Navigation – Plan du site

Hommage

Pierre-Yves Péchoux
p. 1-5

Texte intégral

Michel Roux (Aurillac, 1943 - Brax, 2009)

1Avant de devenir géographe, Michel Roux avait solidement accompli de bonnes études classiques au lycée d’Aurillac, où il était né en 1943  : français, latin, anglais, grec ancien. Autant d’outils dont la maîtrise lui assura de toujours s’exprimer avec pertinence, dans des registres divers, et rédiger efficacement  ; en témoignent les rapports, les articles, les contributions à des colloques, ou les segments de dictionnaires dont il fut l’auteur à partir de 1970 et dont quelques-uns demeuraient inédits en mai 2009, au moment de sa disparition dont la précocité nous a affligés, même si nous avions compris qu’elle était, depuis des mois, inexorable et nous priverait de la présence de ce grand vivant…

2À ses maîtres de l’école primaire, Michel Roux devait son apprentissage de la grammaire  : nous pouvions toujours compter sur la précision de ses connaissances quand il s’agissait de relire, parfois corriger, des épreuves d’imprimerie, comme ce fut le cas au temps de la RGPSO  ; il leur devait aussi de disposer définitivement des moyens de l’arithmétique – les quatre opérations, la règle de trois, car le temps des calculettes n’était pas encore advenu –, ce qui lui facilita une douzaine d’années plus tard l’utilisation critique de dossiers des recensements de la population de Belgrade pour rassembler les matériaux nécessaires à la construction de son diplôme d’études supérieures de géographie.

3L’appétit pour l’histoire et la géographie ne lui était-il pas venu avant ses premières années de lycée  ? Une primo-infection l’avait écarté de l’école pendant de longs mois  ; l’un de ses passe-temps favoris consista alors à fabriquer, à partir de l’atlas dont il disposait pour se distraire, découpant des feuillets de carton selon les isohypses qu’il y suivait, des cartes en relief de France ou d’Europe  : témoignage expressif de l’acuité de sa vue et de l’agilité de ses doigts, deux aptitudes qu’il démontra si souvent par la suite, en dressant des tableaux, en analysant des cartes, en expédiant, au fil des années et aux marges de bien des réunions, en quelques traits de crayon, car ses coups d’œil étaient efficaces, des dessins ou des caricatures, très rarement cruelles, dont le schématisme parfois percutant n’excluait jamais l’humour.

4Cependant la cartographie n’épuise pas la géographie elle-même. Il est probable que ce fut dans le lycée parisien, où ce bon élève avait été admis en «  classe préparatoire  » pour y achever ses études secondaires, qu’il découvrit comment la géographie visait plus à poser des questions qu’à dresser des nomenclatures ou énumérer des faits repérés  ; comment elle était fondée sur une méthode qui prétend mieux rendre compte des rapports entre les sociétés et leurs territoires et les comprendre. Il choisit donc la géographie, dont il fit sa discipline, sans jamais oublier qu’elle ne saisira jamais les objets qu’elle vise si ceux qui se réclament d’elle négligeaient les effets du temps historique et ceux des pesanteurs de la mémoire sociale.

5Il fut admis en 1963 à l’École normale supérieure de Saint-Cloud où, tirant parti des enseignements accessibles à l’École, auprès de professeurs tels que P. George et P. Birot, ou dans les universités voisines, il prépara avec quelques-uns de ses camarades le concours de l’agrégation de géographie, où ils furent reçus à l’été 1967.

6En suivant les cours du géographe André Blanc, devenu docteur d’État grâce à une thèse sur la Croatie occidentale, et en suivant son exemple, il choisit alors sa voie. Avait-il, parallèlement à notre École, fréquenté comme nous l’imaginions celle des Langues orientales pour y aborder le «  serbo-croate  », comme on disait encore sans hésiter  ? N’était-il pas plutôt parti sans plus de précaution, déjà en «  deux-chevaux  », à la rencontre des détours de cette langue  ? Il avait décidé d’entreprendre, en vue du diplôme d’études supérieures de géographie, l’étude de la population de Belgrade, alors capitale fédérale de la république fédérative socialiste de Yougoslavie  ; les conversations avec ses hôtes, la famille Nikolic, et leurs leçons lui donnèrent vite les moyens nécessaires pour se lancer sur le terrain, à l’université de Belgrade, dans les services et les archives statistiques de la république de Serbie et de la RSFJ, dans la préparation de ce mémoire qu’il termina sous la direction d’André Blanc à l’université de Nanterre. Très bien sorti de cette expérience, qui avait élargi ses connaissances et jeté les bases de son savoir-faire, il disposait dès lors du serbo-croate, qui demeura toujours une de ses langues d’usage et de recherche. Il s’était agi pour lui, au cours de ces mois très occupés, de croiser les données socio-économiques disponibles pour les ménages recensés à Belgrade avec leurs lieux de résidence et d’apprécier à travers la ville la différenciation de cette combinaison selon les densités d’occupation et suivant l’aménité des équipements collectifs ou particuliers : services accessibles, desserte, confort. Le résultat de ces enquêtes démontrait qu’en une vingtaine d’années les efforts d’édification d’une société socialiste n’avaient pas encore permis de réduire toutes les différences entre les classes sociales, que ces dernières fussent un héritage du passé ou qu’elles aient été engendrées par le nouveau régime, dont les services avaient été assez accommodants vis-à-vis de Michel Roux en lui laissant l’accès aux matériaux, ce qui n’était alors pas fréquent dans cette partie de l’Europe. Ses conclusions apportaient peut-être une illustration de l’échec d’une utopie, celui que Milovan Djilas, un des héros de la libération de la Yougoslavie, signalait sous le titre de la «  nouvelle classe  ». J’ai toujours regretté que ce mémoire n’ait jamais été publié, même réduit à ses conclusions. Mais il y avait alors d’autres urgences…

7La fin de la guerre d’Algérie, cinq ans plus tôt, au moment où Michel Roux abordait la phase décisive de sa préparation au concours d’entrée à Saint-Cloud, avait entraîné la réduction de la durée du service militaire, qui demeurait obligatoire  : le nouvel agrégé dut l’accomplir à Agen, où il enseigna dans une école du Train (où l’on forme les troupes chargées des matériels de transport des unités non-autonomes de l’armée). C’est alors, au printemps 1969, que je fis la connaissance de mon camarade  : André Blanc, notre camarade et notre ancien professeur, lui avait recommandé de prendre contact avec moi – ce qui fut aussi l’occasion de découvrir les plaisirs de la tome de Cantal fraîche (et l’art de la truffade). Suivirent près de quarante ans de conversations, d’échanges, de controverses, pas seulement à propos des Balkans et de leurs peuples, dont nos représentations étaient parfois divergentes, parfois à peu près superposables. Près de quarante années qui nous virent écrire, rarement, un article en commun, nous retrouver dans un colloque, partager un cours sur les Balkans, sur l’Europe de l’Est, que nous choisîmes bientôt de désigner comme l’«  Europe médiane  », partager aussi des tas de copies, épauler quelques aspirants à la maîtrise de géographie. Trop rarement nous croiser ou nous retrouver, pendant les vacances des étudiants, sur l’un ou l’autre de nos terrains d’études, ou, pendant quelques centaines de kilomètres, après nous être fixés des rendez-vous incertains, y voyager ensemble, imaginant que l’exégèse de quelques textes importants et parfois compacts nous serait facilitée d’avoir mis le nez sur le terrain.

8Michel Roux avait été affecté au lycée de L’Isle-Jourdain pour y enseigner l’histoire et la géographie. Dès ce moment, il fut un professeur en chair et en os, pas simplement un meuble dans une salle de classe, ce qu’il démontra devant le public de ses pairs quand le moment vint pour lui d’accéder aux fonctions de maître-assistant. La résidence de L’Isle-Jourdain le rendait bien plus proche de Toulouse et elle lui procura la chance de rencontrer Nicole  : ils s’épousèrent et elle fit peu à peu de lui, en le familiarisant avec les campagnes, les agriculteurs (et les subtilités des foies gras), un fin connaisseur du Gers, comme en témoigne un de ses derniers articles, donné à la Société de géographie de Toulouse en octobre 2004.

9Je lui avais fait découvrir les ressources de l’institut de géographie de Toulouse, alors récemment réinstallé au Mirail, et présenté à l’un de ses chefs de file, Bernard Kayser, qui fit aussitôt de lui son informateur sur la Yougoslavie pour des études qu’il coordonnait pour l’OCDE mais qui ne le soutint pas immédiatement pour accéder à un emploi d’assistant agrégé à l’université, préférant d’abord y attirer et faire installer un connaisseur de l’Italie qui compléterait son groupe. L’éventualité des recrutements et les possibilités des impétrants étaient examinées dans le cadre de l’équipe d’enseignement  ; le temps des commissions nationales, puis locales, n’était pas encore venu.

10Le tour de Michel Roux arriva un peu plus tard. Il devint donc assistant, et bientôt maître-assistant, un peu plus tard maître de conférences, tandis qu’il ajoutait activement à la liste de ses publications, pour lesquelles on le sollicitait désormais en reconnaissance de son expertise. À cette expertise s’ajoutait l’attrait d’une démarche conceptuelle attestée dès la préparation au Mirail, par le groupe «  Retimo  », d’un colloque réuni en décembre 1975 (et publié en 1977 sous la direction de Claude Bataillon)  : État, pouvoir et espace dans le Tiers Monde  ; il avait alors réfléchi sur «  Organisation politico-administrative et développement en Yougoslavie  », insistant sur le fait que le système yougoslave laissait sans solution la discrimination des Turcs et des Albanais et freinait durablement les projets fédéraux  ; il signalait déjà que des conflits politiques n’y avaient été résolus que par la force.

11Après avoir habité au Mirail, Nicole et lui s’installèrent à Brax, commune alors peu peuplée, dans une vieille maison d’agriculteurs que leurs travaux élargirent et rendirent plus confortable, en faisant, et pas seulement pour les balkanologues, un foyer reconnu et attractif, bien que la distance réelle de Toulouse à Brax s’allongeât jusqu’à l’amélioration de la desserte ferroviaire. Michel Roux avait commencé d’y réunir, pour soutenir son travail, ce qui devint un bel ensemble documentaire consacré aux problèmes qui occupaient ses réflexions  : elles combinaient les problématiques du sous-développement et celles de l’équilibre incertain d’un état multinational. Dans une période tendue, à la fin de la décennie 1970, celle de la qualification aux fonctions de maître-assistant d’assistants issus de diverses générations et parfois marqués par le romantisme du printemps 1968, alors que le monde universitaire semblait changer trop vite selon quelques-uns, Michel Roux refusa d’envisager ailleurs qu’au Mirail, ce qui l’aurait aussi éloigné de Brax, la suite de sa carrière.

12C’est donc au Mirail qu’il accomplit toute cette carrière dans l’enseignement supérieur. Ses quinze premières années furent consacrées surtout, une fois accomplies les tâches de l’enseignement et celles des examens, à approfondir sa connaissance de la Yougoslavie, à réfléchir sur ses contradictions et à suivre les phases de son évolution. Témoignages de cette période, des articles sur les problèmes agraires de la Yougoslavie, sur sa population et les difficultés rencontrées pour assurer plus de cohésion entre les citoyens, les appareils de l’état et ceux du parti presque unique. À considérer le corpus de ces articles, à parcourir les cours que nous avions partagés, il me paraît clair que l’on ne pouvait chez Michel Roux séparer ses efforts de pédagogue de ses succès de chercheur  : il vivait l’enseignement comme un moyen d’ouvrir à de nouvelles questions, de pousser à y chercher d’autres hypothèses de réponses.

13La république de Macédoine, qui était alors tenue pour la partie la moins développée de la RSFJ, avait attiré son attention, au point de mobiliser sa maîtrise de la langue serbo-croate pour se familiariser avec la langue macédonienne, une création de grammairiens et de lexicologues serbes des débuts de l’ère titiste dont le fond de la mission avait été de mieux codifier, pour les distinguer, les différencier et les unifier, à l’usage des écoliers et des institutions officielles, les parlers bulgares en usage depuis des siècles dans cette partie de la Fédération, la partie de la Macédoine affectée au royaume de Serbie à l’issue des guerres balkaniques.

14Ce fut finalement aux «  Albanais en Yougoslavie  » qu’il décida de consacrer le gros de ses efforts en vue de sa thèse de doctorat. Cet intitulé signalait aussitôt qu’il ne s’agirait pas d’une monographie du territoire autonome du Kosovo mais des conditions de l’existence et de l’affirmation d’une nation précise dans le cadre d’une république fédérative. Ce choix impliquait d’apprendre aussi la langue albanaise  : Michel Roux y réussit, surtout à l’occasion de stages à l’université de Prishtina pendant les vacances d’été.

15Bien que les horizons de Yougoslavie n’aient jamais été encombrés par des projets de recherches d’une telle ampleur, le choix d’un tel sujet ne m’a jamais semblé hasardeux. D’une part, j’y entends toujours un écho de la thèse d’André Blanc sur La Croatie occidentale (1957), une marge où il avait envisagé des questions de frontières entre des peuples pas encore fixés, de fronts pionniers qui les avaient mobilisés, de crise socio-économique, d’accentuation des retards par rapport au voisinage. Mais André Blanc, géographe, ne pouvait alors ni envisager l’intérêt de considérer la «  mythologie idéologique  » ni se référer aux concepts de la «  géo-politique  » sans s’écarter des chemins de la géographie régionale tels qu’ils étaient balisés depuis Vidal de la Blache… Michel Roux a signalé, dès ses premiers paragraphes, comment la méthode qu’il décida de retenir l’écartait de la démarche de son prédécesseur  : foin des soucis classiques des anciennes géographies régionales  ! Les avatars historiques, les rapports de force politico-économiques, la conscience des espaces vécus et des disputes qui les séparent pèsent en effet bien plus lourd que les spécificités naturelles pour définir un territoire… D’où le sous-titre de la thèse présentée sous l’égide de Bernard Kayser et soutenue au Mirail en 1990 par Michel Roux  : Minorité nationale, territoire et développement.

16D’autre part, je ne sais plus si j’avais dit à Michel Roux comment m’avait impressionné, entre 1965 et 1968, la consultation d’un travail bien plus ancien et d’une certaine façon bien plus moderne, d’autant que non-conformiste, celui de Jacques Ancel, La Macédoine, son évolution contemporaine (1930) – dont il me semble qu’il n’était pas accessible à Toulouse, bien que la campagne d’Orient eût naguère donné l’occasion à Daniel Faucher de piétiner en Macédoine. Car Ancel avait entrepris de rendre compte, au sortir de l’écroulement militaire et institutionnel de l’Empire ottoman, de la transformation sociale et spatiale rapidement engagée là par les politiques de réforme agraire et de colonisation, après de vastes échanges de population des trois États modernes  : Bulgarie, Grèce, Yougoslavie, qui se partagent cette Macédoine et dont aucun ne parvient, à cause des autres, à découvrir les limites. Chacun peut vérifier que c’est bien chez Ancel que Michel Roux découvrit un des principes de sa méthode.

17Au débat qui l’opposa alors aux membres de son jury, il fut clair que seul, à l’exception d’Alexandre Popovic, l’impétrant pénétrait vraiment le sujet  ; au démarrage de ses recherches, son intérêt avait porté sur les efforts visant à développer l’économie de production d’une «  province autonome  » de la république de Serbie que cette dernière nommait Kosovo-Métohija, et même Kosmet. Car elle tentait, d’abord, d’entretenir le rêve d’une Grande Serbie  ; ensuite, en abrégeant le nom du Kosovo, de dissimuler là le poids démographique croissant dans ce bassin et ses bordures d’Albanophones de plus en plus portés aux manifestations nationalitaires  ; enfin, en le flanquant de trois premières lettres résumant l’appellation d’une province marquée par le souvenir de la geste des Slaves et de leur christianisation, insister sur ses droits historiques. Michel Roux avait ensuite infléchi l’axe de ses recherches en observant précisément quelles dimensions conflictuelles prenaient là les relations entre Albanais et Serbes du Kosovo, dans une actualité et un contexte aiguisés par l’intimité même des deux peuples  : je n’ai pas oublié comment, lui faisant une brève visite à Prishtina, on m’avait refusé de loger chez un collègue géographe parce qu’il appartenait à la minorité albanaise, cependant que nulle autorité ne voyait d’objection à ce que je passe plus tard la nuit chez un de ses parents, magistrat, mais dans une ville voisine relevant, sans artifice d’autonomie, de la république de Serbie.

18L’ouvrage sorti de ce débat est incontournable  : 546 pages, plus quarante figures expressives  : voyez l’efficacité de la première, le schématisme accentué de la troisième, et une bibliographie monumentale, à quoi seuls des éditeurs américains auraient ajouté des index onomastique et toponymique  ; il fut publié dès la fin de 1992 à la Maison des sciences de l’homme, Paris. Cette belle édition fut rapidement épuisée. Car le Kosovo, que bien peu auraient pu désigner sur une carte quand Michel Roux avait choisi de l’étudier, avait été reconnu non seulement comme un symbole de la décomposition de la Fédération yougoslave mais comme une des pièces essentielles du mécanisme de sa ruine. Le chercheur avait devancé l’actualité, mais il avait été rattrapé par ses détours et ses sursauts  ; ce qui fit que son livre devint durablement un des instruments-clés pour comprendre la disparition de la république de Yougoslavie – même s’il fut terminé avant que les difficultés nées de la volonté exprimée par les Kosovars de voir leur territoire, dont l’économie était alors sinistrée, reconnu comme la septième république de la Fédération, ne prennent peu après la soutenance les dimensions d’une guerre de libération catastrophique.

19Les formalités de la soutenance étant accomplies, le titre de professeur fut reconnu à Michel Roux en 1991. Les lectures réclamées pour sa soutenance, les contacts noués avec quantité de collègues pendant les années de préparation à cette journée décisive lui permirent aussitôt de rassembler une bonne vingtaine de spécialistes, à divers titres, de l’Europe de l’Est dans une conférence dont le thème fédérateur, Nations, État et territoire en Europe de l’Est et en URSS, titre de la publication qui en sortit en 1992, élargissait à d’autres horizons les interrogations qui avaient été les siennes à propos des Albanais en Yougoslavie, et ceci à un moment où la décomposition du système de pouvoir soviétique, sa faillite idéologique, la transition, comme l’on disait, mettaient à jour la complexité des relations qui unissent les États et les groupes nationaux et l’acuité des contradictions qui survenaient entre eux. Ces préoccupations furent un peu plus tard à la base de l’organisation de l’équipe «  Mutations territoriales en Europe  », à l’université Paul-Valéry, à Montpellier, dont il devint, aux côtés de Marie-Claude Maurel, un des piliers.

20L’audience de ses travaux fit que la renommée de Brax s’étendit  : on réclamait de plus en plus souvent les avis ou les commentaires de Michel Roux, dans bien des universités, en France, en Europe, et même jusqu’à Séoul, pour solliciter une opinion éclairée, faire des conférences, donner des cours, participer à des jurys  ; il devint bientôt membre correspondant de l’Académie des sciences de Prishtina  ; on voulait l’entendre dans quelques bonnes émissions de radio, ce qu’il accepta sans se départir de sa discrétion  ; on le montra et on l’écouta aussi dans des émissions de télévision, ce qui ne lui monta jamais à la tête  : il était toujours aussi ponctuel, attentif, dévoué dans les enseignements qu’il dispensait au Mirail, chaque année, en consacrant aussi des heures à la direction du périodique Sud-Ouest Européen et pas mal d’autres aux services de l’enseignement à distance et ceux du «  Temps libre  ».

21Il arriva que son temps libre à lui fût plus d’une fois diminué  : il arriva qu’il fût mandaté pour «  observer  » des élections surveillées dans l’une ou l’autre partie de l’espace yougoslave par diverses instances internationales  ; il lui arriva d’accepter de se rendre au Kosovo pour répondre à une suggestion du ministère de la Défense et y éclairer mieux les officiers français affectés à la KFOR des Nations unies  ; il avait même été sollicité par M. Yasushi Akashu, qui fut un moment le représentant du secrétaire général de l’Organisation des Nations unies et qui lui suggérait de venir le seconder en Bosnie, une proposition qu’il déclina après avoir consulté plusieurs de ses proches amis et en supposant qu’il ne pourrait ni contribuer à mieux séparer ceux qui avaient brisé la Bosnie par leurs guerres ni les rapprocher en tirant parti de ce qu’ils allaient accepter par les accords de Dayton en novembre 1995.

22Cependant, attaché au Mirail, il participait au groupe de recherches en histoire immédiate et appartenait activement au laboratoire consacré aux dynamiques rurales  ; à ce dernier titre, il fut, à la fin de l’été 2004, un des organisateurs d’un colloque franco-espagnol de géographie rurale réuni à Foix et il fit publier dans le gros volume qui en fut tiré en 2007, Habiter et vivre dans les campagnes de faible densité, un article sur «  Les nouveaux déserts croates  »  ; un tel titre peut s’entendre comme une allusion aux travaux d’André Blanc pour un texte qui, sans s’attarder sur ce que furent là, autrefois, les Militärgrenze, revient sur les conséquences désastreuses des nettoyages ethniques poursuivis de 1991 à 1995  : un dépeuplement massif qu’il replace dans le contexte de la dépopulation rurale généralisée de la Croatie. Comme ce dernier, bien d’autres articles de Michel Roux ne sont accessibles qu’à travers des publications spécialisées, sinon confidentielles. Il faudra certainement y revenir, même si cela demande quelques efforts  ; il faudra y revenir en particulier si l’on apprend qu’au Kosovo, où le schéma des rapports entre minorité serbe et majorité kosovare paraît simple, ou qu’en Bosnie, dont le cas est bien plus compliqué, des groupes ou des factions recourent à nouveau à la violence parce qu’ils en auraient la volonté et les moyens  ; de tout cela, j’aurais, depuis quelques saisons, voulu m’entretenir avec Michel Roux…

23J’imagine qu’il m’aurait répondu avec toute la clarté qui illumine le second et excellent petit livre qu’il a publié en 1999 sous son seul nom  : Le Kosovo. Dix clés pour comprendre. Depuis l’achèvement de sa thèse, son intérêt pour le Kosovo n’avait pas faibli. Plutôt que de rééditer un texte qui aurait passé pour défraîchi dès qu’on l’aurait envisagé sous l’angle de l’actualité, il avait choisi de présenter la question, les questions du Kosovo, dans un appareil de moindres dimensions mais dans lequel il s’adressait à des lecteurs bien plus nombreux que ceux des bibliothèques universitaires. Dix ans plus tard, il me semble que ce petit livre demeure très précieux pour les plus consciencieux des utilisateurs de sa thèse  : ils devraient le lire avant de passer au chapitre 3 de cette dernière. Dix ans plus tard, ce petit livre demeure un excellent guide  : son recours d’allure socratique au questionnement permet toujours de mieux saisir l’histoire en cours. Il faut donc y recourir si vous vous demandez, question à petite échelle, comment assurer la paix dans les Balkans sans découper une fois de plus quelques frontières. Ou bien, à plus grande échelle, si vous vous inquiétez de savoir si les reproches de passivité adressés aujourd’hui au gouvernement du Kosovo par son opposition, à propos du refus de la reconnaissance de leur indépendance par les Serbes, pourraient mobiliser contre lui une fraction plus large de sa population et pourraient entraîner un regain de violence intestine  ; ou encore si vous cherchez à deviner si la bienveillance manifestée par ce gouvernement, en dépit de leurs gestes d’obstruction, à l’égard des derniers Serbes habitant son territoire risque d’y pousser à des fureurs nationalistes qui seraient un obstacle au rapprochement de la toute nouvelle république du Kosovo et de l’Union européenne. L’usage que l’on peut encore faire de ces Dix clés… une dizaine d’années après leur publication démontre comment la valeur de la contribution du chercheur que fut Michel Roux à notre information et à notre effort de réflexion est comme décuplée par les qualités du professeur qu’il fut et dont nous fumes trop tôt privés, après que les médecins eurent découvert chez lui les symptômes de la maladie de Charcot  : à ce mal qu’il affronta stoïquement, longuement, s’ajouta la tristesse de devoir renoncer à l’improviste à l’enseignement et peu à peu aux recherches.

24Naples, 3 juin 2009 - Toulouse, 29 juin 2009

Haut de page

Table des illustrations

Légende Michel Roux (Aurillac, 1943 - Brax, 2009)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1958/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Yves Péchoux, « Hommage », Sud-Ouest européen, 27 | 2009, 1-5.

Référence électronique

Pierre-Yves Péchoux, « Hommage », Sud-Ouest européen [En ligne], 27 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1958

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals