Navigation – Plan du site

Sophia-Antipolis entre crises et résilience : un système productif dédié à l’innovation et son territoire à l’épreuve du temps

Sophia Antipolis between crises and resilience: a productive system dedicated to innovation and its territory in the face of time
Sophia-Antipolis entre crisis y recuperación: un sistema productivo dedicado a la innovación y su territorio resistente al paso del tiempo
Alexandre Grondeau
p. 49-65

Résumés

Depuis son aménagement ex nihilo, le système productif de Sophia-Antipolis n’a pas atteint véritablement l’objectif qui lui était fixé d’instaurer un effet cluster générateur d’innovation. En revanche, la qualité du cadre de vie local associée aux aménités urbaines, a engendré une importante capacité de rétention territoriale de la force de travail et des établissements de haute technologie. L’article analyse cette « qualité » du territoire qui reste au cœur du projet technopolitain mais n’apparaît plus aujourd’hui suffisante. Cela conduit à questionner l’évolution des pratiques de localisation de ces acteurs technopolitains ainsi que la pertinence du changement d’échelle des politiques publiques avec, notamment, la mise en place du label métropole French Tech.

Haut de page

Texte intégral

Système productif dédié à l’innovation et territoire : les enjeux du débat technopolitain

1L’innovation est au cœur de la matrice capitaliste et le principe de destruction créatrice (Schumpeter, 1942) un des vecteurs principaux du développement et de la croissance dans une économie libérale, a fortiori dans un monde globalisé. La mondialisation, le déclin du fordisme et du taylorisme dans les pays occidentaux, l’avènement des principes de compétitivité, de flexibilité, de coopétition et leur intégration dans tous les pans de la société ont accentué l’importance de l’innovation qu’elle soit technologique, économique ou sociale. Au même titre que les entreprises, un territoire qui innove est un territoire qui gagne (Benko, Lipietz, 1992), un territoire qui en est incapable est menacé de rester sur le bas-côté du progrès économique et du développement.

2Dans le même temps, la répétition cyclique des crises (boursières, pétrolières, immobilières, technologiques, géopolitiques…) a fait émerger un certain nombre de formes organisationnelles et territoriales plus résistantes que d’autres aux aléas socioéconomiques, aux risques qu’ils génèrent, et dotées de capacité de résilience importante. Ces formes organisationnelles, de la ­troisième Italie (Becattini, 1989) aux clusters (Porter, 1998) en passant par les districts technologiques (Pecqueur, Rousier, 1991) ou les technopôles (Benko, 1991) ont la caractéristique de posséder un fort ancrage local et de faire émerger la notion de territoire comme une variable fondamentale du développement local. L’espace et son appropriation par les populations ne sont plus perçus comme de simples supports favorables aux logiques productives et économiques des acteurs de l’innovation (entreprises, laboratoires…) mais comme une partie incontournable d’un système favorable à l’émergence d’innovations.

3Dans ce double contexte, la multiplication des opérations d’aménagements de territoires de l’innovation a fait émerger depuis une quarantaine d’années un ­processus particulier d’urbanisation : la technopolisation (Grondeau, 2014). Ce processus, que l’on retrouve sur tous les continents, associe la fabrique d’une matérialité urbaine favorable aux acteurs de l’innovation à l’ambition de générer, grâce à cette matérialité urbaine « idéale », des logiques de réseaux indispensables à l’émulation et à la « coopétition ». L’émergence de ces logiques de réseaux ne se décrète pourtant pas et dans de nombreux cas la proximité spatiale des acteurs de l’innovation n’a pas débouché sur le fameux « effet caféteria » tant recherché (Fache, 2006). La France et ses technopôles n’échappent pas à la règle. Conscients de ces lacunes, les pouvoirs publics ont initié un certain nombre de politiques visant à encourager le fonctionnement en réseau des acteurs de l’innovation comme les pôles de compétitivité ou plus récemment le projet métropole French Tech. Ces politiques insistant moins sur la concentration des acteurs de l’innovation dans une zone précise que sur leur organisation en réseaux, elles nécessitent une nouvelle approche multiscalaire permettant d’intégrer les dimensions métropolitaines aux seuls enjeux technopolitains.

4L’objet de cet article est d’illustrer ces évolutions dans l’approche des systèmes productifs dédiés à l’innovation à travers l’exemple du technopôle de Sophia-Antipolis confronté à la crise de 2008 et à de nouveaux enjeux d’échelles. Pour cela, nous inscrivons notre réflexion dans l’analyse du projet territorial sophipolitain que nous avons débuté en 2000 (Grondeau, 2007), tant du point de vue urbain qu’organisationnel. Nous reviendrons rapidement sur les conditions de création et d’émergence des proximités spatiale et organisationnelle sophipolitaines afin de mieux appréhender la capacité du technopôle à résister aux différentes crises depuis sa création en 1969. Nous présenterons ensuite les logiques spatiales des acteurs économiques que sont les entreprises de haute technologie et la force de travail qui lui est liée, grâce à trois séries d’enquêtes menées en 2012 et 2013 auprès d’une centaine d’établissements de haute technologie et d’une soixantaine d’actifs sophipolitains. Le premier travail de terrain concerne la compréhension des effets de la crise de 2008 sur les entreprises de haute technologie, la capacité de résilience du système productif sophipolitain et les vulnérabilités naissantes du technopôle. Le second travail d’enquête s’intéresse aux logiques de territorialisation des entreprises et de la force de travail sophipolitaine face à la crise et la troisième enquête porte sur l’intégration de Sophia-Antipolis au projet métropolitain French Tech.

I – Le territoire au cœur du projet technopolitain de Sophia-Antipolis et de sa réussite

5Lors de sa création, Sophia-Antipolis incarne l’ambition des politiques et des aménageurs français de recréer sur la Côte d’Azur, une « Silicon Valley » française. Pensée à l’origine par Pierre Laffitte, alors directeur de l’école des Mines qui souhaite reproduire les qualités territoriales de la zone technopolitaine californienne et « délocaliser le quartier latin aux champs », l’opération d’aménagement Sophia-Antipolis fait l’unanimité à toutes les échelles du pouvoir politique. L’État et les collectivités agissent de concert pour aménager un cadre de vie idéal pour la vie des cadres. La qualité urbaine du site, basée sur des règles strictes d’un tiers de cadre bâti pour deux tiers d’espaces verts, va faire la singularité du technopôle (d’abord géré par un syndicat mixte, ensuite piloté par une communauté d’agglomération à qui il donne son nom). Elle va être pour beaucoup dans le succès sophipolitain des années 1980 et 1990 sans pour autant être directement à l’origine de la concentration des acteurs de la haute technologie (fig. 1).

Fig. 1 – Du technopôle de Sophia-Antipolis à la CASA

Fig. 1 – Du technopôle de Sophia-Antipolis à la CASA

Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014 ; IGN GEOFLA.

6La concentration des acteurs de la haute technologie dans le système productif de Sophia-Antipolis ne découle pas en effet de la qualité initiale du projet d’aménagement en termes de formes urbaines et de qualité environnementale. Il est le résultat de l’implication forte de l’État en termes de délocalisation et de promotion d’un territoire qu’il juge essentiel à son rayonnement international. L’État a déconcentré un certain nombre d’établissements et d’organismes de formation et de recherche tels que l’Institut national de recherche agronomique (INRA) [en 1970], l’École nationale supérieure des Mines de Paris (ENSMP) (en 1976), différents laboratoires du CNRS (1976), l’Institut international de l’administration de l’eau (1978), le Centre international de recherche dermatologique (CIRD) (en 1979), l’Agence de l’environnement et de la maîtrise d’energie (ADEME) [en 1981], le Centre de recherche sur l’hétéro-épitaxie et ses applications (CRHEA) [en 1982], l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA) [en 1983]…

7Conscient de la nécessité de retrouver à Sophia-Antipolis des acteurs économiques innovants, emblématiques et complémentaires des acteurs de la recherche déconcentré, l’État délocalisa également un certain nombre de départements d’entreprises nationales comme Franlab (filiale de l’Institut français du pétrole, en 1974), le centre mondial de réservation d’Air France (1977), Thomson-SINTRA (1982), Matra Communications (1985), France Télecom (1987)… En parallèle, les acteurs publics entreprirent une politique de valorisation de Sophia-Antipolis à l’international afin d’attirer des départements de R&D de grandes entreprises, en particulier américaines. À partir des années 1960, les pouvoirs publics s’appuyèrent sur l’effet Sun Belt et la comparaison avec la Silicon Valley pour attirer, en 1962, les multinationales du secteur informatique, IBM à la Gaude et Texas Instrument à Villeneuve-Loubet. Nombre de firmes internationales les ont suivies à l’instar de Digital Equipment qui s’établit à Sophia-Antipolis en 1980, de Dow Chemical (1981), de Dow Corning (1983), de la société CORDIS (1986), de VLSI Technology (1986) ou encore de Compass Design Automation (1986). L’importance des implantations des grandes entreprises américaines des secteurs de la haute technologie à Sophia-Antipolis vient valider l’ambition technopolitaine du lieu, qui devient dans les années 1980, leur base européenne, le territoire où ces entreprises adaptent leurs produits au marché européen (Longhi, Queré, 1997).

8Trente ans après sa création, les liens et l’émulation entre les différents acteurs de l’innovation technologique ne sont pas à la hauteur des espérances mises dans l’aménagement du technopôle. Déjà dans les années 1980, Jean-Claude Perrin (1986a, 1986b) notait les carences de relations entre acteurs privés et acteurs publics de la R&D. Il désignait les multinationales implantées comme des « grandes entreprises allogènes » (Perrin, 1992) facteur d’instabilité territoriale important. Ces analyses ont été ensuite validées et confirmées dans les années 1990 (Longhi, Querré, 1997), puis dix ans plus tard (Grondeau, 2007). Au final, les normes urbaines qui ont prévalu dans la création de Sophia-Antipolis n’ont pas abouti à générer de la proximité organisationnelle au sens établi par l’école de la proximité (Torre, Rallet, 2006). En revanche la qualité du cadre de vie générée par les normes d’aménagement fixée au départ de l’opération a contribué à capter une force de travail habituellement très mobile qui a décidé de rester à Sophia-Antipolis malgré les crises. L’augmentation régulière du nombre d’actifs est là pour prouver que l’organisation urbaine, associée à un certain héliotropisme (Querré, 2002), a compensé les carences organisationnelles du technopôle. L’exigence d’un espace urbain « propre » de faible densité, à dominante végétale a généré un attachement à un cadre de vie jugé exceptionnel, qui a joué un rôle important dans la rétention d’une partie de la force de travail dont l’emploi était menacé ou supprimé. Ainsi, suite aux crises boursières de la fin des années 1980 et économiques et immobilières des années 1990 une forme originale d’essaimage entrepreneurial est apparue : l’essaimage par défaut (Grondeau, 2007). Il ne correspond pas à une prise de risque d’un cadre ou d’un ingénieur qui souhaite développer un produit de haute technologie et qui peut être soutenu par une entreprise mère (comme c’est le cas caractéristique dans la Silicon Valley). C’est au contraire parce que « l’entreprise-employeur » quitte Sophia-Antipolis que le cadre ou l’ingénieur se retrouve face au dilemme de perdre un certain confort de vie et de repartir ailleurs en suivant son entreprise ou de ­conserver ce confort, mais en quittant son emploi et en créant sa propre entreprise. La situation difficile de la fin des années 1980 et du début des années 1990 puis du début des années 2000 a accéléré cet « essaimage par défaut ». Dans le cadre des plans sociaux qui ont touché Nortel (217 suppressions d’emplois), Lucent (122 suppressions d’emplois), Thales Microsonics (110 suppressions d’emplois) ou Marconi (20 suppressions d’emplois), beaucoup d’employés de ces firmes ont préféré leur territoire d’accueil à leur employeur. Il y a de ce point de vue une captation de la population active par le cadre de vie. Le cas du rachat de Digital Equipment par Compaq et de son passage de 1 100 à 200 employés est emblématique de ce processus (Queré, Coutures, 2002) puisque nombre d’ingénieurs à qui était proposée une solution de reclassement ont préféré créer leur start-up ou leur société de conseil à Sophia-Antipolis.

II – Un territoire marqué par la crise de 2008 et des difficultés territoriales

  • 1   Les trois enquêtes qui suivent ont été réalisées en ­collaboration avec les services de la CASA, (...)

9Dans le contexte de concurrence territoriale exacerbée entre technopôles, la crise de 2008 a marqué un tournant important pour Sophia-Antipolis. Pour la première fois depuis sa création en 1969, une étude que nous avons réalisée 1 dans le cadre de la définition du schéma de développement économique de la communauté d’agglomération de Sophia-Antipolis a révélé une inversion de la capacité de la communauté d’agglomération Sophia Antipolis (CASA) à accueillir et à générer des emplois de haute technologie (fig. 2 et 3).

10Alors que depuis la création du technopôle, et a fortiori entre 2004 et 2006, la création d’emplois de haute technologie était nette et régulière, elle a commencé à ralentir sensiblement en 2007 et a diminué partir de 2008 (perte de 200 emplois de haute technologie par an). Les résultats de 2010 ont confirmé la tendance à la diminution de l’emploi sophipolitain et ont même indiqué une accélération de la baisse de l’emploi. Une entreprise emblématique du technopôle, Texas Instrument, a quitté le technopôle jetant un froid dans le monde local de l’innovation. Plus inquiétant encore, l’emploi de haute technologie le « moins innovant » a progressé au détriment du « plus innovant » et les secteurs emblématiques des NTIC ont marqué le coup (Grondeau, Simon, 2014).

11Nous avons réalisé en 2012 une première enquête qualitative auprès de 25 dirigeants d’entreprises. Nous souhaitions recenser, grâce à des entretiens ­semi-directifs, les effets de la crise sur leurs activités. Plus de 70 % (17 dirigeants) des entrepreneurs sondés ont expliqué avoir subi des impacts négatifs. Ces impacts se sont matérialisés de différentes manières comme le montre le tableau 1 : baisse du chiffre d’affaires, perte de clients, report ou annulation de commandes…

12Pour la première fois depuis la création du technopôle, les dirigeants d’entreprises de haute technologie se sont montrés inquiets quant à l’avenir même du système productif sophipolitain. Les diminutions de chiffres d’affaires, de recettes, de nombres de clients ont particulièrement impacté les acteurs locaux de la haute technologie.

Fig. 2 – Emploi high tech « sophipolitain »

Fig. 2 – Emploi high tech « sophipolitain »

Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.

Fig. 3 – Nombre d’établissements high tech « sophipolitains »

Fig. 3 – Nombre d’établissements high tech « sophipolitains »

Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.

13Pour comprendre la soudaine vulnérabilité du technopôle, nous avons réalisé l’année suivante, en 2013, une seconde enquête qualitative à l’aide de 35 entretiens semi-directifs de dirigeants d’entreprises de haute technologie sophipolitaine. L’enquête a mis en avant un certain nombre de difficultés structurelles pouvant expliquer ces problèmes : un fonctionnement du milieu entrepreneurial local trop peu organisé en réseaux (que ce soit au niveau formel, informel ou avec le monde de la recherche publique), le faible dynamisme des TPE locales et une banalisation du parc technologique.

14Les premiers résultats de notre enquête ont confirmé les carences organisationnelles des relations entre entreprises sophipolitaines. La circulation de l’information et le fonctionnement en réseau sont pourtant un des enjeux fondamentaux des systèmes productifs dédiés à l’innovation. Nous avons montré précédemment qu’il était historiquement faible à Sophia-Antipolis et l’enquête qualitative réalisée a eu comme objectif d’appréhender au mieux les relations effectives des entreprises entre elles et celles qu’elles entretenaient avec le monde académique de la recherche publique.

15En matière de relations inter-entreprises, nous avons proposé aux entrepreneurs interviewés de distinguer deux types de relations que leurs entreprises pouvaient avoir. Les relations verticales correspondent au fonctionnement classique d’une entreprise dans une chaîne de valeur avec des clients (sous-traitance, distribution…), les relations horizontales correspondent elles à des relations entretenues au même niveau de la chaîne de valeur. Ce sont ces dernières reposant sur des logiques de coopérations, voire de coopétition, qui facilitent majoritairement la circulation de l’information et l’émulation.

16Les résultats de nos entretiens ont confirmé l’héritage du fonctionnement faible des réseaux locaux, et ce malgré la mise en place de la politique des pôles de compétitivité. Deux tiers des relations identifiés par les dirigeants interviewés correspondent à des relations verticales (fig. 4) confirmant ainsi les travaux précédents de Christian Longhi et Michel Quéré (1993) et ceux de Philip Cooke notant que les relations interentreprises à Sophia-Antipolis sont clairement identifiables :

« Where external networking exists, it largely remains as vertical, subcontracting type or relationship (Cooke, 2001) ».

Fig. 3 – Nombre d’établissements high tech « sophipolitains »

Fig. 3 – Nombre d’établissements high tech « sophipolitains »

Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.

Tableau 1 – Impact de la crise sur les firmes de Sophia-Antipolis en 2013

Société

Secteur d’activité

Période des « effets les plus visibles »

Effet(s) de la crise sur l’entreprise

Nick Danese Applied

R&D

2011 à 2013

Baisse du carnet de commandes liée à la fermeture des sociétés navales

Micro Seri

Electronique (ingénierie web, technologie open source…)

2008 à 2013

Perte de clients («partis à l’étranger»)

IPCOM

Informatique

2012

Repoussement de projet d’une année sur l’autre

Dartfish

Informatique

Ne sais pas vraiment

Baisse du carnet de commandes

Leni

Location de matériel ­informatique, bureautique, audio

2010 / 2013

Anciennement Eurodocument rachetée par Leni en 2010

Baisse du CA et du carnet de commandes (en 2013)

CEGID

Informatique

Baisse des ventes et baisse d’activité

Interactys

Informatique

2012

Baisse des commandes

Andeol

Informatique

Début 2013

Baisse des commandes «attentisme»

Adipsis

Informatique

2009 à 2010

Baisse de CA

Robopec

R&D

Fin 2011

Report et annulation de contrat

4 licenciements

1 suspension de projet

Actif Azur

Machine de bureau et matériel informatique

2009 à 2013

Licenciements

Baisse des résultats

Stonesof

Début 2009

Retard / repoussement de contrat

Codix

Informatique

Début 2009

Baisse du résultat

Ubinode

Informatique

Pas d’impact direct mais entreprise a ouvert en 2009 suite au départ des 3 fondateurs qui ont quitté leur multinationale suite à la crise

Sophia Energie

R&D

2009 à 2013

Pas d’investissement au capital-risque

Visteon

R&D

2010

Redressement judiciaire en 2010

Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.

17En parallèle, nous avons souhaité identifier à quelles échelles se situaient ses relations (fig. 5). Il est intéressant de noter qu’elles se passent d’abord à l’échelle internationale et nationale plutôt qu’à l’échelle locale même si les relations locales, départementales et régionales sont loin d’être négligeables confirmant ainsi les prémices de développement endogène observés par Michel Queré (2005), et la fin de la situation de « quasi insularité » décrite par Jean-Claude Perrin (1986) au milieu des années 1980.

18La faiblesse des relations locales illustre les carences du système productif sophipolitain et celles des organismes publics ayant pour mission de les densifier à l’instar des pôles de compétitivité, des incubateurs ou des pépinières d’entreprises. Ainsi,

« les pôles de compétitivité n’assument pas assez leur rôle de chef d’orchestre vis-à-vis de la mise en relation entre entreprises de secteurs d’activités communs ou complémentaires »,

19selon Thierry Lacour, fondateur de l’entreprise BioPreserv. Ce point de vue est partagé par la plupart des dirigeants d’établissements de haute technologie, même si certains comme Sébastien Alegret (Ubinode), adhérent au pôle de compétitivité Cap Energies et à l’incubateur Paca Est, nuancent en expliquant « qu’en dehors du pôle il y a peu de retombées ». Les politiques publiques d’encouragement du fonctionnement en réseau ne sont pas totalement inefficientes comme l’explique le fondateur de Kolpi, une société spécialisée dans le domaine informatique, qui explique que son adhésion au PRIDES Pôle Mer PACA a permis « un renforcement technique et une amélioration de la surface financière » de son entreprise.

Fig. 5 – Échelle prédominante des relations interentreprises pour les entreprises

Fig. 5 – Échelle prédominante des relations interentreprises pour les entreprises

Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.

20D’un point de vue informel, les relations hors-marché et hors-entreprises entre entreprises sophipolitaines sont difficiles à cerner. Seulement 18 des 35 interviewés que nous avons interrogés ont accepté de répondre à ce questionnement. 15 de ces 18 dirigeants ont expliqué avoir ce type de relations au sein du technopôle quand 17 sur 18 ont affirmé l’aspect fondamental de ce type d’échanges à l’instar de Pierre Jahan (Jahan Design), Olivier Kleinteienst (Kolpi) ou Thierry Lacour, président de BioPreserv assurant qu’il « entretient beaucoup de réseaux informels avant d’accéder à un flux d’informations ». Tous expliquent être « demandeur de ce type de relations » puisqu’« elles constituent un moyen de faire circuler l’information » (Virginie Jacquet, Actif Azur).

  • 2   28 des 35 entreprises interrogées ont accepté de répondre à ce questionnement.

21En matière de relations avec le monde académique de la recherche 2, les entreprises sophipolitaines interviewées sont toutes d’accord sur leur importance mais elles soulignent en grande majorité des difficultés à les mettre en place et une lassitude certaine à initier les démarches nécessaires. Ainsi quand on demande à Eric Boell, (CNP Music, membres des incubateurs PACA Est et Belle de Mai) s’il compte développer des partenariats avec des organismes de recherche publique, sa réponse est définitive : « non, ça suffit, on est fatigué ».

22Quand elles existent néanmoins, les relations entreprises-laboratoires publics peuvent s’avérer fondamentales. Elles permettent « d’essayer de former, de repérer les talents et de puiser dans la force de travail technopolitaine » (Éric Duvivier, RF Magic). Ainsi pour Christian Guyon (Immunosearch) qui a signé différents partenariats avec l’INRIA Sophia-Antipolis, l’Institut de pharmacologie moléculaire et cellulaire (IPMC/CNRS/UNSA) et l’i3S, un laboratoire de recherche également rattaché au CNRS, « cette relation est d’une importance prépondérante, déterminante ». Elle a débouché sur les dépôts de quatre brevets internationaux et a permis de créer huit emplois.

23Les réseaux sophipolitains ne paraissent pas s’être particulièrement développés par rapport aux années 1990 et au début des années 2000. Leurs carences demeurent malgré des politiques volontaristes comme les pôles de compétitivité dont l’impact n’a pas été déterminant face à la crise de 2008. D’autres éléments semblent devoir être pris en compte, en sus, pour expliquer les difficultés du technopôle.

24Le second problème rencontré par Sophia-Antipolis concerne le financement des TPE innovantes locales. La faiblesse locale des business-angels et des sociétés de capital-risque est un handicap important au financement de l’innovation. Les travaux de Michel Bernasconi et al. (2004) insistent sur la faiblesse de ces métiers au niveau local grâce à l’utilisation de ratios Silicon Valley/Sophia-Antipolis (SV/SA), permettant de prendre la vraie mesure de ces déficits. Le rapport SV/SA est de 2,5 pour la population, 3,85 pour les emplois, 18,62 pour les emplois technologiques, 14,63 pour les étudiants, 6,59 pour les chercheurs publics. Il est de 184,44 pour le capital-risque (9 salariés de sociétés de capital-risque à Sophia-Antipolis contre plus de 1 660 dans la Silicon Valley) et non calculable pour les banques d’investissement puisque Sophia-Antipolis n’en accueille pas. Par ailleurs, les difficultés récurrentes des start-up locales à pouvoir se développer localement et leur obligation à recourir à des solutions externes de financement, comme le montre le tableau 2, sont très difficiles à dépasser. Un nombre important et régulier d’innovations qui émergent et se développent à Sophia-Antipolis est obligé d’être racheté par des multinationales pour franchir un palier dans son développement. Dans l’ensemble, les perspectives d’évolution des start-up, des TPE, et des PME à forte valeur ajoutée restent difficiles traduisant ainsi une certaine stagnation des possibilités de financement et de développement économique à Sophia-Antipolis. La littérature (Dibiaggio, Ferrary, 2005) a néanmoins montré que cet état de fait était historique sur le technopôle, et si la quasi-absence des financements classiques des entreprises de haute technologie n’a pas aidé à résister à la crise de 2008, elle ne semble pas non plus l’avoir accentué.

Tableau 2 – Exemples de financement et d’acquisition de l’innovation sophipolitaine

Origine de l’innovation

Société

Acquisition

INRIA

Realiz 1999

Audesk (USA) 2008

CNRS

Luminog 2001

Paca Est

Saint Gobain (F) 2008

INRIA

Keeneo 2005

Paca Est

Digital Barriers (GB) 2010

Texas

Open Plug 2002 Paca Est

Alcatel Lucent (F / USA) 2010 fini 2012

GB 2002

ICERA 2005

NVDIA (USA) 2011

GB 1999

CRS 2006

Samsung (Corée) 2012

MXM sophia 1977

Neurelec 2006

Demand (Dsk) 2013

Ulticom

UpmapMe 2006 Paris Tech

Gesaas (F) 2013

Source : CASA, 2014

25Le troisième élément d’inquiétude pour le technopôle est la banalisation de son territoire. Sous l’effet du processus d’urbanisation technopolitain mondial, la multiplication des technopôles s’est nettement accentuée à partir des années 1990. La tendance s’est accélérée depuis, affaiblissant inévitablement la position de Sophia-Antipolis (Grondeau, 2014). Il y a quarante ans, le technopôle était une expérience urbaine rare, si ce n’est unique dans sa configuration européenne. Aujourd’hui, il existe plus de 400 technopôles dans le monde dont plus de 300 appartiennent aux secteurs du numérique comme celui de Sophia-Antipolis. La concurrence est difficile car le modèle urbain technopolitain a été assimilé par les urbanistes et les aménageurs du monde entier. Ils ont créé de toutes pièces des territoires de qualité, répondant aux critères d’exigences « globaux », tout en profitant des opportunités économiques de l’implantation dans des pays émergents à l’instar de l’Electronic City à Bangalore qui réunit près de 100 000 employés dans les nouvelles technologies de l’information et des communications. La qualité de la force de travail spécialisée dans les NTIC, sa densité et son coût s’ajoutent à des moyens très importants donnés aux opérations d’aménagements technopolitaines (Grondeau, 2007b), et mettent à mal l’attractivité d’autres territoires dédiés à l’innovation, en particulier dans les pays du Nord.

26La concurrence internationale n’est pas la seule dont souffre Sophia-Antipolis. Le technopôle doit également affronter des positionnements technologiques proches au niveau national (Paris, Grenoble) ainsi qu’à l’échelle locale (on pense à l’opération d’intérêt national Eco Vallée de la métropole niçoise), ce qui ne contribue pas à améliorer sa visibilité internationale et pose la question du changement d’échelle du projet technopolitain (métropolitain ? départemental ? régional ?). Les résultats parlent d’eux-mêmes. En 2011, Sophia-Antipolis est sorti du top 100 mondial des systèmes économiques innovants selon l’Innovation Cities Index 2011. Depuis 2010, le nombre de dépôts de brevets sophipolitains a chuté passant de 52 à 37 selon le registre européen des brevets. En 2009, la région PACA était classée comme territoire innovateur suiveur (et non pas leader) au niveau mondial.

27L’ensemble de ces éléments pose ainsi la question de la banalisation de Sophia-Antipolis et de sa capacité à résister à de nouvelles crises comme celle de 2008. Partant du constat que le territoire avait joué un rôle fondamental dans la captation de la force de travail technopolitaine lors des différentes crises des années 1980, 1990 et début 2000, nous avons interrogé les 35 dirigeants d’établissements de haute technologie au sujet de leur implantation et d’un éventuel départ de Sophia-Antipolis. Nous avons également mené une enquête qualitative auprès de 58 actifs technopolitains afin de comprendre au mieux leurs parcours résidentiels et leurs logiques de territorialisation.

III – Logiques de territorialisation des entreprises et de la force de travail sophipolitaine

1. Stratégie d’entreprises technopolitaines : localisation, délocalisation, relocalisation

28Les résultats des enquêtes menées en 2013 auprès des dirigeants d’entreprises de haute technologie sophipolitaine ont permis de mesurer les éléments déterminants dans le choix de localisation des établissements interrogés. « L’image de Sophia-Antipolis à l’internationale est sans hésitation le premier critère d’implantation de l’entreprise sur le territoire », explique Lucie Morales de la société Dartfish, idée confirmée par le directeur d’Adypsis, une société spécialisée dans les logiciels et près d’un tiers des entrepreneurs interrogés. Sylvie Brault, dont la société Completel travaille dans les télécommunications, a ainsi hésité entre deux localisations avant de choisir Sophia-Antipolis pour sa renommée. Cette réputation découle de la qualité de l’offre territoriale et de son accessibilité à l’internationale grâce à ses infrastructures urbaines comme l’aéroport Nice Côte d’Azur, le second de France après ceux de Paris.

29Le second facteur de localisation est la dominante du secteur d’activités des nouvelles technologies de l’information et des télécommunications (fig. 6).

« La localisation de l’entreprise à Sophia-Antipolis est liée à la proximité du bassin d’emploi et à la présence des entreprises locales spécialisées qui comporte un intérêt pour notre secteur d’activité »

30explique Stephane Portanier, le patron de la société Interactys. Cet élément confirme la réalité d’un tissu industriel de qualité reconnu qui permet de bénéficier d’effets d’agglomération indispensables au bon fonctionnement des entreprises de haute technologie. Ce tissu industriel possède un véritable potentiel d’attractivité qui masque la faiblesse des liens existants avec le monde académique de la recherche publique ce que nous avions déjà remarqué au début des années 2000 en expliquant que « le monde de l’entreprise reste largement exclu du monde universitaire » (Grondeau, 2007). Dans une optique proche, les dispositifs publics, type pôles de compétitivité, incubateurs ou pépinières ne justifient que 3 % des implantations à Sophia-Antipolis.

Fig. 6 – Facteurs de localisation des entreprises de haute technologie à Sophia-Antipolis

Fig. 6 – Facteurs de localisation des entreprises de haute technologie à Sophia-Antipolis

Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.

31Le territoire en tant que tel et ses représentations apparaissent donc bien comme des éléments déterminants dans les stratégies de localisation des entreprises, confirmant une tendance sophipolitaine lourde depuis le début des années 1980.

32Un second élément important de l’enquête a consisté à envisager avec les interviewés leur choix d’implantations en cas de départ de Sophia-Antipolis. Seules 12 ­entreprises ont souhaité répondre à cette question (fig. 7).

Fig. 7 – Choix prospectif de la localisation future des entreprises envisageant de quitter le technopôle

Fig. 7 – Choix prospectif de la localisation future des entreprises envisageant de quitter le technopôle

Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.

33Le choix majoritaire du département pour les entreprises réfléchissant à quitter Sophia-Antipolis n’est pas anodin. Il correspond à la mise en place du projet technopolitain porté par la métropole niçoise au sein de l’opération d’intérêt national (OIN) Eco Vallée Plaine du Var. Présenté par ses porteurs de projets comme un territoire complémentaire du technopôle sophipolitain, il s’avère être concurrent dans cinq cas sur sept, puisque cinq entrepreneurs ont affirmé souhaiter s’implanter sur le nouveau technopôle urbain niçois. Les raisons sont diverses mais le manque de place est régulièrement évoqué : « nous réfléchissons à cette implantation (à l’Eco Vallée), nous sommes beaucoup trop à l’étroit à Sophia-Antipolis » (Virginie Jacquet, Actif Azur) ou encore, « cela fait 23 ans que je suis implanté à Sophia-Antipolis, je n’ai jamais eu l’occasion d’acheter de terrain, pourtant j’ai fait de nombreuses démarches auprès de la CASA : infructueuses » (Hasher Bernard, Fibre Optics). Le reste des éléments invoqués pour justifier cette délocalisation / relocalisation dans le département correspondent aux limites récurrentes du technopôle évoquées par ailleurs (Grondeau, 2007, 2014) – saturation des infrastructures de transport, prix et rareté du foncier – qui seraient dépassées à la suite d’une implantation dans l’Eco Vallée Plaine du Var, tout en conservant à proximité les entreprises avec lesquelles elles sont susceptibles de collaborer.

2. Parcours résidentiels des sophipolitains

34Nous avons ensuite souhaité croiser les résultats précédents avec les parcours résidentiels de la population active du technopôle. Pour cela, nous avons mené une enquête en 2013 auprès de 58 cadres (directeurs, chefs de projet, responsables, développeurs…) et ingénieurs sophipolitains afin d’identifier les stratégies de localisation d’une main d’œuvre également volatile.

35Nous avons cherché à établir les conditions d’arrivée de cette force de travail à haute valeur ajoutée sur le technopôle de Sophia-Antipolis en proposant quatre critère d’implantation : l’opportunité professionnelle, la qualité de vie, les raisons personnelles et tout autre type de raisons à préciser (fig. 8).

36Comme on pouvait s’y attendre l’opportunité professionnelle est la première des causes d’implantations des actifs sophipolitains interrogés (33 réponses sur 58). Cette réponse confirme la volatilité importante de la main d’œuvre à haute valeur ajoutée. Celle-ci va d’abord là où elle trouve un emploi et le technopôle est un endroit attractif, en particulier pour les technologies de l’information et des télécommunications. Nous avons laissé la possibilité de répondre plusieurs options afin d’évaluer les combinaisons possibles dans le choix des actifs. Dans ce cas-là, l’association opportunité professionnelle-qualité de vie est prépondérante. Le cadre de vie en lui-même reste important avec 9 actifs sur 58 qui l’ont cité en raison principale de leur arrivée à Sophia-Antipolis ce qui vient renforcer l’idée de forte attractivité territoriale du technopôle.

37Dans un second temps, nous avons questionné les actifs sophipolitains concernant leur avenir professionnel et résidentiel. Près des deux tiers des actifs sondés (63 %) affirment vouloir demeurer à Sophia-Antipolis contre 14% qui souhaitent partir, le reste des interviewés ne sachant pas encore ce qu’il en est de leur avenir. Les raisons de cet attachement au territoire sont multiples et nous avons tenté de les identifier en nous intéressant aux conditions d’intégration et d’implication des actifs interrogés quant à « l’animation » locale du territoire.

38Une première piste a été de les questionner au sujet de leur appartenance au milieu associatif local. Elle est relativement faible puisque moins d’un quart des sondés expliquent être membre d’une association locale qu’elles soient culturelles, sportives ou autres.

39Une seconde piste a été de leur demander s’ils entretenaient des relations hors-marché et hors-entreprises avec d’autres cadres et ingénieurs du technopôle. Plus de la moitié (31 sur 58) entretiennent ce type de liens non-professionnels et participent donc à la création de liens relationnels amicaux et à la circulation d’informations si importante dans la recherche de la fertilisation croisée.

Fig. 8 – Logiques de localisation des actifs à Sophia-Antipolis

Fig. 8 – Logiques de localisation des actifs à Sophia-Antipolis

Les causes de la localisation des actifs à Sophia-Antipolis :

A Opportunité professionnelle

B Cadre de vie et cadre environnemental

C Raisons personnelles

D Autres

X Ne souhaite pas répondre

Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.

40Une troisième piste d’interrogations s’est focalisée sur la localisation des pratiques de loisirs et des sorties des actifs interrogés (fig. 9). Une nette majorité répond les réaliser sur le territoire de la communauté d’agglomération de Sophia-Antipolis qui a la charge du technopôle depuis les lois d’intercommunalité, dites Chevènement, de 1999. Les sondés ajoutent pratiquer ces activités à un rythme soutenu d’au moins une sortie-loisir hebdomadaire. Cela nous a amenés à interroger la satisfaction des actifs sophipolitains quant à cette offre locale de loisirs et de possibilités de sorties.

Fig. 9 – « Localisation » privilégiée de la pratique de loisirs, activités et sorties des individus

Fig. 9 – « Localisation » privilégiée de la pratique de loisirs, activités et sorties des individus

Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.

41Quand on interroge les sondés au sujet des infrastructures et des aménagements de type récréatif, ils semblent satisfaits de leurs pratiques, en particulier en ce qui concerne les activités sportives, un des points fort de Sophia-Antipolis qui possède de nombreux terrains de sports (tennis, golf, football, piscines) [fig. 10]. L’offre culturelle est également plutôt bien ressentie par les actifs sondés qui s’avèrent plus réservés concernant les lieux de sorties (cafés, restaurants, pubs). De nombreux retours font état du manque de lieux de convivialité et festifs à destination de la force de ­travail technopolitaine.

42Pour finir, nous avons interrogé sous forme de questions ouvertes les actifs sophipolitains concernant les points forts et les points faibles territoriaux du technopôle. L’aspect qui revient le plus souvent est la qualité du cadre de vie, très loin devant le contenu économique des activités de la zone, les activités culturelles, l’efficacité des transports et la proximité des transports. Ces résultats viennent confirmer le positionnement des dirigeants d’entreprises interrogés précédemment concernant les avantages comparatifs du technopôle (cadre de vie) et ses principales carences (transports…) [tableau 3].

Fig. 10 – Satisfaction des actifs technopolitains vis-à-vis des infrastructures et aménagements de type récréatif

Fig. 10 – Satisfaction des actifs technopolitains vis-à-vis des infrastructures et aménagements de type récréatif

Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.

Tableau 3 – Atouts territoriaux du technopôle

Points positifs

Nombre de fois mentionnés

Activité économique dédiée à la haute technologie

16

Cadre de vie et cadre environnemental

37

Efficacité des transports : horaires et multi modalité

4

Proximité des commerces et des services

2

Activité culturelle

1

NSP

2

Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.

43Les logiques de territorialisation des entreprises de haute technologie et de leur force de travail nous renseignent sur la capacité de rétention du technopôle. La qualité du cadre de vie, sa renommée internationale sont des facteurs essentiels de son attractivité et de la localisation d’établissements spécialisés dans le secteur. Ces mêmes arguments sont déterminants pour la force de travail qui loue un territoire et ses avantages. L’apparition d’une nouvelle offre technopolitaine à proximité (l’Éco Vallée Plaine du Var à Nice) redistribue néanmoins les cartes, suite à la crise de 2008, un nombre non négligeable d’entreprises se déclarant favorables à une délocalisation-relocalisation au sein du voisin niçois. Cette situation, conjuguée aux limites de l’organisation spatiale du technopôle (congestion des infrastructures de transport et inflation de l’immobilier résidentiel et de bureaux) et à la nouvelle politique publique de métropole French Tech laissent à penser qu’une nouvelle échelle technopolitaine pourrait s’avérer plus pertinente, tant au niveau de la concurrence internationale et de l’attractivité du territoire qu’au niveau du fonctionnement local et de sa capacité à faire émerger des innovations.

IV – Le label Métropole French Tech pour une intégration métropolitaine d’un territoire technopolitain en difficulté

44C’est dans un contexte de banalisation technopolitaine et d’une situation post-crise inédite impliquant une forte recherche d’ancrage territorial pour ses entreprises que le label national Métropole French Tech s’est imposé en juin 2015 à Sophia-Antipolis et plus largement dans la métropole azuréenne. Initié par le gouvernement qui cherchaient à dynamiser les activités des industries du numérique, l’État français a lancé un appel à projet en 2013 autour des quartiers numériques afin de développer l’image des territoires spécialisés dans les nouvelles technologies de l’information et des télécommunications, de valoriser à l’international les acteurs économiques français du secteur, et d’encourager les start-up, les TPE et les PME à travailler en réseau. L’ensemble de ces objectifs visaient ainsi à ancrer durablement sur les territoires des activités présentées comme très mobiles. L’opération « quartiers numériques » a ensuite été renommée métropole French Tech afin d’obtenir une meilleure visibilité à l’international et de permettre d’englober une filière qui se développe localement plus à une échelle métropolitaine qu’à celle d’un seul quartier.

  • 3   Pour établir ces cartographies, nous avons établi, à partir de de la nomenclature française des a (...)

45Sophia-Antipolis et ses activités numériques se retrouvent ainsi de facto intégrées à un projet de territoire plus large que la seule intercommunalité gérant le technopôle, puisque les intercommunalités Nice Côte d’Azur, le pays de Grasse et le pays de Lérins sont intégrés à la zone labellisée French Tech Côte d’Azur. La définition du périmètre a été conçue afin de dépasser des concurrences locales souvent destructrices de compétitivité. Nous avons réalisé (fig. 11 et 12) deux cartographies de la localisation des activités et des établissements numériques dans les Alpes-Maritimes 3 afin de mesurer la pertinence de ce changement d’échelles dans la définition des politiques publiques en matière de développement économique.

46Le choix du périmètre labellisé apparaît comme ­légitime. La métropole French Tech Côte d’Azur intègre la ­quasi-totalité des activités numériques du département. 94 % des établissements et 98,7 % des emplois du secteur du numérique des Alpes Maritimes y sont localisées permettant ainsi une meilleure appréhension des dynamiques de localisation, de développement et de fonctionnement en réseaux de la filière et une meilleure capacité de définition des stratégies territoriales économiques publiques.

47À l’intérieur de l’échelle métropolitaine, l’organisation spatiale est claire. Au nord, les intercommunalités de l’arrière-pays niçois concentrent peu d’établissements et d’emplois du numérique : la communauté d’agglomération des Pays du Lérins (Cannes) regroupe 16 % des emplois (4224) et 12 % des établissements (168), et la ­communauté d’agglomération du Pays de Grasse (Grasse), en possède encore moins : 1,4 % des emplois (352) et 4,5 % des établissements (65). Ces chiffres confirment la localisation préférentielle des activités du secteur du numérique dans des zones métropolitaines denses ou à forte aménités comme c’est le cas sur le littoral azuréen, qui concentre la grande majorité des établissements et des emplois du secteur.

48On y recense ainsi deux pôles de concentration des activités du numériques les plus importants. Le premier correspond à la CASA qui abrite le technopôle spécialisé dans les TIC et concentre à lui seul 59 % des emplois (15490) et 39 % des établissements (502) numériques métropolitains, confirmant ainsi le poids du technopôle dans les Alpes-Maritimes et la nécessité d’encourager son développement. Il apparaît nettement qu’aucune politique publique visant à encourager le secteur ne peut occulter la CASA et ses acteurs économiques qui apprécient les particularismes du technopôle sophipolitain. Dans le même temps, les stratégies des pouvoirs publics ne peuvent ignorer la réalité d’une organisation départementale bipolaire du secteur du numérique.

Fig. 11 – Localisation des emplois numériques dans les Alpes-Maritimes en 2012

Fig. 11 – Localisation des emplois numériques dans les Alpes-Maritimes en 2012

Source : ACOSS, IGN GEOFLA.

49Le second pôle majeur de concentration des activités et des emplois de la filière azuréenne du numérique est la communauté urbaine de Nice Côte d’Azur (NCA) qui concentre 22 % des emplois (5748) et 39 % des établissements (565) métropolitains. Cette polarisation au sein de la métropole niçoise confirme l’importance de l’OIN Eco Vallée Plaine du Var développée par la ville de Nice depuis 2005 notamment autour des activités du numérique avec la création d’un technopôle urbain Nice Méridia qui par son originalité (les technopôles se situent en général en zone péri-urbaine à la périphérie métropolitaine) et la qualité de ses aménités urbaines, semble posséder un fort pouvoir d’attraction. IBM s’y est ainsi relocalisée après avoir quitté la commune de La Gaude, où la multinationale américaine s’était implantée à la suite d’une première fermeture de l’établissement situé à Sophia Antipolis.

Fig. 12 – Implantation des établissements ­numériques dans les Alpes-Maritimes en 2012

Fig. 12 – Implantation des établissements ­numériques dans les Alpes-Maritimes en 2012

Source : ACOSS, IGN GEOFLA.

50Cette délocalisation/relocalisation au sein du même département, a fortiori de la même métropole, est une bonne illustration des antagonismes existant depuis une quarantaine d’années entre les gestionnaires de Sophia-Antipolis, qui ont su développer leurs atouts territoriaux et attirer les géants de la haute technologie et des NTIC, et leurs voisins niçois qui ont toujours regardé avec un intérêt manifeste le succès de la CASA. La création d’une OIN niçoise en 2005, à l’époque où le maire de Nice, Christian Estrosi, est également ministre délégué de l’Aménagement du territoire du gouvernement Villepin (2005-2007), autour d’un projet basé sur l’accueil d’activités innovantes – alors même que Sophia-Antipolis s’est développé grâce à son statut d’OIN et autour du même type d’activités – avaient exacerbé les tensions entre les deux intercommunalités qui pouvaient avoir l’impression de se retrouver concurrentes bien que distantes d’une trentaine de kilomètres. Le label métropole French Tech a donc eu le mérite de permettre aux acteurs économiques du numérique de dépasser des antagonismes politiques locaux récurrents (la CASA a refusé d’être intégrée à l’intercommunalité NCA malgré une continuité métropolitaine évidente). Il fallait « diminuer les tensions politiques en associant les territoires » explique Christophe Imbert de la société Milanamos implantée à Sophia-Antipolis et « diminuer le clivage Nice/Sophia-Antipolis » (Véronique Bouron, M-planet). Ce premier pas important n’est pourtant pas la seule attente des acteurs du numérique quant à la mise en place du label French Tech.

  • 4   Pour cette enquête, nous avons procédé à une analyse de contenu des entretiens de type thématique (...)

51Un des enjeux principaux du label métropole French Tech Côte d’Azur a été de mobiliser les entreprises métropolitaines du secteur du numérique afin de leur permettre de dynamiser leurs activités au sein d’une opération nationale fédératrice. Le contexte post crise économique et la situation d’antagonismes intercommunaux locaux ont conduit un nombre important d’établissements sophipolitains et azuréens à rejoindre le projet. Nous avons souhaité évaluer et analyser leurs attentes quant à leur adhésion au label métropole French Tech, afin de pouvoir éclairer nos réflexions sur leurs motivations et leurs attentes vis-à-vis de cette nouvelle politique mise en place et vis-à-vis de la situation locale telles qu’ils l’envisagent et la ressentent. Pour cela, nous avons interrogé les responsables de 46 établissements concernés par le label et tenté d’identifier les attentes, et les limites du projet afin de voir en quoi il pouvait nous éclairer sur l’analyse du système productif sophipolitain 4.

52Comme pour les acteurs strictement sophipolitains étudiés précédemment, les établissements du numérique des Alpes-Maritimes soulignent la nécessité d’encourager leur mise en réseaux malgré l’existence de nombreux organismes sensés joués ce rôle (association d’acteurs de secteur industriel précis, comme Riviera Cube ; organisation professionnelles, type Club Business 06 ; réseaux économiques à l’instar de Côte d’Azur EcoBiz) et la présence de structures comme les pôles de compétitivité. Le label métropole French Tech apparaît ainsi comme une « bonne opportunité afin d’accroître les relations entre acteurs » (Sylvia Seidel, Innovation TIC) et devrait permettre de « résoudre le manque de connaissance des autres acteurs présents sur le territoire » (Sébastien Fraisse, Datacorp). Pour Valéry Bernard (Abylsen), il « faut réfléchir à une charte d’adhésion qui permettrait de mettre en place un réseau soudé » et « mettre en relations des start-up, ce que les pôles de compétitivité ne font pas » (Guerric Faure, Whoog). Ainsi, « L’écosystème territorial est important, il s’agit de le fédérer » (Véronique Bouron, M-planet) là où le département des Alpes-Maritimes et « le territoire de Sophia Antipolis manquent de collaborations entre ses acteurs » (Fabrice Moizan, Nvidia).

53L’image de marque du territoire et son rayonnement à l’international sont le second objectif cité le plus dans nos entretiens. Pour les acteurs sophipolitains interrogés, il s’agit de redonner au technopôle l’aura qu’il a quelque peu perdu ces dernières années. Il faut travailler au « retour de la notoriété de Sophia Antipolis, regagner sa place » (Philippe Delearde, Inno TSD) et « montrer que Sophia Antipolis est une vraie technopole » (Ghita Benkirane, Art & Management). Cette recherche de visibilité est également prépondérante pour les établissements du numérique métropolitain pointant des carences locales mais également nationales. Il faut « mettre en avant nos excellentes compétences françaises du domaine » (Ange Aznar, Riviera Waves), faire connaître nos « compétences pointues sur le territoire que beaucoup ignorent, il s’agit de les mettre en avant, de créer un effet vitrine » (Pierre Marie Sarant, Cynsis) pour « convaincre les investisseurs que la France est un pays d’innovation, de création d’entreprises et de valeur » (Christian Livadiotti, Wildmoka).

54Cette valorisation ne peut avoir lieu sans la prise de conscience que l’aide aux start-up est fondamentale. L’« entrée par la start-up [est] intéressante, ce que ne font pas les pôles de compétitivité » (Antoine Perry, Seasatcom). Cette critique récurrente au sujet des pôles de compétitivité illustre la mainmise des grandes entreprises industrielles sur les financements découlant des pôles de compétitivité grâce aux moyens humains dont elles disposent (Melle, 2011). On doit « simplifier la vie des entreprises pour qu’elles se concentrent sur leur croissance » (Antoine Perry, Seasatcom) et « accompagner les start-up pour leur visibilité et leur business » (Christophe Parmentier, Avisto).

55Nous avons évoqué plus haut les attentes importantes en matière d’impulsion d’une véritable dynamique collective métropolitaine. La mise en place de celle-ci est fondamentale tout comme l’aspect effectif et concret de l’opération de labellisation, une des principales attentes des entrepreneurs sondés mais également une de leurs principales craintes.

56Les entretiens avec 46 établissements adhérents au label métropole French Tech Côte d’Azur ont également permis de faire apparaître le ressenti des entrepreneurs vis-à-vis d’une énième politique publique visant à encourager les entreprises du numériques. Le label a d’abord été perçu comme un moyen de dépasser un certain nombre de carences locales sans pour autant être envisagé comme la solution miracle à tous les problèmes des établissements. Un certain nombre de limites est ainsi apparu au fil des entretiens.

57Le premier des éléments problématiques apparus avec la mise en place du label est sa réalité et son opérationnalité administrative effectives. « Si c’est un échelon (administratif) supplémentaire seulement, il ne sert à rien » explique Pierre Maris Sarant de la société Cynsis, ce que confirme Stéfane Maynard (Benomad) en regrettant l’institutionnalisation d’« une strate (territoriale) de plus : pôles de compétitivité, chambres de commerce et d’industrie (CCI), Agence nationale de la recherche (ANR), réseau entreprendre… ». La crainte de la densification du millefeuille administratif français est manifeste : « Si ce label est aussi lourd que celui des pôles de compétitivité et avec aussi peu de retombées, ça ne sert à rien » (Alain André, Cicom). Elle ajoute au caractère opaque des politiques françaises actuelles favorisant l’innovation. C’est encore un « niveau supplémentaire, [il y a] trop d’acteurs et on ne sait plus qui fait quoi. Cela manque de clarté » (Edgardo da Fonseca, Vaelsys).

58Beaucoup d’entrepreneurs sont également dubitatifs quant au caractère effectif de cette nouvelle politique publique et de ses retombées sur leur quotidien. Le projet métropole French Tech Côte d’Azur « manque de concrétisation » selon Ange Aznar de l’entreprise Riviera Waves. Il « ressemble plus à un brassage d’air qu’autre chose » (Cyril Hullin, Mobiquithings) et apparaît à certain comme un « projet marketing, ([à partir duquel on] ne voit pas ce que ça va changer » (Valéry Bernard, Abylsen). Benoît Lamouche et Philippe Aigouy, (VSP/DK motion) résument bien le sentiment général en expliquant qu’« il faut y être mais on ne sait pas ce que ça va donner ».

59Le scepticisme est le même quant au management de l’opération et à sa capacité à faire émerger des coopérations au-delà des concurrences entre établissements. Ce sont « toujours les mêmes qui interviennent » explique Georges Gallais (Vulog) et il y a « trop d’intérêts personnels » (Ghita Benkirane, Art & Management) pour faire fonctionner équitablement le label. D’autres entrepreneurs regrettent qu’il n’y ait pas « pas d’écosystème structuré dans la région » (Julien Bonnel, Laser Symag) doutant de son émergence grâce à la seule volonté des pouvoirs publics. Ces doutes plombent quelque peu le climat de confiance sensées favoriser les partenariats entre acteurs et le fonctionnement en réseau de la filière du numérique et ce d’autant plus que les entrepreneurs, en particulier les dirigeants de start-up sont très occupés. « Les priorités des start-up se font au jour le jour » explique Jean Philippe Pons (Acute 3D) pour justifier son emploi du temps surchargés à l’instar d’Antoine Perry (Seasatcom) qui « manque de temps à investir dans le projet ».

60Le label métropole French Tech est arrivé en 2013 à un moment où les dynamiques technopolitaines de Sophia-Antipolis étaient en berne. Il a permis de relancer le volontarisme local autour des activités numériques (le cœur d’activité sophipolitain) et de la définition d’un nouveau périmètre plus pertinent pour envisager la mise en place de stratégies communes de valorisation de l’image du territoire et de son potentiel économique. Les attentes des entreprises du secteur, en particulier sophipolitaines, au sujet de cette nouvelle politique publique sont importantes mais celle-ci sera véritablement déterminante si elle parvient à accélérer et optimiser la construction d’un fonctionnement en réseaux des acteurs de la filière tout en lui redonnant son originalité technologique et en préservant la qualité du cadre de vie local.

Conclusion

61L’expérience de Sophia-Antipolis illustre de manière ­intéressante les liens existants entre un système productif dédié à l’innovation mis en place et encouragé par les pouvoirs publics et le territoire qui a été aménagé pour le dynamiser. L’objectif technopolitain souhaité par les collectivités et par l’État consistait à l’installation d’une proximité spatiale et à sa traduction en proximité organisationnelle par l’encouragement et l’animation du cluster centré autour des NTIC. La création d’une matérialité urbaine n’engendre pourtant pas automatiquement les liens entre les acteurs et les contacts nécessaires à l’émulation technologique. Sa qualité, en revanche, est un facteur déterminant dans la concurrence que se livrent les territoires, car elle peut leur donner une forte capacité de rétention de la force de travail technopolitaine si ce n’est des entreprises de haute technologie. Tout au long de son développement, et des crises rencontrées, Sophia-Antipolis en a été un parfait exemple.

62La crise de 2008 marque un tournant dans l’histoire du technopôle et il est intéressant de noter que si les faiblesses des réseaux d’acteurs de la haute technologie demeurent, la qualité du cadre de vie sophipolitain s’est « banalisée » (elle reste importante mais elle ne peut plus faire valoir son « unicité ») pour ne plus permettre seule de résister aux aléas économiques internationaux. Dans ce contexte, le changement d’échelle technopolitaine en faveur de la métropole apparaît comme inévitable et bienvenue afin d’intégrer un maximum d’acteurs d’une même filière, de faciliter leur fonctionnement en réseau et de mutualiser les coûts inhérents à l’amélioration du cadre de vie et à sa promotion. Le label métropole French Tech apparaît, de ce point de vue, comme un premier pas important pour le technopôle de Sophia-Antipolis, la communauté d’agglomération qui le gère et la métropole niçoise voisine.

Haut de page

Bibliographie

Becattini G., « Sectors or Districts: Some Remarks on the Conceptual Foundation of Industrial Economies », dans Goodman E., Bamford J., Small firms and industrial districts, Routledge, 1989.

Bellet M., Colletis G., Lung Y., « Introduction », Revue d’économie régionale et urbaine, vol. III, 1993, p. 357-361.

Benko G., Géographie des technopôles, Masson, 1991.

Benko G., Lipietz A. (dir.), Les régions qui gagnent. Districts et réseaux. Les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Presses universitaires de France, 1992.

Burgel G., Grondeau A., Géographie urbaine, Hachette Supérieur, 2015.

CASA, Schéma de développement économique de la CASA, Communauté d’agglomération Sophia-Antipolis, 2014.

Cooke P, « From Technopoles to Regional Innovation Systems: The Evolution of Localised Technology Development Policy », Canadian Journal of Regional Science, no 24, 2001, p. 21-40.

Bernasconi M., Dibiaggio L., Ferrarry M., « Silicon Valley et Sophia Antipolis : les enseignements d’une étude comparative de clusters de hautes ­technologies », dans Rousseau M., Management local et réseaux d’entreprises, 2004, p. 63-90.

Dibiaggio L., Ferrarry M., « Communautés de pratique et réseaux sociaux dans la dynamique de fonctionnement des districts industriels. Une étude comparative entre la Silicon Valley et Sophia Antipolis », Revue d’économie industrielle, 2005, p. 111-130.

Fache J. (dir.), « Technopôles : un concept dépassé ? », Norois, no 200, 2006.

Florida R., The Rise of the Creative Class, Basic Books, 2002.

Gilly J.P., Torre A., Dynamique de Proximité, L’Harmattan, 2000.

Grondeau A., « Technopôles et technopolisation, acteurs technopolitains : le cas pratique de Sophia-Antipolis », dans Fache J., Baudelle G., Mutations des systèmes productifs en France, Presses universitaires de Rennes, 2015.

Grondeau A., Simon E., Sophia-Antipolis face à la crise, Telemme/CASA, 2014.

Grondeau A., « Technopôle et gouvernance publique : le cas de Sophia-Antipolis », Norois, no 200, 2007a, p. 39-50.

Grondeau A., « Formation and Emergence of ICT Clusters in India: the Case of Bangalore and Hyderabad », GeoJournal, vol. 68, 2007b, p. 31-40.

IASP, « When Were Science Parks Created », 2002, [en ligne], URL : http://www.iasp.ws/information/statistics.php?ce=, consulté en novembre 2010.

Longhi C., Queré M., « The Sophia-Antipolis Project or the Uncertain Creation of an Innovative Milieu », dans Camagni R., Maillat D., Matteaccioli A., Perrin J.C., The Dynamics of innovative Regions, GREMI, no 4, 1997, p. 218-236.

Longhi C., Queré M., « Systèmes de production et d’innovation et dynamique des territoires », Revue économique, no 44, 1993, p. 713-724.

Negura L, « L’analyse de contenu dans l’étude des représentations sociales », SociologieS, [en ligne], mis en ligne le 22 octobre 2006, consulté le 28 septembre 2014, URL : http://sociologies.revues.org/993.

Melle D., Incitations et mise en réseau des entreprises : le cas de la filière de l’industrie nautique en Bretagne, thèse, t. I, université de Bretagne occidentale, 2011.

Pecqueur B., Rousier N., « Les districts technologiques, un nouveau concept pour l’étude des relations technologies – territoires », Revue canadienne des sciences régionales, t. XV, no 3, 1991, p. 437-455.

Porter M., « Clusters and the New Economics of Competition », Harvard Business Review, 1998, p. 77-90.

Perrin J. C., « Innovation et région en développement : trois zones de la région PACA », dans Maillat D., Perrin J. C., Entreprises innovatrices et développement territorial, GREMI, 1992, p. 65-96.

Perrin J. C., « Le phénomène Sophia-Antipolis dans son environnement régional », dans Aydalot P., Milieux innovateurs en Europe, GREMI, 1986a, p. 283-302.

Perrin J. C., « Les PME de haute technologie à Valbonne Sophia-Antipolis. Contribution à une analyse inter-territoriale de la relation entreprise-environnement », Revue d’économie régiobale urbaine, no 5, 1986b, p. 629-643.

Queré M., « Territoire et gouvernance locale : le cas de Sophia-Antipolis », Géographie, économie, société, vol. IV, no 2, 2002, p. 225-246.

Queré M., Coutures L., The Evolution of the Sophia-Antipolis Park: Towards a Technopolis-type of Economic Development?, Workshop, Jena, 2002.

Saxenian A., « Regional Advantage, Culture and Competition, California, Berkeley, Université de Californie », dans Silicon Valley and Route 128, Harvard University Press, 1994.

Schumpeter J., Capitalisme, socialisme et démocratie, trad. Fain G., coll. « Petite bibliothèque Payot », 1942 (2e éd., 1946).

Thietard R.-A., Méthodes de recherche en management, Dunod, 2014.

Torre A., Rallet A., Quelles proximités pour innover ?, L’Harmattan, 2006a.

Haut de page

Notes

1   Les trois enquêtes qui suivent ont été réalisées en ­collaboration avec les services de la CASA, Christophe Jartoux, Yves Garnier et Emmanuelle Simon dans le cadre du contrat de recherche « Sophia-Antipolis face à la crise » dirigé par Alexandre Grondeau et passé entre le laboratoire Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée (Telemme) et la communauté d’agglomération de Sophia-Antipolis. Les résultats de ces travaux ont été rendus à la collectivité fin 2014.

2   28 des 35 entreprises interrogées ont accepté de répondre à ce questionnement.

3   Pour établir ces cartographies, nous avons établi, à partir de de la nomenclature française des activités et d’une très large bibliographie nationale et internationale, une liste des activités aux codes NAF considérés comme « numériques ». Nous avons abouti à une liste d’activités composée de 36 codes NAF. Nous avons ensuite constitué notre base de données à partir du site de l’Acoss, caisse nationale du réseau des Urssaf, unique observatoire économique (depuis la fermeture d’Unistatis, données de Pôle emploi) à fournir des données de 2008 à 2012 sur le nombre d’établissements et le nombre d’emplois en France, par commune et par codes NAF. Nous avons ensuite complété ses statistiques en collaboration avec les services techniques de la CASA pour la constitution d’une base de données à partir de la base Diane, afin d’avoir une visibilité sur la situation financière des entreprises (chiffre d’affaires, marché, capital social, effectif salariés, actionnariat…). L’ensemble de ces travaux ont été réalisés avec le laboratoire Telemme, les services techniques de la CASA, Christophe Jartoux, Yves Garnier et Coralie Cogoluagnes.

4   Pour cette enquête, nous avons procédé à une analyse de contenu des entretiens de type thématique permettant de dégager les principales idées émises par les interviewés en fonction de principes méthodologiques clairement posés : fréquences d’apparition de certaines expressions et unités sémantiques, catégorisation de ces expressions puis analyse des expressions (Thietart, 2007 ; Negura, 2006).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Du technopôle de Sophia-Antipolis à la CASA
Crédits Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014 ; IGN GEOFLA.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 2 – Emploi high tech « sophipolitain »
Crédits Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2336/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 3 – Nombre d’établissements high tech « sophipolitains »
Crédits Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2336/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 3 – Nombre d’établissements high tech « sophipolitains »
Crédits Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2336/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 5 – Échelle prédominante des relations interentreprises pour les entreprises
Crédits Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2336/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 6 – Facteurs de localisation des entreprises de haute technologie à Sophia-Antipolis
Crédits Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2336/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 7 – Choix prospectif de la localisation future des entreprises envisageant de quitter le technopôle
Crédits Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2336/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 8 – Logiques de localisation des actifs à Sophia-Antipolis
Légende Les causes de la localisation des actifs à Sophia-Antipolis :
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2336/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 9 – « Localisation » privilégiée de la pratique de loisirs, activités et sorties des individus
Crédits Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2336/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 10 – Satisfaction des actifs technopolitains vis-à-vis des infrastructures et aménagements de type récréatif
Crédits Source : A. Grondeau, E. Simon, 2014.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2336/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 11 – Localisation des emplois numériques dans les Alpes-Maritimes en 2012
Crédits Source : ACOSS, IGN GEOFLA.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2336/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 12 – Implantation des établissements ­numériques dans les Alpes-Maritimes en 2012
Crédits Source : ACOSS, IGN GEOFLA.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2336/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Grondeau, « Sophia-Antipolis entre crises et résilience : un système productif dédié à l’innovation et son territoire à l’épreuve du temps », Sud-Ouest européen, 41-42 | 2016, 49-65.

Référence électronique

Alexandre Grondeau, « Sophia-Antipolis entre crises et résilience : un système productif dédié à l’innovation et son territoire à l’épreuve du temps », Sud-Ouest européen [En ligne], 41-42 | 2016, mis en ligne le 26 janvier 2018, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/2336 ; DOI : 10.4000/soe.2336

Haut de page

Auteur

Alexandre Grondeau

Maître de conférences, Aix-Marseille université, alexandre.grondeau@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals