Navigation – Plan du site

Les musiques amplifiées et leurs impacts dans la structuration des territoires métropolitains : l’exemple des activités de diffusion dans l’agglomération toulousaine

Amplified music AND the impact on metropolitan territory structure : the example of diffusion activities in the Toulouse conglomeration
las músicas amplificadas y sus impactos en la estructuración de los territorios metropolitanos : el ejemplo de las actividades de difusión en la aglomeración tolosana
Samuel Balti et Mariette Sibertin-Blanc

Résumés

Malgré l’ouverture en 2007 de deux équipements majeurs, l’offre musicale toulousaine manque de petits lieux permettant aux artistes locaux de s’exprimer. Cette situation contraint les diffuseurs associatifs à adapter chacun de leurs concerts à la configuration de lieux différents. L’agglomération est découpée en deux territoires musicaux : le « on » dans les quartiers périphériques caractérisés par la localisation de salles équipées ; le « off » en centre-ville, composé de lieux de dépannage, souvent peu appropriés à ce type d’activité. L’éclatement de l’offre, lié en partie au dynamisme de communes périphériques, s’inscrit dans une tendance inverse observée pour la répartition des équipements culturels traditionnels et contribue à renforcer la fragmentation du pôle urbain toulousain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 25  % des Français déclarent aujourd’hui jouer d’un instrument alors qu’ils n’étaient que 15,4  % e (...)

1Le rock dans ses différentes déclinaisons, le jazz, la chanson, le hip-hop, les musiques électroniques, les musiques du monde… Ces différentes couleurs musicales ont comme point commun l’utilisation de l’électricité et de l’amplification sonore comme élément de support dans les processus de création et de diffusion artistique. M. Touche les a ainsi nommées «  musiques amplifiées  » (Touche, 1996). Si cette appellation a pour principale lacune de ne pas être employée directement par les artistes concernés et autres acteurs de terrain, elle révèle néanmoins une réalité commune  : une activité artistique en plein essor, largement diffusée par les médias ou les différents produits musicaux, facile d’accès et dont la pratique attire des adeptes sans cesse plus nombreux 1. Pour le géographe, les musiques amplifiées renvoient à un ensemble d’acteurs en mouvement et de pratiques socioculturelles qui investissent ou réemploient des lieux dans la ville.

2Dans un contexte de métropolisation, marqué par l’évolution de territoires urbains sans cesse plus étendus et discontinus, l’instrumentalisation de la culture joue plus fortement qu’hier sur les transformations urbaines (Augustin, 1998). L’impact des principaux équipements culturels dans la structuration des agglomérations a été prouvé à plusieurs reprises (Siino, Laumière, Leriche, 2004). La plupart des villes françaises concentrent en effet leurs équipements de type musées, théâtres, opéras ou bibliothèques dans le cœur historique, ce qui participe au renforcement des centralités existantes. Cet article interroge la contribution des lieux musicaux toulousains à structurer à leur tour des espaces urbains et à leur donner une spécificité à l’échelle de l’agglomération.

3De la même manière que les activités culturelles «  traditionnelles  », la musique amplifiée, pratiquée et diffusée par les artistes, se cristallise dans des formes architecturales et peut ainsi se localiser au sein d’un territoire. Mais à la différence des musiques «  savantes  », de la danse ou du théâtre, cette activité artistique est longtemps restée en dehors des préoccupations institutionnelles et de leurs équipements culturels. Aujourd’hui, ce constat est néanmoins à nuancer puisque depuis les années 1990 les politiques publiques se sont largement emparées de la question des musiques dites «  actuelles  ». Toutefois, si la plupart des villes françaises ont désormais leur propre «  complexe municipal  » en faveur de ces pratiques – Le Florida à Agen, La Laiterie à Strasbourg ou encore Lo Bolegason à Castres –, ces dernières s’expriment encore très largement dans des lieux privés pouvant être formels – salles de concerts, clubs, cafés-concerts – ou informels – bars non équipés, squats d’artistes, friches industrielles, etc. La musique amplifiée déroge ainsi aux formes traditionnelles de l’action culturelle et génère un ensemble de pratiques socio-spatiales qui lui sont propres.

4Ce constat pose un certain nombre d’interrogations. La diffusion des musiques amplifiées contribue-t-elle à la structuration des agglomérations françaises telle qu’elle a été observée par la localisation des équipements culturels traditionnels  ? Les spécificités du secteur artistique révèlent-elles au contraire des dynamiques urbaines originales  ? En outre, quel peut-être l’impact de la localisation de ces lieux de diffusion sur l’évolution actuelle des villes métropolitaines liée notamment à l’étalement et à la fragmentation des territoires urbanisés  ? Seront considérés ici comme «  lieux de musiques amplifiées  » l’ensemble des lieux qui accueillent des concerts de musiques amplifiées. L’appellation «  lieu musical  » est préférée à celles «  d’équipement musical  » ou de «  salle de concerts  » car elle tient compte de ces manifestations ponctuelles localisées dans des espaces urbains qui ne sont pas spécialement dédiés aux activités culturelles (Sibertin-Blanc, 2004).

5L’intégration d’un lieu musical à la scène locale et son réseau d’acteurs, est l’aboutissement d’initiatives individuelles, de concertations, d’éventuelles confrontations entre des enjeux et des stratégies opposées. La prise en compte de ces différents processus et de leur inscription dans le temps permettra dans une première partie de mieux comprendre les logiques de localisation des lieux de diffusion toulousains. Comment s’organise ainsi la scène toulousaine depuis le début des années 2000  ? Quels sont les principaux acteurs et où sont localisées leurs activités  ? Ces différentes interrogations conduiront à mettre en perspectives les forces, les faiblesses et les spécificités du territoire musical toulousain.

6Une deuxième partie proposera d’analyser la localisation actuelle des principaux lieux de diffusion et d’évaluer quel peut être son impact dans la structuration du territoire toulousain. La diversité de ces lieux et leur répartition au sein de l’agglomération contribuent-elles à différencier certains territoires  ? Ces lieux participent-ils à renforcer les centralités existantes au sein de la métropole  ? Au contraire, la localisation des activités de diffusion de musiques amplifiées illustre-t-elle un fonctionnement de la ville venant remettre en question une organisation de la ville selon un modèle géographique traditionnel opposant le centre et la périphérie  ? Quel peut être en outre le rôle des «  nouveaux  » acteurs institutionnels dans la prise en compte et l’accompagnement de ces dynamiques urbaines  ?

I – De 2001 à 2008, une offre de lieux de diffusion en évolution constante  : une activité fragile à la croisée de plusieurs enjeux

7Le repérage des principaux lieux utilisés pour la diffusion des musiques amplifiées entre 2001 et 2008 met en exergue d’importants changements dans la localisation de l’activité toulousaine. Disparition de certains lieux, apparition de nouveaux  : l’offre toulousaine d’aujour­d’hui demeure très différente de celle du début des années 2000. Ce constat interroge sur les raisons d’un tel remaniement. De quelle manière les caractéristiques du territoire toulousain et celles d’un secteur artistique en cours de structuration peuvent-elles expliquer l’instabilité de ses lieux de diffusion  ?

8Un événement extérieur à la scène artistique, survenu en 2001, marque tout d’abord un tournant majeur dans l’activité toulousaine  : le 21 septembre, l’explosion de l’usine AZF a profondément atteint l’activité toulousaine en touchant deux équipements clés de la diffusion musicale situés à proximité de l’impact (Sibertin-Blanc, 2004). Par ailleurs, l’identification des principaux acteurs au sein du système «  musiques amplifiées  » révèle des oppositions entre des logiques et des intérêts parfois très opposés. La précarité du milieu artistique et la complexité des relations entre acteurs – institutionnels, artistiques, marchands et autres professionnels de la culture – qui en découlent sont des éléments caractéristiques au secteur des musiques amplifiées qui ont, ces dernières années, fortement contribué à agiter l’offre de lieux de diffusion toulousains.

1. La diffusion toulousaine entre 2001 et 2007  : une activité mobile

9Si l’explosion du pôle chimique a entraîné la fermeture temporaire du Zénith, Le Bikini, équipement phare de la diffusion toulousaine depuis 1983, a quant à lui été totalement balayé par le souffle de l’explosion. Compte tenu de l’ampleur des dégâts, mais surtout de sa localisation sur une zone désormais interdite à la construction, une réouverture sur le site même de la salle détruite n’a jamais été envisagée. Au lendemain de la catastrophe, et durant les six années qui suivent, l’agglomération toulousaine ne dispose alors d’aucun équipement spécialement dédié à la diffusion des musiques amplifiées. Le faible engagement de la politique municipale toulousaine en faveur de ces musiques est alors souvent décrié par les acteurs de la scène locale. à l’image de sa politique culturelle, la ville centre a longtemps privilégié une musique traditionnelle et prestigieuse ainsi que ses grandes institutions, comme l’Orchestre national du Capitole, mis en scène dans l’espace urbain et vecteur d’une image forte. Cette politique «  d’excellence  », renforcée par les priorités de la politique d’état, accorde alors peu d’intérêt aux scènes ouvertes, aux espaces de création ainsi qu’aux petits lieux d’expression mis à disposition des habitants. L’orientation de cette politique culturelle et les relations compliquées entre acteurs institutionnels et artistiques expliquent notamment la réouverture très tardive du Bikini, officiée sept ans après sa fermeture.

10Néanmoins, malgré la disparition de sa salle emblématique, la diffusion toulousaine n’a pas pour autant cessé d’exister. Durant cette période et sur l’ensemble du pôle urbain toulousain, une multitude de lieux sont utilisés pour les activités de musiques amplifiées, que ce soit dans le champ de la création, de la diffusion ou de la production. Plus de 150 lieux accueillant, plus ou moins occasionnellement, des concerts ont été identifiés en 2005 (Balti, 2005). Compte tenu de la difficulté à repérer certains lieux – fréquence des concerts très aléatoire pour certains, activité non déclarée pour d’autres, etc. –, cette évaluation est même certainement inférieure au potentiel réel qu’offre le territoire toulousain. A priori, n’importe quel débit de boisson, salle polyvalente, ou autre lieu public peut se transformer pour une soirée en salle de concert…

11De son côté, l’équipe du Bikini a continué d’organiser des soirées concerts dans des lieux de substitution, trouvés au hasard du calendrier et des salles disponibles. Grâce à la mobilisation de plusieurs salles polyvalentes ou de plusieurs salles de spectacle localisées dans le département, l’activité du Bikini parvient, tant bien que mal, à se maintenir. Des lieux dispersés aux quatre coins du pôle urbain, et même en dehors, sont ainsi sollicités pendant plus de six ans  : La Halle aux Grains, le Café Rex, Le Ramier, au centre du pôle urbain  ; la Grande Halle de L’Union, au nord de Toulouse  ; la Salle des fêtes de Ramonville, Vents du Sud, le Havana Café, le Confluent, les Marins d’eau douce, au sud  ; le Zénith et la Mounède, sur les versants ouest  ; et enfin, le Rio Grande à Montauban, commune localisée en dehors du département et distante de plus de quarante kilomètres des limites de l’agglomération toulousaine (fig. 1).

Fig. 1 – La localisation des activités du Bikini entre 2001 et 2007

Fig. 1 – La localisation des activités du Bikini entre 2001 et 2007

Salle des fêtes (Ramonville-Saint-Agne) ; 2. Vents du Sud (Toulouse) ; 3. Zénith (Toulouse) ; 4. Havana Café (Ramonville-Saint-Agne)  ; 5. Café Rex (Toulouse) ; 6. Confluent (Portet-sur-Garonne) ; 7. Ramier (Toulouse) ; 8. Grande Halle (L’Union) ; 9. Salle Mermoz (Toulouse)  ; 10. Marins d’Eau Douce (Ramonville Saint-Agne) ; 11. Mounède (Toulouse) ; 12. Halle aux Grains (Toulouse) ; 13. Rio Grande (Montauban)  ; 14. Bijou (Toulouse) ; 15. Cri de la Mouette (Toulouse) ; 16. Théâtre des Mazades (Toulouse) ; 17. Altigone (Saint-Orens).

Réalisation  : S. BALTI, enquêtes 2005 et 2008

12Avec la Salle des fêtes, le Havana Café et les Marins d’eau douce, Ramonville-Saint-Agne devient durant ces années le territoire privilégié de l’activité toulousaine et notamment celle du Bikini. En effet, l’équipe de direction de la salle de concert n’a jamais trouvé auprès de la commune de Toulouse des conditions de réimplantation satisfaisantes et des garanties financières indispensables pour reconstruire un tel équipement. Elle s’est alors rapidement tournée vers ce territoire localisé dans la première couronne de l’agglomération. Dès le lendemain de la catastrophe, un rapprochement s’engage entre l’équipe de diffusion et les élus de Ramonville-Saint-Agne et sera à l’origine du projet de reconstruction de la nouvelle salle dans cette commune. Près de 65  % des concerts organisés par Le Bikini entre 2001 et 2007 sont localisés sur le territoire de cette commune.

13Première Pression est le deuxième plus gros diffuseur de l’agglomération toulousaine. Présente sur le pôle urbain depuis 2001, l’association n’a quant à elle jamais été propriétaire de son propre équipement. Auparavant fixée à Castanet-Tolosane, l’association n’a pas été retenue par la municipalité faute de moyens financiers pour subvenir aux besoins de la structure et d’une telle activité. Localisée dans un deuxième temps dans le centre-ville de Toulouse, l’association organise depuis son siège des concerts dans des lieux dispersés également sur l’ensemble du pôle urbain  : à Toulouse, mais également dans les communes de première couronne (Tournefeuille, Villeneuve-Tolosane, Cugnaux), dans toute la région (Ax-les-Thermes en Ariège, Montauban dans le Tarn-et-Garonne) et même au-delà avec l’organisation chaque année du festival Garorock de Marmande en Aquitaine.

14Les deux principaux diffuseurs toulousains sont ainsi contraints pendant plusieurs années d’organiser des concerts dans des lieux qui leurs sont prêtés, et dont la localisation demeure éparpillée sur l’ensemble du pôle urbain, parfois même en dehors de ses limites. Si certains équipements privés, comme Le Kléo ou Le Confluent, sont utilisés par les deux diffuseurs, Le Bikini organise davantage ses concerts dans les secteurs sud du pôle urbain (la Salle des fêtes de Ramonville-Saint-Agne) alors que l’activité de Première Pression est plutôt localisée sur le versant ouest (le Foyer Roger Panouse à Tournefeuille). à défaut d’équipements plus adaptés, ces salles sont sollicitées car elles constituent à l’époque les rares équipements toulousains disponibles et pouvant accueillir un public nombreux (fig. 2).

  • 2 G. Jumaire (Production Bleu Citron) constate «  une perte de fréquentation du public de l’ordre de (...)
  • 3 J. Cassarino, artiste toulousain. Entretien réalisé le 6 mai 2008.

15Entre 2001 et 2007, l’organisation de la diffusion toulousaine se caractérise donc par l’éclatement géographique de l’activité obligeant ses acteurs à être mobiles et à s’adapter pour chaque concert à la configuration de lieux différents. D’autre part, elle se distingue par son faible ancrage au territoire et sa difficulté à être repérée par un public en perte de repères. Baisse du nombre des entrées 2, coûts de logistique supplémentaires liés aux déplacements et aux transports du matériel  : cette situation a durement pénalisé les diffuseurs du point de vue économique. Malgré la mobilisation du secteur professionnel et la persévérance de l’équipe de direction du Bikini, la scène locale souffre de la disparition de sa salle emblématique, du manque de lieux d’expression, et a perdu incontestablement de son dynamisme entre 2001 et 2007  : «  Il y a eu incontestablement un avant et un après Bikini  : c’est quand la salle a disparu que l’on s’est rendu compte de l’importance qu’elle portait sur la scène locale et combien elle a manqué durant ces années. Pour les musiques actuelles, il n’y avait plus grand chose  : le rythme de la programmation a nettement diminué, laissant par exemple moins de place aux artistes qui proposent une musique plus pointue 3.  » De même, la dégradation des conditions d’accueil a découragé un certain nombre de professionnels de la diffusion, entraînant parfois le contournement de Toulouse lors de certaines tournées nationales ou internationales.

2. La situation de l’offre toulousaine en 2008  : vers un renouveau de la scène locale  ?

  • 4 Enquêtes 2008.

16Septembre 2007 est une période charnière dans l’histoire de la diffusion toulousaine. En effet, deux nouveaux équipements spécialement aménagés pour les concerts de musiques amplifiées ont été inaugurés à quelques jours d’intervalle  : le [nouveau] Bikini, désormais localisé à Ramonville-Saint-Agne, et la salle du Phare à Tournefeuille, dont la programmation est attribuée en priorité à l’association de diffusion Première Pression. L’activité toulousaine peut désormais s’appuyer sur deux équipements de pointe et connaît depuis un nouveau souffle. Deux indicateurs permettent de mesurer ce nouveau dynamisme  : l’augmentation sensible de la fréquence des concerts de têtes d’affiche et le retour d’une programmation plus spécialisée 4. à première vue, la situation en 2008 se caractérise donc par une nette amélioration des conditions de l’offre. Toutefois, des contraintes lourdes, liées à la précarité d’un secteur et au manque persistant de petits lieux de diffusion, continuent d’alimenter les débats sur les conditions d’expression des artistes toulousains.

17à l’exception de quelques salles de concerts – Le Phare, Le Bikini, la salle Nougaro ou encore Le Bijou –, les salles de spectacles toulousaines ne sont pas dédiées exclusivement à la diffusion des musiques amplifiées. Certaines ont des calendriers surchargés qui laissent moins de place à la programmation de musiques amplifiées – la Halle aux Grains, Altigone, Odyssud, la Mounède. De même, quelques salles polyvalentes, comme Le Confluent ou la salle Alizée, offrent des conditions acoustiques parfois peu appropriées à ce type d’activité. L’Espace Croix-Baragnon, le Chapeau Rouge, la Cave Poésie sont des salles municipales localisées en centre-ville dont la configuration ne se prête qu’à certains styles de musiques (chanson, jazz, musiques du monde, acoustique). Par ailleurs, d’autres lieux, apparentés aux «  salles de spectacle  », accueillent fréquemment des concerts. Quelques discothèques, comme le complexe du Ramier et du Kléo, sont régulièrement sollicitées par les tourneurs ou diffuseurs locaux pour compléter une offre de salle de diffusion insuffisante  ; certaines sont également les lieux privilégiés pour la diffusion des musiques électroniques (La Dune, l’Inox). Enfin, quelques théâtres comme le Théâtre Garonne, le théâtre du Grand-Rond, le théâtre du Pont-Neuf ou depuis peu le Casino-Théâtre, ont une programmation artistique élargie qui propose quelques soirées concerts pour les artistes de musiques amplifiées.

Fig. 2 – La localisation des activités du Bikini et de Première Pression entre 2001 et 2007

Fig. 2 – La localisation des activités du Bikini et de Première Pression entre 2001 et 2007

1. 4 Sans (Bordeaux) ; 2. Altigone (Saint-Orens) ; 3. Bijou (Toulouse) ; 4. Brasserie Pierre (Toulouse)  ; 5. Café Rex (Toulouse) ; 6. Casino (Ax-les-Thermes) ; 7. Confluent (Portet-sur-Garonne) ; 8. Cri de la Mouette (Toulouse) ; 9. Espace M. Pagnol (Villeneuve-Tolosane)  ; 10. Foyer R. Panouse (Tournefeuille) ; 11. Grande Halle (L’Union) ; 12. Gymnase (Ax-les-Thermes) ; 13. Halle aux Grains (Toulouse)  ; 14. Havana Café (Ramonville-Saint-Agne) ; 15. Kléo (Toulouse) ; 16. Latino Palace (Toulouse) ; 17. Marins d’eau douce (Ramonville-Saint-Agne) ; 18. Mounède (Toulouse) ; 19. Ramier (Toulouse) ; 20. Rio Grande (Montauban) ; 21. Salle A. Camus (Cugnaux) ; 22. Salle Mermoz (Toulouse) ; 23. Salle des fêtes (Ramonville-Saint-Agne) ; 24. Théâtre des Mazades (Toulouse) ; 25. Vents du Sud (Toulouse) ; 26. Zénith (Toulouse).

Réalisation  : S. BALTI, enquêtes 2005 et 2008

  • 5 Capacité d’accueil, configuration de la jauge, qualité acoustique.

18En définitive, le territoire toulousain est composé d’une grande variété de lieux utilisés pour la diffusion des musiques amplifiées. Pour les artistes sur scène ou pour le public dans la jauge, cette situation est souvent révélatrice d’un manque de confort. De même, les associations et les producteurs de spectacles doivent composer une programmation annuelle en sollicitant des salles surchargées qui ne peuvent organiser de concerts sur une temporalité réduite. C’est pourtant un mode de fonctionnement courant dans le milieu associatif. Ces impératifs constituent autant de freins à l’activité locale  : trouver une salle qui puisse être réservée dans les délais accordés, trouver une salle qui corresponde au profil de l’artiste 5, trouver une salle disponible lors de son passage à Toulouse… Malgré une politique de rattrapage menée par la municipalité dans les années 1990 et l’ouverture de deux nouvelles salles de concert dans l’agglomération, l’offre toulousaine apparaît donc insuffisante ; aujourd’hui encore ce ressenti est largement partagé par plusieurs artistes et diffuseurs de la scène locale (enquête 2008). De plus, la programmation de la plupart de ces salles répond à des logiques marchandes  : remplir la salle pour rentabiliser la soirée. Elles ne profitent donc pas – ou très peu – aux artistes locaux. Les manques du territoire toulousain se situent principalement au niveau des petites salles permettant d’accueillir 200 à 400 spectateurs et offrant aux artistes locaux (amateurs ou professionnels) la possibilité de s’exprimer dans des conditions satisfaisantes. Sur ce critère, l’agglomération toulousaine accuse un certain retard en comparaison à des métropoles de taille similaire comme Bordeaux ou Nantes.

  • 6 Entretien réalisé le 13 mars 2008.

19«  à Toulouse, il n’y a pas beaucoup de lieux pour faire tourner la scène locale et accueillir les associations ou les groupes dans de bonnes conditions  ; “ bonnes conditions ” pas seulement du point de vue financier mais davantage au niveau des infrastructures et de l’accueil des artistes. C’est pourtant un paramètre déterminant pour la qualité finale de la prestation 6.  »

20Gabriel Povert, artiste

  • 7 Entretien réalisé le 3 avril 2008.

21«  Je pense qu’il manque clairement deux salles de spectacle dignes de ce nom  : une salle de 200 ou 250 places pour les petits concerts, et une salle de la même configuration que le Kléo, 300 à 400 places. Elles permettraient chacune d’accueillir le public dans des conditions décentes. Il y a un réel manque, tout le monde le voit 7  !  »

22Jacques Tschiember, acteur associatif (diffusion)

  • 8 www.couac.org

23«  Dans une ville réputée pour son vivier musical, comment est-il possible de ne pas avoir encore impulsé un lieu de pratiques dans ce domaine, une scène de musiques actuelles comme il en existe une centaine sur le territoire national 8  ?  »

24éric Fourreau, éditions de l’Attribut

25«  (…) il nous semble donc indispensable de s’engager vers une réflexion pour l’ouverture de plusieurs (4 au minimum) salles de quartier / salles de découvertes de 200 à 300 places disséminées sur la ville et sa banlieue.  »

26Nicolas Meckel, consultant en ingénierie culturelle

  • 9 Entretien réalisé le 11 mars 2008.
  • 10 J. Tschiember, entretien réalisé le 3 avril.

27N. Bordes, responsable de l’association des Musicophages, souligne à ce sujet une situation paradoxale liées aux difficultés d’établir un dialogue entre les acteurs institutionnels et ceux qui composent le tissu associatif  : «  Il y a pourtant de nombreux équipements [municipaux] à Toulouse qui servent trop peu, ou qui pourraient être utilisés de manières différentes. Nous n’y avons pas accès car nous ne sommes pas dans les bons réseaux… Même si les choses sont en train de changer, il y a ce poids historique, une rigidité des acteurs institutionnels vis-à-vis de l’éducation populaire, qui est difficile à faire bouger 9.  » Ce manque de coordination et de connexion entre les sphères culturelles et socioculturelles donne parfois l’impression aux acteurs associatifs de se sentir concurrencés par des réseaux institutionnels anciennement constitués et aujourd’hui cloisonnés. Leur fonctionnement et leur manière très différente de percevoir la culture semblent rendre pour l’heure le dialogue difficile. «  Le centre Bellegarde [une salle municipale toulousaine], qui se met depuis peu à faire des concerts, va nous piquer des artistes que l’on a l’habitude d’exposer  », regrette par exemple le responsable des Musicophages. L’expérience du Mange-Disques, une salle de concert contrainte de fermer ses portes avant même son ouverture, témoigne de la difficulté à surmonter ces différents clivages. Le projet, né d’une initiative privée associant cinq passionnés de musique, semblait pourtant très attendu par les acteurs artistiques et associatifs de la scène locale  : «  C’était un projet excellent qui devait combler les manques de Toulouse, une salle de 500 places… nous l’avions visité à l’époque, quand il était encore en travaux, et nous avions déjà trois concerts programmés 10.  » L’espace d’une surface de 200 m2 devait s’adresser à la fois aux promoteurs nationaux et locaux mais également aux associations culturelles toulousaines. Cet établissement devait ainsi offrir à la scène locale un lieu d’interface et d’échange entre les acteurs du milieu professionnel et associatif de l’agglomération toulousaine (organisation de tremplins pour les jeunes groupes, de conférences de presse, de journées rencontres avec les labels et producteurs, etc.). Les raisons de la fermeture prématurée de ce lieu font encore débat aujourd’hui et les explications changent selon les interlocuteurs…

28«  C’est la mairie de quartier qui s’est opposée à ce projet à cause des plaintes de voisinage et des habitants du quartier.  »

29«  La mairie a choisi de bloquer l’ouverture de cette salle en invoquant le motif d’absence de parking.  »

30«  Ce sont des défaillances constatées au niveau des normes de sécurité.  »

31«  C’est un blocage stratégique de la mairie de Toulouse car cette salle venait concurrencer le projet d’une future SMAC en centre ville.  »

32«  Certaines pointures locales se sont opposées à cette initiative privée qui risquait de perturber le paysage musical toulousain.  »

33«  On ne pourra jamais savoir ce qui s’est réellement passé…  »

34Enquêtes 2008

  • 11 www.couac.org

35P. Pages, directeur d’une salle privée au centre-ville et acteur très repéré de la scène toulousaine, insiste sur la nécessité de confronter les réseaux, de favoriser les regroupements pour permettre la convergence des enjeux et donner la possibilité aux politiques publiques «  de mieux cerner la vitalité culturelle 11  » du territoire. Ce rapprochement conduirait ainsi à une meilleure prise en compte par les élus des besoins et des réalités d’un secteur artistique en constante mutation.

3. La scène alternative toulousaine  : une diffusion persistante, de la débrouille…

  • 12 J. Tschiember, entretien réalisé le 3 Avril 2008.

36En attendant qu’une véritable concertation se mette en place avec les acteurs institutionnels, les artistes ou diffuseurs de la scène locale sont souvent contraints de trouver des solutions alternatives pour combler les lacunes de l’offre et continuer d’exister sur le territoire. Parallèlement à l’activité des principaux producteurs de spectacles, il existe en effet une vie associative riche composée de collectifs d’artistes (Entreshoks, Antistatic, etc.), de passionnés (La Chatte à la Voisine, Friends of P, Progrès-Son, etc.), de militants citoyens (Couac, Musicophages, Takticollectif). Ces derniers fréquentent principalement des lieux de dépannages, des scènes spontanées où l’activité peut être parfois très ponctuelle. Ce sont des cafés concerts ou des bars qui consacrent, un soir par semaine ou plus, leur espace à la venue de musiciens. Ces manifestations attirent généralement un public de proximité, des étudiants habitués à ce type de sortie culturelle. Bien que peu adaptés à la pratique des musiques amplifiées, et de petite taille, ces lieux représentent en nombre plus de la moitié de l’offre toulousaine toutes catégories de lieux confondus. Ils sont utilisés pour la programmation d’artistes locaux, amateurs, professionnels (ou en voie de professionnalisation) mais également pour l’accueil d’artistes de passage à Toulouse lors de tournées nationales et internationales. Des inquiétudes recueillies auprès d’un diffuseur local soulignent l’originalité d’un territoire qui réunit dans des mêmes lieux, qui plus est atypiques, des artistes aux profils très différents  : «  Au départ, j’étais tout le temps terrorisé d’amener un artiste venu d’Angleterre ou des états-Unis dans ces lieux improbables… Parfois, certains jouaient la veille à la Maroquinerie [une salle de concert parisienne réputée] et aujourd’hui dans un café, sans scène, sans loges… Comment allaient-ils réagir 12  ?  »

  • 13 Recensement effectué par S. Balti.

37Parmi les lieux qui composent aujourd’hui cette scène «  alternative  » plusieurs n’existaient pas en 2005 13  : Le Saint des Seins, Le Cri de la Mouette, le Caravan Sérail ou Les Pavillons Sauvages  ; d’autres, auparavant clairement identifiés par les artistes et recensés à la fin des années 1990 – L’Entrepôt, Le Fantômas, l’Espace VKS, la brasserie Pierre, Le Baratin, Le Clandé, Aux Trois Petits Cochons, Le Gate – ont disparu de la scène toulousaine. Ce turn-over témoigne de l’instabilité de ce type de diffusion. Les fragilités reflètent à la fois des particularités locales – l’orientation de la politique culturelle municipale, l’image véhiculée par Toulouse d’une ville étudiante avec une culture «  festive  » laissant peu de place à la culture «  artistique  » ou «  esthétique  » – et des enjeux nationaux – des pratiques encore mal acceptées par les habitants de la ville, une lente reconnaissance institutionnelle, le refus parfois persistant d’associer les musiques amplifiées au cercle très fermé des activités culturelles traditionnelles, des retards dans la structuration d’un secteur économique difficilement rentable. Des contraintes juridiques, liées principalement au voisinage et aux normes de sécurité, ont finalement souvent forcé de nombreux gérants de bars à arrêter l’activité.

  • 14 http://www.olibanum.org/

38Actuellement, Les Pavillons Sauvages, une petite friche culturelle localisée dans le quartier des Minimes, se trouve menacée pour les raisons évoquées. Ce lieu est animé depuis janvier 2007 par un groupe de militants qui occupent de manière illégale d’anciens locaux militaires. Leur volonté est de proposer, en concertation avec les habitants, une vie associative et culturelle dans le quartier. à l’intérieur, la Maison des musiques libres et indépendantes de Toulouse est un espace de rencontre et de diffusion qui accueille actuellement 25 associations toulousaines. Ces dernières organisent régulièrement des concerts dans une salle improvisée de petite capacité d’accueil. Menacés d’expulsion et de démolition par l’ancienne municipalité, ce sont plus de 350 adhérents et 600 musiciens qui se mobilisent aujourd’hui pour soutenir et sauver une initiative qui se veut «  un projet global culturel, social et écologique 14  ».

39à ces difficultés de maintenir une offre «  alternative  » sur le territoire toulousain s’ajoute l’opposition entre deux logiques qui apparaissent souvent en contradiction  : une logique marchande défendue par certains gérants de débits de boissons – minimiser les coûts d’organisation, remplir la salle et tirer le plus large profit de la soirée – et une logique artistique qui relève davantage du secteur associatif – optimiser la qualité des prestations, préserver une vie musicale dans ces lieux. à titre d’exemple, Le Saint des Seins, qui est pourtant l’un de ces rares lieux à disposer d’une scène équipée, se pose encore la question de savoir s’il souhaite continuer dans la diffusion. Une alternative se pose à eux  : organiser des concerts payants qui attireront selon les affiches et les styles de musique un public d’initiés, ou proposer des soirées DJ sur un format «  bar-discothèque  » ouvert gratuitement à tout le monde. étant localisé sur la place Saint-Pierre, lieu de réunion festive pour les étudiants toulousains, la deuxième option semble offrir davantage de garanties financières aux gérants du bar…

  • 15 G. Povert (enquête 2008).
  • 16 N. Bordes, entretien réalisé le 11 mars 2008.
  • 17 G. Povert, entretien réalisé le 13 mars 2008.

40Pour autant, ces contraintes liées à des impératifs de rentabilité n’empêchent pas certains passionnés de musique de continuer à programmer des artistes en se souciant davantage de la qualité de la prestation  : «  Il y a certains lieux qui accueillent les groupes juste pour faire de l’argent alors que d’autres (ils ne se comptent plus que sur les doigts de la main) accordent plus d’importance au projet artistique, et ça se ressent au niveau de l’accueil  : mise à disposition d’une sono, restauration des musiciens, etc. 15  » Un collectif composé de bars et de squats, créé récemment, travaille d’ailleurs dans l’optique d’une meilleure reconnaissance de leur activité en revendiquant un statut d’acteur culturel à part entière qui participe à la vie artistique local. En dépit de difficultés financières et de barrières juridiques sans cesse plus contraignantes, ces derniers tentent de préserver une dynamique dont le potentiel semble encore aujourd’hui largement sous-évalué, notamment par les habitants de l’agglomération  : «  Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, il y a pléthore de concerts et de groupes très intéressants à Toulouse 16  !  » Des propos recueillis auprès d’un artiste, et partagés par l’ensemble des acteurs rencontrés, témoignent à la fois de l’existence d’une scène alternative foisonnante et de son manque de visibilité  : «  On oublie trop souvent que dans le sud de la France et à Toulouse il n’y a pas qu’une culture festive mais également une scène active composée de passionnés et d’artistes très créatifs 17 . » Ce manque de visibilité s’explique par le faible ancrage de ces lieux au territoire local et par la nature même des initiatives artistiques qui les investissent  : individuelles, éparpillées dans la ville, indépendantes des institutions locales, informelles, parfois illégales…

II – La localisation de l’offre toulousaine et son impact dans la structuration du pôle urbain toulousain  : des dynamiques urbaines très éclatées

41Le manque de moyens, la diversité des lieux, la difficulté à maintenir des conditions d’accueil satisfaisantes, le faible investissement des acteurs publics et son absence de coordination avec les acteurs privés  : la diffusion toulousaine laisse apparaître des fragilités qui ne sont pas sans conséquences sur les logiques de localisation de ses principaux lieux. En tenant compte de ces éléments, la seconde partie propose une analyse de la répartition des principaux lieux de concerts. Comment s’organise aujourd’hui la distribution géographique de l’offre toulousaine et quel peut être alors son impact dans la structuration de l’agglomération toulousaine  ?

1. Des territoires «  on  » et «  off  »

  • 18 Cet équipement a d’ailleurs un impact limité sur la diffusion des musiques «  amplifiées  » puisque (...)
  • 19 D’autres salles de ce type sont utilisées pour la diffusion des musiques amplifiées mais ne figuren (...)

42La capacité d’accueil de salles de spectacle de l’agglomération toulousaine varie fortement de l’une à l’autre. Selon ce critère quantitatif, trois catégories se distinguent  : les grandes salles (de 1 500 à 9 000 places), les salles moyennes (400 à 930 places) et les petites salles (100 à 180 places). Les salles à grande capacité permettent d’accueillir à elles seules 23 500 spectateurs, ce qui représente plus de 80  % de la capacité totale. à l’exception du Zénith et de la Halle aux Grains 18, les plus grandes salles de spectacles toulousaines sont toutes localisées dans les communes périphériques de l’agglomération  : Tournefeuille, Ramonville-Saint-Agne, Muret, L’Union, Portet-sur-Garonne 19. Les salles de moyenne capacité sont réparties également dans les espaces périphériques, des quartiers péricentraux ou des communes limitrophes à Toulouse. Les plus petites salles sont, quant à elles, toutes localisées dans le centre-ville de Toulouse. Comme l’indique la figure 3, il existe ainsi une forte corrélation entre la localisation des salles et leur capacité d’accueil.

43Contrairement aux équipements culturels les plus prestigieux, la localisation des équipements utilisés pour la diffusion des musiques amplifiées ne répond pas à des logiques de centralité. Leur répartition révèle au contraire une localisation très éparpillée au sein du pôle urbain  : au nord-ouest, la salle Nougaro et le complexe Odyssud de Blagnac  ; au nord-est, la Grande Halle de l’Union  ; à l’ouest, le Zénith de Toulouse et Le Phare à Tournefeuille  ; au sud, respectivement du centre vers la périphérie, la salle du Bijou, Le Ramier / Kléo, le Casino-Théâtre et la salle du Confluent à Portet-sur-Garonne  ; et enfin au sud-est, les salles du Cap et de Vents du Sud à Toulouse, Le Bikini et le Havana Café à Ramonville-Saint-Agne. Les territoires du Sud toulousain sont particulièrement représentés puisque près de 75  % des salles sont localisées dans les quartiers sud de la ville centre ou dans les communes environnantes (Tournefeuille, Portet-sur-Garonne et Ramonville-Saint-Agne). De même, l’ouverture des deux salles de concert localisées à Tournefeuille et Ramonville-Saint-Agne accentue l’éclatement de cette activité et renforce par la même occasion le dynamisme des territoires déjà identifiés au début des années 2000.

44La distribution géographique de l’offre toulousaine participe à l’organisation d’un modèle spatial d’agglomération au fonctionnement polycentrique. Ce dernier accentue la fragmentation des territoires métropolitains par l’éparpillement des pôles de diffusion dans les marges du territoire urbain. Cette dispersion s’explique à la fois par les caractéristiques territoriales du pôle urbain – l’étendue de la commune de Toulouse et un étalement périurbain très prononcé, une configuration institutionnelle atypique avec un découpage politico-administratif en trois communautés d’agglomération – et par le manque de concertation entre acteurs de la sphère publique et artistique – faible implication de la commune centre, absence de compétence culturelle au sein des trois communautés d’agglomérations – entraînant la superposition d’initiatives publiques et privées.

45Si la périphérie concentre la majorité des salles de spectacle toulousaines, l’activité au centre-ville n’est pas pour autant inerte mais s’inscrit dans un contexte différent. Celle-ci est portée non pas par un ou deux équipements structurants mais s’organise autour des petits lieux alternatifs évoqués précédemment et dont les principaux sont représentés sur la figure 4. La localisation de ces lieux répond à des stratégies d’acteurs individuels, à la recherche chacun du meilleur équilibre entre, d’une part, les différentes exigences qui relèvent d’une telle activité – isolation sonore des locaux, configuration de la salle, disponibilité du foncier, normes de sécurité – et, d’autre part, les atouts / contraintes du territoire – voisinage, coût du foncier, accessibilité, proximité des lieux de vie, etc. Ces lieux sont répartis principalement dans l’hypercentre, le long des boulevards (canal de Brienne, place Arnaud Bernard, boulevard de Strasbourg, avenue Riquet), près des lieux fréquentés par les étudiants (place Saint-Pierre et place Esquirol), et viennent ainsi renforcer une offre de sortie dans le parcours des habitants du centre-ville. L’activité musicale du centre-ville s’intègre ainsi dans ces «  territoires de parcours  » (Augustin, Lefebvre, 2004), composés d’artistes en mouvement, à la recherche de lieux qui n’ont pas la qualité musicale proprement dite.

46La répartition des lieux de diffusion toulousains, à travers la distinction des salles de spectacles et des lieux alternatifs, permet d’identifier un découpage du pôle urbain toulousain en deux territoires musicaux : le «  on  », qui correspond aux espaces périphériques de l’agglomération, et le «  off  » au centre-ville. Le «  on  » se définit par ses lieux rayonnants, de véritables salles de spectacle, à grande capacité d’accueil et attirant un public provenant de l’ensemble du pôle urbain, voire au-delà de ses limites. Le territoire «  off  » se caractérise par la localisation d’une multitude de petits lieux alternatifs, des lieux de proximité, de petite capacité, dont la configuration est souvent peu adaptée à la diffusion de musiques amplifiées. L’activité du centre-ville est portée par un fourmillement d’initiatives locales et individuelles vectrices de dynamiques urbaines que l’on peut différencier également du «  on  » selon le type de programmation  : beaucoup plus fréquente, diversifiée, spontanée, parfois non déclarée et improvisée.

Fig. 3 – La localisation des principales salles de spectacle de l’agglomération toulousaine utilisées pour la diffusion des musiques amplifiées

Fig. 3 – La localisation des principales salles de spectacle de l’agglomération toulousaine utilisées pour la diffusion des musiques amplifiées

1. Zénith (Toulouse) ; 2. Le Phare (Tournefeuille) ; 3. Confluent (Portet-sur-Garonne) ; 4. Halle aux Grains (Toulouse)  ; 5. Grande Halle (L’Union) ; 6. Salle Alizée (Muret) ; 7. Le Bikini (Ramonville-Saint-Agne) ; 8. Casino Barrière (Toulouse) ; 9. Odyssud (Blagnac)  ; 10. Havana Café (Ramonville-Saint-Agne) ; 11. La Mounède (Toulouse) ; 12. Altigone ( Saint-Orens) ; 13. Théâtre des Mazades (Toulouse)  ; 14. Le Cap (Toulouse) ; 15. Vents du Sud (Toulouse) ; 16. Salle Nougaro (Toulouse) ; 17. Espace Croix-Baragnon (Toulouse) ; 18. Cave Poésie (Toulouse) ; 19. Bijou (Toulouse) ; 20. Chapeau Rouge (Toulouse).

Réalisation  : S. BALTI, enquête 2008

Fig. 4 – Les principaux lieux alternatifs utilisés au centre-ville de Toulouse pour la diffusion des musiques amplifiées

Fig. 4 – Les principaux lieux alternatifs utilisés au centre-ville de Toulouse pour la diffusion des musiques amplifiées

Réalisation  : S. BALTI, enquête 2008

47Cette localisation des équipements dans les marges du pôle urbain participe ainsi à une remise en question des hiérarchies urbaines avec un rapport de centralité inversé conduisant la périphérie à assurer un rôle de centralité (Balti, 2005). La périphérie apparaît en effet comme le territoire central de la diffusion, ou le territoire rayonnant, car elle concentre la plupart des lieux de diffusion à vocation métropolitaine. La diffusion des musiques amplifiées est une occasion, pour des quartiers péricentraux de Toulouse, de renforcer leur identité au sein de la commune en se voyant attribuer une fonction autre que celles qui lui sont généralement attribuées (Arènes, Sept Deniers, Rangueil, Saint-Simon). Pour certaines communes périphériques, elle constitue une opportunité d’émancipation locale par laquelle des territoires a priori marginaux se voient assumer une vocation à l’échelle de l’agglomération et non plus seulement une fonction d’habitat.

48Sur ce point, une comparaison avec Bordeaux permet d’insister sur l’originalité du territoire toulousain. Comme à Toulouse, l’aménagement culturel de l’agglomération bordelaise ne fait pas l’objet d’une concertation commune, si bien que la répartition spatiale des équipements se traduit par une juxtaposition de polarités culturelles et un désé­quilibre important de l’offre au détriment des territoires enclavés de la rive droite. Mais, à la différence de Toulouse, les centres de musiques amplifiées reflètent les hiérarchies du territoire métropolitain et accentuent ainsi les déséquilibres territoriaux (Favory, 2004). La commune de Bordeaux affirme, par exemple, sa centralité au sein de l’agglomération avec le Rock-School Barbey, un équipement local incontournable et plurifonctionnel avec salle de concert, studios de répétition, d’enregistrement, pôle d’information et espace de rencontre (Raibaud, 2000). Au contraire, dans l’agglomération toulousaine, Ramonville-Saint-Agne et Tournefeuille représentent aujourd’hui les deux pôles centraux et structurants de la diffusion locale. Leur situation est le résultat d’initiatives municipales qui ont conduit à attirer sur leur territoire des entrepreneurs du spectacle déjà reconnus et clairement identifiés dans le milieu de la diffusion et des musiques amplifiées.

2. Deux initiatives municipales renforçant la centralité de territoires périphériques  : les exemples de Ramonville-Saint-Agne et de Tournefeuille

49Ramonville-Saint-Agne et Tournefeuille sont deux communes de première couronne qui mènent depuis plusieurs années une politique culturelle ambitieuse tournée notamment vers la jeunesse et les arts de la rue. L’intérêt porté par ces municipalités aux musiques amplifiées depuis plusieurs années s’est concrétisé par l’accueil de deux pointures de la diffusion sur leur territoire. Ces dernières se sont forgées au fil des années une certaine réputation auprès du tissu associatif local, mais également des tourneurs nationaux et internationaux. L’initiative de ces deux communes vient ainsi renforcer l’éparpillement des activités de diffusion dans les marges de l’agglomération.

50Le Bikini à Ramonville-Saint-Agne

51L’intérêt porté par Ramonville-Saint-Agne au secteur des musiques amplifiées n’est pas récent puisque, dès les années 1980, des scènes ouvertes sont soutenues afin d’accompagner l’essor de jeunes groupes amateurs en leur offrant de meilleurs conditions d’expression. Par solidarité avec le Bikini, les élus locaux proposent, dès le lendemain de l’explosion de l’usine AZF, la location d’une salle communale à des tarifs avantageux, et garantissent une place privilégiée à l’activité de diffusion dans la programmation de cette salle. Durant six ans, plus de 200 concerts ont pu ainsi être organisés dans cette salle de fêtes, devenue temporairement la première salle de concert toulousaine.

  • 20 Bien que limitrophe à la commune centre, Ramonville-Saint-Agne n’appartient pas à la même structure (...)

52Contrairement à Toulouse qui n’a jamais offert les garanties suffisantes pour retenir cet équipement sur son territoire, la municipalité de Ramonville-Saint-Agne manifeste rapidement la volonté de s’engager durablement dans cette coopération avec Le Bikini. Elle encourage ainsi l’installation définitive de la future salle de concert sur son territoire en proposant un terrain correspondant aux attentes et aux exigences d’une telle activité  : cadre du site attractif et suffisamment éloigné des zones d’habitat, infrastructures de voiries, proximité d’une station de métro. Par ailleurs, le SICOVAL 20 participe, à hauteur de 20  %, au cofinancement de la reconstruction et prend en charge la totalité des coûts d’infrastructure. Le Bikini, la municipalité et la communauté d’agglomération s’entendent alors sur le nouveau mode de gestion de la salle (Crespin, 2007)  : le SICOVAL loue le lieu à l’équipe de direction du Bikini alors que cette dernière en garde la gestion. Des concertations sont également en cours afin d’intégrer l’équipement dans la politique culturelle de la commune. Cette collaboration entre acteur privé et public s’inscrira dans la lignée des orientations de la politique culturelle municipale et devrait par exemple permettre aux élèves de l’école de musique d’assurer ponctuellement quelques représentations dans la salle de concert.

53Depuis l’inauguration de sa nouvelle salle, la fréquence des concerts organisés par l’équipe du Bikini a décuplé avec plus d’une centaine de soirées organisées chaque année. Outre les lieux privés qui existaient déjà sur le territoire (le Havana Café, les Marins d’eau douce, la péniche Chèvrefeuille), la commune s’est dotée d’un équipement d’une capacité de 1 500 places dont la configuration et la qualité acoustique est reconnue par l’ensemble des mélomanes et spécialistes de musiques amplifiées. Grâce à la réputation d’une équipe artistique et aux efforts engagés par la municipalité, Ramonville-Saint-Agne s’est ainsi forgée une place centrale dans la diffusion des musiques amplifiées dont le rayonnement dépasse largement l’échelle métropolitaine.

54Le Phare à Tournefeuille

55Le Phare est un nouvel équipement de l’agglomération toulousaine inauguré quelques jours seulement après la réouverture du Bikini. Son projet, né de la rencontre entre l’association Première Pression et la municipalité, s’inscrit dans la continuité d’une politique culturelle dynamique menée depuis le début des années 2000. Un ensemble d’équipements dédiés à la culture (médiathèque, école de musique et de danse, salle des fêtes, cinéma) a été aménagé autour de la mairie, contribuant à renforcer l’identité et l’attractivité du cœur de la commune.

  • 21 Enquêtes 2005.

56Venue solliciter de l’aide auprès de la mairie, l’association de diffusion est à l’origine de cette coopération. L’intérêt immédiat porté par la municipalité de Tournefeuille témoigne d’une politique culturelle dynamique basée sur l’ouverture d’un territoire aux initiatives artistiques. Au fur et à mesure de la collaboration, des liens se créent entre les deux partis, une confiance s’installe avec la satisfaction mutuelle du travail bien fait. Rencontré en 2005, F. Lajuzan, directeur des Affaires culturelles de Tournefeuille, souligne l’opportunité pour la ville d’une coopération avec Première Pression  : «  Nous, on ne sait pas faire avec les musiques actuelles, donc on a signé une convention avec ceux qui savent  : des gens compétents qui depuis leur arrivée ont permis en trois ans de faire grimper la fréquentation annuelle des concerts à Tournefeuille de 8 000 à 40 000 spectateurs 21.  »

57Rapidement la nécessité de construire une salle de spectacle qui puisse accueillir de telles activités apparaît dans le débat public. Une fois adoptée la décision de construire cet équipement, l’association Première Pression remporte l’appel d’offre, marquant ainsi le renforcement du partenariat entre les deux acteurs. En échange de ses compétences, Première Pression a un accès prioritaire à cette nouvelle salle municipale, équipée pour les musiques amplifiées et d’une capacité maximum de 3 500 places. La commune reste ainsi propriétaire des locaux mais l’association, soumise à des tarifs avantageux, devient locataire privilégié en ne versant qu’un euro par entrée payante.

58Grâce à cette coopération forte entre acteur associatif et public, Première Pression et Tournefeuille s’affirment depuis quelques années comme étant un nouveau pôle de diffusion reconnu sur l’ensemble de l’agglomération toulousaine. Le succès de cette activité repose sur la complémentarité de ces deux acteurs qui ont su mettre en commun leurs compétences respectives pour s’associer dans la réalisation d’un projet culturel commun.

59La construction et la nouvelle localisation des deux principales salles toulousaines sont ainsi liées à deux initiatives municipales de communes périphériques. Ces dernières ont su attirer sur leur territoire un savoir-faire déjà existant au sein du pôle urbain. Ramonville-Saint-Agne et Tournefeuille ont ainsi saisi l’occasion pour venir suppléer une offre de lieux de diffusion de la ville centre insuffisante. Ces deux collaborations entre secteur privé et public répondent néanmoins à un engagement différent des deux communes  : si Le Bikini reste la propriété d’un acteur privé qui a engagé une convention particulière avec la communauté d’agglomération du SICOVAL, Le Phare demeure quant à lui une salle municipale également ouverte à plusieurs associations locales. Malgré ce statut différent, l’activité de diffusion constitue pour ces deux communes limitrophes une opportunité d’émancipation locale grâce à laquelle des territoires péricentraux, a priori marginaux, se voient assigner une fonction à vocation métropolitaine. Ces nouveaux territoires musicaux jouent ainsi un rôle moteur dans la conduite de cette activité, impulsant la dynamique du territoire et attirant un public venant de l’ensemble du pôle urbain toulousain et même bien au-delà. On peut néanmoins s’interroger sur la pérennité de cette configuration dans la mesure où c’est P. Cohen, ancien maire de Ramonville-Saint-Agne désormais élu à Toulouse, qui a largement contribué au dynamisme de la commune du Sud toulousain. Son arrivée à la mairie de Toulouse et la volonté affirmée par la nouvelle équipe municipale de placer la culture au cœur de son mandat laissent penser un repositionnement prochain de la ville centre dans le secteur des musiques amplifiées. Cette éventualité n’est pas sans susciter l’interrogation des élus de communes périphériques déjà impliquées, appartenant à une structure intercommunale extérieure comme Ramonville-Saint-Agne, ou à celle de Toulouse comme Tournefeuille.

  • 22 Entretien réalisé le 7 avril 2008.

«  La mise en synergie des forces présentes sur le territoire de l’agglomération me paraît essentielle. Il faut faire attention à ne pas trop créer de lieux isolés les uns des autres sans qu’il n’y ait de véritable réflexion, c’est-à-dire un regard global sur l’ensemble de la thématique. Si l’on se met à créer des lieux partout, il y en a certains qui ne vont plus pouvoir vivre (…). On est ici sur de l’industrie culturelle, de l’économique et donc forcément de la concurrence. L’intérêt est de proposer des choses complémentaires. Il est donc nécessaire d’engager une réflexion commune de mise en réseaux 22.  »

60Danièle Buys
maire adjointe de Tournefeuille, chargée de la culture

Conclusion

61Le territoire musical toulousain se caractérise donc par l’éclatement de ses lieux de diffusion et par les nombreux déplacements dans la localisation des activités. L’éparpillement des principales salles de concert dans les marges de l’agglomération contribue à la fragmentation des territoires urbains et attribue ainsi au pôle urbain une configuration originale  : Toulouse, commune centre, devient dépendante de ses périphéries pour la diffusion des musiques amplifiées. Par ailleurs, l’insuffisance du nombre de lieux est dénoncée à l’unanimité par les acteurs de terrain  : le faible investissement des élus locaux pour la culture, la rigidité des réseaux et la difficulté à créer des interférences entre le milieu institutionnel et associatif sont les principales raisons invoquées dans leurs propos. Cette frustration vécue au quotidien pose des interrogations quant au dynamisme futur de la scène locale. Ces manques représentent-ils une menace pour le potentiel artistique toulousain  ? à l’image de ce qu’a pu être le départ de la compagnie Royal de Luxe à Nantes, existe-t-il une fuite des artistes toulousains vers des territoires extérieurs  ? Malgré ces incertitudes, la scène toulousaine dispose d’atouts non négligeables impulsés principalement par des initiatives privées – professionnels de la diffusion, artistes, passionnés ou encore étudiants. Le retrait des acteurs institutionnels a laissé dans la ville un espace vide qu’ont investi ces acteurs pour structurer un territoire, construire des réseaux basés sur la solidarité et la proximité.

62Le tissu associatif constitue ainsi la richesse du territoire toulousain. Du manque de reconnaissance et de moyens est né le désir d’émancipation de l’artiste. Ce dernier, en tant que groupe d’acteurs indépendants, interroge sur sa participation à la création de nouvelles médiations territoriales et sur la place qu’il occupe dans la construction des territoires métropolitains. Quelle est par exemple la capacité de l’artiste à redonner du sens au territoire local  ? Son implication à l’échelle locale et ses réseaux de proximité sont-ils révélateurs de nouvelles références individuelles et collectives qui permettent aux habitants de se situer dans un environnement qui perd de sa lisibilité  ? En outre, quel peut être l’impact de ces initiatives ultra-flexibles dans l’organisation d’un territoire urbain  ? Par ailleurs, si les musiques amplifiées sont longtemps restées en dehors des préoccupations institutionnelles, le contexte actuel semble évoluer avec l’arrivée de la nouvelle équipe municipale qui situe la culture au centre du projet politique. Aujourd’hui, un dialogue inédit semble s’engager entre la mairie de Toulouse et ses artistes… Cette première rencontre soulève un certain nombre d’enjeux liés à la mise en place d’une nouvelle gouvernance dans un territoire caractérisé par l’isolement de ses acteurs et la fragmentation de ses territoires. Comment intégrer l’artiste dans la construction d’une scène institutionnalisée qui se situe cette fois au cœur d’un projet politique  ? Quelle peut être la participation de l’artiste dans la co-construction des territoires avec les autres acteurs de la ville  ? Comment accompagner des dynamiques artistiques existantes sans risquer de les étouffer  ? Comment faire finalement cohabiter des acteurs qui n’ont jamais vécu ensemble et parvenir à créer des synergies  ?

Sites Internet

www.couac.org : Collectif Urgence d’Acteurs Culturels

http://www.olibanum.org/​: Les Pavillons Sauvages

Haut de page

Bibliographie

Augustin J.-P., Latouche D., Lieux culturels et contextes de villes, Talence, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998, 212 p.

Augustin J.-P., Lefebvre A., Perspectives territoriales pour la culture, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004, 298 p.

Balti S., La diffusion des musiques actuelles au sein du pôle urbain toulousain, mémoire de maîtrise Géographie et Aménagement (sous la dir. de F. Leriche et de M. Sibertin-Blanc), Toulouse, 2005, 187 p.

Balti S., Vie musicale et dynamiques urbaines  : système d’acteurs, réseaux et territorialisation des musiques amplifiées, mémoire de master 2 Géographie et Aménagement du territoire (sous la dir. de M. Sibertin-Blanc et de J.-P. Wolff), Toulouse, 2006, 146 p.

Burgess E., «  La croissance de la ville  », in Grafmeyer Y., Joseph I. (dir.), L’école de Chicago – Naissance de l’écologie urbaine, 1984, p. 131-147.

Crespin J., Deux projets culturels en banlieue toulousaine  : l’exemple des salles de diffusion musicale à Ramonville et Tournefeuille, mémoire de master 1 Géographie et Aménagement du territoire (sous la dir. de M. Sibertin-Blanc), Toulouse, 2007, 91 p.

Meckel N., Musiques actuelles en Midi-Pyrénées de mars à juin 2005, Un état des lieux réalisé à l’intention de la Région Midi-Pyrénées, Toulouse, 2005, 99 p.

Nicolas J., Les territoires de la création et de la production dans les musiques amplifiées, l’expérience toulousaine, mémoire de maîtrise Géographie et Aménagement du territoire (sous la dir. de M. Sibertin-Blanc et de J.-M. Zuliani), Toulouse, 2005, 213 p.

Raibaud Y., «  L’Aquitaine et les musiques amplifiées  : une Région en pointe pour un nouveau mode de développement culturel  », Sud-Ouest Européen, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 2000, p. 39-48.

Sibertin-Blanc M., «  Diffusion des musiques amplifiées et recompositions urbaines  : l’agglomération toulousaine après l’explosion de l’usine AZF  », Espaces et Sociétés, 2004, no 118, 18 p.

Sibertin-Blanc M., «  Initiatives culturelles et structuration des territoires de l’espace métropolitain toulousain  », in Augustin J.-P., Lefebvre A., Perspectives territoriales pour la culture, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004, p. 107-131.

Siino C., Laumière F., Leriche F. (dir.), Métropolisation et grands équipements structurants, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, coll. «  Villes et Territoires  », 2004, 305 p.

Touche M., «  Les lieux de répétition des musiques amplifiées, défauts d’équipements et malentendus sociaux  », Les Annales de la Recherche Urbaine, 1996, no 70, p. 58-67.

Haut de page

Annexe

Personnes rencontrées

Steve Bonet, chanteur guitariste de Samsara,

Guilhem Puech, batteur de Samsara (Post-rock)

Entretien réalisé le 7 mars 2008

Nicolas Bordes, membre des Musicophages (médiathèque associative)

Entretien réalisé le 11 mars 2008

Danièle Buys, maire adjointe de Tournefeuille, chargée de la culture

Entretien réalisé le 7 avril 2008

Julien Cassarino, chanteur guitariste de Psykup (métal), chanteur de Manimal (métal) et de Simone Choule (rock), membre du collectif Antistatic

Entretien réalisé le 6 mai 2008

Benoît Joyeux, chargé de communication au Let’s Motiv, agenda culturel toulousain

Entretien réalisé le 6 mai 2008

Gabriel Povert, chanteur guitariste de Mesryne (rock), président de Rockcitarn (organisation de concerts et festivals) et animateur sur Musikom (radio associative)

Entretien réalisé le 13 mars 2008

Jacques Tschiember, membre de l’association La Chatte à la Voisine (organisation de concerts rock indépendants)

Entretien réalisé le 3 avril 2008

Haut de page

Notes

1 25  % des Français déclarent aujourd’hui jouer d’un instrument alors qu’ils n’étaient que 15,4  % en 1973. De la même manière, le nombre de sorties pour les concerts de musiques amplifiées augmentent sensiblement chaque année (Donnat, 2003).

2 G. Jumaire (Production Bleu Citron) constate «  une perte de fréquentation du public de l’ordre de 10 à 20  %  », in Tout Toulouse, 29 mai 2002.

3 J. Cassarino, artiste toulousain. Entretien réalisé le 6 mai 2008.

4 Enquêtes 2008.

5 Capacité d’accueil, configuration de la jauge, qualité acoustique.

6 Entretien réalisé le 13 mars 2008.

7 Entretien réalisé le 3 avril 2008.

8 www.couac.org

9 Entretien réalisé le 11 mars 2008.

10 J. Tschiember, entretien réalisé le 3 avril.

11 www.couac.org

12 J. Tschiember, entretien réalisé le 3 Avril 2008.

13 Recensement effectué par S. Balti.

14 http://www.olibanum.org/

15 G. Povert (enquête 2008).

16 N. Bordes, entretien réalisé le 11 mars 2008.

17 G. Povert, entretien réalisé le 13 mars 2008.

18 Cet équipement a d’ailleurs un impact limité sur la diffusion des musiques «  amplifiées  » puisque la programmation est réservée en priorité aux musiques classiques avec l’Orchestre national du Capitole.

19 D’autres salles de ce type sont utilisées pour la diffusion des musiques amplifiées mais ne figurent pas dans le classement car leur programmation est très irrégulière  : la salle G. Brassens de Aucamville, la salle J. Brel de Castanet Tolosan, la salle Comminges de Colomiers et le Théâtre municipal de Pibrac.

20 Bien que limitrophe à la commune centre, Ramonville-Saint-Agne n’appartient pas à la même structure intercommunale que Toulouse. En 2008, l’agglomération toulousaine présente la singularité d’être divisée en trois communautés d’agglomération  : la Communauté d’agglomération du Grand Toulouse (CAGT), la Communauté d’agglomération du Muretain dans le Sud-Ouest toulousain, et le SICOVAL (Syndicat intercommunal d’aménagement et de développement des coteaux et de la vallée de l’Hers) au sud-est, dont fait partie Ramonville-Saint-Agne.

21 Enquêtes 2005.

22 Entretien réalisé le 7 avril 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La localisation des activités du Bikini entre 2001 et 2007
Légende Salle des fêtes (Ramonville-Saint-Agne) ; 2. Vents du Sud (Toulouse) ; 3. Zénith (Toulouse) ; 4. Havana Café (Ramonville-Saint-Agne)  ; 5. Café Rex (Toulouse) ; 6. Confluent (Portet-sur-Garonne) ; 7. Ramier (Toulouse) ; 8. Grande Halle (L’Union) ; 9. Salle Mermoz (Toulouse)  ; 10. Marins d’Eau Douce (Ramonville Saint-Agne) ; 11. Mounède (Toulouse) ; 12. Halle aux Grains (Toulouse) ; 13. Rio Grande (Montauban)  ; 14. Bijou (Toulouse) ; 15. Cri de la Mouette (Toulouse) ; 16. Théâtre des Mazades (Toulouse) ; 17. Altigone (Saint-Orens).
Crédits Réalisation  : S. BALTI, enquêtes 2005 et 2008
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 2 – La localisation des activités du Bikini et de Première Pression entre 2001 et 2007
Légende 1. 4 Sans (Bordeaux) ; 2. Altigone (Saint-Orens) ; 3. Bijou (Toulouse) ; 4. Brasserie Pierre (Toulouse)  ; 5. Café Rex (Toulouse) ; 6. Casino (Ax-les-Thermes) ; 7. Confluent (Portet-sur-Garonne) ; 8. Cri de la Mouette (Toulouse) ; 9. Espace M. Pagnol (Villeneuve-Tolosane)  ; 10. Foyer R. Panouse (Tournefeuille) ; 11. Grande Halle (L’Union) ; 12. Gymnase (Ax-les-Thermes) ; 13. Halle aux Grains (Toulouse)  ; 14. Havana Café (Ramonville-Saint-Agne) ; 15. Kléo (Toulouse) ; 16. Latino Palace (Toulouse) ; 17. Marins d’eau douce (Ramonville-Saint-Agne) ; 18. Mounède (Toulouse) ; 19. Ramier (Toulouse) ; 20. Rio Grande (Montauban) ; 21. Salle A. Camus (Cugnaux) ; 22. Salle Mermoz (Toulouse) ; 23. Salle des fêtes (Ramonville-Saint-Agne) ; 24. Théâtre des Mazades (Toulouse) ; 25. Vents du Sud (Toulouse) ; 26. Zénith (Toulouse).
Crédits Réalisation  : S. BALTI, enquêtes 2005 et 2008
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2012/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 3 – La localisation des principales salles de spectacle de l’agglomération toulousaine utilisées pour la diffusion des musiques amplifiées
Légende 1. Zénith (Toulouse) ; 2. Le Phare (Tournefeuille) ; 3. Confluent (Portet-sur-Garonne) ; 4. Halle aux Grains (Toulouse)  ; 5. Grande Halle (L’Union) ; 6. Salle Alizée (Muret) ; 7. Le Bikini (Ramonville-Saint-Agne) ; 8. Casino Barrière (Toulouse) ; 9. Odyssud (Blagnac)  ; 10. Havana Café (Ramonville-Saint-Agne) ; 11. La Mounède (Toulouse) ; 12. Altigone ( Saint-Orens) ; 13. Théâtre des Mazades (Toulouse)  ; 14. Le Cap (Toulouse) ; 15. Vents du Sud (Toulouse) ; 16. Salle Nougaro (Toulouse) ; 17. Espace Croix-Baragnon (Toulouse) ; 18. Cave Poésie (Toulouse) ; 19. Bijou (Toulouse) ; 20. Chapeau Rouge (Toulouse).
Crédits Réalisation  : S. BALTI, enquête 2008
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2012/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 4 – Les principaux lieux alternatifs utilisés au centre-ville de Toulouse pour la diffusion des musiques amplifiées
Crédits Réalisation  : S. BALTI, enquête 2008
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2012/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Balti et Mariette Sibertin-Blanc, « Les musiques amplifiées et leurs impacts dans la structuration des territoires métropolitains : l’exemple des activités de diffusion dans l’agglomération toulousaine », Sud-Ouest européen [En ligne], 27 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/2012 ; DOI : 10.4000/soe.2012

Haut de page

Auteurs

Samuel Balti

Doctorant en Géographie et Aménagement du Territoire, laboratoire LISST-Cieu, université Toulouse II – Le Mirail, UMR CNRS 5193 – EHESS, samuel.balti@univ-tlse2.fr

Mariette Sibertin-Blanc

Maître de conférence en Géographie et Aménagement du territoire, laboratoire LISST-Cieu, Université Toulouse II – le Mirail, UMR CNRS 5193 – EHESS, sibertin@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals