Navigation – Plan du site

Des politiques culturelles orchestrées con brio… ? L’exemple montpelliérain

Cultural policies organized con brio… ? The example of Montpellier
¿Políticas culturales orquestadas con brio… ?. El ejemplo de Montpellier
Dominique Chevalier

Résumés

Cet article propose de comprendre les multiples enjeux des politiques culturelles de la ville et de l’agglomération montpelliéraine. Pour en rendre compte, l’analyse portera sur les valorisations territoriales que ces politiques culturelles (et urbaines) induisent et sur le jeu complexe des acteurs de la cité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Des premières esquisses de politique culturelle tracées à la fin du XIXe jusqu’à l’action d’André M (...)
  • 2 V. Dubois, La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin (« (...)
  • 3 En juillet 1989, à l’occasion du défilé du bicentenaire de la Révolution française, Goude s’est vu (...)

1L’irruption des politiques culturelles dans les agendas politiques est incontestablement contemporaine des élections municipales de 1977. La culture devient alors un enjeu politique de taille. Le paradigme de la démocratisation culturelle est en cours de mutation. La culture pour tous 1 s’efface peu à peu devant la culture de tous et par tous. En 1981, une nouvelle forme de politique d’état prend place sous la direction de Jack Lang. Les lois de décentralisation de 1982-1983 accroissent le pouvoir légitime des maires dans le paysage politique français et le champ culturel n’échappe pas au renforcement des politiques locales. L’action publique, mieux établie, se professionnalise dans un contexte de difficultés de l’emploi. Mais surtout, la nouvelle orientation s’appuie sur une définition élargie de la culture qui tend à inclure divers arts moyens et populaires, comme le rock, le tag et le hip-hop. Vincent Dubois 2 (1999) insiste sur la fonction de cette nouvelle politique culturelle qui sert de marqueur du changement politique et de signe de rupture avec les conceptions de Malraux. Le militantisme culturel est alors progressivement remplacé par des formes d’action publique plus ou moins rationalisées. Dans le même temps, les canons de la «  communication  » évoluent et deviennent de plus en plus influents. L’apothéose de la culture-spectacle est atteinte lors des festivités parisiennes célébrant le bicentenaire de la Révolution française. Le défilé sur les Champs-Élysées, au soir du 14 juillet 1989, mis en scène par le publicitaire Jean-Paul Goude 3 occasionne un remarquable retournement de sens symbolique et métaphorique  : la commémoration de l’épisode historique universellement emblématique se métamorphose en allégorie du spectacle médiatique mondial. Cet évènement majeur n’est pas sans répercussions auprès des décideurs locaux, en quête de médiatisation de leur cité. L’action culturelle se trouve ainsi quelque peu dépolitisée, au profit de prestations publiques nationales et locales dans lesquelles l’économie touristique n’est pas en reste.

2Au cours de cette période, les villes sont dotées, souvent avec l’aide de l’état et des autres collectivités territoriales, d’équipements culturels prestigieux. D’illustres projets architecturaux accompagnent la mise en œuvre d’opérations d’urbanisme médiatisées dans des presses diversifiées. Ces équipements, d’un nouveau type, offrent de superbes cadres paysagers pour photographier les liens nouveaux et privilégiés des édiles et des architectes de renom retenus pour les projets. L’architecture, parce qu’elle engendre la nature des espaces de la collectivité, devient chose publique, affaire urbaine et donc affaire culturelle (Lengereau, 1997). La politique culturelle, au service de l’image du maire, apparaît comme un formidable outil de communication politique. La culture renforce l’identification réciproque du maire et de la ville. Elle sert l’image du maire et son rayonnement interne autant qu’externe.

  • 4 Georges Frêche a été maire de Montpellier de 1977 à 2004. à la suite de son élection en 2004 à la p (...)
  • 5 Les auteurs montrent que Montpellier n’a toujours pas réussi à s’imposer à l’échelle de l’espace ré (...)
  • 6 «  L’héritage de mille ans d’histoire placés dès l’origine sous le sceau de l’enrichissement mutuel (...)

3L’exemple de Montpellier est le plus significatif de cette décennie (Poirier, 1997). Georges Frêche 4, alors maire de la ville, défend l’excellence culturelle. L’objectif est clair  : faire de Montpellier, à l’heure de la décentralisation, de la métropolisation et de l’Europe de Maastricht, une véritable métropole européenne. Par quel biais  ? En éveillant le prestige culturel comme dessein économique. Les enjeux culturels sont essentiellement de deux ordres. Il convient, d’une part, de corriger les représentations de «  belle endormie  » qui, au début des années 1970, collent encore à l’image de la capitale languedocienne  ; le chantier est de taille car selon une étude réalisée par Jean-Paul Volle et Suzanne Savey en 1967, Montpellier se trouve, sur le plan culturel, devancée par des communes beaucoup plus petites 5. Il convient, d’autre part, de donner aux habitants de la cité, dont le tiers de la population se renouvelle tous les dix ans, un sentiment d’appartenance commune à la ville. La culture apparaît alors comme une sorte de «  ciment  » social garant du vivre-ensemble 6, pour les 15  % des habitants de l’aire urbaine montpelliéraine qui proviennent d’une autre région.

  • 7 Héxaméron Magazine, no 28, p. 32, 1992.

4Dès 1977, la nouvelle municipalité commence à créer les équipements symboliques d’une dynamique culturelle qui faisait défaut à la ville  : un Centre chorégraphique national, un Centre dramatique national, un orchestre régional, un palais de congrès, un Zénith, une salle de rock… Quinze ans après, en 1992, le maire de Montpellier répond de ses choix d’excellence en matière culturelle, en ces termes  : «  Nous voulons faire une eurocité, donc une ville / technopole qui crée des emplois à partir de la matière grise dans un cadre d’urbanisme, de sport, de culture et de qualité de vie de haut niveau. […] La culture “ médiatise ” la ville à l’échelle internationale 7.  »

  • 8 Nous retiendrons la définition que donne Philippe Poirrier de ce terme  : «  Le terme de politiques (...)
  • 9 Ce travail repose sur une dizaine d’entretiens semi-directifs effectués au cours des années 2006 et (...)

5Quels sont, dès lors, les principaux territoires de valorisation des politiques culturelles 8  ? Six mois après l’entrée en vigueur de la loi Chevènement, plus de la moitié des communautés d’agglomération avaient déjà retenu la culture comme l’une de leurs compétences (Négrier, Faure, 2001). Existe-t-il différentes échelles politiques des politiques culturelles  ? Quels sont les enjeux, in fine, de la mise en place de politiques culturelles, et quels sont les principaux acteurs de ces politiques  ? Telles sont les principales questions auxquelles nous essaierons de répondre dans ce travail 9.

6La question des échelles et des acteurs des politiques culturelles se trouve au cœur de notre réflexion. L’échelle municipale des politiques culturelles retiendra tout d’abord notre attention, en tant que substrat de nombreuses politiques locales  ; puis, à travers les exemples de Montpellier Danse et de la réhabilitation du musée Fabre, nous appréhenderons les diverses perspectives des politiques culturelles mises en œuvre par l’agglomération montpelliéraine. Enfin, nous étudierons quelques trajectoires d’acteurs de ces politiques pour mieux saisir la genèse et le caractère situé de cette production culturelle originale.

I – Les politiques culturelles comme supports de politiques locales

7La culture et les politiques culturelles sont des objets dynamiques qui dévoilent l’identité d’une société et d’un territoire autant qu’ils en impulsent de nouvelles. Mais valoriser l’image de Montpellier revient à valoriser quels territoires  ? La ville de Montpellier, l’agglomération montpelliéraine, certains quartiers de la ville  ? Et à quelles fins  ?

  • 10 L’agence Anatome travaille avec la mairie de Montpellier  ; deux agences travaillent avec l’Agglomé (...)

8La Communauté d’agglomération de Montpellier a affirmé sa compétence culturelle au moment du transfert massif d’équipements et de bâtiments culturels au 1er janvier 2003. Jusqu’à cette date, les objectifs des politiques culturelles épousaient les visées du projet urbain montpelliérain tel qu’il avait été élaboré par Georges Frêche et son adjoint à l’urbanisme Raymond Dugrand, à partir de 1977. Désormais, une forme de scission et de partage des tâches existe entre les compétences de la ville et celles de l’agglomération en matière de politiques culturelles. à la ville de favoriser la culture «  intra-montpelliéraine  » dans son acception sociale et civique du «  vivre-ensemble  », et à l’agglomération de valoriser l’image du Grand Montpellier. Chacune de ces collectivités a d’ailleurs sa propre agence de communication 10.

9La dimension locale des politiques culturelles relève donc essentiellement de l’équipe municipale en place.

1. La culture comme objet et comme moyen de valorisation des espaces urbains centraux

  • 11 La forme du projet architectural rappelle celle d’une clé  ; clé de la nouvelle ville vers la conqu (...)

10L’animation des espaces publics, notamment par le biais de manifestations phare sur les deux places centrales, accompagne les mutations urbaines et urbanistiques toujours en cours. Pour l’heure, la place de la Comédie reste la place centrale symbolique de la ville. Néanmoins, la construction ex nihilo de quartiers tels qu’Antigone 11 et Port Marianne à proximité du centre ville en a déplacé le centre de gravité. Celui-ci tend aujourd’hui à se mouvoir de plus en plus vers l’est de la ville, et probablement, à moyen terme, vers la mer, conformément au dessein du projet urbain. La place du Nombre d’Or, à Antigone, est ainsi amenée à «  remplacer  » la place de la Comédie. Des localisations majeures soutiennent ce choix. C’est à Antigone que la médiathèque centrale et la piscine olympique ont été construites. C’est également le long des berges du Lez que la future mairie, projet pharaonique de Jean Nouvel, verra le jour en 2009.

11Une manifestation phare, la Comédie du livre permet aux auteurs, éditeurs, libraires et lecteurs, chaque année au mois de mai, de discuter, d’échanger sur la place de la Comédie. La Comédie du livre a fêté en 2005 son vingtième anniversaire. Pendant plusieurs jours la place centrale vit au rythme de la littérature et du monde de l’édition. Les écoliers côtoient les écrivains, les curieux se mélangent aux érudits de la ville (fig. 1).

Fig. 1 – Un stand de la Comédie du livre, place de la Comédie (2008)

Fig. 1 – Un stand de la Comédie du livre, place de la Comédie (2008)

Cliché : Dominique Chevalier

12La place du Nombre d’Or, dans le nouveau quartier d’Antigone, n’est pas en reste. Une grande manifestation s’y tient également, à chaque rentrée  : Antigone des associations. à l’origine, cette foire avait lieu sur la place de la Comédie mais, très rapidement, il est apparu que le déplacement de cette manifestation sur la place du Nombre d’Or pouvait être l’occasion d’attirer les Montpelliérains dans ce nouveau quartier qu’ils boudaient, et qui était pourtant appelé à se développer. Elle se déroule chaque année, le deuxième dimanche de septembre. Près de 100 000 personnes viennent se renseigner auprès d’un millier de stands pour trouver des informations et nouer les contacts indispensables à une bonne intégration dans la vie de la cité. Cette manifestation conviviale et festive est l’un des évènements majeurs de la rentrée montpelliéraine. Elle permet de faire vivre la vaste place du Nombre d’Or et son prolongement vers le Lez, voués à devenir un espace central de la ville dans les années à venir.

2. Faire vivre les quartiers par le biais d’un ancrage des politiques culturelles

13En terme de démocratie de proximité, les élus ont privilégié, dès 1979, une politique de forte structuration de quartiers en équipements socioculturels spécifiques  : les Maisons pour tous. Elles sont aujourd’hui au nombre de vingt-six et permettent l’accès à la culture, à l’éducation et aux loisirs pour tous. Leur programme oscille entre la pratique d’un sport, l’étude de langues vivantes, le théâtre, l’art floral et l’apprentissage des nouvelles technologies. Ce sont également des «  lieux ressources  » dans lesquels les Montpelliérains peuvent s’informer en matière de santé, de social, d’éducation, d’insertion professionnelle. Elles sont les relais de la politique municipale au sein des quartiers. Par ailleurs, un réseau de médiathèques, formé autour de la médiathèque centrale désormais gérée par la communauté d’agglomération, irrigue les quartiers.

  • 12 Entretien du 9 mars 2007.

14Depuis 2004, les quartiers ont également leur manifestation culturelle spécifique  : Montpellier quARTiers libres. Conjuguant spectacles artistiques et animations, quARTiers libres permet à la fois de promouvoir les talents artistiques des Montpelliérains et de créer un lien entre les habitants des quartiers. Il s’agit avant tout d’un festival de proximité, mais qui ne néglige pas pour autant la qualité des prestations artistiques. Cette manifestation a rencontré un vif succès lors de ses deux premières éditions  : 50 000 participants, 100 spectacles. Le credo de cette manifestation correspond totalement au paradigme culturel en œuvre depuis la vague rose de 1977  : «  culture par tous, culture pour tous  ». «  L’idée, c’est de faire un festival moins élitiste que les autres festivals, mieux réparti sur le territoire, mais ce n’est pas la Star’Ac locale 12  », précise une responsable de l’agence Anatome, chargée de la communication de la ville.

3. La culture comme élément d’une légitimité politique…

  • 13 La communication, comme la culture, ont permis ainsi à Hélène Mandroux de s’affranchir de Georges F (...)

15L’actuelle mairie est devenue trop exiguë au regard du développement de la ville de Montpellier. En attendant la livraison du prochain Hôtel de ville, prévue en 2009, l’agence Anatome a décidé d’agrémenter le hall de cette mairie de plusieurs manifestations culturelles, supports de politiques de communication de proximité. L’enjeu n’est pas seulement spatial  ; il était également politique. Si Hélène Mandroux est désormais élue, ce ne fut pas le cas lors de son précédent mandat. Elle a succédé à Georges Frêche lorsque ce dernier a été élu président du conseil régional du Languedoc-Roussillon, en raison de l’impossibilité qu’il avait de cumuler les mandats de maire et de président de conseil régional. Se faire connaître auprès des Montpelliérains, acquérir une légitimité politique était alors un enjeu de taille avant les élections municipales. La première exposition a donc consisté en une grande exposition photographique sur le thème de 1936, à l’occasion de l’anniversaire du Front populaire. «  C’était un souhait du maire  ; un coup de chapeau à 36 et au mouvement social et puis l’affirmation, sur des choses assez classiques, de son apparentement à gauche 13.  » Les autres thématiques relèvent d’une aspiration identique  : fêter l’anniversaire de l’abolition de la peine de mort, valoriser le travail des agents municipaux, autour d’un reportage photo réalisé par l’équipe d’Anatome. Il s’agissait «  de redonner du souffle à la communication interne, de la même manière qu’on fait appel à la citoyenneté  » (agence Anatome).

  • 14 Les Grès de Montpellier constituent un terroir viticole qui s’étend sur plusieurs communes de l’Hér (...)
  • 15 Anatome, entretien du 9 mars 2007, op. cit.

16La dernière exposition programmée avait pour thème «  1907-2007, Montpellier capitale de la viticulture  ». La manière dont l’exposition a été traitée éclaire les dilemmes politiques du choix des périmètres de valorisation territoriale. Si Montpellier fut pendant longtemps capitale viticole, ce n’est plus autour de cette thématique que l’image de la ville, quelle que soit son échelle de communication, est aujourd’hui valorisée. Certes la ville peut s’enorgueillir d’une appellation qui porte son nom 14, mais les caves coopératives actives ont disparu du paysage montpelliérain et les parcelles de vignes sont devenues relativement rares. Néanmoins, cette date anniversaire continue de compter dans l’histoire de la ville. «  Ce qui attire bien c’est que sur le plan culturel, sur le plan historique, sur le plan de l’image et de l’héritage, Montpellier revendique aujourd’hui d’être pleinement héritière de cette viticulture, alors qu’il y a vingt ans on disait «  la surdouée  » et on prenait quelque distance avec l’agriculture et le côté archaïque de la région. Là, ce n’est pas le cas… et d’ailleurs, dans cette exposition, on a beaucoup travaillé avec l’INRA, Sup’ Agro, etc., parce que le peuple de la vigne à Montpellier, il est chez eux (sic), quand même, hein  ?  » (Anatome.) La révolte des gueux, la révolte des vignerons du Languedoc sera donc une affaire de matière grise montpelliéraine. Il eût pourtant été judicieux d’inclure, dans le projet, des communes périurbaines de l’agglomération encore concernées par cette activité économique, comme c’est notamment le cas à Saint-Georges-d’Orques ou à Saint-Génies-des-Mourgues. Mais la réponse est sans appel  : «  Les jeunes chercheurs qui viennent en master jeune chercheur “ vigne et vin ” à l’INRA, ils viennent à Montpellier, ils viennent pas à l’agglo 15.  »

17N’aurait-il pas été plus pertinent de convoquer le territoire de l’agglomération, ou éventuellement les territoires de l’agglomération concernés par cette histoire, pour évoquer cette temporalité 1907-2007  ? N’y avait-il pas là matière à valoriser un territoire tout à la fois géographique, politique et symbolique  ? N’était-ce pas l’occasion de travailler en intercommunalité avec les communes de l’agglomération concernées par la viticulture  ?

  • 16 Véritable modèle de mobilisation paysanne, cette révolte interroge les revendications et l’idéologi (...)

18Les territoires seraient-ils pris en otage par les prérogatives et la concurrence des agences de communication  ? Il peut paraître surprenant que la figure des cadres et des chercheurs de l’INRA serve à valoriser l’image et l’héritage viticole et protestataire de Montpellier 16, tandis que la représentation des communes viticoles, encore imprégnée par la présence de la vigne, s’en trouve paradoxalement exclue. La thématique de la vigne et du vin aurait pu être une occasion idéale pour mettre en œuvre une stratégie de marketing identitaire et d’intégration socio-spatiale singulière  ; d’autant que, statistiquement, les ingénieurs, cadres et chercheurs de l’INRA ou Sup’Agro ont de grandes chances d’habiter dans ces petites communes alentour, très prisées des néo-Montpelliérains. Les pratiques quotidiennes des habitants de l’agglomération devancent amplement les communications territoriales, singulièrement peu mobiles. L’articulation entre les différents projets de territoires dépend pourtant, nous en faisons l’hypothèse forte, des réponses qui seront apportées à ce type de questions. Bien qu’ils soient par définition locaux et internationaux, l’art et la culture apparaissent comme des agents essentiels dans la construction d’une conscience d’agglomération.

II – Les politiques culturelles comme supports de valorisation nationale et internationale de l’Agglomération  : l’exemple de Montpellier Danse et du nouveau musée Fabre

19Le champ culturel est traversé par des mutations sociales, économiques, politiques complexes et cherche aujour­d’hui une nouvelle légitimité en s’interrogeant sur sa place dans la construction de territoires de projets. Les politiques culturelles et les politiques urbaines sont devenues, plus que jamais, indissociables.

  • 17 Pour comparaison, en 2008, collecte et traitements des déchets ménagers  : 27  %, transports urbain (...)
  • 18 Pour comparaison, en 2009, collecte et traitements des déchets ménagers  : 14  %, transports urbain (...)

20Le 1er janvier 2003, la communauté d’agglomération de Montpellier a affirmé sa compétence culturelle. La culture représente d’ailleurs l’un des principaux postes du budget de la communauté d’agglomération  : en 2008, elle représentait 15  % du budget de fonctionnement, soit 60,5 millions d’euros 17, et constitue 17  % du budget de 2009, soit 70,4 millions d’euros 18. Elle assure l’un des principaux vecteurs de sens de l’action publique de l’agglomération et reste un instrument privilégié de développement social et économique. La démocratisation culturelle concerne aussi la fréquentation de lieux phares ou de lieux culturels symboliques  ; les grands équipements, significatifs de la politique ambitieuse des années 1980-1990, sont désormais connus  : Opéra et Orchestre national de Montpellier, Montpellier Danse et Centre chorégraphique national de Montpellier (danse), avec les deux grands festivals qui en dépendent, Zénith, Corum-Palais des Congrès…

21à travers les exemples de Montpellier Danse et du nouveau musée Fabre, nous tenterons de cerner les enjeux de valorisation des politiques culturelles actuelles de l’agglomération montpelliéraine. Pourquoi retenir plus particulièrement ces deux illustrations  ? Montpellier Danse, parce qu’il participe de la genèse de la politique culturelle montpelliéraine  ; le nouveau musée Fabre, parce qu’il en est le dernier-né.

1. Montpellier Danse  : un festival local aux ambitions internationales, une programmation annuelle et un centre chorégraphique

  • 19 Avignon a son festival de théâtre, Aix-en-Provence son festival de musique et Cannes son festival d (...)
  • 20 Jean-Paul Montanari, président du festival Montpellier Danse. Entretien du 26 février 2007.

22Depuis 1981, date de création du festival, Montpellier Danse fait partie des lieux privilégiés où les plus grands chorégraphes se retrouvent régulièrement. L’objectif de cet événement a été, dès le départ, de promouvoir la danse sous toutes ses formes et de partir à la conquête de nouveaux publics. à cette époque, Montpellier était une des rares villes du sud de la France à ne pas posséder son festival 19. Héliotropisme ou pas, pendant l’été la ville méritait bien son qualificatif de «  belle endormie  »  ; en juillet-août, les étudiants désertaient les lieux et la ville entrait en léthargie jusqu’à la rentrée de septembre. La création du festival de danse, puis du festival de musique, a largement contribué à métamorphoser l’ambiance estivale de la cité montpelliéraine. L’initiative est politiquement et financièrement locale, pour un public d’ici 20.

  • 21 Idem.
  • 22 Idem.

23D’ailleurs le public est resté majoritairement local, ce dont le président du festival de danse se félicite  : «  En fait s’il y a quelque chose à observer, c’est la qualité, pas la quantité. Montpellier reste une ville de 230 000 habitants  ; donc quand je propose un festival avec 30 000 fauteuils à la location, c’est que je pense que c’est ce que la population peut absorber. Les autres sont les bienvenus, les Parisiens viennent, les Américains viennent, mais ce qui vient surtout c’est les médias, les journalistes (200 journalistes), les professionnels (300 professionnels) qui viennent du monde entier. Mais le fond du public c’est les gens de la région 21.  ». La communication de Montpellier Danse a entièrement accompagné celle de la ville. Depuis les origines du festival, toutes deux sont fortement liées, et la danse continue de porter l’image de Montpellier au-delà des frontières  : «  Il y a des journalistes qui viennent du monde entier. Il y a eu deux grands articles dans le New York Times l’été dernier. J’imagine que les New-Yorkais ont lu ça… Montpellier Danse est un des joyaux de la couronne 22  !  ».

  • 23 Les subventions attribuées à la danse se déclinent de la manière suivante  : - Agglo  : 1 219 600 e (...)

24Le concept Montpellier Danse a évolué  ; il a désormais pris à sa charge la gestion 23 de toute la saison danse  ; celle-ci dure donc dorénavant onze mois sur douze. C’est une énorme transformation au regard de ce qu’était la première génération des festivals. Le Centre chorégraphique, créé pour la compagnie Dominique Bagouet, (puis, depuis 1994, pour la compagnie Mathilde Monnier) et le festival de danse sont indissolublement liés à la fois historiquement et spatialement. Le Centre chorégraphique est installé dans l’ancien couvent des Ursulines  ; le bâtiment, classé à l’inventaire des Monuments historiques, est situé au coeur de la vieille ville. Ce lieu continue de faire l’objet d’aménagements ambitieux. En effet, pour la première fois dans l’histoire de la danse en France, un seul et unique lieu va devenir une structure complète de création, de production et de diffusion de la danse, puisqu’il est prévu de créer «  l’Agora  ». Cette Cité internationale de la danse se développera à travers une politique de résidence d’artistes associés grâce à la construction de deux nouveaux studios de création et de répétition, d’hébergements pour les artistes et une politique de diffusion de l’art chorégraphique auprès d’un public diversifié par l’organisation de débats, de bals ou de présentations de travaux en cours. La danse fait ainsi l’objet de spectacles, de divertissements, mais aussi de productions, de recherches chorégraphiques et d’aménagements urbains.

  • 24 Grande salle du Corum.
  • 25 Le Corum, dont la première tranche a été livrée en 1988, est un site multiscénique qui réunit, en u (...)
  • 26 http://www.lescarnetsbagouet.org/fr/oeuvre/chore26/index.html

25Depuis le transfert du festival de danse à l’Agglomération, le conseil d’administration est composé de maires de différentes communes. Néanmoins, à de rares exceptions près, Jean-Paul Montanari refuse de faire du «  sur-mesure  » territorial. «  Si vous voulez voir Forsythe, il va falloir venir dans la salle Berlioz 24  ». Que répond-il aux maires des communes périphériques qui souhaiteraient une décentralisation des manifestations  ? «  Les conditions Montpellier Danse, c’est du plancher, du tapis, de l’éclairage, de la salle, des normes de sécurité, de la qualité, en dessous desquelles je ne descends pas. Alors tout le monde préfère venir au Corum 25 ou au Centre chorégraphique.  » (fig. 2) Néanmoins, l’été dernier, de manière exceptionnelle, en hommage à son ami Dominique Bagouet, il a programmé La valse des fleurs26, un des rares spectacles de rue que ce dernier ait fait. Précisément, il a été joué chaque soir dans une ville différente de l’Agglomération (Cournonterral, Jacou, Pignan, Castries, Lavérune, Saint-Geniès-des-Mourgues et Saint-Drézéry).

Fig. 2 – Entrée du Corum, côté Esplanade

Fig. 2 – Entrée du Corum, côté Esplanade

Cliché : Dominique Chevalier

2. Le musée Fabre  : un nouveau musée pour un double ancrage patrimonial

  • 27 Entretien Montanari, op. cit.
  • 28 Entretien Michel Hilaire, directeur du musée Fabre, conservateur en chef du Patrimoine, 27 mars 200 (...)

26Jean-Paul Montanari en est persuadé, «  la nouvelle locomotive du centre ville, c’est le musée 27  ». Généralement, la musique et la danse ont été les ambassadrices les plus évidentes et les plus promptes à valoriser les images des collectivités  ; elles ne traînaient pas dans leur sillage de lourdes collections à exploiter. Montpellier n’a pas échappé à cette tendance. Pourtant, le début des années 1990 a été, après le grand chambardement des années 1980, une période propice pour se pencher sur le patrimoine des collections. Le directeur du musée Fabre note une nette différence entre les deux décennies  : «  Les années 1980 sont marquées par la recherche de l’événementiel  ; dans les années 1990 on est davantage dans la prise en compte de ce qui fait le patrimoine et l’identité d’une ville, ce qui fait qu’elle est inscrite dans un territoire, certes dans le passé mais tournée vers l’avenir 28.  »

  • 29 François-Xavier Fabre (1766-1837) offre à sa ville natale ses propres œuvres et un trésor inestimab (...)
  • 30 L’écusson est le nom donné par les Montpelliérains au centre historique de la ville. Il le tient de (...)
  • 31 La nouvelle médiathèque est un bâtiment ultramoderne signé par Paul Chemetov et Borja Huidobro. Ell (...)
  • 32 Entretien Michel Hilaire, op. cit.

27Le musée Fabre est exemplaire de ce point de vue car il bénéficie d’un double ancrage patrimonial. Un enracinement historique local d’abord, car à la différence de beaucoup de musées français, le musée Fabre a été constitué de donateurs 29 issus de la région. Une implantation géographique séculaire enfin, car le musée est situé au cœur de l’écusson 30. Auparavant, la bibliothèque municipale centrale jouxtait le musée. Mais, en 2000, elle a changé de nom 31 et de lieu et s’en est allée rejoindre la piscine olympique dans le nouveau quartier d’Antigone. Qu’allait-il advenir du musée  ? Allait-il migrer vers la nouvelle centralité en cours de réalisation  ? La volonté a clairement été affichée de le laisser en centre ville  : «  C’est le dernier fleuron de l’écusson dans la ville 32.  » (fig. 3)

Fig. 3 – L’entrée du musée Fabre, face à l’Esplanade

Fig. 3 – L’entrée du musée Fabre, face à l’Esplanade

Cliché : Dominique Chevalier

  • 33 Entretien Michel Hilaire, op. cit.

28Pendant la durée des travaux de réhabilitation, le musée est resté fermé au public. Il a fallu «  rattraper un handicap qui s’était accusé avec le temps, programmer la restauration de ses collections  : inventorier, restaurer, photographier, valoriser, publier, faire des expos temporaires pour que les gens prennent conscience qu’il y avait une richesse extra­ordinaire et que tout devait être non seulement connu mais valorisé dans un nouveau bâtiment… C’était ça l’enjeu 33  ».

  • 34 «  Le musée Fabre fait partie d’un réseau qui s’est constitué il y a 6 ans  : le French Regional Am (...)
  • 35 Pierre Soulages est un peintre français, spécialiste du noir-lumière, l’outre-noir. Le nouveau musé (...)
  • 36 Entretien Michel Hilaire, op. cit.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid.
  • 39 Le financement du musée s’est effectué de la manière suivante  : - Communauté d’agglomération de Mo (...)

29Les enjeux sont aussi économiques, touristiques 34 et urbains. La proximité de la place de la Comédie et du Corum constitue un atout considérable. Le tourisme culturel est en pleine expansion  : beaucoup de touristes venant d’Europe du Nord, d’Italie, d’Espagne, de Paris ont été attirés par la donation Soulages 35. «  De plus en plus, on va avoir ce phénomène du week-end, flâner en ville, repérer un petit restaurant de charme, etc. La région est attractive. Le musée amènera ce tourisme-là 36.  » Dans le musée Fabre ancienne version, la fréquentation allait de Pâques à septembre. Ouvert depuis le 4 février 2007, le musée Fabre de Montpellier Agglomération ne désemplit pas. En un peu plus d’un mois, la fréquentation du nouveau musée a été équivalente à celle d’une année. «  C’est la curiosité musée dans sa globalité qui a drainé beaucoup de visiteurs, y compris de la part des communes de l’agglo­mération 37.  » En moyenne, 70  % des visiteurs sont héraultais et 30  % sont venus de toute la France ou de l’étranger. «  Il faut que [les habitants de] l’agglomération comprenne[nt] que ce musée lui [leur] appartient. Il est encore perçu comme le musée de Montpellier. Mais ça c’est normal. Les donations ont été données à la ville de Montpellier. Montpellier est la capitale régionale. Mais on va y arriver. On a fait des visites aux élus la veille de l’ouverture. On a travaillé en direction des écoles. Ça va prendre du temps, mais il y a beaucoup de Montpelliérains qui habitent dans l’agglo. Ça va faciliter les choses 38.  » Cette appropriation souhaitée du musée par les habitants de l’agglomération est à la fois symbolique et réelle, car la réhabilitation a majoritairement été financée 39 par l’Agglomération.

30Les enjeux des politiques culturelles reposent sur une valorisation multi-scalaire. Le transfert des politiques culturelles de la Ville à l’Agglomération a exacerbé cette dynamique  ; il permet d’assurer des fonctions qui ne pourraient pas reposer sur la seule responsabilité d’une commune. Le rôle des équipements structurants, comme colonne vertébrale de ces politiques, apparaît déterminant  : les salles de spectacles les mieux équipées sont aussi les mieux adaptées aux représentations chorégraphiques des grandes compagnies, et le nouveau musée, enserré dans un périmètre culturel et patrimonial majeur, draine de nouveaux visiteurs dans la ville centre. La coexistence d’impératifs multiples domine. Les édiles apparaissent avant tout soucieux d’attirer dans leur ville des spectacles, des manifestations susceptibles de leur valoir d’abondants comptes-rendus dans la presse nationale et internationale  ; mais par ailleurs ils n’en négligent pas les dimensions locales et infra-locales, propices à la création et à la consolidation du lien social. Enfin, les politiques culturelles sont également susceptibles de faciliter l’insertion, autant sociale que physique, de populations «  en marge  »  : jeunes, handicapés, personnes issues de quartiers de relégation, chômeurs…

  • 40 «  C’est l’œuvre qui est la seule chose intéressante. Que ce soit difficilement accessible, et bien (...)

31Les créateurs, de leur côté, se préoccupent davantage de la noblesse de la création 40. D’ailleurs, aux retombées économiques des premiers, Jean-Paul Montanari oppose, ou ajoute, des retombées symboliques et imaginaires, difficiles à évaluer. Les politiques culturelles, les arts et la création imprègnent sensiblement les ambiances urbaines et contribuent à donner à la ville une atmosphère particulière qu’on peut finalement dépeindre par défaut  : en 2003, lorsque le festival a été annulé faute de techniciens mobilisés par la grève des intermittents du spectacle, l’atmosphère du centre-ville et du milieu urbain dans son ensemble s’en est trouvée altérée.

III – Trajectoires d’acteurs et rencontres décisives  : ingrédients et «  recettes  » des politiques culturelles montpelliéraines

  • 41 Entretien J.-P. Montanari, op. cit.
  • 42 La liste n’est pas exhaustive. Elle permet juste d’appréhender plus finement la singularité de la d (...)

32La question des acteurs est cruciale car elle est à la fois socialement, historiquement et géographiquement située. C’est précisément pour cette raison qu’elle permet de mieux comprendre les liens et les interactions qui ont permis cette production singulière de politiques culturelles, dans leur dimension locale autant que globale. La culture à Montpellier  ? «  C’est trente personnes au maximum qui font la politique culturelle de la ville, autour de Georges Frêche, car c’est bien lui qui mène la danse 41  »  ! La dynamique culturelle et urbaine montpelliéraine repose sur un jeu d’acteurs complexe. Une typologie de différents types d’acteurs 42 permettra sans doute d’aborder la culture et les politiques locales dans leur singularité et leur compacité.

1. Les acteurs issus du militantisme culturel

33Les acteurs issus d’un certain militantisme culturel ont joué, et jouent encore, à la marge, un rôle important dans les politiques culturelles de la ville. Pour étayer notre propos, deux exemples significatifs vont être étudiés un peu plus en détail  : celui de l’association des Amis du musée Fabre, en contre-point des propos tenus précédemment sur le musée, et celui d’une petite troupe de théâtre, Théâtr’Elles, parce qu’elle participe activement à quARTier libre chaque année.

  • 43 Entretien avec un membre des Amis du musée Fabre, 2 mars 2007.
  • 44 Le développement de la ville vers l’est, avec la construction ex nihilo du quartier d’Antigone et d (...)
  • 45 L’agence RSCG Boulet communique autour de messages parfois qualifiés de présomptueux  : «  Montpell (...)
  • 46 Il était professeur de français.
  • 47 Ceci illustre plus généralement le hiatus entre les représentations des anciens habitants et l’émer (...)
  • 48 Entretien avec le président des Amis du musée Fabre, op. cit.
  • 49 Op. cit. (Bourdieu, Dardel, L’Amour de l’Art, éd. de Minuit, 1969).
  • 50 Entretien avec le président des Amis du Musée Fabre, 2007.
  • 51 Lodève, Céret, Sète, Nîmes, Aygues-Mortes…
  • 52 Entretien avec le président des Amis du Musée Fabre, op. cit.
  • 53 Germaine Richier est une sculptrice française née le 16 septembre 1902 à Grans et décédée le 31 jui (...)
  • 54 Francois-Xavier Fabre est né en 1766 et mort en 1837 à Montpellier en France. En 1824, il s’install (...)
  • 55 Peintre français, figure célèbre de l’entre-deux-guerres intellectuelle et artistique, arrière-peti (...)
  • 56 Entretien avec le président des Amis du musée Fabre, op. cit.

34L’association des Amis du musée Fabre est créée en 1985, par «  un noyau dur de gens issus du parti communiste et par quelques gauchistes 43  » dans le contexte particulier de cette période marquée par la réalisation d’un projet urbain ambitieux 44 et d’une politique de communication 45 innovante, pionnière et passionnée. Le musée Fabre est alors géré par un conservateur d’état, issu de l’enseignement 46. Cette année-là, un différend éclate entre ce conservateur et le maire de l’époque, Georges Frêche, sur le thème de la conception globale du musée. Le maire souhaite accroître la visibilité et le rayonnement du musée tandis que le conservateur envisage le musée, dans sa dimension pédagogique, essentiellement comme un lieu d’animation culturelle et intellectuelle. L’antagonisme s’envenime et un certain nombre d’amis du conservateur, intéressés par le musée mais contestant l’émergence d’une forme d’élitisme artistico-culturel, voire une certaine arrogance montpelliéraine 47, se constituent en association et jouent un rôle de médiateurs dans le conflit. Ils souhaitent tout à la fois défendre le statut du conservateur, faire intervenir des publics dans la gestion du musée et en développer le rayonnement culturel. La situation est restée quelque peu bancale, jusqu’à l’arrivée d’un nouveau conservateur, Michel Hilaire, aujourd’hui toujours en place. Une fois la querelle apaisée, l’association est rapidement devenue une association classique de promotion du musée, «  mais avec une vocation un petit peu d’éducation populaire 48  »  : ouvrir les arts plastiques à tous, «  afin de tempérer le constat de Bourdieu 49  », au travers d’un ensemble d’activités assez élargi. Aujourd’hui l’association peut s’enorgueillir de 2 033 adhérents. Ceux-ci sont moins marqués à gauche politiquement que par le passé mais néanmoins une certaine dimension «  culture populaire  » subsiste. Les activités centrales consistent en des visites du musée lui-même, autour d’un peintre, d’une époque ou d’un thème, commenté par un adhérent. «  Les Amis du musée c’est un public qui s’auto-instruit, en fonction des compétences des uns ou des autres 50. Des visites d’expositions temporaires sont organisées, dans la région 51, en France ou à l’étranger. «  Notre problème c’est de fournir ces voyages à des prix raisonnables, que ça reste ouvert à toutes les bourses 52.  ». La réhabilitation du musée a constitué un moment important dans la vie de l’association. En accord avec la politique muséale, ils ont lancé une souscription pour acheter un exemplaire de L’Araignée de Germaine Richier 53, ils ont également participé pour un quart à l’achat d’une toile de Fabre 54 qui était en vente publique, et acheté une toile de Jean Hugo 55. «  On a vidé nos caisses [rires] mais il fallait marquer le coup 56.  » Le militantisme contestataire des premiers adhérents des Amis du musée s’est mué en une acculturation participative des politiques culturelles en œuvre. Est-ce la preuve que la «  belle endormie  » est bien morte  ?

  • 57 Entretien avec Jocelyne Carmichaël, directrice de Théâtr’Elles, 1er mars 2007.

35Les débuts de la troupe Théâtr’Elles sont tout aussi tonitruants et marqués par une appartenance idéologique assez similaire. Elle voit le jour en septembre 1978, à l’occasion de revendications féministes. «  On venait de jouer Les Truands du patronat, pièce engagée, et, avec quelques femmes, on a eu envie de prendre davantage notre place  ; jusque-là on ne choisissait pas les textes, ni la mise en scène, c’était toujours chapeauté par les garçons. Théâtr’Elles a débuté après l’échec d’un spectacle où, nous les femmes, nous avions décidé de la mise en scène d’un spectacle et où les hommes avaient refusé de jouer  ! Tous les journaux en ont parlé. Je ne voulais pas céder et on a interprété le rôle des hommes, nous les femmes, en jouant avec un chapeau et un petit nœud papillon sur le bras 57  »  !

  • 58 Ibid.
  • 59 «  C’est ma plus grosse subvention sauf si je fais de la création, mais la création, il n’y en a pa (...)

36Théâtr’Elles, comme de nombreuses petites compagnies qui existaient dans les années 1970, a soutenu et appuyé la candidature de Georges Frêche aux élections municipales de 1977. «  On a fait de nombreuses rencontres, des cahiers blancs, des discussions… 58  » Lors de ces temps forts, des réseaux de relations se sont noués. Fait nouveau, après le succès de l’élection de G. Frêche, la compagnie a commencé à recevoir des subventions. Aujourd’hui encore, la subvention la plus importante provient de la ville  : 8 000 euros 59.

  • 60 La compagnie travaille actuellement avec le Civam (Centre d’initiatives pour valoriser l’agricultur (...)
  • 61 L’an dernier, avec le soutien de la Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité du La (...)
  • 62 Entretien avec Jocelyne Carmichaël, directrice de Théâtr’Elles, op. cit.
  • 63 La compagnie a soutenu l’action de l’association PAVE (Protection Atmosphère Verdure), créée en 199 (...)
  • 64 Parmi ces SDF, deux d’entre eux viennent suivre le stage «  écrire, mettre en musique et chanter de (...)

37Le militantisme «  fondateur  » des années soixante-dix est toujours présent et la place réservée aux problématiques liées au genre occupe encore une place essentielle 60. Des actions «  solidarité avec l’Algérie  » ont été menées pendant quatre ans. Un travail de longue haleine est réalisé auprès des différents publics scolaires du quartier, et plus particulièrement auprès des jeunes de lycées professionnels 61. La compagnie revendique un fort ancrage territorial, indispensable, selon sa directrice  : «  C’est important, parce que après qu’on ait reçu des classes, ici, les jeunes quand ils passent devant la porte, il n’y en a plus un maintenant qui cogne contre la porte ou qui crie comme ils faisaient avant. à la limite, ils toquent à la fenêtre et ils font bonjour. Et les petits vieux, ils viennent et ils disent “ c’est quand votre spectacle, qu’on puisse venir  ? ”, c’est pour ça qu’on fait toujours un spectacle le dimanche à 18 h. Mais ça veut dire qu’il faut être drôlement attentif, comme si on vivait en permanence sur le quartier. C’est pareil que du voisinage 62.  » Aux beaux jours, la compagnie anime le quartier Clemenceau63  ; elle participe aux manifestations quARTiers libres, Livres en Fête, Printemps des poètes. La dernière participation à quARTiers libres a donné lieu à un travail avec une association de SDF 64 installés dans le quartier.

  • 65 Entretien avec Jocelyne Carmichaël, directrice de Théâtr’Elles, op. cit.

38Ces politiques culturelles ont des effets, des répercussions sur des mailles territoriales beaucoup plus fines. L’acception sociale des politiques culturelles est ici clairement affichée et travaillée. Mais cette conception de la culture ne s’oppose pas, au final, avec une vision plus ambitieuse. «  La ville de Montpellier a développé une politique culturelle de prestige mais avec des retombées pour les gens. Il y a eu un développement considérable des potentialités et des propositions culturelles 65.  »

2. La rencontre décisive de créateurs artistiques et d’acteurs politiques comme genèse des politiques culturelles

39Pourquoi associer, sous un même chapeau, créateurs artistiques et acteurs politiques  ? Certes, les uns et les autres sont tout à fait indispensables à la mise en œuvre de politiques culturelles. Néanmoins, l’exemple de Montpellier tend à montrer que si artistes et élus sont les ingrédients indispensables, le succès de la recette réside probablement dans la réussite d’une vraie rencontre, d’une «  confluence  » heureuse qui s’instaure entre ces deux catégories d’acteurs.

  • 66 Le centre deviendra un Centre chorégraphique national (CNN) en 1984, à l’occasion de son installati (...)
  • 67 Entretien avec J.-P. Montanari, op. cit.

40La petite histoire du festival de danse est édifiante de ce point de vue. Robert Bertier, secrétaire général des Jeunesses musicales françaises, décide, au milieu des années 1970, d’adjoindre aux tournées provinciales des groupes de musique, des groupes de danse. Il avait pris sous sa coupe la jeune compagnie Bagouet, qui, grâce aux JMF, passe par Montpellier. Georges Frêche, tout juste élu maire de Montpellier, est désireux d’inscrire la ville dans une dynamique métropolitaine et technopolitaine  ; il le remarque et lui demande de s’installer à Montpellier. Ce qu’il fait. G. Frêche met à sa disposition des locaux, à l’Opéra Comédie  : un grand studio avec quelques bureaux, des douches et un vestiaire. D. Bagouet ouvre son Centre régional 66 chorégraphique en décembre 1980. Bertier, Bagouet et Frêche décident alors de créer un festival de danse. Le premier festival a lieu en juin 1981  : «  Entre la décision de créer le festival et la tenue du premier festival un évènement essentiel aura lieu  : c’est l’élection de François Mitterrand. Tout va changer pour la culture vivante, et la danse en particulier 67.  »

  • 68 In Les échos, 03 décembre 2003, «  Les hommes et les femmes qui font vivre les réseaux  ».
  • 69 Gérard Saumade, président du conseil général de l’Hérault, et Georges Frêche, maire de Montpellier, (...)
  • 70 Il est d’ailleurs surprenant de constater qu’il a régulièrement été tenu à l’écart d’une possible c (...)
  • 71 Taliano-des Garets F., «  Un grand maire et la culture  : “ le chabanisme culturel ”  », Vingtième (...)

41Quand les politiques culturelles commencent à avoir le vent en poupe, Montpellier a déjà pris une longueur d’avance et la synergie politique / culture est déjà bien amorcée, notamment au travers de la danse. C’est ce qui fait dire à Jean-Paul Montanari  : «  La danse est la fille aînée de la culture à Montpellier.  » La suite est connue. En 1983, Jean-Paul Montanari devient le directeur général du festival de danse. Au diapason avec le maire, qui lui fait totalement confiance, Jean-Paul Montanari partage son ambition de faire de Montpellier une grande ville européenne de la culture 68. D’autres champs culturels vont être développés  : le cinéma, avec le Festival international du cinéma méditerranéen, la musique avec le Festival international de Radio-France et l’Orchestre philharmonique de Montpellier. Si le théâtre apparaît comme le grand absent des manifestations d’envergure de la métropole, c’est essentiellement parce que le conseil général de l’Hérault 69 organise, durant la même période que le festival de danse, un festival qui lui est propre  : le Printemps des comédiens. Entreprenant, audacieux, visionnaire pour ses admirateurs, mégalomane pour ses détracteurs, Georges Frêche va se faire remarquer à la fois comme maire de Montpellier et comme maire socialiste 70. Au cours de la décennie 1980-1990, il n’est pas excessif de dire que Montpellier aura été le laboratoire des politiques culturelles urbaines pour le parti socialiste. Françoise Taliano-des Garets a utilisé l’expression «  chabanisme culturel 71  » pour évoquer les politiques culturelles de Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux. Celle de «  frêchisme culturel  » ne tardera peut-être pas à mentionner celles de Georges Frêche à Montpellier.

3. Les habitants et les spectateurs72

  • 72 18 septembre 2000  : L’étude Ipsos / Fédération nationale des collectivités territoriales pour la c (...)
  • 73 Entretien avec le responsable d’Anatome, op. cit.
  • 74 Idem.
  • 75 Au dernier trimestre 2008, le taux de chômage dans l’Hérault s’établit à 11,10  %. La Région Langue (...)
  • 76 La mécanique en place et le niveau des prix écartent les jeunes couples de l’accession à la proprié (...)
  • 77 «  à Montpellier, le taux de boursiers est parmi les plus élevés de France  : sur les 25 000 dossie (...)
  • 78 «  Montpellier s’est donné les moyens de gérer son foncier et de limiter autant que possible la fla (...)

42à qui s’adressent toutes ces politiques culturelles  ? Différents maillages culturels territoriaux coexistent, au travers des équipements structurants, et au travers des publics concernés. à l’échelle du quartier, les «  Maisons pour tous  » structurent la politique socioculturelle, et des associations culturelles, telles que Théâtr’Elles, jouent un rôle fondamental de création, d’animation et de maintien du lien social. à l’échelle de la ville, le slogan qu’Anatome a choisi pour signer et signifier la ville est éloquent  : «  Montpellier 1001 vies.  » Qu’est-ce à dire  ? «  Montpellier, c’est aussi une ville où plein de gens viennent refaire ou faire leur vie 73.  » C’est ainsi prêter un caractère généreux à ce territoire, une manière de «  vivre la ville ensemble, en la respectant, en se parlant 74  ». La communication est moins préfabriquée qu’elle n’a pu l’être auparavant. Désormais ce ne sont plus des «  comédiens  » qui sont photographiés sur les images et les clichés que la communication municipale publie pour montrer la ville en action, mais de «  vrais gens  », qui signent des autorisations pour que leurs images soient utilisées. Mille et unes vies vêtues et maquillées comme le commun des mortels évoquent la ville, sans fard. Le temps n’est plus à vanter les mérites de la surdouée. Les vrais gens, ceux de la «  France d’en bas  », montrent le bonheur de vivre ensemble, dans un certain dynamisme méditerranéen. Les politiques culturelles sont à l’image de cette quête de sérénité. Le lien social est fragile car Montpellier est aussi un puissant miroir aux alouettes. La «  ville où il fait bon vivre  » attire et fascine, mais elle rejette aisément les plus faibles  ; le taux de chômage 75 est ici plus important qu’ailleurs, il est particulièrement difficile de trouver un logement et les prix sont élevés 76. Et si certains pensent que la misère est plus douce au soleil, celui-ci ne brille pas avec la même intensité pour tous 77. éviter la fragmentation sociale constitue un enjeu de taille. C’est une gageure qui concerne autant les politiques urbaines 78 que les politiques culturelles. à l’échelle de l’agglomération, les enjeux des politiques culturelles sont davantage perçus comme un moyen de promouvoir, sur le plan national et international, une image de Montpellier au sens large, c’est-à-dire «  grande agglomération  » comprise, qu’une possibilité de promouvoir et de favoriser l’intégration des différents territoires de cette agglomération en construction.

  • 79 Créées en 1984 par le ministère de la Culture, les Journées du patrimoine ont lieu, tous les ans, l (...)
  • 80 Entretien J.-P. Montanari, op. cit.
  • 81 Idem.

43Habitants et spectateurs se confondent socialement lors des manifestations de quartiers, ou lors des Journées du patrimoine 79  : la gratuité attire. En revanche, une catégorie sociale émerge dès lors que la culture devient un investissement  : les retraités de l’éducation nationale. Certains sont venus s’installer à Montpellier pour profiter de leur retraite, d’autres appartenaient à la matrice «  intellectuelle de gauche  » originelle qui a contribué à l’élection de Georges Frêche à la tête de la mairie en 1977. Ils ont, dès le départ, soutenu la création contemporaine à Montpellier, et ils continuent de le faire aujourd’hui. Ils sont à l’origine de l’association des Amis du musée Fabre  ; ils ont accompagné les premières créations de danse et, «  en 25 ans de festivals, ils sont devenus des grands spécialistes de la danse. Ils ne sont pas si nombreux que ça. Ils sont environ 30 000 et ils connaissent tout, les salles sont pleines 80  ». Amateurs de musique et d’opéra, ils se retrouvent également au Corum, pendant la saison, et dans les divers lieux du festival de musique, en été. à l’autre extrémité générationnelle, les jeunes de moins de 27 ans font l’objet d’une politique tarifaire tout à fait séduisante et attractive  : pour quinze euros, ils peuvent acheter une carte Pass’ qui leur permettra de se présenter à quatre spectacles dans la programmation de l’Opéra national, dans celle de l’Orchestre national de Montpellier ou dans celle de la danse  ; le tarif d’une entrée au musée Fabre est de quatre euros. Dans tous les cas, c’est moins cher qu’une place de cinéma. «  La moitié du public, c’est des têtes chevelues à lunettes, et l’autre moitié c’est des jeunots 81  !  » La catégorie des 30-55 ans, en revanche, est la grande absente des manifestations culturelles. Pour quelles raisons  ? Ils restent chez eux, se voient entre amis, fréquentent beaucoup les salles de sport, et assistent à un ou deux grands concerts au Zénith dans l’année… d’après de nombreux acteurs du monde culturel montpelliérain que nous avons rencontrés.

Conclusion

44Montpellier est-elle toujours à la pointe des politiques culturelles  ? Peut-elle (doit-elle  ?) rester avant-gardiste  ? Nantes l’est probablement autant (voire plus  ?) aujourd’hui.

45Le contexte des années 2000 n’est plus celui des années 1980. Les diverses mutations qui ont affecté la société ont occasionné de multiples changements économiques, sociaux et sociétaux. Les dépenses culturelles ne peuvent-elles pas paraître superflues en temps de crise  ? Les élus de l’agglomération, bien que la Région soit régulièrement «  ruban bleu du chômage  », n’ont en rien infléchi la philosophie en œuvre depuis la fin des années 1970. La culture est un média puissant et la société médiatique place le culturel au centre des flux d’informations. Néanmoins, la manière de concevoir les politiques culturelles a évolué. Les loisirs de masse se sont affirmés  : les Zénith, les multiplexes sont devenus des équipements structurants majeurs des périphéries urbaines. Par ailleurs, la multiplication des biens de consommation produits par les industries culturelles a provoqué une privatisation croissante des pratiques.

  • 82 «  L’un des plus importants chantiers culturels de France redonne naissance à un musée qui triple s (...)
  • 83 L’urbanisation de ce quartier, construit sur des terrains anciennement occupés par la SNCF, est un (...)

46Les politiques culturelles montpelliéraines n’échappent pas à ces mutations  ; elles entrent probablement dans une seconde période, inaugurée par la réhabilitation du musée Fabre 82, dernier pilier culturel de l’écusson. De nouveaux équipements sont en cours de réalisation  : un théâtre de 1 200 places, en cœur de ville, dans le nouveau quartier «  Saint-Roch  » 83 sur des terrains anciennement occupés par la SNCF  ; un centre d’art moderne, en face de la future nouvelle mairie, dans le quartier, récemment construit, d’Odysseum, et vraisemblablement un autre Zénith, de 12 000 places, puisque le Zénith actuel est désormais trop petit pour accueillir de grands groupes.

47Les principaux territoires de valorisation des politiques culturelles répondent à la promotion de deux stratégies urbaines, géographiques, sociales et idéologiques contrastées  : centre ancien (écusson) / nouveau centre (en direction du sud), culture d’élite / culture de masse, et cultures locales / culture cultivée… Les nouvelles politiques culturelles montpelliéraines seront-elles globales, consensuelles, manichéennes, fragmentées  ?

Haut de page

Bibliographie

Fig. 1 – Un stand de la Comédie du livre, place de la Comédie (2008)

Cliché : Dominique Chevalier

Allaman M., «  Montpellier Agglomération  : Oser l’expérimentation  », Diagonal, no 160-161, 2003.

Auclair E., «  Comment les arts et la culture peuvent-ils participer à la lutte contre les phénomènes de ségrégation dans les quartiers en crise  ?  », Hérodote, no 122, 3e trimestre 2006, Ghettos américains, banlieues françaises, p. 212-220.

Baraize F., Négrier E., L’invention politique de l’agglomération, Paris, L’Harmattan, 2001.

Bourdieu P., Darbel A., L’amour de l’art. Les musées d’art européens et leur public, Paris, Éditions de Minuit, 1966.

Bourdieu P., La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

Bourdieu P., Passeron J.-C., Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Éditions de Minuit, 1964.

Chevalier D., «  La politique urbaine, domaine réservé du maire  ?  », Les Annales de la Recherche Urbaine, Gouvernances, no 80-81, décembre 1998.

Chevalier D., «  Villes promises et villes promues  », Urbanisme, L’élu(e), janvier-février, no 316, 2001.

Collectif, «  Les lieux culturels  », Les Annales de la Recherche Urbaine, no 70, mars 1996.

Dubois V., La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin («  socio-histoires  »), 1999, 382 pages.

Dubois V., Geogakis D., «  Sciences sociales et politiques culturelles. Entretiens avec Joffre Dumazedier et Augustin Girard  », Politix, Année 1993, vol. 6, no 24, p. 57-77.

Faure A., Negrier E. (dir.), La politique culturelle des agglomérations, Paris, La Documentation française, 2001.

Lengereau E., «  L’architecture entre culture et équipement (1965-1995)  », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, 1997, vol.  53, no 53, p. 112-123.

Poirrier Ph., «  L’histoire des politiques culturelles des villes  », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1997, no 53, p. 129-146.

Savey S., Volle J.-P., Montpellier. Notes et études documentaires, 1967.

Sibertin-Blanc M., Les initiatives culturelles municipales dans la recomposition des espaces métropolitains, thèse de doctorat, Toulouse, 2001, 437 p.

Steiner G., Dans le château de Barbe-Bleue. Notes pour une redéfinition de la culture, Paris, Gallimard, 1986.

Taliano-des Garets, F. «  Un grand maire et la culture  : “ le chabanisme culturel ”  », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, Année 1999, vol.  61, no 61, p. 44-55.

Urfalino Ph., L’invention de la politique culturelle, Paris, La Documentation française, 1996, 361 p.

Haut de page

Notes

1 Des premières esquisses de politique culturelle tracées à la fin du XIXe jusqu’à l’action d’André Malraux à partir de 1959, il apparaît que la préoccupation de développer l’accès aux biens culturels émane d’abord des groupes de producteurs culturels et des professionnels de la politique ou de l’administration publique. Il s’agit en fait d’apporter, de transmettre « la » culture aux classes populaires et moyennes mais l’initiative ne vient pas de ces groupes-là.

2 V. Dubois, La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin («  socio-histoires  »), 1999, 382 pages.

3 En juillet 1989, à l’occasion du défilé du bicentenaire de la Révolution française, Goude s’est vu confier par le gouvernement la conception d’un défilé monumental sur les Champs-élysées, qui a largement contribué à sa popularité.

4 Georges Frêche a été maire de Montpellier de 1977 à 2004. à la suite de son élection en 2004 à la présidence de la Région Languedoc-Roussillon, et pour des raisons de cumul de mandats, il doit abandonner son rôle de maire. Il désigne alors Hélène Mandroux pour lui succéder et reste président de la Communauté d’agglomération de Montpellier, aux compétences élargies depuis la loi Chevènement du 12 juillet 1999. Hélène Mandroux a été élue maire par les Montpelliérains lors des dernières élections municipales.

5 Les auteurs montrent que Montpellier n’a toujours pas réussi à s’imposer à l’échelle de l’espace régional. Ils notent à cet égard que des villes, pourtant bien plus petites, comme Sète ou Pézenas ont une influence beaucoup plus grande sur le public, notamment grâce à leurs festivals de théâtre ou de cinéma. (Savey, Volle, Montpellier, Notes et études documentaires, 1967)

6 «  L’héritage de mille ans d’histoire placés dès l’origine sous le sceau de l’enrichissement mutuel, les choix de ses élus, ont fait de Montpellier la ville aux mille et une vies, une ville internationale qui pratique une véritable politique d’intégration des populations. Des 244 500 habitants que compte notre ville, seuls 20  % y sont nés. En 2002, le recensement fait apparaître  : 32 190 ressortissants étrangers résidant à Montpellier, 60 000 étudiants y poursuivant leur cursus universitaire dont plus de 13  % d’étrangers.  » Propos d’Hélène Mandroux, in http://eo.montpellier.fr/#par9773, version esperanto du site web de la ville de Montpellier.

7 Héxaméron Magazine, no 28, p. 32, 1992.

8 Nous retiendrons la définition que donne Philippe Poirrier de ce terme  : «  Le terme de politiques culturelles renvoie à des interventions globales, cohérentes, clairement définies et justifiées par les élus, dotées de moyens financiers, humains et administratifs.  » (in Philippe Poirrier, «  L’histoire des politiques culturelles des villes  », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, 1997, vol.  53, no 53, p. 129-146.) Cette définition amène l’auteur à remarquer que «  bien des villes, notamment moyennes, n’ont toujours pas de politiques culturelles  ». On peut néanmoins se demander si ces propos demeurent d’actualité 11 ans après…

9 Ce travail repose sur une dizaine d’entretiens semi-directifs effectués au cours des années 2006 et 2007 auprès d’acteurs politiques, administratifs et associatifs de la scène culturelle, politique et médiatique montpelliéraine. Qu’ils soient ici remerciés de leur accueil et de leur disponibilité.

10 L’agence Anatome travaille avec la mairie de Montpellier  ; deux agences travaillent avec l’Agglomération  : Alternative Synthèse sur la notion de proximité dans l’agglomération, et l’agence Publicis sur la notion de valorisation.

11 La forme du projet architectural rappelle celle d’une clé  ; clé de la nouvelle ville vers la conquête de la mer  ? comme le stipule une plaquette de promotion du conseil général…

12 Entretien du 9 mars 2007.

13 La communication, comme la culture, ont permis ainsi à Hélène Mandroux de s’affranchir de Georges Frêche. (cf. L’Express no 2898, 18 janvier 2007, p. 2).

14 Les Grès de Montpellier constituent un terroir viticole qui s’étend sur plusieurs communes de l’Hérault, de la vallée de l’Hérault à l’ouest au Vidourle à l’est, bordé au nord par le territoire du pic Saint-Loup. Ils font partie de l’AOC Coteaux du Languedoc.

15 Anatome, entretien du 9 mars 2007, op. cit.

16 Véritable modèle de mobilisation paysanne, cette révolte interroge les revendications et l’idéologie portée par ses différents acteurs mais aussi la réaction du monde politique tant national et local face à une question viticole qui a joué un rôle structurant dans le régime politique républicain.

17 Pour comparaison, en 2008, collecte et traitements des déchets ménagers  : 27  %, transports urbains  : 19  %.

18 Pour comparaison, en 2009, collecte et traitements des déchets ménagers  : 14  %, transports urbains  : 28  %.

19 Avignon a son festival de théâtre, Aix-en-Provence son festival de musique et Cannes son festival de cinéma.

20 Jean-Paul Montanari, président du festival Montpellier Danse. Entretien du 26 février 2007.

21 Idem.

22 Idem.

23 Les subventions attribuées à la danse se déclinent de la manière suivante  : - Agglo  : 1 219 600 euros- Billetterie  : 520 000 euros- DRAC (l’état)  : 315 000 euros- Conseil régional  : 300 000 euros- Conseil général  : 83 850 euros

24 Grande salle du Corum.

25 Le Corum, dont la première tranche a été livrée en 1988, est un site multiscénique qui réunit, en un même lieu, des manifestations professionnelles de prestige et la musique, de facture classique ou contemporaine. Le Corum a permis à Montpellier de devenir une destination prisée dans le domaine du tourisme d’affaires en Méditerranée. Ce bâtiment, tout en longueur, a été principalement dessiné par l’architecte Claude Vasconi. Il se distingue notamment par sa couverture avec des plaques de marbre rose.

26 http://www.lescarnetsbagouet.org/fr/oeuvre/chore26/index.html

27 Entretien Montanari, op. cit.

28 Entretien Michel Hilaire, directeur du musée Fabre, conservateur en chef du Patrimoine, 27 mars 2007.

29 François-Xavier Fabre (1766-1837) offre à sa ville natale ses propres œuvres et un trésor inestimable de maîtres italiens, français et hollandais de la Renaissance et du XVIIe siècle. Ce fonds classique s’est augmenté des legs d’Antoine Valedeau (1777-1836) puis d’Alfred Bruyas (1821-1876). Plus récemment, des artistes comme Bazille, ou Soulages aujourd’hui, ont maintenu cette politique de donations.

30 L’écusson est le nom donné par les Montpelliérains au centre historique de la ville. Il le tient de sa forme en écu français ancien, proche d’un pentagone. Les boulevards qui l’entourent sont situés sur les emplacements des fortifications médiévales.

31 La nouvelle médiathèque est un bâtiment ultramoderne signé par Paul Chemetov et Borja Huidobro. Elle abrite le fonds le plus important des œuvres de Joseph Delteil. Faut-il y voir une preuve supplémentaire du dynamisme local  ? Le directeur des bibliothèques de Montpellier, Gilles Gudin de Vallerin, a été élu en 2005 président de l’Association des directeurs de bibliothèques des grandes villes de France.

32 Entretien Michel Hilaire, op. cit.

33 Entretien Michel Hilaire, op. cit.

34 «  Le musée Fabre fait partie d’un réseau qui s’est constitué il y a 6 ans  : le French Regional American Museum Exchange (FRAME). C’est un réseau qui fédère douze musées américains, douze musées français, et qui fait des échanges. On puise dans les richesses de ces musées. J’ai beaucoup travaillé ces dernières années pour insérer le musée Fabre dans ce réseau international.  » (Entretien Michel Hilaire)

35 Pierre Soulages est un peintre français, spécialiste du noir-lumière, l’outre-noir. Le nouveau musée Fabre lui a consacré une salle pour présenter la donation faite par le peintre à la ville. Cette donation comprend vingt tableaux réalisés entre 1951 et 2006.

36 Entretien Michel Hilaire, op. cit.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Le financement du musée s’est effectué de la manière suivante  : - Communauté d’agglomération de Montpellier  : 44 413 000 €- État  : 15 500 000 €- Conseil régional Languedoc-Roussillon  : 2 800 000 €

40 «  C’est l’œuvre qui est la seule chose intéressante. Que ce soit difficilement accessible, et bien oui c’est difficilement accessible, et bien oui c’est comme ça, l’art, c’est difficile. C’est ce geste qui va faire qu’on va aller vers ça, qui va nous élever  ; donc si on diminue l’intensité, du coup, le geste n’y est plus… et du coup ça ne sert plus à rien.  » (Entretien J.-P. Montanari, op. cit.)Elle connut de son vivant une grande notoriété internationale mais, depuis sa mort, un voile d’oubli semble l’entourer.

41 Entretien J.-P. Montanari, op. cit.

42 La liste n’est pas exhaustive. Elle permet juste d’appréhender plus finement la singularité de la dynamique culturelle à Montpellier.

43 Entretien avec un membre des Amis du musée Fabre, 2 mars 2007.

44 Le développement de la ville vers l’est, avec la construction ex nihilo du quartier d’Antigone et de Port Marianne.

45 L’agence RSCG Boulet communique autour de messages parfois qualifiés de présomptueux  : «  Montpellier la surdouée, berceau du futur  », «  Montpellier Eurocité, Modèle d’avenir  »  ; la ville, jeune pour une ville méditerranéenne (1 000 ans, qui donne lieu au slogan  : «  à 1 000 ans, la ville est belle  »), est personnifiée par des enfants qui ont manifestement de forts potentiels intellectuels (lunettes, suitcase, violon…).

46 Il était professeur de français.

47 Ceci illustre plus généralement le hiatus entre les représentations des anciens habitants et l’émergence d’une nouvelle urbanité dans leur ville, portée par G. Frêche.

48 Entretien avec le président des Amis du musée Fabre, op. cit.

49 Op. cit. (Bourdieu, Dardel, L’Amour de l’Art, éd. de Minuit, 1969).

50 Entretien avec le président des Amis du Musée Fabre, 2007.

51 Lodève, Céret, Sète, Nîmes, Aygues-Mortes…

52 Entretien avec le président des Amis du Musée Fabre, op. cit.

53 Germaine Richier est une sculptrice française née le 16 septembre 1902 à Grans et décédée le 31 juillet 1959 à Montpellier. Elle a suivi une formation à l’école des beaux-arts de Montpellier. Elle connût de son vivant une grande notoriété internationale mais, depuis sa mort, un voile d’oubli semble l’entourer.

54 Francois-Xavier Fabre est né en 1766 et mort en 1837 à Montpellier en France. En 1824, il s’installe à Montpellier et offre à la ville ses collections de peintures et de livres à la condition qu’elles soient le point de départ d’un musée, l’actuel musée Fabre, et qu’il puisse habiter ce musée. La municipalité accepte la donation en janvier 1825 et entame l’installation du musée dans l’hôtel de Massilian, dans l’Écusson. Le musée ouvre en 1828. Jusqu’à sa mort, Fabre en est le directeur, ainsi que celui de l’école des beaux-arts de la ville.

55 Peintre français, figure célèbre de l’entre-deux-guerres intellectuelle et artistique, arrière-petit-fils de Victor Hugo.

56 Entretien avec le président des Amis du musée Fabre, op. cit.

57 Entretien avec Jocelyne Carmichaël, directrice de Théâtr’Elles, 1er mars 2007.

58 Ibid.

59 «  C’est ma plus grosse subvention sauf si je fais de la création, mais la création, il n’y en a pas tous les ans. Le plus que j’ai eu, c’est 15 000 euros, de la Région, il y a deux ans.  »

60 La compagnie travaille actuellement avec le Civam (Centre d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural, association nationale loi 1901, adossée aux chambres d’agriculture) des femmes de l’étang de Thau. Les conchylicultrices défendent l’accès des femmes à un vrai statut professionnel, à une participation aux instances représentatives. Des réflexions à travers leurs pratiques culturelles sont engagées, dans des ateliers d’écriture, de chant et de vidéo, et l’ensemble de ces matériaux servira, en résidence nomade autour du bassin, pour écrire le prochain spectacle de Théâtr’Elles pour 2008.

61 L’an dernier, avec le soutien de la Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité du Languedoc-Roussillon et de la mairie, une réflexion a été engagée sur les mariages forcés et la violence qu’ils représentent, à partir d’une pièce  : De force et non de gré… à marches forcées… la vie  ?

62 Entretien avec Jocelyne Carmichaël, directrice de Théâtr’Elles, op. cit.

63 La compagnie a soutenu l’action de l’association PAVE (Protection Atmosphère Verdure), créée en 1995 à l’initiative de quelques femmes. L’objectif était de transformer la friche de l’ancien commissariat en jardin public. Un long travail de militantisme a été engagé pour mobiliser les habitants du quartier et de la ville en général. Pourtant, en 1998, dans le cadre d’une nouvelle révision du POS, la ville a reclassé la partie boisée (environ 2 500 m2) en «  espace classé boisé à conserver  », puis voté en 1999 un projet de ZAC comprenant un square de 3 000 m2, une maison de quartier et la construction de deux cents logements. En 2000, sous la pression des habitants fortement mobilisés autour des objectifs de l’association PAVE, le projet de ZAC a été gelé. Finalement, entre les deux tours des dernières élections municipales, le jardin a fait l’objet de négociations politiques et le ralliement des Verts au candidat socialiste s’est concrétisé par l’adoption du projet de «  grand jardin public  ».

64 Parmi ces SDF, deux d’entre eux viennent suivre le stage «  écrire, mettre en musique et chanter des poèmes d’amour  » organisé par Théâtr’Elles.

65 Entretien avec Jocelyne Carmichaël, directrice de Théâtr’Elles, op. cit.

66 Le centre deviendra un Centre chorégraphique national (CNN) en 1984, à l’occasion de son installation aux Ursulines.

67 Entretien avec J.-P. Montanari, op. cit.

68 In Les échos, 03 décembre 2003, «  Les hommes et les femmes qui font vivre les réseaux  ».

69 Gérard Saumade, président du conseil général de l’Hérault, et Georges Frêche, maire de Montpellier, bien que du même bord politique, se vouaient une haine récurrente. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, car c’est un proche de Georges Frêche qui est à la tête du conseil général.

70 Il est d’ailleurs surprenant de constater qu’il a régulièrement été tenu à l’écart d’une possible carrière ministérielle. Son comportement atypique en est peut-être la cause… à moins qu’il n’en soit la conséquence  ?

71 Taliano-des Garets F., «  Un grand maire et la culture  : “ le chabanisme culturel ”  », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, année 1999, vol.  61, no 61, p. 44-55.

72 18 septembre 2000  : L’étude Ipsos / Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture montre que les Français estiment que la culture est prioritairement l’affaire de la commune. Une bibliothèque et une salle polyvalente sont les équipements culturels les plus recherchés. En ce qui concerne l’importance de la politique culturelle au niveau de la commune, de fortes majorités se dégagent. Ainsi, presque trois-quarts des Français pensent que la politique culturelle de leur commune joue un rôle important dans l’amélioration de son image (71 %.) Près des deux tiers des personnes interrogées estiment que la politique culturelle joue un rôle important dans la création de liens entre les habitants et 57 % la considèrent importante pour le développement de l’économie. En revanche, un sondage TNS/Sofres plus récent, effectué à l’échelle du Languedoc-Roussillon cette fois-ci, tend peut-être à minorer cette constatation : en effet, à la question « Quels sont les domaines dont il faut s’occuper en priorité ? » les habitants de la Région sont 13 % à citer L’animation et la vie culturelle (13ème position), après notamment Le développement économique et l’emploi (55 %), qui arrive en 1ère position, directement suivi par L’environnement et les énergies renouvelables (33 %). Ils sont 76 % à considérer que la Région est « agréable à habiter », in Midi Libre, Deuxième Cahier, p1, 7 janvier 2009.

73 Entretien avec le responsable d’Anatome, op. cit.

74 Idem.

75 Au dernier trimestre 2008, le taux de chômage dans l’Hérault s’établit à 11,10  %. La Région Languedoc-Roussillon, au cours de cette période, reste «  ruban bleu  » du chômage puisqu’elle est classée en dernière position avec 10,5  %. Le taux de chômage de Montpellier se calque sur celui de la Région. Pour mémoire, en France, le taux est de 7,3 % au cours de ce même trimestre.

76 La mécanique en place et le niveau des prix écartent les jeunes couples de l’accession à la propriété  : «  Il faut bien constater qu’à moins de 300 000 € on n’a rien. Les jeunes ne peuvent s’installer qu’à l’approche de la quarantaine, et souvent avec l’appui financier de leurs parents  », regrette Laurent Bochu, à Castelnau-le-Lez (in L’Express, no 2879, couverture région, jeudi 7 septembre 2006, p. 2). Par ailleurs, fin 2006, le prix moyen du mètre carré (dans le neuf) s’est hissé à 3 275 euros, soit + 5,3  % en un an (+ 10,53  % en 2005) car Montpellier continue de profiter de son image attractive, démographiquement et économiquement. «  Les demandeurs de logement familial sont très nombreux, mais ils ne sont malheureusement pas toujours solvables. Entre la primo-accession à 2 400 euros et le marché libre moyen à 3 300 euros, il y a un vide que nous n’arrivons pas à combler.  » (In Le Nouvel Observateur, no 2211, jeudi 22 mars 2007, p. 7.)

77 «  à Montpellier, le taux de boursiers est parmi les plus élevés de France  : sur les 25 000 dossiers traités par le Crous, la moitié concernent des boursiers 5e échelon (montant de bourse maximale).  » (In L’Express, no 2906, couverture région, jeudi 15 mars 2007, p. 14.) Par ailleurs, la présence de SDF est extrêmement visible en centre-ville.

78 «  Montpellier s’est donné les moyens de gérer son foncier et de limiter autant que possible la flambée des prix. Elle est l’une des rares villes de plus de 100 000 habitants à proposer plus de 20  % de logements sociaux. L’an dernier, nous avons produit 24  % de logements sociaux, 26  % de logements intermédiaires et 50  % de logements libres. Notre PLU (Plan local d’urbanisme) s’appuie sur une politique de ZAC très importante.  » Entretien d’Hélène Mandroux, in Le Nouvel Observateur, no 2211, jeudi 22 mars 2007, p. 7.

79 Créées en 1984 par le ministère de la Culture, les Journées du patrimoine ont lieu, tous les ans, le troisième week-end de septembre.

80 Entretien J.-P. Montanari, op. cit.

81 Idem.

82 «  L’un des plus importants chantiers culturels de France redonne naissance à un musée qui triple ses surfaces d’exposition  », titrent Les échos, no 19850, 5 février 2007, p. 4  ; «  L’un des plus beaux d’Europe  » titre Le Figaro Magazine du 3 février 2007, p. 69.

83 L’urbanisation de ce quartier, construit sur des terrains anciennement occupés par la SNCF, est un point fort de l’actuel projet urbain  ; le nouveau Saint-Roch. Le 31 mars 2005, la gare de Montpellier a été baptisée gare Saint-Roch et les billets de train indiquent effectivement désormais Montpellier Saint-Roch. Les trois lignes de tramway s’y connecteront pour permettre la constitution d’un pôle intermodal des transports du quartier.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Un stand de la Comédie du livre, place de la Comédie (2008)
Crédits Cliché : Dominique Chevalier
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1999/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 2 – Entrée du Corum, côté Esplanade
Crédits Cliché : Dominique Chevalier
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1999/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Fig. 3 – L’entrée du musée Fabre, face à l’Esplanade
Crédits Cliché : Dominique Chevalier
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1999/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Chevalier, « Des politiques culturelles orchestrées con brio… ? L’exemple montpelliérain », Sud-Ouest européen [En ligne], 27 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1999 ; DOI : 10.4000/soe.1999

Haut de page

Auteur

Dominique Chevalier

Dominique Chevalier, Maître de conférences en géographie, LISST-Cieu, Toulouse, université Claude-Bernard - IUFM de l’académie de Lyon, 5 rue Anselme 69317, Lyon cedex 04, chevalier.dom@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals