Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41-42Des start-up dans des villes moye...

Des start-up dans des villes moyennes ? Les dynamiques relationnelles de la transition socio-économique d’un territoire non métropolitain (Albi – Tarn)

Start-ups” in medium-sized cities? The relational dynamics of a socio-economic transition of a non-metropolitan area (Albi – Tarn)
¿« Startups » en las ciudades medianas? Las dinámicas relacionales de la transición socioeconómica de un territorio no metropolitano (Albi – Tarn)
Josselin Tallec
p. 67-82

Résumés

Dans le concert de la mondialisation et de son corollaire territorial, la métropolisation, de nombreux travaux interpellent l’utilité socio-économique des villes moyennes. Par la reconstitution de la trajectoire industrielle de l’agglomération d’Albi, nous mettons en perspective l’articulation de la base productive de ce territoire à des chaînages productifs multi-situés. Ainsi, nous observons la participation d’entreprises innovantes à des secteurs d’activités relevant du champ de l’« économie verte » illustrant des formes territorialisées de transition socio-économique. Les interactions et relations sociales jouent un rôle structurant dans l’émergence de ces start-up.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  La signification de l’ensemble des sigles et acronymes mobilisés dans le corps de l’article est di (...)

1Les années 2000 ont suscité plusieurs débats sur les conditions d’un renouveau industriel imposé par une mondialisation accusée de promouvoir de nouvelles formes de concurrence, notamment par le coût, des économies nationales entre elles (Bouba-Olga, 2006 ; DATAR, 2004). C’est ainsi que le spectre d’une nouvelle séquence de désindustrialisation s’est fait jour, crainte succédant à la crise du système fordiste de production qui éprouve toujours les horizons économiques de bon nombre de territoires (Charbonneau et al., 2003 ; Connolly, 2010). L’accompagnement institutionnel de ces recompositions a ainsi réintroduit la promotion de l’innovation, ici entendue sous l’angle de la création de nouveaux produits et services issus de collaborations entre le monde scientifique et industriel 1.

  • 2  Une ressource pour constituer un élément matériel (par exemple, une machine) ou immatériel (par ex (...)
  • 3  La définition des secteurs d’activités considérés comme « innovants » s’appuie généralement sur de (...)

2Cette valorisation de résultats issus de l’activité ­scientifique peut alors être assimilée à une ressource 2 (Gumuchian, Pecqueur, 2007), ici immatérielle, mobilisée par l’entreprise dans ses stratégies de développement. L’encouragement de cette transition qualitative des systèmes productifs repose ainsi sur des modèles de dynamiques industrielles organisés autour de secteurs d’activités définis comme innovants, c’est-à-dire intensifs en recherche et développement (R&D 3) et notamment structurés par des collaborations science – industrie. Ce sont donc les effets de déversement de l’activité scientifique sur le monde productif qui suscitent l’attention. On pense ainsi plus particulièrement à la question des starts-up et autres entreprises essaimées de laboratoires académiques. Nous pouvons également y retrouver la promotion institutionnelle des clusters et autres grappes d’entreprises que cherche à stimuler la création de modèles technopolitains de développement articulant de nouvelles demandes sociales et formes de production par la mobilisation de savoirs académiques comme, par exemple, la Silicon Valley (Saxenian, 1994). Bien entendu, des systèmes nationaux d’innovation (Lundvall, 2007) au modèle de la triple hélice (Leydesdorff, Etzkowitz, 1996 ; Shinn, 2002), ce sont différentes dynamiques collaboratives qui organisent l’activité productive des territoires (par exemple, les relations donneur d’ordres – sous-traitant). L’idée d’un modèle technopolitain de développement industriel repose donc sur la stimulation locale de liens et de relations orchestrés autour d’un appariement automatique d’intérêts entre l’industrie et la recherche. La question des échelles socio-spatiales des modes et mécanismes de coordination peut ainsi être portée au débat.

3Si cette même mise en relation peut relever d’incitations suscitées par des dispositifs publics (par exemple, les crédits impôt-recherche), les processus de création d’entreprises innovantes ou de collaborations recherche – industrie soulignent le rôle des relations sociales, notamment interpersonnelles, dans le couplage de ces deux sphères d’activités (Grossetti, Barthe, 2008). Ce tournant « relationnel » de l’appréhension de l’innovation (Fløysand, Jakobsen, 2010), notamment abordé par de nombreux travaux sur les dynamiques de proximité (Bouba-Olga, Grossetti, 2008 ; Boschma, 2004), impose de revenir sur l’identification des échelles socio-spatiales et des canaux de diffusion des ressources qui sous-tendent leur émergence.

  • 4  La notion de villes petites et moyennes fait l’objet de nombreuses discussions oscillant entre des (...)

4À l’échelle du système urbain hexagonal et depuis la fin des années 1980, l’idée d’un basculement métropolitain de l’activité productive structure l’essentiel de la littérature scientifique (Veltz, 2002). Face à des villes petites et moyennes 4 soutenues par un ou deux secteurs organisant l’essentiel de l’activité locale, l’institutionnalisation de cette logique crée une représentation d’un territoire à plusieurs vitesses où le soutien aux grandes villes et métropoles entraînerait un développement automatique de l’ensemble des territoires autour d’une combinaison de dynamiques productives et résidentielles (Davezies, Talandier, 2014 ; Halbert, 2010). La promotion des pôles de compétitivité a ainsi constitué la réponse institutionnelle à cette représentation traduite dans une politique industrielle et d’aménagement (Duranton et al., 2008).

  • 5  Chef-lieu du département du Tarn, l’agglomération d’Albi constitue l’archétype de la ville moyenne (...)
  • 6  La notion d’« économie verte » ou green tech implique plusieurs secteurs d’activités entraînant un (...)

5C’est alors à l’échelle d’un territoire non ­métropolitain que nous proposons d’interpeller ce fonctionnement de l’activité productive. En mobilisant une approche socio-économique de l’étude de ces villes (Demazière, Carrier, 2012), l’agglomération d’Albi 5 constituera le terrain de ce questionnement. En effet, dans ce contexte vraisemblablement peu propice à l’émergence de nouvelles formes d’activités exportatrices et innovantes, la création d’entreprises mobilisant des résultats issus d’une activité scientifique promue par l’École des mines d’Albi-Carmaux nous renseigne sur une bifurcation qualitative de l’industrie locale dans différents secteurs dont celui de l’économie verte 6 (Depret, Hamdouch, 2015 ; Lascoumes, 2012). Ce constat interpelle trois éléments de débat.

6Dans un premier temps, celui des contextes d’émergence de spécialités scientifiques qui progressivement se lient à une demande sociale industrielle. En l’occurrence, ce sont des champs de recherche organisés autour du génie de l’environnement, de l’énergie et de différents secteurs d’activités que nous interpellons (par exemple, le bâtiment). Dans un second temps, nous effectuons un retour sur les processus de création de ces activités et de la structuration de leurs marchés. Ces analyses témoignent de l’inclusion de ces entreprises dans des systèmes et chaînages productifs non exclusivement locaux.

7Dans un troisième temps, c’est la question de l’institutionnalisation progressive de ces compétences dans des projets de territoires faisant écho à une « transition énergétique » que nous mettons en perspective. Ces processus illustrent la genèse d’écosystèmes industriels organisés autour de nouvelles demandes et innovations sociales (Torre, Zimmermann, 2015). De manière plus générale, cette étude de cas nous permet d’interpeller les dimensions et formes spatiales de la création de ressources (Storper, Walker, 1989), de nouveaux secteurs d’activités (Granovetter, McGuire, 1998), du rapport entretenu entre les villes et l’innovation (Shearmur, 2012), et de l’inscription des territoires non métropolitains dans la mondialisation des systèmes productifs.

I – La trajectoire industrielle d’une ville moyenne et l’émergence d’une activité scientifique

  • 7  Conçu au début des années 1990 par le gouvernement et le ministère de l’Enseignement supérieur et (...)

8Depuis le début des années 1990, la ville moyenne d’Albi constitue un centre secondaire de la carte scientifique hexagonale. L’implantation d’une école d’ingénieur généraliste en 1992 (l’École des mines d’Albi-Carmaux) et la création la même année d’une antenne universitaire 7 dote l’agglomération de fonctions faisant défaut à plusieurs villes de cette strate urbaine. Si l’idée de démocratiser l’accès à l’enseignement supérieur et de désengorger les principaux centres académiques (Losego, Grossetti, 2003) a longtemps prévalu, l’arrivée d’une école d’ingénieurs sous tutelle du ministère de l’Industrie impulse la création de structures de recherche et d’enseignements devant soutenir le développement industriel local face à un territoire en reconversion.

1. De la spécialisation à la diversification : la trajectoire de l’activité productive de l’Albigeois

9Si la base productive de l’agglomération albigeoise est désormais diversifiée, ce territoire s’est un temps trouvé dépendant d’une activité d’extraction houillère sous giron étatique. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ce sont quelque 7 000 mineurs qui travaillent au sein des exploitations du bassin d’Albi-Carmaux gérées par les Charbonnages de France (20 % des emplois). L’entraînement de cette activité sur d’autres secteurs s’organisait autour d’un nombre limité d’unités (les usines du Saut du Tarn, la Verrerie ouvrière d’Albi, la Viscose française avec 460 emplois et les Chaux et ciments du Languedoc avec 195 salariés). Deux fonderies et une usine de construction métallique (80 ouvriers) complétaient l’offre industrielle locale. À l’instar de territoires marqués par une industrialisation liée au contexte de la révolution industrielle, ces secteurs vont rapidement connaître d’importantes restructurations.

10Dès le début des années 1960, les houillères du Midi de la France font face à divers soubresauts (800 mineurs licenciés). La crise de 1974 a alors accentué cette déprise beaucoup plus systémique entraînant à l’échelle locale la disparition de 4 000 emplois. La crise sectorielle du charbon est ainsi secondée d’une crise industrielle plus globale, dans un contexte où les Charbonnages de France n’emploient plus que 3 000 ouvriers en 1984. Cette reconversion s’étale ainsi sur plusieurs décennies et les difficultés amenées un temps comme conjoncturelles deviennent structurelles.

11L’État, principal acteur industriel du territoire, élabore plusieurs dispositifs afin d’assurer la reconversion de cette activité. La SOFIREM, société de reconversion mobilisant d’importants crédits publics, va dès lors organiser cette vaste entreprise.

  • 8  L’action des Charbonnages de France s’est maintenue jusqu’en 2007.

12Les actions définies en collaboration avec les acteurs et chambres consulaires locales (CCI en tête) vont se concentrer sur la modernisation des appareils productifs et le soutien à l’embauche d’anciens personnels des mines dans des unités locales. Pour ce faire, est ici créée en 1973, l’ADIRAC, association loi 1901 en charge de la reconversion industrielle du bassin. Les opérations se portent pour l’essentiel sur la consolidation d’une offre territoriale qui faciliterait l’installation de nouvelles entreprises (par exemple, la reconversion d’anciens sites miniers, de nouvelles zones d’activités). Ce pan d’une reconversion exogène porte l’objectif de diversifier la base productive du territoire. En 1984, le bassin obtient le statut de « pôle de conversion », discrimination territoriale abondant de nouveaux crédits étatiques à une quinzaine de territoires. Cette période sera la phase la plus active de la reconversion par le traitement qualitatif de vastes zones industrielles où, en 1991, la fermeture définitive des houillères est annoncée pour 1997 8.

  • 9  Le LAAS est une unité propre de recherche du CNRS localisée à Toulouse (Laboratoire d’analyse et d (...)

13Sur cette même période, un intérêt national portant sur la question du transfert territorialité de technologies interpelle la contribution de l’activité scientifique au développement des activités industrielles. Cette démarche aboutira à la politique des CRITT. Les chargés de mission de l’ADIRAC se saisissent de cette opportunité et entrent en relation avec l’entreprise M dont ils avaient accompagné la création. En effet, cette activité avait été originellement créée par un industriel en collaboration avec un chercheur du LAAS 9 de Toulouse autour de la mise au point d’un système de découpe industrielle automatisée de fabrication de lentilles de contact. De cette collaboration recherche – industrie émerge la ­volonté de créer un CRITT soutenu par le LAAS autour de cette spécialité scientifique à partir de 1989. En 1996, le Centre d’automatisation appliquée en production industrielle sort de terre au sein d’une nouvelle configuration institutionnelle et matérielle où une pépinière d’entreprises (Albisia) hébergerait les entreprises innovantes mobilisant ces savoir-faire et prestations techniques.

14Si des opérations très opportunistes ont également eu lieu, le travail et la transformation des métaux, compétence industrielle un temps structurante, organise toujours une base importante des marchés locaux de l’emploi initialement liée aux houillères (par exemple, les sociétés ACMD, CRM SAS, SAFRA et TycoFlow, issue du fractionnement de l’activité industrielle des Sauts du Tarn à la fin des années 1970). Plus récemment, les entreprises Techno Meca Tarn, STCE (Société tarnaise de câblage électronique), Fin’Tech (thermolaquage), Chêne Vert (usinage de structures), Phode (production d’additifs sensoriels), Sapa (groupe métallurgique suédois) et Dyrup (ancienne société Xylochimie spécialisée dans la production de peinture) ont permis la diversification et la stabilisation d’une activité productive représentant près de 10 % des emplois (tableau 1 et 2).

Tableau 1 – Les effectifs de l’emploi de la zone d’emploi d’Albi-Carmaux (1998-2013)

Salariés (nombre d’emplois)

Non salariés

Emploi total

Poids industrie

Poids tertiaire

Industrie

Tertiaire marchand

Tertiaire non marchand

Total salariés

Salariés

Total

Salariés

Total

1998

7 362

17 992

21 331

50 041

9 259

59 300

14,71 %

12,41 %

42,63 %

35,97 %

2000

7 181

18 973

21 312

51 084

8 912

59 996

14,06 %

11,97 %

41,72 %

35,52 %

2005

6 913

22 203

21 616

54 916

8 887

63 803

12,59 %

10,83 %

39,36 %

33,88 %

2010

5 923

22 100

22 293

54 428

8 942

63 370

10,88 %

9,35 %

40,96 %

35,18 %

2013

5 904

22 146

22 995

54 909

9 715

64 624

10,75 %

9,14 %

41,88 %

35,58 %

Source : INSEE – ACOSS

Tableau 2 – Les composantes sectorielles de l’emploi industriel de la zone d’emploi d’Albi-Carmaux (2009-2014)

Secteur d’activités (NACE 88)

2009

(emplois)

2014

(emplois)

Poids

2009

Poids

2010

Industries alimentaires

1 259

1 136

25,25 %

23,95 %

Industrie de l’habillement

154

128

3,09 %

2,7 %

Travail du bois et fabrication d’articles en bois et en liège, à l’exception des meubles ; fabrication d’articles en vannerie et sparterie

117

118

2,35 %

2,49 %

Industrie chimique

81

86

1,62 %

1,81 %

Industrie pharmaceutique

231

209

4,63 %

4,41 %

Fabrication de produits en caoutchouc et en plastique

346

331

6,94 %

6,98 %

Fabrication d’autres produits minéraux non métalliques

742

638

14,88 %

13,45 %

Métallurgie

199

165

3,99 %

3,48 %

Fabrication de produits métalliques, à l’exception des machines et des équipements

757

789

15,18 %

16,64 %

Fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques

116

114

2,33 %

2,4 %

Fabrication de machines et équipements

389

420

7,8 %

8,86 %

Industrie automobile

227

245

4,55 %

5,17 %

Fabrication de meubles

157

132

3,15 %

2,78 %

Autres industries manufacturières

57

48

1,14 %

1,01 %

Réparation et installation de machines et d’équipements

154

184

3,09 %

3,88 %

Total

4 986

4 743

100 %

100 %

Source : INSEE – ACOSS

2. Les ressorts relationnels du déploiement d’une École et d’activités scientifiques

15En 1991, l’annonce de l’arrêt de l’activité charbonnière tarnaise s’accompagne d’une mesure compensatrice portée par le ministère de l’Industrie : la création d’une école d’ingénieur généraliste dénommée « École des mines d’Albi-Carmaux ». La publication au journal officiel du 11 janvier 1993 officialise l’installation de cette « petite Mines ». Au-delà de la formation initiale et continue d’ingénieurs, la mission de l’École vise spécifiquement

  • 10  Extrait du décret no 93-38 du 11 janvier 1993 relatif à l’École nationale supérieure des mines d (...)

« […] le développement des relations avec le monde industriel et économique pour contribuer à l’amélioration de la compétitivité des entreprises, notamment des petites et moyennes industries 10. »

16Elle s’affiche ainsi comme un instrument de développement et d’animation de la base productive locale. Pour autant, l’installation de cette nouvelle structure conjugue différents niveaux d’action et déroge aux processus socio-historiques de constitution de la carte scientifique hexagonale où la création de structures d’enseignement supérieur industriel s’est largement appuyée sur une demande économique et sociale locale (Grelon, 1989).

17Dans un premier temps, c’est une opportunité dans la redéfinition de la carte de l’enseignement supérieur où de nouvelles écoles et universités se déploient, cas notamment illustré pour les établissements tenues par le ministère de l’Industrie par l’installation d’une nouvelle École des mines à Nantes en 1990. L’annonce de la création d’une nouvelle entité l’année suivante a pour conséquence d’activer plusieurs initiatives locales visant à influencer le choix opéré par le ministère. La fermeture des mines nécessitait un soutien étatique fort et le site d’Albi s’est un temps retrouvé en concurrence avec Bergerac et Pau.

18Dans un second temps, ce sont des composantes relationnelles qui vont être mobilisées. Un haut responsable du « corps des Mines » va jouer un rôle déterminant auprès des différentes instances ministérielles. Originaire du Tarn et impliqué dans la vie institutionnelle départementale, il influencera la localisation de l’École à Albi et Carmaux et cela dans un contexte peu favorable au déploiement de relations actives avec la base productive locale.

  • 11  Extrait d’un entretien réalisé avec l’ancien directeur de la recherche de l’École des mines d’Albi (...)

« Les relations avec l’industrie telles que la pratique l’École des mines de Paris n’existent qu’à Paris. Les PME locales parisiennes, ce sont les sièges des grands groupes où beaucoup d’anciens des Écoles des Mines travaillent. Peut-être à Toulouse… Mais ici, à Albi, on ne se faisait pas d’illusions… Le directeur de l’époque nous obligeait à visiter des PME et nous poussait réfléchir à des modes de coopération 11. »

19Un registre compensatoire d’action est alors à la manœuvre et oriente les premières thématiques de recherche. Le socle d’enseignement de l’École s’établit alors autour du génie des procédés industriels, socle généraliste devant contribuer à dynamiser le bassin et à structurer l’activité scientifique. Cette vocation, imposée par le « haut », va organiser trois spécialités :

  • le génie chimique et pharmaceutique ;

  • le génie des matériaux ;

  • le génie de l’environnement et de l’énergie.

20Si le génie chimique et pharmaceutique a un temps été pensé comme un soutien à l’industrie pharmaceutique portée par le groupe tarnais Pierre Fabre, les recrutements se sont portés sur des docteurs-ingénieurs travaillant avec cet industriel dans différents laboratoires scientifiques toulousains (par exemple, l’INSA). Le recrutement est alors national et la construction des ressources, qui vont sceller le socle scientifique des laboratoires, s’appuie sur les modes de fonctionnement de leurs institutions d’origine mais surtout sur leurs réseaux de collaborations construits dans le cadre de leurs anciennes affectations.

  • 12  Les éco-industries regroupent une série d’activités industrielles tournées vers les technologies d (...)

21Contrairement à l’enseignement du génie des matériaux qui constitue un socle d’enseignements commun aux différentes écoles du groupe, le génie de l’environnement s’est développé dans le contexte de fortes tensions sur les marchés des matières premières suite à la première guerre du Golfe. De ces événements ont débouché des réflexions au niveau étatique sur ces mêmes points préfigurant une attention toute particulière à la question des « éco-industries 12 » dans le sillage de la promotion institutionnelle du développement durable.

3. La création de laboratoires et la structuration de spécialités scientifiques

22Contrairement à d’autres structures d’enseignement supérieur, le développement des activités de recherche au sein des différentes Écoles des Mines est récent. La dynamique a notamment été impulsée par l’École des mines de Paris à partir de 1963 afin d’apporter des solutions opérationnelles à des problèmes industriels, compétence propre aux sciences pour l’ingénieur où la

« […] stratégie des ingénieurs consiste à simplifier et à idéaliser les problèmes de conception afin de rendre gérable l’inévitable complexité qui résulte des théories scientifiques » (Vinck, 2007, p. 88).

23L’idée, alors portée par Pierre Lafitte, instigateur du projet technopolitain de Nice-Sophia Antipolis, s’appuie sur le modèle des collaborations recherche-industrie observées à l’échelle des instituts technologiques nord-américains (par exemple, le Massachusetts Institute of Technology). L’association ARMINES va ainsi constituer la cheville ouvrière de ce projet scientifique. C’est sur cette base que le ministère de l’Industrie encourage entre 1969 et 1972 la création de laboratoires au service d’une recherche « appliquée ». Dans le contexte plus récent d’Albi, les trois spécialités d’enseignement préalablement identifiées vont s’organiser autour de quatre laboratoires de recherche :

  • le génie des matériaux autour dans un premier temps du laboratoire « matériaux » (1993), puis du CROMEP (2000) et de l’actuel Institut Clément Ader à partir de 2009 (ICA) ;

  • le génie industriel par la création en 1994 du ­laboratoire du même nom ;

  • le génie pharmaceutique avec la création du laboratoire « Poudres et procédés », puis du LGPSD ;

  • le génie de l’environnement. En 1997, le ­recrutement d’un professeur, travaillant auparavant dans une entreprise de R&D privée, a colorié cette spécialité du sceau de la « recherche énergétique » autour de la production et du stockage de l’énergie. En 2001, les entités du génie pharmaceutique et de l’environnement fusionnent au sein d’une même UMR, l’UMR RAPSODEE.

24Les collaborations recherche – industrie sont alors dépendantes de canaux institutionnels se déployant à l’échelle du système scientifique hexagonal. En effet, dans le cadre de la reconversion du bassin, la diversification de la base industrielle de l’albigeois ne s’est guère montrée propice au développement de ces partenariats. Le capital relationnel des enseignants-chercheurs nouvellement recrutés va ainsi dessiner les contours des premiers contrats. D’anciens élèves du groupe alors en poste dans deux unités de production locale, notamment au sein de la VOA, vont tout de même se montrer sensibles à cette même initiative. Mais la faible autonomie décisionnelle de ces unités de production a fragilisé la conduite et l’institutionnalisation de ces opportunités.

25Progressivement et paradoxalement, les recrutements d’enseignants-chercheurs ont pour effet d’élargir le champ des collaborations mais introduisent également une instabilité dans les relations et les ressources auxquelles se lient les activités de recherche.

  • 13  Extrait de l’entretien réalisé avec le créateur de l’entreprise A présentée dans la partie II de l (...)

« En fait, j’ai repris sa thèse [de son directeur] qui avait déjà montré le potentiel du matériau. Il travaillait avec des industriels sur cette question dans son ancien établissement et ils se sont regroupés pour financer ma thèse. J’ai commencé en 2002 13. »

  • 14  Extrait de l’entretien réalisé avec le créateur de l’entreprise B présentée dans la partie II de l (...)

« C’est ma directrice de thèse qui travaillait avec eux quand elle était en poste à l’INSA de Lyon. J’ai soutenu en 2002. Elle est partie à l’INSA de Toulouse et cette activité s’est arrêtée 14. »

  • 15  Extrait d’un entretien réalisé avec l’ancien directeur de la recherche de l’École des mines d’Albi (...)

« Vu le contexte des PME locales, on a vite compris qu’il fallait faire de la recherche comme on en faisait dans nos laboratoires d’origine […]. J’ai donc positionné le centre sur l’outillage et on a rapidement travaillé avec des groupes nationaux […]. C’était du coup par coup 15. »

26De cette séquence de structuration de l’activité de recherche, nous percevons une très forte relation de dépendance vis-à-vis des relations sociales qui vont assurer la mise en relation des intérêts et des institutions entre-elles à l’échelle nationale. Graduellement, un rapport au local s’est structuré autour de secteurs d’activités régionaux, notamment de l’industrie aéronautique, également issus de ces mêmes formes de proximité sociale. Une autonomisation graduelle vis-à-vis de ces mêmes contextes se développe conduisant à l’institutionnalisation de l’activité de recherche effectuée à Albi au prisme de ces mêmes relations contractuelles locales. Les trajectoires d’entreprises innovantes incubées au sein de l’École vont illustrer les dynamiques de cette relation.

II – L’émergence d’entreprises innovantes et la structuration de nouvelles ressources territoriales

27L’intérêt de s’attarder sur les logiques sociales de création de nouvelles activités, ici des entreprises innovantes essaimées de laboratoires scientifiques, repose sur plusieurs points. Dans un premier temps cette démarche nous renseigne sur les dynamiques et les recompositions de la base productive locale au prisme de la production de nouveaux biens matériels et immatériels, c’est-à-dire des innovations de produits ou de procédés sanctionnées par le marché. C’est une perspective que l’on peut qualifier d’évolutionniste car elle nous donne à voir des processus de réinvestissement, de construction, de recomposition et de mobilisation de ressources locales par des acteurs économiques selon diverses temporalités (Boschma, Frencken, 2006).

28Dans un second temps, elle nous renseigne sur la place et le rôle de ces activités dans des chaînages productifs élargis dépassant le contexte local mettant ainsi en perspective un espace et des activités en relation. Si les activités des entreprises étudiées sont le plus souvent qualifiées par les créateurs de « niches de marchés » intégrées dans de plus larges chaînages productifs, ces définitions se retrouvent dépendantes des spécialités et thématiques des activités de recherche des institutions scientifiques avec lesquelles elles ont collaboré ou dont elles sont issues. Il est alors important de revenir sur la nature des liens et des relations qui lient ces institutions entre elles. Ceci ne détermine point l’inclusion des activités des entreprises dans des secteurs ou branches industrielles plus élargies comme l’illustre leur insertion dans les problématiques de l’économie verte ou green tech, par l’apport de solutions techniques à l’échelle de problématiques portées par de plus larges secteurs d’activités (par exemple, l’industrie des transports, du bâtiment et de la production d’énergie).

  • 16  Dans la suite de cet article, les trois entreprises seront dénommées A, B et C.

29Les registres de l’action étudiés sont alors ceux de la création des entreprises et de la mobilisation de ressources utiles au développement de l’activité mais également de l’accès aux premiers marchés. Par la suite, nous revenons sur la structuration de nouveaux marchés et de nouvelles relations. Ainsi, nous faisons état des mécanismes de coordination et de leurs relations au territoire pour trois entreprises innovantes affiliées aux laboratoires de recherche de l’École des mines d’Albi-Carmaux (ICA et UMR RAPSODEE 16). Si les marchés et les activités premières de ces mêmes entreprises peuvent se retrouver quelque peu éloignées des problématiques marchandes des green tech et de la transition énergétique, progressivement, l’évolution de ce positionnement souligne le déploiement d’une transversalité de compétences accompagnée par l’approfondissement des connaissances.

1. La création, les premiers marchés et collaborations scientifiques

30L’entreprise A a été créée par deux anciens docteurs de l’École des mines. L’un des fondateurs a réalisé sa thèse dans l’ancien laboratoire de génie des matériaux (actuel ICA). Les premiers marchés de l’entreprise s’appuient sur la valorisation marchande de son travail de thèse au bénéfice de l’industrie aéronautique régionale et d’une niche de marché incarnée par la fabrication de moules en béton réfractaire utilisés pour l’usinage de pièces en titane.

31Si l’arrivée du futur docteur à l’origine du process repose sur une certaine contingence, il porte très rapidement l’ambition de réaliser un travail de doctorat qui complèterait sa formation d’ingénieur. Son directeur de thèse assure la définition et le montage financier du projet auprès de cinq acteurs industriels avec lesquels il avait travaillé lors de sa précédente affectation à l’université de Limoges autour de la céramique industrielle. L’orientation aéronautique du projet est ainsi impulsée par les partenaires financiers. Dès lors, les collaborations scientifiques et la définition du sujet s’appuient sur des relations extérieures au contexte local (Toulouse, Nantes et Limoges). Le travail de thèse démontre l’intérêt technique du procédé et deux industriels toulousains soutiennent l’application opérationnelle du procédé par le financement d’un post-doctorat. Le docteur s’autonomise des relations antérieures et dépose un brevet en qualité d’inventeur. La création de l’entreprise repose ainsi sur l’exploitation de ce procédé technique.

32Un de ses anciens camarades de thèse et ami, à la recherche d’un emploi, s’associe au projet et apporte les premières ressources financières qui complètent son salaire de post-doctorant. Les autres solutions techniques sont alors fournies par le laboratoire d’accueil de la société alors incubée au sein de l’École. Les ressources matérielles restent au centre d’un réseau structuré autour de l’École où les premières ressources d’accès aux marchés s’appuient sur les partenaires industriels ayant financé les étapes de la recherche et validé l’intégration du procédé dans leurs activités.

  • 17  Dans le contexte de la division du travail opérée entre un donneur d’ordre et diverses entreprises (...)
  • 18  Extrait d’un entretien réalisé avec le créateur de l’entreprise A (Tallec, 2014).

« On savait qu’on allait leur vendre des moules. L’ingénieure qui suivait ma thèse et qui était à mon jury a demandé à l’acheteur si on pouvait passer en rang 1 17. Il était content de voir le résultat de ces travaux. C’est lui qui nous a fait passer en rang 1 18. »

33Cette intégration dans la filière aéronautique régionale se structure donc autour de relations interpersonnelles qui jouent un rôle d’intermédiation marchande entre la start-up et le donneur d’ordres.

  • 19  Ces deux composantes sont désormais intégrées au sein du laboratoire RAPSODEE.

34L’entreprise B a été créée en juin 2005 et réalise des instruments de mesure de transfert et de conductivité thermique des matériaux adaptés à différents « modèles de situation ». Ces activités s’appuient sur la fabrique de micro-capteurs répondant aux spécificités des industriels. Sans revenir sur les trajectoires personnelles des deux créateurs de l’entreprise, les deux docteurs diplômés de l’École des mines ont conduit leurs travaux de thèse au sein de deux laboratoires distincts : le laboratoire énergétique et le laboratoire du génie de l’environnement 19. L’activité de l’entreprise repose sur le travail de thèse d’un des co-fondateurs.

35Il reprend les travaux de son directeur de thèse en métrologie thermique ayant notamment débouché sur des méthodes opérationnelles de mesures thermiques adaptées à des sondes électroniques, spécialité sollicitée par un grand nombre de partenaires industriels inscrits dans les réseaux de collaboration scientifique de l’École et du laboratoire (industrie du bâtiment et des matériaux, fabricants d’articles textiles de sport, etc.). Les prestations de services et d’ingénierie réalisées s’intègrent donc dans de plus vastes procédés industriels portés par ces mêmes partenaires industriels. L’idée de la création d’une entreprise pleinement dédiée à l’exploitation de ces compétences découle de ces mêmes contextes où l’École risquait d’être accusée de concurrence déloyale, la prestation mobilisant des moyens publics sans l’apport d’activités de recherche.

36Un ancien docteur, connu par le directeur de thèse, est alors sollicité afin d’accompagner le processus de création. Les importants moyens financiers accordés à l’École dans sa phase de création ont ainsi activement participé à une montée en gamme des prestations techniques développées dans le cadre d’une spécialité visible et soutenue par la direction de l’École afin de se différencier de l’activité de recherche menée à Toulouse. Une société productrice de cartes électroniques située en Ariège a ainsi un temps projeté de participer à la création de la start-up (via un ancien docteur de l’École, alors directeur de la production), cette même entreprise devant initialement apporter 51 % des fonds et s’impliquer dans la création d’un laboratoire commun avec l’École. Ce projet se retrouve remis en question et les deux créateurs se mettent en quête des fonds nécessaires à la création de leur activité, ressou rces fournies par des membres de leurs familles et trois enseignants-chercheurs de l’École rentrant au capital de l’entreprise.

37La signature d’une convention formalise les collaborations avec l’École et assure aux deux docteurs l’accès aux moyens techniques des laboratoires leur permettant d’honorer des contrats inscrits dans les relations industrielles de l’École. À l’instar de l’entreprise A, la médiation technique et marchande de l’activité s’inscrit dans une relation de dépendance active vis-à-vis de l’École des mines, forme de proximité de coordination se déployant dans des relations inter-institutionnelles et interpersonnelles prenant le pas sur la seule proximité géographique. L’activité de l’entreprise s’insère alors dans divers secteurs, systèmes productifs et donc territoires (par exemple, la collaboration et activité de sous-traitance pour le groupe Décathlon, le CEA et EDF). Nous pouvons schématiser cette première séquence ­autour de la configuration illustrée dans la figure 1.

Fig. 1– L’accès aux ressources dans le processus de création de l’entreprise B

Fig. 1– L’accès aux ressources dans le processus de création de l’entreprise B

Source : Josselin Tallec.

38L’entreprise C, créée en 2002 à Albi, est spécialisée dans la production d’hydrogène à destination de la production d’énergie électrique ou thermique propre, c’est-à-dire non polluante car ne rejetant que de l’eau. Cette start-up a été initiée par un professeur de l’École des mines recruté en 1997 impulsant la création du laboratoire du Génie de l’environnement. Ancien directeur d’un centre privé de R&D près de Bayonne, l’actuel enseignant-chercheur travaillait depuis plusieurs années dans ces mêmes champs scientifiques en partenariat avec de grands groupes industriels acteurs de la production et de la distribution d’énergie (EDF, CEA, AREVA, etc.).

39L’hydrogène, mobilisé en tant qu’énergie motrice, est produite à partir d’autres sources d’énergie, notamment renouvelables (biogaz, biodiesel, huiles végétales, eau). L’intérêt environnemental de cette solution technique repose sur l’intégration de la production d’hydrogène dans des systèmes énergétiques qui assurerait la production d’une énergie motrice utilisable dans des véhicules. Dans ce même contexte, la pile à combustible correspond au système technique retenu. Elle permet de produire une énergie électrique à partir de l’interaction entre l’oxygène de l’air et l’hydrogène rejetant par la suite de l’eau. La société C a ainsi été créée afin ­d’accélérer le processus technique de production.

40Assurant auparavant des charges de cours au sein de l’École, le recrutement du même professeur porte ­l’ambition de développer une phase de recherche scientifique sur cette même thématique alors visible dans de nombreux appels d’offre. L’année suivant sa prise de fonction, les premiers contrats de recherche en partenariat avec l’industriel de l’automobile Renault se formalisent. Cette insertion est alors dépendante des relations entretenues entre le groupe École des mines et cette même entreprise. Une division scientifique du travail est à l’œuvre entre les sites de Paris, Nice-Sophia Antipolis et Albi, l’industriel finançant alors deux travaux de thèse. Le laboratoire albigeois se concentre plus particulièrement sur les méthodes et procédés de production de l’hydrogène et le laboratoire parisien sur la thématique de la pile à combustibles.

41Le constructeur automobile s’affirme comme le principal partenaire industriel de l’École jusqu’en 2006, travaux devenant complémentaires de ceux conduits en partenariat avec la DCNS de Nantes à partir de 2001, et centrés sur un aspect de faisabilité de la production d’hydrogène à partir de carburants liquides. La création de l’activité s’opère donc sur la base de la gestion de ces deux contrats par l’entreprise afin de notamment co-construire avec les acteurs industriels leurs propres procédés de propulsion à partir de l’hydrogène. Si l’espace des marchés s’organise autour d’activités de R&D maîtrisées par les créateurs de la société, le professeur et le docteur formé par ses soins, développent leur entreprise sur la base d’un brevet lié à ce même travail. Des proches et amis complètent les fonds nécessaires à la constitution du capital de la jeune société alors hébergée dans la pépinière d’entreprise de la communauté d’agglomération de l’Albigeois, Albisia.

2. De nouvelles collaborations et le développement industriel de green tech

42Devenu fournisseur de rang 1 auprès du principal avionneur européen, l’entreprise A diversifie ses prestations marchandes (travaux de calculs, etc.). Ce basculement vers une activité de SSII conduit à l’internalisation ­d’activités de R&D éloignées des compétences co-construites avec l’École des mines. L’activité de ­l’entreprise s’autonomise des relations antérieures et se déplace vers des marchés portés par des sous-traitants de l’avionneur à l’origine de la création de la société. La croissance et la diversification de l’activité induisent le recrutement d’ingénieur-docteurs afin de porter de nouveaux marchés et perspectives de développement de R&D. Un des créneaux envisagés est alors celui de l’intégration de problématiques mécaniques dans le stockage électro-chimique de l’énergie dans des batteries et piles rechargeables soumises à d’importantes modifications de propriétés mécaniques au fur et à mesure des cyclages (charge et décharge de la batterie) et du transport. Ce nouveau positionnement marchand et scientifique est alors élaboré en partenariat avec des acteurs académiques et industriels nationaux (Renault, université d’Amiens et de Grenoble, réseau scientifique RS2e).

  • 20   Extrait d’un entretien réalisé avec le créateur de l’entreprise A (Tallec, 2014).

« J’avais cette idée en tête dès son recrutement […] Il a fini par prendre contact avec un prof d’Amiens qui était en train de monter un réseau national sur le stockage de l’énergie […] On y participe avec Renault, etc. On a monté une ANR avec eux sans succès […] On a pris un stagiaire et on s’est également rapproché d’un labo de Grenoble […] On veut faire de la R&D pour apprendre les méthodes et faire de la prestation derrière 20. »

43En parallèle, l’entreprise B acquiert progressivement le statut de bureau d’études, évolution facilitée par l’obtention de crédits et subventions régionales apportées par un ami d’un co-créateur de l’entreprise alors chargé de mission au sein de l’ADIRAC. Le doublement du capital de l’entreprise leur permet ainsi de capitaliser les développements réalisés au profit d’autres prestations. Cette logique s’appuie sur la diversification des marchés de l’entreprise autour de l’industrie du bâtiment qui devient l’un des principaux champs de compétences de l’entreprise. En réutilisant un appareil développé par le CSTB, l’entreprise choisit de moderniser cet outil au service de prestataires de ce même secteur. Cette activité se complète alors de compétences évoluant autour de la simulation des échanges thermiques des matériaux de construction, valorisation de travaux développés en partenariat entre l’ADEME et l’École des mines.

44Ces marchés, initialement porteurs de 5 % du chiffre d’affaires, représentent désormais plus de 50 % des prestations. Ces compétences vont progressivement se retrouver mobilisées dans des actions collectives locales impulsées par des acteurs institutionnels du développement territorial. Elles vont également illustrer la création d’une relation de dépendance vis-à-vis du local inscrite dans plusieurs canaux relationnels.

45L’entreprise C, dont l’essentiel de l’activité s’appuie sur le développement d’un procédé de propulsion à base d’hydrogène, fait face à plusieurs soubresauts marchands. Son principal partenaire, le groupe Renault, décide d’internaliser ses propres recherches. L’arrêt de cette collaboration amène l’entreprise à se replier sur des solutions adaptées à de petits véhicules produits par d’autres constructeurs (Ligier, Bolloré, etc.). En complément, des rapprochements initiés par le directeur de l’École conduisent l’entreprise à développer une activité de production d’hydrogène à partir de biocarburant et de biomasse, ressources énergétiques produites par des acteurs locaux et régionaux. Une collaboration se structure ainsi avec le syndicat des producteurs d’oléagineux dont la présidence est alors assurée par un agriculteur du Tarn. Des collaborations scientifiques avec les sites de production de Boussens et de Sète se mettent en place et diversifient les techniques et méthodes scientifiques initialement portées par l’entreprise. L’intégration des solutions se développe auprès de partenaires industriels locaux, relations initiées par les directeurs respectifs de l’École. Ce repli vers le local est le résultat d’un faible intérêt politique et scientifique pour cette thématique au niveau national qui, mécaniquement, pénalise ­l’application technique de cette recherche. Capitalisant cinq brevets, cette dépendance croissante vis-à-vis du local induit une dégradation progressive de relations marchandes internationales au sein d’une entreprise ayant réalisé d’importants investissements matériels. Le récent rachat par un ancien partenaire espagnol illustre ces difficultés provoquant la réintégration du professeur dans le corps enseignant d’une École s’affichant désormais comme la seule entité engagée sur ce créneau de recherche à l’échelle nationale.

46Les trajectoires de création et de développement des entreprises innovantes nous renseignent sur plusieurs composantes de relations profondément évolutives entre les activités économiques et les territoires. En premier lieu, nous pouvons noter le rôle déterminant des relations sociales dans l’accès aux ressources nécessaires aux phases de création et de structuration des premiers marchés. Progressivement, ces mêmes activités s’autonomisent de ces mêmes dynamiques relationnelles de l’action et s’insèrent graduellement dans différentes échelles et niveaux d’actions. Ces activités s’institutionnalisent alors dans des « systèmes productifs » de configuration régionale et nationale et dont les marchés sont mondialisés. Le rôle joué par l’institution scientifique s’apparente ainsi à celui d’un « opérateur d’échelles ». Si la masse des recompositions observées repose sur un nombre réduit d’emplois (30-35 emplois), elles illustrent des processus de transition et d’évolution d’une base productive désormais insérée dans des systèmes productifs trans-sectoriels et multi-situés.

III – Des acteurs scientifiques et institutionnels en relation : vers la structuration d’écosystèmes industriels locaux ?

  • 21   Une loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte a été publiée au Journal of (...)

47L’identification des dynamiques relationnelles de l’activité économique interpelle le rôle joué par les acteurs institutionnels et scientifiques dans l’accompagnement et la stimulation de ces nouvelles activités. Dans un premier temps, nous pouvons très rapidement souligner le rôle ténu joué par les dispositifs de l’action publique dans l’émergence de ces mêmes activités. Pour autant, ces entreprises et acteurs scientifiques vont participer à la définition d’actions collectives, qui vont progressivement s’institutionnaliser dans différentes actions territorialisées et définies à partir de problématiques environnementales et de transition énergétique, ici entendue sous l’angle de modes de production et de consommation économes en ressources et socialement responsables institutionnalisés dans l’agenda politique et programmatique de l’action publique 21 (Raineau, 2011) .

48En ce sens, la territorialisation de la transition énergétique s’affirme par la traduction de travaux scientifiques basculant vers un référentiel d’actions publiques, c’est-à-dire un ensemble de normes ou d’images de référence en fonction desquelles vont être définis les dispositifs et les objectifs de l’action locale (Muller, 2010). Nous faisons donc état d’un processus d’intégration de ces champs dans différentes demandes sociales prenant forme autour d’actions collectives, d’initiatives industrielles et de dispositifs relevant de l’aménagement (les transports, l’habitat, etc.). Ce constat peut rejoindre la notion d’écosystèmes industriels locaux (Torre, Zimmermann, 2015) où l’émergence de ces mêmes nouvelles demandes sociales et pratiques locales peut influencer les formes et les échelles spatiales des interactions entre les organisations au bénéfice d’une « reterritorialisation » du développement industriel.

1. Un champ scientifique et une action collective : le cas de la filière de l’hydrogène et de son inclusion dans des dispositifs d’aménagement

49Devenue une filière scientifique stratégique pour l’École des mines, la création d’une structure pleinement dédiée à la promotion de la filière hydrogène à l’échelle régionale est initiée à partir d’octobre 2007 par l’ancien directeur de la recherche de l’École. Association de type loi 1901, Phyrénées joue un rôle d’intermédiation et de coordination des programmes de recherche sur la thématique auprès des acteurs institutionnels (par exemple, l’ADEME). Les compétences scientifiques de l’École servent alors d’appui à l’animation d’un réseau d’acteurs industriels portés par l’ambition de créer un référentiel scientifique et industriel commun, démarche complémentaire de celle conduite à l’échelle nationale par l’AFHYPAC.

50L’intérêt est alors d’assurer la visibilité de ces différentes actions face à une demande sociale très confidentielle où la question de la transition énergétique, notamment au service de transports écologiquement efficients ne se retrouvait guère promue. Si le soutien au développement scientifique et industriel de l’entreprise C sert un temps de dorsale à cette initiative, la première phase est alors celle de l’identification des acteurs et autres parties prenantes pouvant se révéler utiles à cette initiative. Les collectivités territoriales sont promues comme des membres de plein droit et les premiers acteurs industriels adhérents sont issus des collaborations et des partenariats nationaux de l’École (Airbus, ERDF, GDF-SUEZ, CEA). Ces relations s’étendent également à plusieurs PME-PMI régionales du secteur énergétique.

  • 22   Entretien réalisé avec le chargé de mission de l’association Phyrénées, adjoint au directeur de l (...)

« L’entreprise O (en Aveyron), avant ils s’appelaient S […] Ils produisent de l’électricité à partir d’éoliennes et de barrages hydro-électriques […] Ils s’affichent dans le secteur des énergies renouvelables et ils y ont vu un créneau de développement avec un minimum d’investissement 22 […]. »

  • 23  En 2012, EDF a créé à l’échelle du département de l’Aveyron sa première agence de développement éc (...)
  • 24  Entretien réalisé avec le chargé de mission de l’association Phyrénées, adjoint au directeur de la (...)

« L’entreprise B (en Aveyron) a une grosse activité de collecte et de traitement de déchets […] À l’époque, EDF avait des budgets fléchés sur le développement économique du département 23… B avait alors monté un projet européen avec EIFER et l’AFHYPAC […] Ils ont continué la démarche avec le CEA autour de la mise en place de piles à combustibles sur ses véhicules lourds […] Il a arrêté la collaboration et l’ingénieur nous connaissait […] Ils nous ont contacté pour continuer cette démarche 24. »

  • 25   Les utilisations du biogaz sont diverses. Il peut être utilisé pour assurer la combustion dans un (...)

51La participation des acteurs industriels n’occulte point la construction de relations privilégiées avec des institutions locales telles que le syndicat mixte départemental de traitement et de valorisation des déchets du Tarn (Trifyl) situé près de Graulhet. Cette unité de traitement s’est notamment dotée depuis 2007 d’un bio-réacteur producteur de biogaz généré par la fermentation des déchets. Le reformage de cette même ressource peut alors alimenter la production d’hydrogène 25 et donc des piles à combustible. Un projet collaboratif de recherche est alors initié entre ces deux institutions, le projet ValBioGaz, afin de caractériser cette ressource dans un environnement où se structure un service de R&D dirigé par une ancienne élève ingénieure et docteure de l’École. Le syndicat mixte devient ainsi un acteur structurant d’une filière balbutiante à l’échelle régionale.

52L’entité s’organise désormais autour d’une quarantaine d’adhérents portant chacun des intérêts spécifiques, là où la seule entreprise locale à l’origine de ce dispositif, la société C, s’est progressivement éloignée de l’aventure. Dès lors, les difficultés rencontrées par l’entreprise conduisent à une restructuration d’une masse salariale se déversant pour partie sur le marché local de l’emploi. Tandis qu’une nouvelle entreprise est initiée par l’ancien directeur de la recherche, un ancien ingénieur s’insère dans l’initiative de reconversion du circuit automobile alors géré par la communauté d’agglomération. Son implication amène à colorer le projet d’une composante environnementale autour de l’électro-mobilité par la promotion de l’utilisation de l’hydrogène. La société d’économie mixte Eveer’Hy’Pole voit ainsi le jour en partenariat avec des acteurs institutionnels et industriels locaux originellement membre de l’association Phyrénées. Cette structure devient un outil de diversification et d’animation d’un circuit automobile par la fourniture de prestations techniques. À titre d’exemple, la société albigeoise S, une carrosserie industrielle, mobilise ces mêmes compétences afin d’affiner l’intégration de piles électriques dans les systèmes de propulsion hybrides d’autobus récemment mis en circulation dans plusieurs agglomérations (Albi, Gaillac, Toulouse).

2. Des initiatives industrielles au service de la transition énergétique d’un territoire

53Si divers acteurs industriels locaux développent de nouveaux produits s’articulant aux problématiques de la transition énergétique (par exemple, la coopérative R, entité ayant récemment développé une entité à Albi de valorisation de résidus agricoles), nous avons préalablement noté une diversification des compétences techniques de l’entreprise B alors spécialisée dans la métrologie thermique vers le secteur du bâtiment. Cet élargissement scientifique et marchand va accompagner des initiatives portées par plusieurs acteurs institutionnels de l’aménagement. C’est notamment le cas dans l’élaboration du Plan climat-énergie territorial mis en œuvre à l’échelle du PETR Pays de l’Albigeois et des Bastides. La start-up B devient alors un acteur structurant de la mise en œuvre de ce dispositif en réalisant l’ensemble des diagnostics et études pré-opérationnelles d’amélioration énergétique de l’habitat.

54La mobilisation de ces compétences est alors initiée par divers contrats apportés par le Syndicat départemental des énergies du Tarn qui sous-traitent la réalisation des bilans énergétiques et le suivi des dossiers d’aide aux rénovations thermiques des bâtiments financés dans le cadre des OPAH à l’échelle du département. La mise en relation s’opère via l’ADEME, partenaire technique et financier des travaux scientifiques de l’entreprise.

  • 26   Extrait de l’entretien réalisé avec le créateur de l’entreprise B (Tallec, 2014).

« Ils nous ont connu à partir d’un travail que l’on avait réalisé avec l’ADEME. Ils sont venus nous voir et on a commencé à travailler avec eux à Carmaux, Saint-Juéry, Graulhet, Le Sequestre 26… »

55Cette même dynamique se retrouve à l’échelle des collaborations scientifiques de l’entreprise se déployant sur la caractérisation des matériaux en vue d’optimiser l’isolation des bâtiments. Initialement éloignée des réseaux locaux, ces projets amènent l’entreprise à se lier à des acteurs industriels et scientifiques locaux (partenariat avec l’entreprise S, spécialisée dans la fabrication de panneaux isolants à base de fibres végétales, la briqueterie T et le CRITT agro-ressources de Toulouse) mais également nationaux (travaux sur des aérogels avec l’École des mines de Paris, le CETIM de Lyon). Cette diversification et relation de dépendance croissante vis-à-vis de marchés locaux peuvent être schématisées par la figure 2.

56Les deux traductions industrielles ici présentées de la « transition énergétique » illustrent le passage d’initiatives individuelles vers des actions territorialisées participant à la structuration de filières industrielles. Un fonctionnement en « système » se préfigure alors en intégrant un nombre croissant d’acteurs, de contextes techniques et institutionnels de plus en plus interdépendants. Si le rôle des acteurs scientifiques apparaît comme déterminant dans la création des ressources mobilisées par ces mêmes filières, le rôle de l’action publique dans la formation de ces nouveaux marchés et systèmes relationnels se révèle tout aussi important.

Conclusion

57Ayant un temps incarné des territoires de transition et de modernisation de l’activité socio-économique hexagonale (Michel, 1973), l’étude des recompositions des systèmes productifs des villes moyennes ont le plus souvent fait l’objet d’analyses centrées sur les échelles d’actions et les dispositifs construits dans le cadre de la reconversion économique de ces mêmes territoires. La fin du système fordiste de production et le couplage de la croissance de ces entités à l’« âge d’or » de l’aménagement ont ainsi créé le cadre d’une approche où les relations productives, s’organisaient autour d’une division spatiale du travail centrée sur l’État-nation. L’analyse s’est ensuite penchée sur le rôle et l’utilité de ces mêmes territoires dans le concert de la mondialisation et de son corollaire territorial, la métropolisation autour d’une grille de lecture des relations « territoires – activités » interpellant les composantes d’un réel renouveau économique de ces agglomérations. Dès lors, les dynamiques socio-économiques des villes moyennes se retrouveraient désormais fortement dépendantes de leur proximité spatiale vis-à-vis des effets de déversement des « ­territoires qui gagnent » du système urbain. La méthodologie alors employée reste le plus souvent centrée sur un seul niveau d’action, celui des arrangements institutionnels, qui ne nous renseigne guère sur les processus et la place des entités économiques des villes dans de plus larges chaînages productifs. Ces démarches peinent également à prendre en compte les composantes relationnelles qui favorisent la création et le déploiement de nouvelles ressources territoriales. Si, un temps, ces territoires de l’entre-deux ont pourtant constitué les terrains privilégiés de l’analyse des dynamiques relationnelles de l’activité autour des travaux sur les systèmes productifs locaux (Camagni, Maillat, 2006), un certain renouveau de l’analyse peut se faire entendre et cela notamment autour du rôle joué par des acteurs et institutions scientifiques et plus généralement sur l’émergence des interactions sociales qui inscrivent les territoires dans des réseaux et systèmes collaboratifs. Nous l’avons vu, l’entraînement de ces activités et entreprises innovantes repose sur une masse d’emploi relativement réduite (30-35 emplois) tant en témoignant d’une capacité d’émergence du « nouveau » et de mobilisation de ces nouvelles ressources dans différentes formes d’actions au bénéfice de la transition socio-économique de ces mêmes territoires mais aussi de leur inclusion dans des systèmes productifs mondialisés.

Fig. 2 – La diversification des marchés de l’entreprise B

Fig. 2 – La diversification des marchés de l’entreprise B

Source : Josselin Tallec.

Table des sigles et acronymes

DEME : Agence de l’environnement et de la transition énergétique

ADIRAC : Agence pour le développement industriel d’Albi-Carmaux

AFHYPAC : Association française pour l’hydrogène et la pile à combustible

ARMINES : Association pour la recherche et le développement des méthodes et processus industriels

CCI : chambre de commerce et d’industrie

CEA : Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives

CETIM : Centre technique des industries mécaniques

CRITT : Centre régional d’innovation et de transfert de technologie

CROMEP : Centre de recherche outillages, matériaux et procédés

CSTB : Centre scientifique et technique du bâtiment

DCNS : Direction des constructions navales systèmes et services

EDF : Électricité de France

EIFER : European Institute for Energy Research

EMAC : École des mines d’Albi-Carmaux

ERDF : Électricité réseau distribution France

GDF-SUEZ : Gaz de France (groupe Suez)

ICA : Institut Clément Ader

INSA : Institut national des sciences appliquées

LAAS : Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes - UPR CNRS 8001

LGPSD : Laboratoire de génie des procédés des solides divisés

OPAH : Opération programmée d’amélioration de l’habitat

PETR : Pôle d’équilibre territorial et rural

RAPSODEE : Recherche d’Albi en génie des procédés des solides divisés, de l’énergie et de l’environnement (UMR CNRS 5302)

RS2e : Réseau scientifique sur le stockage électrochimique de l’énergie

SSII : société de services en ingénierie informatique

SOFIREM : Société financière pour favoriser l’industrialisation des régions minières.

UMR : Unité mixte de recherche

VOA : Verrerie ouvrière d’Albi

Haut de page

Bibliographie

Bouba-Olga O., Les nouvelles géographies du capitalisme : comprendre et maîtriser les délocalisations, coll. « Économie humaine », Seuil, 2006.

Bouba-Olga O., Grossetti M., « Socio-économie de proximité », Revue d’économie régionale et urbaine, no 3, 2008, p. 311-328.

Boschma R., « Proximité et innovation », Économie rurale, no 1, 2004, p. 8-24.

Boschma R., Frenken K., « Why is Economic Geography Not an Evolutionary Science? Towards an Evolutionary Economic Geography », Journal of Economic Geography, no 6, 2006, p. 273-302.

Camagni R., Maillat D. (dir.), Milieux innovateurs. Théorie et politiques, Economica-Anthropos, 2006.

Carrier M., Demazière C., « La socio-économie des villes petites et moyennes : questions théoriques et implications pour l’aménagement du territoire », Revue d’économie régionale et urbaine, no 2, 2012, p. 135-149.

Charbonneau F., Lewis P., Manzagol C. (dir.), Villes moyennes et mondialisation : renouvellement de l’analyse et stratégies, université de Montréal, 2003.

Connolly J. J. (dir.), After the Factory: Reinventing America’s Industrial Small Cities, Lexington Books, 2010.

DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale), La France, puissance industrielle : une nouvelle politique industrielle par les territoires. Réseaux d’entreprises, vallées technologiques, pôles de compétitivité, La documentation française, 2004.

Davezies L., Talandier M., L’émergence de systèmes productivo-résidentiels : territoires productifs, territoires résidentiels, quelles interactions ?, La documentation française-CGET, 2014.

Depret M.-H., Hamdouch A., « Le déploiement des écosystèmes industriels et d’innovation dans le business vert. Fondements et éclairages à partir du cas des pôles de compétitivité de l’énergie en France », Revue d’économie industrielle, no 152, 2015, p. 121-150.

Duranton G., Martin P., Mayer T., Les pôles de compétitivité : que peut-on en attendre ?, coll. « Opuscules du CEPREMAP », Rue d’Ulm, 2008.

Édouard J.-C., « La place de la petite ville dans la recherche géographique en France : de la simple monographie au territoire témoin », Annales de géographie, no 1, 2012, p. 25-42.

Fløysand A., Jakobsen S.-E., « The Complexity of Innovation: A Relational Turn », Progress in Human Geography, no 3, 2010, p. 328-344.

Granovetter M., McGuire P., « The Making of an Industry: Electricity in the United States », dans Callon M. (dir.), The Laws of the Markets, Blackwell, 1998.

Grelon A., « Les universités et la formation des ingénieurs en France (1870-1914) », Formation-emploi, no 1, 1989, p. 65-88.

Grossetti M., Barthe J.-F., « Dynamique des réseaux interpersonnels et des organisations dans les créations d’entreprises », Revue française de sociologie, no 3, 2008, p. 585-612.

Grossetti M., Losego P. (dir.), La territorialisation de l’enseignement supérieur et de la recherche : France, Espagne et Portugal, coll. « Géographies en liberté », L’Harmattan, 2003.

Gumuchian H., Pecqueur B. (dir.), La Ressource territoriale, Economica-Anthropos, 2007.

Halbert L., L’Avantage métropolitain, coll. « La ville en débat », PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE, 2010.

Lascoumes P., Action publique et environnement, coll. « Que sais-je ? », PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE, 2012.

Levy R., Soldano C., Cuntigh P. (dir.), L’Université et ses territoires : dynamismes des villes moyennes et particularités de sites, coll. « Libres cours », Presses universitaires de Grenoble, 2014.

Lundvall B.-A., « National Innovation Systems – Analytical concept and development tool », Industry and Innovation, no 1, 2007, p. 95-119.

Leydesdorff L., Etzkowitz H., « Emergence of a Triple Helix of University - Industry - Government Relations », Science and Public Policy, no 23, 1996, p. 279-286.

Michel M., « Villes moyennes, ville-moyen », Annales de géographie, no 86, 1973, p. 641-685.

Muller P., « Référentiel », dans Boussaguet L., Jacquot S., Ravinet P. (dir.), Dictionnaire des politiques publiques, Presses de Sciences-Po, 2010.

Raineau L., « Vers une transition énergétique ? », Nature, sciences, sociétés, no 2, 2011, p. 133-143.

Santamaria F., « Les villes moyennes françaises et leur rôle en matière d’aménagement du territoire : vers de nouvelles perspectives ? », Norois, no 2, 2012, p. 13-30.

Saxenian A.-L., Regional Advantage: Culture and Competition in Silicon Valley and Route 128, Harvard University Press, 1994.

Shearmur R., « Are Cities the Font of Innovation? A Critical Review of the Literature on Cities and Innovation », Cities, no 29, 2012, p. 9-18.

Shinn T., « Nouvelle production du savoir et triple hélice. Tendances du prêt-à-penser les sciences », Actes de la recherche en sciences sociales, nos 141-142, 2002, p. 21-30.

Storper M., Walker R., The capitalist imperative: territory, technology and industrial change, Blackwell, 1989.

Tallec J., La construction socio-spatiale de l’innovation dans les villes moyennes face aux objectifs de compétitivité et d’attractivité des politiques d’aménagement. Les cas d’Albi (Midi-Pyrénées), Alès (Languedoc-Roussillon), Fougères et Quimper (Bretagne), thèse de doctorat en géographie-aménagement, université de Toulouse II, 2014.

Torre A., Zimmermann J.-B., « Des clusters aux écosystèmes industriels locaux », Revue d’économie industrielle, no 152, 2015, p. 13-37.

Veltz P., Des lieux et des liens : politiques du territoire à l’heure de la mondialisation, coll. « Mondes en cours », l’Aube, 2002.

Vinck D., Sciences et société : sociologie du travail scientifique, coll. « U », Armand Colin, 2007.

Haut de page

Notes

1  La signification de l’ensemble des sigles et acronymes mobilisés dans le corps de l’article est disponible en fin d’article.

2  Une ressource pour constituer un élément matériel (par exemple, une machine) ou immatériel (par exemple, une ­information) représentant une utilité pour l’entreprise.

3  La définition des secteurs d’activités considérés comme « innovants » s’appuie généralement sur des composantes sectorielles s’appuyant sur des secteurs d’activités caractérisantes par un degré significatif d’innovation technologique tel que mesuré par leurs dépôts de brevets répartis par domaine technologique et les dépenses en recherche et développement réalisés par les entreprises. On retrouve ses classements dans les tableaux de bord publiés annuellement par l’OCDE ou l’Union européenne. Traditionnellement les secteurs d’activités considérés comme étant les plus innovants s’articulent autour des technologies de l’information et de la communication, à l’industrie pharmaceutique, aux biotechnologies et aux nouveaux matériaux.

4  La notion de villes petites et moyennes fait l’objet de nombreuses discussions oscillant entre des composantes quantitatives (par exemple, le nombre d’habitants) et qualitatives (par exemple, les fonctions urbaines). Dans le contexte du système urbain français, les petites villes correspondent à des aires urbaines comprises entre 10 000 et 30 000 hab. (Edouard, 2012). Quant à la strate des villes moyennes, elle s’organise autour d’aires urbaines de 30 000 à 200 000 hab. (Santamaria, 2012).

5  Chef-lieu du département du Tarn, l’agglomération d’Albi constitue l’archétype de la ville moyenne française. Évoluant dans l’horizon de l’aire urbaine toulousaine, l’unité urbaine d’Albi se compose de 73 800 hab. (2013) pour une aire urbaine de 98 000 hab. (2012).

6  La notion d’« économie verte » ou green tech implique plusieurs secteurs d’activités entraînant une amélioration du bien-être humain tout en réduisant la dégradation de l’environnement et la pénurie de ressources naturelles. Les innovations vertes couplent des dimensions technologiques mais également sociales. Elles peuvent être mises en œuvre pour innover dans le domaine de l’environnement, pour intégrer des problématiques environnementales dans le cycle de vie des produits ou recouper des formes sociales visant la sensibilisation des acteurs au respect de l’environnement.

7  Conçu au début des années 1990 par le gouvernement et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, le plan Université 2000 a eu pour objectif d’améliorer et de moderniser les conditions de la vie étudiante et de l’accès aux études supérieures par la création de nouvelles institutions et antennes universitaires. Le plan Université du troisième millénaire (U3M) lui a succédé autour des mêmes objectifs à partir des années 2000. Voir à ce titre Losego, Grossetti, 2003 et Lévy et al., 2014.

8  L’action des Charbonnages de France s’est maintenue jusqu’en 2007.

9  Le LAAS est une unité propre de recherche du CNRS localisée à Toulouse (Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes – UPR CNRS 8001).

10  Extrait du décret no 93-38 du 11 janvier 1993 relatif à l’École nationale supérieure des mines d’Albi - Carmaux (Mines Albi-Carmaux).

11  Extrait d’un entretien réalisé avec l’ancien directeur de la recherche de l’École des mines d’Albi-Carmaux (Tallec, 2014).

12  Les éco-industries regroupent une série d’activités industrielles tournées vers les technologies de production d’énergies renouvelables, d’économies d’énergie et de recyclage des déchets.

13  Extrait de l’entretien réalisé avec le créateur de l’entreprise A présentée dans la partie II de l’article (Tallec, 2014).

14  Extrait de l’entretien réalisé avec le créateur de l’entreprise B présentée dans la partie II de l’article (Tallec, 2014).

15  Extrait d’un entretien réalisé avec l’ancien directeur de la recherche de l’École des mines d’Albi-Carmaux (Tallec, 2014).

16  Dans la suite de cet article, les trois entreprises seront dénommées A, B et C.

17  Dans le contexte de la division du travail opérée entre un donneur d’ordre et diverses entreprises, les fournisseurs de rang 1 ont des relations contractuelles directes avec ce même donneur d’ordre.

18  Extrait d’un entretien réalisé avec le créateur de l’entreprise A (Tallec, 2014).

19  Ces deux composantes sont désormais intégrées au sein du laboratoire RAPSODEE.

20   Extrait d’un entretien réalisé avec le créateur de l’entreprise A (Tallec, 2014).

21   Une loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte a été publiée au Journal officiel le 18 août 2015.

22   Entretien réalisé avec le chargé de mission de l’association Phyrénées, adjoint au directeur de la recherche de l’École des mines d’Albi-Carmaux (octobre 2015).

23  En 2012, EDF a créé à l’échelle du département de l’Aveyron sa première agence de développement économique « Une rivière, un territoire –Développement ».

24  Entretien réalisé avec le chargé de mission de l’association Phyrénées, adjoint au directeur de la recherche de l’École des mines d’Albi-Carmaux (octobre 2015).

25   Les utilisations du biogaz sont diverses. Il peut être utilisé pour assurer la combustion dans un moteur à gaz ou une turbine afin de produire de l’électricité. Il peut également servir de carburant, alimenter des centrales thermoélectriques et des chaufferies collectives.

26   Extrait de l’entretien réalisé avec le créateur de l’entreprise B (Tallec, 2014).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1– L’accès aux ressources dans le processus de création de l’entreprise B
Crédits Source : Josselin Tallec.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2353/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 2 – La diversification des marchés de l’entreprise B
Crédits Source : Josselin Tallec.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2353/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josselin Tallec, « Des start-up dans des villes moyennes ? Les dynamiques relationnelles de la transition socio-économique d’un territoire non métropolitain (Albi – Tarn) »Sud-Ouest européen, 41-42 | 2016, 67-82.

Référence électronique

Josselin Tallec, « Des start-up dans des villes moyennes ? Les dynamiques relationnelles de la transition socio-économique d’un territoire non métropolitain (Albi – Tarn) »Sud-Ouest européen [En ligne], 41-42 | 2016, mis en ligne le 26 janvier 2018, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/2353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.2353

Haut de page

Auteur

Josselin Tallec

Institut national universitaire J.-F. Champollion, place de Verdun, 81000 Albi, France ; LISST-CIEU, UMR CNRS 5193 - EHESS - université Toulouse 2, tallec@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search