Navigation – Plan du site
Notes bibliographiques

Cowboys, clowns et toreros

David Giband
p. 160-161
Référence(s) :

Frédéric Saumade, Jean-Baptiste Maudet, Cowboys, clowns et toreros, l’Amérique réversible, Berg International, Paris, 2014.

Texte intégral

1Cowboys, clowns et toreros, l’Amérique réversible est un ouvrage en tout point singulier et passionnant. Tiré d’une recherche financée par l'Agence nationale de la recherche, combinant des approches en ethnographie et en géographie, ce long ouvrage (340 pages) invite à partir à la (re)découverte de la société américaine à partir d’un insolite et d’une altérité multiple : les jeux d’arènes en Californie. Insolites, le rodéo et les jeux d’arènes (taurins : rodéos, jaripeos et charreadas) sont utilisés comme prisme de lecture d’une société américaine – certes communautarisée à l’outrance – recelant dans ses marges et ses frontières (festives, sociales et géographiques) des interpénétrations et des métissages complexes. Prenant appui sur un imposant travail de terrain, l’ouvrage décrypte la réalité sociale, culturelle, communautaire et géographique des spectacles taurins en Californie. Au fil d’une approche ethnographique, on lit toute l’épaisseur sociale et culturelle de jeux pas si minoritaires que cela où, derrière l’apparente fragmentation ethnique (rodéos afro-américains, hispano-américains, luso-américains, amérindiens) et de genre (rodéos gays), se dessine une Amérique vivante, complexe, authentique, métissée et haute en couleur. Une Amérique à l’altérité multiple, celle d’une frontière autant géographique, culturelle qu’idéelle qui nourrit encore et toujours la notion de Wilderness. Souhaitant dépasser l’image mythifiée des rodéos renvoyant auxstéréotypes nationalistes et folkloriques d’un Ouest disneylandisé, les auteurs montrent que les jeux taurins sont un élément fort et complexe de l’identité et des cultures californiennes, sans cesse travaillées par la diversité ethnoculturelle (notamment hispanique et amérindienne) et des tensions multiples, autant d’éléments au principe d’une construction nationale tumultueuse. Jeux d’arènes et fêtes taurines que les auteurs, Frédéric Saumade et Jean-Bapiste Maudet, qualifient fort justement de « paradoxe ethnographique » car pris constamment entre les vestiges d’un patriotisme étasunien et des communautarismes ethniques et genrés prenant corps dans le système spatial californien. À ce sujet, l’ouvrage articule bien dimension ethnographique et approche territoriale, invitant la réflexion tant du côté des recompositions spatiales (étalement périurbain ne laissant que des interstices à la pratique taurine, toute puissance de l’agro-business et de l’élevage en feed-lots menaçant les petits éleveurs de taureaux dans les vallées agricoles), que du côté de la frontière, frontière physique et culturelle bien entendu, entre Anglos et Hispaniques, entre États-Unis et Mexique mais aussi, et surtout, du côté de la frontier, de ses mythologies, de ses représentations, et de la wilderness ici singulièrement revisitée. Car derrière les jeux d’arènes s’opère un double mouvement. D’une part, les dynamiques contemporaines des rodéos et autres jaripeos révèlent un processus de reconquête territoriale et symbolique par des groupes considérés comme marginaux mais qui font territoire par la marge et dans les interstices de cette Californie suburbaine et agricole. Les jeux d’arènes se pratiquent en effet aussi bien dans les espaces délaissés par l’extension suburbaine que dans les interstices laissés vacants par l’agro-industrie dans les vallées et les piedmonts du Golden State. D’autre part, s’opère une mise en spectacle renouvelée de la Wilderness (et encore peu visible par la majorité anglo) que les auteurs dépeignent comme métissée, burlesque, hollywoodienne, sauvage, soit autant de symboles d’une « altérité interne » qui anime et recompose l’identité d’une nation.

2L’ouvrage se partage en trois parties et on regrettera une construction qui n’évite pas certaines longueurs (la première partie, passionnante à de nombreux égards, pâtit de trop nombreux détails), ni redondances (sur les dynamiques territoriales évoquées dans les trois parties mais que l’on aurait préférée voire traitée de façon plus claire). Enfin, certains éléments de contextualisation arrivent tardivement en troisième partie. L’ouvrage livre de très (trop) nombreuses photographies. On regrette que ces photographies se révèlent souvent identiques (cowboys à l’action, photos de scènes de rodéos identiques) et qu’un choix plus sélectif n’ait été opéré. Un tel choix aurait permis d’une part, d’éviter au lecteur un sentiment de répétition inutile et d’autre part, de mettre en avant certaines photographies hors champ, révélatrices de cette épaisseur sociale (éleveurs au travail, en négociation, photographies d’élevage montrant leur réalité, familles accompagnant les acteurs du rodéo). Enfin, une carte de synthèse, plus dynamique que celles livrées, eut été utile à la démonstration. Toutefois, ces quelques remarques et critiques n’éludent en rien la richesse, l’originalité et la portée d’un ouvrage passionnant et indispensable à tous ceux que la géographie sociale de ce pays intéresse.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Giband, « Cowboys, clowns et toreros », Sud-Ouest européen, 40 | 2015, 160-161.

Référence électronique

David Giband, « Cowboys, clowns et toreros », Sud-Ouest européen [En ligne], 40 | 2015, mis en ligne le 15 juillet 2017, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/soe/2289

Haut de page

Auteur

David Giband

UPV – UMR ART-DEV 5281

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals