Navigation – Plan du site

Culture, identité et interterritorialité dans l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée

culture, identity and interterritoriality in the pyrénées-méditerranée euro­region
cultura, identidad e interterritorialidad en la Euro-rregión Pirineos-Mediterráneo
Thomas Perrin 
p. 11-25

Résumés

L’analyse de la coopération culturelle transfrontalière souligne d’une part l’interaction entre identité, culture et territoire, d’autre part la dimension culturelle des relations extérieures et de la coopération entre collectivités territoriales. En effet le double mouvement de construction interne et de projection externe d’une identité territoriale par la culture paraît caractéristique de la dynamique eurorégionale, déployée à «  l’entre-deux  » du local et du global, dans un contexte de montée en puissance de l’interterritorialité comme dimension et comme modalité d’action publique. L’expérience de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée au sud-ouest de l’Europe illustre de tels enjeux et permet d’envisager la question de l’interterritorialité en matière d’action culturelle.

Haut de page

Texte intégral

1Parmi les quelque 90 «  Eurorégions  » (cf. encadré) qui se sont développées, sous différentes formes, comme organisations de coopération transfrontalière en Europe, nombreuses sont celles qui font le choix d’intervenir dans le champ culturel, qui apparaît ainsi comme un des domaines d’action récurrents à l’échelle eurorégionale, pour lequel la coopération s’avère particulièrement «  facile  » (Keating, 2001).

2La coopération culturelle transfrontalière fait ainsi figure «  d’exception européenne  » par rapport aux types de coopération ayant cours dans d’autres «  blocs  » régionaux dans le monde, et représente près de cinq milliards d’euros d’argent public, sachant que la majorité des initiatives transfrontalières en Europe est financée par les programmes communautaires de coopération territoriale tels qu’INTERREG. En effet l’appui financier de l’Union européenne a été un des «  piliers  » du développement des eurorégions, au côté de l’activisme du Conseil de l’Europe en matière de réglementation. Les programmes INTERREG ont d’ailleurs connu une montée en puissance tout au long des années 1990, jusqu’à être intégrés en tant qu’objectif à part entière de la politique régionale communautaire pour la période 2007-2013.

3Or, bien souvent, les initiatives culturelles développées dans le contexte eurorégional font l’objet de constructions symboliques instrumentalisées au nom d’une vision historico-identitaire réinventée des territoires frontaliers (Leresche & Saez, 1997  ; Guermond, 2006  ; Vayssière, 2007). Une vision qui se trouve ainsi en décalage avec la réalité culturelle de ces territoires, qui restent la plupart du temps soumis à des logiques d’action plus nationales que transfrontalières, la frontière étant – du point de vue identitaire notamment – autant un facteur d’union que de division (Négrier, 2002  ; Harguindéguy, 2004). à titre d’exemples on peut citer les remarques sur le peu de réalité de l’Eurorégion Meuse-Rhin et sur son inaptitude à générer une «  image identitaire  », et ce bien que les échanges culturels et sociaux se soient développés (Autissier, 2006), ou la possible – et nécessaire  ? – mutation de l’identité «  lotharingienne  » promue au sein de la Grande Région au regard du renouvellement de la composition des populations  : développement des communautés étrangères au Luxembourg, flux transfrontaliers de travailleurs (Lamour, 2007).

4S’ajoute à cela le défaut d’assise institutionnelle et de légitimité démocratique des Eurorégions qui, pour la plupart, ne sont rien moins que des habillages territoriaux fonctionnels, des «  territorialisations ad hoc  » (Leresche & Saez, 1997) destinées à servir de «  structure porteuse  » aux projets mis en œuvre dans le cadre des programmes communautaires de coopération transfrontalière.

5Cependant, malgré les critiques répétées, qui dépassent loin s’en faut le strict domaine de l’action culturelle, la coopération territoriale ne semble pas remise en cause, comme le montrent les modifications introduites pour la nouvelle période de programmation communautaire 2007-2013  : élévation de la coopération territoriale au rang d’objectif propre, mise en place par le droit communautaire d’un nouveau statut juridique qui devrait faciliter la structuration et la pérennisation des partenariats entre collectivités  : le Groupement européen de coopération territoriale (GECT). Une telle évolution semble même relativement cohérente avec la vision défendue par l’Union européenne, avec par exemple le Schéma de développement de l’espace communautaire ou plus récemment l’Agenda territorial de l’Union européenne, d’un développement polycentrique du territoire communautaire, notamment sous la forme de «  petites Europe  » ou de «  clusters régionaux  » qui sont autant d’espaces de coopération territoriale (Guigou, 1999, 2002  ; Baudelle & Catagnède, 2002). On remarque également dans l’Agenda territorial une prise en compte de la culture comme ressource transeuropéenne, présentée comme une «  chance  », pour le développement des territoires, position qui répond à l’émergence au sein de la communauté scientifique du paradigme de l’économie créative et des biens de culture comme facteurs à part entière du développement territorial (Daviet et al., 2008). Sur le terrain, des initiatives récentes ou en cours semblent également introduire une approche renouvelée des enjeux culturels transfrontaliers et eurorégionaux, «  en prise sur la réalité contemporaine  » (Autissier, 2006).

  • 1 Notamment par Pasqual Maragall et Martin Malvy, respectivement présidents de la Catalogne et de Mid (...)

6L’expérience de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée, à la frontière orientale franco-espagnole, apparaît à cet égard particulièrement intéressante (fig. 1). Créée en 2004 par la signature d’une déclaration constitutive entre les Communautés autonomes espagnoles d’Aragon, des îles Baléares et de Catalogne, et les Régions françaises Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, cette Eurorégion réunit près de 14 millions d’habitants soit 13  % de la population conjointe de la France et de l’Espagne et 3  % de ceux de l’Union européenne, sur une superficie de 157 317 km2 soit 4  % du territoire de l’Union européenne (Suàrez & Rodríguez, GEA 2008). Elle s’inscrit par ailleurs dans un espace de «  territorialités multiples  », où la coopération territoriale croise différentes échelles et différents territoires, depuis la frontière pyrénéenne jusqu’à l’espace euro-méditerranéen et a été portée lors de sa création par un fort leadership politique 1, une des «  conditions du succès  » des coopérations interrégionales (Keating, 2001).

  • 2 Rapports établis à la demande de la Generalitat de Catalogne par la Fundació Interarts de Barcelone (...)
  • 3 La Région Midi-Pyrénées a par exemple consacré en 2006 1  % de son budget culturel au chapitre «  é (...)
  • 4 Par exemple le projet Lien culturel transfrontalier entre les villes de Huesca (Aragon) et de Tourn (...)

7Sur le plan de l’action culturelle cette Eurorégion est intéressante à double titre. Non seulement elle rassemble des territoires aux dynamiques et aux liens identitaires et culturels relativement marqués, notamment dans le contexte de l’aire culturelle «  occitano-catalane  », mais encore elle est le cadre, depuis 2005, d’actions et d’initiatives spécifiquement consacrées aux arts et à la culture  : établissement de rapports sur la «  réalité culturelle  » de chacune des Régions membres 2, mise en place d’un portail culturel eurorégional sur Internet, lancement d’appels à projets culturels et artistiques eurorégionaux, rencontres culturelles eurorégionales annuelles, bourses de mobilité à l’attention des acteurs culturels. Malgré le faible volume financier qu’ont représenté ces actions en comparaison avec les dépenses culturelles respectives des membres de l’Eurorégion 3, elles n’en constituent pas moins un dispositif qui, s’il en est à ses débuts, témoigne d’un «  volontarisme culturel eurorégional  », ce dont témoigne également le financement sur fonds propres des Régions qui a prévalu pour la grande majorité des actions – distinctes en ce sens des projets de coopération développés et financés par ailleurs dans le cadre plus ciblé des programmes communautaires 4.

Fig. 1 – Eurorégion Pyrénées-Méditerranée

Fig. 1 – Eurorégion Pyrénées-Méditerranée

Source : Carte élaborée par Marie-Laure Maraval

8La thématique culturelle, appréhendée dans le contexte eurorégional, souligne les interactions entre culture et territoire sur deux points  : la dimension identitaire des politiques culturelles territoriales d’une part, la place de la culture dans les relations extérieures des collectivités et dans la coopération territoriale d’autre part. En effet le double mouvement de construction interne et de projection externe d’une identité territoriale par la culture paraît caractéristique de la dynamique eurorégionale, déployée à «  l’entre-deux  » du local et du global, dans un contexte de montée en puissance de l’interterritorialité comme modalité d’action publique «  post-moderne  » (Antheaume, 2005  ; Saez, 2006  ; Vanier, 2008).

9Ainsi, le cas de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée sera analysé ici comme un «  cas d’espèce  » permettant de mettre en perspective l’action culturelle dans le cadre des Eurorégions et de questionner les voies de son possible renouvellement. L’analyse de l’Eurorégion ne pouvant s’affranchir de celle de ses parties, trois d’entre elles feront l’objet d’une attention plus particulière  : la Catalogne et les Régions françaises Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. En effet ces Régions ont déjà formé de 1991 à 2003 une Eurorégion qui tient lieu en quelque sorte d’ancêtre de l’Eurorégion actuelle, et à ce titre font figure de «  noyau dur  » de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée, représentant à elles trois près de 85  % de son PIB (Suàrez & Rodríguez, 2008). De plus, jusqu’à présent, seules ces trois Régions semblent avoir fait preuve d’une implication culturelle eurorégionale concrète. Le portail culturel est hébergé par les services de la Generalitat de Catalogne et les premières vagues de bourses de mobilité et d’appels à projets culturels et artistiques eurorégionaux concernent seulement ces trois Régions, même si peuvent y être associés des partenaires des îles Baléares, comme par exemple pour le projet «  Théâtre jeune public dans l’Eurorégion  » entre le théâtre Tantarantana de Barcelone, le laboratoire LLA de l’université de Toulouse-le Mirail et l’université des Baléares. Le gouvernement des Baléares a certes proposé, alors qu’il occupait en 2008 la présidence tournante de l’Eurorégion, des subventions pour la projection culturelle extérieure, mais de portée générale et non spécifiquement «  labellisées  » eurorégionales. Quant à l’Aragon, comme on le verra, il s’est mis provisoirement en retrait de l’Eurorégion… pour des raisons dont la culture n’est pas absente. Ainsi, ces trois Régions semblent suffisamment impliquées pour être assez représentatives de l’action culturelle engagée à l’échelle eurorégionale, sans exclure cependant une ouverture de l’analyse aux autres membres de l’Eurorégion.

I – Le triptyque territoire / identité / culture

  • 5 ETD/Entreprises Territoires Développement, «  La contribution du patrimoine culturel au développeme (...)

10Les études et analyses des politiques culturelles développées par les collectivités territoriales en Europe mettent en exergue leur dimension politico-identitaire, où la culture est mobilisée pour asseoir une identité liée à un territoire de référence. Cette dimension apparaît spécifiquement présente à l’échelon territorial intermédiaire que représente la région (Pongy, 2001), d’autant plus lorsqu’il s’agit d’une institution de création récente qui cherche à se positionner par rapport à l’état et aux autres collectivités, comme par exemple dans le cas des Régions françaises (Pongy & Saez, 1994  ; Saez, 2003). On retrouve aussi ce phénomène à l’échelle des «  nouvelles territorialités  » que représentent en France les Pays et dont la construction territoriale passe bien souvent par une «  conception élargie – ethnologique et identitaire – du patrimoine culturel 5  ».

11Ces caractéristiques sont particulièrement prégnantes en ce qui concerne l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée. En effet elle rassemble, au sein de l’aire culturelle occitano-catalane, des territoires réunis à plusieurs reprises au cours de l’histoire au sein d’un même système politico-territorial – royaumes de la couronne d’Aragon, comté de Toulouse, province du Languedoc, etc. – ce qui ne va pas sans laisser traces d’une identité culturelle et territoriale commune, comme le montre l’exemple de l’occitan qui a été une des «  langues de culture  » de la Catalogne médiévale, la langue des lettres et de la poésie, dont l’usage va perdurer jusqu’au XVe siècle (Jouvenel & Roque, 1994). Cette idée d’une «  communauté de culture(s)  » s’illustre par ailleurs dans le concept géoculturel des Països Catalans forgé à la fin du XIXe siècle et popularisé dans les années 1960 par l’auteur valencien Joan Fuster i Ortells (Coller, 2006) (fig. 2).

Fig. 2 – Les Pays catalans / Els Països Catalans

Fig. 2 – Les Pays catalans / Els Països Catalans

12De plus, en lien avec ce contexte historique et géopolitique, les territoires de l’Eurorégion présentent des dynamiques identitaires spécifiquement marquées. Il ne s’agit pas ici de juger de la pertinence de l’argument identitaire dans les constructions culturelles territoriales et de l’instrumentalisation politique – voire idéologique – qui peut en être faite (Guermond, 2006  ; Vayssière, 2007), mais bien plutôt de constater l’effectivité de telles mobilisations, qui ne vont pas sans influer sur les politiques culturelles territoriales, comme le montre tout d’abord l’exemple de la Catalogne.

  • 6 La Constitution espagnole (1978) «  reconnaît et garantit le droit à l’autonomie des nationalités e (...)
  • 7 Illustré par exemple par la controverse provoquée en Espagne par l’invitation de la Catalogne en 20 (...)
  • 8 Voir également sur cette question le mouvement artistique catalan du Noucentisme (Leal & Trenc, 200 (...)

13En effet les processus de construction et d’autonomisation socio-politiques de la Catalogne en tant que «  nationalité historique  » au sein de la nation espagnole 6, illustrés encore récemment par une réforme du statut autonomique, s’appuient en grande partie sur la défense d’une identité culturelle spécifique qui constitue un des fers de lance du «  catalanisme  », dont on trouve là une des particularités, non sans confrontation avec le pouvoir central de Madrid 7. La situation catalane apparaît ainsi non seulement représentative de la mobilisation de la culture comme ressource dans la construction nationale, mais elle présente également la spécificité de combiner une approche «  patrimoniale  », inscrite dans l’histoire et les traditions culturelles, avec une vision «  dynamique  » de la créativité artistique catalane comme élément identitaire (Pongy & Saez, 1994  ; Négrier, 2002). En effet la Catalogne se présente non seulement comme le territoire d’un héritage culturel – mobilisant des références à la fois réelles et réinventées 8, avec notamment les Pyrénées comme «  sanctuaire  » de la culture catalane originelle (Mancebo 2000) – mais aussi, dans le même temps, comme un territoire pour lequel la créativité artistique dans ses formes les plus innovantes est également un élément d’identification, développé à partir de la fin du XIXe siècle lors de la Renaixença catalane, à l’initiative d’artistes, d’intellectuels et d’une bourgeoisie urbaine et industrielle, à la fois «  éclairée  » et «  farouchement nationaliste  » (Leal & Trenc, 2001).

14Ces liens particuliers entre identité, culture et territoire, entre créateurs, société civile et institutions, se traduisent notamment dans les politiques culturelles des autorités, au premier plan desquelles la politique de normalisation linguistique mise en place à partir des années 1980 par la Generalitat de Catalogne, avec également le soutien traditionnel de la municipalité de Barcelone aux expressions artistiques d’avant-garde, ou encore dans le rôle qu’ont joué les arts visuels – soutenus en ce sens par les pouvoirs publics – dans la construction d’une identité culturelle «  double  », héritière d’une tradition spécifique et inscrite dans la contemporanéité (Caviness, 2006). «  La Catalogne utilise ses propres ressources dans la création contemporaine comme ressources identitaires  » (Pongy & Saez, 1994).

  • 9 Les 25 millions d’euros dépensés en 2005 par le département culturel du gouvernement de Catalogne p (...)

15Paradoxalement, et de manière assez ironique, cette spécificité est mise en exergue lorsqu’on compare la situation entre les deux Països Catalans de part et d’autre des Pyrénées  : si du côté espagnol «  l’identité repose sur une lecture essentiellement moderne, libérale et européenne du territoire  », en Catalogne française – Catalunya Nord pour reprendre la terminologie catalaniste – «  la vision des élus roussillonnais de leur identité catalane demeure encore largement empreinte de folklore, de culture traditionnelle, d’une vision “patrimoniale” du territoire culturel  » (Négrier, 2002). Cette situation est probablement due en partie au contexte socio-historique français qui a favorisé l’homogénéisation d’une culture nationale forte au détriment de l’épanouissement des cultures régionales au-delà du champ du folklore. Ainsi le Roussillon n’est pas un territoire d’identification, comme l’ont montré les résultats d’une enquête sur les sentiments d’appartenance identitaire territoriale (Guérin-Pace, 2006). Il faut ajouter à cette faiblesse symbolique des cultures régionales en France la faiblesse structurelle des Régions, disposant de peu de moyens contrairement à leurs homologues espagnoles qui disposent de budgets conséquents, la Catalogne particulièrement, et de compétences élargies et quasi exclusives en matière de culture 9.

  • 10 Les arts de la piste font référence à une acception élargie du cirque en tant que pratique artistiq (...)
  • 11 Site http://arts2rue.midipyrenees.fr

16Or, c’est aussi comme on l’a vu en partie à cause de cette faiblesse institutionnelle que de nombreuses Régions françaises ont fait de la dimension identitaire une composante importante de leur politique culturelle (Saez, 2003). Ainsi les Régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, qui sur le plan de l’identification territoriale évoquent «  davantage un regroupement administratif qu’une entité de référence  » (Guérin-Pace, 2006), font de l’appui aux langues et cultures régionales un axe fort de leur politique culturelle, dans le cadre de l’espace historico-culturel occitan qu’elles ont en partage. Les affaires culturelles du Conseil régional Languedoc-Roussillon sont d’ailleurs pilotées au sein d’une commission «  Culture-Patrimoine-Septimanie-Cultures occitanes et catalanes  ». La mise en avant d’une identité occitane appréhendée au sein d’un axe «  Grand Sud  » a été également relayée au sein du champ culturel et artistique, même si une telle posture artistique semble pouvoir atteindre très vite ses limites (Azam, 2002), comme l’a illustré par ailleurs sur le plan socio-politique la controverse qu’a suscitée, notamment auprès des communautés catalanes, le souhait du président de Languedoc-Roussillon de rebaptiser sa Région «  Septimanie  » et dont l’argumentaire historico-identitaire a tôt fait d’être mis en échec. Au-delà de la conception patrimoniale de l’identification culturelle d’un territoire, les Régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon semblent également préoccupées de se positionner comme territoires de création et d’animation culturelles. Cette «  identité créative  » se manifeste au travers de formes artistiques plutôt contemporaines, voire émergentes telles que les arts de la rue ou les arts de la piste 10, valorisés en Midi-Pyrénées comme relevant d’une «  spécialité  » artistique régionale d’excellence 11 et labellisés à l’échelle régionale en Languedoc-Roussillon  : Pôle Cirque Région Languedoc-Roussillon à Alès, Pôle des Arts de la Rue Région Languedoc-Roussillon à Villeneuve-lès-Maguelone. La promotion d’une identité culturelle s’exprime également par la mise en valeur de la figure du festival, symbole d’une irrigation culturelle «  dynamique  » du territoire, placée sous le signe de la fête, de l’événementiel  : sites «  Sous le soleil des festivals  » en Languedoc-Roussillon ou «  Festivals en Midi-Pyrénées  ».

  • 12 http://www.europaforum.public.lu/fr/actualites/2007/10/rencontres-luxermbourg-1/index.html (page co (...)

17Par extension, on retrouve ces interactions entre culture, identité et territoire à l’échelle de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée. Le statut de «  nouveau territoire en émergence  » que présente l’Eurorégion est très probablement pour beaucoup dans cette mobilisation de la thématique culturelle à des fins d’identification et de visibilité. En outre, contrairement à ce qui a pu être constaté jusqu’à présent en ce qui concerne la coopération transfrontalière franco-espagnole menée notamment dans le cadre des programmes communautaires INTERREG (Négrier, 2002  ; Harguindéguy, 2004), les membres de l’Eurorégion semblent opter pour une conception renouvelée de l’identité culturelle du territoire, combinant la dimension patrimoniale avec la dynamique d’une «  identité créative  » et prenant également acte du multiculturalisme des sociétés contemporaines. La déclaration constitutive de l’Eurorégion énonce parmi ses objectifs celui de valoriser la diversité culturelle «  liée tant aux formes traditionnelles d’expression culturelle et linguistique de tradition centenaire, qu’à l’arrivée de nouveaux modes d’expression culturelle issus des phénomènes migratoires, des changements sociaux  » et ce «  afin de la transformer en force créatrice, tout en partageant des expériences d’intégration et de multiculturalisme  ». Ainsi, lors de rencontres à Luxembourg en 2007, sur le thème de la coopération culturelle transfrontalière 12, le responsable des affaires culturelles eurorégionales à la Generalitat de Catalogne émet l’hypothèse que «  l’expérience transfrontalière va un jour produire un récit du transfrontalier, un nouvel imaginaire, voire une identité multiple  ». Par ailleurs, la dimension économique du potentiel créatif et des biens de culture apparaît dans l’objectif, énoncé en octobre 2004 dans la Déclaration constitutive de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée, de faire de l’Eurorégion «  un territoire de référence dans les circuits internationaux de la création artistique  », ainsi que dans celui de valoriser le patrimoine autour d’un modèle de «  développement touristique durable  ».

  • 13 Une présentation de l’ensemble des projets est disponible en ligne sur le Portail culturel eurorégi (...)
  • 14 http://www.euroregio-epm.org/eu/artcontemporani/ (page consultée le 24/03/09)

18Au-delà du discours, cette conception de l’identité culturelle, certes territorialisée, mais néanmoins ouverte, se retrouve dans la sélection des projets – près d’une vingtaine – qui ont été financés dans le cadre des premiers appels eurorégionaux. Si la culture régionale est bien présente à travers par exemple la mise en place d’un atlas de la prosodie de l’occitan et du catalan, on retrouve également de nombreux projets en arts de la rue et arts de la piste – «  Chemins de cirque  », «  la Caravana  », «  la Retirada  », «  Cirque et cinéma  », etc. – ou encore l’association art visuel multimédia et danse contemporaine  : projet «  CorpusMedia#2 Scènes digitales  ». Des disciplines telles que le design et la photographie sont également mobilisées, ainsi que la céramique contemporaine – projet «  Terres extrêmes  » – ou encore le Land Art, qui met en perspective création contemporaine, environnement et territoire  : projet «  Camin’Art  » 13. La création d’un réseau des musées d’art contemporain de l’Eurorégion a également été financée 14.

19à bien des égards, l’exemple de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée montre que si la dimension identitaire est inhérente aux politiques culturelles territoriales et transfrontalières, elle revêt néanmoins plusieurs facettes et un renouvellement de l’approche et des pratiques semble possible.

20Le mouvement de construction, par les Régions, d’une identité culturelle à l’échelle eurorégionale, par la promotion à cette échelle de leurs propres identités culturelles «  partagées  », est également là pour rappeler que le contexte transfrontalier soulève la question de la dimension culturelle de l’action et des relations extérieures des collectivités.

II – Coopérations eurorégionales et relations culturelles extérieures

21Bien souvent la construction ou la mobilisation d’une identité culturelle va de pair avec sa projection – voire son instrumentalisation – au service d’une politique de communication et de relations extérieures, avec notamment pour objectif de s’inscrire dans un contexte mondialisé (Keating et al., 2003). Une telle pratique n’est d’ailleurs pas l’apanage des Régions, et de la diplomatie culturelle des États à la paradiplomatie identitaire des collectivités il n’y a qu’un pas (Pongy, 2001).

22Les coopérations eurorégionales quant à elles se présentent et sont traitées par les autorités territoriales qui les engagent comme un des volets de leur action extérieure à l’échelle européenne. Ainsi l’implication dans un partenariat eurorégional représente pour les collectivités participantes un moyen supplémentaire de projection et d’inscription dans l’arène politique communautaire voire internationale (Balme, 1996). L’action culturelle développée dans le cadre eurorégional relève donc pour ces collectivités d’une double projection extérieure, projection culturelle dans l’Eurorégion, projection culturelle par l’Eurorégion, comme l’indique la Déclaration constitutive de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée  : «  Il faut créer de nouveaux circuits, afin de faire circuler les talents et les créateurs artistiques (spectacles, livres, audiovisuel…) au sein de nos régions, mais aussi à l’extérieur (festivals, salons, résidences d’artistes…).  »

23L’action culturelle eurorégionale est donc bien, corrélativement à l’enjeu identitaire, un enjeu de relations culturelles extérieures. Là encore l’exemple de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée paraît assez représentatif en la matière.

  • 15 Depuis 2007 le Consorció a pris la relève, après 25 ans d’existence, du Patronat Català Pro Europa, (...)
  • 16 Le Monde du 4 novembre 2008.

24La Catalogne fait partie des quelques autorités infra-étatiques à avoir mis en place, depuis le recouvrement de son autonomie à la fin des années 1970 lors de la transition démocratique espagnole, une véritable paradiplomatie dont la projection identitaire et culturelle extérieure apparaît comme une composante essentielle (Paquin, 2003). Le gouvernement catalan dispose ainsi d’un arsenal de structures de représentations à travers le monde  : délégations gouvernementales auprès notamment de l’Union européenne, de la France, de l’Allemagne, des états-Unis, Casa de la Generalitat à Perpignan  ; près de quarante bureaux de l’agence ACC1Ó à travers le monde, chargés de la promotion internationale des entreprises catalanes. Les relations extérieures de la Catalogne s’appuient également sur l’action du Patronat Catalunya Món, consortium public-privé d’information, de mise en réseau et de lobbying institutionnel international au service des acteurs socio-économiques catalans 15. Le gouvernement catalan est par ailleurs membre, aux côtés du ministère espagnol des Affaires étrangères et des municipalités de Madrid et de Barcelone, du consortium public Casa Asia, qui a son siège à Barcelone et une antenne à Madrid. Un même type de partenariat est à la base de la création de l’Institut européen de la méditerranée, think tank de référence en matière d’affaires euroméditerranéennes également basé à Barcelone et présidé par José Montilla, l’actuel président de la Generalitat. Le positionnement euroméditerranéen de la Catalogne a une nouvelle fois été souligné avec le choix très probable de Barcelone comme siège de l’Union pour la Méditerranée 16.

  • 17 http://www.catalanarts.com

25Sur le plan spécifiquement culturel, l’arsenal paradiplomatique catalan n’est pas en reste. Les intérêts économiques des acteurs culturels sont représentés à travers l’Institut Català de les Indústries Culturals, qui dispose de bureaux à Paris, Londres, Bruxelles, Berlin et Milan et a pour mission de soutenir l’exportation des productions culturelles sous l’égide par exemple du label Catalan ! Arts17 dans une optique de conquête de nouveaux marchés. La promotion culturelle extérieure catalane se fait également à travers l’Institut Ramon Llull, basé à Barcelone, qui développe ses activités dans les domaines linguistique, de la création, des sciences et des humanités. Cet institut émane de la Fondation Ramon Llull, constituée par les gouvernements d’Andorre, de Catalogne et des Baléares, et fait figure de véritable instrument de collaboration culturelle transrégionale, suivant en cela la vision d’une culture catalane commune à l’échelle des Països Catalans, vision que l’on retrouve aussi dans le cadre du Réseau universitaire Joan Lluís Vives, qui regroupe vingt établissements d’enseignement supérieur de Catalogne, de la Communauté valencienne, des îles Baléares, du sud de la France et d’Andorre dans le but de coordonner un espace d’enseignement, de recherche et d’activités culturelles en catalan. L’action institutionnelle est par ailleurs relayée à travers des activités culturelles qui peuvent être menées dans le cadre du réseau mondial des plus de cent communautés catalanes de l’extérieur organisées sous diverses formes  : Casals Catalans – dont un à Toulouse –, centres tel celui de Perpignan, associations, groupements.

  • 18 http://www.ibocc.org

26Enfin, ce dispositif d’action culturelle extérieure est complété par la manifestation des Capitales de la culture catalane – comme Perpignan en 2008 – mises en place sous l’égide du Bureau international des capitales culturelles, organisation privée qui développe également ce label sur le continent américain – états-Unis, Brésil, Amérique hispanophone – ainsi qu’en Espagne, et dont le siège est à… Barcelone 18  ! C’est d’ailleurs également à Barcelone que s’est tenu en 2004, non sans controverses, le premier Forum universel des cultures, avec notamment le soutien des autorités municipales et autonomiques (Ballester, 2009).

  • 19 Dénommé à l’origine «  Septimanie Export  »…

27Comparativement, il va de soi que les Régions françaises de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée investissent le champ des relations extérieures de manière beaucoup plus modeste, mais d’un point de vue relatif, leur implication en la matière n’en est pas moins représentatif de l’intérêt porté à la question, qui dans chaque région relève d’une Commission spécifique  : «  Coopération décentralisée et échanges transfrontaliers  » en Midi-Pyrénées, «  Commerce extérieur - Relations internationales  » en Languedoc-Roussillon. Afin d’appuyer le développement international des entreprises du Languedoc-Roussillon, le Conseil régional a mis en place à partir de 2004, date de l’arrivée de Georges Frêche à la présidence du Conseil après la victoire de la gauche aux élections, le dispositif «  Sud de France Export  » 19. Cette société anonyme d’économie mixte est notamment chargée d’animer et de coordonner le réseau international des Maisons de la Région Languedoc-Roussillon ouvertes à Bruxelles, Milan, Londres, New-York et Shangaï. «  Sud de France Export  » est également à l’origine, toujours sous l’impulsion du Conseil régional, du label «  Sud de France  », marque de reconnaissance destinée aux vins et produits agroalimentaires régionaux, les Maisons étant appelées à être les «  véritables vitrines des produits Sud de France à l’étranger  ». à signaler également la formule originale, «  diplomatico-gastronomique  », de la «  Maison du Languedoc-Roussillon  » à Barcelone, restaurant ouvert en 1992 et qui reçut un temps l’appui du Conseil régional, notamment sous les mandatures précédentes, pour être un lieu de promotion de la région  : menus et produits de terroir, gestion confiée à une société d’exploitation regroupant cinq restaurateurs de renom – un par département de la Région – organisation d’expositions, de conférences de presse, présence d’un point d’information et de réservation du comité régional du tourisme.... Même si la Région Midi-Pyrénées ne dispose pas d’antennes équivalentes à l’étranger – hors une représentation à Bruxelles, comme la majorité de ses homologues européennes – elle appuie néanmoins l’internationalisation de ses entreprises sur l’action d’un comité spécifique «  International Midi-Pyrénées  ».

28Par ailleurs, la dimension culturelle de l’action extérieure régionale est, aux côté de la dimension économique, également une préoccupation, notamment par la labellisation des compagnies lors de leurs tournées hors du territoire régional  : opération «  Midi-Pyrénées fait son cirque en Avignon  » – où l’on retrouve la volonté d’identification «  créative  » d’un territoire par une discipline artistique spécifique  ; association Réseau en Scène / Languedoc-Roussillon qui associe à la Région les cinq départements qui la composent et la direction régionale des Affaires culturelles, service déconcentré du ministère français de la Culture. La Région Midi-Pyrénées a par ailleurs été co-organisatrice du 1er Forum mondial sur la diversité culturelle au Pic du Midi en novembre 2008, avec l’idée d’en faire un rendez-vous annuel.

29Il faut ajouter à cela les volets culturels des conventions et accords de coopération, qui viennent généralement «  accompagner  » les échanges et relations d’ordre économique (Négrier, 2002). Midi-Pyrénées a conclu des conventions avec la Région de Marrakech Tensift Al Haouz au Maroc, les Régions de Thiès et Saint-Louis au Sénégal et la Province de Son La au Vietnam  ; un accord est en cours avec la Province du Québec  ; la Région Languedoc-Roussillon quant à elle est partenaire de la Lombardie, de la municipalité de Shangaï, et jumelée avec la Toscane et… la Catalogne.

30Ainsi, compte tenu de la nature du partenariat eurorégional, le soutien aux initiatives culturelles et artistiques eurorégionales figurent parmi les dispositifs d’action culturelle extérieure des collectivités membres  : au titre des «  échanges culturels  » dans le rapport d’activités de Midi-Pyrénées, parmi l’action culturelle européenne pour la Catalogne.

31Or, même si les eurorégions, de par leur faible degré d’institutionnalisation, sont loin d’être de véritables entités transfrontalières, elles présentent néanmoins un «  statut ontologique distinct  » par rapport à d’autres processus de coopération territoriale (Kramsch & Hooper, 2004). Les partenariats eurorégionaux et la rhétorique qui s’y attache ont souvent pour ambition à la fois de dépasser le cadre ciblé des programmes communautaires et d’être des espaces de coopération plus intégrés que les relations bilatérales relevant de la coopération décentralisée, de par notamment leur continuité / contiguïté géographiques. Ainsi, le fait de combiner «  trois types de coopération  : transfrontalière, interrégionale et transnationale  » apparaît comme «  un indicateur de la spécificité de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée dans le cadre eurorégional européen  » (Suàrez & Rodríguez, 2008).

Les Eurorégions : laboratoires ou « Arlésiennes » de l’aménagement du territoire européen ?

Les Eurorégions sont définies comme des organisations de coopération transfrontalière entre des collectivités allant de la commune à la région ou leurs équivalents, associées pour la réalisation d’objectifs et de projets communs en fonction d’intérêts partagés, dans le cadre de «  territoires de projets  ». Selon Henri Rougier (1999), le terme «  Eurorégion  » renvoie à la fois à «  une approche scalaire différente de celle à laquelle la géographie régionale traditionnelle nous avait habitués  » ainsi qu’à «  la transfrontaliarité ou, si l’on préfère, l’interrelation existant de part et d’autre d’une frontière, entre deux entités globalement comparables  ». De 35 au début des années 1990, on est passé aujourd’hui à près de 90 structures recensées par le Conseil de l’Europe et qui peuvent être considérées comme des Eurorégions parmi les différentes modalités de coopération territoriale transeuropéenne proposées par le politologue Markus Perkmann (tabl. 1), une évolution parallèle à la mise en œuvre des programmes et financements communautaires de coopération transfrontalière, notamment INTERREG. C’est pourquoi les Eurorégions sont présentées par les institutions communautaires comme des «  laboratoires  » de l’intégration. Toutefois il n’existe pas de fondement juridique précis ou officiel au terme Eurorégion qui de fait recouvre une diversité de situations – territoriales, structurelles, fonctionnelles – et peut de plus apparaître sous différentes désignations propres  : Eurorégion, Euroregio, Eurégio, Europaregion, Grande Région, Regio, Conseil… voire Communautés de travail si à l’instar du Conseil de l’Europe on opte pour une définition «  extensive  » du terme. Une telle complexité semble par ailleurs caractéristique des constructions territoriales contemporaines dans «  leur pluralité et leur fluidité  » (Amilhat-Szary & Fourny, 2006). Il apparaît néanmoins possible d’établir des critères d’identification des eurorégions qui leur donnent plus de lisibilité (tabl. 2). En tout état de cause, l’évolution institutionnelle de ces organisations reste du ressort de «  l’intergouvernementalisme  », qu’il s’agisse de l’action des institutions européennes en faveur de la coopération territoriale, des décisions des états en ce qui concerne la coopération territoriale à leurs frontières, voire même de la volonté des gouvernements infra-étatiques membres d’Eurorégion quant à l’évolution de ce type de coopération.

Tableau 1 – Types de coopération interrégionale et transfrontalière en Europe

échelle territoriale

Petite

Grande

Transfrontalière (contiguïté territoriale)

Eurorégions

Communautés de travail

(ex : Communauté de Travail des Pyrénées)

Interrégionale (sans contiguïté territoriale)

Coopération inter-urbaine et interrégionale

(ex : «  Les Quatre moteurs pour l’Europe  »)

Associations représentatives / fonctionnelles

(ex : Association des régions frontalières européennes / ARFE)

Source : Perkmann, 2002

Tableau 2 – Critères d’identification des eurorégions, selon l’Association des régions frontalières européennes (ARFE)

Structure juridique

Fonctionnement et gestion

- de droit privé, basées sur des associations à but non-lucratif ou de fondations d’un côté ou de l’autre de la frontière en accord avec les juridictions nationales en vigueur

ou…

- association d’autorités locales et régionales d’un côté ou de l’autre d’une frontière nationale, parfois avec une assemblée parlementaire

ou…

- de droit public, basées sur des accords interétatiques avec la participation des collectivités territoriales

- association transfrontalière avec un secrétariat permanent et une équipe technique et administrative disposant de ressources propres

Source : © 2002 - Géoconfluences - DESCO - ENS LSH

III – Culture et interterritorialité à l’échelle eurorégionale

  • 20 Une présentation de l’ensemble des projets est disponible en ligne sur le Portail culturel eurorégi (...)

32Sur le plan culturel, on peut parler, dans le cadre des eurorégions, d’un objectif de «  communautarisation  » des régions frontalières (Négrier, 2002), comme le montre par exemple la mise en place d’un portail culturel, à la fois vitrine commune, centre de ressources partagé et véritable outil de mise en réseau des opérateurs et des publics. Cette spécificité transparaît également dans les processus décisionnels des premiers appels eurorégionaux culturels et artistiques 20, croisant territorialité à l’échelon régional et collégialité à l’échelle eurorégionale. Chaque Région finance son propre appel à projets et pré-sélectionne les projets qui lui ont été présentés  ; le choix final des projets sélectionnés est ensuite discuté et arrêté au sein du Groupe de travail culture de l’Eurorégion, composé de représentants des services culturels régionaux, mais il revient in fine aux commissions régionales compétentes d’acter et de notifier aux intéressés l’attribution du financement. Il semble bien là que l’on ait à faire à une articulation interterritoriale des modes d’action publique  : actions et projets à la fois portés par leurs institutions régionales et labellisés «  eurorégionaux  », financements et modes de décision relevant à la fois des positions régionales et de la négociation interrégionale.

33L’action culturelle dans le cadre eurorégional semble donc mettre en jeu la question de l’interterritorialité, qui apparaît de plus en plus comme une tendance de fond de l’action publique contemporaine, notamment dans le cadre de la multiplication de constructions et reconstructions territoriales tant aux frontières qu’à l’intérieur même des états et dont «  les solutions institutionnelles [...] risquent d’être des territorialisations ad hoc, c’est-à-dire labiles et provisoires, à moins que l’action publique territoriale ne s’engage résolument dans la voie de l’interdépendance territoriale coopérative, de l’interterritorialité  » (Saez & Leresche, 1997).

34Si l’interterritorialité est «  l’avenir des territoires  », alors l’action culturelle eurorégionale apparaît comme un champ privilégié de mise en perspective de la question, comme le montre l’exemple de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée.

35Tout d’abord, si la culture semble mobilisée dans un but d’identification et de projection d’une telle construction territoriale – «  la culture, c’est ce qui parle aux gens  », rappelait récemment une responsable de l’Eurorégion... –, c’est au moins en partie dans un souci de consolidation et de pérennisation du partenariat, ce dont l’interterritorialité paraît être une des clés. Par ailleurs, les acteurs culturels sont peut-être plus que d’autres habitués à croiser les différentes échelles et niveaux d’intervention territoriaux, dans un contexte de ressources limitées et de différenciation territoriale accrue, où la culture est perçue par les élus comme un levier efficace de visibilité. Enfin, l’interterritorialité peut se décliner selon plusieurs échelles, verticale/horizontale, interne/externe, que l’on retrouve comme autant d’enjeux territoriaux du développement d’actions culturelles à l’échelle de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée.

  • 21 Réseau de villes moyennes catalanes dédié à la promotion de la création contemporaine et à l’aménag (...)
  • 22 Selon les termes du compte-rendu disponible sur le Portail culturel eurorégional.

36L’interterritorialité verticale concerne l’articulation entre les différents niveaux de collectivités dans un même espace. On tend ainsi à l’échelle européenne vers un partage des interventions culturelles entre métropoles et régions au sein d’un même espace, les villes prenant plutôt en charge la créativité et l’innovation artistique et les Régions les aspects plutôt patrimoniaux et identitaires. La Catalogne apparaît d’ailleurs comme un exemple de cette «  division équilibrée du travail culturel  » (Saez, 2006). L’action culturelle eurorégionale doit donc composer avec cette situation, comme le rappelait un expert barcelonais de la coopération culturelle qui voit dans l’Eurorégion le cadre d’une action plutôt destinée aux villes moyennes, à l’irrigation du territoire, qu’aux grandes institutions métropolitaines. C’est d’ailleurs sur le thème des villes moyennes qu’ont été organisées par la Xarxa Transversal 21 les deuxièmes rencontres culturelles eurorégionales à Lleida en 2007, rencontres qui ont permis de mettre en exergue de la part des professionnels présents «  la volonté de repenser l’action culturelle locale sous le paradigme de la proximité 22  ». Se pose également la question de l’articulation interterritoriale entre les actions eurorégionales et celles qui peuvent être développées dans le cadre des réseaux de villes, ou en France par les départements, qu’il s’agisse d’eurodistricts transfrontaliers tels que l’Espace catalan transfrontalier ou du réseau C 6 qui regroupe les villes de l’espace «  Pyrénées-Méditerranée  »  : Toulouse, Montpellier, Palma de Majorque, Barcelone, Saragosse et même Valence. à cet effet, le positionnement «  eurorégional  » de la candidature de Toulouse comme capitale européenne de la culture en 2013 – tout comme celles de Bordeaux dans l’Eurorégion Aquitaine-Euskadi et de Marseille, labellisée «  Provence  » et «  Méditerranée  » – ou encore la mise en avant de l’identité «  créative  » de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée apparaissent comme autant de signes qu’une telle articulation est envisageable, certes sans que l’on puisse à ce stade préjuger ni de son effectivité ni de son opérationnalité.

  • 23 Ce en quoi ils ne font que reproduire à cette échelle les pratiques constatées dans de très nombreu (...)
  • 24 «  Le clash de Frêche  », La Dépêche du Midi du 4 décembre 2007.

37L’interterritorialité que l’on peut qualifier «  d’horizontale  », entre même niveaux territoriaux, est bien évidemment au cœur du processus de fonctionnement de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée, comme le montrent les modalités de mise en oeuvre des projets culturels eurorégionaux et l’importance accordée par les tutelles, selon leurs propres déclarations et celles d’opérateurs culturels, à «  l’équilibre territorial  » des projets (Lefebvre & Boure, 2000), c’est-à-dire une inscription et un rayonnement équilibrés sur les territoires des membres de l’Eurorégion, ainsi que l’équilibre entre la participation, l’apport et les bénéfices de chaque composante régionale partie prenante au projet 23. Les relations entre les membres de l’Eurorégion conditionnent son développement et la question culturelle peut être autant source de coopération que de conflits. Ainsi la Communauté de Valence, pressentie dans le projet initial pour intégrer l’Eurorégion, a appuyé son refus d’adhérer sur une dénonciation de l’hégémonie linguistique et culturelle «  pancatalaniste  » sous-jacente au projet et véhiculée notamment, comme on l’a vu, par le concept géoculturel des Països Catalans, dénonciation relayée par un manifeste signé par diverses entités culturelles aragonaises, baléares et valenciennes lors de la création de l’Eurorégion. Peu de temps après, en 2006, l’Aragon a décidé de suspendre sa participation à l’Eurorégion en raison d’un différend portant sur la propriété de pièces d’art sacré conservées à la cathédrale de Lleida en Catalogne mais provenant de diocèses frontaliers considérés par la Generalitat comme territoires de la Franja de Ponent des Pays catalans (fig. 2), mais administrativement rattachés à l’Aragon. Enfin, ce n’est que récemment que le gouvernement des Baléares a réintégré le consortium de l’Institut Ramon Llull duquel il s’était un temps retiré. Les Régions françaises de leur côté ne sont pas en reste avec les tensions provoquées par les déclarations de Georges Frêche lors du Congrès de l’Eurorégion en décembre 2007 à Toulouse 24, déclarations tendant à remettre en question l’intérêt et l’efficacité du partenariat eurorégional alors même que ce Congrès, organisé par Midi-Pyrénées et auquel a participé Danuta Hübner, la commissaire européenne chargée de la politique régionale, avait pour but de promouvoir le contraire.

38Enfin, l’interterritorialité s’appréhende également selon la dialectique interne/externe, déployée le long de la «  diagonale locale-planétaire  », faisant du mode international un «  mode interterritorial  » comme un autre parmi «  le foisonnement des liens bi- ou multi-latéraux entre pouvoirs territoriaux  : groupements internationaux de Régions ou de Provinces, fédérations internationales de Villes grandes et petites, coopérations dites décentralisées, [...] mais aussi, vu sous l’angle inverse de la rivalité, stratégies agressives de positionnement économique, de compétitivité globale [...], de captation de grands événements [...] ou de grands équipements culturels et scientifiques  » (Vanier, 2008).

39L’enjeu interterritorial a donc partie liée avec l’enjeu de relations culturelles extérieures déjà évoqué, qui consiste non seulement à développer les relations culturelles «  internes  » entre territoires de l’Eurorégion, mais encore à faire de l’échelon eurorégional celui d’une projection culturelle externe. L’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée, et les Régions qui en sont membres à travers elle, a d’ailleurs pour objectif de se positionner comme un acteur de référence dans l’espace euroméditerranéen, dont la dimension culturelle apparaît également dans l’idée de valoriser la diversité culturelle issue des phénomènes migratoires, des changements sociaux.

40Sur le plan de l’action, cela suppose l’introduction d’un jeu sur les échelles, d’une «  intervention par problèmes ou par enjeux, potentiellement multi-territoriale, multi-sectorielle et multi-institutionnelle  », afin de dépasser «  la tension ou le conflit entre les logiques fonctionnelles ou de réseau [...] et les logiques démocratiques ou d’appartenance, liées aux territoires politiques traditionnels  » (Saez & Leresche, 1997)… où l’on retrouve l’enjeu identitaire. En effet les eurorégions apparaissent parmi les «  nouveaux instruments  » possibles de cette action publique reconfigurée, «  dans l’usage desquels la construction ou l’appel à l’identité peut également devenir une ressource  » et qui peuvent amener à la «  production de nouveaux territoires (par exemple les régions transfrontalières) et de nouvelles identités  » (Saez & Leresche, 1997).

41En tout état de cause, les membres de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée s’inscrivent pleinement dans un cadre géopolitique interterritorial et multi-scalaire, en soulignant dans la déclaration constitutive leur volonté de faire de l’Eurorégion un instrument de collaboration avec les autres niveaux territoriaux d’intervention – programmes communautaires, Communauté de travail des Pyrénées, états andorran, espagnol et français – et «  d’ouverture et de coopération avec les arcs pyrénéen, méditerranéen (de l’Italie au Maghreb), les vallées des grands fleuves (èbre, Garonne et Rhône), ainsi que les îles de la Méditerranée occidentale  ».

Conclusion… en forme de «  défis culturels  » pour l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée

  • 25 Objectif 3 de la politique communautaire de cohésion 2007-2013, volet transnational «  INTERREG IV (...)

42L’action culturelle eurorégionale semble aujourd’hui confrontée à quatre défis principaux. Premièrement, l’adoption en cours par l’Eurorégion du nouveau statut de Groupement européen de coopération territoriale apparaît comme une voie de stabilisation et d’institutionnalisation du partenariat eurorégional, permettant à l’Eurorégion de solliciter et de gérer des financements «  communautarisés  » et non plus «  régionalisés  », notamment dans le cadre des programmes de l’Union européenne, ce qui suppose de plus une augmentation substantielle des budgets alloués et une unification des procédures d’appels à projet sous le label eurorégional. Ainsi, les membres de l’Eurorégion, excepté l’Aragon, ont déposé le projet «  LabTechnoCulturS  » dans le cadre du programme de coopération transnationale de l’espace sud-ouest européen 25, projet porté par la Catalogne pour un coût global d’un million et demi d’euros sur quatre ans, avec pour objectif de transformer l’Eurorégion en un laboratoire technologique et culturel du sud-ouest de l’Europe.

43Une telle évolution structurelle de l’Eurorégion est fortement liée, deuxième défi, à la teneur des relations entre Régions membres et suppose que l’Eurorégion soit considérée comme une «  communauté d’intérêts  » et non pas comme une simple ressource supplémentaire pour la projection de leaders régionaux dans l’arène politique communautaire, voire mondiale. Même si le projet eurorégional a été porté de toute évidence par un fort leadership politique, les tensions constatées par ailleurs sont là pour rappeler la faiblesse structurelle et institutionnelle d’un partenariat qui dépend de la volonté des parties de s’y impliquer, ou pas, au regard de leurs priorités politiques, socio-économiques et autres.

  • 26 Dont le secrétariat technique est situé à Barcelone dans les locaux du Secretaria d’Afers Exteriors
  • 27 Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires, qui a succédé (...)

44Les tensions autour du «  pôle culturel catalan  » constituent le troisième défi de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée. En effet le poids que représente la Catalogne dans l’Eurorégion 26 sur le plan démographique avec plus de 48  % de la population (GEA, 2008), économique avec plus de 50  % du PIB (Suàrez & Rodríguez, 2008), et sa force socio-politique et culturelle appuyée par un réseau institutionnel puissant, peuvent être autant une force centripète que centrifuge. En témoignent les tensions entre la Catalogne et ses Communautés voisines, ou le déséquilibre face aux Régions françaises, d’autant plus que ces dernières paraissent incapables de faire front commun, alors qu’à elles deux par exemple elles représentent près du tiers du PIB (Suàrez & Rodríguez, 2008) et près de 36  % de la population (GEA, 2008) de l’Eurorégion. Il ne fait cependant aucun doute que l’implication forte, notamment financière, de la Catalogne dans le projet est pour beaucoup dans l’avancée de l’Eurorégion jusqu’à présent, qualifiée par Danuta Hübner de «  pionnière en matière de coopération  ». Mais la question reste posée des conséquences sur le long terme d’une telle asymétrie interne, surtout si l’implication de la Catalogne doit servir ses propres intérêts avant tout, comme l’a suggéré un expert de la DIACT 27 qui voit dans l’Eurorégion un moyen pour la Catalogne de «  venir faire son marché de l’emploi à Toulouse  ».

  • 28 Les principales structures de cirque des deux Régions ont d’ailleurs déposé un important projet dan (...)

45Dans un tel contexte, la variable culturelle peut-elle servir de «  variable d’ajustement  », si l’on prend par exemple le secteur des arts de la piste mis en avant à l’échelle eurorégionale et quasiment pas professionnalisé en Espagne en dehors de la Catalogne, où les quelques structures existantes sont «  en demande  » auprès de leurs homologues françaises 28  ? Les appels à projets culturels et artistiques eurorégionaux ont d’ailleurs été lancés à l’initiative de la Région Midi-Pyrénées, relayée ensuite par les autres collectivités. Les collectivités françaises sont en outre héritières des années fastes de la politique culturelle «  à la française  » dont la dimension de modèle à suivre peut également encore représenter un atout… même si, pour leurs partenariats extérieurs, les grandes institutions culturelles de la capitale catalane regardent plus souvent vers Paris, Londres ou New York que vers Toulouse ou Montpellier, et même si le modèle français traverse actuellement une crise, principalement due au désengagement progressif de l’état. Ceci étant, le secteur culturel est loin d’être le seul où les Régions françaises sont en capacité d’apporter une valeur ajoutée au partenariat eurorégional – on peut penser par exemple à la recherche-développement qui reste un point faible de l’économie catalane, ou à l’implication de Midi-Pyrénées dans le pôle de compétitivité mondial «  Aerospace Vallée  ». De plus, la culture n’est sûrement pas un domaine d’opposition mais est plutôt considérée comme un enjeu «  structurant  » pour l’Eurorégion. Pour cela, l’enjeu culturel eurorégional ne doit pas être simplement celui d’une mobilisation symbolique au service de stratégies politiques et socio-économiques individualisées, ni celui de l’«  habillage  » culturel d’un «  universel de bon aloi  » (Latouche, 2004), mais bien celui d’une prise en compte commune de la ressource culturelle comme enjeu de développement (inter)territorial per se, ce qui semble constituer aujourd’hui, last but not least, le quatrième défi de l’action culturelle à l’échelle de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée.

Haut de page

Bibliographie

Amilhat-Szary A.-L., Fourny M.-C., Après les frontières, avec la frontière. Nouvelles dynamiques transfrontalières en Europe, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube, 2006, 169 p.

Antheaume B., Giraut F. (dir.), Le territoire est mort, Vive les territoires ! Une (re)fabrication au nom du développement, Paris, éditions de l’IRD, 2005, 384 p.

Autissier A.-M., «  La coopération culturelle des régions européennes, avancées et limites  », Rencontres Interrégionales «  Régions et diversité culturelle  : une dynamique européenne et mondiale  », Lyon, 28 et 29 septembre 2006, [en ligne]  : http://www.mondialisations.org/php/public/art.php?id=24766&lan=FR (page consultée le 03/04/2009)

Azam M., «  Le credo identitaire comme ressource pour l’art  ? L’exemple français de la région toulousaine  », in Sociologie et sociétés, vol.  XXXIV, no 2, 2002, p. 185-205.

Ballester P., «  Barcelone, le Forum Universel des Cultures 2004, une fête globale pour une ville globale  ?  » in Fournier L. S., Crozat D., Bernie-Broissard C., Chastegner C. (dir.), La fête au présent. Mutation des fêtes au sein des loisirs, Paris, éditions l’Harmattan, 2009.

Balme R. (dir.), Les politiques du néo-régionalisme  : action collective régionale et globalisation, Paris, Economica, 1996, 301 p.

Baudelle G., Castagnede B. (dir.), Le polycentrisme en Europe  : une vision de l’aménagement du territoire européen, La Tour d’Aigues / Paris, Éditions de l’Aube / DATAR, 2002, 266 p.

Caviness M., “The Creation of a Catalan Visual Language in the First Third of the 20th Century : A Strategy for Cultural Survival”, Rencontres Interrégionales «  Régions et diversité culturelle  : une dynamique européenne et mondiale  », Lyon, 28 et 29 septembre 2006, [en ligne]  : http://www.mondialisations.org/php/public/art.php?id=24823&lan=EN (page consultée le 03/04/2009)

Coller X., “Collective Identities and Failed Nationalism. The Case of Valencia in Spain”, Pôle Sud, Année 2006, Volume 4, no 25.

Daviet S., Leriche F., Sibertin-Blanc M., Zuliani J.-M. (dir.), L’économie culturelle et ses territoires, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008.

GEA – GABINET EUROPEU D’ASSESSORAMENT SL, El valor afegit de l’Euroregió Pirineus-Mediterrània per a la Conselleria de Presidència del Govern de les Illes Balears, rapport juin 2008, [en ligne]  : http://www.euroregio.eu/eu/Images/estudi_valor_afegit_euroregio_CAT_tcm329-80393.pdf (page consultée le 03/04/2009)

Guérin-Pace F., «  Sentiment d’appartenance et territoires identitaires  », L’Espace géographique, 2006-4, p. 298-308.

Guermond Y., «  L’identité territoriale  : l’ambiguïté d’un concept géographique  », L’Espace géographique, 2006-4, p. 291-297.

Guigou J.-L., Aménager la France de 2020  : mettre les territoires en mouvement, Paris, La Documentation française/ DATAR, 2002, 112 p.

Guigou J.-L., «  De l’interrégionalité en général et du Val de Garonne en particulier  : évolutions des échelles de l’aménagement du territoire  », Sud-Ouest Européen, 1999, no 5, p. 3-10.

Harguindeguy J.-B., «  La coopération franco-espagnole face à ses contradictions  », in Études internationales, vol.  XXXV, no 2, p. 307-322.

Jouvenel (de) H., Roque M.-A. (dir.), Catalogne à l’horizon 2010, Barcelona, Institut català d’estudis mediterranis, Paris, Economica, 1994, 329 p.

Keating M., Loughlin J., Deschouwer K., Culture, Institutions and Economic Development : a Study of Eight European Regions, Cheltenham UK, Edward Elgar Publishing, 2003, 220 p.

Keating M., “Paradiplomacia y constitución de redes regionales”, Revista Valenciana de Estudios Autonómicos, No 36 – Monográfico : “El Arco Mediterráneo en la Unión Europea : balance y perspectivas de futuro”, 3e trimestre 2001, p. 39-50.

Kramsch O., Hooper B., Cross-Border Governance in the European Union, Abingdon, Routledge, 2004, 236 p.

Lamour C., «  Grande Région et sentiment d’appartenance transfrontalier  », Troisièmes Entretiens du Transfrontalier «  Culture et citoyenneté dans la coopération transfrontalière  », Eurocité basque Bayonne-San Sebastián, 13 et 14 décembre 2007, [en ligne]  : http://www.interform-eu.org/entretiens.php (page consultée le 03/04/2009).

Latouche D., «  Les territoires aléatoires des arts et de la culture  », in Augustin J.-P., Lefebvre A. (dir.), Perspectives territoriales pour la culture, Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2004, 298 p.

Léal B., Trenc E., Barcelone des avant-gardes, Paris, éditions Hazan – Réunion des Musées nationaux, 2001, 95 p.

Lefebvre A., Boure R., «  La médiation culturelle du territoire  », Sud-Ouest Européen, no 8, 2000, p. 49-56.

Leresche J.-Ph., Saez G., «  Identités territoriales et régimes politiques de la frontière  », Pôle Sud, Année 1997, Volume 7, no 1, p. 27-47.

Mancebo F., «  Barcelone et les Pyrénées, une histoire d’amour non dénuée d’intérêts  : l’instrumentalisation des cultures pyrénéennes au service d’un pôle urbain  », in Bernie-Boissard C. (dir.), Espaces de la culture. Politiques de l’art, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2000, 397 p.

Négrier E., «  Une culture hors-les-murs. Les relations culturelles internationales des collectivités territoriales françaises  », Mélanges de l’école Française de Rome, Tome 114, 2002 -Vol. 1, p. 263-282.

Paquin S., Paradiplomatie identitaire en Catalogne, Québec, Presses Universitaire de Laval, 2003, 134 p.

Perkmann M., The rise of the Euroregion. A bird’s eye perspective on European cross-border co-operation, Department of Sociology, Lancaster University, Lancaster UK, first published in 2002, last revised on 5th December 2003, [en ligne]  : : http://www.lancs.ac.uk/fass/sociology/papers/perkmann-rise-of-euroregion.pdf (page consultée le 03/04/2009)

Pongy M., «  Une mise en perspective des dynamiques culturelles régionales en Europe  », L’Observatoire, no 21, automne 2001, p. 30-32.

Pongy M., Saez G., Politiques culturelles et Régions en Europe, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques politiques, 1994, 324 p.

Rougier H., «  De la notion de Région à celle d’Eurorégion  », Bulletin de l’Association des Géographes Français, 1999, no 4, p. 394-396.

Saez G., «  Métropolisation culturelle en France et en Europe  : pratiques, aménagement du territoire et attractivité  », Conférence Culture, citoyenneté et rayonnement métropolitain, Agence d’urbanisme et d’aménagement du territoire Toulouse Aire urbaine, Toulouse, 26 juin 2006.

Saez G., «  L’action publique culturelle et la transition du système politique  », in Faure A. & Douillet A.-C. (dir.), L’action publique et la question territoriale, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2005, p. 229-250.

Saez G., «  L’action des collectivités territoriales en matière culturelle  », Cahiers Français, janvier-février 2003, no 312, p. 12-18.

Suàrez C., Rodríguez P., “L’Euroregió Pirineus-Mediterrània”, Working Papers On Line (WPOL), no 18/2008, Barcelone, Institut Universitari d’Estudis Europeus, [en ligne]  : http://www.iuee.eu/pdf-publicacio/143/7DuoB8YR5Ccm DaKD8oe8.PDF (page consultée le 03/04/2009)

Vanier M., Le pouvoir des territoires. Essai sur l’interterritorialité, Paris, Economica, coll. Anthropos, 2008, 160 p.

Vayssiere B., «  La frontière franco-espagnole et l’Europe  : le dépassement des limites  ?  », Annales du Midi, no 259, juillet-septembre 2007, p. 351-371.

Haut de page

Notes

1 Notamment par Pasqual Maragall et Martin Malvy, respectivement présidents de la Catalogne et de Midi-Pyrénées lors de la création de l’Eurorégion.

2 Rapports établis à la demande de la Generalitat de Catalogne par la Fundació Interarts de Barcelone, http://www.interarts.net

3 La Région Midi-Pyrénées a par exemple consacré en 2006 1  % de son budget culturel au chapitre «  échanges culturels  » dans lequel sont incluses les actions eurorégionales… parmi d’autres.

4 Par exemple le projet Lien culturel transfrontalier entre les villes de Huesca (Aragon) et de Tournefeuille (Midi-Pyrénées), l’Espace infoculture, le festival ¡Mira ! Festival transnational.

5 ETD/Entreprises Territoires Développement, «  La contribution du patrimoine culturel au développement des territoires  », Les Notes de l’Observatoire, décembre 2004, http://www.projetdeterritoire.com

6 La Constitution espagnole (1978) «  reconnaît et garantit le droit à l’autonomie des nationalités et des régions  » qui composent la «  Nation espagnole  » et la «  solidarité entre elles  ».

7 Illustré par exemple par la controverse provoquée en Espagne par l’invitation de la Catalogne en 2007 à la 59e Foire du Livre de Francfort, avec notamment le boycottage de cette manifestation par presque tous les auteurs écrivant en espagnol, y compris ceux qui sont catalans…

8 Voir également sur cette question le mouvement artistique catalan du Noucentisme (Leal & Trenc, 2001).

9 Les 25 millions d’euros dépensés en 2005 par le département culturel du gouvernement de Catalogne pour les seuls programmes de «  promotion culturelle  » sont par exemple à mettre en perspective avec les 22 millions d’euros affectés à l’ensemble des affaires culturelles par la Région Midi-Pyrénées en 2006.

10 Les arts de la piste font référence à une acception élargie du cirque en tant que pratique artistique et créative à part entière, renouvelant les formes mêmes du cirque «  classique/traditionnel  », http://www.horslesmurs.fr

11 Site http://arts2rue.midipyrenees.fr

12 http://www.europaforum.public.lu/fr/actualites/2007/10/rencontres-luxermbourg-1/index.html (page consultée le 03/04/2009)

13 Une présentation de l’ensemble des projets est disponible en ligne sur le Portail culturel eurorégional, http://www.euroregio.eu/pc/AppJava//fr/

14 http://www.euroregio-epm.org/eu/artcontemporani/ (page consultée le 24/03/09)

15 Depuis 2007 le Consorció a pris la relève, après 25 ans d’existence, du Patronat Català Pro Europa, avec une orientation renouvelée et élargie au-delà du cadre communautaire.

16 Le Monde du 4 novembre 2008.

17 http://www.catalanarts.com

18 http://www.ibocc.org

19 Dénommé à l’origine «  Septimanie Export  »…

20 Une présentation de l’ensemble des projets est disponible en ligne sur le Portail culturel eurorégional, http://www.euroregio.eu/pc/AppJava//fr/

21 Réseau de villes moyennes catalanes dédié à la promotion de la création contemporaine et à l’aménagement du territoire.

22 Selon les termes du compte-rendu disponible sur le Portail culturel eurorégional.

23 Ce en quoi ils ne font que reproduire à cette échelle les pratiques constatées dans de très nombreux projets de coopération à l’échelle communautaire.

24 «  Le clash de Frêche  », La Dépêche du Midi du 4 décembre 2007.

25 Objectif 3 de la politique communautaire de cohésion 2007-2013, volet transnational «  INTERREG IV B SUDOE  ».

26 Dont le secrétariat technique est situé à Barcelone dans les locaux du Secretaria d’Afers Exteriors.

27 Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires, qui a succédé à la DATAR.

28 Les principales structures de cirque des deux Régions ont d’ailleurs déposé un important projet dans le cadre de l’objectif 3, volet transfrontalier «  INTERREG IV A  : CIRQUE-O  ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Eurorégion Pyrénées-Méditerranée
Crédits Source : Carte élaborée par Marie-Laure Maraval
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1962/img-1.png
Fichier image/png, 290k
Titre Fig. 2 – Les Pays catalans / Els Països Catalans
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1962/img-2.png
Fichier image/png, 388k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Perrin , « Culture, identité et interterritorialité dans l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée », Sud-Ouest européen, 27 | 2009, 11-25.

Référence électronique

Thomas Perrin , « Culture, identité et interterritorialité dans l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée », Sud-Ouest européen [En ligne], 27 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1962 ; DOI : 10.4000/soe.1962

Haut de page

Auteur

Thomas Perrin 

Doctorant au laboratoire PACTE / IEP de Grenoble, associé au LISST / Université de Toulouse-Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals