Navigation – Plan du site

Politique d’aménagement urbain et de reconversion économique du Poblenou à Barcelone

Urban development policy and economic redevelopment of the Poblenou district in Barcelona
Política de planificación urbana y de reconversión económica del Poblenou en Barcelona
Esteve Dot Jutglà
p. 33-48

Résumés

L’article analyse la capacité de réponse déployée par Barcelone durant la période 2000-2013 face aux défis générés par le modèle de développement économique et urbain. Le territoire étudié est celui du quartier Poblenou où se localise le projet urbain 22@Barcelona. L’étude de cet espace productif en voie de renouvellement s’inscrit dans le cadre de la théorie de la « ville entrepreneuriale ». Cette démarche permet d’identifier et de questionner les capacités politiques, sociales et économiques développées par les acteurs locaux. Les résultats de cette recherche fournissent des clés interprétatives à l’évaluation des stratégies publiques d’accompagnement du développement économique urbain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1   Administrativement, le quartier du Poblenou est un des dix quartiers du district de Sant Martí (1 (...)

1Les villes constituent des zones dynamiques pour observer la stratégie suivie par les acteurs urbains et la configuration économique et territoriale qui en émane. La politique urbaine a toujours eu un impact à l’égard de l’espace productif qui s’avère pour sa part en construction permanente. Cependant, dans une situation de mutation perçue au travers des ­instruments de planification, quelles sont les réponses et les actions nécessaires pour atteindre les degrés d’efficacité économique, et les avantages sociaux au profit de la plus grande partie de la population dans un contexte de crise économique et sociale ? Il n’existe pas de réponse unique à ces questions ni même de solution ­standardisée qui peut être reproduite parmi différentes villes. La politique urbaine propre à chaque ville participe de sa trajectoire urbaine à partir d’un potentiel spécifique et de l’adaptabilité des acteurs urbains. L’objectif de cet article est d’analyser la réactivité propre à la ville de Barcelone au cours de périodes de développement, puis de crise économique survenue entre 2008 et 2013. L’analyse traite plus spécifiquement de la zone du Poblenou, théâtre du projet urbain 22@ Barcelone (désormais intitulé « 22@ 1 ») dont l’objectif s’attache à la rénovation urbaine et à la revitalisation économique d’un territoire étendu sur 2 000 000 m2. La particularité du 22@ est son orientation économique vers la société de la connaissance et la proposition stratégique de promouvoir des clustering (technologies de l’information et de la communication, médias, énergie, technologies médicales et design), pour aider à la localisation de nouvelles activités économiques.

2Afin d’attirer et développer des activités dédiées à l’économie de la connaissance, Barcelone a adopté une stratégie empruntée au cadre théorique de la « ville entrepreneuriale » (Lakshmanan, Chatterjee, 2006, 2009, 2011). Cette approche permet de s’interroger sur les capacités développées à partir des ressources et attitudes déployées ou non par les acteurs économiques confrontés à la crise, puis de souligner les orientations adoptées par les intervenants politiques et les institutions municipales et, enfin, de mesurer l’implication participative des citoyens. De 1990 à 2013, les concepts d’innovation et de développement urbain ont eu tendance à être liés à des modèles associant des facteurs tels que les activités concurrentielles de type technologique (Yigitcanlar et al., 2008 ; Musterd, Murie, 2010 ; Méndez, 2012). Mais l’innovation urbaine entrepreneuriale ne doit pas être comprise seulement sur le plan économique et technologique mais également par rapport à son contenu social et politique, comme nous le développerons plus loin. La démarche analytique choisie consiste à décrire un projet d’aménagement sur la base du contexte géographique et l’évolution historique de Poblenou. Le point de départ de notre analyse met en exergue l’existence d’activités préindustrielles puis industrielles, qui expliquent par la suite la trajectoire économique, sociale et démographique de Poblenou. Par la suite, il s’agit de présenter les différents objectifs et instruments servant à la planification du projet 22@ avant de procéder à une évaluation de ses résultats socio-économiques pour la période 2000-2013.

3La méthodologie utilisée est basée sur l’examen de la stratégie planificatrice en rapport avec l’utilisation du sol urbain et sa gestion, la prise en compte du rôle respectif des acteurs politiques, économiques et sociaux, et leurs interactions dans le projet 22@, tout en se référant au cadre théorique de la « ville entrepreneuriale ». La démarche de recherche, d’une durée de 5 ans (2009-2014), comprend l’exploitation des statistiques descriptives en plus de l’expérience qualitative du travail de terrain répartie selon trois grandes approches : l’observation directe pour cerner l’expérience quotidienne et évaluer les transformations des formes urbaines, la localisation des entreprises et les effets de la crise économique ; l’analyse des changements économiques et de la planification obtenue à partir d’échanges avec des équipes de recherche nationales et internationales ; l’examen de l’étude de cas 22@ effectué à partir d’une série de 28 entretiens semi-directifs. En conclusion, il conviendra d’aborder les enseignements qui se dégagent de la transformation urbaine au Poblenou, non sans préciser les implications politiques et urbaines que pourraient avoir les résultats de la recherche en termes de développement, de ­compétitivité et de gouvernance pour la ville de Barcelone.

I – Le cadre théorique de la « ville entrepreneuriale »

4La notion de « ville entrepreneuriale » renvoie à l’idée majeure d’espace productif créé et construit dans la ville à partir du rôle exercé par les acteurs urbains, que l’on retrouve impliqués à la fois dans les stratégies de développement urbain et économique, puis dans les dynamiques en rapport avec la prise de décision en matière de planification et gestion du sol urbain (Lakshmanan, Chatterjee, 2006, 2009, 2011). Ces deux aspects définissent et influencent le processus de configuration territoriale face aux mutations en lien avec le développement économique. La théorie de la « ville entrepreneuriale » explique pourquoi et comment certaines régions urbaines sont capables d’atteindre des situations de compétitivité, à l’inverse d’autres qui paraissent plus pénalisées (Lakshmanan, Chatterjee, 2006, 2009, 2011). Au-delà des aménités en relation avec les ressources naturelles ou des sites favorisés par l’existence d’une métropole qui puisse développer des économies d’agglomération, il existe des zones géographiques qui dépendent de forces endogènes en faveur de la croissance urbaine et économique (Albertos et al., 2004 ; Julien, 2008 ; Alonso, 2013).

5Le concept d’esprit d’entreprise et les possibilités de développement et de gouvernance urbaine, référents communs à l’ensemble des pays occidentaux, a été l’objet d’une approche critique de la part de la littérature ad hoc. Parmi les politiques urbaines, on observe un changement graduel du rôle du secteur public, passant de fournisseur de mécanismes de planification et prestataire de services sociaux, à une fonction d’entrepreneur et d’innovateur économique sous l’influence du secteur privé (Harvey, 1989, 2010). Comme l’explique Antonia Casellas (2016) à propos du cas de Barcelone, il s’opère une réorientation de l’approche de gestion et redistribution sociale engagée dans la décennie 1980, vers une politique dominée par des intérêts économiques et de plus values foncières en lien avec la bulle immobilière dans les années 1990 et la première décennie du xxe siècle.

6Dans ce contexte, la « ville entrepreneuriale » met l’accent sur les capacités des acteurs urbains impliqués politiquement, socialement et économiquement qui agissent en réponse aux besoins de restructuration urbaine et économique. La capacité d’adaptation des acteurs urbains aboutit à des réussites plus probantes dans certains cas que dans d’autres, et alors que les situations initiales des territoires s’avéraient similaires. Dans les situations de crise, la capacité de réaction est le facteur qui peut aider à surmonter plus facilement les difficultés (Hassink, 2010 ; Pike et al., 2010 ; Martin, 2012 ; Méndez, 2012 ; Alonso, 2013). Pour ce faire, la « ville entrepreneuriale » met en évidence quatre éléments internes au territoire, qui sont étroitement liés et interdépendants (Dot, 2015).

7Le premier d’entre eux est « l’esprit entrepreneurial » de la personne ou d’un groupe de personnes, ce qui rend les actions possibles pour développer les connaissances, les savoirs et aider à leur circulation. Les valeurs et les compétences personnelles s’avèrent essentielles pour la genèse de l’innovation dans l’espace productif de la ville. Parmi les attributs qui caractérisent l’adoption d’un comportement entrepreneurial, se retrouvent agencées respectivement, la vision du futur, les innovations et les découvertes et, enfin, la prise de risque et la flexibilité. Ces différents vecteurs en interrelation permettent une adaptation aux circonstances du moment avec pour effet la détection et la création d’activités économiques et d’affaires (Schumpeter, 1961 ; Hebert, Link, 1982 ; Kirzner, 1973 ; Miller, 1983).

8Le deuxième élément de l’espace urbain entrepreneurial renvoie à la trajectoire historique et à l’enracinement des connaissances à l’échelle de la ville, par exemple. Les activités spatiales caractéristiques de systèmes productifs s’expliquent par des événements historiques et des éléments hérités. Les initiatives institutionnelles de nature politique, les technologies d’avant-garde et innovantes appliquées à la production industrielle ainsi que les revendications sociales des travailleurs contribuent à la transformation des villes. Ces facteurs peuvent influencer l’organisation et la structure sociale en place localement en suscitant des logiques différenciées entre les territoires (Martin, Sunley, 2006 ; Boschma, Martin, 2007 ; Bontje et al., 2011).

9Le troisième élément intègre les stratégies caractéristiques et le rôle adoptés par les acteurs urbains. La « ville entrepreneuriale » distingue différents types d’acteurs qui sont entrepreneurs locaux, individuels ou collectifs, et versés dans des stratégies politiques, sociales ou économiques. Le rôle joué par chacun d’eux est caractérisé à partir d’attributs, de motivations et d’activités à nécessairement souligner (tableau 1) [Lakshmanan, Chatterjee, 2006, 2009, 2011].

Tableau 1 – Attributs, motivations, activités et composition des entrepreneurs urbains

Entrepreuneurs politiques (EP)

Entrepreneurs sociaux (ES)

Entrepreneurs économiques (EE)

Attributs et motivations

Recherche de la réélection politique.

Prises de risques et vision stratégique pour détecter et cerner le potentiel spécifique de développement du territoire.

Amélioration de la qualité de vie, recherche d’innovation, d’efficacité et d’égalité sociales.

Recherche de profit, prises de risques dans la localisation de nouveaux emplois et la création d’entreprises nouvelles.

Activités

Création de nouvelles politiques publiques pour susciter le développement régional et attirer des entrepreneurs.

Exigence de nouvelles politiques urbaines.

Commercialisation de nouveaux produits et services.

Mise en place de nouveaux processus de production et d’organisation.

Composition des acteurs

Dirigeants politiques élus, administrateurs délégués, comités spéciaux.

La société civile : les associations locales, les ONG.

Les organisations économiques privées : firmes multinationales, PME, promoteurs immobiliers, banques et institutions financières.

Source : adapté de Lakshmanan, Chatterjee (2006, 2009, 2011)

10La dernière composante de la « ville entrepreneuriale », à la base de la configuration de l’espace productif dans la ville, renvoie à la relation qui s’établit avec les acteurs économiques entrepreneuriaux. C’est tout l’enjeu de la gouvernance entrepreneuriale à savoir, comment les acteurs se coordonnent pour mener à bien et développer des politiques urbaines locales. La dynamique de prise de décision dans la « ville entrepreneuriale » est basée sur le travail conjoint des acteurs politiques, sociaux et économiques amenés à partager un objectif commun. La configuration de l’espace productif entrepreneurial dépend du degré d’influence et d’interrelation qui existe entre les agents politiques, sociaux et économiques, ce qui va déterminer ensuite une prise de décisions en matière de politiques publiques locales. Cette influence peut offrir des réponses aux besoins des citoyens et des entreprises en profitant des opportunités que permettent des scénarios globaux et locaux. Avec même l’occasion de faire face à des facteurs négatifs ou à l’adversité comme dans le cas de la crise économique et financière de 2008. La compétitivité urbaine se joue à travers l’expérimentation et la construction d’un modèle de gouvernance de type mixte bottom-up et top-down (Lakshmanan, Chatterjee, 2006, 2009, 2011).

II – Le contexte géographique et l’évolution historique du Poblenou

  • 2   Signifie, en catalan, « lieu pour placer l’agriculture ».
  • 3   Le plan Cerdà est un plan de réforme, d’aménagement et d’extension urbaine de la ville de Barcelo (...)
  • 4   Ancienne commune jusqu’en 1897, quand Sant Martí de Provençals est devenu une partie de la munici (...)

11Sur le plan économique et historique, Poblenou a constitué dans le passé une zone industrielle très dynamique. Les origines de sa vocation manufacturière remontent au milieu du xixe siècle avec l’essor de l’activité préindustrielle de fabrication des cotonnades dites « indiennes ». Ce moment a coïncidé avec la formation urbaine du Poblenou historique (appelé El Taulat 2), peuplé dès 1855 de 7 000 habitants. La consolidation du Poblenou industriel intervient à la fin du xixe siècle quand, coïncidant avec la démolition des murs et du Pla d’Eixample 3, le secteur est devenu la plus grande concentration d’établissements de production textile (principalement pour la production de cotonnades) d’Espagne (Nadal, Tafunell, 1992). En 1888, Poblenou enregistre 243 usines et entrepôts dans les limites de la commune de Sant Martí de Provençals 4, la plupart (152, soit près d’un sur trois) situés dans le quartier de Poblenou. À cette époque, le Poblenou comptait 21 000 habitants (Huertas, 2001).

12Au xxe siècle, le Poblenou se caractérise par une vocation à la fois industrielle et résidentielle. L’organisation et l’occupation urbaine du quartier révèlent des lacunes dans l’offre des services de base (transports, éducation et santé) en plus de conditions de travail difficiles, ce qui favorise une forte dynamique de création d’associations de travailleurs qui épousent un fonctionnement coopératif et portent des revendications politiques (Arxiu Històric del Poblenou, 2001 ; Martí, 2010). Au cours du siècle dernier, l’activité des industries se diversifie, en raison principalement de l’arrivée de l’électricité. La crise industrielle des années 1960 avec ses vastes effets sur l’industrie du textile conduit à l’obsolescence économique du tissu productif. La fermeture des entreprises entraîne la dégradation urbaine du quartier, de plus en plus marquée par des friches. Entre 1960 et 1990, ce sont précisément 1 326 entreprises qui cessent leurs activités, passant de 4 991 à 3 665, alors que le même temps la population tend à stagner (22@Barcelona, 2014). Durant l’année 1976, le Poblenou enregistre quelque 86 000 habitants, chiffre demeuré presque inchangé jusqu’en 1991 (Fabre, Huertas, 1976 ; Huertas, 2001).

13Les Jeux olympiques de 1992 ont ouvert la voie à une requalification d’une partie de l’environnement urbain du Poblenou. Ce changement a débuté par un processus de transformation urbaine des vieux espaces industriels (avec la zone 22@) dans le cadre Plan général métropolitain (MPGM) lancé en 1976. Les travaux de transformation de la Barcelone olympique ont bénéficié à la zone industrielle du Poblenou appelée alors Icaria suite à la construction du village olympique. La transformation urbaine de Barcelone à la fin du xxe siècle a été de plus en plus considérée comme un exemple à suivre renvoyant au « modèle Barcelone ». Cette démarche procède d’une gouvernance urbaine très tôt fondée sur une collaboration entre le secteur public, détenteur des attributs du pouvoir administratif, et le secteur industriel et productif privé, fournisseur de ressources économiques et financières. Ces logiques convergentes entre acteurs internes de la ville ont œuvré au processus de renouvellement urbain, à l’instar de ce qui se produit dans d’autres cités où l’on trouve des expériences qui servent d’exemples pour légitimer des projets urbains (Borja, 1996).

14Le « modèle Barcelone » de la fin du xxe siècle a conduit à un intense débat concernant tout à la fois les coûts sociaux engendrés par le projet olympique (Garcia-Ramon, Albet, 2000), la pertinence de reproduire ailleurs l’expérience de Barcelone (Borja, 2003, 2004 ; Delgado, 2004 ; Capel, 2005), la difficulté de trouver des accords entre les différentes administrations publiques (Borja, 2003), sans compter le manque de participation effective des citoyens, et alors que s’affirmaient de nouvelles formes de coopération entre les acteurs institutionnels et les organisations publiques et privées (Casellas, 2003, 2016). Dès l’amorce du xxie siècle, la transformation urbaine du Poblenou se poursuit au travers des projets conduits par la mairie de Barcelone. Parmi ceux-ci, le projet 22@ est lancé en 2000, et se fixe comme objectif la requalification de 2 000 000 m2 ainsi que la revitalisation économique du Poblenou (fig. 1) par le développement d’une gamme d’activités liées aux technologies numériques et solutions logicielles. La revitalisation productive du secteur s’organise à partir de quatre pôles stratégiques : les technologies de l’information et de la communication, les médias, les technologies médicales et l’énergie. La reformulation de la stratégie municipale a permis, en outre, l’incorporation en 2009 d’un projet de cluster design, suivi en 2012 du projet de cluster mobile TIC (Casellas, Pallares-Barbera, 2009 ; Besson, 2012 ; Dot, 2015).

  • 5   Le Projet 22@ favorise la cohabitation des activités productives non polluantes et non encombrant (...)

15Le projet 22@ se fonde sur des principes d’aménagement et de construction basiques. Tout d’abord, la planification donne la priorité à une utilisation mixte des fonctions par laquelle les entreprises intensives en connaissances et savoirs cohabitent avec les centres de recherche, de formation et de transfert de technologies ainsi qu’avec les commerces, les logements et les zones vertes. Il s’agit d’une rupture forte avec la planification urbaine précédente du MPGM de 1976. En deuxième lieu, le projet rompt avec la faible densité qui caractérise les zones industrielles traditionnelles et accroît les surfaces bâties dans le secteur. Cette volonté se traduit par une augmentation de la surface constructible nette du secteur de 2 à 3 m² construits par m² de terrain. L’augmentation de la surface constructible d’exploitation privée (de 2 à 2,7) et le changement d’usage sont conditionnés à l’accomplissement de certaines obligations : recouvrement des cotisations d’urbanisation, obligation de présence d’« activités @ 5 », cession de terrains… en établissant ainsi un système d’actions et un dispositif qui stimulent la transformation du cadre bâti (fig. 2).

Fig. 1 – Localisation du projet 22@Barcelona à la zone du Poblenou

Fig. 1 – Localisation du projet 22@Barcelona à la zone du Poblenou

Source : Esteve Dot

Fig. 2 – Augmentation de la surface constructible face aux droits et devoirs en matière de construction

Fig. 2 – Augmentation de la surface constructible face aux droits et devoirs en matière de construction

Source : 22@Barcelona (2015)

16Troisièmement, le projet 22@ prévoit que 10 % du sol transformé soient consacrés aux équipements publics, nommés « équipements 7@ », parmi lesquels on distingue ceux liés directement au système productif avec l’accueil d’activités de formation, de recherche et de support pour la diffusion des technologies numériques. Ensuite, le projet récupère environ 4 600 logements traditionnels qui ont été bâtis dans les zones industrielles et demeurés désaffectés depuis 1953 quand le Plan régional avait établi un usage exclusivement industriel de tous les sols productifs de la ville. Le projet comprend en outre la construction de 4 000 logements sociaux, dont le quart est destiné à la mise en location, plus l’introduction d’un type de logement ouvert lié au marché libre, décrit comme « non conventionnel », qui correspond à la réutilisation des bâtiments industriels et à leur transformation sous la forme de lofts. En dernier lieu, le projet 22@ n’est pas sans effet sur le traitement du patrimoine industriel : il détermine le classement et la protection du patrimoine industriel avec l’élaboration d’un Plan spécial de protection du patrimoine industriel du Poblenou (MPEPA), approuvé en 2000 et modifié en 2006, sous la pression des collectifs de riverains et acteurs de la société civile.

III – L’impact du projet 22@Barcelona à l’échelle de Poblenou (2000-2013)

17Le projet de transformation urbaine s’est avéré intense durant les neuf premières années (2000-2008). Selon les données de l’entité 22@BCN-SAU pour la période 2000-2008, un peu plus de 2,7 millions de m2 de surfaces de plancher ont été édifiées pour être destinées à de nouveaux espaces productifs, à la construction de logements sociaux ainsi qu’à la réalisation d’équipements et de services techniques, ce qui équivaut à 60 % de la surface des zones industrielles prévues. Cette transformation s’est réalisée dans le cadre de 101 plans d’aménagement urbain. Le secteur immobilier a lui-même fortement misé sur le projet 22@ puisque 69 programmes de construction ont été menés par la promotion immobilière privée. En 2010, presque 3 millions de m2 ont été rénovés à travers 117 programmes opérationnels (dont 78 conduits par le secteur de la promotion immobilière privée), ce qui représente 65 % de la surface totale des espaces de Poblenou à réaménager. En décembre 2011, la rénovation de plus de 3 millions de m2 de surfaces de plancher avait été mise en chantier, soit 70 % de la surface totale des réalisations programmées correspondant en tout à 139 projets de construction. Entre 2008 et 2012, environ 64 % des surfaces planifiées et construites dans Poblenou relevaient du secteur de la promotion immobilière privée (fig. 3).

18À partir des permis de construire accordés par le conseil municipal de Barcelone, il apparaît que la transformation physique du Poblenou s’est opérée sur un rythme soutenu durant la première phase. Entre 2000 et 2008, et seulement pour le district administratif de Sant Martí, quelque 2,7 millions de m2 de surface de plancher ont été autorisées à la construction. Durant cette période, Sant Martí qui représente déjà 10 % de la population et de la superficie de Barcelone, a concentré 24 % des permis de construire signés par l’ajuntament (la mairie). Plus tard, entre 2009 et 2013, l’activité immobilière enregistre une nette décélération : le total des permis de construire accordés pour le district de Sant Martí concerne environ 670 000 m² à bâtir. Cette évolution s’explique par la crise économique qui a ralenti quelques-uns des ­projets et investissements immobiliers initialement prévus et en a annulé d’autres (Martí, 2010 ; Dot, 2015). En conséquence, le ralentissement de la construction privée a freiné les interventions publiques se rapportant au mécanisme à partir duquel était financée la transformation du Poblenou. La mairie de Barcelone exigeait pour requalifier les parcelles industrielles en usages tertiaires, 30 % de la superficie ou de la valeur totale du projet d’aménagement, soit 80 € par m2 de sol urbanisé, qui étaient ainsi transférés à l’entreprise publique 22@BCN-SAU (Ajuntament de Barcelona, 2000). Malgré ce ralentissement, le chiffre représente encore 19 % des permis approuvés dans toute la ville (fig. 3 et 4).

19L’impact du projet peut être observé à la lumière des licences (autorisations de construction) accordées dans le district administratif de Sant Martí : entre 2000 et 2012, rien que dans le quartier Poblenou, on a construit 70 % de la superficie totale de plancher édifiée durant la même période à Sant Martí (Barcelona Activa, 2014). En valeurs abolues, cela équivaut à la construction de 4 362 778 m2 à Sant Martí, dont un peu plus de 3 millions de m2 se localisent au Poblenou.

20Les données révèlent des utilisations plus marquées que d’autres des surfaces bâties : entre 2000 et 2013, la surface totale des permis autorisés se monte à plus de 4 millions de m², et l’usage résidentiel constitue la vocation la plus notable (30,8 %), suivi par les aires de parking (27,2 %) et les bureaux (19 %). En comparaison avec le reste de Barcelone, la concentration de certains usages apparaît manifeste à Sant Martí, c’est-à-dire dans la zone 22@, qui représente à elle seule, au sein du territoire municipal, 56,4 % des permis de construire pour les bureaux, 28 % pour les constructions à usage hôtelier, 27 % pour les parkings, et 23 % pour l’habitat et le logement. En revanche, le bâti à usage industriel à Sant Martí se limite à 6 % du total des surfaces construites au sein du périmètre municipal de Barcelone (fig. 4).

Fig. 3 – Permis de construire accordés dans le cadre du projet 22@Barcelona (2000-2012)

Fig. 3 – Permis de construire accordés dans le cadre du projet 22@Barcelona (2000-2012)

Source : 22@Barcelona (2015)

Fig. 4 – Évolution de la surface (m2) des permis de construction accordés par la ville de Barcelone pour le district de Sant Martí

Fig. 4 – Évolution de la surface (m2) des permis de construction accordés par la ville de Barcelone pour le district de Sant Martí

Source : élaboration propre à partir des données du Departament d’Estadística de Barcelona (2014)

21Le projet 22@ a eu par ailleurs un impact prépondérant sur la démographie et le renouvellement social de Poblenou. De 2000 à 2013 se produit une arrivée importante de nouvelles populations : avec un solde positif de 25 177 habitants, Poblenou passe de 85 829 habitants en 1991 à 112 576 en 2013. Cela signifie que le quartier accueille aujourd’hui respectivement près de la moitié de la population du district de Sant Martí (48 %), et 7 % de la population de la ville de Barcelone (soit 161 409 personnes). En outre, on a assisté à une élévation graduelle du niveau de qualification des résidents qui s’explique par la nature économique des activités présentes dans le quartier, axées de plus en plus sur les technologies numériques et la Net économie. En 2013, les données révèlent qu’une grande partie de la population résidente se caractérise par un niveau socio-culturel plutôt élevé en ayant suivi des études supérieures, tout en disposant de capacités de revenus accrues. Le nombre d’habitants titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur pour le Poblenou est passé de 821 en 1991 à 11 085 en 2001 (soit, 42 % de la population du district de San Martí) pour atteindre quelque 110 000 personnes en 2013, ce qui représente plus de la moitié des résidents du district de San Martí (tableau 2).

22Sur le plan économique, le projet 22@ apparaît également attractif à l’égard des entreprises. Les données de l’entité 22@BCN-SAU révèlent l’implantation et/ou la création de 3 892 nouvelles entreprises entre 2000 et 2012, ce qui aboutit à un total cumulé de 7 329 entreprises en 2012 pour un effectif global dans le quartier de 85 000 travailleurs (fig. 5). En conséquence, dès l’approbation du plan 22@, le Poblenou a enrichi sa structure productive. Par rapport à 2000 où l’on ne comptait qu’environ 3 400 entreprises dans le quartier, le rythme d’installation des entreprises est demeuré élevé durant les dix années suivantes, ce qui s’explique par l’expansion économique et l’investissement privé soutenu en Espagne jusqu’en 2008 avec la création moyenne annuelle de 330 entreprises jusqu’en 2010 (Ajuntament de Barcelone, 2012). Toutefois, le décompte officiel des entreprises et des travailleurs présente des points discutables pour la période comprise entre 2000 et 2012 : les écarts constatés peuvent ainsi résulter de la variabilité des chiffres apparus dans les rapports publiés par l’entité 22@BCN-SAU (Dot, 2015).

23Le rythme d’exécution et de réalisation du projet 22@ est sujet à quelques controverses à propos des éléments structurants du projet urbain à savoir, le logement et le patrimoine industriel. En ce qui concerne la mise en œuvre des logements, selon la commune de Barcelone et pour l’année 2013, le nombre de logements achevés ou bien programmés avec un permis de construire accordé, atteint 2 865. Ce chiffre représente 84,5 % du parc de logements sociaux dans le district administratif de Sant Martí, estimé au total à 3 390 logements, et recouvre 64 % du total des logements sociaux prévus à la fin du projet 22@, soit environ 4 000 habitations. En conséquence, il semble que le rythme de construction de nouveaux logements sociaux soit plus lent que la transformation du projet 22@ dans son ensemble.

Tableau 2 – Évolution des résidents du Poblenou, du district de San Martí et de la ville de Barcelone (1991-2013)

Territoire

1991

2001

2011

2013

El Poblenou

85 829

87 399

110 593

112 576

Sant Martí

214 253

206 401

231 158

232 826

 % du Poblenou par rapport à Sant Martí

40,06

42,34

47,84

48,35

Barcelona

1 643 542

1 503 884

1 615 985

1 614 090

 % du Poblenou par rapport à Barcelone

5,22

5,81

6,84

6,97

Source : élaboration propre à partir du Departament d’Estadística de Barcelona (2014)

24Dans le registre des « logements non conventionnels », autrement dit des lofts situés parmi les 18 sites industriels susceptibles d’être réhabilités, et si l’on s’en tient à l’énumération établie dans l’annexe des normes de planification de la mairie de Barcelone, 12 anciens sites industriels ont été l’objet d’une requalification par la transformation d’anciens locaux industriels ou professionnels en logements et / ou studios d’artistes. À cet égard, les transformations Passatge del Sucre, Can Can Gili Vell et Can Gili Nou entre 2003 et 2005 font figure d’actions pionnières représentant un changement de paradigme dans la construction ou l’aménagement des espaces résidentiels à Barcelone (Dot, Pallares, 2015). Quant au patrimoine industriel, des changements importants se sont opérés à partir de 2006 concernant les biens à sauvegarder. Cette année-là, sous l’effet de la pression manifestée par la société civile via les collectifs de riverains, une soixantaine de bâtiments industriels ont été incorporés au catalogue des réhabilitations afin d’éviter leur destruction. Par la suite, la modification du MPEPA établi en 2006 par la mairie de Barcelone, intègre ce « nouveau » patrimoine immobilier qui s’ajoute à la cinquantaine d’anciens bâtiments industriels déjà classifiés depuis 2000, portant dans le quartier le nombre total des bâtiments industriels sauvegardés à 114 (Dot, Pallares, 2015).

Fig. 5 – L’évolution du nombre des entreprises implantées et/ou créées dans le Poblenou dans la période 2000-2012

Fig. 5 – L’évolution du nombre des entreprises implantées et/ou créées dans le Poblenou dans la période 2000-2012

Source : élaboration propre à partir du Cens i Activitat Empresarial a Barcelona 22@-Poblenou (2012)

IV – Le projet 22@Barcelona interprété à partir du concept de la « ville entrepreneuriale »

25À ce stade, il s’agit d’appréhender la logique de la politique urbaine suivie dans le Poblenou durant la période 2000-2013 en faisant référence au concept de la « ville entrepreneuriale ». Le projet 22@ peut être analysé à partir de l’esprit entrepreneurial, de la trajectoire historique, du rôle et de la gouvernance exercés par les acteurs qui participent à la création et à la promotion de l’espace économique du Poblenou. La méthodologie utilisée a consisté en l’élaboration d’une étude de cas nécessitant un travail de terrain fondé sur la réalisation de 28 entretiens. Les acteurs interrogés dans le cadre de l’échantillon devaient répondre à un certain profil typologique. Tout d’abord, être partie prenante du développement de la planification et de la gestion urbaine, ce qui conduit à prendre en compte des acteurs relevant de l’administration publique locale pour recueillir leur point de vue de technicien et de gestionnaire. Une autre conditionnalité amène à s’intéresser aux débats en rapport avec les conflits d’acteurs, plaçant, de ce fait, au cœur de la démarche d’enquête, la société civile au travers de la participation citoyenne et de la mobilisation sociale et scientifique. Enfin, les logiques et facteurs explicatifs de localisation des entreprises au Poblenou conduisent à intégrer, en troisième lieu, le secteur privé avec ses entreprises et ses associations professionnelles parmi la population des acteurs faisant l’objet d’enquêtes par entretien. La suite de l’analyse procède d’une synthèse des principaux résultats de recherche en lien avec la thèse de doctorat de l’auteur (Dot, 2015).

  • 6   www.foment.com, site de la confédération d’organisations professionnelles privées et d’entreprise (...)
  • 7   www.cambrabcn.org/cambra, site de l’institution pour la promotion de l’activité économique et com (...)

26Pour comprendre la configuration territoriale qui se dessine entre 2000 et 2013, il est nécessaire de revenir au milieu du xixe siècle, lorsque le Poblenou a connu un tournant industriel qui se marque par l’arrivée des usines de fabrication des cotonnades « indiennes » puis, plus tard, par l’essor de l’industrie textile autour des activités de filature, de tissage et d’impression. Cette mutation coïncide avec la révolution industrielle accompagnée d’un développent urbain et économique du secteur de Poblenou. Les manifestations financières, commerciales, politiques et sociales accompagnent le changement industriel conduisant dès lors à impulser une trajectoire historique spécifique (path dependence). Dans le cadre contemporain propre au développement urbain du xxie siècle, la croissance économique et l’essor commercial sont mis en exergue. Plusieurs industriels apparaissent pionniers dans la conversion du Poblenou en un lieu industrialisé capable de créer des entreprises innovantes au rayonnement européen. La bourgeoisie industrielle entrepreneuriale de Barcelone (les familles Ricart, Aranyó, Ribera, ou Godó par exemple) a investi des capitaux, tandis que les industriels et les techniciens ont valorisé l’innovation productive. De leur côté, les associations commerciales et corporatives (Foment del Treball 6 et la Cambra de Comerç 7) ont agi pour la défense des intérêts des entreprises. Tous ces acteurs d’un système productif métropolitain ont fait partie de l’avant-garde productive et économique du Poblenou et au-delà de Barcelone.

  • 8   https ://ateneuflordemaig.wordpress.com, site de la coopérative de consommateurs dans le Poblenou (...)
  • 9   www.casinoalianca.cat, site de l’organisation de caractère récréatif, culturel, social et mutuali (...)
  • 10   www.cnt.es, site de l’union confédérale syndicaliste fondée à Barcelone en 1910, consulté le 01/0 (...)

27L’histoire de l’espace productif du Poblenou révèle ­également le rôle des organisations sociales qui ont milité de façon pionnière pour l’amélioration des conditions de travail et l’épanouissement social des salariés. L’implication des travailleurs sociaux apparaît néanmoins sous des formes différentes à travers l’histoire. À la fin de xixe siècle, les associations coopératives (La Flor de Maig 8 ou Casino l’Aliança 9, entre autres) contribuent en faveur de la classe ouvrière au développement local des magasins commerciaux, des activités de loisir, de sport et à l’établissement de caisses mutuelles de solidarité. Au début du xxe siècle, viennent s’ajouter les associations de type syndical (Confederació Nacional del Treball 10, entre autres) qui dénoncent les mauvaises conditions de vie et les longues heures passées à l’usine. Depuis les années 1960, le milieu citoyen et communautaire a pris force en étant en mesure d’impulser une grande mobilisation sociale et, ainsi, d’influencer la modification des plans de développement. Dès lors, les acteurs de la société civile se placent à l’avant-garde sociale du Poblenou et de Barcelone. Selon les critères propres à la « ville entrepreneuriale », il est possible d’identifier différents acteurs urbains avec leurs intérêts spécifiques, et parfois contradictoires, qui sont impliqués dans la transformation du système urbain et productif du Poblenou (tableau 3).

  • 11   www.22barcelona.com. En 2012, coïncidant avec un changement de gouvernement municipal, l’agence 2 (...)
  • 12   www.elconsorci.net/es, site du consortium crée en 1916 pour favoriser les projets qui ont agi com (...)

28Du côté des acteurs publics, le conseil municipal de la ville de Barcelone joue à la fois un rôle central et de leadership dans le processus de transformation urbaine. Il est responsable de la planification et du projet en étant initialement le moteur de la de l’action de régénération urbaine. Le conseil municipal a créé pour promouvoir et gérer l’opération de renouvellement urbain, l’agence 22@BCN-SAU 11 qui assume des compétences d’urbanisme opérationnel ainsi que la promotion économique du projet via son service « Économie, entreprise et développement ». Cette agence devient le principal interlocuteur des personnes et des investisseurs concernés par le projet au détriment des représentants politiques en place dans le district administratif de Sant Martí. Le conseil municipal, à travers le bras séculier que constitue son agence relais, est responsable de la mise en œuvre des conditions attrayantes faites aux investisseurs privés, notamment par l’adoption et la mise en œuvre de la MPGM qui fixe les modifications des usages du sol et l’augmentation de la densité des constructions autorisées. Il convient également de souligner la contribution d’autres entreprises publiques qui exercent un rôle accru pour le développement du projet et la localisation des activités 22@. Tel est le cas du Consorci de la Zona Franca de Barcelona 12 qui constitue l’un des principaux intervenants de type public. En outre, les universités se positionnent également dans le système d’acteurs locaux ne serait-ce qu’en transférant sur place dans le Poblenou une partie de leurs facultés et départements.

Tableau 3 – Types d’acteurs impliqués dans la transformation urbaine et économique du Poblenou selon leurs objectifs, ressources et stratégies

Type / Acteurs

Objectifs

Ressources

Stratégies

Public : mairie de Barcelona

Transformer la zone du Poblenou et promouvoir la ville innovante parmi la politique municipale

Pouvoir réglementaire, administratif, urbanistique (planification) et économique

Règlement de la transformation grâce à la planification ; investissement de fonds publics

Mixte public-privé : entité 22@BCN-SAU

Impulser, gérer et promouvoir le projet 22@Barcelona

Pouvoir relationnel et exécutif : combinaison du pouvoir administratif avec la capacité d’action du secteur privé

Approbation des instruments de planification ; approbation et mise en œuvre des instruments de gestion urbaine ; développement du plan d’infrastructures ; gestion du patrimoine et coopération avec l’autorité urbanistique pour la délivrance des permis de construire ; promotion du projet

Privés : propriétaires de terrains, promoteurs immobiliers, entrepreneurs, créateurs d’entreprise, industriels et banques

Recherche un gain économique et financier ; utiliser l’infrastructure et les services de l’espace productif local ; conforter le prestige de l’entreprise

Pouvoir économique et politique (lobby)

Mise en œuvre des investissements à Poblenou et dans la région métropolitaine de Barcelone

Acteurs sociaux et société civile : collectif de riverains et de citoyens, groupes de techniciens et de spécialistes.

Garantir un environnement collectif urbain ; préserver l’identité du quartier ; défendre et maintenir les installations publiques ; sauvegarder le patrimoine industriel ; lutter contre la spéculation foncière et immobilière

Pouvoir réactif de mobilisation et force de proposition

Manifestations de rue ; actions juridiques en appui aux associations locales et à la communauté scientifique et professionnelle

Source : Esteve Dot

29Si l’on se fonde sur les critères d’identification de la « ville entrepreneuriale », le projet 22@ s’inscrit dans une démarche affirmée de gestion publique locale. Toutefois, pour mener à bien l’opération de régénération urbaine, le conseil municipal de Barcelone dépend de l’initiative privée, dont les différents acteurs conservent un rôle-clé dans la transformation du Poblenou. Son rôle consiste à investir dans les infrastructures et équipements collectifs de l’espace de vie urbain, puis à organiser l’emplacement des entreprises sur le territoire du ­quartier. L’investissement privé se marque néanmoins d’une réticence à l’égard des risques à prendre ou à assumer, tout en engageant des actions spéculatives de nature foncière ou immobilière en vue d’inciter au maximum de profit réalisable. Ce dernier est obtenu et se réalise de différentes manières : par la production d’immeubles de bureaux ou de condominiums qui restent vides en attendant que se manifeste un acheteur-concessionnaire, par la vente d’immeubles en cours de construction ou par la vente d’immeubles conclus, etc. En conséquence, la transformation urbanistique a donné lieu durant la période 2008-2013 a un paysage marqué par la prolongation dans le temps, d’espaces et terrains à bâtir vides (dans certains cas occupés de manière revendicative par des groupes sociaux), l’accumulation de stocks (immeubles achevés mais inoccupés, par exemple des bureaux) et la hausse ralentie des prix des terrains à bâtir et des constructions.

  • 13   www.metrovacesa.com, site de la société immobilière créée en 1982, consulté le 01/07/15.
  • 14   www.rentacorporacion.com, site de la société immobilière créée en 1991, consulté le 01/07/15.

30Dans le Poblenou, on distingue différentes catégories d’investisseurs. En premier lieu, les familles de la bourgeoisie traditionnelle barcelonaise (familles Girona, Ricart ou Godó par exemple), détentrices à l’origine d’actifs industriels mais qui ont peu à peu reconverti leurs activités dans les fonctions financières. À ce groupe s’ajoute celui des promoteurs immobiliers qui a pris progressivement une place centrale dans le processus de transformation urbaine. Le secteur de l’investissement immobilier est représenté dans le cas du Poblenou par les entreprises espagnoles Metrovacesa 13 ou Renta Corporación 14, entre d’autres. Coïncidant avec la crise économique et financière de 2007-2008 survenue en Espagne, deux nouveaux groupes d’investisseurs sont apparus à Barcelone dans le champ de la gestion du patrimoine immobilier et de la commercialisation du sol urbain : d’une part, les caisses d’épargne (Colonial, Servihabitat ou Solvia, entre autres) qui ont acquis un rôle de sauvetage par la reprise d’actifs immobiliers demeurés invendus ; d’autre part, les fonds dits vulture funds (Blackstone Group, Autonomy Capital ou Benson Elliot, entre autres), qui ont procédé au rachat à faible coût de projets immobiliers en remplacement des ­promoteurs affectés par la crise et menacés de faillite durant la période 2008-2013.

  • 15   www.elpoblenou.cat, site de l’association créée en 1972 dans le quartier du Poblenou, consulté le (...)
  • 16   www.arxiuhistoricpoblenou.cat, site de l’association volontaire créée en 1976 et dédiée à la rech (...)
  • 17   www.forumriberabesos.net, organisation formée en 1992 pour participer à la discussion de question (...)

31Selon les critères constitutifs de la « ville entrepreneuriale », un dernier groupe d’acteurs est mis en exergue : il se compose des mouvements communautaires et associatifs relevant de la société dite « civile ». Par ces intervenants, le projet 22@ procède d’une idée « bien intentionnée » en vue de répondre à l’enjeu de revitalisation d’un espace productif obsolète. Mais, dans le même temps, le programme initié par le conseil municipal de Barcelone est au centre d’une critique venant respectivement du collectif des riverains locaux (Associació de Veïns del Poblenou 15, AVPN), des organisations culturelles et politiques (Arxiu Històric del Poblenou 16, AHPN) qui encouragent la création de mouvements contestataires à commencer par le Grup de Patrimoni industrial Fòrum Ribera Besòs 17 (GPIFRB). Les mouvements communautaires axent en particulier leurs critiques sur la destruction et donc la sauvegarde du patrimoine industriel, ainsi que sur les actions urbaines prioritaires destinées à produire de la redistribution sociale, comme l’aménagement d’équipements communautaires ou le développement du logement social.

32Quant à la gouvernance locale désignée comme un autre facteur constitutif de « la ville entrepreneuriale », elle aboutit à la présentation du projet 22@ et à l’élaboration des premiers plans d’urbanisme dans les années 2000, ce qui ne va pas sans soulever des inquiétudes de la part des mouvements associatifs locaux. À l’instar de l’AVPN, considérée comme la principale animatrice des manifestations citoyennes, les organisations communautaires du Poblenou ont dénoncé le manque de communication puis l’absence de transparence en matière d’information. La principale requête exprimée auprès de la municipalité barcelonaise a trait à la prolongation des délais s’appliquant à la présentation publique des plans spéciaux, afin d’intervenir plus activement dans le processus d’élaboration et de réflexion du projet. En outre, les différentes organisations citoyennes du quartier réclament plus de débats démocratiques tout en demandant au pouvoir municipal de ne pas être réticent à la transmission ou à la diffusion des informations.

  • 18   www.salvemcanricart.org, site de la plateforme, consulté le 01/07/15.

33La stratégie urbaine suivie à Barcelone va générer dès lors une série de conflits entre le conseil municipal de la ville et les mouvements citoyens représentant la société civile. Dans le registre des activités productives, le débat a porté sur la compatibilité des activités traditionnelles du Poblenou et les activités des technologies de l’information ou à fort contenu numérique que le projet 22@ entend valoriser. Or, ce processus conduit à une gentrification des activités économiques, c’est-à-dire à leur montée en gamme technologique, comme montre l’espace productif de Can Ricart qui devient alors emblématique de la lutte engagée par une partie de la population. Et c’est pour répondre à cette démarche revendicative qu’est créée la plateforme de contestation Salvem Can Ricart 18 (« Sauvons Can Ricart »). La ­question du logement place au centre des débats la répartition du logement social entre les ayants droit du Poblenou et ceux du reste de la ville de Barcelone. Après un refus catégorique de la majorité des élus au conseil municipal, les responsables du projet 22@ et les coopératives syndicales de logements (équivalent des organismes HLM en France) décident finalement en 2004 d’un commun accord qu’un tiers des appartements à loyer modéré construits au Poblenou seraient attribués aux résidents du quartier. Enfin, la construction d’équipements publics n’a pas été non plus exempte de conflits dans la mesure où le projet 22@ n’établissait au départ aucun lien avec le plan des infrastructures locales approuvé en 2001 à Barcelone et fixant à 30 % la proportion des équipements collectifs répartis dans les différentes zones du plan 22@.

34Les résultats significatifs obtenus dans le domaine de la préservation du patrimoine industriel attestent que le débat public initié par le mouvement communautaire local (l’AHPN, le GPIFRB et l’AVPN) a permis de sauvegarder le patrimoine industriel menacé de destruction à des fins de spéculations foncière et immobilière. En 2004, un premier inventaire du patrimoine industriel du Poblenou est présenté avec l’objectif que l’administration communale barcelonaise assume la réalisation d’un plan global de protection du bâti industriel (usines et entrepôts). Ce processus culmine en 2006 avec l’élaboration de la MPEPA, sachant que, pour le mouvement social, cette démarche urbanistique et réglementaire se limite à une simple vision architecturale centrée sur la mise en valeur d’un patrimoine immatériel qui sous-estime nombre d’aspects sociaux et culturels.

35Enfin, toujours en référence à l’idée de « ville entrepreneuriale », les relations entre le conseil municipal et le secteur privé sont empreintes d’une grande fluidité qu’atteste la création des partenariats public-privé, ce qui contraste avec les tensions nées entre le pouvoir municipal et la société civile. Dans le cadre du projet 22@, l’étude des relations établies entre la planification urbaine inhérente à la politique publique et les acteurs économiques locaux a permis d’identifier des intérêts économiques partagés. Le secteur public prend l’initiative avec l’approbation de la planification stratégique et le secteur privé apporte en complément des financements. L’analyse du projet (Dot, 2015) souligne l’existence de mécanismes de planification stratégique de la part de l’administration locale. Le processus de décision politique intègre dès lors un large spectre d’agents économiques et sociaux tout en donnant la priorité à la création de consensus et à la présence d’acteurs privés qui fournissent des ressources, que ce soit de nature économique ou technique. La logique de la mairie de Barcelone est alors de laisser la transformation et la production du foncier aménagé aux mains du marché en lui transférant par exemple 30 % du plan des surfaces transformées. Cette approche explique en outre la nécessité de recourir à l’établissement de m2 plafonds, autrement dit des seuils de fortes densités constructibles, afin de compenser les coûts d’aménagement urbain, essentiellement le financement des infrastructures. La création de l’agence 22@BCN-SAU est par ailleurs un exemple significatif de la ­coopération public-privé survenue à Barcelone à partir de l’année 2000, qui s’imbrique aux dispositifs créés stratégiquement par les responsables de l’administration locale depuis les Jeux olympiques de 1992 (Casellas, 2016).

V – Quelles conclusions retenir de la politique urbaine initiée au Poblenou sur la base de « la ville entrepreneuriale » ?

36La revitalisation économique engagée à travers le projet 22@ permet la reconversion de l’espace industriel du Poblenou dans l’économie de la connaissance et l’innovation technologique. Le processus de développement urbain est dès lors novateur mais aussi très complexe. La démarche d’analyse fondée sur la théorie de la « ville entrepreneuriale » a pris en compte les éléments marquants et critiques caractérisant le processus local de régénération urbaine pour la période 2000-2013. L’analyse attentive de la transformation urbaine du Poblenou a permis d’identifier les critères d’évaluation d’une stratégie locale qui n’est pas exempte des conflits avec parfois l’absence de consensus entre les secteurs publics, sociaux et économiques.

37Le projet 22@ contribue à la transformation de la structure productive du Poblenou par la quête d’activités et filières nouvelles qui succèdent à une fonctionnalité économique devenue de plus en plus floue à partir des années 1960. La politique urbaine de revitalisation économique proposée au Poblenou se base sur la structuration et l’essor de cinq clusters (technologies de l’information et de la communication, médias, énergie, technologies médicales et design). Contrairement au domaine de l’audiovisuel dont les activités sont très concentrées à l’échelle du quartier, les autres clusters apparaissent plus dispersés sur le territoire de la ville de Barcelone. Dans le même temps, plusieurs zones du plan d’urbanisme caractérisées par la présence d’un ancien patrimoine industriel et commercial se retrouvent en attente de traitement. Au-delà, le projet 22@ impacte de façon pertinente les dynamiques urbaines, démographiques, sociales ainsi que le tissu économique et productif du Poblenou. La transformation urbaine engagée jusqu’en 2012 avait participé au renouvellement de 70 % des zones industrielles. Dans la mesure où le projet 22@ envisageait une transformation en profondeur du quartier sur une perspective temporelle de 15 à 20 ans, les données officielles soulignent une dynamique forte de transformation et d’aménagement, au moins jusqu’en 2008-2009, qui coïncide avec l’apparition de la crise économique, particulièrement ressentie en Espagne par le secteur de l’immobilier.

38Au plan démographique, l’accroissement de la population enregistré au Poblenou, qu’atteste un solde positif de 25 000 habitants en 2013, se double d’un changement de sa structure sociale avec l’installation de nouveaux venus aux niveaux de qualification et de formation plus élevés. L’analyse de la dynamique économique montre que la création d’entreprises a été plus intense au début puis a connu un ralentissement au cours des années, notamment depuis 2008-2009. Selon des sources officielles transmises en décembre 2012, environ 3 900 entreprises étaient installées dans le Poblenou représentant au total plus de 50 000 emplois. Par ailleurs, la réalisation du projet 22@ se s’est pas faite sans conflits entre l’administration municipale de Barcelone et la société civile quant aux activités économiques à promouvoir et au patrimoine industriel à préserver. La reconversion de l’ancien complexe industriel textile de Can Ricart permet de vérifier les impacts que le projet de régénération urbaine a produits à l’échelle du quartier. Les entreprises de production traditionnelle de tissage et confection ont été déplacées, non pas en raison de la concurrence internationale ou des coûts de production élevés des entreprises, mais par les changements inhérents à la politique urbaine locale qui génèrent à la fois la création de nouveaux usages, une réglementation urbanistique renouvelée et l’augmentation des prix du sol.

39Au-delà, il est possible d’identifier un comportement entrepreneurial à partir du conseil municipal de la ville de Barcelone qui a exercé le leadership de la régénération urbaine. La planification, la gestion, la conception et l’approbation des règlements sont établis et pensés à une échelle locale, sans liens avec d’autres niveaux supra-municipaux comme l’État espagnol ou la Generalitat de Catalunya, ce qui renforce la démarche autonome mise en œuvre par les autorités municipales. Dès lors, la prise de risque, le reclassement des sols et l’adoption d’une vision stratégique en faveur de nouvelles activités productives demeurent des composantes entrepreneuriales fortes. En dernier lieu, la société civile affiche elle-même un esprit entrepreneurial. Ses actions protestataires se caractérisent par une capacité réactive à la mobilisation contre les dérives du processus d’urbanisation, mais aussi par une stratégie que l’on qualifiera de proactive. Ces mobilisations sont pensées et organisées par des associations de riverains du Poblenou ainsi que par la communauté scientifique et professionnelle. La société civile joue un rôle entrepreneurial en intervenant pour ralentir ou stopper les processus économiques de gentrification, par exemple dans le cas de la reconversion de l’espace du Can Ricart dans des activités de tertiaire supérieur. Le mouvement social fournit également des propositions alternatives, telles que la classification urbaine en « sol industriel protégé », sans être finalement intégré dans les règlements et la gestion du projet 22@. En outre, les riverains et les groupes des techniciens et experts exercent un rôle d’entrepreneur en agissant pour la protection du patrimoine industriel. L’identification à la théorie la « ville entrepreneuriale » se vérifie pour l’action réactive et proactive de GPIFRB et de l’AHPN, transmise à travers la plateforme Salvem Can Ricart. Au final, l’analyse identifie un riche tissu institutionnel (commercial et de coopération sociale) forgée au départ dans le cadre de la révolution industrielle. Ces intervenants sociaux, industriels et institutionnels ont créé un pont entre les actions du passé et du présent et sont considérés comme des acteurs d’avant-garde de l’espace productif du Poblenou et de Barcelone.

40Enfin, l’analyse souligne que le processus de renouvellement urbain et la contribution des acteurs à de grands enjeux, telles que la localisation de l’activité ou la sauvegarde du patrimoine industriel, sont caractérisés par une logique de planification de type top-down. Le modèle d’aménagement urbain suivi dans le Poblenou est basé sur un partenariat collaboratif institutionnel de type public-privé sans éviter pour autant que ne se produisent des dérives spéculatives à l’égard du sol. Les rapports entre le secteur public et le mouvement social apparaissent pour autant bloqués : l’administration publique locale a répondu aux exigences sociales, en mettant au fil du temps l’accent sur une protection patrimoniale des anciens bâtiments industriels que le secteur social considère néanmoins comme encore insuffisante. Parfois, il n’y a eu aucune volonté politique pour trouver une solution à propos des activités productives déplacées, ce qui s’est traduit par la fermeture d’usines et la destruction d’emplois.

41La réflexion conduite sur la régénération urbaine du Poblenou peut fournir des enseignements aux responsables institutionnels quant à la stratégie liée à l’adoption du projet 22@, alors que le contexte local se caractérise par la nécessité d’un renouveau économique. Parmi les quelques lignes stratégiques à considérer en termes de politique publique, on retiendra l’inclusion des études scientifiques dans les questions en rapport avec la transformation urbaine, le rôle de l’industrie traditionnelle et l’agglomération des activités technologiques et l’avantage compétitif du patrimoine dans l’aménagement du territoire urbain. Au-delà, l’adoption d’un modèle de gouvernance de type mixte bottom-up et top-down constitue un choix stratégique pour répondre à la problématique d’un modèle de transformation urbaine qui révèle pourtant ses limites par des investissements immobiliers massifs, dont les effets territoriaux ont coïncidé avec une crise financière et économique.

Haut de page

Bibliographie

22@Barcelona, 2015, [en ligne], URL : www.22barcelona.com

Ajuntament de Barcelona, Distrito 22@Barcelona, Ajuntament de Barcelona, 2015.

Ajuntament de Barcelona, Cens i activitat empresarial a Barcelona 22@ -Poblenou, Ajuntament de Barcelona, 2012.

Ajuntament de Barcelona, Modificació del Pla especial del patrimoni arquitectònic històric i artístic de la ciutat de Barcelona. Districte de Sant Martí. Patrimoni industrial del Poblenou, Ajuntament de Barcelona, 2006.

Ajuntament de Barcelona, Modificació del Pla General Metropolità per a la renovació de les zones industrials del Poblenou, Districte d’Activitats 22@BCN, Ajuntament de Barcelona, 2000.

Albertos J.-M., Carsavaca I., Méndez R., Sánchez J.-L., « Desarrollo y proceso de innovación socioeconómica en sistemas productivos locale », in Alonso J. L., Aparicio L. J., Sánchez J.-L. (dir.), Recursos territoriales y geografía de la innovación industrial en España, Universidad de Salamanca, 2004, p. 15-60.

Alonso J.-L., « Sistemas productivos locales y espacios de actividad económica en tiempos de crisis », in Llussà R., Feliu J., Paunero X. (dir.), Crisis económica e impactos territoriales, Universitat de Girona, 2013, p. 191-251.

Arxiu històric del poblenou, El Poblenou més de 150 anys d’història, Barcelona, Arxiu Històric del Poblenou, 2001.

Barcelona activa, 2014, [en ligne], URL : www.barcelonactiva.cat

Besson R., Les systèmes urbains cognitifs : des supports privilégiés de production et de diffusion d’innovations ? Études des cas de 22@Barcelona (Barcelone), GIANT / Presqu’île (Grenoble), Distrito tecnológico et Distrito de Diseño (Buenos Aires), thèse de doctorat en Sciences du territoire, université de Grenoble, 2012.

Bontje M., Musterd S., Pelzer P., Inventive City-Regions. Path Dependence and Creative Knowledge Strategies, Ashgate, 2011.

Borja J., La ciudad conquistada, Alianza, 2003.

Borja J., Barcelona : un modelo de transformación urbana (1980-1995), Programa de gestión Urbana PGU-LAC, Quito,1996.

Boschma R.-A., Martin R.-L., « Constructing an Evolutionary Economic Geography », Journal of Economic Geography, vol. VII, no 5, 2007, p. 537-548.

Capel H., El modelo Barcelona : un examen crítico, Ediciones del Serbal, 2005.

Casellas A., « Desarrollo urbano, coaliciones de poder y participación ciudadana en Barcelona : una narrativa desde la geografía crítica », Boletín de la Asociación de Geógrafos Españoles, no 70, 2016, p. 57-75.

Casellas A., The Barcelona Model : Agents, Policies and Planning Dynamics in Tourism Development, thèse de doctorat en Urban Planning and Policy Development, The State University of New Jersey, 2003.

Casellas A., Pallares-Barbera M., « Public-sector Intervention in Embodying the New Economy in Inner Urban Areas : The Barcelona Experience », Urban Studies, vol. 46, nos 5-6, 2009, p. 1137-1155.

Delgado M., La otra cara del Fòrum de les cultures S.A., Edicions Bellaterra, 2004.

Departament d’estadística de l’ajuntament de Barcelona, Estadística de Barcelona per barris i districtes, Ajuntament de Barcelona, 2014.

Dot E., La ciutat emprenedora en un context de crisi urbana : la capacitat d’adaptació del projecte 22@Barcelona (2000-2013), thèse de doctorat en Géographie, Universitat Autònoma de Barcelona, 2015.

Dot E., Pallares-Barbera M., « El patrimonio industrial y la ciudad cultural. La revitalización urbana en la Barcelona simbólica », Boletín de la Asociación de Geógrafos Españoles, no 69, 2015, p. 9-35.

Fabre J., Huertas J.-M., Tots els barris de Barcelona, Edicions 62, 1976.

García-Ramon M.-D., Albet A., « Pre-Olympic and post-Olympic Barcelona, a “model” for urban regeneration today ? », Environment and Planning A, vol. 32, no 8, 2000, p. 1331-1334.

Harvey D., The Enigma of Capital and the Crises of Capitalism, Oxford University Press, 2010.

Harvey D., « From Managerialism to Entrepreneurialism : the Transformation in Urban Governance in Late Capitalism », Geografiska Annaler, vol. 71B, no 1, 1989, p. 3-17.

Hassink R., « Regional Resilience: A Promising Concept To Explain Differences In Regional Economic Adaptability? », Cambridge Journal of Regions, Economy and Society, vol. III, no 1, 2010, p. 45-58.

Hebert R.-F., Link A.,-N., The Entrepreneur: Mainstream Views and Radical Critiques, Praeger, 1982.

Huertas J.-M., La gent i els barris de Sant Martí, Ajuntament de Barcelona, Districte de Sant Martí, 2001.

Julien P.-A., A Theory of Local Entrepreuneurship in the Knowledge Economy, Edward Elgar, 2008.

Kirzner I., Competition and Entrepreneurship, University of Chicago Press, 1973.

Lakshmanan T.-R., Chatterjee L., « Entrepreneurial Creative Clusters in the Global Economy », dans Girard L., Baycan T., Nijkamp P. (dir.), Sustainable City and Creativity: Promoting Creative Urban Initiatives, Ashgate, 2011.

Lakshmanan T.-R., Chatterjee L., « New Governance Institutions in the Entrepreneurial Urban Region », Innovation : The European Journal of Social Science Research, vol. XXII, no 3, 2009, p. 371-391.

Lakshmanan T.-R., Chatterjee L., « The Entrepreneurial City in the Global Marketplace », International Journal of Entrepreneurship and Innovation Manegement, vol. VI, no 3, 2006, p. 155-172.

Martí M., Economia del coneixement i noves polítiques urbanes. Conflictes, participació i aprenentatges en el cas 22@bcn, thèse de doctorat en Sociologie, Universitat Autònoma de Barcelona, 2010.

Martin R.-L., « Regional Economic Resilience, Hysteresis and Recessionary Shocks », Journal of Economic Geography, vol. XII, no 1, 2012, p. 10-32.

Martin R.-L., Sunley P.-J., « Path Dependence and Regional Economic Evolution », Journal of Economic Geography, vol. VI, no 4, 2006, p. 395-438.

Méndez R., « Crisis económicas y reconfiguraciones territoriales », dans Llussà R., Feliu J., Paunero X. (dir.), Crisis económica e impactos territoriales, Universitat de Girona, 2012, p. 37-73.

Miller D., « The Correlates of Entrepreneurship in Three Types of Firm », Management Science, vol. XXIX, no 7, 1983, p. 770-791.

Musterd S., Murie A. (dir.), Making Competitive Cities, Wiley-Blackwell, 2010.

Nadal J., Tafunell X., Sant Martí de Provençals, pulmó industrial de Barcelona (1847-1992), Columna, 1992.

Pike A., Dawley S., Tomaney J., « Resilience, Adaptation and Adaptability », Cambridge Journal of Regions, Economy and Society, vol. III, no 1, 2010, p. 59-70.

Schumpeter J.-A., The Theory of Economic Development, Oxford University Press, 1961.

Yigitcanlar T., O’Connor K., Westerman C., « The Making of Knowledge Cities Melbourne’s Knowledge-Based Urban Development Experience », Cities, vol. XXV, no 2, 2008, p. 63-72.

Haut de page

Notes

1   Administrativement, le quartier du Poblenou est un des dix quartiers du district de Sant Martí (1 052,4 ha). Cette recherche adopte le nom « Poblenou » comme l’espace qui est limité par la ligne de la côte et les artères de communication rue Wellington, avenue Meridiana, avenue de la Gran Via et les Corts Catalanes et rambla Prim. Cette délimitation est adoptée aussi par la mairie de Barcelone. En 2000 est approuvée la Modification du plan général métropolitain pour la rénovation des zones industrielles du Poblenou-District d’activités 22@Barcelona (rebaptisé 22@), qui est le règlement régissant la transformation urbaine d’une superficie de 198,26 ha (fig. 1).

2   Signifie, en catalan, « lieu pour placer l’agriculture ».

3   Le plan Cerdà est un plan de réforme, d’aménagement et d’extension urbaine de la ville de Barcelone proposé en 1860 par Ildefons Cerdà. Consultable en ligne, URL : www.anycerda.org/web, consulté le 30/06/2015.

4   Ancienne commune jusqu’en 1897, quand Sant Martí de Provençals est devenu une partie de la municipalité de Barcelone.

5   Le Projet 22@ favorise la cohabitation des activités productives non polluantes et non encombrantes et encourage l’implantation des secteurs les plus innovateurs qui obtiennent la dénomination d’« activités @ ». Les activités @ sont toutes celles qui utilisent le talent comme principale ressource ­productive, indépendamment du secteur économique auquel elles appartiennent : elles peuvent concerner la recherche, le design, l’édition, la culture, la gestion de bases de données ou l’activité multimédia, et se caractérisent par l’usage intensif des technologies de l’information et la communication et de l’occupation de l’espace. Pour encourager l’implantation de ces activités dynamiques de l’économie, le projet 22@ offre une plus grande surface édifiable aux plans de transformation qui incluent un pourcentage déterminé non inférieur au 20 % des activités @ dans leurs programmes fonctionnels (Ajuntament de Barcelona, 2015).

6   www.foment.com, site de la confédération d’organisations professionnelles privées et d’entreprises en Catalogne (Espagne), consulté le 01/07/15.

7   www.cambrabcn.org/cambra, site de l’institution pour la promotion de l’activité économique et commerciale de Barcelone, consulté le 01/07/15.

8   https ://ateneuflordemaig.wordpress.com, site de la coopérative de consommateurs dans le Poblenou fondée en 1890, consulté le 01/07/15.

9   www.casinoalianca.cat, site de l’organisation de caractère récréatif, culturel, social et mutualiste dans le Poblenou fondée en 1868, consulté le 01/07/15.

10   www.cnt.es, site de l’union confédérale syndicaliste fondée à Barcelone en 1910, consulté le 01/07/15.

11   www.22barcelona.com. En 2012, coïncidant avec un changement de gouvernement municipal, l’agence 22@BCN-SAU se désintégra.

12   www.elconsorci.net/es, site du consortium crée en 1916 pour favoriser les projets qui ont agi comme un moteur de développement économique à Barcelone et en Catalogne, consulté le 01/07/15.

13   www.metrovacesa.com, site de la société immobilière créée en 1982, consulté le 01/07/15.

14   www.rentacorporacion.com, site de la société immobilière créée en 1991, consulté le 01/07/15.

15   www.elpoblenou.cat, site de l’association créée en 1972 dans le quartier du Poblenou, consulté le 01/07/15.

16   www.arxiuhistoricpoblenou.cat, site de l’association volontaire créée en 1976 et dédiée à la recherche, l’archivage et la diffusion de données et de documents, consulté le 01/07/15.

17   www.forumriberabesos.net, organisation formée en 1992 pour participer à la discussion de questions générées par la rénovation urbaine dans le Poblenou, en insistant particulièrement sur la recherche en relation à la défense du patrimoine ; c’est un groupe important au sein de la plateforme Sauvons Can Ricart, consulté le 01/07/15.

18   www.salvemcanricart.org, site de la plateforme, consulté le 01/07/15.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du projet 22@Barcelona à la zone du Poblenou
Crédits Source : Esteve Dot
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 2 – Augmentation de la surface constructible face aux droits et devoirs en matière de construction
Crédits Source : 22@Barcelona (2015)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 3 – Permis de construire accordés dans le cadre du projet 22@Barcelona (2000-2012)
Crédits Source : 22@Barcelona (2015)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 4 – Évolution de la surface (m2) des permis de construction accordés par la ville de Barcelone pour le district de Sant Martí
Crédits Source : élaboration propre à partir des données du Departament d’Estadística de Barcelona (2014)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 5 – L’évolution du nombre des entreprises implantées et/ou créées dans le Poblenou dans la période 2000-2012
Crédits Source : élaboration propre à partir du Cens i Activitat Empresarial a Barcelona 22@-Poblenou (2012)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2312/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Esteve Dot Jutglà, « Politique d’aménagement urbain et de reconversion économique du Poblenou à Barcelone », Sud-Ouest européen, 41-42 | 2016, 33-48.

Référence électronique

Esteve Dot Jutglà, « Politique d’aménagement urbain et de reconversion économique du Poblenou à Barcelone », Sud-Ouest européen [En ligne], 41-42 | 2016, mis en ligne le 25 janvier 2018, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/2312 ; DOI : 10.4000/soe.2312

Haut de page

Auteur

Esteve Dot Jutglà

Département de Géographie, groupe de recherche en géographie économique, université autonome de Barcelone, esteve.dot@uab.cat

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals