Navigation – Plan du site

Une politique culturelle territoriale en Région  : l’exemple des territoires de projet en Midi-Pyrénées

Regional cultural policy : the example of project territories in Midi-Pyrénées
Una política cultural territorial en región : el ejemplo de los territorios de proyecto en midi-pyrénées
Mariette Sibertin-Blanc 

Résumés

L’articulation entre action culturelle et politique territoriale a pris forme en Midi-Pyrénées dans un dispositif porté par le Conseil régional en partenariat avec l’état et les départements  : les projets culturels de territoire. L’analyse de ces projets, mis en place essentiellement dans les Pays à partir de 2002, et des logiques de leur fonctionnement met en exergue les questions d’aménagement liées à l’inscription de la culture dans les préoccupations territoriales. En particulier, les négociations nécessaires à la gouvernance culturelle locale et la grande fragilité du financement des initiatives expliquent la difficulté d’articuler les différents niveaux d’intervention, en même temps qu’ils imposent un positionnement régional nécessaire et ravivent les interrogations sur la pérennité de l’action des Pays.

Haut de page

Texte intégral

1La progressive territorialisation des politiques culturelles françaises s’est effectuée au cours des dernières décennies par plusieurs biais  : déconcentration, décentralisation plutôt peu encadrée par la loi, intégration du secteur culturel dans des politiques territoriales et transversales. La montée en puissance de l’intervention des collectivités locales dans le champ culturel s’est faite selon des logiques similaires entre régions, départements, ou villes – ces dernières ayant assuré depuis longtemps des responsabilités parallèlement à l’état. La prise de conscience du besoin de culture pour le territoire bien sûr, l’approche sociale des pratiques culturelles aussi, et l’articulation de la culture à des compétences assumées sont autant de motifs à la constitution de politiques culturelles locales. Concernant les régions, elles ont associé (justifié parfois  ?) leur politique culturelle à deux de leurs responsabilités principales (Pongy, 2004)  : l’aménagement du territoire et la jeunesse (formation professionnelle, lycée). Reprenant assez fidèlement dans un premier temps l’organisation des services déconcentrés de l’état en directions disciplinaires (arts plastiques, arts de la scène, patrimoine, etc.), les directions de la culture en région se sont néanmoins approprié progressivement leurs propres problématiques, à l’image de Midi-Pyrénées qui a mis en place un dispositif original articulant politique culturelle et politique territoriale régionales. Ce dispositif appelé «  Projet culturel de territoire  » vise à soutenir l’émergence ou la consolidation de politiques culturelles à l’échelle des Pays, Agglomérations et parcs naturels régionaux (PNR).

2Ce dispositif de projet culturel territorial correspond bien à la problématique régionale et à des choix territoriaux. D’une part, composée de huit départements et structurée par de petites villes moyennes, l’action de Midi-Pyrénées doit prendre en compte la vaste étendue du territoire, sur lequel Toulouse domine largement en tant que capitale régionale et tend à concentrer la plupart des grandes institutions culturelles. D’autre part, la Région Midi-Pyrénées a fait le choix de s’appuyer sur les territoires de projets pour développer ses priorités d’équité et de structuration territoriale  : les Pays en particulier constituent le pilier de l’action territoriale régionale.

3L’analyse de ce dispositif, des logiques qui ont prévalu à son émergence et de son fonctionnement permet d’illustrer non seulement les ambiguïtés et les difficultés auxquelles sont soumis les territoires intégrant la culture dans leur projet, mais aussi les questions d’aménagement et de développement soulignées par l’inscription de la culture dans les préoccupations territoriales. En particulier, les arrangements et négociations de la gouvernance culturelle locale et la grande fragilité du financement des initiatives mettent en exergue la difficulté d’articuler les différents niveaux d’intervention, en même temps qu’ils imposent un positionnement régional nécessaire et ravivent les interrogations sur la pérennité de l’action des Pays.

I – De la rencontre dans les Pays de deux logiques  : culturelle et territoriale

4La possibilité pour les collectivités d’adhérer à la logique de projet par le biais des Pays a été plus ou moins saisie selon les régions françaises. La loi de 1995 d’abord, puis surtout celle de 1999 ont donné l’occasion aux différents échelons d’envisager de nouvelles modalités de contractualisation. En Midi-Pyrénées par exemple, le dispositif de contrat de terroir qui était le cadre des politiques de développement local s’est vu remodelé avec la constitution de trente-deux Pays – soit entre trois et cinq par département.

  • 1 Cf. Loi LOADDT dite loi Voynet, 1999.
  • 2 Déclaration universelle de l’Unesco sur la diversité culturelle, Paris, Unesco, 2002.
  • 3 Rapport définitif Projet culturel du Pays Portes de Gascogne, Cabinets Phôsphoros et Publics & Patr (...)

5Dès l’élaboration des premiers projets de Pays, la place de la culture dans les stratégies de ces nouveaux territoires de projet a été interrogée à l’échelle nationale (Teillet et Landel, 2003). Malgré des profils de territoire très différents, la rhétorique autour de la mobilisation de la culture comme levier du projet territorial et comme objectif de développement se retrouve de façon récurrente. Entités récentes, les Pays cherchent à afficher leur identité, voire à asseoir une certaine légitimité. Leurs périmètres sont politiquement pragmatiques bien plus que géographiquement pertinents  ; s’ils ont fait débat au moment des délimitations, ils sont progressivement acceptés et ne sont plus remis en cause, s’appuyant souvent sur des habitudes de travail antérieures (contrat de terroir, bassin d’emploi, programme européen, etc.). Il n’en demeure pas moins que l’identité sociale, fonctionnelle et politique est généralement à parfaire. Souvent issue d’une volonté de quelque(s) leader(s) politique(s) de communes ou intercommunalités, l’association des collectivités au sein des Pays ne s’est que rarement faite selon des logiques formulées dans la loi de «  cohésion géographique, culturelle, économique ou sociale  ». Certes, l’idée de bassin de vie se retrouvait dans la définition «  d’intérêts économiques et sociaux ainsi que le cas échéant les solidarités réciproques entre la ville et l’espace rural 1  »  ; pour autant, ces intérêts et ces solidarités ont eu souvent à définir des références communes. L’enjeu a consisté en premier lieu à rendre réel aux yeux des habitants – et parfois des élus… – ce énième périmètre de l’action publique française. Or la définition, entre autres, de l’UNESCO montre bien à quel point la culture peut être à la fois caractéristique d’un lieu, d’un espace, mais aussi source de développement, étant entendue comme «  l’ensemble des traits distinctifs spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société ou un groupe social  ; elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les façons de vivre ensemble, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances 2  ». Nombre de projets de Pays ont donc envisagé la culture comme ressources identitaires, mais aussi comme potentiel à dimension économique (notamment à travers le tourisme) et sociale (pour l’accueil de nouveaux arrivants, dans l’objectif de cohésion sociale et intergénérationnelle, comme service à la population, etc.). C’est ainsi que le formule le projet culturel du Pays Portes de Gascogne  : «  Le développement culturel n’est pas réductible à un certain activisme, par exemple au nombre de spectateurs ou de visiteurs d’un musée, mais doit être un élément déterminant de la défense d’une identité et un facteur essentiel de l’intégration des nouvelles populations 3  ».

6Cette mobilisation de la culture à double titre dans le projet territorial renvoie à ce que des auteurs ont distingué entre l’input et l’output culturel, le premier relevant de la ressource territoriale et le second consistant en un produit du territoire (Pecqueur, 2006  ; Lefebvre, 2008). Dans les Pays, la dimension culturelle du projet se retrouve formulée par conséquent de façons disparates, soit directement en tant que secteur d’intervention à privilégier, soit comme un levier pour d’autres objectifs. C’est ce qui apparaît dans les projets de deux Pays aux profils très différents (Encadré 1). Localisé entre Tarbes et Auch, le Pays Val d’Adour est très rural, à cheval sur trois départements et deux régions  ; il est composé de petits bourgs avec l’événement culturel majeur qu’est le festival de jazz de Marciac. Pour sa part, le Pays Sud Toulousain se positionne, comme son nom l’indique, en fonction de la métropole régionale, dont il bénéficie de la dynamique démographique et économique, mais dont il convient également de se distinguer en termes identitaires. Dans la plupart des projets de Pays, la culture a fait clairement l’objet d’un chapitre spécifique (axe, mesure, partie, etc.)  : il s’agit de la Mesure 9 pour le Pays Val d’Adour, avec une formulation qui traduit la préoccupation identitaire dans ce territoire qui tendrait à faire fi des limites institutionnelles traditionnelles, et de la Partie IV pour le Pays Sud Toulousain avec une déclinaison spécifique dans l’Axe 11 d’une préoccupation sociale, et dans les Axes 12 et 13 d’un souci d’identité et de positionnement vis-à-vis de la métropole toulousaine. Ces deux exemples montrent comment, de façon empirique, la culture se retrouve par ailleurs attachée à de nombreux autres enjeux, soit en toile de fond soit en moyens d’interventions  : développement touristique, économique, de l’emploi, valorisation patrimoniale et structuration des bourgs, développement des techniques d’information et communication, renforcement des services à la population, cohésion sociale et intergénérationnelle, assise du territoire Pays comme partenaire et acteur de l’aménagement.

  • 4 Ces caractéristiques ressortent de deux types de travaux s’appuyant sur des enquêtes qualitatives   (...)

7En parallèle, la logique de Pays offre à la vie culturelle, en milieu rural en particulier, une perspective de développement non négligeable. L’idée même des Pays repose sur la capacité fédératrice d’un bassin de vie, avec l’objectif de mutualiser les énergies, de coordonner les ressources humaines et financières, de renforcer les solidarités et les coopérations autour du développement territorial. Si le côté quelque peu illusoire apparaît dans une telle formulation, il n’en demeure pas moins que des moyens ont réellement été mis en place à cet effet, et que la culture n’a pu qu’en tirer parti. La vie culturelle dans la plupart des Pays en Midi-Pyrénées repose en effet sur la dynamique associative et l’initiative de quelques acteurs privés, ce qui implique un certain nombre de caractéristiques 4  :

  • une grande fragilité et une projection dans le futur difficile, avec un essoufflement voire une «  fatigue  » exprimée par nombre d’acteurs culturels associatifs  ;

  • une faible professionnalisation et, pour beaucoup de professionnels, un sentiment de trop faible reconnaissance de la part des institutions et des pouvoirs publics locaux  ;

  • une offre organisée en fonction des préoccupations ou centres d’intérêt de ceux qui en sont à l’origine, ce qui explique l’absence de pans entiers de la vie culturelle sur certains territoires (l’enseignement artistique par exemple)  ;

  • une vie culturelle «  du quotidien  », peu portée politiquement, à l’exception souvent de la lecture publique (construction de médiathèque, embauche de bibliothécaire, …)  ;

  • le morcellement des initiatives, avec une très faible structuration de l’offre (très faible coopération ou mutualisation des ressources, quasi-inexistence du travail en réseau ou de constitution de collectifs, etc.)  ;

    • 5 Direction régionale des affaires culturelles.

    un isolement exprimé par les acteurs, qui s’accompagne (s’explique  ?) par la nécessité de chercher constamment des sources de financement (auprès de la commune, de l’intercommunalité, du Pays, du Département, de la Région, des programmes européens comme Leader +), ce qui ne favorise pas la dimension collective de l’action. Le retrait progressif des aides du ministère de la Culture (DRAC 5) fréquemment souligné correspond à un manque à gagner qui n’est que rarement compensé par l’engagement de la Région Midi-Pyrénées, même si celui-ci est considéré croissant par les acteurs culturels locaux.

8Ce morcellement institutionnel et la fragilité des ressources financières pour les acteurs culturels locaux constituent indéniablement deux éléments clés du contexte de la vie culturelle sur les territoires de Pays de Midi-Pyrénées, et ce quelles que soient leur localisation, leur configuration géographique, politique et sociale. L’autre élément majeur du contexte dans lequel évoluent les initiatives culturelles est la plus grande individualisation des pratiques, et le désir d’un professionnalisme accru de la part du public. Les exigences sont certes artistiques, mais elles traduisent également une évolution de la place des pratiques culturelles dans la société devenue «  une société du bonheur individuel  » (Viard, 2008)  : plus que des pratiques socialisantes, les pratiques culturelles relèvent de l’épanouissement individuel de chacun, au gré des sensibilités et des expériences personnelles (Lahire, 2004). Ceci est formulé de la sorte dans le diagnostic culturel du Pays Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou qui identifie à propos des pratiques amateurs «  de nouveaux publics avec de nouvelles attentes  »  : «  Le désir d’apprendre remplace le désir de lien social, l’approche se fait de plus en plus dans une logique de service.  » Ce constat interroge l’assise associative de la vie culturelle en milieu rural, et interpelle les élus locaux, des communes plus spécifiquement. Les réponses sont très variables, dépendant généralement des forces en présence, des goûts artistiques, de la sensibilité culturelle d’un maire, des opportunités en termes d’instrument de développement territorial.

9La rencontre des deux logiques, culturelle d’une part, et territoriale d’autre part dans la constitution des Pays, s’est faite en Midi-Pyrénées de façon hétérogène localement. Si elle participe au plus large processus de territorialisation de l’intervention culturelle, celui-ci s’inscrit à différentes échelles, et s’institutionnalise progressivement  : du contrat de plan état-Région 2000-2006 puis contrat de projet 2007-2013, jusqu’à l’initiative de la commune de quelques centaines d’habitants. C’est donc dans ce contexte et selon les besoins locaux que s’est élaborée la réflexion de la Région Midi-Pyrénées, favorisant les Pays comme périmètre et acteur de son dispositif de politique culturelle territoriale.

Encadré 1  : La culture dans deux projets de Pays
(Seuls les sous-mesures, pour le Pays Val d’Adour, et les axes, pour le Pays Sud-Toulousain, relatifs à la culture sont repris)
>La culture comme approche spécifique / >>La culture dans des approches tierces (approche sectorielle ou territoriale)

LE PROJET DU PAYS VAL D’ADOUR (Gers, Hautes-Pyrénées, Pyrénées Atlantiques)
AXE I — D’abord l’emploi
Mesure 1 : Diversifier et ancrer dans le territoire les secteurs agricole et agroalimentaire.
Mesure 2 : Augmenter sur le territoire la valeur ajoutée produite par les actifs agricoles.
Mesure 3 : Encourager le secteur secondaire et tertiaire. Augmenter les échanges économiques avec l’extérieur.
Mesure 4 : Développer le tourisme rural.
>> Sous-mesure 4 : Projets touristiques globaux innovants à l’échelle du Pays.

AXE II — Vivre la ruralité
Mesure 5 : La valorisation des patrimoines bâti et naturel du Val d’Adour.

>>Sous-mesure 3 : La valorisation des richesses architecturales locales, des bourgs et des villages du Val d’Adour.

Mesure 6 : Les services publics, piliers de la cohésion sociale du territoire.

>> Sous-mesure 1 : Enrichir et consolider les services.

>> Sous-mesure 4 : L’amélioration de l’offre de services aux jeunes publics.

Mesure 7 : L’affirmation du Val d’Adour comme «  ruralité moderne  ».

>> Sous-mesure 1 : Un droit d’accès aux technologies d’information et de communication.

AXE III — Un Pays solidaire

Mesure 8 : Faire vivre et animer la cohérence du Pays du Val d’Adour.

>> Sous-mesure 3 : L’ouverture et les échanges.

Mesure 9 : Augmenter les échanges culturels afin d’affirmer l’image du Pays du Val d’Adour.

> Sous-mesure 1 : L’appui et la mise en réseau des manifestations et des associations du Pays.
> Sous-mesure 2 : Développer une information des habitants du Pays.
Mesure 10 : Mise en place d’un dispositif territorial pour l’emploi.
>> Sous-mesure 2 : Renforcement des parcours d‘insertion sociale et professionnelle.
>> Sous-mesure 3 La formation sera le levier transversal du programme.
Mesure 11 : Une politique territoriale du 3e et 4e âge.
>> Sous-mesure 2 : Le développement des liens intergénérationnels.

LE PROJET DU PAYS SUD TOULOUSAIN (Haute-Garonne)

I — Un aménagement harmonieux et une mobilité des personnes dans le Pays.

>> Axe 1 : Se doter d’outils et de schémas d’aménagement au service d’un développement équilibré.
>>Axe 3 : Rendre les NTIC accessibles à tous.
>> Axe 4 : Re-dynamiser les cœurs de village pour leur donner une fonction de lieu de vie.

II — La création d’activités, l’emploi et la formation.

III — Un accueil de population au service du lien social.

>> Axe 10 : Répondre aux besoins présents et futurs en matière de services aux personnes.

IV — Un projet culturel, environnemental et touristique pour diversifier les activités et renforcer la cohésion sociale.

> Axe 11 : Engager un projet culturel pour tous autour d’une culture vivante et tournée vers l’avenir.
> Axe 12 : Mettre en œuvre une gestion intégrée de l’environnement pour valoriser les ressources, les espaces naturels et le patrimoine rural.
> Axe 13 : Développer un tourisme de loisir et de proximité adapté à un positionnement entre Toulouse et le massif pyrénéen.

V — L’animation territoriale et la communication, facteur de cohésion et de développement territorial.
>> Axe 14 : Doter le Pays d’un dispositif d’animation Pays.
>> Axe 15 : Mettre en place une communication spécifique Pays pour mieux informer.
>> Axe 16 : Engager des partenariats avec les territoires limitrophes organisés en Pays ou des démarches dans lesquelles le Pays sera impliqué (SCOT de l’aire urbaine toulousaine, Pays…).

II – Un dispositif régional  : les projets culturels de territoire

10La Région Midi-Pyrénées a souhaité articuler deux grands domaines de son action  : la politique culturelle et la politique territoriale. Son intervention sectorielle culturelle était jusqu’à la fin des années 1990-début 2000 relativement classique, avec une participation aux initiatives des tiers (villes en particulier, professionnels culturels), selon les projets disciplinaires plus ou moins pérennes (spectacles vivants, arts plastiques, patrimoine, festivals, etc.). En parallèle, assez rapidement, la direction des politiques territoriales s’est saisie de l’opportunité des Pays pour coordonner sa politique d’appui au développement local. Ainsi, la Région Midi-Pyrénées a mis en place une démarche culturelle territoriale qui s’appuie sur sa compétence d’aménagement du territoire et qui répond au constat de la faible présence de la culture dans les précédents contrats de terroirs. Depuis 2002, en partenariat avec l’état et les départements, la Région pilote le dispositif désigné «  projet culturel de territoire  ».

  • 6 M. Malvy, président du Conseil régional, ouverture des tables rondes Les territoires de la culture, (...)

11L’objectif est formulé ainsi par l’exécutif régional  : en considérant que «  la culture est un vecteur de mobilisation, de cohésion et de dynamisme territorial incomparable  », elle «  occupe et doit occuper une place essentielle dans la perspective de développement des territoires de vie 6  ». Il s’agit par ailleurs de placer les territoires de projets (Pays, Parcs naturels régionaux et Agglomérations) en situation de coordinateur, pour orchestrer, à défaut de l’éviter, l’empilement des procédures et des échelons d’intervention. Ainsi, le dispositif se décline en trois étapes.

12La première étape consiste à élaborer le projet culturel du territoire avec un diagnostic qui doit se matérialiser en un schéma culturel. Cette étude est financée à hauteur de 80  % par l’état (DRAC) et la Région, sous la condition qu’elle soit effectuée par un bureau d’études (après appel d’offre) ou après embauche spécifique d’un chargé de mission à cet effet.

13La deuxième étape est considérée par le service culturel régional et par les acteurs locaux des territoires comme la plus déterminante  : il s’agit du recrutement d’un chef de projet culturel, financé également par l’état et la Région, avec une participation dégressive pour sa rémunération  : 80  % la première année, 60  % la seconde et 40  % la troisième.

14Enfin, la troisième étape a un caractère exclusivement opérationnel, puisqu’il s’agit d’une convention d’une durée de trois ans, avec un co-financement de 76 000 euros par an apporté par la Région (50  % étant à trouver auprès d’autres partenaires). La même somme supplémentaire est envisagée pour des actions spécifiques qui accompagnent les Projets culturels de territoire (4 projets en 2007)  : les Pôles culturels de territoires traduisent la volonté de la Région de doter d’initiatives structurantes son espace régional, alors que celui-ci est prioritairement polarisé par la métropole toulousaine.

Fig. 1 – Le dispositif Projet culturel de territoire  : état d’avancement en 2008

Fig. 1 – Le dispositif Projet culturel de territoire  : état d’avancement en 2008

Source : DCAV, Conseil régional de Midi-Pyrénées

Réalisation : Laurent Jégou, atelier de cartographie, département de géographie de l’UTM

15Ce dispositif a été saisi progressivement par une grande majorité de territoires de projet, notamment pour les raisons explicitées précédemment concernant la rencontre de deux logiques – culturelles et territoriales – qui s’enrichissent mutuellement. Ainsi, en 2007, 31 études avaient été réalisées, 16 emplois culturels étaient dénombrés (contre 5 un an plus tôt), et quasiment autant de conventions avaient été signées (fig. 1). Par contre, seuls les Pays (et deux PNR) se sont réellement saisis de cette nouvelle opportunité, délaissée par les Agglomérations.

  • 7 La Région et la plupart des communautés d’agglomération sont d’obédiences politiques différentes, e (...)
  • 8 La transformation de la Communauté d’agglomération du Grand Toulouse en Communauté urbaine, avec le (...)

16Outre des explications politiques incontestables 7, les raisons de l’échec du dispositif dans les Agglomérations sont diverses. Territoires politiques où domine la ville-centre, les communautés d’agglomération de la Région Midi-Pyrénées n’ont pas pris la compétence culturelle, ou de façon très ponctuelle (ce que permet la loi 2004 avec la définition de l’intérêt communautaire). La culture est donc restée dans l’escarcelle des stratégies municipales, ce qui est en contradiction avec la démarche de mise en cohérence pluri-communale souhaitée par la Région. Si la plupart des communautés d’agglomération n’ont pas testé le dispositif, l’échec le plus patent est celui du Grand Toulouse, qui a initié la démarche en commanditant un diagnostic… sans que celui-ci soit jamais validé par le conseil communautaire 8. Pour la Région, cette inadaptation du dispositif aux logiques d’agglomération s’avère relativement problématique, dans la mesure où il s’agit des territoires sur lesquels elle tend à suivre les politiques municipales, et non à impulser une cohérence à plus large échelle. C’est pour elle un réel enjeu à relever dans la mesure où elle intervient plutôt là où se développent les projets, ce qui rend difficile l’affichage de la politique et des priorités régionales propres.

17Concernant les Pays, le dispositif de projet culturel de territoire vise deux problématiques du développement territorial et culturel  : d’une part, l’éclatement des petites initiatives et le morcellement de la vie culturelle rendent laborieuse, voire improbable, la mise en cohérence des différentes initiatives, surtout quand celles-ci symbolisent l’action politique des élus locaux  ; d’autre part, l’articulation est encore à renforcer entre les différents échelons (Pays, EPCI, communes), dont la légitimité n’est pas la même, en termes institutionnels, politiques, démocratiques.

  • 9 C. Fougère, responsable de la politique culturelle territoriale, direction de la Culture et de l’Au (...)
  • 10 La plupart de ces schémas culturels sont disponibles sur le site de la Région Midi-Pyrénées à la pa (...)
  • 11 Ce jeu du catalogue, observé dans les villes par Ph. Urfalino et E. Friedberg dans les années 1980, (...)
  • 12 R. Verheuge, directeur consultant, Cabinet Phosphoros, entretien 2008.

18Pour ce qui est du premier aspect, les points positifs du dispositif résident dans le diagnostic de ressources disparates et jusqu’alors peu visibles, ce qui a permis le «  repérage de l’émergence 9  ». Associations, actions diverses culturelles et transversales, potentiels des lieux, besoins et projets des acteurs culturels du territoire ont été recensés dans les études conduites par les bureaux d’études sélectionnés par les territoires. De manière générale, les diagnostics insistent tous sur le manque d’équipements au sein des territoires et/ou sur le caractère très précaire de leur fonctionnement 10. Le bénévolat qui assure une grande partie de l’offre culturelle est considéré comme un atout pour la vie citoyenne des territoires, mais se révèle souvent comme une faiblesse, réelle ou potentielle, qu’il convient de supporter par la présence de professionnels de la culture. Ce travail de diagnostic, inexistant dans la plupart des villes et agglomérations, est une base incontournable pour les projets de territoire. Il a néanmoins été fait de façon plus ou moins stratégique, des acteurs culturels locaux regrettant sur certains territoires que les schémas culturels ne soient en définitive qu’une «  liste à la Prévert  ». Cette dernière remarque a été clairement formulée par un chef de projet culturel recruté après l’élaboration du schéma, déplorant ainsi l’absence d’une hiérarchisation des priorités, et donc des projets à favoriser. Ceci va à l’encontre de l’esprit du dispositif qui, en territorialisant la politique culturelle et en intégrant cette démarche de schéma, cherche à éviter ce qui ailleurs a été appelé le «  jeu du catalogue 11  ». En ce sens, «  s’il n’y a pas de critère de sélection, les grands perdants sont les porteurs de projets et in fine les collectivités locales car la pente naturelle des choses est d’aller vers la culture des fêtes, qu’il n’y a pas lieu de mépriser, mais qui ne relève pas des politiques culturelles 12  ».

  • 13 R. Verheuge, directeur consultant, Cabinet Phosphoros, entretien 2008.

19Malgré les critiques ponctuelles, la plupart des schémas ont donc abouti à la formulation de feuilles de route, à l’instar des deux extraits ci-dessous qui illustrent les grandes orientations formulées en conclusion de cette première phase du dispositif (Encadré 2). Sont identifiées ici pour le Pays Portes de Gascogne cinq préconisations, déclinées ensuite en différentes propositions de mises en œuvre (d’ordre plutôt méthodologique), puis en opérations culturelles concrètes. Concernant le Pays du Gaillacois, Bastides et Val Dadou, la construction de la stratégie territoriale culturelle est présentée autrement  : à partir de trois enjeux clés, sont déclinées par la suite des fiches-actions très détaillées et nombreuses, dont la première est le recrutement d’un agent de développement culturel. Pour ces deux exemples et bien d’autres, le rôle du Pays comme coordinateur est rappelé, et la place qu’il a à prendre dans la mobilisation des acteurs locaux et l’animation des initiatives est soulignée. Trois conditions concernant le projet culturel semblent devoir être remplies  : «  que la mise en œuvre soit rapide  ; que l’information circule et soit organisée  ; que le chef de projet soit ressenti par les acteurs du territoire comme un animateur, un ensemblier, un missionnaire du développement culturel, et surtout pas comme un technicien habitant son bureau 13.  »

  • 14 Parmi les rares actions directement assumées par les Pays, citons les feuilles d’informations ou si (...)

20Outre le soutien et la mise en cohérence des initiatives culturelles éclatées sur un territoire, le deuxième aspect du développement territorial et culturel concerné est l’articulation des périmètres. Le dispositif a fait émerger un certain nombre de projets culturels locaux, dont un bon nombre est porté par les EPCI. Il se dessine ainsi un partage des rôles entre Pays et communauté de communes. D’un côté, le Pays est en mesure de mener une réflexion sur un ensemble territorial large, avec une dimension prospective. N’ayant pas la maîtrise d’ouvrage 14, son risque est de saupoudrer, répondant ponctuellement aux demandes des acteurs infra-territoriaux  : c’est ce que devraient éviter les projets culturels de territoire quand ils ont pu hiérarchiser les priorités. De l’autre, les communautés de communes gèrent des équipements, mettent en place des projets répondant aux besoins pressants des communes membres, sans avoir la capacité et la légitimité pour poursuivre une réflexion territoriale au-delà de leur périmètre. Or ces périmètres s’avèrent restreints et étriqués pour certains projets – dimension renforcée quand il s’agit d’initiatives communales.

  • 15 C’est dans la perspective d’envisager une nouvelle phase que la direction de l’action culturelle ré (...)
  • 16 Des salles de spectacles vivants dans le Val d’Adour par exemple.

21En définitive, ce dispositif de projet culturel de territoire a répondu à la capacité de mobilisation des acteurs locaux, et aux besoins des Pays se construisant comme territoires de projet. Pourtant, se pose désormais la question du financement d’une telle initiative. Envisagée comme expérimentale au départ, elle concerne peu ou prou la grande majorité des territoires visés, ce qui se traduit par une explosion du financement  : alors que le budget en 2007 était de 130 000 euros, il s’élevait à 210 000 euros en 2008… sachant de surcroît que l’état se retire aujourd’hui du dispositif. Il s’agit donc d’établir de nouvelles orientations, avec le souci de rester auprès des territoires, tout en les conduisant vers une certaine indépendance 15. La Région n’assurant pas la pérennité de ses aides, comme elle l’avait d’ailleurs annoncé avec une participation dégressive, elle se retrouve à une place relativement (injustement au regard de son effort  ?) inconfortable  : après avoir provoqué de réelles dynamiques culturelles sur les territoires avec par exemple la création de nouveaux lieux culturels 16, elle engendre par son retrait de profondes frustrations et inquiétudes  : comment désormais faire fonctionner ces lieux, notamment, alors que les relais locaux – communaux et intercommunaux – ne se font pas  ? C’est bien toute la fragilité de la vie culturelle locale qui est posée ici, avec certes une banalisation de la culture dans les préoccupations territoriales, sans néanmoins l’ancrage des capacités financières et humaines associées.

III – Le projet culturel territorial dans le système du développement territorial

  • 17 Collectif, évaluation de la démarche des Pays en Midi-Pyrénées, IUP Aménagement et développement te (...)

22Tout en renforçant certains constats ou analyses effectués plus largement sur les Pays 17, ce qui ressort du fonctionnement de ce dispositif met l’accent également sur le renouvellement des relations entre les différents échelons et les acteurs du développement culturel territorial, et un certain nombre de blocages. Deux échelons sont particulièrement interrogés quant à leur place et surtout les défis qui leur sont posés dans l’aménagement  : les Pays – dont la légitimité est constamment fragilisée, avec des assises et reconnaissances variant selon les projets, les leaders, les équipes techniques – et la Région.

1. Le Pays, échelle idoine pour des projets culturels  ?…

  • 18 R. Verheuge, directeur consultant, Cabinet Phosphoros, entretien 2008.

23Ce dispositif se distingue des logiques devenues incontournables de l’appel à projet, tendant à ne distinguer que les territoires déjà développés, ou au moins organisés. Ici, la Région se trouve dans une disposition quasi inverse  : le financement de l’étude, du poste de chargé de mission, voire de la convention, est relativement déconnecté de la qualité du contenu. Certes, la majorité des Pays qui se sont rapidement approprié le dispositif, et qui en auront bénéficié pleinement, sont ceux identifiés par ailleurs pour leur dynamisme, notamment en termes d’ingénierie et de partenariats. Néanmoins, certains Pays peu visibles sur d’autres dynamiques ont rapidement intégré l’intérêt de mobiliser la culture dans leur projet territorial, à l’instar du Couserans. Ainsi, l’objectif premier de son projet culturel est d’«  innover en plaçant la culture comme une dimension majeure de la politique de développement local du Pays  ». Pour cela, l’appropriation essentielle par le territoire du dispositif et des différentes phases exige la détermination et la capacité d’entraînement de quelques-uns, provoquant l’adhésion des acteurs (élus municipaux, acteurs associatifs, professionnels de la culture). Ceci nécessite la mobilisation des élus, avec généralement au moins une figure politique portant le projet. C’est aussi ce qu’a pu constater un consultant responsable de plusieurs schémas culturels de Pays  : «  Plus que les autres territoires, les Pays impliquent un travail très difficile de coordination et d’ajustement, parce qu’à la différence de tous les autres territoires, ils n’ont d’autorité que l’autorité morale que leur confèrent leur dynamisme et les résultats obtenus sur le terrain 18  ». Ainsi, dans le schéma du Gaillacois, Bastides et Val Dadou, il est rappelé que le Pays «  constitue la bonne échelle pour engager la réflexion et l’action en faveur d’une politique culturelle. Pour autant, le Pays ne peut apporter de réponses à l’ensemble des attentes et des besoins tels qu’ils ont été observés. Se pose donc la question du dimensionnement de l’action, du rôle effectif que peut tenir cette entité juridique dans le cadre de son territoire  ».

  • 19 Chargée de mission culture, entretien 2006.

24Le conventionnement sur trois ans prévu dans le dispositif fournit une enveloppe financière au Pays qui, selon un chargé de mission recruté à cet effet, «  se trouve ainsi responsabilisé, n’étant pas habitué à gérer un budget selon des critères qu’il s’est lui-même fixés  ». Sur ce territoire, pour compléter les orientations du schéma culturel ont été énoncés «  des critères stratégiques  : création de partenariat, élargissement de l’échelle des projets, mutualisation, orientation jeune public, etc. 19  ». Ces critères d’application et la convention ont visé à rencontrer les préoccupations du Pays en général, et les ont servies  : meilleure répartition de l’offre sur le territoire, renforcement de l’identité territoriale, mise en réseau des acteurs d’un même secteur d’intervention, préoccupations autour de la jeunesse.

Encadré 2  : Préconisation et enjeux des schémas culturels
«  Cinq préconisations du Projet culturel du Pays Portes de Gascogne  » (Gers)

> Préconisation 1
Inventorier, évaluer (qualité, encadrement pédagogique) les pratiques culturelles, soutenir mutualiser et développer celles qui s’intègreront dans le projet culturel du Pays  ;

> Préconisation 2
Développer, mettre en réseau, mutualiser sur l’ensemble du territoire, les moyens de la création et de la production culturelle  ;

> Préconisation 3
Repérer les compétences bénévoles et professionnelles, concevoir une stratégie cohérente individuelle et globale en matière de formation et de professionnalisation  ;

> Préconisation 4
Constituer progressivement un réseau de lieux de pratiques artistiques et d’accueil des oeuvres, animé par des équipes professionnelles  ;

> Préconisation 5
Conforter les meilleurs professionnels du territoire en tant que «  chefs de file  » et leur structure comme «  centres de ressources  ».

Cabinets d’études Phosphoros et Publics & Patrimoine, Juin 2003.

«  Trois enjeux d’une politique culturelle pour le Pays Vignoble Gaillacois, Bastides, Val Dadou  » (Tarn)

> 1er enjeu  : Le lien entre les acteurs culturels
En favorisant les rencontres, les échanges, les partenariats, le Pays doit ainsi devenir un coordinateur pour les nombreux acteurs publics et privés qui font vivre aujourd’hui et demain la culture au quotidien sur le territoire.
> 2d enjeu  : Une approche concertée pour la diffusion culturelle
Optimiser l’offre culturelle, hiérarchiser les projets et les priorités, accompagner les initiatives pour faciliter les accès à ces équipements et leur rayonnement sur le territoire.
> 3e enjeu  : Encourager le développement à partir de la culture La troisième entrée d’une politique culturelle inscrit la culture comme levier de développement potentiel au service du développement global du territoire. La culture devient alors support à la définition et la mise en oeuvre d’un projet transversal, enrichissant les actions menées dans le champ du tourisme, de l’environnement, du développement économique…
Bureau d’études Objectif Patrimoine, décembre 2005

  • 20 Ceci reprend notamment une observation du directeur d’une ADDA de la Région, et a pu être confirmé (...)

25L’inscription du projet culturel dans un projet plus général du territoire a conduit d’ailleurs les chefs de projet culturels recrutés sur la deuxième phase à jongler entre ces différentes logiques  : d’un côté la logique culturelle et artistique, qui renvoie à une qualité souvent peu structurée dans les territoires de Pays  ; de l’autre côté, la logique de proximité territoriale, avec des petits porteurs de projets qui sont avant tout représentants d’une dynamique issue du local, sans être systématiquement en concordance avec les objectifs artistiques fixés dans le projet. Cette mission d’agent de développement culturel territorial n’a pas été assurée de la même façon selon les individus, avec des penchants davantage sur le territorial, au détriment parfois d’une cohérence et d’exigences artistiques et culturelles 20. La formation des agents, leurs parcours, mais aussi les tensions au cœur desquelles ils se trouvent (tensions politiques, charges de travail administratives diverses, etc.) font varier ces positionnements. Un temps d’apprentissage de la part de tous (notamment des acteurs du territoire peu sensibilisés jusqu’alors aux enjeux culturels) et une assise progressive de cette fonction, nouvelle sur les territoires, pourraient être le gage d’une meilleure articulation entre les deux logiques. Reste pourtant à assurer la pérennité même de ces postes de chargés de mission, qui deviennent progressivement à la charge des territoires.

  • 21 Voir les fréquentes remises en cause, la dernière fois ayant été pendant les négociations des contr (...)
  • 22 Parfois en concurrence avec les conseillers généraux, d’ailleurs…

26Cette nécessaire inscription de la culture dans un projet politique, porté par quelque leader, affirme certes le rôle de coordination et de mise en mouvement culturel assumé par le Pays… Mais n’est-ce pas surtout un rôle de chef d’orchestre assisté, en particulier par les échelons supérieurs  ? La fragilité de ce niveau d’intervention ne fait que renforcer ce constat 21, sachant que les Pays fonctionnent avant tout par leur leadership politique, avec de nombreux élus régionaux qui y trouvent une échelle locale (et visible) d’action 22. Pour l’avenir, on distingue ainsi des différences de perspectives pour les projets culturels selon les territoires, qui bénéficieront – ou non selon les cas – de leur intégration dans des projets transversaux développés dans d’autres dispositifs (programme européen Leader +, Pôle d’excellence rurale soutenu par la DIACT, etc.).

27L’orchestration faite par le Pays n’est par ailleurs pas toujours des plus compréhensibles pour les habitants et porteurs de projet. La critique ressort fréquemment de la faible lisibilité de l’ensemble de la partition, du «  qui fait quoi  », voire des responsabilités de chacun et des opportunités pour tous. Ceci pose la question de la démocratie locale en général, et plus précisément le problème des disparités liées à l’accès à l’information. Dans certains Pays, des instances telles que la Commission culture du Conseil de développement du Pays ont pu jouer un rôle positif dans ce sens, quand elles existent et qu’elles fonctionnent. Toutefois, ce volet participatif observé dans certains Pays présentent deux caractéristiques, qui ne sont ni propres au secteur culturel, ni spécifiques aux territoires observés. Ainsi, la Commission culture du Conseil de développement offre une scène de débat, d’informations, voire de revendications pour la population et les acteurs culturels. Elle est toutefois inégalement investie par ces derniers, qui n’y voient pas toujours leurs intérêts. Ces lieux de démocratie participative ne sont aucunement décisionnels, les réunions sont souvent longues et ses répercussions directes peu visibles. Si certains professionnels de la culture en font un lieu ressource, parfois un lieu de lobbying auprès des élus, les bénévoles et le milieu associatif tendent à le déserter et concentrent leur énergie sur des contacts plus directement en lien avec leurs activités. C’est ce qui fait formuler à un président d’une association organisatrice d’un festival le verdict suivant  : «  Le Pays, c’est dites-nous ce que vous voulez, on vous dira comment vous en passer  !  » Malgré le travail de consultation généralement mené lors du diagnostic établissant le schéma culturel, l’aigreur ou la méfiance de certains acteurs culturels s’explique par le sentiment de ne pas maîtriser la complexité des règles de l’action culturelle locale. Ceci est d’autant plus vrai que la culture est à la fois un champ de politique sectorielle (avec des crédits classiques des financeurs  : patrimoine, spectacle vivant, etc.) et une entrée des politiques territoriales. Il apparaît par conséquent que la compréhension de la complexité des arcanes et logiques institutionnelles devient largement aussi déterminante que la qualité d’un projet pour établir crédibilité et financement.

2. La Région, quels choix pour son action culturelle territoriale ?

28Si la Région s’impose comme partenaire privilégié des Pays, au moins pour la culture, ce dispositif ne suffit pas à clarifier la grande complexité des interventions locales, avec des problèmes d’empilement et de pérennisation des actions qui conservent toute leur acuité.

  • 23 Et ce de plus en plus, comme «  conséquences de l’effet levier de la politique territoriale  » rele (...)

29Quel rôle a donc à jouer la Région  ? Elle se trouve dans l’obligation de trancher entre deux positionnements, qui rappellent les choix de l’état il y a quelques années  : assumant le rôle d’animatrice, la Région coordonne, dynamise, supervise. Pour cela et pour pérenniser les actions que son dispositif a engendrées, elle a besoin de l’intervention financière directe des communes et des EPCI… Mais c’est bien ce qui la distingue de l’état  : cette absence de pouvoir coercitif vis-à-vis des collectivités qui intègrent certes la culture dans leur champ d’action 23, mais s’affichent «  porteurs de projets  », cherchant des financeurs avant tout. L’autre terme de l’alternative est la Région comme actrice, intervenant directement dans le développement culturel de son territoire. De nouveau un choix s’impose  : soit elle s’exonère du fonctionnement financier de tous les petits lieux, n’assumant qu’une politique à son échelle et privilégiant de ce fait des structures d’envergure régionale  ; soit elle participe au développement de tout ce qui peut contribuer à l’aménagement culturel du territoire régional, soutenant alors toute initiative susceptible de renforcer l’offre et la vitalité locale…

30Ce balancement est à mettre en parallèle avec une double vision en termes d’aménagement culturel. Sachant que la politique culturelle de la Région Midi-Pyrénées, et en particulier sa politique territoriale s’appuie sur la compétence propre d’aménagement, la collectivité se retrouve devant un choix qui est loin d’être anodin, reflétant par ailleurs toute l’ambiguïté de la décentralisation  : comment consolider une politique régionale, qui se justifie prioritairement par la facilitation de l’accès à la culture pour tous et partout, avec donc une ambition d’équilibre, alors même que la culture nécessite, bien souvent, des pôles d’excellence  ? Pôles de diffusion, de création, voire de formation, permettent de tirer la dynamique locale et de mailler le territoire grâce à la volonté de plus en plus clairement portée par les responsables. C’est le dilemme devant lequel se trouve la Région notamment face au Grand projet de Pays de Marciac  : la petite commune, forte du succès de son festival (Jazz in Marciac, en août), a élaboré un projet de salle de spectacles pour pérenniser l’offre culturelle à l’année. Le projet ambitieux, dans sa capacité d’accueil notamment, bénéficie par ailleurs du label Pôle d’excellence rurale. Le problème posé, une fois l’accord des partenaires financiers donné, concerne le contenu. Le Pays Val d’Adour, à travers sa chargée de mission culture, a toujours insisté pour que ce soit l’échelle d’intervention privilégiée. Pour autant, reste la pertinence d’un lieu de 500 places dans une commune de 1 233 habitants en 2007 et une intercommunalité qui en compte un peu plus de 6 000 répartis dans 25 communes… Faut-il en effet un lieu pluridisciplinaire, qui conviendrait donc à différents acteurs et professionnels culturels du territoire, tout en sachant que deux villes voisines offrent ce type de structure d’actions (à Auch et Tarbes)  ? Cette approche pourrait participer au réseau que souhaite soutenir la Région, en atténuant le constat émis par nombre de professionnels ou associatifs  : «  Ici, chaque association a tendance à rester isolée et à porter son projet dans son coin.  » Ou faut-il accentuer la spécificité jazz, ce qui s’inscrit dans une logique d’excellence en effet, qui renforce la spécificité du territoire communal de Marciac, sans en faire bénéficier particulièrement les acteurs locaux  ? La Région pourrait alors afficher un tel lieu comme un atout important de son CV territorial. Cet exemple est l’illustration de l’ambiguïté dans laquelle se trouve l’échelon régional, avec d’une part sa volonté de répondre à des enjeux d’aménagement circonscrits, portés par des élus ayant plusieurs mandats, entre autres régional  ; dans ce cas, un même dispositif est appliqué pour des territoires dont la maturité des projets, le portage technique et politique peuvent être très disparates. D’autre part sa volonté d’organiser une vie culturelle s’appuyant sur des pôles structurants qui, même issus de dynamiques endogènes, ne se coupent pas moins de la majorité des intérêts locaux.

Conclusion

  • 24 En témoigne ce qui s’est passé lors de la candidature de Toulouse au titre de Capitale européenne d (...)

31Ce dispositif de projet culturel territorial visait à mobiliser les territoires autour de la culture, et pour cela, l’objectif est atteint. Un effet également attendu et effectif est celui du renforcement des liens entre la Région et ses territoires infra-régionaux. à travers les Pays et les PNR, les services de la Région sont présents sur le territoire, même s’il est souvent acrobatique, notamment pour leurs chargés de mission des politiques territoriales, d’être dans cette double dimension spatiale (et politique), à la fois locale et régionale. Les relais que constituent les agents de développement – directeurs de Pays, chargés de mission sectoriel, culturel – sont pour la Région essentiels, à la fois pour la connaissance des problématiques territoriales et pour la diffusion de ses politiques 24.

  • 25 Ces enjeux sont relativement bien posés dans le dernier ouvrage de M. Vanier, 2008.

32Pour autant, l’analyse de ce dispositif illustre deux phénomènes clés qui caractérisent aujourd’hui le système d’acteur de l’aménagement, et les fragilités de la vie culturelle publique. La Région, en ayant créé des dynamiques sur les territoires de projets, a du mal à prendre la distance envisagée initialement, donnant une certaine indépendance revendiquée dans les discours mais non assumée dans les faits. Les structures de Pays se trouvent dans une situation intermédiaire dans laquelle bien souvent elles ne constatent que la faible capacité financière des communes et EPCI à se saisir des nouveaux champs d’intervention. Le retrait progressif de l’état sur tous ces domaines ne fait que renforcer cette relation à trois (Région, Pays, communes-EPCI) dont les rapports et attendus ne sont pas stabilisés 25. à la question que posait G. Doré en 2004 sur le rôle des Pays, entre le portage d’une stratégie de développement ou la mise en cohérence de politiques descendantes, le deuxième terme de l’alternative s’impose, dans un premier temps, alors que le premier terme émerge dans quelques Pays dont les ressources de co-financement sont assurées grâce à une ingénierie forte. La culture est gagnante dans ce système quand la synergie se fait entre les différents acteurs des territoires (élus, techniciens du développement territorial, acteurs culturels), demeurant néanmoins encore souvent la variable d’ajustement financier, malgré les discours réguliers sur les apports pour les territoires.

Haut de page

Bibliographie

Augustin J.-P., Lefebvre A. (dir.), Perspectives territoriales pour la culture, Bordeaux, MSHA, 2004.

Barreau M., Taulelle F. (dir.), «  Des Pays pour quoi faire  ? Continuité ou renouvellement des politiques territoriales en Midi-Pyrénées  », Géodoc no 53, 2004.

Doré G., «  Les Pays  : entre découpages territoriaux et stratégies de développement  », in «  Des Pays pour quoi faire  ? Continuité ou renouvellement des politiques territoriales en Midi-Pyrénées  », Géodoc no 53, 2004.

Lahire B., La culture des individus, dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2004.

Landel P.-A., Teillet P., La place de la culture dans la recomposition des territoires  : le cas des Pays issus de la loi Voynet, Observatoire des politiques culturelles, 2003.

Lefebvre A., «  L’économie culturelle au risque de l’économie de la création  », in Daviet S., Leriche F., Sibertin-Blanc M., Zuliani J.-M., (dir.) L’économie culturelle et ses territoires, PUM, 2008.

Pecqueur B., Landel P.-A. , «  La culture comme ressource territoriale spécifique  », Communication présentée au colloque de l’Association de Science Régionale de langue Française, Bruxelles, 1-3 septembre 2004, 16 p.

Pongy M., «  L’intervention des régions et des départements  », in Saez G. (dir.), Institutions et vie culturelles, Les notices de la Documentation française, 2004.

Saez G., «  L’action culturelle et la transition territoriale du système politique  », in Faure A., Douillet A.-C. (dir.), L’action publique et la question territoriale, Presses Universitaires de Grenoble, 2005, p. 229-250.

Saez J.-P., Pignot L., Roy V. (coord.), Cultures et Territoires, Actes de colloque, Observatoire des politiques culturelles et Région Midi-Pyrénées, 2004.

Vanier M., Le pouvoir des territoires  : Essai sur l’interterritorialité, Economica, 2008.

Viard J., «  Territoires, identités et diversité culturelle  », in Saez J.-P. (dir.), Culture et société, un lien à recomposer, Toulouse, éditions de l’Attribut, 2008, p. 156-165.

Haut de page

Notes

1 Cf. Loi LOADDT dite loi Voynet, 1999.

2 Déclaration universelle de l’Unesco sur la diversité culturelle, Paris, Unesco, 2002.

3 Rapport définitif Projet culturel du Pays Portes de Gascogne, Cabinets Phôsphoros et Publics & Patrimoine, juin 2003.

4 Ces caractéristiques ressortent de deux types de travaux s’appuyant sur des enquêtes qualitatives  :- Enquête auprès des acteurs culturels du Pays Val d’Adour  : Alain Lefebvre et Mariette Sibertin-Blanc (2008), étude sur l’impact socio-économique et territorial du festival de jazz à Marciac, université Toulouse-Le Mirail – Commune de Marciac et Région Midi-Pyrénées.- Diagnostics culturels des Pays de Midi-Pyrénées (effectués majoritairement par des bureaux d’études régionaux).

5 Direction régionale des affaires culturelles.

6 M. Malvy, président du Conseil régional, ouverture des tables rondes Les territoires de la culture, juin 2005.

7 La Région et la plupart des communautés d’agglomération sont d’obédiences politiques différentes, et il est fréquent de constater l’inadéquation entre les initiatives de ces deux échelons territoriaux – à l’instar, entre autres, du programme de coopération métropolitaine de la DIACT que la Région a longtemps ignoré.

8 La transformation de la Communauté d’agglomération du Grand Toulouse en Communauté urbaine, avec le changement de majorité devenue socialiste comme la Région, pourrait faire évoluer dans les mois à venir la situation.

9 C. Fougère, responsable de la politique culturelle territoriale, direction de la Culture et de l’Audiovisuel Midi-Pyrénées, 2007.

10 La plupart de ces schémas culturels sont disponibles sur le site de la Région Midi-Pyrénées à la page Culture et Territoires.

11 Ce jeu du catalogue, observé dans les villes par Ph. Urfalino et E. Friedberg dans les années 1980, bénéficiait néanmoins de lignes budgétaires qui ne se retrouvent pas dans les espaces ruraux, renforçant ainsi le besoin d’énoncer les priorités et de renforcer les territoires de mutualisation.

12 R. Verheuge, directeur consultant, Cabinet Phosphoros, entretien 2008.

13 R. Verheuge, directeur consultant, Cabinet Phosphoros, entretien 2008.

14 Parmi les rares actions directement assumées par les Pays, citons les feuilles d’informations ou sites internet, à l’instar du trimestriel ZAC (Zones artistiques en Couserans) présentant les activités artistiques dans le Pays.

15 C’est dans la perspective d’envisager une nouvelle phase que la direction de l’action culturelle régionale a demandé une évaluation de la démarche engagée jusqu’au terme de la convention pour quatre territoires  : Le Couserans, Le Val d’Adour, Les Portes de Gascogne, Les Pyrénées Cathares.

16 Des salles de spectacles vivants dans le Val d’Adour par exemple.

17 Collectif, évaluation de la démarche des Pays en Midi-Pyrénées, IUP Aménagement et développement territorial, université de Toulouse - le Mirail, Région Midi-Pyrénées, 2007.

18 R. Verheuge, directeur consultant, Cabinet Phosphoros, entretien 2008.

19 Chargée de mission culture, entretien 2006.

20 Ceci reprend notamment une observation du directeur d’une ADDA de la Région, et a pu être confirmé par certains témoignages des chefs de projets culturels.

21 Voir les fréquentes remises en cause, la dernière fois ayant été pendant les négociations des contrats de projet état/Région.

22 Parfois en concurrence avec les conseillers généraux, d’ailleurs…

23 Et ce de plus en plus, comme «  conséquences de l’effet levier de la politique territoriale  » relevées par la responsable de politique culturelle territoriale, direction de la Culture et de l’Audiovisuel, Midi-Pyrénées.

24 En témoigne ce qui s’est passé lors de la candidature de Toulouse au titre de Capitale européenne de la culture. Midi-Pyrénées, partenaire tout comme le Département, a sollicité les Pays et notamment les chargés de missions culturelles pour établir son positionnement régional et donner une dimension élargie au projet.

25 Ces enjeux sont relativement bien posés dans le dernier ouvrage de M. Vanier, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le dispositif Projet culturel de territoire  : état d’avancement en 2008
Légende Source : DCAV, Conseil régional de Midi-Pyrénées
Crédits Réalisation : Laurent Jégou, atelier de cartographie, département de géographie de l’UTM
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1973/img-1.jpg
Fichier image/, 588k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mariette Sibertin-Blanc , « Une politique culturelle territoriale en Région  : l’exemple des territoires de projet en Midi-Pyrénées », Sud-Ouest européen [En ligne], 27 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1973 ; DOI : 10.4000/soe.1973

Haut de page

Auteur

Mariette Sibertin-Blanc 

Maître de conférences en aménagement-urbanisme, Université de Toulouse-Le Mirail, UMR CNRS LISST-CIEU

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals