Navigation – Plan du site

La gestion durable des espèces protégées dans leurs territoires  : succès et tensions autour du mouflon dans le massif du Caroux-Espinouse

The lasting question of protected species in their territories : success and tensions concerning the mouflon in the Caroux-Espinouse massif.
La gestión durable de las especies protegidas en sus territorios : éxito y tensiones alrededor del muflón en las montañas del Caroux-Espinouse.
Yves Poinsot et Patricia Michel 

Résumés

La protection de la grande faune sauvage nécessite des territoires protégés. Dans le massif du Caroux, une réserve nationale abrite une population de mouflons dont l’expansion déborde sur des forêts domaniales mais aussi des terrains chassables de droit commun. La co-gestion de cette population par un organisme de protection et des associations de chasseurs révèle des arrangements originaux. La régulation des mâles intervient par une chasse guidée rémunératrice qui lie les partenaires du territoire. Cette finalité «  trophée  » réclame des rééquilibrages qualitatifs délicats. Les femelles sont tirées par les chasseurs locaux lors de battues au sanglier. L’évolution des biotopes et l’extension de l’espèce sur des territoires agricoles remettent en cause le système. Les animaux tendent à fuir la réserve dont les milieux se boisent tandis que les dégâts aux cultures se multiplient sur les terrains peu propices à la chasse guidée rémunératrice.

Haut de page

Texte intégral

1La protection de la biodiversité impose la préservation des espèces menacées d’extinction. L’arsenal juridique français dispose pour cela de différents statuts de protection. Certains concernent l’espèce proprement dite, interdisant sa destruction par la cueillette ou la chasse, mais nombreux visent le biotope hors duquel la survie est impossible. Lorsqu’il s’agit d’un végétal, la mise en réserve de quelques hectares par le biais d’un arrêté de biotope (Hernandez-Zakine, 1994) peut suffire. Si la cible est constituée par une espèce animale, l’ensemble du domaine vital doit être pris en compte. Pour les espèces de petite taille et peu mobiles, comme le grand hamster par exemple (Losinger, 2003), les surfaces concernées sont restreintes. à l’inverse, si la protection concerne l’avifaune migratrice, l’ensemble des territoires fréquentés est en jeu. La constitution d’un réseau d’aires protégées à l’échelle continentale, voire planétaire, peut s’avérer nécessaire comme ceux mis en place par la directive «  Oiseaux  » de l’UE.

2Lorsque de grands mammifères terrestres sont visés, de vastes étendues sont indispensables. La protection des animaux s’y heurte alors à la présence d’autres usagers de l’espace. Dans les pays neufs, aux faibles densités de peuplement, réserver des centaines ou même des milliers de kilomètres carrés à la préservation d’une espèce est parfois possible  ; le parc de Yellowstone en constitue l’exemple emblématique. Pour l’Europe, l’ancienneté et la densité du peuplement interdisent de telles mesures. C’est donc sur des surfaces plus restreintes (parfois quelques dizaines de kilomètres carrés), souvent choisies dans les régions de basse densité, en montagne majoritairement, que ces réserves sont instituées. Si différents statuts coexistent, du Parc national à la réserve naturelle (Charlez, 2007), la plupart se heurtent à des problèmes d’extension insuffisante pour les espèces de la grande faune (l’ours dans le Parc national des Pyrénées, le loup dans celui du Mercantour, les grands ongulés ailleurs). Les dégâts qu’occasionnent les animaux en périphérie des réserves suscitent alors des tensions.

  • 1 ONF  : Office national des forêts  ; ONCFS  : Office national de la chasse et de la faune sauvage   (...)

3Dans le cadre d’une recherche sur les conditions géographiques d’une gestion durable de la faune sauvage en France (Poinsot, 2008-a  ; Poinsot et Saldaqui, 2008), la cogestion que la «  petite Europe  » doit encourager entre les gardiens de sanctuaires trop étroits et les gestionnaires des territoires périphériques réclame d’inventer des dispositifs innovants. Ceux mis en place autour des réserves nationales de chasse et de faune sauvage peuvent constituer des exemples. Au nombre de 9 en France continentale (11 en comptant les réserves corses – Ferté et Travichon, 2007), elles couvrent 31 699 ha et protègent, pour les plus petites, une avifaune migratrice, mais, pour les plus étendues, des populations de grands ongulés peu communs (chamois dans les Bauges, isards pyrénéens à la dent d’Orlu, mouflons dans le Caroux-Espinouse). Ce dernier cas retient l’attention par la cogestion tripartite (ONF, ONCFS et les chasseurs locaux regroupés dans un GIEC 1 ) qu’il propose, mais aussi par les évolutions récentes mettant en jeu sa pérennité.

I – UNE ESPÈCE DANS SON TERRITOIRE

1. Le contexte géographique 2

  • 2 Une présentation globale du territoire et de son évolution récente est proposée par P. Dérioz et X. (...)

4Situé entre Cévennes au nord-est et Montagne noire au sud-ouest, le massif du Caroux-Espinouse constitue la limite sud du Massif central à cette longitude, en position de ligne de partage des eaux entre Atlantique et Méditerranée (fig. 1). Culminant à 1 124 m au sommet de l’Espinouse, il couvre 20 000 ha selon l’ONF, à cheval sur les départements de l’Hérault et du Tarn, au cœur du parc naturel régional (PNR) du Haut-Languedoc. Offrant la configuration d’un plateau dont l’altitude avoisine les 1 000 à 1 100 m, il se poursuit au nord par des vallées peu profondes jalonnées de villages à peine moins hauts (800-900 m). Au sud, ce n’est plus une transition mais une brusque rupture topographique  : un escarpement de 800 m de commandement assure le passage à la vallée du Jaur. Jalonnés de villages, ses bas versants accueillent vignes et arboriculture dense (cerisiers et oliviers notamment).

  • 3 RTM  : Restauration des terrains en montagne.
  • 4 FFN  : Fonds forestier national.
  • 5 Source  : Documentation interne ONF (Centre de Combesalat – commune de La Salvetat-sur-Agout).

5Autrefois peuplé d’agriculteurs-éleveurs, le massif connaît un exode rural à partir de la moitié du XIXe que conforte la campagne de reboisements RTM 3 de la fin du même siècle. La reforestation se poursuit dans l’entre-deux-guerres (exemple de la forêt des «  écrivains-Combattants  » créée par l’association du même nom et le Touring Club de France dans les années 1930, mais aussi action des chantiers de chômeurs ou de jeunesse de la même période, puis achevée par les reboisements FFN 4 des années 1950-1960 en d’innombrables «  timbres-poste  »). Ces différents épisodes engendrent une structure de la propriété foncière originale. L’état, qui joue un rôle pionnier à travers la RTM, se porte acquéreur des terrains agricoles à mesure de leur libération, constituant une forêt domaniale «  récente  » à la fois très étendue (5 640 ha pour la forêt domaniale de l’Espinouse, soit plus d’un quart des 20 000 ha du massif) et très morcelée. Les peuplements sont constitués de feuillus à 42  % (hêtres pour l’essentiel sur les hauts, mais aussi châtaigniers sous 800 m dans l’escarpement qui domine le Jaur), de résineux à 26  % (épicéas dominants) mais aussi de landes et escarpements rocheux à 32  % (en recul par suite d’une progression des formations arborées qui se poursuit sur le plateau) 5.

2. La faune et son dispositif territorial de protection

6Dans ce contexte, la Fédération des chasseurs de l’Hérault, la Société de protection de la nature en Languedoc-Roussillon (M. Massol) et le conservateur des Eaux et Forêts de Montpellier (M. Prioton) s’accordent pour introduire 19 mouflons de Corse entre 1956 et 1960 dans la partie supérieure des gorges de l’Héric (Cugnasse, Houssin, 1993  ; Massol, 1991). Le milieu de type «  moyenne montagne méditerranéenne  » (peu arrosée et peu enneigée), dominé par les pelouses et les landes du haut de versant, y offre une visibilité étendue et des terrains d’échappées très voisins de la situation corse. La motivation de l’opération apparaît double  : donner naissance à un second noyau de mouflons viable face aux menaces qui semblent alors guetter le noyau d’origine, tout en constituant un réservoir plus vaste de gibier chassable. Dans ce milieu favorable, la population connaît une expansion rapide en l’absence de prédateurs puisqu’elle atteint aujourd’hui un effectif de 1 500 à 2 000 selon l’ONCFS et le GIEC (2006). Sur ce massif préexistent des populations de chevreuils et de sangliers, mais à l’époque eux aussi peu nombreux.

Fig. 1 – Le massif du Caroux-Espinouse dans l’arrière-pays héraultais

Fig. 1 – Le massif du Caroux-Espinouse dans l’arrière-pays héraultais

Source : GIEC Caroux-Espinouse / Réalisation : Monique Morales, atelier de cartographie de l’UPPA

7Dans ces années 1960 où les grands ongulés sont rares en France, un dispositif territorial de protection est mis en place. Sur la base des terrains de l’ONF, une réserve domaniale de 1 704 ha est créée dès l’origine (1956) qui devient réserve de chasse et de faune sauvage en 1973 puis réserve nationale en 1999 (Massol, 1991). Largement ceinturée de forêts domaniales (fig. 2) couvrant, rappelons-le, 5 640 ha sur le massif, l’essor numérique et territorial initial de la population intervient donc largement sur des territoires appartenant à l’état.

3. L’expansion territoriale du mouflon introduit de nouveaux acteurs

  • 6 ACCA  : Association communale de chasse agréée.
  • 7 Une espèce régulée par le biais d’un plan de chasse voit les gestionnaires de territoires cynégétiq (...)

8En se multipliant durant les années 1970, les animaux occupent des territoires plus vastes et donc débordent des forêts domaniales qui les abritaient initialement. Introduits dans la partie haute du massif, les mouflons colonisent dans un premier temps les escarpements sud, très propices à l’espèce par leur faible enneigement et leurs affleurements rocheux. Ce sont largement des terrains privés ou relevant des communes avoisinantes qui se trouvent concernés. Gérée au plan cynégétique par des sociétés de chasse ou des ACCA 6, l’occupation de ces nouveaux territoires fait naître un souci de régulation. Un plan de chasse (définissant annuellement sous contrôle préfectoral le nombre d’animaux à tirer en une saison pour un territoire donné) est donc établi dès 1973 par commune (et par forêt domaniale pour la partie ONF). Ce dernier acteur, coutumier de cette gestion de la grande faune dans ses territoires de gestion, propose rapidement aux amateurs de France voire d’Europe une offre de «  chasse guidée  » en forêt domaniale à hauteur du nombre de bracelets dont elle dispose 7. à l’inverse, hors de ces terrains publics, ce nouveau gibier se heurte dès son apparition au désintérêt des chasseurs locaux.

Fig. 2 – Les territoires de gestion du mouflon dans le massif du Caroux-Espinouse

Fig. 2 – Les territoires de gestion du mouflon dans le massif du Caroux-Espinouse

Source : GIEC Caroux-Espinouse / Réalisation : Monique Morales, atelier de cartographie de l’UPPA

  • 8 Lors des battues aux sangliers, très goûtés des chasseurs locaux, la présence du mouflon détourne s (...)
  • 9 Doté d’un statut d’association loi 1901, la vice-présidence du GIEC est allouée de droit au directe (...)
  • 10 Permettant au chasseur d’approcher silencieusement l’animal sans perturber d’autres espèces, cette (...)

9En effet, si les amateurs de sangliers ou de chevreuils sont nombreux, ce «  mouton ensauvagé  », à la chair localement peu appréciée, encombre plus qu’il n’attire 8. à l’initiative de la FDC de l’Hérault, de l’ONCFS et de la volonté de chasseurs locaux, un Groupement d’intérêt cynégétique (GIC, devenu GIEC 9 en 1999) est alors créé en 1982 pour organiser la chasse à l’approche 10 sur l’ensemble des territoires non-domaniaux concernés par le mouflon (soit à l’heure actuelle environ 17 000 ha). S’inspirant des pratiques de l’ONF, il veut proposer à des clients extérieurs à la région le tir des animaux prévus au plan de chasse. D’abord un, puis plusieurs guides de chasse locaux (six aujourd’hui), tous agriculteurs, y voient un complément d’activités pour la morte-saison (septembre à février). à l’instar des gardes ONF remplissant cette fonction, ils proposent un accompagnement aux amateurs venus tirer les trophées d’animaux peu fréquents ailleurs en Europe.

4. La coexistence apparemment équilibrée d’une protection de l’espèce et de sa valorisation comme «  ressource territoriale  »

  • 11 Ainsi que de 225 ha des réserves de l’ACCA du Rosis.
  • 12 à hauteur de 62 bracelets (31 mâles et 31 femelles) – sachant que la journée de chasse guidée est f (...)
  • 13 La saison 2007-2008 a vu abattre 184 animaux (139 mâles et 45 femelles) en chasse guidée (donc paya (...)

10Aujourd’hui, le dispositif de gestion de l’espèce dans son territoire s’établit comme suit. Au cœur, sur 1 725 ha, la Réserve nationale de chasse et de faune sauvage (complétée des 113 ha du domaine de la Peyroutarié donné à l’ONCFS 11 ) constitue un sanctuaire interdit à la chasse ainsi qu’aux promeneurs (à l’exception de deux itinéraires de randonnée qui le traversent). Autour, sur environ 3 000 ha, la chasse du mouflon est pratiquée en forêt domaniale sous forme de chasse guidée par les gardes ONF. Au-delà, sur 17 000 des 30 000 ha gérés par le GIEC, les guides de ce dernier accompagnent eux aussi les amateurs de trophées venus du dehors tirer cet animal peu goûté des locaux. Dans ce cadre, l’espèce apparaît au minimum stable au plan numérique, tandis que dans l’espace elle tend à coloniser ses marges nord-est et nord-ouest. Elle constitue donc aussi une ressource cynégétique qu’on peut évaluer à 32 860 € pour l’ONF 12 et à 106 060 € pour le GIEC 13.

  • 14 Auxquels il faudrait ajouter les retombées financières induites par les séjours (hôtellerie et rest (...)

11Si, pour le premier, cette ressource rémunère deux gardes à temps partiel, pour le second, elle assure environ 4 000 € de revenus complémentaires à chacun des agriculteurs-guides, couvre la rémunération de la coordinatrice de l’organisme, et repart à hauteur de 50 000 € dans les caisses des sociétés ou ACCA qui le composent 14. Dans ces communes aux emplois rares, il s’agit d’un apport significatif, d’une importance économique sans doute voisine de celle mesurée par López Ontiveros (1991) qui, dans les régions giboyeuses espagnoles, évalue les ressources cynégétiques à 10  % de celles que procure l’agriculture.

II – Les enjeux de la cogestion territorialisée du mouflon

1. La dégradation de l’état physiologique de la population

12Si le tableau qui précède donne l’impression d’un relatif succès de la gestion combinée d’une population à des fins de préservation centrale et de prélèvements périphériques, l’étude qualitative de la population dans son environnement révèle des évolutions préoccupantes. M. Garel (2006) montre en effet que le poids moyen des animaux adultes a diminué de 10 kg en 20 ans. L’évolution du biotope est apparemment en cause et souligne la représentation partiellement erronée que les promoteurs de l’introduction se faisaient du rapport ongulés / couverts végétaux. Lors des premiers lâchers, le milieu apparaissait en effet très favorable à l’espèce. Pelouses et landes jusqu’alors parcourues de troupeaux ovins et entretenues par brûlis constituaient alors l’essentiel des formations végétales du massif. Le repli pastoral menaçant, l’installation de mouflons sur ces étendues sommitales paraissait susceptible d’enrayer l’enfrichement, la pression trophique des ongulés sauvages pouvant se substituer à celle de leurs cousins domestiques. L’expérience montre aujourd’hui qu’il n’en a rien été, la conquête de ces «  hauts  » par un couvert forestier se révélant rapide. Bien que la population de mouflons n’ait cessé de croître et que la diminution de leur poids moyen révèle un rapport population / milieu (ou densité / ressource) désé­quilibré, l’abroutissement de ces ovins sauvages se révèle incapable «  d’entretenir le milieu  ». Au cœur de la réserve, dans le cadre d’un programme Life, l’installation de vaches limousines sur 4 secteurs totalisant 100 ha cherche donc à contenir l’enfrichement qui repousse les mouflons. En un autre point, ce sont 2 à 3 chevaux de konik polski en autonomie alimentaire totale qui doivent entretenir un biotope favorable à l’espèce dans le cadre de contrats «  Natura 2000  ». Ces tentatives de génie écologique révèlent combien les conditions de pression trophique présentes ici au XIXe n’avaient que peu à voir avec celles qu’induit une population d’ongulés sauvages.

  • 15 Il faut aujourd’hui se rendre dans les aires pastorales des pays du Sud pour mesurer les effets sur (...)
  • 16 Par la menace permanente qu’ils font peser sur les ongulés, les loups voire les ours incitent les e (...)

13En ces temps de fortes densités rurales où les cultures de subsistance s’installaient sur des marges jusqu’alors jamais labourées, les surfaces réservées à l’alimentation des ruminants étaient faibles. Pour un cheptel que chacun cherchait à gonfler pour tirer parti des terres communes constituant ces hauteurs (Harding, 1968), la biomasse disponible était maigre. Dans le cadre d’un pâturage gardé (obligeant les bêtes à se contenter des végétaux peu appétants qui subsistaient après consommation de la pousse printanière et permettant l’élimination manuelle des ligneux non-comestibles – genêts…), la sélection des espèces domestiques intégrait largement leur capacité à survivre aux saisons de faibles ressources comme à ingérer des végétaux peu appétants (Poinsot, 2008-b) 15. Dans ce contexte, face au recul démographique du XXe et de la charge pastorale corrélative, espérer que des ongulés sauvages exerceraient une pression trophique suffisante pour maintenir les couverts en l’état apparaît a posteriori peu réaliste. En situation de stress alimentaire, une population d’ongulés sauvages libre de ses mouvements ne se résoudra pas comme des brebis ou des vaches gardées (donc sans échappatoires possibles) à consommer des végétaux d’appétence faible, mais cherchera des ressources consommables plus loin. Si de tels milieux sont disponibles (comme ici au nord les terrains d’élevage, ou au sud les vignes et vergers du pied de l’escarpement), une répartition nouvelle des animaux s’avère inéluctable, à moins de vouloir, par la chasse, se substituer à la fonction territorialisante que remplissaient hier les grands prédateurs 16. C’est ce qu’a dû réaliser l’ONF pour protéger les couverts végétaux.

2. Gérer les milieux sous la pression du mouflon

  • 17 Notons que les chevreuils aussi sont en cause dans ces déprédations. Mais leur comportement territo (...)

14Les forêts domaniales entourant la réserve ONCFS se sont trouvées concernées puisque 2 300 ha sont considérés productifs sur les 5 600 ha possédés par l’état. âgés pour la plupart d’une cinquantaine d’années, les peuplements ne sont pas encore mis en coupe. La question de leur renouvellement (par régénération ou plantation) exposant les jeunes plants à la dent du mouflon ne devrait pas se poser. Pourtant, les attaques parasitaires atteignant 800 ha d’épicéas, leur renouvellement par des essences plus locales a été entamé. Une première tentative de plantation de hêtres et de sapins sur 52 ha a vu les jeunes pousses demeurer fréquemment à l’état de «  bonzaïs  », leur appétence attirant inéluctablement les mouflons 17. Le programme de remplacement a donc été modifié, substituant le pin Laricio, bien moins apprécié, aux espèces autochtones qu’on souhaitait promouvoir. La présence du mouflon dans ces milieux forestiers rend donc leur gestion plus délicate et, si elle enrichit la biodiversité animale à l’échelle de la région, réduit les possibilités de biodiversification végétale à l’échelle du massif forestier.

15Ces forêts de production constituant dorénavant des territoires peu attractifs par leur faible appétence et la pression cynégétique qu’on y entretient, c’est au GIEC que revient l’obligation de maîtriser la tendance colonisatrice vers les périphéries agricoles.

Fig. 3 – évolution des attributions de 2000 à 2007 (en % d’accroissement)

Fig. 3 – évolution des attributions de 2000 à 2007 (en % d’accroissement)

Source : GIEC Caroux-Espinouse / Réalisation : Monique Morales, atelier de cartographie de l’UPPA

3. Stopper l’expansion pour maîtriser les dégâts

16La présence de l’espèce concerne aujourd’hui des zones d’élevage ou de cultures. La figure 2 montre ainsi l’importance de l’extension 2007 sur le pourtour de l’aire actuellement occupée. Elle apparaît tellement vigoureuse que le GIEC, confronté à une inflation des dégâts sur ces marges, se fixe pour objectif, dans son bilan 2006-2007, de «  stopper la progression de la population sur de nouveaux secteurs  ». Pour ce faire, une politique de prélèvements territorialement différenciés est à l’œuvre. La figure 3 révèle ainsi une pression cynégétique accrue sur les marges tandis que les communes centrales, lieu d’un maintien souhaité des populations, bénéficient de prélèvements plus stables. Outre cette lecture quantitative de la pression cynégétique, la nécessité d’une gestion sexuellement différenciée s’avère essentielle (Cugnasse, 2003). Si l’on tient à réduire des dégâts ponctuels (notamment sur les vignes au bas de l’escarpement sud), il faut tirer des mâles, au rôle toujours pionnier dans l’expansion territoriale de l’espèce (et donc se désignant comme principaux responsables des déprédations périphériques). Par contre, si c’est le blocage total de la progression qui est visé, chasser des femelles est impérieux  : d’abord parce que, responsables des naissances, elles installeraient des jeunes dans les périphéries qu’on cherche à défendre  ; ensuite parce que, sexuellement attractives, leur absence décourage les mâles de s’aventurer plus au loin, faute de trouver des femelles à saillir.

17La carte du taux de masculinité des prélèvements (fig. 4) révèle ainsi un axe central de Castanet-le-Haut à Saint-Martin-de-l’Arçon, où les tirs sur femelles sont inférieurs à ceux sur mâles (taux de masculinité des prélèvements supérieur ou égal à 1). à l’inverse, sur les marges est et ouest, les prélèvements sur femelles sont excédentaires, indiquant qu’on cherche à y bloquer la reproduction et l’attraction des mâles. Outre cette recherche d’une maîtrise territoriale de l’espèce, des stratégies de rééquilibrages complexes résultent de la chasse aux trophées.

Fig. 4 – Taux de masculinité des attributions du plan de chasse 2007

Fig. 4 – Taux de masculinité des attributions du plan de chasse 2007

Source : GIEC Caroux-Espinouse / Réalisation : Monique Morales, atelier de cartographie de l’UPPA

4. Les déséquilibres territoriaux et génétiques issus de la chasse aux trophées

18La finalité «  trophée  » qui préside au dispositif de régulation induit des effets pervers dans différentes directions. En matière d’évolution génétique de la population, tirer préférentiellement les plus beaux mâles autorise les plus faibles à procréer, là où la concurrence naturelle entre reproducteurs devrait les exclure. Un flux de gènes non-sélectionnés par la rivalité naturelle atteint donc les femelles qui, après quelques générations, donnent naissance à des individus malformés au niveau des cornes ou du pelage (taches claires notamment) attestant visuellement du processus de dégradation génétique. Si le phénomène est bien connu en Espagne, où la chasse aux trophées occupe une part des élites (Gonzalez-Capitel et Simon, 1996), les solutions s’avèrent ici difficiles à mettre en œuvre. Alors que la demande des clients concerne surtout des mâles bien cornus, il s’agit maintenant de faire tirer prioritairement les moins bien conformés mais aussi beaucoup de femelles pour, en diminuant les effectifs, permettre que les jeunes retrouvent des conditions alimentaires indispensables à un développement correct. Deux voies sont empruntées.

19La première consiste, à travers la relation que les guides nouent avec leurs clients, à convaincre ceux-ci de réduire leurs exigences qualitatives, voire de chasser des femelles, pour préserver dans le long terme la qualité des trophées. Cette posture n’est défendable que si, moins satisfait par la qualité du trophée, le client compense cette déception relative par une qualité du milieu de chasse exceptionnelle. Il est alors indispensable de le conduire sur les hauts du plateau, aux paysages ouverts, où la partie de chasse se déroule au moins dans un «  vrai  » biotope à mouflons. Cette configuration est néanmoins en recul, puisque l’extension de la population intervient dans des milieux boisés ou en bordure des terres agricoles.

20La seconde nécessite de faire appel aux chasseurs locaux, bien plus amateurs de sangliers que de mouflons. On leur demande pourtant de réaliser des prélèvements sur ces marges «  commercialement peu propices  », et d’éliminer les femelles que les clients délaissent. Le tableau des réalisations 2006-2007 révèle ainsi que sur 303 animaux qu’il fallait tirer, seulement 168 (soit à peine plus de la moitié) relevaient de la démarche commerciale (dont une très large majorité de mâles évidemment  : 139), le reste étant abattu par les chasseurs locaux à des fins de rééquilibrage génétique et sexuel de la population. Dans l’espace, la part respective des prélèvements «  commerciaux  » et «  locaux  » connaît logiquement de nets déséquilibres que révèle la figure 5. Les communes des marges, les plus touchées par les dégâts et les moins «  vendables  » à des clients extérieurs, y apparaissent majoritairement chassées par les locaux tandis que celles du cœur, aux paysages les plus attirants, sont réservées à la chasse guidée du GIEC. Une politique de gestion cynégétique se dessine donc explicitement dans le territoire. Au cœur, l’action du GIEC est majoritaire et l’on tire surtout des mâles, à la fois parce qu’ils se vendent mieux mais aussi car le potentiel reproductif s’en trouve préservé. Sur le pourtour, on cherche à bloquer l’expansion territoriale de l’espèce  ; c’est l’œuvre des chasseurs locaux chargés d’éliminer majoritairement les femelles.

5. Un équilibre gestionnaire que l’expansion territoriale du mouflon peut déstabiliser  ?

  • 18 Que les sociétés clientes soient d’ailleurs membres ou non de la structure. Des demandes d’interven (...)

21On a compris que le GIEC était né (en 1982) de l’intérêt commun des sociétés de chasse des quelques communes à l’époque concernées par le mouflon. à mesure que son aire de diffusion s’est accrue, les sociétés adhérentes se sont multipliées (elles sont 15 aujourd’hui), y voyant une sorte de coopérative sachant valoriser une ressource que la «  nature  » leur envoyait. L’intérêt individuel des chasseurs n’est pas en cause puisque c’est la société de chasse qui devient bénéficiaire de la rente que redistribue le GIEC à ses adhérents. Ces sommes entrent donc dans les ressources des sociétés, pouvant «  au pire  » couvrir l’achat d’animaux de tir destinés aux lâchers que réclament les amateurs de petit gibier  ; au mieux, elles permettent des aménagements du milieu (cultures à gibier, débroussaillage favorisant le maintien des formations ouvertes favorables au mouflon…) que le GIEC, employeur d’un ouvrier agricole et doté de matériel adapté (équipement de girobroyage…), peut réaliser comme prestataire de services 18.

22à mesure qu’intervient l’expansion territoriale de l’espèce, les sociétés nouvellement concernées adhèrent donc à la structure, espérant ainsi bénéficier de son «  savoir-valoriser  ». Malheureusement, en s’éloignant du cœur historique (la réserve ONCFS et ses abords immédiats), la vente du «  tir accompagné  » devient plus difficile. C’est donc par des battues opérées par les chasseurs locaux, hors de toute logique commerciale, que sont tirés les colonisateurs indésirables.

23Un enjeu fort réside donc dans la clef de répartition utilisée pour redistribuer les subsides issus de la chasse guidée. Ils sont actuellement répartis au prorata des bracelets commercialisés par le GIEC, favorisant les sociétés du centre ou de l’escarpement, aux milieux commercialisables, au détriment de celles des marges est et ouest, bien moins «  vendables  » (fig. 5). L’adhésion au GIEC pour ces nouvelles venues perd donc tout attrait économique, leurs milieux très agricoles se prêtant mal à la chasse commerciale. Le risque de voir l’espèce coloniser les territoires de sociétés n’adhérant plus au GIEC est donc réel. Cette situation rendrait impossible la gestion concertée de la population dans son ensemble.

24La solution pourrait résider dans une révision des règles de répartition des subsides, au prorata non plus des tirs payants effectués sur la commune mais par exemple des bracelets attribués à chacune par le plan de chasse. Les plus centrales, fondatrices de la structure et bénéficiaires actuelles de la gestion, y perdraient certes mais permettraient ainsi que la gestion concertée perdure. Dans une perspective de moralisation de la gestion, cette nouvelle clef inciterait en outre l’ensemble des participants à bloquer le processus d’expansion, au moins pour éviter d’avoir à partager cette ressource avec d’autres. La recherche d’une meilleure valorisation de l’espèce se poursuivrait alors dans le sens d’une densification sur place, plus en accord avec les intérêts communs des acteurs locaux.

Fig. 5 – Part du GIEC sur l’attribution totale du plan de chasse en 2007 (en %)

Fig. 5 – Part du GIEC sur l’attribution totale du plan de chasse en 2007 (en %)

Source : GIEC Caroux-Espinouse / Réalisation : Monique Morales, atelier de cartographie de l’UPPA

Conclusion

25Le système de cogestion d’une population de mouflons qu’on examine ici révèle à la fois les combinaisons territoriales indispensables à ce processus mais aussi les équilibres entre acteurs locaux et extérieurs qu’on doit trouver. L’existence d’un noyau de terrains domaniaux (co-gérés par l’ONCFS et l’ONF pour la réserve, aux seules mains de l’ONF pour le reste) a largement facilité l’implantation initiale de l’espèce. Son débordement hors de l’aire initiale était prévisible, rendant indispensable l’intégration des sociétés de chasse locales au plan de gestion de la population. L’adhésion de ces dernières à l’opération apparaît facilitée par l’exemple que propose l’ONF d’une valorisation économique de l’espèce en direction des chasseurs «  étrangers  ». C’est en reprenant le principe d’une chasse guidée, aux retombées financières profitant à l’ensemble des acteurs locaux (les guides, le GIEC comme instance coordinatrice, les sociétés de chasse comme titulaires du plan de chasse, et indirectement l’hôtellerie et la restauration), que les chasseurs du cru ont adhéré à ce dispositif de cogestion. Il s’agissait d’un enjeu essentiel compte tenu des attraits mais aussi des limites que dévoile la chasse guidée. Si les ressources qu’on en tire permettent la fédération des acteurs, les déséquilibres démographiques et territoriaux qu’elle engendre réclament des actions correctrices. Attendues des équipes de chasse locales, elles ne sont réalisées qu’en échange des bénéfices compensatoires que ces dernières tirent de l’activité commerciale du GIEC.

26Envisager une gestion durable de la faune sauvage réclame, compte tenu du caractère transgressif des espèces les plus mobiles, d’inventer des dispositifs autant que possible autofinancés permettant que tous les acteurs trouvent leur intérêt. Au plan des «  arrangements entre acteurs  », cette configuration innovante semble pouvoir constituer un modèle dont certaines configurations territoriales faunistiquement approchantes pourraient s’inspirer (au sein de PNR riches en espèces emblématiques, autour d’autres réserves nationales de faune sauvage par exemple).

27Par contre, au plan des biotopes, cette situation souligne combien nos représentations concernant l’évolution des couverts végétaux sont imparfaites. La relation herbivores / couverts herbacés ou landicoles apparaît particulièrement mal connue. Les promoteurs de cette introduction pensaient que la pression trophique de l’espèce pourrait suppléer celle des troupeaux. Les faits montrent qu’il n’en est rien, le milieu retournant aux couverts boisés d’une France chevelue lorsque régressent les usages sociaux de temps surpeuplés. En son sein, les difficultés d’une gestion sylvicole soucieuse de réhabilitation des espèces autochtones montrent aussi combien les interférences entre ongulés et ligneux sont complexes. Elles nourrissent ainsi, en la compliquant un peu plus, la controverse agitant les écologues sur le poids de l’action anthropique dans la gestion de la biodiversité végétale (Schnitzler et al., 2008). Durabilité comme biodiversité apparaissent ainsi comme deux notions scientifiquement en débat plutôt que comme des concepts à l’acception fixée que société comme politiques voudraient mobiliser sans en éprouver auparavant la solidité véritable.

Haut de page

Bibliographie

Bajo Cuadrado F., La caza en Asturias : análisis geográfico del aprovechamiento de un recurso natural, thèse de doctorat en géographie sous la direction du docteur D. Felipe Fernández García, Departamento de Geografía, Facultad de Geografía e Historia, Universidad de Oviedo, 2006, 892 p. + annexes.

Charbonneau M., «  De la transhumance au nomadisme  : les nouveaux modes de déplacement des sociétés pastorales andines  », Mappemonde, no 90, 2008.

Charbonneau M., Poinsot Y., «  De l’individuel au collectif  : les modes de gestion de l’élevage dans la puna péruvienne  », études rurales, no 181, 2008, p. 39-60.

Charbonneau M., «  Système de peuplement dispersé et regroupement dans les sociétés pastorales andines  », Annales de géographie (à paraître), 2008.

Charlez A., «  Les réserves de chasse et de faune sauvage  : des origines aux statuts actuels  », Faune sauvage, no 278, 2007, p. 93-98.

Cugnasse J.-M., Houssin H., «  Acclimatation du mouflon en France  : la contribution des réserves de l’Office national de la chasse  », Bulletin Mensuel de l’ONC, no 183, 1993, p. 26-37.

Cugnasse J.-M., «  Quelques propositions d’orientation pour la gestion et le développement du mouflon méditerranéen  », Faune sauvage, no 260, 2003, p. 50-56.

Derioz P., Grillo X., «  Un demi-siècle de présence du mouflon dans le massif du Caroux (Hérault)  : de l’expérience naturaliste à la valorisation de la ressource et à la gestion du territoire  », Revue de Géographie Alpine, 4/2006, p. 27-44.

Ferté Ch., Travichon S., «  La gestion d’espaces protégés, un engagement fort de l’ONCFS  », Faune sauvage, no 278, 2007, p. 4-7.

Garel M., Conséquences de la chasse et des contraintes environnementales sur la démographie des populations d’ongulés. L’exemple du mouflon méditerranéen et de l’élan norvégien, thèse de doctorat dirigée par J.-M. Gaillard, Laboratoire de Biométrie et de Biologie évolutive, université de Lyon I, 2006.

GIEC, Bilan de gestion cynégétique du GIEC 2006/2007, document interne, 2007, 16 p.

González-Capitel E., Simon M., «  La gestion de la faune dans le parc naturel et la réserve nationale de chasse des monts de Cazorla, Segura et Las Villas  », Revue Forestière Française, 5 - 1996, p. 485-492.

Grant of Rothiermurchus J., “Multiple land use systems on a Scottish Highlands estate integration of field sport and conservation”, Gibier Faune sauvage, vol.  8, déc. 1991, p. 389-391.

Hardin G., “The tragedy of the commons”, Science, vol.  162, no 3859, 1968, p. 1243-1248.

Hernandez-Zakine C., «  Arrêté de biotope  », Bulletin mensuel de l’ONC, no 195, 1994, p. 48-51.

López Ontiveros A., “Algunos aspectos de la evolucion de la caza en España”, Agricultura y Sociedad, no 58, 1991, p. 13-51.

Losinger I., «  Grands hamsters déplacés pour limiter les dommages aux cultures  : quel devenir  ?  », Faune Sauvage, no 258, 2003, p. 50-54.

Massol G., «  Bref historique de l’invention, l’exploration et la préservation du massif du Caroux-Espinouse  », Histoire et Préhistoire du Pays Saint-Ponais, no 4, 2005.

Massol G., La Réserve nationale de faune sauvage du Caroux-Espinouse, ouvrage à compte d’auteur achevé d’imprimer sur les presses de l’imprimerie Maraval à Saint-Pons le 3 juin 1991, dépôt légal 2e trimestre 1991, 203 p.

Pelosse V., «  Construction de l’animal cynégétique  : mouflons et sangliers en Languedoc  », études rurales, no 129-130, 1993, p. 73-82.

Poinsot Y., «  Les enjeux géographiques d’une gestion durable de la faune sauvage en France  », Annales de Géographie, no 663, 2008-a, p. 26-47.

Poinsot Y., «  La renaturalisation des systèmes agricoles à la lumière de l’opposition continu/discontinu des processus et des formes  », in Alexandre F. et Génin A. (éd. Sc.), Continu et discontinu dans l’espace géographique, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2008-b, 442 p., p. 263-277.

Poinsot Y., Saldaqui F., «  Quelle organisation territoriale pour une gestion durable des sangliers  ? Un exemple pyrénéen  », Mappemonde, no 94, 2-2009.

Robertson P., “Wise use and conservation”, Gibier Faune sauvage, vol.  8, déc. 1991, p. 379-388.

Schnitzler A., Génot J.-C., Wintz M., «  Espaces protégés  : de la gestion conservatoire vers la non-intervention  », Courrier de l’environnement de l’INRA, no 56, 2008, p. 29-44.

Serrano García B., Caza y naturaleza en Monfragüe, mémoire de fin d’étude sous la direction de E. Martínez Garrido, département de Géographie, Université Autonome de Madrid, publié par Centrales Nucleares Almaraz, 2005, 188 p.

Haut de page

Notes

1 ONF  : Office national des forêts  ; ONCFS  : Office national de la chasse et de la faune sauvage  ; GIEC  : Groupement d’intérêt environnemental et cynégétique.

2 Une présentation globale du territoire et de son évolution récente est proposée par P. Dérioz et X. Grillo (2006) dans des perspectives plus soucieuses de développement que de la stricte gestion territorialisée des grands ongulés qui motive cet article. Le lecteur désireux d’informations complémentaires s’y reportera. Dans une perspective plus sociologique, on peut aussi consulter V. Pelosse (1993).

3 RTM  : Restauration des terrains en montagne.

4 FFN  : Fonds forestier national.

5 Source  : Documentation interne ONF (Centre de Combesalat – commune de La Salvetat-sur-Agout).

6 ACCA  : Association communale de chasse agréée.

7 Une espèce régulée par le biais d’un plan de chasse voit les gestionnaires de territoires cynégétiques concernés dotés de bracelets (dont le nombre définit la quantité d’animaux à prélever dans la saison) qui doivent être fixés au corps de chaque animal abattu avant tout déplacement.

8 Lors des battues aux sangliers, très goûtés des chasseurs locaux, la présence du mouflon détourne souvent les meutes de chiens de la bête noire, faisant ainsi échouer les battues qui auparavant étaient bien plus couronnées de succès.

9 Doté d’un statut d’association loi 1901, la vice-présidence du GIEC est allouée de droit au directeur départemental de l’ONF tandis que l’ONCFS en est membre actif.

10 Permettant au chasseur d’approcher silencieusement l’animal sans perturber d’autres espèces, cette méthode s’oppose à la chasse en battue où les tireurs postés attendent l’arrivée du gibier rabattu dans leur direction par des chiens. Si la première permet un tir sélectif suivant l’âge, le sexe ou la qualité du trophée (taille et conformation des cornes), elle demeure plus incertaine que la seconde quant au nombre des animaux abattus sur un territoire donné en une saison.

11 Ainsi que de 225 ha des réserves de l’ACCA du Rosis.

12 à hauteur de 62 bracelets (31 mâles et 31 femelles) – sachant que la journée de chasse guidée est facturée 280 € – auxquels s’ajoute le prix du trophée (de 150 € pour une femelle à 1 000 € en moyenne pour un mâle – 400 à 2 000 € suivant la qualité du trophée). La recette totale pour l’organisme est donc constituée au minimum de 62 × 280 € = 17 360 € (tarif du guidage), auxquels s’ajoutent 31 fe­melles à 400 € = 12 400 € et 31 × 1 000  = 31 000 € pour les mâles.

13 La saison 2007-2008 a vu abattre 184 animaux (139 mâles et 45 femelles) en chasse guidée (donc payante), soit approximativement 184 × 240 = 44 160 € (pour deux jours de chasse guidée), auxquels s’ajoutent 45 × 140 € = 6 300 € pour les femelles et 139 × 400 € = 55 600 € pour les mâles (de 450 € pour un trophée mal formé à 1 300 € pour un trophée «  médaille d’or  » mais avec quelques tirs «  sans recettes  » au titre des tirs de sélections).

14 Auxquels il faudrait ajouter les retombées financières induites par les séjours (hôtellerie et restauration) de ces clients.

15 Il faut aujourd’hui se rendre dans les aires pastorales des pays du Sud pour mesurer les effets sur le milieu de telles densités. Pour en avoir un aperçu, on peut notamment se référer aux travaux de M. Charbonneau (2008) sur le pastoralisme andin.

16 Par la menace permanente qu’ils font peser sur les ongulés, les loups voire les ours incitent les espèces rupicoles à se cantonner dans les escarpements peu accessibles aux carnivores. Le risque de se faire capturer s’en trouve réduit mais la disponibilité trophique aussi. L’expansion démographique et territoriale est ainsi contrôlée.

17 Notons que les chevreuils aussi sont en cause dans ces déprédations. Mais leur comportement territorial bien plus cantonné et l’intérêt que leur portent les chasseurs locaux rendent la régulation de leurs effectifs plus facile.

18 Que les sociétés clientes soient d’ailleurs membres ou non de la structure. Des demandes d’intervention émanent de l’extérieur du périmètre, reconnaissant ainsi de fait sa compétence dans les aménagements du milieu à destination de la faune. Par ce biais, se dessine un savoir-gérer durablement le territoire faunistique qui s’apparente, de manière encore incomplète certes, à ce que l’on observe dans les Highlands écossais où chasse commerciale et préservation d’espèces menacées coexistent sur de vastes propriétés agro-cynégétiques à l’efficacité reconnue par le label «  Natura 2000  » (Grant of Rothiermurchus, 1991  ; Robertson, 1991).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le massif du Caroux-Espinouse dans l’arrière-pays héraultais
Crédits Source : GIEC Caroux-Espinouse / Réalisation : Monique Morales, atelier de cartographie de l’UPPA
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2 – Les territoires de gestion du mouflon dans le massif du Caroux-Espinouse
Crédits Source : GIEC Caroux-Espinouse / Réalisation : Monique Morales, atelier de cartographie de l’UPPA
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 3 – évolution des attributions de 2000 à 2007 (en % d’accroissement)
Crédits Source : GIEC Caroux-Espinouse / Réalisation : Monique Morales, atelier de cartographie de l’UPPA
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2043/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 4 – Taux de masculinité des attributions du plan de chasse 2007
Crédits Source : GIEC Caroux-Espinouse / Réalisation : Monique Morales, atelier de cartographie de l’UPPA
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2043/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 5 – Part du GIEC sur l’attribution totale du plan de chasse en 2007 (en %)
Crédits Source : GIEC Caroux-Espinouse / Réalisation : Monique Morales, atelier de cartographie de l’UPPA
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2043/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Poinsot et Patricia Michel , « La gestion durable des espèces protégées dans leurs territoires  : succès et tensions autour du mouflon dans le massif du Caroux-Espinouse », Sud-Ouest européen [En ligne], 27 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/2043 ; DOI : 10.4000/soe.2043

Haut de page

Auteurs

Yves Poinsot

Laboratoire SET (UMR 5603 CNRS-UPPA), université de Pau et des Pays de l’Adour, yves.poinsot@univ-pau.fr

Patricia Michel 

GIEC Caroux-Espinouse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals