Navigation – Plan du site

Les fêtes dans la politique de la ville  : la jeunesse urbaine entre autonomie limitée et émancipation politique  ?

Feasts in town policy : urban youth between limited autonomy and political emancipation ?
¿Las fiestas en la política urbana : la juventud urbana entre autonomía limitada y emancipación política ?
Christophe Arpaillange et Jean-Pierre Augustin 

Résumés

Inscrite dans une démarche d’analyse des politiques publiques, cette contribution étudie les rapports qu’entretiennent les institutions et la société civile à travers les fêtes organisées dans les quartiers sensibles. Le territoire du Grand projet de ville (GPV) de l’agglomération bordelaise (70 000 habitants sur quatre communes) sert de support à l’étude de la mise en spectacle des fêtes. Ces fêtes sont des réjouissances collectives visant à réactiver dans la conscience collective un rapport à l’ordre préconisé. Au-delà de l’analyse critique de la dualisation des politiques publiques, des alternatives restent possibles pour mieux prendre en compte l’émancipation des jeunesses urbaines.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Arpaillange Ch., Montané M.-A., «  La politique de la ville ou le management public saisi par la dé (...)

1La politique de la ville, qui mise sur l’agenda institutionnel depuis les années 1980 pour répondre aux émeutes de la jeunesse des quartiers de grands ensembles, s’est structurée à partir des rapports, publiés à La Documentation française, d’Hubert Dubedout (Ensemble, refaire la ville, janvier 1983), Gilbert Bonnemaison (Face à la délinquance  : prévention, répression, solidarité, décembre 1982) et Bertrand Schwartz (L’insertion sociale et professionnelle des jeunes, septembre 1981). Elle vise, en agissant sur le logement, l’aménagement urbain et les politiques sociales, à développer l’insertion sociale des habitants, et notamment des jeunes. Cette politique se présente comme ayant à la fois la vocation et les méthodes pour reconfigurer l’action publique perçue comme excessivement sectorisée, et renforcer la démocratie représentative par le développement d’instances et de consultation des habitants 1. La contractualisation entre les villes et l’état, le recours aux techniques de management de projet, et la participation des habitants au processus de décision sont les éléments saillants de ces nouvelles politiques publiques. Enfin, la politique de la ville se concentre sur des territoires définis institutionnellement, en d’autres termes des territoires «  zonés  » à partir de caractéristiques sociales et urbaines principalement situées à la périphérie des grandes villes.

  • 2 Cf. notamment  :- Augustin J.-P., Montané M.-A., «  Différenciation et dualisation de l’action publ (...)

2Cette contribution, qui s’appuie sur des études centrées sur la jeunesse urbaine et les «  politiques jeunesse  » 2, repose sur deux hypothèses principales. D’une part, la politique de la ville est d’origine institutionnelle, accordant en pratique, et à l’inverse du discours qui la légitime, une importance prépondérante à l’offre publique sur les initiatives privées et associatives. D’autre part, vis-à-vis de la jeunesse urbaine cette politique est conçue comme «  transversale  » et interministérielle  ; elle se superpose aux politiques jeunesse et sectorielles préexistantes, au moins autant qu’elle se confond avec elles ou les réoriente. En pratique c’est une dualisation de l’action publique en direction de la jeunesse qui se structure  ; la politique de la ville se spécialise socialement et territorialement, et concentre ses interventions sur l’offre de services spécifiques en direction des jeunes considérés comme «  en difficulté  » et habitant les territoires dits «  sensibles  ».

  • 3 Encyclopédie de l’Agora  : http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Fete

3Cette étude examine in situ les effets de la politique de la ville sur un espace urbain particulier, celui de l’agglomération bordelaise dans son ensemble, et avec une attention plus particulière sur le territoire du Grand Projet de Ville qui regroupe les communes de Bassens, Cenon, Floirac et Lormont, soit un ensemble urbain de plus de 70 000 habitants représentant 10  % de la population de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), comportant plus de 50  % de logements sociaux et dont la population est fortement paupérisée (fig. 1). Nous avons choisi de nous intéresser plus particulièrement à la fête entendue comme un «  ensemble de réjouissances collectives destinées à commémorer périodiquement sinon un désordre, du moins des dérogations à l’ordre, pour obtenir ou réactualiser dans la conscience collective l’assentiment à l’ordre préconisé  » 3. On notera que dans cette visée, c’est le jeu symbolique de la praxis par rapport au mythe qui donne sens. La fête n’a de valeur que pour le groupe qui utilise symboliquement le mythe. Les fêtes dans les sociétés modernes n’ont de ce fait que peu de rapport avec celles des milieux traditionnels.

4Cette posture, qui s’intègre dans une démarche d’analyse des politiques publiques, vise d’abord à apprécier les rapports qu’entretiennent institutions et société civile à travers les expressions «  festives  ». Elle propose ensuite de mettre en lien le degré et le mode d’intégration de la politique de la ville vis-à-vis d’autres politiques publiques concernant la culture, le sport, l’animation ou la prévention. Enfin, elle tente de déceler l’invention et la promotion, par les institutions et les structures dont elle assure l’essentiel du financement, d’un mode de sociabilité original auprès des populations en général et de la jeunesse urbaine en particulier. à travers la question de la fête, et des fêtes, se retrouvent les ambiguïtés et des tensions sous-jacentes de ces politiques qui, au final, en révèlent les tendances lourdes.

  • 4 Gaudin J.-P., Gouverner par contrat, Presses de Science Po, 1999.

51) La politique de la ville est une démarche institutionnelle s’inscrivant dans un nouveau répertoire d’action publique. Cette démarche emblématique de la modernisation de l’action publique repose sur le triptyque de la contractualisation entre collectivités publiques 4, de la participation des publics concernés (principalement les habitants des quartiers et les jeunes «  de banlieues  ») et enfin, d’une politique évaluable et évaluée.

62) Les fêtes sont révélatrices des contradictions et conflits de l’action publique à travers les festivals et manifestations promus par la politique de la ville. C’est notamment le cas avec les combinaisons et les hybridations plus ou moins réussies avec l’éducation populaire, l’animation socioculturelle et les politiques culturelles au sens strict du terme, entendue comme labellisée et souvent financée par le ministère de la culture et les Directions régionales des affaires culturelles (DRAC). Les fêtes, festivals et événements qui s’inscrivent dans ce cadre découlent de la tendance à l’institutionnalisation au risque de la disparition de la spontanéité et de la participation «  autonome  » des habitants.

Fig. 1 – Situation géographique du GPV au sein de la Communauté urbaine de Bordeaux

Fig. 1 – Situation géographique du GPV au sein de la Communauté urbaine de Bordeaux

I – La politique de la ville, un nouveau répertoire d’action publique vis-à-vis de la fête

  • 5 Jobert B., Muller P., L’état en action, PUF, 1987.

7à travers la fête ou les fêtes sont en jeu les éléments d’une politique publique. Politique publique qui, selon la définition canonique de Bruno Jobert et Pierre Muller est bien constituée de moyens institutionnels sous forme de personnels, de financements ou de procédures réglementaires et conventionnelles initiant un programme d’actions  ; les éléments de cette politique reposent sur une vision du monde qui constitue une norme prescriptive de sens, d’objectifs et de méthodes d’action 5 que les auteurs nomment référentiel d’action publique. Les fêtes sont révélatrices de cette rhétorique qui se constitue en référentiel des nouvelles politiques sociales et de la démarche institutionnelle qu’elle sous-tend.

1. Les fêtes comme porteuses de rhétoriques de la politique de la ville

8La fête ou les fêtes, comme vecteurs d’action publique, favorisent un discours soutenu par la doctrine nationale et locale et par les «  professionnels  » de l’animation autour de plusieurs référents.

  • La (re)création de lien social sur un territoire donné et entre des populations spécifiques  : les jeunes, les habitants et les générations.

  • Les préoccupations d’image à la fois en terme de communication publique puisqu’il s’agit de changer «  la représentation des quartiers  » en visant d’une part les personnes extérieures (décideurs et habitants d’autres communes de l’agglomération) et, d’autre part, les habitants eux-mêmes en essayant de «  souder les habitants ou les jeunes autour d’événements positifs  ».

  • Le discours valorisant l’autonomie des habitants, et notamment des jeunes, et leur créativité.

  • Les préoccupations éducatives assez proches du discours traditionnel de l’éducation populaire et critiquant des attitudes perçues comme «  consuméristes  » des jeunes, ou des comportements «  d’assistés n’ayant pas le sens de l’effort pour obtenir des choses  ».

  • Le discours de modernisation de l’action publique par la promotion de politiques dites transversales pour s’opposer aux politiques sectorielles classiques et reposant sur le partenariat interinstitutionnel centré sur le contrat, l’approche globale / transversale des publics, la logique de projet et la participation des publics. Un discours qui est une revalorisation ou réaffirmation de l’action institutionnelle de la commune, de l’état et d’autres institutions partenaires.

  • 6 Joffredo, L., «  Les éternels retours  », TDC-revue du CNDPC, no 766, décembre 1998.

9Loïc Joffredo 6, décrivant les fêtes dans les sociétés modernes, insiste sur trois fonctions que revêtent les fêtes  : d’abord, favoriser la cohésion, 1’homogénéité du corps social et renforcer symboliquement le sentiment d’appartenance à un groupe et à un territoire  ; ensuite, permettre le progrès moral des individus  ; enfin, renforcer les normes dominantes de la vie sociale en permettant des excès limités dans le temps. Ce qui revient de ce point de vue à reprendre l’approche de Freud, pour qui «  la fête est un excès, permis voire ordonné, une violation solennelle d’un interdit  ».

  • 7 Ces termes de «  cohésion sociale  », «  mémoire des habitants  », «  mixité sociale  », etc., sont (...)

10Dans les quartiers de l’action publique labellisés «  politique de la ville  », c’est la première fonction de fabrication de consensus et d’appartenance à un groupe, de préférence élargi, qui prédomine sur la transgression de l’ordre, les débordements étant soigneusement balisés et limités. Les fêtes ont pour but de réaffirmer l’ordre social et la norme plus que de sécréter la rupture et le désordre qui accompagnent habituellement les fêtes. Elles ont pour ambition d’assurer la continuité du temps, célébrant la «  mémoire des habitants  » 7, et d’être facteur de «  cohésion sociale  ».

11La promotion, à travers les fêtes, des valeurs d’intégration sociale et d’appartenance territoriale que synthétise le terme de «  lien social  » est sensible au niveau national, et, au-delà des changements de contextes politiques, à travers les dispositifs mis en place comme «  1, 2, 3, à vous de jouer  » de 1998 ou comme la circulaire 2006 visant «  à développer l’action culturelle en faveur de l’intégration républicaine  », prise à la suite des émeutes de Seine-Saint-Denis de 2005. Ainsi, le dispositif «  1, 2, 3, à vous de jouer  » a pour objectifs de renforcer le dialogue avec les jeunes et les bénévoles, de contribuer à la solidarité et à la création sociale, de favoriser l’accès des jeunes aux pratiques, et de mobiliser les partenaires locaux pour constituer un espace populaire d’expression  ; il propose, en collaboration avec le mouvement sportif, d’inscrire la démarche autour de thèmes comme «  femmes et sports  » «  sport et handicap  », «  prévention de la violence dans le sport  » ou «  intégration des jeunes par le sport  ».

12De son côté, la circulaire du 8 mars 2006 a pour buts de favoriser l’accès de tous aux équipements culturels par une mise en réseau des structures de proximité, et de développer les actions de soutien et de qualification des pratiques artistiques émergentes dès lors qu’elles ne sont pas facteur d’isolement communautaire  ; il s’agit de favoriser l’adhésion aux valeurs républicaines par la culture, de valoriser la mixité des cultures d’origine et de mettre en cohérence les différents temps de vie des jeunes (études, travail, loisirs).

  • 8 Cité par «  Fête et Politique de la Ville  », ministère de la Culture, 2006.

13Au niveau local, les mêmes références sont utilisées dans les fêtes et événements sans distinctions des orientations politiques de la municipalité. Il s’agit d’une (ré)affirmation symbolique de l’unité du quartier par-delà les différences de statut social, d’origine et d’âge des habitants. Cette distinction vise à donner un rôle actif aux habitants, décrits comme impliqués, participants et «  citoyens  ». Une lecture des documents institutionnels, quelle que soit la localité, indique que «  la vie dans les quartiers est rythmée par des fêtes conviviales favorisant les rencontres, les échanges  », ou encore que la politique municipale vise à «  consolider la dimension culturelle et festive, à soutenir les fêtes permettant l’investissement de nombreux bénévoles et l’expression de la vie associative  ». Les professionnels de la politique de la ville et de l’animation, interrogés, reprennent les éléments de cette rhétorique mais apportent deux nuances. D’une part, ils indiquent qu’il s’agit bien d’encadrer les pratiques à travers des actions exemplaires et qu’il y a toujours une crainte de déréglement sous-jacent, par exemple en tentant d’éviter la vente d’alcool. D’autre part, ils insistent sur le rôle d’impulsion souvent donnée par les services municipaux et sur les injonctions politico-administratives tant locales que nationales. «  La fête est aujourd’hui un élément incontournable de toutes les politiques de la Ville. Au même titre que les opérations anti-été chaud ou les rénovations des cages d’escalier  », écrivait Philippe Muray 8. Cette institutionnalisation de la fête et cette unification rhétorique s’accompagnent de dispositifs administratifs et aboutissent à un relatif formatage au niveau national.

2. Les fêtes de la politique de la ville  : une démarche d’institution

14Les fêtes de la politique de la ville sont des évènements institutionnellement organisés et comprennent des éléments «  spécifiques  » qui les distinguent des autres festivités et les rattachent à la politique de la ville. De ce fait, à partir de l’accumulation d’expériences localisées, se dégage un modèle standardisé de la fête, qui tend à s’homogénéiser à l’échelle d’agglomérations et / ou de villes relevant des dispositifs nationaux, voire fonctionnant sur la base de produits homogènes faisant l’objet d’une définition et d’un label à l’échelle nationale. Les fêtes apparaissent donc comme s’intégrant dans une démarche stratégique de développement social et urbain et s’inscrivant dans des programmes, des contrats avec des besoins de financements et de cofinancements institutionnels  ; notons les partenaires institutionnels, comme la Caisse d’allocations familiales, les Conseils généraux et régionaux, l’état et plusieurs ministères tels ceux de la Jeunesse et des Sports, de la Culture, et de la Politique de la ville. Ainsi, la fête, telle qu’elle est pensée, se retrouve porteuse du référentiel d’action publique, ou plutôt des référentiels car on peut dégager deux types de fêtes  :

15a) les fêtes populaires liées à la recherche de la «  proximité  »

16Dans les premières années de la politique de la ville, ont été tentées des réactivations de traditions locales et parfois de références religieuses. Ainsi, se retrouvent promues des fêtes comme le carnaval, le réveillon et des festivités comme celles conçues autour du fleuve  : fêtes de l’Alose ou de la Morue. L’alose, péchée dans la Garonne et la Gironde, et la morue, salée et conditionnée à Bègles, participent d’une culture populaire réactivée par deux manifestations annuelles. Il s’agit dans cette conception de rapprocher les habitants des quartiers des festivités locales. Or, le constat, en matière de participation, est mitigé car il se heurte soit aux réticences des professionnels et bénévoles qui souhaiteraient ne pas avoir d’activité à cette date (le réveillon du Nouvel An) ou ne veulent pas faire évoluer leurs pratiques qui pourtant rencontrent une faible adhésion, notamment des jeunes.

17Ces réticences et ce relatif insuccès conduisent les professionnels de la politique de la ville et de l’animation à produire et organiser de nouvelles festivités dans le but pédagogique de susciter une plus forte participation des habitants. à partir de démarches au départ locales, comme les repas du quartier Arnaud-Bernard à Toulouse, ou les fonds de participation des habitants dans le Nord-Pas-de-Calais, se diffusent des savoir-faire et des objectifs similaires. L’association bordelaise «  Boulevard des potes  », qui organise des repas de quartier, synthétise l’ensemble de ces préoccupations.

18L’objectif est de favoriser la rencontre et de lutter contre l’anonymat entre les personnes. Pour cela, le repas de quartier a pour ambition de «  faire se rencontrer des voisins autour d’un repas convivial, interculturel et intergénérationnel, voici une des conditions d’une solidarité entre les personnes (…). Cette mobilisation doit avoir comme priorité de sensibiliser tous les habitants, des plus impliqués dans la vie collective aux moins avertis, par une démarche de proximité qui consiste à rencontrer les habitants en allant faire du porte-à-porte  : voici un aspect d’une démarche citoyenne. Plus qu’un simple repas, il s’agit de se mobiliser pour prendre part à la vie de la cité  » (fig. 2).

Fig. 2 – Fête de repas de quartier à Cenon, 2008

Fig. 2 – Fête de repas de quartier à Cenon, 2008

Source : GPV

  • 9 terme est tiré du travail de Jean-Baptiste Legavre dans le rapport du Groupe d’études du métier pol (...)

19Au fur et à mesure que la politique de la ville s’institutionnalise, s’opère un mouvement de nationalisation et de «  conformisation  » 9 de ces «  fêtes / évènements  ». Ainsi convergent les formes et les contenus de ces fêtes qui comprennent souvent des repas de quartier, des manifestations d’associations ou de groupes d’habitants et éventuellement un concert ou un spectacle où sont valorisées les pratiques des habitants, leurs cultures «  d’origine  » avec toutes les ambiguïtés du terme. Ainsi sont promues des initiatives nationales ou locales qui se superposent et souvent se substituent aux actions préexistantes. Sur l’agglomération bordelaise, les villes qui organisaient des repas de quartier sont incitées par la préfecture à s’inscrire dans une démarche d’agglomération sous l’égide de «  Boule­vard des potes  » et à organiser ces repas le même jour.

  • 10 Les Zones franches urbaines (ZFU), créées par la loi du 14 novembre 1997, sont des quartiers de plu (...)

20Au niveau national, d’autres initiatives se sont généralisées et institutionnalisées. Il s’agit tout d’abord de la «  journée nationale des quartiers  », conçue par l’association «  Entre­prendre villes et quartiers  ». Cette association fondée par Yves Jégo, le député-maire de Montereau-Fault-Yonne, regroupe les communes comprenant en 1997 une Zone franche urbaine 10. Commencée avec 20 communes en 1998, elle en rassemble 400 en 2006. De même, l’association «  Immeubles en fête  », née à Paris en 1997, organise annuellement la fête des Voisins, soutenue par de puissantes institutions, comme l’Association des maires de France et l’Union nationale des HLM, qui regroupe, en 2008, 560 communes en France et 140 en Europe. L’approche est la même  : renforcer les relations de proximité et renforcer le lien entre les institutions, villes et bailleurs sociaux et les habitants-locataires.

21b) Les fêtes construites autour des nouvelles expressions culturelles renvoyant à l’excellence culturelle

  • 11 L. Wacquant a montré, dès 1992, les abus et les effets excessifs de surimposition de sens qui décou (...)
  • 12 Dubar C., La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, PUF, 2000.
  • 13 V. Bordes, travaillant sur les mutations de l’animation, montre bien l’influence des professionnels (...)

22Parallèlement à ces fêtes de proximité ou de convivialité, sont apparues d’autres fêtes correspondant à des pratiques culturelles dites de «  cultures émergentes  » ou de «  cultures urbaines  », voire de «  musique du monde  ». Elles répondent, tout d’abord, à un certain nombre de critères, dont le premier est d’utiliser la rue (danse et musique urbaines et principalement le rap, le hip-hop et break-dance, sports urbains ou sports de rue, graphes etc.) ou très vite des équipements publics pour éviter justement que ces activités ne s’exercent sur la voie publique. Ces disciplines, inspirées des pratiques nées dans les ghettos urbains d’Amérique du Nord, sont appropriées de manière autonome par des institutions en rapport avec des jeunes appartenant à des minorités visibles des banlieues européennes. Même s’il n’y a pas de commune mesure ou de similarité entre ces situations, le ghetto 11 et la condition des minorités ethniques aux états-Unis servent de référence aux jeunes Européens de banlieue, qui l’incorporent à ce que Claude Dubar nomme leur «  bricolage identitaire  » 12. L’intervention des professionnels de la politique et de l’animation permet la fragile institutionnalisation de ces pratiques autonomes qui ne sont parfois intégrées qu’avec réticence par les pouvoirs publics 13. Toutefois, cette institutionnalisation s’accompagne d’un (re)formatage en un produit et un style culturel spécifiques. Le paradoxe est qu’une fois intégrées dans les circuits et programmations, ces nouvelles pratiques artistiques tendent à s’aligner sur la logique de la distinction culturelle «  public cultivé  » et à s’inscrire dans les circuits de commercialisation de la musique. Les consommateurs d’avant-garde ou le grand public tendent à se superposer et à supplanter les habitants des quartiers. De même, si quelques artistes venus des quartiers et des communes en politique de la ville réussissent à décrocher une reconnaissance culturelle, ce sont pour la plupart des professionnels formés aux techniques musicales et chorégraphiques déjà instituées qui s’approprient ces nouvelles formes d’expression, surtout dans le circuit de la programmation publique ou parapublique. L’objectif de la fête change  : il s’agit alors d’événements dont la programmation vise à attirer non seulement le public local mais aussi celui d’un territoire élargi à l’agglomération au nom de «  l’attractivité des quartiers  ».

II – Les fêtes, révélatrices des conflits dans l’action publique et d’une possible dualisation de l’action publique urbaine  ?

  • 14 Dupuy F., Thoenig J.-C., L’Administration en miettes, Fayard, 1985.

23La place et les formes des festivités, dans les territoires régis par la politique de la ville, doivent être analysées à partir de l’institutionnalisation d’une politique publique, c’est-à-dire d’un ensemble cohérent de mesures et de programmes d’action issus de l’activité d’une autorité investie de la puissance publique et de la légitimé gouvernementale 14.

24L’hypothèse proposée est que la politique de la ville est à la fois trop faiblement institutionnalisée au niveau de l’état pour n’être pas obligée de se situer dans les standards et référentiels des politiques sectorielles et, pour le thème de la fête, de ceux de la politique culturelle  ; mais qu’elle est suffisamment institutionnalisée pour contraindre les cadres de l’action publique au niveau local.

1. De la fête au festival, l’inscription problématique des démarches dans les cadres des politiques culturelles

  • 15 En ce qui concerne les rapports internes à l’Administration, nous faisons référence au rapport 2002 (...)

25Conçue comme interministérielle et décrite par ses promoteurs comme devant modifier en profondeur les modes de faire de l’action publique, la politique de la ville a relativement failli dans cette visée. L’empilement des textes de lois et des dispositifs en un temps court, à l’aune des temporalités étatiques, accentue cette impression. Qu’il s’agisse d’évaluations internes à l’administration effectuées par l’Inspection des finances ou la Cour des comptes ou d’évaluations sociologiques ou politistes 15, le constat est partagé que cette politique doit davantage s’inscrire dans les divers cadres d’action ministériels en concentrant les moyens d’intervention de l’état sur les quartiers urbains «  sensibles  » ou «  prioritaires  ».

26a) L’orientation culturelle des fêtes porte des éléments de nouveauté, et la forme qu’elles prennent concernant la promotion de cultures urbaines en émergence correspond au mode d’élaboration des politiques publiques. Ces éléments sont visibles dans les discours, chez les acteurs et dans les moyens qui entrent en interaction avec les politiques culturelles. En bref, la mise en œuvre de la politique de la ville fait surgir ou plutôt renforce les tensions pré-existantes entre institutions et parfois au sein de chacune des institutions.

27Envisagées au prisme de l’intervention territoriale, les politiques transversales ou interministérielles liées aux politiques jeunesse et de prévention de la délinquance sont portées par les villes ou parfois par les intercommunalités pour ce qui touche aux aspects sociaux et culturels  ; elles reposent explicitement sur des négociations entre l’état et les collectivités. L’état détient des moyens de financement spécifiques par le Fonds d’intervention pour la ville (FIV), et si, juridiquement, ce sont les préfectures qui décident de l’affectation du FIV, elles s’appuient en principe sur l’expertise des services sectoriels, donc de la DRAC.

  • 16 Ainsi l’Opéra et l’Orchestre tentent-ils avec des succès divers de rencontrer de nouveaux publics e (...)
  • 17 Cf. Raibaud Y., «  Les musiques du monde à l’épreuve des études postcoloniales  »  ; Mendjeli R., R (...)
  • 18 Lipsky M., Street-Level Bureaucracy. Dilemmas of the individual in public services, Russell Sage Fo (...)
  • 19 La participation des villes consiste surtout en la mise à disposition de lieux, de personnel et d’u (...)

28Aussi, même si d’autres priorités et actions peuvent être retenues, comme les programmes d’intervention des grandes institutions culturelles 16 dans les quartiers en vue d’éducation culturelle et de conquête d’un nouveau public, le résultat de l’interaction entre ces diverses instances aboutit à l’octroi massif des crédits du FIV au bénéfice d’actions festives reposant sur le hip hop, le rap, les musiques assistées par ordinateur, le travail de DJ. Cette priorité thématique est une construction sociale, une représentation résultant des demandes des jeunes, demandes inspirées, on l’a vu, par l’imaginaire du «  ghetto  » et les stéréotypes des professionnels. Ces derniers sont engagés dans la négociation et la proposition de projets visant à l’identification entre les cultures urbaines et la jeunesse de banlieue, pour ne pas dire les jeunes hommes appartenant aux minorités visibles 17. Pour autant, cette représentation n’est pas également partagée  : elle est plus forte dans les services de l’état que dans les collectivités, et plus forte également chez les professionnels les mieux placés dans les hiérarchies que chez les street-level bureaucrats 18. Sous ces contraintes institutionnelles et budgétaires, un consensus minimum se construit pour intégrer le financement des cultures émergentes sur les crédits de la politique de la ville. La DRAC peut ainsi, sans modifier les arbitrages de ses propres lignes budgétaires, autrement dit sans réduire les crédits consacrés aux cultures instituées, soutenir les nouvelles pratiques. Les villes, qui financent relativement peu ces activités (19), bénéficient d’animations également nouvelles.

29b) Par contre, la tension est plus vive autour du rôle prééminent des institutions dans la définition des critères «  artistiques et culturels  », qui fait prévaloir la perception de la DRAC contre celle de la politique de la ville. C’est l’imposition du critère de lecture «  culturelle  » par rapport à des productions associatives, et plus encore par rapport à celle des habitants. L’évolution générale de la fête de la musique, la disparition des «  scènes ouvertes  » séparent de manière de plus en plus étanche les artistes des profanes. En découle la promotion d’opérateurs «  reconnus  » et labellisés par la DRAC au vu de leur CV et de leurs compétences, voire l’imposition de fait de recourir à eux. Ces opérateurs labellisés obtiennent des positions de quasi-monopole et «  bloquent  » l’émergence d’associations plus locales.

30En même temps, ces opérateurs réclament une intégration et une reconnaissance dans les réseaux des politiques culturelles  ; ils fonctionnent sur le mode de monopoles privés reconnus et soutenus pas les collectivités publiques et s’organisent collectivement pour participer à la négociation, voire négocier avec les services de l’état et des grandes collectivités autour de la programmation. Les animateurs professionnels, et souvent les élus concernés, se perçoivent comme marginalisés et dépossédés de leur pouvoir de décision, même symbolique, certains d’entre eux allant jusqu’à dire dans les entretiens qu’ils se bornent à assurer l’intendance et le cofinancement d’une manifestation qui leur est imposée.

  • 20 Mendjeli R., Raibaud Y., «  Politique de la ville et construction de nouvelles images ethniques. Pe (...)

31Un autre enjeu résulte de la tension entre les logiques de management public de l’état et des grandes collectivités, qui tendent à une approche segmentée de type «  marketing-management  » de leur intervention, et l’approche territoriale et généraliste des villes. Si pour la plupart des responsables des services de l’état et des grandes collectivités en charge de la culture, les territoires labellisés «  politique de la ville  » doivent être spécialisés dans les «  cultures urbaines  » ou les «  cultures du monde  » (fig. 3), les élus et les services municipaux, y compris ceux relevant de la politique de la ville, ont pour ambition de proposer une programmation généraliste, incluant certes les cultures urbaines, mais le faisant dans un ensemble plus large de pratiques et de programmes culturels. Cette tension s’exprime d’ailleurs tout autant sur la construction et la programmation des équipements que dans les demandes de subventions de fonctionnement pour les manifestations culturelles et festives. Ce marquage territorial par les «  cultures urbaines  » confine au stigmate puisqu’il renverrait les personnes «  issues de l’immigration  » ou supposées telles, à leurs seules références ethniques 20. Il est réel car il y a bien une territorialisation de ce «  créneau  » ou «  segment  » culturel dans les villes inscrites en politique de la ville qui organisent des évènements à l’échelle de l’agglomération voire de la région en lien avec les musiques du monde ou les cultures urbaines. Il reste cependant partiel, car bien souvent les acteurs locaux développent des stratégies tant sur le plan de la diversification de l’offre culturelle que de l’implication des habitants et artistes locaux, malgré les réticences des institutions culturelles.

Fig. 3 – Halau o Keaunui (Hawai) à Lormont. Festival des Hauts de Garonne, 2007

Fig. 3 – Halau o Keaunui (Hawai) à Lormont. Festival des Hauts de Garonne, 2007

Source : GPV

2 - L’institutionnalisation de la politique de la ville contre la spontanéité  ?

32La politique de la ville tend donc, sur le plan des fêtes comme sous d’autres formes d’intervention, à se structurer comme une autre politique publique visant un regroupement cohérent de moyens organisationnels et financiers. Ce regroupement se constitue par une interaction entre des acteurs publics et privés dont l’enjeu est bien la reconnaissance à la fois matérielle dans l’attribution des moyens, mais aussi et peut-être surtout symbolique par la légitimation publique à travers l’orientation générale qui sous-tend les mesures. Cette structuration avantage ceux disposant des ressources et des compétences reconnues, de la maîtrise de savoirs et de savoir-faire «  bureaucratiques  » et «  culturels  », ainsi que des capacités stratégiques à trouver des soutiens dans l’administration des villes et plus encore des services de l’état, et joue donc tendanciellement au détriment des habitants et de l’objectif initial de participation et de «  valorisation  » de leurs pratiques.

  • 21 Gaultier G., Moreau Ch., «  Les jeunes dans l’espace public distants des institutions  ?  », AGORA. (...)

33Si les fêtes et les événements liés à la politique de la ville sont considérés comme autant de témoignages de reconnaissance institutionnelle à une vie culturelle urbaine et générationnelle dans le bricolage identitaire caractérisant les jeunes urbains, leur prise en charge institutionnelle fait que les habitants et les jeunes demeurent en partie distants de ces offres 21.

34a) Une mise à distance des habitants et des jeunes par la professionnalisation requise par l’action publique  ?

  • 22 Même si, en pratique, les professionnels de la politique de la ville aident relativement les petite (...)
  • 23 Ces termes sont ceux utilisés par Véronique Bordes, qui souligne les capacités de transmission que (...)

35La prise en charge institutionnelle s’est donc accompagnée d’un «  cadrage  » public impliquant la participation de professionnels, au moins des animateurs, et le plus souvent des artistes. Les contraintes découlant des logiques administratives, des règles de gestion financière et du droit de la responsabilité des administratifs et des élus, tendent à un encadrement de plus en plus marqué des interventions et à l’exclusion de fait des opérateurs qui ne disposent pas de ces compétences 22. Les choix d’excellence culturelle tendent également à marginaliser les artistes ou intervenants autodidactes issus du territoire, concurrencés par les associations et intervenants labellisés par les institutions culturelles. Même s’ils ont des capacités non reconnues par les professionnels ou souvent méconnues d’eux-mêmes, ils n’en jouent pas moins un rôle de transmetteur, de passeur et de formateur pour ces cultures émergentes 23.

36Ces logiques conduisent plusieurs intervenants, et notamment les animateurs de quartier, à prendre de la distance avec ces orientations et à réagir parfois de manière radicale. «  à force, on en arrive à empêcher la fête de se dérouler comme une fête… à force de vouloir l’organiser. L’ordre public et les règles, ça tue la fête  », déclare spontanément ce responsable d’un service culturel municipal. «  La fête est oubliée car il faut chaque fois un prétexte pédagogique  », dit un animateur  ; et un responsable d’association de jeunes du quartier explique  : «  Nous faisons littéralement les harkis de l’association X qui a tout le financement mais ne sait pas parler aux gens comme nous et les intéresser.  »

  • 24 Par des contrats «  d’adultes-relais  », «  d’emplois-jeunes  » en charge de la médiation locale ou (...)

37Les fêtes risquent de perdre leur caractère spontané et improvisé et d’entrer dans un champ professionnalisé, même si elles reposent initialement sur du bénévolat ou des habitants salariés à cette fin 24. Les actions festives sont produites par des acteurs en voie de professionnalisation et accédant à un statut professionnel dans le secteur associatif ou public (notamment grâce aux contrats aidés), mais qui sont concurrencés par des professionnels du spectacle. Enfin, ces actions sont en relation avec la présence de professionnels municipaux ou associatifs de la politique de la ville ou de l’animation. Ces derniers jouent un rôle d’intermédiation avec les institutions, notamment en vue de financement, et sont en situation de facilitation mais aussi parfois d’empêchement des projets et initiatives. Sur ce point, il y a bien contradiction avec le projet initial et parfois les pratiques initiales visant à impliquer les habitants / citoyens. Il y a bien des rencontres entre artistes et habitants, comme des concerts ou des représentations théâtrales en appartement, et même des rencontres entre habitants, comme des manifestations conjointes entre les groupes socialement différenciés que sont les élèves des écoles municipales de danse et de musique et les adhérents des centres sociaux. Mais les habitants risquent d’être renvoyés à un rôle résiduel ou marginal, et ce à plus d’un titre  :

  • • Résiduel d’abord parce que les cultures émergentes dans les années 1980, sont toujours qualifiées «  d’émergentes  » plus de deux décennies plus tard. Dans les classements et hiérarchies internes à l’action culturelle que l’on peut mesurer au regard des moyens financiers, humains et symboliques, les cultures urbaines demeurent dominées, et ce d’autant plus que les crédits de l’état se réduisent.

  • • Résiduel ensuite car, hormis les jeunes issus des quartiers en politique de la ville et qui accèdent peu à la reconnaissance artistique, les cultures urbaines inspirent peu les artistes reconnus et ne sont pas massivement intégrées dans les répertoires.

  • • Résiduel, enfin, car la participation des habitants aux fêtes de proximité, mais plus encore aux fêtes culturelles, se cantonne aux tâches annexes. Les associations de jeunes assurent la sécurité et le gardiennage, alors que les adhérents et (adhérentes surtout) des centres sociaux font les repas et plus généralement le catering des artistes ou les costumes des spectacles.

38Toutefois, si ces constats opèrent sur le plan des activités strictement reliées à la culture, ils doivent être relativisés au regard de l’activité des acteurs territoriaux, qui peuvent «  subvertir  » les règles et procédures des politiques publiques.

39b) La politique de la ville crée aussi des espaces de créativité, de spontanéité et des actions emblématiques autour de configurations localisées

40La politique de la ville, comme d’autres politiques publiques émergentes, repose sur une contractualisation entre les services municipaux et les services de l’état. Les logiques d’institutionnalisation et de reprise des modes de faire et des hiérarchisations implicites que nous avons décrites peuvent être mises en cause, voire mises en échec, par l’interaction et les échanges qui s’opèrent dans le cadre de la politique de la ville. Deux stratégies principales se dégagent pour faire valoir et parfois prévaloir les spécificités et orientations locales  : la stratégie de détournement des logiques étatiques et la stratégie de dualisation des politiques.

  • 25 Y compris d’ailleurs avec le soutien de la DRAC qui n’opère pas ainsi de remise en question de ces (...)
  • 26 On note de semblables expériences avec les «  gens du voyage  » sur la base de compétences musicale (...)

41Le détournement des procédures et des dispositifs est une stratégie de contournement dont l’utilisation est répandue. Faute d’obtenir la reconnaissance et le financement de la participation artistique au titre de l’action culturelle, d’autres pistes institutionnelles peuvent être utilisées 25. Ainsi, les spectacles assurés par les habitants, jeunes ou moins jeunes, peuvent être l’aboutissement d’actions mises en place au titre de la formation professionnelle. On peut trouver des expériences de «  chantier-école-insertion  » qui reposent sur l’intervention conjointe d’un organisme de formation et de professionnels de la musique et du théâtre, ayant pour objectif d’amener des jeunes à retrouver le chemin du travail et d’un rééquilibre par la musique, et plus précisément la préparation d’un spectacle 26 présenté sur plusieurs communes de l’agglomération.

  • 27 C’est par exemple le cas de documentaires produits par les habitants d’un quartier de Pessac au Fes (...)

42L’autre stratégie consiste, pour les élus et les professionnels locaux de la politique de la ville, à prendre acte des difficultés de reconnaissance des initiatives locales par les décideurs culturels, et donc de développer des actions autonomes ne sollicitant plus, au moins dans un premier temps, de financements au titre de la politique de la ville. à l’initiative des communes, et particulièrement de celles qui sont les mieux dotées en ressources financières et en expertise, peuvent encore se développer des fêtes et festivals de cultures urbaines assurant la promotion d’artistes des quartiers à l’échelle de l’agglomération, aux côtés d’artistes ou de performers reconnus à l’échelle nationale ou internationale. Et l’on a même vu l’intégration de productions d’habitants, encadrés par des professionnels, dans des festivals relevant de la culture «  légitime  » 27. Ces spectacles complètent le maillage des lieux de fêtes (fig. 4) qui se multiplient dans les centres sociaux, les espaces jeunes, et questionnent la division entre le culturel «  élevé  » et les actions de proximité de la ville socioculturelle.

Conclusion

  • 28 Maillard (de) J., «  Le partenariat en représentations. Contribution à l’analyse des nouvelles poli (...)

43La thématique de la fête prise en charge par les politiques de la ville peut être vue comme une mise en spectacle. D’abord, une mise en spectacle des partenariats dans l’action publique territorialisée que pointait déjà Jacques de Maillard 28. Il existe bien un discours commun autour de la participation des habitants et du développement de styles culturels censés leur correspondre. Mais ce discours commun n’est pas approprié de la même manière selon que l’on est dans les échelons élevés des hiérarchies politiques et administratives, ou simplement agent de terrain dans une administration d’état ou dans une commune ayant une Zone urbaine sensible. Une mise en spectacle, ensuite, du quartier sur le mode du quartier-village  ; c’est-à-dire une présentation générique d’un quartier où règnent, comme dans l’imagerie villageoise, l’interconnaissance, l’harmonie et la cohésion avec les autorités publiques. Une mise en spectacle, enfin, de la ville elle-même à travers les cultures dites urbaines, qui intègrent dans des lieux culturels et des sites de spectacle des pratiques se déroulant d’ordinaire dans la rue, et que l’on contrôle étroitement lorsqu’elles se déroulent dans la rue.

44Au total, on peut poser la question du décor des fêtes dans la politique de la ville  : est-ce que l’action publique festive et culturelle ne produit pas, au moins sur quelques jours dans l’année, un quartier-Potemkine  ? Ce quartier idyllique réfère au ministre de Catherine II de Russie qui faisait peindre des décors de villages prospères au bord des routes qu’empruntait l’impératrice, masquant ainsi la réalité de la vie en Russie aux yeux de la souveraine, et masquant également le pouvoir aux yeux des moujiks.

45Cette mise en spectacle laisse cependant des ouvertures à partir de la construction de projets proposant des initiatives au pilotage par le bas. Ces ouvertures offrent en final des alternatives fragiles et aléatoires. Mais elles sont trop répandues pour n’être considérées que comme des symboles ou des exceptions remarquables. Comme si les politiques émergentes introduisaient dans l’action publique ce «  désordre organisé  » qui légitime l’ordre établi et qui est la caractéristique, oubliée, de la fête.

Fig. 4 – Maillage culturel

Fig. 4 – Maillage culturel

Source : GIP GPV, S. Trouillet, juin 2006

Haut de page

Bibliographie

Arpaillange Ch., Montané M.-A., «  La politique de la ville ou le management public saisi par la démocratie  : velléité ou réalité  ?  », in Le Duff R., Rigal J.-J., Schmidt G., Démocratie et management local, Actes 4e Rencontres ville-management, Dalloz, 2001.

Arpaillange Ch., Darlon C., Montané M.-A., «  L’action publique en direction de la jeunesse urbaine  : différenciation  ? dualisation  ? ségrégation  ?  », Annales de la Faculté de Droit de Strasbourg, no 7, Presses Universitaires de Strasbourg, 2004.

Arpaillange Ch., Darlon C., Montané M.-A., «  Small is beautiful, le quartier est-il aujourd’hui le lieu d’une refondation de la culture et de la pratique démocratiques  ?  », in Le Duff R., Rigal J.-J., Démocratie et management local, Actes 5e Rencontres ville-management, Dalloz, 2003.

Augustin J.-P., Montané M.-A., «  Différenciation et dualisation de l’action publique  : le cas des quartiers fragiles et de la jeunesse urbaine en France  », Lien social et politiques, no 52, Québec, 2004.

Bonnemaison G., Face à la délinquance  : prévention, répression, solidarité, Paris, La Documentation française, décembre 1982.

Bordes V., Prendre place dans la cité. Jeunes et politiques municipales, L’Harmattan, 2008.

Damamme D., Jobert B., «  La politique de la ville ou l’injonction contradictoire en politique  », Revue française de science politique, 45, 1, 1995.

Dubar C., La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, PUF, 2000.

Dubedout H., Ensemble, refaire la ville, La Documentation française, janvier 1983.

Dupuy F., Thoenig J.-C., L’Administration en miettes, Fayard, 1985.

Gaudin J.-P., Gouverner par contrat, Presses de Science Po, 1999.

Gaultier G., Moreau C., «  Les jeunes dans l’espace public distants des institutions  ?  », AGORA. Débats / Jeunesses, no 24, 2e trimestre, 2001.

Jobert B., Muller P., L’état en action, PUF, 1987.

Joffredo L., «  Les éternels retours  », TDC-revue du CNDPC, no 766, décembre 1998.

Legavre J.-B., rapport du Groupe d’études du métier politique (GEMEP) du Centre de recherches politiques de la Sorbonne (CNRS-Paris I), in Lagroye J. (dir.), Métier politique et communication, 1990.

Lipsky M., Street-Level Bureaucracy. Dilemmas of the individual in public services, Russell Sage Foundation, 1980, p. 3-23.

Maillard (de) J., Réformer l’action publique. La politique de la ville et les banlieues, Paris, LGDJ, Coll. «  Droit et société  », Série «  Politique  », 2004.

Maillard (de) J., «  Le partenariat en représentations. Contribution à l’analyse des nouvelles politiques sociales territorialisées  », Politiques et management public, 18 (3), 2000, p. 21-41.

Mendjeli R., Raibaud Y., «  Politique de la ville et construction de nouvelles images ethniques. Peut-on parler de postcolonialisme  ?  », Volume  !, no 6-1, éd. Séteun, septembre 2008.

Raibaud Y., «  Les musiques du monde à l’épreuve des études postcoloniales  », Volume  !, no 6-1, éd. Séteun, septembre 2008.

Schwartz B., L’insertion sociale et professionnelle des jeunes, La Documentation française, septembre 1981.

Wacquant L., «  Pour en finir avec le mythe des “cités-ghettos”. Les différences entre la France et les états-Unis  », Annales de la recherche urbaine, no 54, mars 1992.

Haut de page

Notes

1 Arpaillange Ch., Montané M.-A., «  La politique de la ville ou le management public saisi par la démocratie  : velléité ou réalité  ?  », in Le Duff R., Rigal J.-J., Schmidt G., Démocratie et management local, Actes 4e Rencontres ville-management, Dalloz, 2001.

2 Cf. notamment  :- Augustin J.-P., Montané M.-A., «  Différenciation et dualisation de l’action publique  : le cas des quartiers fragiles et de la jeunesse urbaine en France  », Lien social et politiques, no 52, Québec, 2004.- Arpaillange Ch., Darlon C., Montané M.-A., «  L’action publique en direction de la jeunesse urbaine  : différenciation  ? dualisation  ? ségrégation  ?  », Annales de la Faculté de Droit de Strasbourg, n°  7, Presses universitaires de Strasbourg, 2004.

3 Encyclopédie de l’Agora  : http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Fete

4 Gaudin J.-P., Gouverner par contrat, Presses de Science Po, 1999.

5 Jobert B., Muller P., L’état en action, PUF, 1987.

6 Joffredo, L., «  Les éternels retours  », TDC-revue du CNDPC, no 766, décembre 1998.

7 Ces termes de «  cohésion sociale  », «  mémoire des habitants  », «  mixité sociale  », etc., sont repris entre guillemets parce que génériques de la politique de la ville et des dispositifs qu’elle induit.

8 Cité par «  Fête et Politique de la Ville  », ministère de la Culture, 2006.

9 terme est tiré du travail de Jean-Baptiste Legavre dans le rapport du Groupe d’études du métier politique (GEMEP) du Centre de recherches politiques de la Sorbonne (CNRS-Paris I) : Lagroye J. (dir.), Métier politique et communication, 1990.

10 Les Zones franches urbaines (ZFU), créées par la loi du 14 novembre 1997, sont des quartiers de plus de 10 000 habitants, situés dans des zones dites sensibles ou défavorisées. Sur des territoires qui ont été définis à partir de critères caractérisant les difficultés sociales et économiques de la population, les petites et moyennes entreprises se voient exonérées de l’essentiel des charges fiscales et sociales.

11 L. Wacquant a montré, dès 1992, les abus et les effets excessifs de surimposition de sens qui découlaient de l’assimilation des banlieues françaises aux ghettos américains, abus fréquents tant chez les politiques et responsables de l’action publique que chez les acteurs dominants du champ médiatique et parfois du champ scientifique. Il n’empêche que les habitants des quartiers en politique de la ville, ou plutôt une frange significative des jeunes, utilisent ce langage du ghetto. Wacquant L., «  Pour en finir avec le mythe des “cités-ghettos”. Les différences entre la France et les états-Unis  », Annales de la recherche urbaine, no 54, mars 1992.

12 Dubar C., La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, PUF, 2000.

13 V. Bordes, travaillant sur les mutations de l’animation, montre bien l’influence des professionnels et des dispositifs de la politique de la ville dans la promotion des activités hip hop, mais souligne également le fait que les jeunes de Saint-Denis ont occupé la MJC pour réclamer l’intégration de ces pratiques dans l’action du service jeunesse. Bordes V., Prendre place dans la cité. Jeunes et politiques municipales, L’Harmattan, 2008.

14 Dupuy F., Thoenig J.-C., L’Administration en miettes, Fayard, 1985.

15 En ce qui concerne les rapports internes à l’Administration, nous faisons référence au rapport 2002 de la Cour des comptes mais celui de 2007 ne marque guère d’inflexion, au rapport de l’Inspection des finances sur les ZFU en 2001. Cf. Cour des comptes, Rapport au président de la République, Direction des Journaux officiels, 2002. Pour les analyses de politiques publiques, nous renvoyons à  : Damamme D. et Jobert B., «  La politique de la ville ou l’injonction contradictoire en politique  », Revue française de science politique, 45, 1, 1995  ; et Maillard (de) J., Réformer l’action publique. La politique de la ville et les banlieues, Paris, LGDJ, Coll. «  Droit et société  », Série «  Politique  », 2004.

16 Ainsi l’Opéra et l’Orchestre tentent-ils avec des succès divers de rencontrer de nouveaux publics et de se produire hors de leur lieu habituel de diffusion.

17 Cf. Raibaud Y., «  Les musiques du monde à l’épreuve des études postcoloniales  »  ; Mendjeli R., Raibaud Y., «  Politique de la ville et construction de nouvelles images ethniques. Peut-on parler de postcolonialisme  ?  » (Volume  !, no 6-1, éd. Séteun, septembre 2008).

18 Lipsky M., Street-Level Bureaucracy. Dilemmas of the individual in public services, Russell Sage Foundation, 1980, p. 3-23.

19 La participation des villes consiste surtout en la mise à disposition de lieux, de personnel et d’un réseau de mobilisation des publics.

20 Mendjeli R., Raibaud Y., «  Politique de la ville et construction de nouvelles images ethniques. Peut-on parler de postcolonialisme  ?  », op. cit.

21 Gaultier G., Moreau Ch., «  Les jeunes dans l’espace public distants des institutions  ?  », AGORA. Débats / Jeunesses, no 24, 2e trimestre, 2001.

22 Même si, en pratique, les professionnels de la politique de la ville aident relativement les petites associations qu’ils soutiennent.

23 Ces termes sont ceux utilisés par Véronique Bordes, qui souligne les capacités de transmission que possèdent certains leaders particulièrement «  doués  » dans les pratiques émergentes (Bordes V., op. cit.).

24 Par des contrats «  d’adultes-relais  », «  d’emplois-jeunes  » en charge de la médiation locale ou d’associations réclamant des subventions spécifiques pour ce qu’elles considèrent comme une prestation de service. Cf. Arpaillange Ch., Darlon C., Montané M.-A., «  Small is beautiful, le quartier est- il aujourd’hui le lieu d’une refondation de la culture et de la pratique démocratiques  ?  », in Le Duff R., Rigal J.-J., Démocratie et management local, Actes 5e Rencontres ville-management, Dalloz, 2003.

25 Y compris d’ailleurs avec le soutien de la DRAC qui n’opère pas ainsi de remise en question de ces hiérarchies et de son référentiel.

26 On note de semblables expériences avec les «  gens du voyage  » sur la base de compétences musicales ou en utilisant des ateliers d’écriture ou de production de spectacles de théâtre par des formations financées au titre de la lutte contre l’illettrisme.

27 C’est par exemple le cas de documentaires produits par les habitants d’un quartier de Pessac au Festival du film d’histoire.

28 Maillard (de) J., «  Le partenariat en représentations. Contribution à l’analyse des nouvelles politiques sociales territorialisées  », Politiques et management public, 18 (3), 2000, p. 21-41.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Situation géographique du GPV au sein de la Communauté urbaine de Bordeaux
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2026/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 2 – Fête de repas de quartier à Cenon, 2008
Crédits Source : GPV
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2026/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 3 – Halau o Keaunui (Hawai) à Lormont. Festival des Hauts de Garonne, 2007
Crédits Source : GPV
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2026/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Fig. 4 – Maillage culturel
Crédits Source : GIP GPV, S. Trouillet, juin 2006
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2026/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Arpaillange et Jean-Pierre Augustin , « Les fêtes dans la politique de la ville  : la jeunesse urbaine entre autonomie limitée et émancipation politique  ? », Sud-Ouest européen [En ligne], 27 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/2026 ; DOI : 10.4000/soe.2026

Haut de page

Auteurs

Christophe Arpaillange

Chargé de mission développement, GIP-GPV des Hauts de Garonne, christophe.arpaillange@surlarivedroite.fr

Jean-Pierre Augustin 

Professeur à l’université de Bordeaux, ADES UMR 5185 du CNRS, jean-pierre.augustin@msha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals