Navigation – Plan du site

Les politiques culturelles et de la jeunesse dans l’Aire métropolitaine de Barcelone. Essai critique sur la colonisation culturelle et l’homogénéisation sociale

Cultural and youth policies in the Metropolitan Area of Barcelona. A critical essay on cultural colonization and social homogenization
Las políticas culturales y para la juventud en el área Metropolitana de Barcelona. Ensayo crítico sobre la colonización y la homogeneización social
Jordi Nofre i Mateo et Mariette Sibertin-Blanc
p. 83-95

Résumés

La culture est devenue ces dernières années l’un des principaux moteurs des grandes transformations urbaines des villes occidentales. Dans ce nouveau contexte, les politiques publiques de la culture et de la jeunesse acquièrent une place remarquable dans la planification urbaine stratégique. à travers l’approche des loisirs nocturnes à Barcelone, cet article montre des processus de colonisation culturelle et d’homogénéisation sociale dans les banlieues de Barcelone et son aire métropolitaine ; ces processus sont conduits par les élites de la ville centre. Après avoir présenté ces politiques publiques de la culture et de la jeunesse, la réflexion se portera dans un second temps sur les orientations de la planification stratégique qui conduit à la nécessaire reformulation des priorités, afin d’éviter les processus d’exclusion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C. Kerr (1963), cité par D. Mitchell (2000).
  • 2 H. Marcuse (1970).

1En 1963, Clark Kerr, alors président de l’université de Californie, affirmait que durant la seconde moitié du XXe siècle la culture se substituerait à l’industrie 1. Deux ans plus tard, la journaliste Johnson écrivait dans l’édition du Times de Los Angeles que «  conserver l’attractivité d’une ville constitue un atout économique majeur, une manière d’obtenir des bénéfices supplémentaires 2  ». à l’aube du XXIe siècle, nul doute que le projet urbain ne se limite pas à sa dimension architecturale ou patrimoniale. Aussi cet article montrera-t-il comment, effectivement dans le cas de Barcelone, une conception urbaine intégrant l’aspect culturel constitue une option stratégique, bien qu’implicite, de la planification et du contrôle social mené par les classes dirigeantes de la ville centre.

2Cette principale hypothèse de travail s’appuie sur une lecture critique d’un ensemble de documents et de workshops produits par l’Administration locale ces dix dernières années. Ainsi, à Barcelone comme dans d’autres villes occidentales, on identifie les indices d’un tournant culturel dans le discours des pouvoirs locaux, parallèlement à l’acceptation de la culture comme moteur des transformations urbaines.

3Ce positionnement a été soutenu par le Comité culture des Eurocités, qui a exprimé en 2001 le désir de renforcer cette relation entre culture et ville. Ceci complète le projet de Capitales européennes de la culture à l’initiative de Melina Mercouri en juin 1985. Pour autant, l’idée que la culture puisse avoir une place majeure dans les transformations urbaines et le développement des villes européennes s’est imposée réellement en 1990, date à laquelle Glasgow fut capitale européenne de la culture et alors transformée profondément, notamment avec la rénovation des quartiers ouvriers et industriels (Mitchell, 2000).

  • 3 Trullén et al. (2001), III Pla Estratègic Econòmic i Social de Barcelona (1999-2005).

4Barcelone et les différentes communes de la Région Métropolitaine de Barcelone, ainsi que les autres villes catalanes, ne sont pas restées étrangères à ce phénomène. Les grandes transformations urbaines de la capitale catalane et de ses récentes périphéries ont comme moteur principal la construction immobilière et de grandes infrastructures de communications terrestres et aéroportuaires  ; s’y ajoute la culture dans son sens le plus large, la construction de ce qui est appelé le Barcelone de la connaissance3. Ceci s’inscrit dans la droite ligne de la proposition du Comité de culture d’Eurocities de septembre 2001, spécifiant clairement que «  culture signifie ville et ville signifie culture  » (Eurocities, 2001). L’utilisation du singulier dans cette formulation n’est pas anecdotique  : elle illustre des logiques qui expliquent l’apparition récente de certaines résistances sociales et culturelles aux processus de transformation urbaine non seulement dans la ville centre, mais aussi dans ses périphéries.

  • 4 Cette période historique correspond à l’actuelle étape démocratique survenue après la dictature de (...)

5Plus concrètement, la spécificité de Barcelone réside dans la précocité avec laquelle la rénovation urbaine s’est appuyée sur les stratégies culturelles. Ceci concerne non seulement le centre historique et les communes anciennement associées (à la fin du XIXe siècle et surtout au début du XXe), mais aussi la rénovation urbaine physique, sociale et culturelle des périphéries de l’aire métropolitaine au cours des années 1970. Précisément, ces espaces périphériques de Barcelone et des autres villes catalanes ont été considérés traditionnellement comme des menaces potentielles au projet politico-culturel des classes dirigeantes catalanes-conservatrices qui, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, ont gouverné Barcelone et la Catalogne à diverses périodes, dont la dernière entre 1980 et 2003 4 (Marfany, 1995  ; Ucelay-DaCal, 2003) (fig. 1, 2 et 3).

I – Les pratiques de loisirs nocturnes à Barcelone et ses périphéries. Un exemple de ségrégation sociale

6Les représentations que peuvent avoir les dirigeants sur les espaces de banlieues et périphériques – où demeure la classe ouvrière – comme une menace à leur projet politico-culturel, ne sont pas tout à fait sans fondement. Ainsi, grâce à une approche qualitative à l’échelle métropolitaine du système de loisirs nocturnes (restaurants, bars, pubs, discothèques, clubs, etc.), une typologie des consommateurs et de l’offre de loisirs nocturnes a dégagé de fortes distinctions et des résistances sociales et culturelles dans les espaces périphériques (Nofre, 2007  ; 2008a).

  • 5 Cette économie est caractérisée par les activités relatives à la location et/ou l’exploitation de l (...)
  • 6 Ce que Bourdieu (1979) considérait comme propre aux nouvelles classes moyennes des villes capitalis (...)

7Dans la majorité des grandes villes occidentales, il est admis que l’économie des loisirs nocturnes 5 constitue un pan des stratégies culturelles mobilisées dans la rénovation urbaine. La restructuration urbaine menée ces trente dernières années dans les grandes métropoles et villes moyennes s’est appuyée sur le développement d’un nouveau marqueur urbain  : le secteur du divertissement. Ainsi, la constitution de pôles de loisirs – et en particulier de loisirs nocturnes – contribue à reconfigurer profondément le paysage urbain et la structuration de nombreuses villes d’Europe occidentale (Hannigan, 1998  ; Gottdiener, 2001  ; Chatterton et Hollands, 2003). Un double constat s’impose  : d’un côté, les loisirs nocturnes participent à caractériser de plus en plus l’image des villes et, d’un autre côté, de nouvelles formes de ségrégations sociales sont attachées à la répartition de ces loisirs. Cette dynamique découle des mécanismes de gentrification et de distinctions sociales portés par les modes de vie des classes moyennes des centres-villes (Savage et Butler, 1995  ; Butler, 1997  ; Wynne et O’Connor, 1998  ; Chatterton et Hollands, 2003). Cette gentrification se fait en effet à travers la production et la consommation de l’espace urbain selon des logiques de différenciations sociales (Smiths, 1996), qui s’appuient elles-mêmes sur des logiques de distinction sociale et d’accumulation du capital culturel et social 6.

Fig. 1 – Carte administrative de la région métropolitaine de Barcelone *

Fig. 1 – Carte administrative de la région métropolitaine de Barcelone *

Source : Ajuntament de Barcelona (2008) [http://www.bcn.es]

  • 7 Dans ce sens, voir ma thèse en cours sur la ségrégation sociale associée aux loisirs nocturnes à Ba (...)

8Alors que les caractéristiques spécifiques de cette gentrification, de ce «  retour au centre  », ont été brillamment expliquées par Sergi Martínez Rigol (2001), les processus de segmentation et de ségrégation sociales associés aux loisirs nocturnes sont en cours d’analyse dans le cas de Barcelone 7. Deux éléments justifient une telle démarche. D’une part, les activités de loisirs nocturnes, en créant des infrastructures esthétisantes, participent à la (re)production de différents styles de vie et de nouvelles identités urbaines caractérisant les secteurs gentrifiés (Smith, 1996  ; Chatterton et Hollands, 2003). D’autre part, les pratiques de loisirs des jeunes sont devenues des éléments centraux de la construction des identités individuelles et collectives (Willis, 1990  ; Hollands, 1995  ; White, 1999  ; Chatterton et Hollands, 2003).

9L’aspect très mercantile des loisirs nocturnes vient ainsi s’ajouter aux processus de gentrification qui, à Barcelone, concernent le centre historique et de plus en plus les faubourgs et périphéries (Nofre et Vico, 2008). Un style de vie dominant s’impose, avec des modèles de consommations dont se trouvent exclues les pratiques des classes populaires de la ville  :

“This dominant mode of production is displacing older, historic modes of nightlife based around the community bar and pub connected largely to Fordist forms of collective consumption in the working-class industrial city, and marginalising more independent modes of nightlife associated with various alternative youth and subcultures”  ; “(…) that older / historic and independent / alternative modes of nightlife are being quickly displaced by a post-industrial mode of corporately driven nightlife production in the consumption-led city.” (Chatterton & Hollands, 2003)
Les citations en anglais et catalan sont traduites en fin d’article.

Fig. 2 et 3 – Cartes administratives de l’aire métropolitaine de Barcelone (2) et des districts de Barcelone (3)

Fig. 2 et 3 – Cartes administratives de l’aire métropolitaine de Barcelone (2) et des districts de Barcelone (3)

1. Barcelona
2. L’Hospitalet de Llobregat
3. Esplugues de Llobregat
4. Cornellà de Llobregat
5. Sant Joan Despí
6. Sant Just Desvern
7. Sant Feliu de Llobregat
8. Molins de Rei
9. El Papiol
10. El Prat de Llobregat
11. Sant Boi de Llobregat
12. Viladecans
13. Gavà
14. Castelldefels
15. Begues
16. Sant Climent de Llobregat
17. Torroelles de Llobregat
18. Santa Coloma de Cervellò
19. Sant Vicenç dels Horts
20. Pallejà
21. Sant Andreu de la Barca
22. Castellbisbal
23. Sant Cugat del Vallès
24. Cerdanyola
25. Barberà del Vallès
26. Ripollet
27. Montcada
28. Badalona
29. Tiana
30. Montgat
31. Sant Andrià del Besòs
32. Santa Coloma de Gramenet
33. Badia del Vallès

1. Ciutat Vella
2. Eixample
3. Sants-Montjuïc
4. Les Corts
5. Sarrià-Sant Gervasi
6. Gràcia
7. Horta Guinardó
8. Nou Barris
9. Sant Andreu
10. Sant Martí

Source : Ajuntament de Barcelona (2008) [http://www.bcn.es]

  • 8 L’Enquesta de la Joventut de Barcelona correspondant à l’année 2003 est la dernière de la collectio (...)

10C’est dans l’objectif d’éclaircir ces logiques articulant pratiques de loisirs des jeunes et processus de ségrégation sociale dans l’aire métropolitaine de Barcelone que l’étude présente a été conduite. Elle s’appuie sur les informations, certes de qualité inégale, concernant les loisirs nocturnes fournies par l’Enquesta de la Joventut de Barcelona de 2003  ; les statistiques analysées portent sur la mobilité spatiale des consommateurs de ces loisirs dans la capitale catalane 8. La première conclusion est que, pour leurs sorties le soir et la nuit, les jeunes de la ville de Barcelone, en majorité, ne s’éloignent pas de leur lieu de résidence et de leur district.

  • 9 Selon le Departament d’Estadística de l’Ajuntament de Barcelona.

11Ceci se vérifie dans la majorité des districts, avec une des exceptions paradoxales de l’Eixample, où se situe la meilleure offre de loisirs nocturnes de la ville 9. Ce district exporte davantage qu’ailleurs ses jeunes résidents vers d’autres territoires  ; à l’inverse, les deux tiers des consommateurs de loisirs de l’Eixample Esquerre n’y résident pas. Dans les autres cas, les proportions de jeunes interrogés déclarent en majorité sortir dans leur district de résidence.

  • 10 Cette conclusion relative à l’étude quantitative est confirmée par un travail qualitatif (Nofre, 20 (...)

12Sachant que chaque quartier a un profil social relativement spécifique (cf. encadré), la nuit barcelonaise se structure selon des espaces socialement distincts, avec certains espaces d’exclusion, ce qui conduit à considérer les loisirs nocturnes comme facteurs de reproduction (voire d’accentuation) de ségrégations préexistantes sur le territoire métropolitain 10.

Des districts barcelonais aux profils sociaux très différents

Pour une meilleure compréhension de la ségrégation socio-spatiale dans le système de loisirs nocturnes de la ville de Barcelone, il convient de prendre en compte le fait que, tandis que les jeunes des districts de Les Corts, Pedralbes et Sarrià-Sant Gervasi appartiennent aux couches moyennes-supérieures et supérieures de la capitale catalane – avec un capital culturel, économique (d’origine familiale) et social élevé –, dans le district de l’Eixample (et plus particulièrement dans l’Eixample Esquerre), les jeunes appartiennent principalement à la classe moyenne de la société barcelonaise. D’autre part, le district de Ciutat Vella présente une grande complexité  : les jeunes qui vivent dans ce district, soit appartiennent aux classes ouvrières – en processus d’émigration suite à la forte gentrification du district (Martínez Rigol, 2001) –, soit appartiennent à la nouvelle classe bohème cosmopolite, globale, au capital économique plus ou moins significatif mais avec un capital social et culturel élevé, et avec un style de vie associé esthétiquement «  bohémisé  ». Les membres de ce groupe de jeunes, souvent d’origine européenne, sont généralement liés aux différents programmes d’échange universitaire ou professionnel. Cette division socio-spatiale de la ville de Barcelone est basée sur des données géostatistiques recueillies dans les différents rapports émis par la municipalité de Barcelone, ainsi que ceux publiés par l’Institut d’Estudis Regionals i Metropolitans de Barcelona. L’Enquesta de la Joventut de Barcelona 2003 et l’Enquesta de la Regio de Barcelona 2000 constituent également de bons documents de référence.

  • 11 Entre autres  : Matadepera, Llinars del Vallès, Sant Climent de Llobregat o Sant Pere de Ribes.
  • 12 Secteur géographique qu’occupe actuellement la ville, anciennement composé de communes indépendante (...)
  • 13 Par exemple les quartiers des centres de Badalona, El Prat de Llobregat, L’Hospitalet de Llobregat (...)

13Concernant l’ensemble de l’Aire métropolitaine de Barcelone (constituée de 33 communes) et la Région métropolitaine (164 communes), la ségrégation socio-spatiale existe également, davantage que ne le reconnaît habituellement l’administration. Une comparaison des différents niveaux moyens de revenu brut disponible par ménage dans chacune des communes métropolitaines permet de montrer que les communes dont la population est la plus homogène, et le capital culturel, social et économique élevé, se situent dans les seconde et troisième couronnes métropolitaines, éloignées de la ville centre mais surtout à distance de la ceinture industrielle barcelonaise 11. Ces populations de classes supérieures se retrouvent également dans les centres historiques, que ce soit dans le Pla de Barcelone 12, ou dans l’ensemble des communes périphériques 13, ou bien dans les maisons individuelles des quartiers résidentiels. Entre les deux, les faubourgs de ces communes métropolitaines accueillent surtout les classes populaires et moyennes salariées.

14Compte tenu de la composition sociale des centres historiques des anciennes communes fusionnées à Barcelone au XIXe siècle, il n’est pas surprenant de constater la présence d’une offre de loisirs nocturnes orientée fondamentalement vers des consommateurs au capital social, culturel et économique élevé, appartenant à la nouvelle classe moyenne (Wynne, 1998  ; Goss, 1999  ; Greenberg, 2000) ou à la nouvelle classe «  bohème  » (Lloyd, 2000). En outre, la langue catalane est présente de manière significative dans l’établissement et la reproduction des relations sociales  ; les loisirs nocturnes renforcent ainsi cette identification entre catalanité, tradition et centre historique – tout en étant érigés progressivement comme élément de gentrification (Nofre, 2008a).

  • 14 Le nacionalflamenquismo est un courant du flamenco créé et reproduit par le régime fasciste de Fran (...)

15Par contraste, des communes et secteurs industriels situés dans les périphéries (faubourgs et espaces périurbains) ont une offre de loisirs nocturnes très différenciée de celle de la ville centre. De nombreuses zones industrielles ont connu les premières étapes de la désindustrialisation des années 1970 et 1980, qui se poursuit aujourd’hui. Leur fonction productive a donc été abandonnée, au bénéfice d’activités de loisirs nécessitant de grands espaces. Cette offre s’est développée ces dernières années en tant qu’activités économiques dans le cadre du Plan general metropolitano et des différents Planes Generales de Ordenación. Elle s’adresse principalement aux jeunes des classes populaires qui vivent dans les faubourgs de Barcelone et son aire métropolitaine  : des immigrants extra-communautaires et des autochtones qui utilisent quasi exclusivement le castillan dans leurs relations sociales. Ce phénomène se retrouve essentiellement dans les secteurs industriels tels que ceux de Can Famades, à Cornellà de Llobregat, le Pla, à Sant Feliu de Llobregat, Can Ribó, à Badalona, ou bien dans quelques zones plus circonscrites comme celles de Hermètica, à Sabadell, ou du Pla d’en Boet, à Mataró. L’offre ici est une “noche alcoholizada y sexualizada” chargée implicitement de symboles nationalistes espagnols. Ceux-ci se repèrent dans des aspects esthétiques des individus (le logo de la marque Lois – un taureau impétueux – est utilisé en ce sens de manière éloquente), dans l’utilisation de la langue castillane, et dans l’offre musicale récurrente d’un lieu à l’autre, avec par exemple la programmation de certains succès du nacionalflamenquismo14 des décennies 1950, 1960 et 1970 (Nofre, 2008a).

  • 15 El consum responsable. Estudi de les actituds i el comportament dels adolescents catalans en relaci (...)

16Cette dialectique centre-périphérie fait référence non seulement à une approche spatiale mais aussi culturelle. L’exemple de la musique est particulièrement éloquent puisque des études menées récemment (Nofre, 2008b) montrent que, malgré la distinction entre centre et périphérie, évolutive selon l’échelle considérée, il existe une fracture claire des pratiques musicales entre Barcelone et son aire métropolitaine. Cette distinction s’établit selon la position sociale des jeunes, leurs consommations culturelles et leur quartier de résidence. Ce constat a été largement illustré par un épisode ayant eu lieu en mars 2007  : alors que le chanteur Lluís Llach, associé au mouvement indépendantiste catalan, a réuni 5 000 personnes, 600 000 personnes ont participé deux jours plus tard à un festival de musique aflamencada (en castillan) dans une banlieue populaire (Can Zam, Santa Coloma de Gramenet). Une part significative des groupes catalans programmés chantant en castillan – Estopa par exemple – ont un volume de vente de leurs disques bien supérieur aux groupes de rock et pop qui chantent en catalan. En revanche, ces groupes de musique aflamencada sont inexistants sur les ondes radios et télévisions catalanes (Corporación Catalana de Radio y Televisión, Ràdio Associació de Catalunya, Ona Catalana ou Ràdio Estel, par exemple). Cette ignorance de la musique chantée en castillan par des Catalans montre la dissociation faite entre les courants culturels portés par les instances (dont les médias) et les consommations et les goûts culturels des classes sociales vivant dans les banlieues de Barcelone 15.

17La consommation de loisirs nocturnes dans ces couronnes de banlieue et périurbaines est à positionner dans le contexte plus large d’une consommation culturelle par laquelle une partie des jeunes se différencie et revendique un style de vie différent et distinct de celui que (re)produisent les nouvelles classes moyennes du centre-ville. En quelque sorte, il s’agirait d’une identité de banlieue, d’une «  altérité  » revendiquée comme telle. Il va être démontré comment cette revendication pourrait être mobilisée dans la construction d’une contestation du discours politico-culturel hégémonique catalan-conservateur de ce dernier quart de siècle (Nofre, 2007  ; 2008b). Par la suite, notre réflexion se focalisera sur la façon dont la régulation morale et le contrôle social constituent, conjointement à la ségrégation socio-spatiale, des éléments décisifs de la répartition territoriale des loisirs nocturnes à Barcelone et dans son aire métropolitaine.

II – Régulation morale et contrôle social

18Les distinctions dans les pratiques de loisirs apparaissent très clairement dans les données fournies par l’Enquesta de la Joventut de Barcelona de 2003. Ainsi, les pratiques des jeunes les plus fréquentes les jours de la semaine sont regarder la télévision (41,5  %), écouter de la musique (31,5  %), se réunir avec les amis (24,0  %). Seulement 0,8  % des enquêtés disent aller au musée, à une exposition ou à une conférence. Concernant les pratiques durant le week-end, 46  % se réunissent entre amis ou avec de la famille, 36  % sortent dans un bar, un restaurant ou vont en discothèque, et 19  % vont au cinéma. Comme pour les sorties durant la semaine, le pourcentage de jeunes ayant des pratiques dans des lieux culturels (musées, etc.) ne s’élève qu’à 1,5  %.

19Dans le détail, des distinctions se révèlent selon les classes sociales des jeunes interrogés, avec des consommations de loisirs différenciées selon les lieux de résidence en particulier. Ainsi, dans les districts aisés de Sarrià-Sant Gervasi et de Gràcia, comme ceux de Ciutat Vella qui accueille un nombre croissant de ménages de la nouvelle classe bohème (Martínez Rigol, 2001), les jeunes tendent à avoir des pratiques culturelles et de loisirs qui leur permettent d’enrichir leur capital culturel, renforçant ainsi les distinctions sociales. à l’inverse, les jeunes des périphéries de Barcelone utilisent de préférence leur temps libre à des temps de sociabilités familiales. Ils fréquentent par ailleurs davantage les lieux tels que les restaurants, les bars, les discothèques et, dans une moindre mesure – bien que peut-être d’une manière plus visible – les parcs publics (Nofre, 2007).

20Ces différences de pratiques selon la classe sociale ont conduit l’administration locale à formuler une série de réponses, relativement récentes. Il convient de ne pas oublier que, comme l’affirmait Cunningham (1980), les loisirs des classes populaires depuis la Révolution industrielle ont été considérés par les classes dirigeantes comme source de vices et de déclin moral. Dans le même sens, et dans un contexte plus proche, Chatterton & Hollands (2003) ont aujourd’hui cette analyse  : “The night continues to be heavily influenced by Fordist concerns for tighter regulation, social control and zoning, due to lingering moral panics about lawlessness and disorder.”

21Les différences de pratiques culturelles selon les origines sociales pourraient trouver une explication dans les réponses apportées par la planification stratégique et par les politiques publiques concernant à la fois les loisirs nocturnes, la culture et la jeunesse.

  • 16 Le texte a finalement été présenté à la communauté scientifique en mai 2001 et publié un an plus ta (...)

22Ainsi, en 1998, était publié un document intitulé Barcelona Bona Nit16. Les auteurs y présentaient la nuit comme un des espaces de liberté à préserver pour les jeunes, considérant que le jour ne suffit pas à la pleine réalisation personnelle et à la socialisation des jeunes. Dans ce contexte, l’administration locale a décidé d’établir quelques «  systèmes de contrôle  » (sic), tels que la réadaptation des services et des programmes à une nouvelle réalité complexe et extrêmement fragmentée. La finalité de ce projet Barcelona Bona Nit est plurielle  : promotion des activités nocturnes alternatives à ce qui semble être considéré comme un désordre  ; adaptation de l’offre et des services à cette demande multiple  ; reconstitution et diffusion de l’offre socio-culturelle de la ville  ; organisation de journées et d’études sur les loisirs nocturnes à Barcelone (pour améliorer le contrôle social… peut-être  !)  ; collaboration économique avec les districts afin de rendre plus efficace le financement de ces dispositifs (de contrôle  ?).

  • 17 Décret 200/1999, Diari oficial de la Generalitat de Catalunya, no 2942 – 30/07/1999.

23On pourrait affirmer alors que l’administration locale souhaite produire un nouvel et unique espace de socialisation, homogène, qui assimilerait l’ensemble des jeunes dans un système de loisirs nocturnes régulé et hégémonique – basé sur le bar musical, le club et la discothèque. Ceci tend à marginaliser certains éléments constitutifs du «  désordre  », selon essentiellement des signes d’apparence des jeunes qui seraient no cool ou de classe sociale inférieure. Ce mécanisme d’exclusion s’opère généralement à travers un agent de sécurité privé et est réglementé par l’administration catalane à travers un droit d’admission réservé pour les établissements publics qui programment des spectacles et des activités récréatives 17. Cette préoccupation d’un espace nocturne policé est indiquée dès la première page du programme Barcelona Bona Nit  :

“Estudiar, fer esport, visitar museus i exposicions, realitzar activitats socioculturals, passejar-se amb bicicleta, participar en un grup d’intercanvi d’idiomes… Són uns dels exemples d’activitats que amplien l’oferta cultural. En definitiva, volem donar normalitat a la nit jove.”

24(Barcelona Bona Nit, 1998.)

25Cette citation interroge  : qu’est-ce que la «  normalité  »  ? Est-il a-normal d’aller de bar en pub  ? Les orientations prises pour normaliser «  la noche  », notamment par la municipalité de Barcelone et ses organes gestionnaires et consultatifs tels que le Consell de Joventut, correspondent à des activités pratiquées essentiellement par les jeunes de 15 à 29 ans qui appartiennent à la classe moyenne ou à la nouvelle classe bohème (ouvrir des salles d’étude, soutenir des lieux pour offrir des salles théâtrales de petit format par exemple). à l’inverse, ce qui serait qualifié d’anormal relève des loisirs nocturnes pratiqués dans les espaces périphériques, fréquentés prioritairement par les jeunes des classes populaires – boire des verres et danser.

  • 18 Pla Nacional de Joventut. Joves 2010, Generalitat de Catalunya, 2006, p. 23.

26De fait, le premier des six axes composant le Pla Nacional de Joventut 2010 (Generalitat de Catalunya) consiste en l’adoption de politiques éducatives et culturelles qui soutiennent la «  formation générale de la personne  » grâce à la promotion (inévitable  ?) de «  l’identité nationale et de la langue  » 18. Ce nouveau cadre moral pour les jeunes Catalans est également soutenu par l’administration locale de Barcelone. Dans ce sens, le programme stratégique Joves i Nit a pour objectif de «  sensibiliser et responsabiliser les jeunes au respect des règles civiques durant la nuit  ». Mais quel type de civilité est-il demandé  ? Le diagnostic Bona Nit posait déjà la nécessité d’encourager la vie en commun et la convivialité durant la nuit barcelonaise.

27L’analyse du lexique et de la sémantique utilisés dans ces documents donne des indices de l’homogénéisation recherchée quant aux pratiques sociales liées aux loisirs nocturnes. Ceci révèle un processus idéologique des classes dirigeantes de la ville centre qui tentent d’exporter cette vision des bonnes pratiques dans les banlieues, ce qui peut être considéré comme une «  colonisation culturelle  ».

III – Une nouvelle esthétique du contrôle social  : la colonisation culturelle des banlieues de Barcelone

  • 19 CiU  : Convergència i Unió (Fédération de Unió Democrática de Catalunya et Unió Democrática de Cata (...)

28L’une des questions fondamentales à poser concerne le souhait de l’administration d’homogénéiser les pratiques sociales des jeunes. Cette tendance n’est pas récente et l’on peut la faire remonter à la naissance du nationalisme catalan conservateur catolique de la fin du XIXe siècle-début XXe (Oltra et al., 1981  ; Marfany, 1995  ; Duarte, 1999  ; Ucelay-Da Cal, 2003). Il s’agissait alors d’implanter des produits culturels et des pratiques sociales caractéristiques des élites culturelles, économiques et politiques de la ville centre vers ces territoires urbains particulièrement défavorisés, populaires et industriels. Plus récemment, ce modèle de colonisation culturelle du début du XXe siècle se reproduit, sous le gouvernement catalan conservateur et catholique de CiU 19. Durant cette période (1980-2003), une série de contestations a surgi des banlieues catalanes, contre la construction d’une identité collective clairement élitiste et empreinte de nationalisme conservateur issue de la ville centre. Cette culture portée par les institutions n’est pas assimilée, ni partagée aujourd’hui, par une partie importante des migrants espagnols qui vinrent en Catalogne entre 1940 et 1975, et encore moins par les générations suivantes (Nofre, 2007).

29Les premières années de la décennie 1980 sont significatives de ce modèle de colonisation culturelle des banlieues de Barcelone par les classes supérieures. Ainsi, les positions des administrations illustrent ces premières tentatives d’imposer aux jeunes des classes populaires qui résidaient en banlieue une «  consommation culturelle orientée  », à l’image d’un premier document publié en 1985 par le département de la Culture de la Generalitat de Catalunya intitulé La Dinamització Cultural a les Àrees Urbanes de Nova Creació.

  • 20 Sur les affrontements entre différents groupes sociaux de jeunes de Barcelone en 2005-2007, voir J. (...)

30Selon le directeur général de la Diffusion culturelle, Albert Manent, cette dynamisation culturelle dans les aires urbaines constituait l’un des défis les plus importants de la Catalogne. Selon lui en effet, ce projet devait permettre la cohésion de l’ensemble des citadins pour une communauté unique (Manent, 1985). En parallèle, toujours en 1985, un autre responsable de la politique culturelle de la Generali­tat, Pere Baltà, affirmait également la nécessaire création d’une «  base d’équipements socio-culturels  » pour éviter la constitution de «  logiques de ghettos irréversibles  » (Baltà, 1985). Précisément, Baltà faisait référence à ces territoires urbains construits pendant le régime fasciste de Franco et nommés Unidades Vecinales de Absorción (littéralement «  Unités de voisinage d’absorption  »), qui devaient renforcer l’intégration sociale et culturelle. Pere Baltà identifiait comme espace unique de relations sociales dans ces territoires de banlieue le «  bar du coin  ». Devant cette ignorance peu convaincante, on peut se demander pourquoi ne sont pas considérés comme espaces de relations sociales d’autres types de lieux, religieux ou de travail par exemple, des lieux commerciaux, scolaires, associatifs ou syndicaux, des associations de voisins. La similitude entre les propos de Pere Baltà et les propositions du projet politico-culturel et social des conservateurs catalans et catholiques de la fin du XIXe siècle-début XXe semble évidente (Nofre, 2007). Il apparaît en effet que la volonté de l’administration catalane des années 1980 est d’appuyer cette colonisation culturelle (en particulier catalane) dans les banlieues et espaces périurbains où la population est composée d’un fort pourcentage d’habitants d’origine non-catalane. Ces oppositions socio-culturelles sont toujours d’actualité 20, avec une question sous-jacente  : pourquoi les communautés traditionnelles (catalanes), minoritaires dans ces territoires de banlieues, imposeraient-elles leur système de valeurs et leurs symboles  ?

  • 21 V. Villatoro, “Els joves i la cultura : un món per vertebrar”, in La dinamització cultural a les àr (...)

31Cette question se pose avec d’autant plus d’acuité que la vision de la banlieue donnée dans les documents de la Generalitat paraît très caricaturale  : pauvreté de la société civile, lacunes dans les relations interpersonnelles et interfamiliales, etc. 21. La dénonciation de l’absence d’espaces de relations sociales semble démontrer l’incapacité du système à entrer dans l’espace domestique, et à interférer sur le modèle de vie familiale et sociale si différent des communautés traditionnelles autochtones. En affichant un certain mépris vis-à-vis des espaces sociaux populaires (Peñas Taurinas, Peñas Flamencas, Sociedades Pajariles, groupements de majorettes…), les auteurs laissent à penser que l’unique mode de relations sociales est celui porté par la ville centre et authentiquement catalan. Pour matérialiser cette volonté de recatalanitzación et faire face aux résistances des jeunes de la périphérie, l’administration catalane développe ainsi depuis les années 1980 un réseau de Centros Cívicos et de Casals de Joventut.

  • 22 Synthétiquement, ce groupe est formé par des jeunes de classe populaire des banlieues de Barcelone, (...)
  • 23 à l’instar de Águeda, 25 ans, résidant dans le quartier populaire de Sant Cosme, au Prat de Llobreg (...)

32Replacé dans une perspective historique et dans un contexte de révision des politiques publiques en matière de culture et de jeunesse, l’objectif des années 1980 de reconquête des banlieues (et des jeunes) par les classes dirigeantes à travers la culture catalane et la morale ne semble pas pleinement réalisé. C’est en effet ce que suggère l’apparition d’un nouveau groupe social au début des années 1990 dans les banlieues de Barcelone et par la suite dans celles des autres villes catalanes  : les cholos et les caboches (Nofre, 2007) 22. Ceux-ci contestent clairement les produits culturels «  officiels  » 23 qui, souvent, contiennent des symboles nationalistes catalans et sont orientés vers des consommateurs des classes moyennes et supérieures de la ville centre.

IV – Planification, consommation culturelle et homogénéisation sociale

33La planification stratégique en matière de culture et de jeunesse porte cette primauté de la catalanité, dans les documents de l’administration tant de Barcelone que de la Generalitat. Ainsi, en 1996, la municipalité de Barcelone a souhaité donner un rôle stratégique à la culture dans la rénovation urbaine, ce qui a porté à modifier les objectifs, les actions et les instruments de ses interventions culturelles – d’où un Plan Estratégico del Sector Cultural de Barcelona (PESCB) de 1999. Celui-ci se décline en six axes relatifs à la rénovation urbaine et sociale de la ville, dont l’un s’énonce ainsi  : «  Structurer Barcelone dans un esprit culturel spécifique et métropolitain.  » Le singulier est à relever car suggérant la recherche d’une cohésion sociale «  absolue  », dans l’unicité. Le maire de l’époque, Joan Clos, l’exprimait ainsi  :

“La ciutat necessita un sector cultural ben fort, ben vertebrat, capaç de projectar la ciutat al món i que alhora atregui talent i coneixement d’arreu (…) El manteniment de la cohesió social a la ciutat té molt a veure amb les estratègies culturals.”
(PESCB, 1999.)

  • 24 «  Le 14 juillet 2005 a eu lieu la cérémonie de présentation de la Fundación Barcelona Cultura. Il (...)
  • 25 Cette idée fut développée auparavant par Henri Lefebvre dans son ouvrage Le Droit à la ville  : il (...)
  • 26 Et aussi principal acteur de la rénovation urbaine de Barcelone dans le cadre des Jeux olympiques, (...)

34Parmi ces axes du plan stratégique, l’un doit conforter un nouveau système de relations entre les agents culturels publics et privés 24 et l’autre vise à encadrer le système culturel dans lequel les citadins sont à la fois consommateurs et créateurs de culture (PESCB, 1999) 25. Cette stratégie culturelle est développée par le biais de l’Institut de la Culture de Barcelone (ICUB), créé en 1996, dont les orientations sont doubles  : mettre la culture au cœur du nouveau projet global de la ville et faire de l’administra­tion un acteur clé du secteur culturel. à sa fonction de producteur de grands événements culturels s’ajoute ainsi le rôle de catalyseur et d’animateur, participant de ce fait à la rénovation urbaine et à la production de nouveaux espaces urbains – conduisant par conséquent à une homogénéisation sociale de certains territoires. En ce sens, l’un des meilleurs exemples est celui du quartier du Raval (Martínez Rigol, 2001)  : après une première étape dans les années 1980 qui a consisté à améliorer la qualité de vie et les réseaux de services à la population de proximité, une deuxième phase a été initiée par l’architecte Oriol Bohigas i Guardiola (qui a occupé la fonction de conseiller culturel à la municipalité de Barcelone entre 1991 et 1996) 26.

Fig. 4 – Les actions urbanistiques projetées (Actuaciones Urbanísticas Proyectadas) à Barcelone sur la période 1995-1999

Fig. 4 – Les actions urbanistiques projetées (Actuaciones Urbanísticas Proyectadas) à Barcelone sur la période 1995-1999

Note : Les nombres correspondent aux épicentres des Aires de nouvelle centralité (Áreas de Nueva Centralidad) établies en 1987 :
1 : Diagonal-Sarrià ; 2 : Carrer Tarragona ; 3 : Renfe-Meridiana ; 4 : Plaça Cerdà ; 5 : Carles I-Icària ; 6 : Port
Urbà ; 7 : Plaça de les Glòries ; 8 : Vall d’Hebron ; 9 : Sagrera ; 10 : Diagonal-Prim ; 11 : Zona Universitària ;
12 : Montjuïc-Poble Espanyol.
En grisé, zone des actions urbanistiques projetées sur la période 1995-1999 dans la ville de Barcelone.

Source : Élaboration propre à partir de la base cartographique obtenue sur http://www.bcn.es. Page consultée en novembre 2006.

  • 27 Ceci rejoint d’ailleurs l’approche du maire Pasqual Maragall dans son livre intitulé Civisme i Urba (...)

35Selon cet architecte catalan, établir une politique culturelle adéquate était essentiel pour positionner Barcelone comme grande ville européenne. Dans l’objectif de faire de la capitale catalane un grand centre de production, de diffusion et de consommation culturelles (Bohigas, 1993), les loisirs nocturnes sont apparus comme un levier des plus importants, principalement grâce à l’élitisation et l’esthétisation, concernant à la fois des contenus et des consommateurs eux-mêmes. Dans cette vision métropolitaine, O. Bohigas intégrait au programme culturel l’enseignement et l’éducation, diffusant ainsi les valeurs éthiques et intellectuelles de l’école au quartier, et promouvant l’idée du «  bon citoyen  » 27. Ces orientations stratégiques ont d’ailleurs été intégrées dans les politiques culturelles plus récentes, à l’instar du nouvel objectif de l’Institut de la Culture de Barcelone sur la cohésion sociale, notamment à travers l’interculturalité, la participation et la démocratie (ICUB, 2003).

36Atteindre ces ambitions passait par la mobilisation de l’ensemble des acteurs socio-économiques, culturels et politiques de la ville afin d’éviter que les mouvements sociaux ne paralysent l’action (ICUB, 2003). à cette fin, la municipalité de Barcelone a intégré le concept de cultura de distrito dans celui de cultura de ciudad – ce qui peut traduire une approche globalisante, et donc conduire à homogénéiser l’identité des districts à l’image de la ville. Le Plan stratégique révisé, Nous Accents 2006, explicite la volonté de développer ces politiques de proximité. Ne s’agit-il pas d’une nouvelle forme de contrôle social  ?

  • 28 Plan de Cultura de L’Hospitalet de Llobregat, Plan Director de Juventud 2006-2010 de Barcelona, Pla (...)

37Dans ce plan, le maire Jordi Hereu insiste sur le rôle principal que doit jouer la culture dans la construction quotidienne de la ville. Cet emploi récurrent du singulier contraste avec l’appel à la diversité culturelle présent quasi quotidiennement dans les discours officiels de l’administration locale – incantation de ce fait bien fragilisée. De surcroît, l’analyse de différents documents stratégiques (culturels et sur la jeunesse) de l’aire métropolitaine 28 traduit avant tout des orientations circonscrites à la satisfaction des groupes sociaux de jeunes métropolitains des nouvelles classes bohèmes et cosmopolites (Lloyd, 2000) et de la nouvelle classe moyenne urbaine (Wynee, 1998  ; Goss, 1999  ; Greenberg, 2000).

  • 29 Theodor W. Adorno et Max Horkheimer  ; Herbert Marcuse.

38Une autre approche concerne la place de l’économie culturelle dans les stratégies de l’administration locale pour le renouvellement physique urbain – et social – de la ville. Son usage comme stratégie et facteur d’homogénéisation sociale et comme réponse au «  désordre  » s’observait déjà dans des analyses du milieu du XXe siècle de philosophes de l’école de Frankfurt 29. Ainsi, plus récemment, la politique de création et de rénovation des infrastructures culturelles depuis 1986 par la municipalité de Barcelone se caractérise par cette articulation entre les objectifs et actions culturels d’une part, et la stratégie générale de rénovation urbaine d’autre part. Les différents documents de cette administration locale traduisent bien cette vision globale, affirmant qu’il s’agit de «  créer de nouveaux équilibres, de nouvelles centralités, de nouveaux échanges dans les zones en crise  » (Subirós, 1999). Ces zones, áreas deprimidas, appartiennent aux Áreas de Nueva Centra­lidad de Barcelona (Espaces de nouvelle centralité), planifiées déjà en 1987, et situées pour la plupart dans les banlieues  ; elles accueillent les transformations urbaines les plus importantes de la capitale catalane depuis les Jeux olympiques de 1992 (fig. 4).

Figure 5 – Le centre commercial Illa Diagonal

Figure 5 – Le centre commercial Illa Diagonal

Source : http://www.lilla.com, site officiel du centre comercial Illa Diagonal.

39Précisément, ces áreas deprimidas font tout particulièrement l’objet de la colonisation culturelle décrite précédemment. Ainsi, les centres commerciaux urbains peuvent être considérés comme des espaces où s’élaborent les pratiques sociales des différents groupes urbains de la post-modernité. De ce fait, la conception des centres commerciaux présente des aspects anthropologiques  : chaque centre commercial est conçu pour un public spécifique, pour satisfaire les désirs de consommation de chaque individu guidé par sa position sociale et surtout par ses désirs d’émancipation sociale. L’exemple probant est celui du centre commercial Illa Diagonal (fig. 5), dont l’esthétique est à base de lignes et d’angles droits avec des formes simples et sobres  : sur l’Avenida Diagonal de Barcelona, il est à proximité du centre historique, dans le quartier Les Corts où résident les classes moyennes et supérieures. à l’inverse, l’exemple du centre commercial GranVia-2 reflète une esthétique générale en phase avec la classe populaire et les jeunes de banlieue. Cependant, il semble qu’il y ait progressivement un rapprochement (comme résultat de l’homogénéisation… ?) des consommations et habitudes des jeunes de ces deux types de classes (populaires, travailleurs, de banlieue, d’un côté, et aisée, bohème, de centre-ville, de l’autre). Ceci tendrait à satisfaire le discours officiel d’une identité urbaine unifiée.

Conclusion

40Cet article a permis d’élaborer un essai critique sur les politiques publiques en matière culturelle et de jeunesse à Barcelone et dans ses périphéries. à travers les politiques publiques et la planification stratégique, les pouvoirs locaux s’appuient sur la culture non seulement pour transformer la ville et la hisser au rang des grandes métropoles européennes, mais aussi pour orienter la cohésion sociale, vers une homogénéisation de la société. Ceci passe concrètement par des actions qui, notamment dans les banlieues populaires, peuvent être considérées comme des signes de colonisation culturelle venant des élites de la ville centre.

41La notion de progrès social dans des espaces urbains considérés comme étant en crise interroge sur le modèle unique prôné dans ces politiques, avec inévitablement des résistances chez les jeunes de ces quartiers déshérités. La volonté d’éradiquer des mouvements considérés comme subversifs peut se lire dans le projet politico-culturel des catalans conservateurs du Novecentismo, ce qui conduit à penser qu’il existe, effectivement, un projet de classe.

42Pourtant, l’enjeu pour la planification à venir est bien, semble-t-il, de ne pas renforcer les fractures socioculturelles antérieures en cristallisant les différences par le désir exprimé d’homogénéisation. Ceci passe par des orientations aptes à reconnaître les cultures exprimées dans les différents espaces urbains de l’Aire métropolitaine de Barcelone.

Traduction des citations en anglais et catalan

- p. 85-87  :

«  Ce mode de production dominant est en train de supplanter des modes de vie nocturnes plus anciens, traditionnels, basés sur le bar et le pub communautaires, étroitement liés au style fordiste de consommation collective de la ville industrielle ouvrière, et de rendre marginaux des modes de vie nocturnes plus indépendants associés à diverses cultures populaires et à la jeunesse alternative  »  ; «  (…) des modes de vie nocturnes plus anciens / traditionnels et indépendants / alternatifs sont progressivement supplantés par un mode de production post-industriel et collectif de la vie nocturne dans une ville régie par la consommation.  » (Chatterton & Hollands, 2003.)

- p. 89, 1re colonne  :

«  La nuit continue à être fortement influencée par une préoccupation fordiste de réglementation plus stricte, de contrôle social et de cloisonnement, en raison de craintes morales récurrentes vis-à-vis du désordre et de l’absence de loi.  » (Chatterton & Hollands, 2003.)

- p. 89, 2e colonne  :

«  Étudier, faire du sport, visiter des musées et expositions, réaliser des activités socio-culturelles, se promener en vélo, participer à un groupe d’échanges linguistiques… Voilà quelques exemples d’activités qui élargissent l’offre culturelle. En définitive, nous voulons normaliser la vie nocturne des jeunes.  » (Barcelona Bona Nit, 1998.)

- p. 91  :

«  La ville a besoin d’un secteur culturel fort, bien structuré, capable tout à la fois de la projeter vers le monde et d’attirer talent et connaissance de toutes parts (…) Le maintien de la cohésion sociale dans la ville est étroitement lié aux stratégies culturelles.  » (PESCB, 1999.)

Je souhaite exprimer mes remerciements à mon directeur de thèse, le professeur Carles Carreras i Verdaguer, à Philippe Dugot pour m’avoir donné l’opportunité de publier dans la revue, et à Mariette Sibertin-Blanc pour ses commentaires, ses suggestions et sa traduction. Je remercie également la Fundació Rafael Campalans et la Convenció pel Futur, la Comissionat per la Recerca i les Universitats de la Generalitat de Catalunya, et le docteur David Nofre pour ses commentaires critiques.

Haut de page

Bibliographie

Adorno T. W., Horkheimer M., Dialektik der Aufklärung. Philosophische fragmente, 1944. édition consultée traduite à l’espagnol  : Dialéctica de la Ilustracón, Madrid, Ed. Trotta, 2004.

Baltà P., “Infrastructura cultural i àrees urbanes de nova creació”, in collectif, La dinamització cultural a les àrees urbanes de nova creació, Departament de Cultura, Generalitat de Catalunya, 1985, p. 21-40.

Boada M., Isach M. (dir.), Enquesta de la Joventut de Barcelona, Servei d’Avaluació i Estudis, Ajuntament de Barcelona, 2003.

Bohigas O., Gràcies i desgràcies culturals de Barcelona, Barcelona, Ajuntament de Barcelona, 1993.

Bourdieu P., La Distinction. Critique sociale du jugement, Éditions de Minuit, collection «  Le sens commun  », 1979.

Butler T., Gentrification and the Middle Classes, Aldershot, Ashgate, 1997.

Chatterton P., Hollands R., “Theorising urban playscapes : producing, regulating and consuming youthful nightlife city spaces”, Urban Studies, 39 (1), 2002, p. 95-116.

Chatterton P., Hollands R., Urban Nightscapes. Youth Cultures, Pleasure Spaces and Corporate Power, New York, Routledge, 2003.

collectif, La dinamització cultural a les àrees urbanes de nova creació, Barcelona, Departament de Cultura de la Generalitat de Catalunya, 1985.

Cunningham H., Leisure in the Industrial Revolution 1780-1880, New York, St. Martin’s Press, 1980.

Eurocities, La cultura, motor de les transformacions de les ciutats europees del segle XXI, Document approuvé par le comité de Culture d’Eurocities le 19 Septembre 2001.

Fernández A., “Barcelona, BonaNit”, in Los jóvenes y la cultura del ocio : diversas perspectivas y experiencias en el ámbito local. I congreso sobre ocio juvenil. Elche, 3, 4 y 5 de mayo de 2001, Instituto Alicantino Juan Gil-Albert, Ayuntamiento de Elche, 2002.

Gottdiener M., The Theming of America. American Dreams, Media Fantasies and Themed Environments, Boulder, CO, Westview Press, 2001.

Greenberg M., “Branding cities : A Social History of the Urban Lifestyle Magazines”, Urban Affairs Review, 36, 2, 2000, p. 228-263.

Hannigan J., Fantasy City : Pleasure and Profit in the Postmodern Metropolis, New York, Routledge, 1998.

Hollands R., Friday Night, Saturday Night : Youth identification in the Post-Industrial City, Newcastle, University of Newcastle upon Tyne, Department of Sociology, 1995.

Institut de Cultura de Barcelona [ICUB], Barcelona, una cultura en moviment (1996-2002), Ajuntament de Barcelona, Institut de Cultura de Barcelona, 2003.

Institut de Cultura de Barcelona [ICUB], La cultura, motor de la ciutat del coneixement. Pla estratègic del sector cultural de Barcelona [Acronyme utilisé dans le texte  : PESCB], Ajuntament de Barcelona, 1999.

Kerr C., The Uses of the University, Cambridge, MA, Harvard Univ. Press, 1963.

Lefebvre H., Le Droit à la ville, Paris, éd. Economica, collection Anthropos. édition consultée  : El derecho a la ciudad, Madrid, Ediciones Península, 1968.

Lloyd R., Grit as Glamour : Neo-Bohemia and Urban Change, Chicago, University of Chicago, 2000.

Maragall P., Civisme i urbanitat, Barcelona, Ajuntament de Barcelona, 1993.

Marcuse H., Ensayos sobre política y cultura, Barcelona, Ariel, 1970.

Marfany J. Ll., La cultura del catalanisme, Barcelona, Empúries, 1995.

Martínez Rigol S., El retorn al centre de la ciutat. La reestructuració del Raval, entre la renovació i la gentrificació, Thèse de doctorat publiée par le département de Géographie humaine, Universidad de Barcelona, 2001.

Mitchell D., Cultural Geography. A Critical Introduction, Oxford, Blackwell, 2000.

Nofre J., L’agenda cultural oculta. Una deconstrucció de l’oci nocturn de Barcelona i els seus suburbis, Thèse inscrite le 3 janvier 2007 au département de Géographie humaine de l’Universidad de Barcelona (en cours), 2008a.

Nofre J., “Centre i perifèria a la música urbana de Barcelona”, in Carreras C. et Moreno S. (coord.), Ciutat i literatura, una visió interdisciplinar (sous presse), 2008b.

Nofre J., Resistències culturals als suburbis de la Barcelona del segle XXI. Una aproximació qualitativa al fenomen dels “cholos” i les “cholas” des de la Nova Geografia Cultural, Papers de la Fundació, no 151, Barcelona, Fundació Rafael Campalans, 2007.

Nofre J., Vico C., “De la centralització de les perifèries a la gentrificació dels suburbis. Proposta d’un debat obert”, communication présentée au IIIe Séminaire International du GIGU, Facultad de Geografia & Historia, Universidad de Barcelona, 5-8 mars 2008, 2008.

Oltra B., Mercadè F., Hernández F., La ideología nacional catalana, Barcelona, Ed. Anagrama, 1981.

Savage M., Butler T., Social Change and the Middle Classes, London, Routledge Butler, 1995.

Smith N., The New Urban Frontier. Gentrification and the Revanchist City, London, Routledge, 1996.

Subirós P., Estratègies culturals i renovació urbana, Barcelona, Aula Barcelona, 1999.

Trullén J., Lladós J., Boix R., “Economia del coneixement i competitivitat internacional de la indústria de Barcelona”, Perspectiva Econòmica de Catalunya, no 211, 2001, p. 83-91.

Ucelay-Da Cal E., El imperialismo catalán, Barcelona, Edhasa, 2003.

Villatoro V., “Els joves i la cultural : un món per vertebrar”, in La dinamització cultural a les àrees urbanes de nova creació, Barcelona, Departament de Cultura, Generalitat de Catalunya, 1985, p. 123-164.

White R. (ed.), Australian Youth Subcultures. On the Margins and in the Mainstream, Hobart, Australian Clearinghouse for Youth Studies, 1999.

Willis P., Common Culture, Milton Keynes, Open University Press, 1990.

Wynne D., O’Connor J., “Consumption and the postmodern city”, Urban Studies 35 (5-6), 1998, p. 841-864.

Haut de page

Notes

1 C. Kerr (1963), cité par D. Mitchell (2000).

2 H. Marcuse (1970).

3 Trullén et al. (2001), III Pla Estratègic Econòmic i Social de Barcelona (1999-2005).

4 Cette période historique correspond à l’actuelle étape démocratique survenue après la dictature de Franco (1939-1975). Plus précisément, alors que durant ces 23 ans la Fédération catalaniste conservatrice de Convergència i Unió (citée dans le texte comme CiU) a joué le premier rôle dans le gouvernement démocratique de la Generalitat de Catalunya, depuis 1979 le Parti des socialistes de Catalogne gouverne la municipalité de Barcelone, avec l’appui externe d’autres forces de gauche.

5 Cette économie est caractérisée par les activités relatives à la location et/ou l’exploitation de locaux de loisirs nocturnes.

6 Ce que Bourdieu (1979) considérait comme propre aux nouvelles classes moyennes des villes capitalistes occidentales.

7 Dans ce sens, voir ma thèse en cours sur la ségrégation sociale associée aux loisirs nocturnes à Barcelone et sa banlieue.

8 L’Enquesta de la Joventut de Barcelona correspondant à l’année 2003 est la dernière de la collection à avoir été publiée jusqu’à maintenant. Selon des sources internes du Servei d’Estudis i Avaluació de l’Ajuntament de Barcelona, l’enquête 2008 devrait être publiée au cours de l’année 2009.

9 Selon le Departament d’Estadística de l’Ajuntament de Barcelona.

10 Cette conclusion relative à l’étude quantitative est confirmée par un travail qualitatif (Nofre, 2008a).

11 Entre autres  : Matadepera, Llinars del Vallès, Sant Climent de Llobregat o Sant Pere de Ribes.

12 Secteur géographique qu’occupe actuellement la ville, anciennement composé de communes indépendantes rurales, puis industrielles.

13 Par exemple les quartiers des centres de Badalona, El Prat de Llobregat, L’Hospitalet de Llobregat et Cornellà de Llobregat, et, au centre de Barcelone, Sant Andreu, Horta ou Sants.

14 Le nacionalflamenquismo est un courant du flamenco créé et reproduit par le régime fasciste de Franco qui considérait le flamenco comme la source de l’Espagne “pure” (Álvarez Caballero, 1992).

15 El consum responsable. Estudi de les actituds i el comportament dels adolescents catalans en relació al consum, Barcelona, Observatori Català de la Joventut & Institut Català del Consum, Generalitat de Catalunya, 2004.M. Boada et M. Isach (dir.), Enquesta de la Joventut de Barcelona, Barcelona, Servei d’Avaluació i Estudis, Ajuntament de Barcelona, 2003.

16 Le texte a finalement été présenté à la communauté scientifique en mai 2001 et publié un an plus tard  : A. Fernández, “Barcelona, Bona Nit”, in Los jóvenes y la cultura del ocio : diversas perspectivas y experiencias en el ámbito local. I congreso sobre ocio juvenil. Elche, 3, 4 y 5 de mayo de 2001, Instituto Alicantino Juan Gil-Albert, Ayuntamiento de Elche, 2002.

17 Décret 200/1999, Diari oficial de la Generalitat de Catalunya, no 2942 – 30/07/1999.

18 Pla Nacional de Joventut. Joves 2010, Generalitat de Catalunya, 2006, p. 23.

19 CiU  : Convergència i Unió (Fédération de Unió Democrática de Catalunya et Unió Democrática de Catalunya Convergència Democràtica de Catalunya, dont le fondateur est Jordi Pujol i Soley, président de la Generalitat de 1980 à 2003).

20 Sur les affrontements entre différents groupes sociaux de jeunes de Barcelone en 2005-2007, voir J. Nofre (2007).

21 V. Villatoro, “Els joves i la cultura : un món per vertebrar”, in La dinamització cultural a les àrees urbanes de nova creació, Departament de Cultura, Generalitat de Catalunya, Barcelona, 1985, p. 123-164.

22 Synthétiquement, ce groupe est formé par des jeunes de classe populaire des banlieues de Barcelone, de 13 à 25 ans, assimilant l’esthétique gitane.

23 à l’instar de Águeda, 25 ans, résidant dans le quartier populaire de Sant Cosme, au Prat de Llobregat, et interrogé en 2007  : «  Le catalan ne me plaît pas parce qu’il est snob.  »

24 «  Le 14 juillet 2005 a eu lieu la cérémonie de présentation de la Fundación Barcelona Cultura. Il s’agit d’une fondation mise en place par l’Institut de la Culture de Barcelone dans le but d’établir un nouveau modèle de relation avec le milieu industriel catalan, dont la participation au Conseil social de la Fondation permettra de soutenir l’industrie culturelle catalane. La Fondation naît avec la volonté de promouvoir la coopération entre l’initiative publique et privée afin de développer la culture sous toutes ses formes dans la société.  » (Nouvelle parue dans le journal catalan AVUI, le 15 juillet 2007.)

25 Cette idée fut développée auparavant par Henri Lefebvre dans son ouvrage Le Droit à la ville  : il considérait les périphéries comme territoire «  d’une urbanisation désurbanisée  », dans lesquelles se réunissaient toutes les conditions d’«  une domination parfaite, pour une redéfinition de l’exploitation des populations, qui sont exploitées comme producteurs, comme consommateurs de produits, comme consommateurs d’espace  ». (H. Lefebvre, Le Droit à la ville, éd. Anthropos, Paris, 1968 [édition consultée  : El derecho a la ciudad, Edicions 62, Barcelona, p. 43.] ).

26 Et aussi principal acteur de la rénovation urbaine de Barcelone dans le cadre des Jeux olympiques, puis architecte en chef municipal.

27 Ceci rejoint d’ailleurs l’approche du maire Pasqual Maragall dans son livre intitulé Civisme i Urbanitat publié en 1993.

28 Plan de Cultura de L’Hospitalet de Llobregat, Plan Director de Juventud 2006-2010 de Barcelona, Plan Estratégico de Cultura de Barcelona “Nous Accents 2006”, Plan Nacional de Juventud de la Generalitat de Catalunya.

29 Theodor W. Adorno et Max Horkheimer  ; Herbert Marcuse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte administrative de la région métropolitaine de Barcelone *
Crédits Source : Ajuntament de Barcelona (2008) [http://www.bcn.es]
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 2 et 3 – Cartes administratives de l’aire métropolitaine de Barcelone (2) et des districts de Barcelone (3)
Légende 1. Barcelona2. L’Hospitalet de Llobregat3. Esplugues de Llobregat4. Cornellà de Llobregat5. Sant Joan Despí6. Sant Just Desvern7. Sant Feliu de Llobregat8. Molins de Rei9. El Papiol10. El Prat de Llobregat11. Sant Boi de Llobregat12. Viladecans13. Gavà14. Castelldefels15. Begues16. Sant Climent de Llobregat17. Torroelles de Llobregat18. Santa Coloma de Cervellò19. Sant Vicenç dels Horts20. Pallejà21. Sant Andreu de la Barca22. Castellbisbal23. Sant Cugat del Vallès24. Cerdanyola25. Barberà del Vallès26. Ripollet27. Montcada28. Badalona29. Tiana30. Montgat31. Sant Andrià del Besòs32. Santa Coloma de Gramenet33. Badia del Vallès1. Ciutat Vella2. Eixample3. Sants-Montjuïc4. Les Corts5. Sarrià-Sant Gervasi6. Gràcia7. Horta Guinardó8. Nou Barris9. Sant Andreu10. Sant Martí
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 4 – Les actions urbanistiques projetées (Actuaciones Urbanísticas Proyectadas) à Barcelone sur la période 1995-1999
Légende Note : Les nombres correspondent aux épicentres des Aires de nouvelle centralité (Áreas de Nueva Centralidad) établies en 1987 :1 : Diagonal-Sarrià ; 2 : Carrer Tarragona ; 3 : Renfe-Meridiana ; 4 : Plaça Cerdà ; 5 : Carles I-Icària ; 6 : PortUrbà ; 7 : Plaça de les Glòries ; 8 : Vall d’Hebron ; 9 : Sagrera ; 10 : Diagonal-Prim ; 11 : Zona Universitària ;12 : Montjuïc-Poble Espanyol.En grisé, zone des actions urbanistiques projetées sur la période 1995-1999 dans la ville de Barcelone.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2077/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 5 – Le centre commercial Illa Diagonal
Crédits Source : http://www.lilla.com, site officiel du centre comercial Illa Diagonal.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2077/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jordi Nofre i Mateo et Mariette Sibertin-Blanc, « Les politiques culturelles et de la jeunesse dans l’Aire métropolitaine de Barcelone. Essai critique sur la colonisation culturelle et l’homogénéisation sociale », Sud-Ouest européen, 27 | 2009, 83-95.

Référence électronique

Jordi Nofre i Mateo et Mariette Sibertin-Blanc, « Les politiques culturelles et de la jeunesse dans l’Aire métropolitaine de Barcelone. Essai critique sur la colonisation culturelle et l’homogénéisation sociale », Sud-Ouest européen [En ligne], 27 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/2077 ; DOI : 10.4000/soe.2077

Haut de page

Auteurs

Jordi Nofre i Mateo

Doctorant-chercheur au Departamento de Geografía Humana de la Universidad de Barcelona, Grup d’Investigacions en Geografia Urbana (GIGU), avec l’appui du Comissionat per a Universitats i Recerca del Departament d’Innovació, Universitats i Empresa de la Generalitat de Catalunya, et du Fonds social européen ; j.nofre@gmail.com

Mariette Sibertin-Blanc

Université de Toulouse-le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals