si la multiplication des panneaux et les campagnes d’information ont amélioré la perception générale du risque, elles ne se traduisent pas forcément par une modification des comportements individuels. La seule méthode réellement efficace pour réduire le nombre des éclosions consiste à limiter l’accès aux massifs forestiers, stratégie pratiquée en cas de risque élevé dans les deux territoires.

27Parallèlement, des réglementations ont été mises en place dans les deux Catalognes, visant à encadrer l’utilisation de l’outil feu (incinération de la végétation sur pied ou de végétaux coupés) qui est responsable pour près de la moitié des éclosions.

  • 13 Sont considérés comme faisant partie d’un massif boisé, les bois, forêts, plantations, reboisements (...)

28Dans les Pyrénées-Orientales, l’emploi du feu est réglementé par le code forestier mais aussi par les arrêtés préfectoraux du 14 avril et du 17 juillet 2008. La réglementation concerne les mises à feu à moins de 200 mètres des massifs forestiers 13. L’utilisation du feu est autorisée uniquement sous la responsabilité du propriétaire ou de ses ayants droit du 1er octobre au 31 mai. En dehors de cette période et dans les périodes mobiles de risque exceptionnel déterminées par arrêté préfectoral il est interdit à toute personne de fumer, de porter ou d’allumer du feu.

  • 14 Malgré le titre « déclaration » de l’imprimé-type prévu à cet effet, le feu doit être autorisé par (...)

29Le brûlage doit se conformer à des règles strictes : allumage uniquement par temps calme et avant 10 h, présence d’une personne par 1 000 m2 brûlé avec un minimum de deux personnes, réalisation au préalable d’une bande de sécurité de 5 m par débroussaillement, disposition de moyens de lutte adaptés et d’un téléphone mobile, extinction complète des foyers avant de quitter les lieux… Un brûlage de végétaux sur pieds d’une surface supérieure à 100 m2 doit faire l’objet d’une déclaration préalable en mairie 14. Toute opération portant sur une surface de plus d’un hectare en une seule fois nécessite l’intervention de professionnels.

  • 15 Comme en France, une « zone forestière » peut inclure des zones non boisées actuellement.

30En Catalogne du Sud, l’utilisation du feu est définie par le décret 64/1995. La période d’interdiction est plus longue qu’en France, allant du 15 mars jusqu’au 15 octobre. Pendant cette période, il est interdit d’allumer un feu et de procéder à une quelconque activité susceptible de provoquer un feu à moins de 500 m d’une zone forestière 15. Toutefois, des autorisations spéciales peuvent être accordées par l’administration environnementale pour permettre l’utilisation du feu dans le cadre de certaines activités professionnelles (travaux forestiers ou agricoles, apiculture…). Dans ce cas, des conditions strictes de sécurité sont imposées, assez semblables à celles définies dans les Pyrénées-Orientales pour la période humide. Des obligations de préparation du chantier et des détails peuvent être précisés au cas par cas, mais ne sont pas donnés de façon globale.

  • 16 En Allemagne, par exemple, l’incinération des végétaux sur pied est catégoriquement interdite. Depu (...)

31Dans les deux territoires, l’emploi du feu est donc autorisé sous conditions. Ce fait mérite d’être souligné, car il est loin d’être une évidence automatique. En effet, dans d’autres pays pourtant bien moins concernés par le risque incendie, l’utilisation du feu est interdite 16. Malgré son image négative auprès de l’administration pendant des siècles, le feu semble donc toujours être considéré comme un outil potentiellement utile.

32On peut noter aussi que des réglementations assez précises encadrent l’outil feu dans les deux territoires. En Catalogne, la période autorisée est assez courte, mais un effort de souplesse est perceptible : la préparation et le moment du brûlage peuvent être définis selon les objectifs et particularités de chaque chantier. Dans les Pyrénées-Orientales, la réglementation est plus directive, la souplesse agissant dans son application : le non-respect des règles n’entraîne en général pas de poursuites si le feu est contrôlé. Ainsi, les quelques éleveurs pyrénéens qui maîtrisent encore l’outil feu sont « autorisés » à brûler des superficies bien supérieures à un hectare sans passer par une équipe de spécialistes.

33L’utilisation du feu reste dans les deux territoires une des causes principales de l’éclosion des incendies. Le fait que les utilisateurs actuels ou potentiels du feu sont souvent dans l’ignorance la plus complète de la réglementation (Ribet, 2009) peut expliquer certains dérapages ; plus fréquemment, c’est la perte de savoir-faire et l’utilisation de l’outil feu par des nouvelles populations non expérimentées en la matière qui sont en cause. Cependant, si ces feux peuvent provoquer des pertes économiques (au minimum le coût de l’intervention des pompiers), il s’agit dans la très grande majorité des cas de petits débordements qui surviennent pendant la période humide dans les secteurs à faible continuité spatiale du combustible. Réduire les éclosions liées à l’utilisation de l’outil feu permettrait ainsi de diminuer le nombre de feux ; la stratégie serait bien moins efficace pour réduire les surfaces brûlées.

2. Des stratégies pour limiter l’extension des incendies

34La deuxième stratégie, visant à limiter l’extension des feux, est traditionnellement basée sur un renforcement de la lutte et sur la protection de la forêt par des coupures de combustibles, au détriment d’une politique plus large de l’aménagement de la forêt. Le constat est valable tant pour les Pyrénées-Orientales (Bourgoin, 2002) que pour la Catalogne (Badia et al., 2002 ; Pastor et al., 2006). La création de pistes d’accès, de pare-feu et de points d’eau a mobilisé pendant des décennies l’essentiel des moyens. Cependant, leur entretien nécessite des interventions régulières et coûteuses, problème évoqué depuis leur création (Michel, 1957). De plus, leur efficacité est limitée, en particulier lors des grands incendies qui se produisent les jours de vent fort.

35L’occurrence d’années « chaudes » (1976, 1978 et 1986 dans les Pyrénées-Orientales ; 1986 et 1994 en Catalogne) a favorisé cette reconnaissance et provoqué des changements progressifs de la démarche. Désormais, les acteurs institutionnels commencent à appréhender la prévention contre les incendies dans une approche plus globale d’aménagement de l’espace rural ; l’intégration de toutes les activités économiques susceptibles d’agir positivement dans l’optique DFCI doit permettre une gestion durable des territoires.

36Dans cette nouvelle logique, des coupures agricoles et surtout pastorales sont mises en place dans les Aspres et les Albères à partir des années 1980 (fig. 4), dans un souci de mailler les territoires fortement combustibles. La technique des « coupures de combustible » est officialisée dans les Pyrénées-Orientales par la loi du 6 juillet 1992. Elles ne sont désormais plus perçues comme un objectif exclusif, mais comme le produit annexe d’une activité économique à part entière, ce qui réduit considérablement leur coût (Coudour, 2000).

Fig. 4 – Coupure de combustible de type pastoral dans les Albères, septembre 2006

Fig. 4 – Coupure de combustible de type pastoral dans les Albères, septembre 2006

Cliché : J. Faerber

37L’élevage extensif, agissant sur des espaces assez vastes, s’avère rapidement comme la solution la plus appropriée : à la fin des années 1990, le réseau des coupures pastorales avoisine les 4 000 ha dans les Pyrénées-Orientales. L’entretien des coupures est soutenu par des mesures agri-environnementales afin de rendre économiquement viable l’utilisation d’espaces souvent peu productifs et de rémunérer le travail de débroussaillement effectué. En même temps, les activités pastorales sont souvent combinées à une reprise de l’exploitation du liège : l’association de l’élevage à la subericulture présente une meilleure efficacité économique et en terme de DFCI (Masson, 1995). Des études sur la conception des coupures de combustible visent à optimiser leur emplacement et efficacité (Rigolot et Costa, 2001 ; Rigolot, 2002). La recherche de solutions économiquement viables inclut des idées plutôt novatrices, par exemple une étude sur les possibilités de valorisation partielle des coupures DFCI pour la trufficulture (Peyrat, 2005).

  • 17  GRAF : Groupe de renfort aux actions forestières, ministère de l’Intérieur (Generalitat).
  • 18  La cellule REX 66 (Retour d’expérience sur les incendies de forêt dans les Pyrénées-Orientales) es (...)

38Parallèlement, des efforts importants ont été entrepris dans les deux Catalognes afin de renforcer la lutte, tant en termes de moyens qu’en mode opératoire – efforts qui sont poursuivis encore aujourd’hui d’une façon assez similaire. Il s’agit d’un côté de mieux intervenir en cas d’incendie, non seulement par l’amélioration de l’équipement des services de lutte et par une coopération transfrontalière renforcée, mais surtout en tirant les enseignements des incendies passés. Les analyses sont effectuées en Catalogne par le GRAF 17 et dans les Pyrénées-Orientales par la cellule REX 18(Bourgouin et Guillemat, 2007). D’un autre côté, il s’agit aussi d’intervenir plus vite, pour éviter la transformation d’un feu en très grand incendie. Dans cette logique, des cartes du risque journalier d’incendie sont établies pour les deux territoires, en se basant sur des mesures automatisées de la teneur en eau du combustible et des modèles complexes (Castro et al., 2003 ; Galtié et al., 2007). L’actualisation quotidienne de ces cartes disponibles via Internet permet de positionner les patrouilles dans les zones à risque maximal et de réglementer l’accès aux massifs forestiers.

39Les succès de ces politiques de prévention et de lutte semblent indéniables : nous avons déjà mentionné la forte diminution de la surface brûlée dans les deux Catalognes au cours des deux dernières décennies. Cependant, il convient de rester prudent quant à l’analyse du phénomène. L’efficacité des coupures de combustible est bien établie dans des cas précis (Lambert, 1999), et les moyens de lutte supplémentaires engagés ont permis sans aucun doute de réduire considérablement la surface brûlée. Toutefois, l’étrange similitude de l’évolution des surfaces brûlées dans les deux territoires interpelle. Il semble difficile de mettre en relation la césure nette qui existe dans les deux territoires entre 1986 et 1987 avec des événements et décisions concrets en matière de prévention et de lutte : les politiques se sont certes orientées dans les deux territoires vers des directions proches, mais elles se sont mises en place progressivement et pas forcément au même moment. Le caractère abrupt et identique du changement semble plutôt plaider en faveur d’une influence des conditions atmosphériques.

40En même temps, s’il semble possible de réduire les surfaces brûlées, des grands incendies continuent à se produire et démontrent les limites de la politique de suppression du feu dans les écosystèmes méditerranéens. Une prévention et lutte efficaces conduisent paradoxalement à une augmentation du risque : la diminution des surfaces brûlées se traduit par une accumulation de la biomasse et une plus forte continuité spatiale du combustible. Ainsi, la probabilité d’occurrence d’un très grand incendie augmente. La dynamique des incendies risque d’être relancée, d’autant plus que les conditions atmosphériques pourraient se détériorer dans le contexte d’un réchauffement climatique. Pour la Catalogne, Pausas (2004) a déjà mis en évidence une augmentation des températures estivales de 0,35 °C par décennie entre 1950 et 2000 ; dans la même période, les précipitations semblent diminuer légèrement.

IV – Le feu contre l’incendie

41Ce constat a amené à se poser la question de savoir si la politique d’une suppression maximale du feu est une stratégie payante à long terme. Non seulement le succès d’une telle politique semble douteux, mais le feu apparaît également comme un facteur fondamental dans la dynamique des écosystèmes méditerranéens qui maintient la diversité des milieux et leur intérêt écologique (Goldammer, 1990). Enfin, les zones brûlées constituent des coupures de combustible potentiellement intéressantes dans la lutte contre les incendies. Ne serait-il pas alors plus efficace d’utiliser le feu contre l’incendie au lieu de le combattre ?

  • 19 La surface incinérée correspond à environ 15 % de la zone de parcours.

42Des stratégies basées sur une utilisation contrôlée du feu ont été mises en place dans les deux territoires. Dans les Pyrénées-Orientales, une politique de brûlage dirigé a été initiée dès 1986 ; le département a été un des pionniers français voire européens en la matière. Dès le début du développement institutionnel de la pratique, l’objectif a été clairement double : développer un outil indispensable pour la restauration et le maintien des pâturages dans un contexte de reprise de l’élevage extensif, et réduire les dégâts causés dans les forêts par les incendies (Lambert et Parmain, 1990). Ainsi, les opérations ont été réalisées conjointement par les pastoralistes (Société d’élevage et SIME / SUAMME) et par les forestiers (Office national des forêts). Entre 1987 et 2008, plus de 1 000 brûlages dirigés ont été réalisés et 17 593 ha incinérés 19, une surface très importante si on la met en relation avec les 12 306 ha brûlés par les 1 751 incendies recensés dans la même période. Environ deux tiers des brûlages étaient motivés par la gestion pastorale (fig. 5) ; les autres étaient à vocation DFCI, environnementale, cynégétique (Faerber, 2008).

Fig. 5 – Un brûlage dirigé à vocation pastorale, réalisé par une unité de la Sécurité civile (Sournia, Pyrénées-Orientales, février 2008)

Fig. 5 – Un brûlage dirigé à vocation pastorale, réalisé par une unité de la Sécurité civile (Sournia, Pyrénées-Orientales, février 2008)

Cliché : J. Faerber

43À l’échelle du département, la mise en place de la cellule brûlage dirigé coïncide avec le recul net des surfaces incendiées déjà constaté. La nouvelle politique a certainement contribué à ce recul, mais son impact décisif semble discutable : les brûlages ont été essentiellement effectués en zone de montagne, tandis que les incendies se produisent surtout dans les étages méditerranéens. En revanche, en zone de montagne, le lien est évident. Dans le massif du Madres-Coronat, la proposition d’une alternative professionnelle a fortement réduit le nombre des incendies résultant des brûlages mal contrôlés (Mangeot, 2004). Dans d’autres cas bien documentés, les brûlages ont joué le rôle de coupures de combustible : des incendies se sont arrêtés ou ont pu être maîtrisés au niveau des surfaces incinérées par brûlage dirigé (Lambert, 1999).

44En Catalogne, la technique a été autorisée par le décret du 21 juin 1993 relatif au brûlage dirigé en zone de haute montagne. D’abord utilisé par le département de l’Agriculture pour la gestion des pâturages, l’outil est repris par le GRAF depuis 1999 dans une optique de gestion du risque incendie (Castellnou et al., 2002). L’activité est assez modeste par rapport aux chiffres affichés dans les Pyrénées-Orientales : entre 1999 et 2006, 74 feux ont été réalisés et 490 ha brûlés (Molina et al., 2007). L’utilisation du brûlage est trop récente et les surfaces trop faibles pour relever un éventuel impact dans les statistiques des incendies ; toutefois, l’efficacité de la technique a été démontrée par Piñol et al. (2005) à l’aide d’un modèle.

45En Catalogne, le feu est utilisé surtout à des fins DFCI (Molina et al., 2006) : il s’agit de la mise en place ou de l’entretien des coupures de combustible, de la réduction du combustible sur des sites stratégiques, ou encore de la création de bandes de sécurité autour des zones urbanisées. Le plus souvent, ces feux concernent des superficies petites et sont délicats à réaliser, ce qui explique leur coût de revient élevé : Molina et al. (2007) ont calculé un coût moyen de 566 € / ha pour les interfaces urbaines et même 1 247 à 1 379 € / ha pour les brûlages stratégiques et coupures de combustibles. Pour les Pyrénées-Orientales, B. Lambert (2008) évoque un coût d’entre 100 et 600 € / ha pour les brûlages réalisés dans les milieux arborés et avec des objectifs strictement DFCI, coût élevé mais néanmoins raisonnable en comparaison avec le prix d’un débroussaillage mécanique (800-2 400 € / ha) ou manuel (2 000-4 000 € / ha). Les feux pastoraux, effectués sur des superficies plus grandes et nécessitant moins de préparation, reviennent à 60-200 € / ha.

  • 20 Cette technique consistant à allumer un feu pour combattre l’incendie est utilisée dans les deux te (...)
  • 21 Brevet délivré par l’école d’application de sécurité civile de Valabre (ECASC).

46L’aspect « formation des forces de lutte » est un facteur important pris en compte dans les deux Catalognes. La réalisation de brûlages dirigés permet en effet de se familiariser avec le comportement du feu, de s’entraîner activement à la lutte (organisation, communication, extinction…) et même de s’exercer dans l’art de l’utilisation des feux tactiques 20. L’entraînement se fait dans des conditions sécurisées, dans un contexte atmosphérique favorable et un feu sous contrôle. Dans les Pyrénées-Orientales, les brûlages sont réalisés par des unités de la Sécurité civile (UISC 1 et UISC 7) qui prennent en charge une grande partie des frais au titre de la formation du personnel – ce qui réduit considérablement le coût des brûlages, qui restent ainsi abordables pour les bénéficiaires. Par ailleurs, depuis 2004, des brûlages dirigés sont réalisés dans le cadre de la formation des stagiaires du brevet national «  brûlage dirigé 21  ». Depuis 2006, une initiation au brûlage dirigé est proposée aux pompiers départementaux, visant la formation à l’emploi des feux tactiques.

47En Catalogne, la formation des services de lutte par une participation aux brûlages dirigés fait partie des objectifs prioritaires depuis le début du programme (Molina et al., 2007), même si cet intérêt n’est pas intégré dans les coûts affichés actuellement. Notons aussi que des échanges de savoir-faire existent depuis 2001-2002 entre les deux territoires, incluant une formation des équipes du GRAF dans les Pyrénées-Orientales ; ils se poursuivent depuis 2008 dans le cadre d’un programme européen INTERREG.

Conclusion

48Au cours de ces dernières décennies, différentes démarches ont été expérimentées dans les deux Catalognes en matière de gestion du risque incendie. D’une politique visant tant que possible la suppression du feu dans les écosystèmes méditerranéens, on est passé à des approches plus nuancées. Il a fallu beaucoup de temps et d’énergie pour convaincre une population et des administrations éduquées depuis des décennies à considérer le feu comme une menace. Aujourd’hui, on peut constater que l’intérêt potentiel du feu pour lutter contre les incendies est admis par les acteurs institutionnels : en Catalogne, le brûlage est devenu un outil « normal » de gestion pour la prévention des incendies de forêts, et la surface traitée augmente d’année en année (Pastor et al., 2006). En France, le brûlage dirigé a été officialisé par la loi forestière du 9 juillet 2001 en tant que technique de prévention des incendies.

49Au cours des dernières années, il est même devenu possible de franchir le pas qui sépare l’utilisation d’un outil de l’acceptation de l’utilité potentielle d’un aléa. En effet, une nouvelle démarche est expérimentée en Catalogne, visant à ne pas arrêter systématiquement un feu le plus vite possible mais au meilleur endroit (Castellnou, 2008). Le passage de l’extinction à la gestion des incendies limite les efforts humains et matériels et sécurise la lutte. D’un autre côté, en permettant aux incendies de parcourir des superficies plus grandes, l’incendie géré se transforme en outil, en créant des coupures de combustible. En terme de réduction des ligneux, les feux spontanés ont en effet la même efficacité que les brûlages dirigés (Montané et al., 2009). Ainsi, ils jouent un rôle positif en terme de DFCI au même titre que ces derniers, mais bien souvent à moindre coût. Bien entendu, la démarche s’applique d’abord aux feux qui se produisent lors de conditions assez humides et dans des secteurs sans enjeux ; il ne s’agit pas d’une politique absolue du let burn, difficile à envisager en Europe. Cependant, une extension de la politique aux incendies plus critiques (provoqués par la foudre notamment) est envisagée pour les années à venir (Castellnou, 2002).

  • 22 Depuis 2000, le nombre des licences a augmenté de 50 %.

50Toutefois, rien n’est jamais acquis définitivement. Dans les Pyrénées-Orientales, après plus de vingt ans de pratique de brûlage dirigé et des résultats très encourageants, on observe actuellement la montée d’une nouvelle opposition contre l’utilisation du feu, liée notamment à l’essor spectaculaire de la chasse au sanglier. L’explosion des populations suite à la fermeture des milieux a relancé non seulement l’intérêt économique de cette activité, mais elle a aussi accentué son poids politique. Or, les quelque 6 000 chasseurs 22 de sanglier sont très majoritairement opposés à l’utilisation du feu  ; progressivement, ils imposent leur vision aux quelque 300 éleveurs du département. Sur les 115 communes concernées par les activités de brûlage dirigé (soit environ la moitié des communes du département), la chasse est devenue un facteur de frein et même de blocage pour la moitié d’entre elles (Lambert, 2009).

51Par ailleurs, l’apparition de nouveaux acteurs, mais paradoxalement aussi l’acceptation institutionnelle de la pratique du brûlage, a entraîné une augmentation des charges administratives. Par conséquent, la réalisation d’un brûlage devient de plus en plus complexe ; son coût augmente avec le temps de travail nécessaire à la préparation du dossier. La réalisation de brûlages préventifs est d’autant plus handicapée qu’en même temps, la volonté politique de soutenir financièrement des actions préventives diminue – parallèlement à la réduction des surfaces brûlées par les incendies.

52Ainsi, la situation est actuellement complexe. Depuis les années 1980, les avantages d’une gestion multifonctionnelle ont été redécouverts. Le retour du troupeau débroussailleur, la reprise de la subericulture, la réhabilitation de l’outil feu : toutes ces mesures ont contribué à réduire le risque incendie. Mieux, la gestion des forêts veut se placer désormais dans une vision plus large d’aménagement du territoire (Delannoy et Viret, 2003). Ainsi, les Plans de protection des forêts contre l’incendie (PPFCI), instaurés en France par la loi du 9 juillet 2001 pour chaque massif forestier, visent la mise en place d’une politique plus cohérente qui dépasse le strict aménagement des forêts pour lutter contre l’incendie.

53Cependant, si la loi de 2001 va dans le bon sens, certains progrès indéniables des deux dernières décennies semblent aujourd’hui remis en cause. Les solutions mises en place dans les années 1990 se sont avérées tributaires de facteurs économiques extérieurs (prix du liège, viabilité économique de l’élevage…) et de volontés politiques mettant clairement l’accent sur la prévention. Les coupures de combustible ont pu être mises en place grâce aux aides agri-environnementales ; leur diminution a conduit à une forte réduction des surfaces entretenues après 2000.

54Les stratégies de prévention semblent ainsi victimes de leur efficacité : plus la surface brûlée diminue, moins le risque est considéré comme majeur, et plus la volonté politique d’agir dans le sens de la prévention est faible. Or, la réduction des efforts conduit à l’aggravation du risque et peut entraîner l’augmentation du nombre de très grands incendies.

55La situation actuelle en matière de feu est le résultat des dynamiques spontanées de la végétation après l’abandon de ces milieux anciennement humanisés. Redonner aux forêts méditerranéennes leur vocation multifonctionnelle, améliorer la gestion forestière en intégrant toutes les activités et pratiques susceptibles de diversifier l’espace semble la seule stratégie efficace contre les très grands incendies. La reconstitution de mosaïques paysagères facilitera le passage d’une politique de suppression du feu à sa gestion. Cependant, revitaliser les forêts méditerranéennes nécessitera une volonté politique et publique claire. Malgré les grandes orientations affichées, la conjoncture actuelle, avec la baisse des surfaces brûlées, y semble peu favorable.

Haut de page

Bibliographie

Badia A., Sauri D., Cerdan R., Llurdes J., “Causality and management of forest fires in Mediterranean environments : an example from Catalonia”, Global Environmental Change, 2002, vol.  4, no 1, p. 23-32.

Barbero M., Bonin G., Loisel R., Quezel P., “Changes and disturbances of forest ecosystems caused by human activities in the Western part of the Mediterranean basin”, Vegetatio, 1990, no 87, p. 151-173.

Bourgoin D., « Une stratégie de grandes coupures dans le département des Pyrénées-Orientales (France) », in Stratégies de prévention des incendies dans les forêts d’Europe du Sud. Actes du forum européen « Feux de forêt ». Bordeaux, 31 janv.-2 fév. 2002, collection « Actes », Éditions Préventique, p. 113-121.

Bourgoin D., Guillemat V., « L’observation terrestre instrumentée comme source d’information pour le retour d’expérience feux de forêt », Salamandra, 2007, 10 p.

Castellnou C., Molina D., Messague S., Dalmau E., Galan M., “Fuel Management Philosophy and programme in Catalonia”, in Stratégies de prévention des incendies dans les forêts d’Europe du Sud. Actes du forum européen « Feux de forêt », Bordeaux, 31 janv-2 fév 2002, collection « Actes », éditions Préventique, p. 95-102.

Castellnou M., Iglesias N., Guarque J., Perna J., Lleonart S., “Experiencias de formación continuada en Cataluña durante las campañas 2003, 2004, 2005 y 2006”, Conférence « Wildfire  », Sevilla, Espagne, 2007, 11 p.

Castellnou M., “Training for Fire Managers in the Use of Prescribed Fire for Wildfire Hazard Reduction and Nature Conservation in Europe”, 1st Eurasian Symposium on the Use of Prescribed Fire, Eurasian Fire in Nature Conservation Network (EFNCN), Freiburg, Germany, 25-27 Janvier 2008.

Castro F. X., Tudela A., Sebastià M. T., “Modeling moisture content in shrubs to predict fire risk in Catalonia (Spain)”, Agricultural and Forest Meteorology, 2003, vol.  116/1-2, p. 49-59.

Clément V., « Les feux de forêt en Méditerranée : un faux procès contre Nature », L’Espace géographique, 2005, t. 34, no 4, p. 289-304.

Coudour R. (coord.), Étienne M., Millat C., Beylier B., Thavaud P., Dureau R., Coupures de combustible, le coût des aménagements, Réseau coupures de combustible - éditions de la Cardère, Morières, no 3, 2000, 57 p.

Delannoy Y., Viret J., « Sud : la gestion des risques incendie de forêts », Pouvoirs locaux, 2003, no 56, p. 65-70.

Faerber J., Le feu contre la friche. Dynamiques des milieux, maîtrise du feu et gestion de l’environnement dans les Pyrénées centrales et occidentales, thèse de doctorat en géographie, université de Toulouse II, 1995, 363 p.

Faerber J., “Prescribed Range Burning in the French Pyrenees”, 1st Eurasian Symposium on the Use of Prescribed Fire. Eurasian Fire in Nature Conservation Network (EFNCN), Freiburg, Germany, 25-27 Janvier 2008, Actes de colloque à paraître, 12 p.

Galtié J.-F., Mateu F., Merlet N., « L’observation aérienne instrumentée comme source d’information pour le retour d’expérience feux de forêt », Salamandra, 2007, 8 p.

García-Ruiz J. M., Lasanta T., Ruiz-Flano P., Ortigosa L., White S., “Land-use changes and sustainable development in mountain areas : a case study in the Spanish Pyrenees”, Landscape Ecology, 1996, 11, p. 267–277.

Goldammer J. F., Jenkins M. J. (dir.), Fire in Ecosystems Dynamics. Mediterranean and Northern perspectives, SPB Academic Publishing, La Hague, 1990, 199 p.

Grove A. T., Rackham O., The Nature of Mediterranean Europe. An Ecological History, Yale University Press, 1995, 384 p.

Lambert B., Parmain V., « Les brûlages dirigés dans les Pyrénées-Orientales. De la régénération des pâturages d’altitude à la protection des forêts », Revue Forestière Française, no 42, 1990, p. 141–155.

Lambert B. (coord.), Casteignau D., Costa M., Étienne M., Guiton J.-L., Rigolot É., Analyse après incendie de six coupures de combustible, Réseau coupures de combustible - éditions de la Cardère, Montfavet, no 2, 1999, 81 p.

Lambert B., « Le feu : un outil au service du pastoralisme, de la biodiversité et de la lutte contre les incendies dans les Pyrénées-Orientales », Rapport non publié, 2008, 25 p.

Lambert B., « Brûlage dirigé : les conséquences néfastes d’un encadrement excessif dans les Pyrénées-Orientales », XXe Rencontres du Réseau des équipes de brûlage dirigé, Tarascon, 10-12 juin 2009.

Lloret F., Marí G., “A comparison of the medieval and the current fire regimes in managed pine forests of Catalonia (NE Spain)”, Forest Ecology and Management, vol.  141, no 3, 2001, p. 155-163.

Mangeot A. (coord.), « Document d’Objectifs pour le site Madres-Coronat, relatif à la mise en oeuvre de la Directive Oiseaux (CEE 79/409) et de la Directive Habitats Faune Flore (CEE 92/43) 2005-2011 », 2004, t. 1, 68 p.

Martín-Vide J., “The Climate”, General Geography of the Catalan Lands, Barcelona, Enciclopèdia Catalana, 1992.

Masson P., “Influence of sylvopastoral management on the functioning of cork-oak forest”, Options Méditerranéennes, 1995, no 12, p. 175-178.

Métailié J.-P., Faerber J., « Quinze années de gestion des feux pastoraux dans les Pyrénées : du blocage à la concertation », Sud-Ouest Européen, no 16, 2003, p. 37-51.

Michel A., « Essais de débroussaillement dans les Pyrénées-Orientales », Revue Forestière Française, 1957, no 6, p. 479-486.

Molina D. M., Grillo F., García D., “Uso del fuego prescrito para la creación de rodales cortafuegos : estudio del caso”, Invest Agrar : Sist Recur For, 2006, vol.  15, no 3, p. 271-276.

Molina D. M., Galán M., Fababú D. D., García D., Mora J. B., “Prescribed fire use for cost effective fuel management in Spain”, Conférence « Wildfire », Sevilla, Espagne, 2007, 5 p.

Montané F., Casals P., Taull M., Lambert B. et Dale M., “Spatial patterns of shrub cover after different fire disturbances in the Pyrenees”, Ann. For. Sci., 2009, no 66, 8 p.

Pastor E., Pérez Y., Miralles M., Nebot E., Planas E., “Prescribed burning in Catalonia : fire management and research”, Bushfire conference, Brisbane, 6-9 juin 2006.

Pausas J. G., “Changes in Fire and Climate in the Eastern Iberian Peninsula (Mediterranean Basin)”, Climatic change, 2004, vol.  63, no 3, p. 337-350.

PDPFCI, Plan départemental de protection des forêts contre les incendies. Le département des Pyrénées-Orientales, ministère de l’Agriculture et de la Pêche, 2006, 149 p.

Peyrat A., « DFCI et production de truffes dans les Pyrénées-Orientales », mémoire de Master 1 d’aménagement du territoire, université de Perpignan, 2005, 149 p.

Peyre S., « Le chêne-liège des Pyrénées-Orientales face au feu », Colloque Vivexpo 2004 : « Le chêne-liège face au feu », 6 p.

Piñol J., Beven K., Viegas D. X., “Modelling the effect of fire-exclusion and prescribed fire on wildfire size in Mediterranean ecosystems”, Ecological Modelling, 2005, no 183, p. 397-409.

Ribet N., « Brûlage dirigé : le regard du sociologue », XXe Rencontres du Réseau des équipes de brûlage dirigé, Tarascon, 10-12 juin 2009.

Rigolot E., Costa M., Conception des coupures de combustible, Réseau coupures de combustible - éditions de la Cardère, Morières, no 4, 2000, 154 p.

Rigolot é. (dir.), « Du plan départemental à la coupure de combustible : guide méthodologique et pratique  », Réseau coupures de combustible - éditions de la Cardère, Morières, no 6, 2002, 48 p.

Roura-Pascual N., Pons P., étienne M., Lambert B., “Transformation of a Rural Landscape in the Eastern Pyrenees Between 1953 and 2000”, Mountain Research and Development, 2005, vol.  25, no 3, p. 252-261.

Haut de page

Notes

1 Cette base de données, conçue et lancée en 1973, couvre 15 départements du Sud-Est de la France. Elle est accessible via Internet : http://www.promethee.com.

2 D’après la définition officielle de Prométhée, le terme « feu de forêt » regroupe les « incendies qui ont atteint des forêts, landes, garrigues ou maquis d’une superficie d’au moins un hectare d’un seul tenant  ».

3 Sont appelés ici « très grands incendies » les feux supérieurs à 500 ha, et «  grands incendies  » les feux ayant parcouru entre 100 et 500 ha.

4 Les calculs sont basés sur les données de 1982 à 2008.

5 547 mm (56 jours de pluie) à Perpignan, 640 mm (55 jours de pluie) à Barcelone et 724 mm (67 jours de pluie) à Gérone (moyennes 1971-2000, d’après Météo France et AEMET –Agencia Estatal de Meteorología).

6 Les chiffres ne tiennent compte que des incendies dont on connaît le périmètre, soit 64 % de la surface brûlée.

7 Lérida n’affiche qu’une moyenne annuelle de 369 mm.

8 DFCI : Défense de la forêt contre les incendies.

9 Plus de 18 000 « feux péri-urbains » ont été recensés dans les Pyrénées-Orientales depuis 1973, chiffre cependant largement inférieur à la réalité (statistiques incomplètes).

10 Les chiffres sont donnés par rapport aux causes connues.

11 L’exploitation des statistiques est rendue difficile par une classification légèrement différente dans les deux pays. Pour permettre la comparaison, les données ont été homogénéisées (par exemple, classement des incendies partant des décharges uniformément dans « négligences »).

12 Dans les Pyrénées-Orientales, 40 % des incendies liés à l’utilisation du feu à des fins agricoles ou de jardinage (nettoyage de talus, incinération de bois mort…) se produisent en février et surtout en mars.

13 Sont considérés comme faisant partie d’un massif boisé, les bois, forêts, plantations, reboisements, mais aussi les landes, garrigues et maquis.

14 Malgré le titre « déclaration » de l’imprimé-type prévu à cet effet, le feu doit être autorisé par la mairie qui est tenue dans la procédure de vérifier le respect de la réglementation et d’informer le CODIS du projet d’incinération.

15 Comme en France, une « zone forestière » peut inclure des zones non boisées actuellement.

16 En Allemagne, par exemple, l’incinération des végétaux sur pied est catégoriquement interdite. Depuis quelques années seulement, des autorisations sont accordées dans plusieurs Länder à titre expérimental.

17  GRAF : Groupe de renfort aux actions forestières, ministère de l’Intérieur (Generalitat).

18  La cellule REX 66 (Retour d’expérience sur les incendies de forêt dans les Pyrénées-Orientales) est une équipe pompiers-forestiers hors dispositif qui se déplace en observateur. L’objectif est de recueillir un maximum d’informations sur le déroulement des incendies marquants du département pour mieux anticiper les événements futurs.

19 La surface incinérée correspond à environ 15 % de la zone de parcours.

20 Cette technique consistant à allumer un feu pour combattre l’incendie est utilisée dans les deux territoires. En France, elle n’a trouvé que très récemment un cadre législatif, dans la nouvelle loi de modernisation de la sécurité civile no 2004-811 du 13 août 2004.

21 Brevet délivré par l’école d’application de sécurité civile de Valabre (ECASC).

22 Depuis 2000, le nombre des licences a augmenté de 50 %.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Nombre d’incendies et surface brûlée dans les Pyrénées-Orientales et en Catalogne de 1974 à 2008
Crédits Sources : Prométhée et Generalitat de Catalunya, Servei de Prevenció d’Incendis Forestals
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1772/img-1.png
Fichier image/, 239k
Titre Fig. 2 – Répartitions journalière et mensuelle des incendies dans les Pyrénées-Orientales et en Catalogne (1974-2008)
Crédits Sources : Prométhée et Generalitat de Catalunya, Servei de Prevenció d’Incendis Forestals
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1772/img-2.png
Fichier image/, 167k
Titre Fig. 3 – Les causes des incendies dans les Pyrénées-Orientales et en Catalogne (1974-2008)
Crédits Sources : Prométhée et Generalitat de Catalunya, Servei de Prevenció d’Incendis Forestals
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1772/img-3.png
Fichier image/, 92k
Titre Fig. 4 – Coupure de combustible de type pastoral dans les Albères, septembre 2006
Crédits Cliché : J. Faerber
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1772/img-4.png
Fichier image/, 551k
Titre Fig. 5 – Un brûlage dirigé à vocation pastorale, réalisé par une unité de la Sécurité civile (Sournia, Pyrénées-Orientales, février 2008)
Crédits Cliché : J. Faerber
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1772/img-5.png
Fichier image/, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johanna Faerber, « Les incendies de forêt en Catalogne : de la lutte contre un risque à la gestion du feu », Sud-Ouest européen, 28 | 2009, 77-90.

Référence électronique

Johanna Faerber, « Les incendies de forêt en Catalogne : de la lutte contre un risque à la gestion du feu », Sud-Ouest européen [En ligne], 28 | 2009, mis en ligne le 20 mai 2016, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1772 ; DOI : 10.4000/soe.1772

Haut de page

Auteur

Johanna Faerber

Médi-Terra, département de géographie, JE 2522 Médi-Terra, université de Perpignan, faerber@univ-perp.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals