Navigation – Plan du site

Le développement culturel à Lisbonne : quel impact pour les politiques d’aménagement stratégique ?

cultural development in lisbon : which impact for the strategic development policies?
El desarrollo cultural en lisboa : ¿cuál es el impacto de las políticas de ordenación estratégica ?
Maria Adelaide Carrancal
p. 39-52

Résumés

Les indicateurs montrent que c’est dans le domaine culturel que Lisbonne se distingue pour son insertion dans le système européen des villes. Après avoir analysé la place de la culture dans les enjeux urbains, l’article présente les orientations de planification urbaine à Lisbonne au cours des dernières années, qui ont sous différentes approches, directes ou indirectes, développé des orientations pour le développement culturel de la ville, en particulier dans la Vision stratégique Lisbonne 2012. Le texte aboutit à ce paradoxe : alors que le déséquilibre entre Lisbonne et le reste du pays pourrait suggérer une volonté d’équilibrer le développement culturel à l’échelle nationale, l’approche par la compétitivité internationale nécessite le renforcement des fonctions culturelles de l’aire métropoli­taine de la capitale portugaise.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article s’appuie sur le projet de recherche «  RECONFAL  » (Reconfigurações Territoriais na Área Metropolitana de Lisboa, Espaços Actores e Estratégias), sous la coordination de Margarida Pereira, e-Geo - Centro de Estudos de Geografia e Planeamento Regional, Universidade Nova de Lisboa. Traduction de Raquel Alves da Silva et relecture de Mariette Sibertin-Blanc.

Texte intégral

  • 1 Nous pouvons adopter la définition du Groupe de travail «  Culture  » d’EUROSTAT  : «  La culture i (...)

1Le rôle des activités culturelles, que nous allons considérer de manière très vaste 1, est au cours de ces dernières années de plus en plus pris en compte dans le développement des territoires et, en particulier, dans le développement urbain.

2Son importance est reconnue comme facteur indispensable du développement humain, par la valorisation personnelle des individus,en les rendant capables d’une intervention plus active au sein des sociétés, en éveillant en eux des centres d’intérêts variés, et en développant des apprentissages. Au-delà de cet aspect, la culture, essentiellement au travers du développement des industries culturelles, a commencé à avoir aussi son importance au niveau économique, aussi bien en ce qui concerne la croissance des revenus qu’au niveau de la création d’emplois. De plus, le développement culturel d’une société encourage et stimule une ambiance d’innovation et de modernité qui favorise l’épanouissement de la science et de la technologie, de la recherche et du développement, et de la société d’information (fig. 1).

3Sur un autre plan, les approches multiculturelles favorisent l’intégration sociale, en particulier de minorités ethniques et d’immigrants. C’est ainsi le cas d’un quartier avec de graves problèmes sociaux, Cova da Moura, en banlieue de Lisbonne, où la multiculturalité a été prise comme un recours pour le développement local  : d’un côté des activités artistiques (danse, musique, graffiti) ont été mobilisées pour les temps de loisirs des jeunes et ont promu des échanges sociaux  ; d’un autre côté, l’exploration d’un nouveau modèle touristique a valorisé les ressources culturelles du quartier. à une autre échelle, la mise en valeur du patrimoine et la réalisation d’importants événements culturels peuvent contribuer à une plus grande affirmation internationale des villes.

4Ainsi, aujourd’hui, on peut parler d’un triple rôle de la culture dans le développement des villes  : dans la croissance de l’emploi et des revenus, dans la compétitivité et dans la cohésion sociale. Cette évolution s’est déroulée sans que la culture ait traditionnellement été un secteur très considéré dans son articulation avec le développement régional et urbain. Toutefois, grâce à l’action des entreprises et au fonctionnement des marchés, et malgré sa faible intégration dans les politiques publiques, le secteur a conquis un rôle important que les responsables de la gestion urbaine valorisent aujourd’hui beaucoup. Lisbonne n’a pas fait exception à ce mouvement. Dans un contexte où le centre politique et financier de l’Europe s’éloigne vers l’est, Lisbonne, en tant que capitale européenne périphérique, déploie de gros efforts pour son affirmation internationale, mobilisant entre autres la culture,qui par ailleurs tend à se développer également spontanément.

5Dans un premier temps, nous soulignerons l’importance de l’articulation entre l’aménagement urbain, en particulier l’aménagement stratégique, et les politiques culturelles. Ensuite, en analysant les instruments d’aménagement les plus récents pour la ville de Lisbonne, l’objectif central de cet article sera de montrer que même si la culture ne s’est pas vu attribuer jusque récemment une place spécifique, les indicateurs du secteur culturel montrent néanmoins que c’est dans ce domaine que la ville acquiert un rôle majeur. Ce rôle de capitale culturelle s’affirme non seulement au sein du pays (ce qui arrive dans la majorité des secteurs), mais paraît déterminant aussi pour son insertion dans le système européen des villes. Pour terminer, nous présenterons l’évolution de l’aménagement urbain à Lisbonne au cours des dernières décennies ainsi que les grandes lignes d’orientation stratégique pour la ville à l’horizon 2012, en discutant la pertinence et la capacité à encourager les tendances diagnostiquées dans le secteur de la culture.

Fig. 1,Intervention de l’atelier «  R2 Design  » à la façade de Ermida de Bélem, N. Sra. da Conceição

Fig. 1,Intervention de l’atelier «  R2 Design  » à la façade de Ermida de Bélem, N. Sra. da Conceição

Cliché : Estúdios Fernando Guerra

I - La culture dans le contexte institutionnel portugais

6Avant de poursuivre, il semble intéressant de rappeler quelques éléments de contexte relatifs à l’organisation institutionnelle de la culture au Portugal  : qui détient la responsabilité dans l’orientation des politiques, dans leur mise en place, la gestion et l’évaluation  ? Comment se répartissent les compétences entre différentes échelles territoriales d’intervention  ?

  • 2 Le ministère de la Culture réunit des organismes centraux comme les instituts, les bibliothèques, l (...)
  • 3 Loi organique du ministère de la Culture, décret de loi no 215/2006, DR no 208, du 27 Octobre 2006, (...)

7«  Jusqu’au 25 avril 1974, la stratégie du régime oscillait entre celle d’attirer des artistes et des intellectuels (…) et une attitude de méfiance  ; l’aspect central de l’action culturelle de l’État était la composante répressive et policière, avec une censure guidée par des critères politiques et moraux.  » (Henriques, 2003.) C’est seulement après la révolution d’Avril que l’on peut parler d’une vraie politique culturelle d’état. La structure du gouvernement portugais intègre, depuis 1995, avec le XIIIe Gouverne­ment constitutionnel, un ministère de la Culture qui est l’organisme central contrôlant et coordonnant l’action du gouvernement dans ce domaine 2. Antérieurement à cette date, le secteur était déjà présent dans l’organisation des gouvernements constitutionnels du pays en tant que secrétariat d’État ou encore ministère conjoint avec d’autres secteurs, comme l’éducation ou la Science, mais jamais de façon autonome (l’unique exception ayant eu lieu durant l’application du IXe Gouvernement constitutionnel, de 1983 à 1985). Aujourd’hui, «  dix ans après sa création, (…) le rôle du ministère de la Culture laisse transparaître une continuité 3  ».

  • 4 Voir Grandes Options de Plan – 2007, DR no 169, du 1er septembre 2006, p. 6447/8.

8Actuellement, ce ministère est l’organisme central responsable d’une part du développement de la culture dans ses différentes dimensions,promotion de la créativité, soutien aux artistes, défense du patrimoine, création et valorisation des équipements, établissement des réseaux, développement des industries culturelles, et d’autre part de la coordination des politiques qui améliorent et rapprochent les opportunités d’accès aux biens et aux produits culturels, à la formation artistique et à la valorisation culturelle des citoyens. Le ministère a également pour objectif de stimuler les échanges entre le secteur de la culture et d’autres politiques sectorielles afin de créer des synergies et des plus-values, en particulier avec l’Éducation et l’Enseignement Supérieur, la Science et la Technologie, le Développement Régional et l’Aménagement du Territoire 4.

  • 5  Programme du XVIIe Gouvernement constitutionnel (www.portugal.gov.pt).

9La culture jouit par ailleurs d’un statut privilégié en tant que facteur de visibilité du Portugal à l’étranger, non seulement à travers la divulgation de la langue, mais aussi par des expositions internationales d’œuvres d’artistes portugais. Ces ambitions sont concrétisées dans le programme du gouvernement du Portugal (XVIIe Gouvernement constitutionnel) qui y consacre un chapitre spécifique. Plus généralement, la lecture croisée des documents en question nous permet de discerner une tentative nette de développement d’une nouvelle approche de la culture  : il ne s’agit plus simplement d’une politique traditionnelle soutenant en particulier la défense du patrimoine et la création. La politique nationale valorise le rôle économique de la culture, comme créateur de revenus et d’emplois, comme moteur de la connaissance et de la valorisation personnelle des individus, comme élément d’intégration sociale, comme agent de revitalisation urbaine, etc. Parmi les objectifs portés par le ministère sur la période 2005-2009, les principaux sont au nombre de quatre  : «  réussir un équilibre dynamique entre la défense et la valorisation du patrimoine culturel, soutenir la création artistique, la structuration du territoire avec des équipements et des réseaux culturels, investir dans l’éducation artistique et dans la formation des divers publics et faire la promotion internationale de la culture portugaise 5.  »

  • 6  Loi organique du ministère de la Culture, décret de loi no 215/2006, DR no 208, du 27 octobre 2006 (...)

10Outre le niveau central, l’organisation territoriale de l’administration portugaise se situe aussi à deux autres échelles, l’une régionale et l’autre locale. De fait, seuls les deux territoires insulaires des Açores et de Madère sont des Régions Autonomes, alors que les autres régions constituent une déconcentration du pouvoir central, donc sous la dépendance du gouvernement. Le ministère de la Culture comprend ainsi cinq directions régionales  : Nord, Centre, Lisbonne et Val du Tage, Alentejo et Algarve, qui «  sont des services déconcentrés de l’état et qui ont pour mission, dans leur secteur d’impact géographique et en articulation avec les organismes centraux du ministère de la Culture, la création d’accès aux biens culturels, l’accompagnement des activités et la fiscalisation des structures de production artistique financées par le ministère de la Culture, l’accompagnement des actions relatives à la sauvegarde, la valorisation et la divulgation du patrimoine architectural et archéologique, et encore le soutien aux musées 6  ». De façon générale on peut dire que les compétences des directions régionales sont une adaptation au niveau régional des compétences du ministère de la Culture, bien que légèrement amoindries en ce qui concerne la conception, et par contre renforcées dans leurs dimensions opérationnelles et fiscales. De manière générale, les domaines bénéficiant des dépenses les plus importantes sont le patrimoine, les infrastructures culturelles, les activités socioculturelles, les publications et la littérature, alors que les secteurs ayant le moins de ressources financières sont les arts de la scène, les arts plastiques, le cinéma et la photographie, ainsi que la radiodiffusion et la télévision.

  • 7  Loi no 169/99, no 2, Article 64, DR no 219, du 18 septembre 1999, p. 6449.
  • 8  Notons que cette donnée correspond à une augmentation du poids de la dépense culturelle sur la dép (...)

11Le ministère de la Culture a également pour rôle de stimuler la coopération avec les collectivités locales (les communes et les sections de communes freguesias). Au niveau des communes portugaises, l’importance attribuée au secteur culturel est généralisée, avec une affectation plus ou moins grande de leur budget aux différentes dimensions de l’action culturelle  : équipements culturels  ; promotion de la créativité  ; diffusion et programmation culturelle  ; préservation et mise en valeur du patrimoine naturel, culturel, paysagiste  ; soutien de programmes et projets d’intérêt municipal de nature sociale, culturelle ou récréative, accomplissant ainsi les tâches qui leur sont confiées par la loi 7. Cette implication communale est croissante puisque «  dans la période 1986-2003, la dépense des communes portugaises attribuée au secteur de la culture est passée de 55 à 395 millions d’euros à prix constants de 2003, ce qui signifie une croissance réelle de 613  % 8  » (Neves, 2005). Ces valeurs moyennes pour le pays cachent pour autant des réalités locales très différenciées. Même les exécutifs locaux élus sur les listes du même parti politique peuvent avoir des programmes électoraux aux contenus très divers, valorisant les lignes d’action qu’ils considèrent les plus pertinentes pour chaque réalité locale.

12En ce qui concerne les freguesias, leurs compétences légales sont très limitées et n’intègrent pas le secteur de la culture, bien que certaines de ces collectivités locales aient un rôle volontaire important tel que le soutien financier aux «  maisons de la culture  », aux équipements gérés par les mairies où sont promues et soutenues certaines associations culturelles comme des groupes de théâtre, de danse ou de musique traditionnelle.

13Pour compléter cette contextualisation, il convient de souligner que le secteur culturel au Portugal correspond à une proportion très faible de la population active (1,4  % en 2002, selon Eurostat) quand elle est comparée avec le total de l’UE (2,5  %) ou avec les pays de niveau de développement semblable (Grèce, 2,5  %  ; République tchèque, 1,8  %  ; Slovénie, 2,5  %). Cette proportion a pourtant augmenté sur la période 1991-2001, en particulier pour les activités du spectacle et de l’écriture (ICS et OAC, 2005).

14Cette croissance de l’emploi trouve un parallèle dans le nombre d’équipements culturels (musées, bibliothèques, salles de spectacles), qui a indiscutablement augmenté au cours des dernières années, tout comme, à moindre échelle, la diversification des publics et l’accroissement d’événements culturels. Par contre, c’est au niveau de la promotion des industries de la culture et de l’innovation des techniques de gestion des équipements et des productions culturelles qu’un long chemin reste encore à parcourir, ce qui nécessiterait la croissance de l’investissement culturel de l’état et des budgets locaux.

II - Liens entre ville et culture  : de nouveaux enjeux pour l’aménagement stratégique du territoire

15S’il est difficile de systématiser les impacts des politiques culturelles dans le développement des villes, on peut essayer de les organiser toutefois en trois dimensions  : sociale, territoriale et économique.

  • 9 Ces propos prennent une connotation particulière dans la mesure où les statistiques de l’OCDE montr (...)
  • 10 Charles Landry, dans ses travaux sur le multiculturalisme, a beaucoup étudié le lien entre culture (...)

16La dimension sociale se reflète essentiellement dans la valorisation culturelle des individus, laquelle promeut une participation plus active dans la vie en société. Un meilleur accès à la culture renforce les volontés d’apprentissage et démocratise la connaissance, facilitant aussi les processus de communication et de diffusion de la science et de la technologie. L’éducation artistique et la valorisation des «  cultures de rue  » promeuvent les processus d’intégration sociale, aussi bien de minorités ethniques que de classes sociales peu favorisées. L’expansion de l’accès aux arts, pendant la scolarité mais aussi dans les écoles d’arts ou encore à travers des projets spécifiques de portée locale, aide la maturité psychosociale et développe une plus grande conscience de la citoyenneté, contribuant ainsi à la cohésion des communautés 9. La diffusion culturelle encourage la créativité et la modernité, favorisant une ambiance de développement intellectuel où les capacités inventives sont valorisées 10.

Fig. 2,Pavilhão Atlântico (Parque das Nações)

Fig. 2,Pavilhão Atlântico (Parque das Nações)

Cliché : Maria Adelaide Carranca

17La dimension territoriale découle, entre autres, de l’impact local de la requalification d’éléments patrimoniaux ou de la construction d’équipements qui participent à la régénération de secteurs urbains et, simultanément, qui attirent davantage de visiteurs et favorisent les activités économiques locales. La sauvegarde du patrimoine bâti et des centres historiques et du patrimoine améliore l’image de la ville et l’ambiance urbaine, augmentant la qualité de vie quotidienne et l’utilisation des espaces, tout en fabriquant ou renforçant l’identité des lieux. Cette dimension se traduit également par une diminution des fractures territoriales entre les zones urbaines qui se dissolvent chaque fois que l’on encourage l’intégration sociale au travers de projets de valorisation des cultures minoritaires dans des banlieues sociales ou dans des quartiers dégradés (fig. 2).

18Enfin, la dimension économique de la culture est celle qui a émergé le plus récemment et constitue un élément fondamental d’attraction de l’investissement, en particulier si l’on considère les secteurs productifs les plus modernes et les plus innovants. Dans un monde de mobilité croissante des personnes, biens et capitaux, les options de localisation de nouveaux investissements s’appuient entre autres facteurs sur la vie culturelle des villes. L’importance économique de la culture résulte également de sa capacité à attirer les touristes et visiteurs qui parcourent les villes en quête de musées et de monuments, mais aussi à la recherche d’événements culturels de grand intérêt. Ainsi, au rôle des autorités publiques dans l’amélioration des critères de qualité de la vie, vient s’ajouter le souci d’ «  attirer le développement  » de l’extérieur, basé sur la compétitivité territoriale qui se traduit par la capacité de capter des investissements et des personnes.

19De ce fait, à l’inverse de ce qu’elle était jusqu’à récemment, la politique culturelle est de moins en moins envisagée comme un fardeau budgétaire, mais plutôt comme un investissement pour le développement territorial.

20Dans ce cadre, l’aménagement stratégique du territoire est, sans aucun doute, l’approche territoriale qui s’adapte le mieux à une intégration entre les objectifs de la politique culturelle et les objectifs du développement urbain  :

  • - en premier lieu parce que l’aménagement stratégique vise un développement intégrateur, dans lequel les questions de l’aménagement urbain sont articulées aux préoccupations sectorielles, en quête de solutions de compromis concernant non seulement l’affectation des espaces (vocations environnementales, sociales, économiques, etc.) mais aussi la combinaison de l’intérêt public et des aspirations privées. Ainsi cette approche favorise l’intégration des questions culturelles.

  • - en deuxième lieu, parce que l’aménagement stratégique met en perspective, comme nous l’avons déjà vu antérieurement, le développement des territoires selon deux prismes distincts mais complémentaires,l’un interne, plus orienté vers la qualité de vie et vers la cohésion sociale des territoires, et l’autre externe, dirigé vers sa compétitivité et la croissance économique.

    • 11  Charte de Leipzig pour les Villes européennes durables, adoptée en mai 2007 par les ministres du D (...)

    - enfin, il convient de souligner l’importance de l’articulation du processus d’aménagement stratégique en tant que tel et du développement culturel inscrit dans le moyen voire long terme. Dans les instruments d’aménagement stratégique des villes, le souci des objectifs à atteindre est accompagné de l’effort de débat et de gestion d’un parcours de développement et de durabilité. Dans le développement culturel sont également valorisés les parcours, les apprentissages, les approches, c’est-à-dire un processus plus qu’une finalité culturelle. Ce caractère «  processuel  » de l’aménagement stratégique repose, également, sur la reconnaissance de l’importance de la gouvernance dans l’avenir des villes, exigeant une meilleure coordination des politiques sectorielles et le développement d’un nouveau sens des responsabilités dans la conduite des politiques urbaines intégrées 11. Parallèlement, cette nouvelle approche exige des changements dans les organisations, ainsi que de nouvelles formes d’articulation entre les autorités publiques et les intérêts privés, recherchant des partenariats quant aux objectifs et investissements.

III - Lisbonne  : une ville de culture  ?

21La ville, compte tenu de son rôle historique de moteur civilisationnel, de pôle de connaissance et de créativité, est un lieu d’excellence pour la concentration d’activités culturelles. Il n’est pas surprenant que ce soient les villes capitales, et Lisbonne ne fait pas exception à la règle, qui tendent à montrer une plus grande aptitude à «  produire  » et à «  montrer  » la culture.

  • 12  Voir, par exemple, l’étude de la QUATERNAIRE sur le Système urbain portugais en 1997, ou Eduardo B (...)

22La macrocéphalie du Portugal en termes culturels est bien connue. La prépondérance persistante de Lisbonne face au reste du pays en ce qui concerne autant la dotation d’équipements que la concentration d’événements a déjà été soulignée dans des travaux et des études sur l’organisation du système urbain national 12. «  Le Portugal, au niveau culturel, maintient une nette macrocéphalie d’opportunités et de dynamiques. La politique de centralisation qui jusqu’à présent a été suivie dans le domaine de la culture est, en cette matière, la principale responsable.  » (QUATERNAIRE, 1997.)

23À titre d’exemple rappelons qu’en 2002, alors que la ville représente 6  % de la population du pays (INE, 2002), la municipalité de Lisbonne concentrait environ 15  % du nombre de musées existant dans le pays, chiffre qui s’élevait à 40  % pour le nombre de visiteurs de musées. En ce qui concerne le nombre de bibliothèques, on trouvait à Lisbonne, à la même date, près de 18  % de ces équipements et plus de 31  % des documents, mais à peine un peu plus de 11  % pour le nombre d’utilisateurs,ce qui révèle une suprématie moins accentuée pour cet indicateur. Relativement aux spectacles vivants, Lisbonne a concentré en 2002 plus de 30  % des réalisations et plus de 34  % du nombre de spectateurs. Quant au nombre de galeries, la ville rassemblait près de 20  % des galeries d’art au niveau national et un pourcentage de visiteurs identique.

Fig. 3,Sculpture au Soleil (Parque das Nações)

Fig. 3,Sculpture au Soleil (Parque das Nações)

Cliché : Maria Adelaide Carranca

  • 13  L’Aire métropolitaine de Lisbonne intègre 18 municipalités, soit environ 3 000 km2 et 2 661 850 ha (...)

24Cette primauté de Lisbonne est également très accentuée dans le contexte de l’Aire Métropolitaine de Lisbonne (AML) 13. À la même date, Lisbonne détenait plus de 70  % des musées de l’AML, près de 60  % des bibliothèques et 75  % des documents, près de 68  % des spectacles live et 80  % des spectateurs, et près de 65  % des galeries d’art et de leurs visiteurs, et ceci malgré la décentralisation à laquelle on assiste depuis les dernières années.

  • 14Audit urbain, DG Politique régionale de la Commission européenne.

25Une étude comparative d’indicateurs urbains, Audit urbain14, effectuée par la Commission européenne sur 258 villes des 27 actuels états membres, vient confirmer la macrocéphalie du Portugal relative à la culture, tant en termes d’offre que de pratique (tabl. 1).

26Cependant, il est assez clair, dans des documents comme les Programmes de Gouvernement successifs ou les Grandes Options du Plan, que les intentions politiques vont depuis un certain temps dans le sens d’un effort de décentralisation culturelle du pays alors que les résultats continuent à traduire une prépondérance de Lisbonne face au pays et face à son aire métropolitaine. Ceci s’explique en particulier par le rôle des agents privés qui répondent à la demande, fonctionnant à la marge des objectifs politiques ou de l’intérêt public.

  • 15 Ces données concernent uniquement la ville de Lisbonne et non pas son aire métropolitaine.

27Certes, en ce qui concerne le secteur de la culture, dans l’étude Audit urbain, Lisbonne 15 se classe fréquemment parmi les dix premières capitales de l’UE pour les indicateurs relatifs à la dotation d’équipements ou à l’accès à la culture. Ainsi, l’affirmation de Lisbonne à l’échelle européenne se traduit plus facilement en tant que ville de culture que, par exemple, en tant que centre de recherche et développement ou comme centre financier et d’affaires (CML, 2002).

  • 16 Villes situées en dehors du «  pentagone  » européen.

28Si l’on prend par exemple la fréquence annuelle de visites au cinéma par habitant, Lisbonne se positionne comme la troisième capitale européenne, tout juste dépassée par Luxembourg et Paris, et occupe en outre la première position pour le même indicateur quand l’étude analyse un ensemble de plus de cent villes périphériques du territoire de l’UE 16. Toujours à ce propos, Lisbonne est la huitième capitale européenne avec le plus grand nombre de places en salles de cinéma pour mille habitants et la trentième ville sur l’ensemble des villes périphériques analysées. Plus significatif peut-être est le nombre de concerts pour mille habitants  : Lisbonne est la sixième capitale européenne, suivie de loin par Madrid, et mieux classée que toutes les capitales du centre de l’Europe. La même sixième place se vérifie pour la fréquence moyenne annuelle de concerts par habitant. Un autre indicateur qui mérite d’être souligné est le nombre annuel de visiteurs de musées par habitant, car Lisbonne occupe la seconde place des capitales européennes et la cinquième place des villes périphériques.

29De même, Lisbonne est la seconde capitale européenne à abriter le plus grand nombre de bibliothèques publiques et la première de l’ensemble des villes périphériques analysées, encore que dans ce domaine les caractéristiques de la demande ne lui soient pas vraiment favorables, étant donné qu’elle occupe la 21e place en ce qui concerne les emprunts annuels de livres par habitant et la 113e au niveau des villes périphériques. La lecture croisée de ces indicateurs traduit un souci des pouvoirs publics de doter le territoire de ces équipements, mais une défaillance concernant leur utilisation.

30Cependant, l’importante offre d’équipements culturels d’un niveau supérieur dans tous les domaines des arts, de la culture et du spectacle présente encore de nettes carences qui exigent une requalification et une expansion. On peut se déplacer à Paris exclusivement pour visiter le Louvre mais on ne vient pas à Lisbonne pour visiter l’ensemble des musées de la capitale portugaise, si significatif que puisse être leur intérêt à l’échelle nationale. Même la récente installation au Centre culturel de Belém d’une collection privée d’art moderne ne place pas Lisbonne dans le circuit muséologique des capitales européennes (fig. 5).

31De même, on vérifie indéniablement au cours des dernières années une émergence d’initiatives culturelles capables de contribuer à l’internationalisation de la ville  : Rock in Rio, Moda Lisboa, Europe MTV Music Awards (2005), cérémonie de présentation des «  Sept nouvelles merveilles du monde  », viennent renforcer le rayonnement lié aux initiatives de caractère sportif comme l’Euro 2004 ou le Lisbonne-Dakar. Cependant, malgré un agenda culturel riche et une multiplicité de festivals, surtout de festivals de musique d’été, Lisbonne demeure exclue des grandes tournées internationales. L’offre d’événements, en grande majorité d’initiative privée, manque d’une articulation qui puisse offrir un certain équilibre quant à l’agenda et à la nature des spectacles.

32D’un autre côté, on perçoit visiblement un plus grand cosmopolitisme de la ville dû à un nombre croissant de visiteurs et de touristes et, surtout, à l’expansion et à la diversification d’origines des communautés immigrantes. Aux traditionnels flux en provenance de pays africains de langue officielle portugaise, se joignent maintenant les immigrants du Brésil et des pays de l’Europe de l’Est, en quête de meilleures opportunités d’emploi. Dans ce contexte, Lisbonne se caractérise encore par une insuffisante connaissance de la diversité ethnique et culturelle et, en conséquence, par une intégration défaillante de ses communautés immigrantes auxquelles sont associées des situations de pauvreté et d’exclusion sociale. Elle semble par contre mieux intégrer d’autres types d’immigrations, comme des Espagnols venus travailler dans les entreprises espagnoles installées à Lisbonne, ou des étudiants, bénéficiant en particulier du programme européen ERASMUS. Aux fragilités identifiées viennent s’ajouter les handicaps de la promotion touristique, essentielle à une internationalisation culturelle de la ville. Les tarifs aériens élevés à destination de Lisbonne et le déséquilibre de l’offre hôtelière, qui se traduit par une offre de niveau intermédiaire peu qualifiée et une offre réduite de niveau supérieur, sont des facteurs qui freinent la croissance du tourisme culturel.

33Ainsi, si la mairie de Lisbonne et le gouvernement veulent miser sur la promotion d’une Lisbonne de culture, il faut redoubler les efforts de développement du secteur, et peut-être même renforcer, ou du moins maintenir, la macrocéphalie culturelle du pays. Ceci met les pouvoirs publics devant un choix délicat  : décentraliser la culture vs renforcer le rôle culturel de l’Aire métropolitaine de Lisbonne.

34Ce renforcement de la culture à Lisbonne ne doit pas, de notre point de vue, se réaliser au prix d’une régression de l’évident effort déjà initié de décentralisation culturelle à l’échelle du pays  ; la cohésion culturelle entre les régions, portée par des réseaux d’équipements, et la réalisation d’événements nécessitent encore un soutien national pour résoudre les asymétries régionales persistantes.

35Les deux approches, bien qu’apparemment antagonistes, surtout compte tenu du contexte de restriction de ressources financières publiques, doivent effectivement à notre avis être considérées dans leur complémentarité  : seul le renforcement d’une ouverture généralisée du pays à des pratiques et consommations culturelles pourra permettre un élargissement du marché qui se concentre pour l’instant à Lisbonne. Pour la projection internationale de la capitale, il semble par ailleurs essentiel d’envisager cette dimension à l’échelle métropolitaine, afin d’obtenir une masse critique capable d’organiser les échanges et d’enraciner les initiatives sur un territoire plus vaste.

Tableau 1, Audit urbain  : indicateurs relatifs à la culture. Valeurs comparatives entre Lisbonne et le Portugal (2001)

Indicateur

Lisbonne

Portugal

Fréquentation annuelle des concerts par habitant

0,26

0,1

Fréquentation annuelle des cinémas par habitant

9,29

1,88

Nombre de places de cinéma pour mille habitants

22,98

9,85

Nombre de places de concerts pour mille habitants

0,41

0,23

Fréquentation annuelle des théâtres par habitant

0,61

0,09

Nombre de visiteurs de musées par an et par habitant

6,05

0,83

Nombre de musées

34

234

Nombre de bibliothèques publiques

339

1912

Nombre moyen d’emprunts de livres ou autres ouvrages par an et par habitant

1,16

0,58

Source : Audit Urbain, DG de la Politique Régionale de la Commission européenne, Inforegio, 2007

IV - Les instruments d’aménagement stratégique à Lisbonne  : quel rôle pour le développement de la culture  ?

36L’aménagement urbain à Lisbonne a déjà une longue histoire qui remonte, au moins comme intervention planifiée d’ensemble, à l’après-séisme et à l’intervention du marquis de Pombal dans la reconstruction de la ville en 1755. Cependant, dans cet article nous nous intéressons particulièrement au processus d’aménagement plus récent. À partir du début des années 1990, dans le Système de gestion territorial portugais, le Plan directeur municipal (PDM) est devenu un instrument d’aménagement du territoire qui établit les règles d’utilisation, d’occupation et de transformation de l’usage du sol sur tout le territoire de la commune. Le PDM est de nature réglementaire, son élaboration est obligatoire et de la responsabilité de la commune et intègre le programme des réalisations et des investissements municipaux.

Fig. 4,Mosteiro dos Jerónimos

Fig. 4,Mosteiro dos Jerónimos

Cliché : Maria Adelaide Carranca

Fig. 5,Centre culturel de Belém

Fig. 5,Centre culturel de Belém

Cliché : Maria Adelaide Carranca

Fig. 6,Les jardins du Centre culturel de Belém

Fig. 6,Les jardins du Centre culturel de Belém

Cliché : Maria Adelaide Carranca

37Le PDM en vigueur à Lisbonne, actuellement en phase de révision, a été amorcé en 1990 et approuvé en 1994, ayant encadré le projet de développement pour la ville, donnant ainsi un caractère normatif aux orientations du Plan stratégique de Lisbonne (PEL) de 1992. À l’époque, cette déclinaison devait permettre l’articulation entre un projet de développement de la ville et un modèle territorial qui favoriserait son exécution. Cependant, ce modèle d’aménagement n’a pas eu la continuité espérée et de nouveaux problèmes ont surgi dans la ville pendant que s’aggravaient d’autres difficultés déjà existantes  : dépeuplement et vieillissement du centre, augmentation de la dispersion urbaine, déqualification des zones d’expansion, encombrement du trafic et problèmes de mobilité. Le PDM est un plan d’aménagement du territoire plus centré sur la question de la définition des centralités urbaines, de l’usage de l’espace et de la meilleure gestion des flux, n’assumant aucune intention sectorielle en particulier. Toutefois, il présente des interactions avec la culture aussi bien en ce qui concerne les équipements culturels que par l’élaboration de la Charte du patrimoine qui a justifié certains choix en termes de qualification de l’espace.

38Par ailleurs, le Plan stratégique de Lisbonne, approuvé en 1992, visait à établir les lignes directrices de l’action de la commune pour le développement de la ville dans les dix années suivantes, encadrant les compromis et partenariats nécessaires avec l’ensemble des agents, les organismes et les associations des secteurs privé et public. Les objectifs stratégiques énoncés dans le PEL étaient  : faire de Lisbonne une ville attractive pour y vivre et pour y travailler  ; transformer Lisbonne en ville compétitive dans les systèmes des villes européennes  ; réaffirmer Lisbonne comme capitale métropole  ; créer une administration moderne, efficace et dynamique. Ces orientations s’articulaient et se concrétisaient à travers divers objectifs de nature plus matérielle  : améliorer la dotation en équipements et infrastructures, améliorer l’offre en habitations, requalifier les espaces publics les plus défavorisés et moderniser la ville en contribuant au développement de sa base économique. On prétendait ainsi surmonter les carences persistantes et, en même temps, promouvoir une profonde transformation de la ville qui rendrait possible son rôle de grand centre métropolitain.

39Quinze ans après l’approbation de ce plan, il est possible d’analyser les options et les raisons de l’échec de ce modèle, en relation notamment avec les changements politiques de l’exécutif municipal, qui ont conduit à des modifications dans la façon de penser la ville. Par ailleurs, et compte tenu du manque de maturité de la stratégie à l’époque, la proximité entre deux instruments d’aménagement a en définitive valorisé le côté morphologique et organisationnel de l’aménagement du territoire, au détriment de l’aspect socio-économique du développement. Soulignons, cependant, ce qui de notre point de vue a été réellement précurseur dans ce plan. L’idée de créer une administration moderne, efficace et dynamique à une époque où personne ne parlait encore de gouvernance nous paraît en effet un grand pas en avant et a permis la prise de conscience de l’importance de la contractualisation, des partenariats et d’une participation innovatrice.

40Spécifiquement sur le secteur de la culture, le PEL ne lui attribuait guère d’importance. Premièrement, notons qu’au début des années 1990, la culture n’avait encore pas conquis la pertinence qu’on lui reconnaît aujourd’hui. Deuxièmement, Lisbonne était plutôt occupée à résoudre des problèmes de base essentiels pour son développement, comme les problèmes d’habitat non réglementaire, d’infrastructures routières déficientes, de dégradation du patrimoine bâti. Nous pouvons pourtant trouver dans le PEL des références aujourd’hui très clairement associées à la culture, aussi bien sur le plan du développement urbain que liées à la projection internationale de la ville, mais qui, à l’époque, surgissaient de façon marginale et sans une intentionnalité propre.

41En somme, nous pouvons conclure que jusqu’au tournant du XXIe siècle, les instruments d’aménagement mis en place pour Lisbonne n’ont pas privilégié la culture comme agent de développement urbain. Cependant, les indicateurs montrent que les progrès du secteur ont été déterminants aussi bien au niveau des équipements que sur le plan de l’expansion et de la diversification de l’offre culturelle publique et privée.

42Avec le changement de l’exécutif municipal, renaît en 2002 la volonté d’un modèle d’aménagement stratégique pour la mairie de Lisbonne et s’amorce alors la préparation d’une Vision stratégique pour la ville de Lisbonne. Ce nouveau plan a surgi dans la continuité du précédent Plan stratégique (PEL) de 1992 dans l’objectif de redéfinir un ensemble d’idées clés et d’axes structurants, mais sans se traduire en un PEL II. Soulignons que cet ensemble d’orientations a été déclenché parallèlement au démarrage du processus de révision du PDM, coïncidence temporelle positive pour les synergies à envisager.

43La «  Vision stratégique,Lisbonne 2012  » a pour but de qualifier et moderniser la ville et de projeter Lisbonne vers les sommets de la classification des meilleures villes pour vivre, travailler et investir. Ceci est supporté par quatre piliers de développement urbain  : Lisbonne Ville de Quartiers, Ville d’Entrepreneurs, Ville de Cultures et Ville de Modernité et d’Innovation (CML, 2002). Après un cycle d’aménagement très orienté vers les aspects physiques auxquels il était nécessaire de répondre, en particulier au niveau des équipements structurants, infrastructures et habitations, Lisbonne est récemment entrée dans un nouveau cycle qui peut se consacrer aux aspects plus immatériels du développement urbain  : qualité de vie et cohésion sociale à travers la qualification et la valorisation de l’espace et de l’ambiance urbaine, de l’amélioration de la mobilité  ; compétitivité, à travers le développement économique, l’accroissement de la projection internationale de la ville, la promotion de l’innovation.

44Il n’est pas ici question de discuter la qualité de la stratégie présentée  : il nous paraît surtout intéressant de comprendre dans quelle mesure le secteur de la culture a été considéré comme un levier pour la promotion du développement de Lisbonne. La culture commence à assumer une forte visibilité, qui est consacrée dans le titre de l’un des axes de la Vision stratégique,«  Ville de Cultures  » –, ce qui démontre clairement l’importance que l’équipe municipale a attribuée au secteur. De façon générale, les objectifs centraux de cet axe de développement résident dans deux dimensions parallèles  : la première repose sur le renforcement du cosmopolitisme de la ville, rendu possible par la valorisation de la multiculturalité, de la tolérance et de la capacité d’ouverture sur l’extérieur  ; la seconde vise l’intégration de la ville dans les circuits internationaux culturels, exigeant une augmentation et une requalification de l’offre d’événements (cf. encadré).

45Par ailleurs, le développement du secteur culturel est aussi lié, encore que de façon transversale, aux autres axes de la Vision stratégique, chacun d’entre eux contribuant, à des degrés plus ou moins élevés, à la valorisation de la culture dans la ville.

46Ainsi, dans l’axe «  Lisbonne, Ville de Quartiers  », des mesures comme la qualification de l’espace et des pratiques urbaines, la création d’équipements de proximité et la candidature de la Baixa de Lisbonne au titre de patrimoine de l’humanité contribuent au développement culturel.

47Également dans l’axe «  Lisbonne, Ville d’Entrepreneurs  », on trouve d’importantes références au rôle des activités culturelles dans le développement économique, par exemple lorsque est développée l’intention de miser sur de nouveaux secteurs productifs à forte valeur ajoutée comme sources d’emploi hautement qualifié  ; les secteurs cités étant, outre la biotechnologie et la biomédecine, l’audiovisuel et le multimédia, la mode et le design, et plus largement les industries culturelles.

48Enfin, l’axe «  Lisbonne, Ville de Modernité et d’Inno­vation  » contribuera tant à la promotion de l’utilisation de nouvelles technologies qu’à la modernisation des formes d’administration qui engendreront de nouvelles approches de contractualisation avec le secteur industriel, et avec d’autres communes de l’AML.

49L’interprétation des orientations contenues dans la Vision stratégique 2012 nous permet donc de comprendre qu’ont été prises en compte les différentes dimensions qui peuvent faire de la culture un tremplin de développement urbain de Lisbonne, aussi bien dans une perspective interne que dans la perspective de son internationalisation. Les dimensions du patrimoine architectural ont été intégrées, en particulier la réhabilitation de l’édification et l’amélioration de la gestion des monuments et des équipements culturels de la ville, tout comme la valorisation du patrimoine immatériel lié à l’histoire, à l’identité et aux traditions de la ville. D’autre part, la dimension de l’animation culturelle capable de promouvoir la projection internationale de la ville et de capter de nouveaux segments de tourisme, a également été soutenue. En définitive, nous pouvons dire que sur le plan des politiques culturelles, Lisbonne a su diagnostiquer les tendances de transformation qui se sont présentées au cours des dernières décennies du XXe siècle.

50En parallèle, et sachant que la politique urbaine de l’État aura également des effets importants sur le développement de Lisbonne, on doit mentionner ici la Politique des villes récemment révisée,désignée par POLIS XXI. Trois dimensions d’intervention y sont privilégiées  : Régénération urbaine, Compétitivité / Différenciation et Intégration régionale. Chacune correspond à un type d’instrument  : actions et partenariats de régénération et d’innovation urbaine, réseaux urbains pour la compétitivité et l’innovation, et actions innovatrices pour le développement urbain.

51Ce nouveau cadre de la Politique des villes portugaises nous a conduits à proposer une matrice (tabl. 2) concernant les rapports entre les interventions définies par POLIS XXI et les lignes d’orientation stratégique qui intègrent l’axe «  Lisbonne, Ville de Cultures  » de la Vision stratégique.

52Ainsi, le croisement des trois types d’intervention prévus par la Politique des villes avec les quatre orientations stratégiques culturelles pour Lisbonne donne lieu à un ensemble de douze champs possibles d’interférences, dont la relation se révèle forte pour la moitié d’entre elles. En termes de politiques publiques, cela révèle une réelle cohérence entre deux ambitions et signifie une importante synergie entre ces deux instruments d’aménagement,qui devraient ainsi contribuer à renforcer le développement culturel en général dans la ville.

53Pour autant, en termes opérationnels, les conclusions sont plus nuancées  : cinq ans après la mise en place de la Vision stratégique, l’analyse des actions montre que seule une partie des propositions initiales ont été effectivement réalisées. Ce retard, dû en particulier à des problèmes politiques et de gouvernance, démontre par ailleurs un essoufflement des efforts entrepris au début de la décennie.

54Quatre orientations pour l’axe «  Ville de Cultures  » de la Vision stratégique Lisbonne 2012

  • Encourager la cohésion sociale et valoriser l’inter-culturalité,dans laquelle on prévoit le soutien à la légalisation de l’emploi d’immigrants et la création d’espaces d’aide sociale et de rencontre des expressions culturelles, entre autres des centres civiques de voisinage  ;

  • Développer le tourisme et requalifier l’offre hôtelière,en favorisant le tourisme haut de gamme, notamment pour rentabiliser les ressources touristiques peu explorées, comme la Baixa Pombalina et la mémoire du séisme de 1755, ou bien l’ensemble des vues des belvédères lisboètes encore peu divulgués  ;

  • Créer et récupérer des espaces culturels,outre la réhabilitation d’équipements sous-exploités ou obsolètes  ; dans cette ligne on peut inclure également la construction de nouveaux équipements, tout comme l’informatisation et la mise à disposition de l’information sur les ressources et les événements programmés  ;

  • Promouvoir des événements culturels et animer la ville,l’objectif de cette ligne d’action est d’améliorer la programmation culturelle et promouvoir la réalisation de concerts, spectacles ou expositions internationales, sans oublier la candidature à de grands événements internationaux comme le Forum international des cultures en 2011 ou les Jeux olympiques de 2016.

Conclusion  : Les apports de la Vision stratégique pour la culture à Lisbonne et les défis à venir

55La Vision stratégique - Lisbonne 2012 a mis la politique culturelle de la commune au centre de sa stratégie de développement. Cependant, un long chemin reste à parcourir pour la modernisation culturelle de la ville, le dialogue avec les autres communes de l’aire métropolitaine et l’articulation avec le monde industriel et le milieu artistique.

56Globalement, l’évolution des politiques culturelles au Portugal a souffert, ces dernières décennies, de certains soubresauts politiques et financiers qui n’ont permis ni une continuité d’objectifs ni une persistance dans la définition des principales orientations pour la culture. Certes, des efforts d’investissement public dans de successives politiques de décentralisation culturelle ont été faits  ; ceci a ainsi permis que «  dans le cadre du système urbain européen, Lisbonne se détache par l’offre culturelle  » (Gaspar, 2003)… sans résoudre par ailleurs les asymétries régionales culturelles.

57Si, au tournant du siècle, Lisbonne a intégré l’importance que le développement de la culture pouvait représenter dans sa projection internationale, un certain nombre de défis encore à relever peuvent être identifiés.

Fig. 7,Fondation Calouste Gulbenkian

Fig. 7,Fondation Calouste Gulbenkian

Cliché : Maria Adelaide Carranca

58En premier lieu, on doit souligner l’importance de la continuité de l’affirmation de Lisbonne dans un cadre de compétitivité internationale, ce qui exigerait de dépasser les limites de la commune et de renforcer l’équilibre de son aire métropolitaine. Nous considérons que seule une «  Lisbonne plus grande pour le pays  » (renforcement culturel de son Système métropolitain) permettra une «  Lisbonne plus grande pour l’Europe  » (plus grande compétitivité culturelle par une offre plus internationale).

59Deuxièmement, il semble que les actions ne puissent se maintenir centrées sur la dotation d’équipements et sur la sauvegarde du patrimoine. Bien que fondamental pour le développement du secteur, cela ne suffit guère en effet à gérer de nouvelles demandes, ni de nouveaux enjeux relatifs aux pratiques culturelles. Le dessein d’une nouvelle politique culturelle mériterait ainsi que l’on s’intéresse à la promotion des industries culturelles (production audio et vidéo, télévision, cinéma, mode et design, architecture), à la modernisation des formes de gestion des équipements et du patrimoine capables de créer de nouveaux publics et de nouveaux produits et, encore, au soutien de la créativité, des artistes et entreprises de culture. Le soutien à la créativité et à la production de contenus culturels passe notamment par le développement de l’éducation et la formation en arts, sous la forme de nouvelles écoles liées à l’enseignement des arts et à la production multimédia. Aussi l’ouverture de la culture à la société ne peut-elle aboutir qu’au travers de nouvelles formes de contractualisation entre secteur public et secteur privé. Le progrès culturel n’est plus le fruit quasi exclusif des politiques culturelles de l’état, il a intégré dans une large mesure la sphère du marché. Bien que les besoins de développement culturel doivent être orientés en fonction des citoyens et non des agents, les intérêts de ceux-ci et leurs attentes devront également être pris en considération.

60Enfin, il semble que la politique culturelle pour Lisbonne gagnerait à être plus transversale, privilégiant encore davantage l’articulation aux secteurs avec lesquels la culture a des synergies évidentes  : tourisme, loisir, éducation, société de l’information, intégration sociale, etc.

61D’une part, la visibilité externe du développement culturel de la ville passera également par sa capacité à réaliser des événements d’envergure internationale, effectivement capables de projeter la ville à l’étranger, mais aussi par son insertion dans les circuits internationaux de la culture en support numérique, à travers la mise à disposition et la divulgation par le biais numérique du patrimoine et des événements. Les inconvénients de la situation géographique de la ville, excentrée dans le paysage européen, pourraient en effet être compensés par une première approche virtuelle.

62D’autre part, l’intervention culturelle gagnerait à s’appuyer sur le patrimoine et les spécificités sociales de la ville. Ainsi, dans le domaine du multiculturalisme, Lisbonne dispose également d’un large éventail de possibilités à explorer. Dans les différentes communautés d’immigrants déjà enracinées, il existe des pratiques, des habitudes et des traditions très riches et fortement implantées qu’il serait intéressant de mettre en valeur pour renforcer la dimension interculturelle de la ville. Par ailleurs, Lisbonne possède, outre le patrimoine construit, un vaste héritage culturel immatériel traduit en styles de vie, en traditions, en paysages et en ambiances urbaines. Nous ne faisons pas seulement référence à la Lisbonne du fado, aux quartiers historiques et à un certain air typique désuet. Il y a aussi une Lisbonne moderne et cosmopolite qui reste à valoriser. Il semble donc important d’évaluer les modalités de dynamisation de ce patrimoine dans sa globalité, en recréant une image de singularité dans un contexte international qui tend à normaliser les espaces, les produits et les comportements. Concernant les réseaux de coopération culturelle et la valorisation de la langue portugaise, Lisbonne a également des ressources importantes à mobiliser, grâce notamment à sa localisation géostratégique exceptionnelle en tant que capitale européenne située à la frontière entre le monde atlantique (avec le Brésil en particulier) et le monde méditerranéen, avec ses relations privilégiées en Afrique.

  • 17  En 2001, J. Hawkes a en effet rajouté la culture comme pilier du développement durable, aux côtés (...)
  • 18  En 2004 s’est tenue à Melbourne une importante conférence internationale  : «  Fourth Pillar Confe (...)

63Contrairement à ce que certains affirment en posant la culture comme le 4e pilier du développement durable 17, il nous semble que les politiques culturelles n’ont pas encore acquis la place déterminante que d’autres secteurs assument dans le développement des villes. Néanmoins, le lancement de ce débat 18 est un signal clair de la pertinence économique et sociale du secteur et, surtout, de ses possibles effets comme levier du développement.

Tableau 2, Schéma croissant les instruments définis dans POLIS XXI et les lignes d’orientation stratégique qui intègrent l’axe «  Lisbonne, Ville de Cultures  »

Orientations stratégiques de l’axe «  Lisbonne, Ville de Cultures  »

POLIS XXI

Régénération urbaine

Compétitivité/

différenciation

Intégration régionale

Actions et partenariats de régénération et innovation urbaine

Réseaux urbains pour la compétitivité et l’innovation

Actions innovatrices pour le développement urbain

Encourager la cohésion sociale et valoriser

l’inter-culturalité

RAPPORT FORT

RAPPORT FAIBLE

RAPPORT FAIBLE

Développer le tourisme et requalifier l’offre hôtelière

RAPPORT FAIBLE

RAPPORT FORT

RAPPORT MOYEN

Créer et récupérer

des espaces culturels

RAPPORT FORT

RAPPORT VARIABLE

RAPPORT FORT

Promouvoir des

événements culturels

et animer la ville

RAPPORT VARIABLE

RAPPORT FORT

RAPPORT FORT

Haut de page

Bibliographie

Braun E., Lavanga M., An International Comparative Quick Scan of National Policies for Creative Industries, Rotterdam, European Institute for Comparative Urban Research (EURICUR), Erasmus University of Rotterdam, 2007.

Câmara Municipal de Lisboa, Desenvolvi­mento Económico e Competitividade Urbana de Lisboa, CML, Colecção de Estudos Urbanos,Lisboa XXI, no 2, 2005.

Câmara Municipal de Lisboa, Visão Estratégica 2012, 2002 (www.cm-lisboa.pt).

Chaudoir Philippe, de Maillard J. (dir.), Culture et politique de la ville. Une évaluation, Paris, éditions de l’Aube, 2004.

Commission des Communautés Européennes, Commu­nication relative à un agenda européen de la culture à l’ère de la mondialisation, COM (2007) 242 final, 2007.

Culture Committee of Eurocities, The Cultural Dimension of Urban Governance, Lille, polycopié, 2002.

Florida R., Cities and the Creative Class, New York, Routledge, 2005.

Gaspar J., “Inserção da Área Metropolitana de Lisboa no País, na Península Ibérica e na Europa”, in Tenedório, J. A. (dir.), Atlas da Área Metropolitana de Lisboa, Lisboa, Ed. Área Metropolitana de Lisboa, 2003, p. 29-43.

Hawkes J., The Fourth Pillar of Sustainability : culture’s essential role in public planning, Melbourne, Ed. by Cultural Development Network & Common Ground, 2001.

Henriques E. B., Cultura e território, das políticas às intervenções,Estudo geográfico do património histórico-arquitectónico e da sua salvaguarda, Thèse de doctorat présentée à l’université de Lisbonne, polycopié, 2003.

INSTITUTO NACIONAL DE ESTATíSTICA (INE), Statistiques de la Culture, 2002.

ICS et OAC, “Contribuições para a formulação de políticas públicas no horizonte 2013 relativas ao tema cultura, identidades e património”, Rapport final, Estudos Preparatórios para o QREN (www.qren.pt), 2005.

Neves S., Despesas dos Municípios com Cultura [1986-2003], Observatório das Actividades Culturais (www.oac.pt), 2005.

QUATERNAIRE, Sistema Urbano Nacional : Cidades Médias e Dinâmicas Territoriais, Lisboa, Direcção Geral do Ordenamento do Território e do Desenvolvimento Urbano, Colecção Estudos, 1997.

Santos Mª de L. (Lima dos), The Profile of Portugal in “Compendium of Cultural Policies and Trends in Europe, 8th Edition, 2007”, Council of Europe/ERICarts, 2005.

Secrétariat d’État de l’Aménagement du Territoire et des Villes, Política de Cidades POLIS XXI, 2007-2013, document polycopié.

Banzo M., Pato e Silva I., Valette é. (coord.), «  Lisbonne en ses périphéries  », Sud-Ouest Européen, no 24, 2007.

Sites Internet

Audit urbain : www.urbanaudit.org

Gouvernement du Portugal : www.portugal.gov.pt

Ministère de la Culture : www.min-cultura.pt

Observatório das Actividades Culturais : www.oac.pt

Blog sur la gouvernance : gouvernance.over-blog.com

Haut de page

Notes

1 Nous pouvons adopter la définition du Groupe de travail «  Culture  » d’EUROSTAT  : «  La culture inclut tous les biens et services dans les secteurs suivants  : patrimoine, arts visuels, architecture, archives, bibliothèques, livres et édition, arts du spectacle, audiovisuel et multimédia.  »

2 Le ministère de la Culture réunit des organismes centraux comme les instituts, les bibliothèques, les archives ou académies et maintient une relation institutionnelle avec d’autres organismes comme la Fondation du Centre culturel de Belém, la Fondation de Serralves, la Fondation Oriente, l’Observatoire des activités culturelles et la Maison de la musique.

3 Loi organique du ministère de la Culture, décret de loi no 215/2006, DR no 208, du 27 Octobre 2006, p. 7540.

4 Voir Grandes Options de Plan – 2007, DR no 169, du 1er septembre 2006, p. 6447/8.

5  Programme du XVIIe Gouvernement constitutionnel (www.portugal.gov.pt).

6  Loi organique du ministère de la Culture, décret de loi no 215/2006, DR no 208, du 27 octobre 2006, p. 7544.

7  Loi no 169/99, no 2, Article 64, DR no 219, du 18 septembre 1999, p. 6449.

8  Notons que cette donnée correspond à une augmentation du poids de la dépense culturelle sur la dépense totale des communes  : de 3  % en 1986, à 5,9  % en 2003 (ayant atteint un maximum de 6,4  % en 2001, c’est-à-dire une valeur bien supérieure aux chiffres atteints par le budget de l’état).

9 Ces propos prennent une connotation particulière dans la mesure où les statistiques de l’OCDE montrent années après années le déficit éducationnel dont souffre la population portugaise par rapport aux autres pays européens.

10 Charles Landry, dans ses travaux sur le multiculturalisme, a beaucoup étudié le lien entre culture et tolérance dans les villes (cf. www.comedia.org.uk).

11  Charte de Leipzig pour les Villes européennes durables, adoptée en mai 2007 par les ministres du Développement urbain de l’EU.

12  Voir, par exemple, l’étude de la QUATERNAIRE sur le Système urbain portugais en 1997, ou Eduardo B. Henriques dans l’Atlas de l’AML, en 2003.

13  L’Aire métropolitaine de Lisbonne intègre 18 municipalités, soit environ 3 000 km2 et 2 661 850 habitants en 2001. Lisbonne y représente 20  % de la population et 3  % de la superficie.

14Audit urbain, DG Politique régionale de la Commission européenne.

15 Ces données concernent uniquement la ville de Lisbonne et non pas son aire métropolitaine.

16 Villes situées en dehors du «  pentagone  » européen.

17  En 2001, J. Hawkes a en effet rajouté la culture comme pilier du développement durable, aux côtés des dimensions sociale, économique et environnementale.

18  En 2004 s’est tenue à Melbourne une importante conférence internationale  : «  Fourth Pillar Conference  », organisée par le Cultural Development Network.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1,Intervention de l’atelier «  R2 Design  » à la façade de Ermida de Bélem, N. Sra. da Conceição
Crédits Cliché : Estúdios Fernando Guerra
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 2,Pavilhão Atlântico (Parque das Nações)
Crédits Cliché : Maria Adelaide Carranca
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1985/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Fig. 3,Sculpture au Soleil (Parque das Nações)
Crédits Cliché : Maria Adelaide Carranca
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1985/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 4,Mosteiro dos Jerónimos
Crédits Cliché : Maria Adelaide Carranca
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1985/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Fig. 5,Centre culturel de Belém
Crédits Cliché : Maria Adelaide Carranca
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1985/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 6,Les jardins du Centre culturel de Belém
Crédits Cliché : Maria Adelaide Carranca
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1985/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7,Fondation Calouste Gulbenkian
Crédits Cliché : Maria Adelaide Carranca
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1985/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Adelaide Carrancal, « Le développement culturel à Lisbonne : quel impact pour les politiques d’aménagement stratégique ? », Sud-Ouest européen, 27 | 2009, 39-52.

Référence électronique

Maria Adelaide Carrancal, « Le développement culturel à Lisbonne : quel impact pour les politiques d’aménagement stratégique ? », Sud-Ouest européen [En ligne], 27 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1985 ; DOI : 10.4000/soe.1985

Haut de page

Auteur

Maria Adelaide Carrancal

Chercheur au e-Geo, assistante invitée au département de géographie et aménagement du territoire, Universidade Nova de Lisboa.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals