Navigation – Plan du site

Une adaptation difficile dans un environnement sans cesse plus compétitif : le système productif local de la chaussure d’Illueca-Brea de Aragón (Espagne)

The difficult adaptation of the local productive system of footwear in a growing competitive environment: the case of Illueca-Brea de Aragon (Spain)
Una adaptación difícil en un medio cada vez más competitivo: el sistema productivo local del calzado de Illueca-Brea de Aragón (España)
Eugenio Climent-López, Ana Isabél Escalona-Orcao et Blanca Loscertales-Palomar
p. 103-116

Résumés

L’industrie de la chaussure est l’objet d’une délocalisation vers des pays à faibles coûts salariaux, à l’égard de laquelle les entreprises des pays européens jouent un rôle important. L’article aborde le cas du petit système productif local de Illueca-Brea de Aragón dont les indicateurs économiques enregistrent une évolution négative comme dans toute l’Espagne. On a constaté que son processus de restructuration consiste à la délocalisation de la production et l’amélioration de la qualité des chaussures. Cependant, les limites propres aux entreprises rendent cette réorientation difficile.

Haut de page

Texte intégral

1L’industrie de la chaussure est confrontée depuis ­plusieurs décennies, conformément à la théorie du cycle de vie du produit, à un transfert progressif de la ­production vers des pays moins développés. En Europe, la production de la chaussure s’est organisée traditionnellement sur la base de systèmes productifs locaux (SPL). L’objectif de ce travail est d’analyser la ­restructuration récente des SPL espagnols de la chaussure. L’approche méthodologique suivie est celle de l’étude de cas, laquelle a joué un rôle fondamental dans l’élaboration de la ­théorie du district industriel (Becattini, 2005, p. 31 et suivantes).

I – Les systèmes productifs locaux dans l’organisation industrielle du secteur de la chaussure

2La chaîne de valeur de l’industrie de la chaussure inclut les phases de design, coupe, couture, montage et finition (Belso, 2008, p. 1231) ; durant la phase de montage, une série de composants élaborés (semelles, talons et autres) et développés par l’industrie auxiliaire sont incorporés aux pièces préalablement coupées et cousues. Dans l’industrie de la chaussure,

« les unités de production tendent à être d’une taille relativement petites et verticalement indépendantes, de manière à ce que les réseaux transactionnels qui les unissent les unes aux autres comprennent beaucoup d’entreprises spécialisées mais complémentaires » (Scott, 2006, p. 1518).

3Les entreprises d’une même chaîne de valeur se ­localisent dans les mêmes aires territoriales, constituant des SPL, des clusters ou des districts industriels (Becattini, 2002). Dans la France de l’entre-deux guerres,

« bien que la production de la chaussure était éclatée en une multitude d’entreprises, elle n’a pas cessé pour autant de se concentrer à l’échelle de certaines localités. Plusieurs d’entre elles (comme Fougères, Limoges et Romans) présentaient clairement les caractéristiques de systèmes productifs localisés ou bien, si l’on préfère, de districts industriels “marshalliens” » (Le Bot, Perrin 2012, p. 19).

4De la proximité spatiale dérivent des économies de localisation, externes aux entreprises mais internes aux SPL, ce qui fait que les entreprises travaillent avec de plus faibles coûts de transaction. La proximité spatiale offre un effet bénéfique à la proximité cognitive qui correspond au partage des mêmes valeurs et normes ainsi qu’à l’utilisation d’un langage commun : une telle proximité cognitive favorise la genèse et la diffusion d’un savoir-faire spécifique, stimule l’innovation et la créativité (Molina et al., 2014). En outre, elle suscite une dynamique de coopération qui se structure habituellement dans un environnement institutionnel à partir duquel la gouvernance est organisée en réseau (Climent, 2009).

5Les SPL ont déployé traditionnellement un rayonnement mondial en matière commerciale et une organisation locale sur le plan de la production. Leur propension à exporter a toujours été forte. Cependant, la production était organisée en presque totalité à l’intérieur du SPL. Un certain nombre d’entreprises de produits finaux occupait un rôle de leadership stratégique : elles captaient les tendances du marché international (les tendances de la mode, les nouveaux matériaux et processus de production) et les faisaient parvenir à leurs fournisseurs du SPL sous la forme d’indications et de règles précises de fabrication.

1. Globalisation et cycle de vie du ­produit dans l’industrie de la chaussure

6La fabrication de la chaussure est un processus de faible complexité technologique mais intensif en main d’œuvre, ce qui la met à la portée de nombreux producteurs potentiels. L’industrie de la chaussure confirme depuis plusieurs décennies la théorie du cycle de vie du produit : le transfert de la production des pays de vieille industrialisation vers les pays moins développés. Comme la chaussure reste un produit de première nécessité, la production mondiale n’a pas cessé d’augmenter à l’instar de la population. Toutefois depuis la moitié du xxe siècle, on constate une redistribution marquée de la production selon de grandes aires géographiques.

  • 1  Source : World footwear 2012 yearbook, [en ligne], URL : http ://www.worldfootwear.com

7Durant la décennie 1960, les pays les plus développés de l’OCDE, qui étaient jusque-là les principaux producteurs de chaussures, commencent à enregistrer des taux de croissance négatifs dans cette industrie qui disparaît pratiquement au cours des décennies suivantes : entre1970 et 2005, on comptabilise « 93 % d’emplois perdus au Royaume-Uni, 88 % en Allemagne et 79 % en France » (Le Bot, Perrin, 2012, p. 25). Le relais est pris par l’Europe méditerranéenne (Miranda, 2004, p. 166-167) ; cet ensemble géographique avec l’Italie et l’Espagne à sa tête, contribua à 52 % de la production mondiale durant le quinquennat 1985-1989. Cependant, dix ans plus tard, en 1995-1999, sa contribution s’était réduite de 17 % pendant que l’Asie passait de 32 à 71 % (Tortajada et al., 2004). La tendance s’est poursuivie, et en 2011 l’Asie produisait 87 % des chaussures dans le monde avec la Chine et l’Inde comme principaux producteurs (respectivement 60 et 10 %), plus cinq autres pays placés parmi les dix premiers (Vietnam, Indonésie, Pakistan, Bangladesh, et Thaïlande). Autre pays émergent, le Brésil se maintient depuis quelques années au troisième rang (Sánchez Rodríguez, 2009), et le Mexique s’est hissé récemment à la neuvième place ; tous les deux produisent 5 % des chaussures dans le monde. Le seul pays européen situé parmi les dix premiers au monde est l’Italie qui contribue seulement à hauteur de 1 % de la production mondiale. L’Espagne occupe pour sa part le 15e rang avec 0,4 % 1.

8Le commerce international de la chaussure est passé de 26 à 77 milliards d’euros en quinze ans (1996-2011). Les pays les mieux placés sont répartis en trois classes :

  • les exportateurs nets, tous des pays d’industrialisation récente et aux coûts de production faibles, parmi lesquels se distingue la Chine, avec 73 % de chaussures exportées en 2011 (38 % en valeur économique) ;

  • les importateurs nets, tous des pays d’industrialisation ancienne et au niveau de vie élevé, en distinguant les États-Unis, avec 22 % des importations mondiales (en quantité et en valeur économique) ;

  • les importateurs et exportateurs, qui sont constitués des pays européens d’industrialisation ancienne et au niveau de vie élevé, lesquels en d’autres temps ont dominé le marché de la chaussure, et qui actuellement, bien qu’ils continuent à être producteurs, ont perdu ce rôle dominant : l’Italie se singularise en étant au deuxième rang des exportateurs mondiaux avec 10 % des exportations en valeur (2 % pour la quantité), et aux quatrième rang des importateurs mondiaux avec 5 % des importations en valeur (3,5 % pour la quantité). L’Espagne figure dans cet ensemble de pays, en occupant la neuvième place des exportateurs mondiaux avec 3 % des exportations en valeur (1 % sur le plan de la quantité), et se classe dixième importateur mondial avec 3 % des importations en valeur (3,5 % pour la quantité).

  • 2   Source : Fédération des industries espagnoles de la chaussure, Annuaire de la chaussure, [en lign (...)

9Les exportateurs et importateurs nets reflètent les effets spatiaux de la théorie du cycle de vie du produit. Le troisième groupe de pays souligne aussi ces effets, si l’on tient compte que la chaussure est un produit de première nécessité, sachant qu’elle représente également un indicateur de prestige : ceux qui bénéficient d’un niveau de vie élevé, exigent des chaussures de qualité supérieure, au design soigné, fabriquées avec de bons matériaux, confortables et saines ; il existe aussi des domaines qui nécessitent l’usage de chaussures spéciales, comme dans le sport, l’industrie ou les travaux publics. Cela a conduit à une différenciation croissante du produit ainsi qu’à un marché très segmenté (Tortajada et al., 2004, p. 211). Cette segmentation se reflète par une division spatiale de la production à l’échelle mondiale : d’un côté, le domaine de la chaussure ordinaire est dominé par des pays nettement exportateurs ; la concurrence dans ce cas s’établit sur les prix, et ce sont les pays d’industrialisation récente aux faibles coûts de main-d’œuvre qui offrent des avantages compétitifs. D’un autre côté, dans la chaussure de qualité et dans celle aux usages spéciaux, la concurrence se fonde sur d’autres critères, qui recouvrent un savoir-faire plus complet et un niveau technologique plus élevé ; l’avantage compétitif concerne, dans ce cas, des pays d’industrialisation ancienne qui présentent un capital humain mieux formé et des bases technologiques plus puissantes. Les pays du troisième groupe exportent des chaussures au design soigné, de qualité, destinées également aux usages spéciaux, et importent des chaussures ordinaires. Les données pour l’Espagne illustrent cette réalité : le prix de gros moyen par paire importée en 2014 était de 7,55 € alors que le prix de la paire exportée était de 17,13 € ; cette même année, la balance commerciale a enregistré un déficit de 165 millions de paires de chaussures, mais un excédent de 230 millions d’euros 2.

2. Les systèmes productifs locaux de la chaussure face à la globalisation

10Quand dans les années 1970 et 1980, les nouveaux producteurs menacèrent l’hégémonie de l’Europe méditerranéenne, la réponse de la grande majorité des entreprises espagnoles de la chaussure fut défensive, axée sur la poursuite de la compétition sur les mêmes segments de marché en misant sur une stratégie de réduction des coûts :

  • 3   Fonds économique mis en place par le gouvernement dont la fonction est de garantir les salaires i (...)

« le modèle basique de la survie dépendait de la réduction de la taille des effectifs et de la maîtrise des coûts de main-d’œuvre, ce qui a été obtenu avec la fermeture de l’entreprise et le licenciement induit des travailleurs qui, à son tour, a été accompagnée par un défaut de dettes, tant des travailleurs, du fisc que de la sécurité sociale. Les crédits des travailleurs étaient réglés par le Fonds de garantie salariale (FOGASA 3) et les dettes dues à l’administration demeuraient impayées. Plus tard, les mêmes responsables de l’entreprise disparue créaient une autre petite entreprise qui réalisait seulement une partie du processus de production ne pouvant pas être cachée ; le reste avait été fractionné et dissimulé, réduisant ainsi les coûts et assurant le maintien d’une compétitivité sur les marchés internationaux » (Ramón, 2012, p. 141).

11En résumé, l’adaptation s’est faite par la réduction systématique de la taille des entreprises, l’essor de la spécialisation et de la sous-traitance, le travail à domicile (Tortajada et al., 2004) et l’économie souterraine (Ponce, Martinez, 2003). De la sorte, une certaine flexibilité fut obtenue pour répondre à la concurrence internationale, mais l’arrivée progressive de nouveaux pays producteurs avec des salaires chaque fois plus bas, rendit cette ­stratégie peu soutenable.

12Depuis les années 1970-1980, les grandes entreprises multinationales ont opté pour la délocalisation, c’est-à-dire la désintégration à la fois verticale et spatiale de la chaîne de valeur. Ces entreprises ont joué un rôle important dans le développement de l’industrie parmi les nouveaux pays producteurs :

« les activités sous-traitantes croissent rapidement, à mesure que baissent les coûts de transaction internationale et que les employeurs des pays à bas salaires apprennent comment produire en adoptant des ­standards globaux » (Scott, 2006, p. 1519).

13Les petites et moyennes entreprises des SPL de la chaussure ont fini par appliquer la même stratégie. À la fin du xxe siècle, on remarquait en Italie « une expansion des relations entre les entreprises des districts et les marchés et acteurs internationaux, qui ne se limitait pas aux importations et exportations mais intégrait la décentralisation croissante de contenus de production, l’exportation de licences, les transferts de technologies et les alliances avec les entreprises étrangères » (Guerrieri, Pietrobelli, 2001, p. 29).

14Les SPL recouvrent une dimension mondiale, non pas seulement sur le plan commercial, mais également en termes d’organisation de la production.

15La délocalisation du travail

« a donné lieu à une intégration fonctionnelle chaque fois plus marquée à l’échelle mondiale, dont beaucoup d’agglomérations parmi les aires à bas salaires servent de façon significative de satellites aux agglomérations des pays aux salaires élevés » (Scott, 2006, p. 1532).

16La redistribution spatiale de la production se matérialise alors en partie sous la forme d’une reproduction dans les pays moins développés du modèle SPL des pays industrialisés, comme le suggèrent les exemples de Vale do Sinos au Brésil (Costa, 2010) ou de Wenzhou en Chine (Huang et al., 2008).

17Une des conséquences possibles des mutations évoquées est la disparition des vieux districts industriels : à Pirmasens (Allemagne, Land de Rhénanie-Palatinat), selon la perception majoritaire des acteurs locaux, la production de chaussures disparaîtra complètement en peu d’années (Schamp, 2005, p. 617). Quelques fabricants se sont maintenus dans la région, en changeant d’activité, tandis que d’autres ont maintenu leur activité originelle mais en changeant de région, c’est-à-dire par la délocalisation de la production de chaussures tout en conservant dans le district le siège central et les fonctions stratégiques. Les entreprises auxiliaires – celles qui élaborent de composants comme les semelles caoutchouc, les talons et autres – ont suivi une trajectoire similaire : quelques-unes ont suivi le client, déménageant avec lui, et d’autres sont demeurés dans la région, devenant des fournisseurs d’autres secteurs industriels.

18La plupart de la production de chaussures en Espagne est réalisée à l’intérieur de dix SPL, situés dans sept régions différentes (fig. 1) ; le tableau 1 présente les données d’entreprises et d’employés par région. On peut constater que 66 % des entreprises et 62 % des employés sont concentrés en la région de Valence, la plupart au sud, dans la vallée de Vinalopó, où sont localisées les principales villes productrices (Elche, Elda et Villena). Le reste des entreprises est réparti entre les autres SPL, qui sont beaucoup plus petits.

Fig. 1 – Localisation des systèmes productifs locaux de la chaussure en Espagne

Fig. 1 – Localisation des systèmes productifs locaux de la chaussure en Espagne

Source : les auteurs ; fond GEOATLAS.

Tableau 1 – Les systèmes productifs locaux de la chaussure en Espagne (2013)

Région

Système productif local

Entreprises

Employés

Valence

Vallée de Vinalopó

940

14 335

Castille-la Manche

Almansa et Fuensalida

133

2 527

La Rioja

Arnedo

129

2 838

Aragon

Illueca-Brea de Aragón

58

1 160

Îles Baléares

Inca et Minorque

50

750

Murcie

Caravaca et Yecla

41

410

Andalousie

Valverde del Camino

18

288

Les autres régions

44

792

Espagne

1 413

23 100

Malheureusement il n’y a pas de données à l’échelle des SPL : le nombre d’entreprises et d’employés du tableau correspond aux régions, bien que la plupart des entreprises soient localisées à l’intérieur des SPL. Il apparaît donc impossible de fournir des données individualisées pour celles qui sont situées dans la même région.

Source : Fédération espagnole des industries de la chaussure, Le secteur de la chaussure, rapport annuel 2013, [en ligne], URL : http://www.fice.es

19Les SPL espagnols de la chaussure ont opté pour la délocalisation :

« Les liens verticaux et horizontaux à l’intérieur des districts sont en train de perdre une partie de leur importance traditionnelle et beaucoup de leurs fabricants ont essayé de recouvrer efficacité et compétitivité en réorganisant différentes étapes du cycle du produit (sous-traiter à l’extérieur les activités de production au coût plus élevé auprès de partenaires nationaux ou étrangers) » (Belso, 2010, p. 77).

20Le processus paraît spécialement intense parmi les SPL de Inca et de Minorque : « À l’heure actuelle, la stratégie d’entreprise suivie dans le secteur semble évoluer vers une tendance à la centralisation aux Îles Baléares des processus de conception et commercialisation de la chaussure (de qualité et griffée), et à la sous-traitance à des entreprises extérieures à l’archipel de tout ou partie de la fabrication » (Beltrán, 2011, p. 131-132).

21L’impossibilité de rivaliser sur les prix a conduit à ­réorienter la production vers les chaussures de gammes supérieures. Les entreprises leaders ont chacune leur propre marque et réalisent des investissements continus pour sa défense ; elles comptent un département de design, choisissent des matériaux de haute qualité et allouent des ressources importantes à la promotion et à la distribution du produit (Fuster et al., 2008, p. 84). Dans le cadre de cette réorientation, on observe une réponse typique du SPL : les entreprises leaders se positionnent sur les terrains du design, de la technologie et de la commercialisation et sous-traitent la production à un réseau de fabricants spécialisés, en mesure de procurer des produits de qualité supérieure dans des conditions de flexibilité maximale, en s’appuyant à leur tour sur un réseau efficace de fournisseurs de composants. À cela, il faut ajouter l’existence de centres de recherche et développement qui travaillent en étroite collaboration avec les entreprises, comme l’Instituto español del calzado y conexas (INESCOP) ou l’Institut de biomécanique de Valence (Ybarra, Santa Maria, 2005). La différence par rapport aux étapes antérieures est l’ouverture vers l’extérieur pour nombre d’aspects productifs : les entreprises se tournent vers d’autres firmes, situées aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du SPL, tant dans les pays au faible niveau de développement que dans d’autres SPL espagnols ou de pays avancés. La même ouverture prévaut quand elles recourent à des centres technologiques et autres services technologiques.

22Cependant, tous ne convergent pas dans cette direction : quelques fabricants de chaussures de bas de gamme ont abandonné la production et se consacrent à l’importation de ce type de chaussures. Une autre stratégie particulière consiste à produire un certain type de chaussures pour les grandes surfaces ou pour les grands importateurs de pays développés qui vendent sous leur propre marque (Tortajada et al., 2004, p. 220 ; Sánchez, Arévalo, 2007, p. 116). Cette stratégie permet aux fabricants de continuer à faire ce qu’ils maîtrisent, c’est-à-dire la fabrication, sans avoir à se préoccuper de la commercialisation. L’inconvénient est la dépendance par rapport aux distributeurs qui peuvent facilement changer de fournisseur et, de fait, ne s’en privent pas.

II – Le système productif local d’Illueca-Brea de Aragón

  • 4   Source : Institut aragonais de statistique, Recensement municipal des habitants au 1er juillet 20 (...)

23Le SPL de Illueca-Brea, localisé à 90 kilomètres de Saragosse, est situé dans une vallée de montagne relativement éloignée des grandes voies de communication. Il se compose de 7 municipalités qui regroupent au total 7 288 habitants 4. C’est un espace rural de tradition industrielle : à Illueca

« bien que son activité traditionnelle ait été liée au secteur textile… vers le premier quart du xxe siècle, l’activité industrielle se tourna vers le secteur de la chaussure… Des constats similaires peuvent être établis à propos de la localité de Brea de Aragón dont les usines ont été grandement avantagées par les contrats de fourniture de chaussures destinées à l’armée durant les années spécifiques de la guerre civile » (Hormigón, Ausejo, 1999, p. 174).

  • 5  Source : Trésorerie générale de la Sécurité sociale, Affiliés à la Sécurité Sociale.
  • 6  Source : Fichier des entreprises des chambres de commerce, d’industrie et de navigation de l’Espag (...)

24Quatre travaux réalisés en moins d’un quart de siècle (Vázquez, Santacana, 1987 ; Climent, Ruiz, 2002 ; Boix, Galletto, 2006 ; Boix, Trullén, 2011) ont identifié le secteur comme un SPL au moyen d’indicateurs reflétant une spécialisation productive et un poids économique significatif au plan régional. En 2014, Illueca-Brea, avec 787 employés, concentrait 65 % de l’emploi de la branche « cuir et chaussure 5 » et 74 % des entreprises de la chaussure d’Aragon 6. Cette même année, la chaussure généra 82 % de l’emploi industriel d’Illueca-Brea et 39 % de l’emploi total. Il s’agit cependant d’un territoire avec une spécialisation productive forte dans l’industrie de la chaussure et avec un poids économique très important en ce qui concerne cette branche à l’échelle régionale. Par rapport à l’ensemble de l’Espagne, Illueca-Brea occupe un rang modeste avec 4 % des emplois (tableau 1).

25Au-delà de ces grands constats statistiques, sa structure interne est caractéristique de celle des SPL : toutes les entreprises sont de petite taille, de capital local et elles entretiennent entre elles de fortes relations de marché et de coopération (Climent, Ruiz, 2004).

1. Le système productif local d’Illueca-Brea dans la mondialisation

26Les principales évolutions du SPL ont été nettement ­négatives ces dernières années : en 2001, 128 entreprises étaient en activité contre seulement 58 en 2013, ce qui représente une réduction de 55 %. Dans le même temps, le nombre d’employés est passé de 2 420 à 1 160, soit une baisse de 52 % .

27La figure 2 révèle un contraste marqué entre les importations et les exportations : les importations suivent une croissance continue avec une légère inflexion au cours des deux dernières années. Les exportations ont chuté de 60 % entre 2002 et 2008, suivie d’une stagnation puis ultérieurement d’une reprise partielle. La croissance des importations et la baisse des exportations sont en cohérence avec ce qui est survenu dans l’ensemble de l’Espagne et dans d’autres pays producteurs en Europe. L’évolution des tendances au cours des dernières années semble être une conséquence logique de la crise économique : la contraction de la demande intérieure freine les importations et contraint les entreprises à accroître leur présence sur les marchés internationaux.

28Dans le tableau 2, la répartition du commerce extérieur par pays est indiquée de façon simplifiée : quatre tableaux ont été élaborés, différenciant, d’une part les exportations et les importations, et d’autre part les chaussures finies et les composants des chaussures. Dans chaque tableau, figurent seulement les pays qui procurent plus de 5 % du total. Les pays qui apparaissent dans chaque tableau fournissent conjointement entre 78 et 94 % de la variable correspondante. Dans la mesure où 11 pays apparaissent seulement parmi les quatre tableaux, on peut en déduire que le commerce extérieur apparaît très polarisé.

Tableau 2 – Principaux pays fournisseurs et clients (2014)

Exportation de chaussures *

Rang

Pays

 %

1

France

44

2

Portugal

20,9

3

Italie

13,2

Importation de chaussures *

Rang

Pays

 %

1

Portugal

18,5

2

Hollande

14,9

3

Indonésie

13

4

Vietnam

10,8

5

Chine

10,6

6

Italie

9,2

7

France

7,4

Exportation de composants *

1

Roumanie

32,2

2

Maroc

18,8

3

France

15,6

4

Italie

6,6

5

Tunisie

5,6

1

Roumanie

32,2

Importation de composants *

Rang

Pays

 %

1

Portugal

28,6

2

Maroc

23,9

3

Inde

14,5

4

Italie

11,6

5

Tunisie

8,6

6

France

6,8

* Exprimé en valeur économique.

Source : Institut espagnol du commerce extérieur, ESTACOM, [en ligne], URL : http://www.icex.es/​icex/​es/​index.html

29Les principaux pays clients pour les chaussures finies sont la France, le Portugal et l’Italie qui reçoivent 78 % du total exporté. Les trois pays acheteurs se retrouvent également parmi les principaux fournisseurs en contribuant conjointement à 35 % des importations. La balance commerciale avec la France s’avère positive, alors qu’avec le Portugal et l’Italie, elle reste négative. La zone est importatrice nette de trois pays du Sud-Est asiatique : Indonésie, Vietnam et Chine, desquels proviennent 34 % des chaussures importées. C’est également le cas de la Hollande qui contribue à hauteur de 15 % bien que dans ce cas, il ne s’agisse pas d’un pays producteur mais d’un simple intermédiaire commercial. En comparant la situation actuelle avec celle d’il y a six ans (Climent et al., 2011), on constate que le changement le plus important concerne la balance commerciale avec le Portugal : de positive en 2008, elle devient négative en 2014.

30De la lecture de ces données, il ressort une perte de compétitivité sur les marchés internationaux, tant face aux nouveaux pays producteurs du Sud-est asiatique que face aux pays européens, en particulier le Portugal et l’Italie. Ce recul a provoqué une forte contraction de l’activité productive, illustrée par la réduction du nombre d’entreprises et d’emplois.

31Le commerce extérieur des composants reflète l’existence de relations productives entre les entreprises du SPL et les autres pays. Les composants contribuent à hauteur de 16 % des exportations totales et à 7 % des importations (fig. 2). Dans le tableau 2, on observe que la France et l’Italie occupent à la fois un rôle de clients et de fournisseurs ; la balance commerciale du SPL est positive avec la première et négative avec la seconde. Le Portugal reste pour autant le principal fournisseur. Les principaux clients s’avèrent être la Roumanie et le Maroc, suivis de loin par la Tunisie. Il s’agit de trois pays géographiquement proches, dont les coûts salariaux sont inférieurs à ceux de l’Espagne. La Roumanie fait partie de l’Union européenne (UE). Le Maroc et la Tunisie font partie de la zone euro-méditerranéenne de libre commerce, avec l’UE et d’autres pays riverains. Dans ce contexte, ils ont signé un accord d’association qui permet l’accès au marché de l’UE en franchise de droits pour les produits fabriqués, les chaussures et ses composants inclus. En ce qui concerne les importations, le Maroc est le deuxième fournisseur derrière le Portugal, suivi de l’Inde et de la Tunisie. Ainsi, l’Inde demeure un fournisseur net, le Maroc et la Tunisie sont des clients et des fournisseurs à la fois, la balance commerciale avec tous les deux étant positive, et la Roumanie est en position de client net. À l’instar de la chaussure finie, le principal changement intervenu au cours des dernières années a été l’accroissement important des importations originaires du Portugal, ce qui répond au développement de l’industrie portugaise des chaussures et ses composants, dont les coûts de production sont inférieurs à ceux de l’Espagne.

Fig. 2 – Commerce extérieur de la chaussure de la province de Saragosse (en millions d’euros)

Fig. 2 – Commerce extérieur de la chaussure de la province de Saragosse (en millions d’euros)

Source : Institut espagnol du commerce extérieur, ESTACOM, [en ligne], URL : http://www.icex.es/​icex/​es/​index.html

32Le commerce des composants de la chaussure souligne que le SPL a adopté une stratégie de globalisation de la production : les entreprises du SPL d’Illueca-Brea sous-traitent des tâches de production à des entreprises de pays dont elles importent des composants, et sont sous-traitantes auprès des entreprises des pays vers lesquels elles exportent. Ces réseaux s’étendent vers d’autres pays de l’Union européenne tels le Portugal, la Roumanie et, dans une moindre mesure, l’Italie et la France, en étant une conséquence logique de l’intensité croissante du processus d’intégration économique. Mais ils comprennent également deux pays du Maghreb, le Maroc et la Tunisie, et un pays du Sud-est asiatique, l’Inde.

2. La réorganisation de la production

33Les entretiens approfondis avec les responsables d’entreprise corroborent ce qu’indiquent les statistiques : la production est de moins en moins locale, dans la mesure où les entreprises sous-traitent des tâches auprès de firmes d’autres SPL, situés aussi bien en Espagne que dans d’autres pays. C’est le cas de The Yellow Stone Company, l’entreprise à l’origine des relations commerciales avec la Roumanie. Le siège central, localisé dans le SPL, conserve une petite usine pour fabriquer les prototypes, mais la production est réalisée dans une usine située dans le pays balkanique ; à partir du siège central s’organisent l’exportation à l’usine roumaine des matières premières et des composants sélectionnés ainsi que la commercialisation de la chaussure finie, dont une partie seulement est destinée à l’Espagne (Climent et al., 2011). Encouragée par cette initiative, l’entreprise RAN-PEPES a inauguré également en Roumanie un atelier spécialisé dans la couture des pièces qui constitue la partie de la production la plus intensive en main-d’œuvre. Cependant l’expérience n’a pas bien fonctionné et au bout d’un certain temps elle a dû fermer l’atelier et la production fut relocalisée dans le SPL.

34Similaire est le cas de Rómulo Benedí, l’entreprise responsable du commerce de composants avec l’Afrique du Nord. Le siège social est situé dans le SPL, où se concentrent les activités décisionnelles et où s’organise la logistique, la réalisation de petites séries ainsi que des produits qui composent les prototypes. Le design se développe avec deux entreprises indépendantes situées dans les districts industriels d’Arnedo et de la vallée de Vinalopó. Le siège central contrôle deux usines sous la formule de joint-ventures que l’entreprise détient en Tunisie et au Maroc. Celle de Tunisie est la plus ancienne (2000) et les tâches productives qu’on y réalise consistent en la coupe et la couture de pièces de peau, à partir des matières premières et des biens d’équipement fournis par l’entreprise ; le produit semi-fini est transféré vers deux entreprises situées l’une dans le district local et l’autre à Vall de Uxó (Castellón), auxquelles est sous-traitée la finition des paires ; les paires finies sont renvoyées au siège où elles sont étiquetées et exportées. Celle du Maroc est plus récente (2005) et élabore des produits finis qui sont directement exportés ; le siège contrôle l’approvisionnement des matières premières et la vente des chaussures fabriquées.

35Un autre cas à souligner est celui de l’entreprise Lezna 2000, dont l’usine est maintenue dans le SPL, où se situe également le département de design. Elle se fournit en peau à Arnedo et en Italie ; en semelles à Illueca-Brea et en Italie ; d’autres composants proviennent du SPL local et de la vallée de Vinalopó. En outre, la réalisation d’activités intermédiaires du processus de fabrication est sous-traitée : une entreprise de la vallée de Vinalopó réalise la phase de couture et la finition des paires de chaussures est effectuée au Portugal et en Indonésie.

36Pour leur part, plusieurs entreprises de composants du SPL travaillent pour des fabricants d’autres SPL espagnols, comme celui d’Arnedo, et d’autres pays européens, en particulier l’Italie. D’autres stratégies, citées dans le paragraphe 2.2, sont vérifiées à Ilueca-Brea : quelques fabricants de chaussures vendent leur production à d’autres entreprises qui les distribuent sous leurs propres marques ; de cette manière, une partie des chaussures fabriquées à Illueca-Brea est vendue sous des marques des districts industriels de Inca, Minorque ou Arnedo. Il existe également des entreprises qui produisent des chaussures pour des distributeurs commerciaux, qui les vendent ensuite sous leur propre marque.

3. Des freins et des occasions manquées

37La capacité d’adaptation des SPL aux circonstances changeantes de l’économie constitue l’une des caractéristiques mise en relief par la bibliographie (Becattini, 2002 ; Pilotti, 2000). L’ancrage des entreprises au ­territoire, les relations de coopération entre elles et les acteurs sociaux, la capacité collective d’apprentissage et d’innovation sont des points forts à l’heure de faire face à des circonstances contraires. Les districts industriels italiens de la chaussure constituent d’excellents exemples de réussite : malgré la domination incontestable de la Chine sur les marchés internationaux, l’Italie continue à être le leader mondial de la chaussure de qualité. La reprise récente des exportations et la réorganisation de la chaîne de valeurs pourraient être interprétées comme des signaux selon lesquels le SPL d’Illueca-Brea va surmonter cette crise comme il en a surmonté d’autres. Mais la bibliographie souligne également que les SPL peuvent disparaître, comme l’indiquent l’exemple de Pirmasens en Allemagne (Schamp, 2005) ou bien d’autres en France (Le Bot, Perrin, 2012). Celui ­d’Illueca-Brea pourrait être l’un de ceux-là, compte-tenu de ses lacunes mais aussi des occasions qui n’ont pas été exploitées ces dernières années.

38Un des principaux freins renvoie à l’attitude traditionnelle qui fait que les jeunes rentrent le plus tôt possible dans les entreprises pour y apprendre le métier, avec l’ambition de s’installer ensuite à leur compte, en créant d’abord une entreprise auxiliaire et ensuite, si tout va bien, une entreprise de fabrication de chaussures. Autrement dit, dans le SPL, le learning by doing apparaît très répandu, mais on y trouve peu de gens avec une formation technique de haut niveau, acquise grâce à l’éducation formelle dans des centres de formation professionnelle et universitaires. Une occasion a été manquée : à partir de 2000 une réforme de la formation professionnelle a été mise en place en Espagne au sein du système national de l’éducation ; c’est ainsi que pour les jeunes étudiants, des cours de formation initiale dans le secteur de la chaussure ont été programmés et les autorités régionales d’Aragon ont établi ces études au lycée d’Illueca. Cependant, l’initiative ne fut pas accueillie positivement par les chefs d’entreprise ni par la société locale, au motif que le métier s’apprend à l’usine, et les cours ont été supprimés (Climent et al., 2009, p. 151). En raison de cette attitude, qui n’a guère changé, le SPL fonctionne avec des ouvriers compétents pour différentes tâches de fabrication de la chaussure, mais ne compte pas de personnes formées à d’autres activités fondamentales, comme le design ou le marketing. Durant ces années de crise, de nombreux postes de travail ont été supprimés, de sorte que les jeunes de la région ont vu leurs opportunités d’emplois réduites tout comme l’apprentissage du métier à l’usine. Les employeurs sont préoccupés par la relève des ouvriers qualifiés proches de la retraite, mais peu nombreux sont ceux qui réclament un autre type d’employés.

39La propension à créer des entreprises a toujours été grande et l’employeur au profil le plus répandu est celui qui connaît très bien les différentes tâches de production mais présente des lacunes dans la formation appliquée aux aspects proprement gestionnaires (Climent et al., 2009). Ceci représente une forte limite pour être compétitif sur les marchés de la chaussure haut de gamme où la marque, le design, le marketing et la technologie sont fondamentaux.

40Une enquête réalisée il y a quelques années (Escalona et al., 2011) soulignait que seulement 30 % des entreprises fabricantes de chaussures disposaient de leur propre marque. En outre, la majeure partie des entreprises présentait une politique de design très limitée : elles ne recouraient pas aux services de designers mais de modélistes qui, pour la majorité d’entre eux, provenaient d’autres SPL et fournissaient un travail très professionnel du point de vue technique, plus imitatif que créatif et peu différenciateur car ils travaillaient souvent simultanément pour de nombreuses entreprises. Il n’y a pas eu de changements significatifs ces dernières années.

41Le marketing demeure un outil peu développé. La production des entreprises du SPL continue d’alimenter le marché national principalement à partir d’agents commerciaux traditionnels ; l’exportation est organisée sur le même principe ou au travers de grossistes importateurs des pays de destination. Seules quelques rares entreprises utilisent d’autres canaux comme la vente sur internet. Le point le plus positif est que durant ces dernières années, la participation aux principales foires nationales (Modacalzado à Madrid) et internationales de la chaussure (Global Destination for Shoes and Accesories-GDS à Düsseldorf et MICAM Shoevent à Milan) s’avère en augmentation.

42Dans ce domaine, l’élément le plus remarquable est peut-être le développement des ventes à l’usine. Le tourisme a connu une croissance modérée à cet endroit de l’Aragon, dont certaines entreprises ont cependant profité pour inaugurer une nouvelle forme de ventes, ce qui a permis en retour d’attirer plus de touristes (fig. 3). Néanmoins comme la majorité de ceux-ci recherchent des chaussures moins chères que dans les boutiques de leur ville, les principaux bénéficiaires ne sont pas les fabricants du SPL mais les revendeurs qui importent des chaussures de l’étranger et d’autres SPL espagnols.

Fig. 3 – Château du pape Benoît XIII d’Avignonet et, au premier plan, magasin pour la vente de chaussures : extérieur (gauche) et intérieur (droite)

Fig. 3 – Château du pape Benoît XIII d’Avignonet et, au premier plan, magasin pour la vente de chaussures : extérieur (gauche) et intérieur (droite)

Source : E. Climent-López.

43Un objectif toujours prioritaire des entreprises du SPL est de disposer de machines modernes. Cette démarche est cohérente avec le type de formation le plus répandu parmi les employeurs. La principale nouveauté de ces dernières années est la diffusion élargie bien que non généralisée de la conception et la fabrication assistées par ordinateur.

44L’INESCOP est un organisme national, créé par la Fédération espagnole des industries de la chaussure (FICE) et constitue actuellement un centre technologique de la chaussure ; son siège central se situe à Elda (Vallée de Vinalopó), mais il possède des laboratoires dans d’autres SPL. Celui d’Illueca-Brea disposait d’installations équipées pour la réalisation de la majeure partie des analyses standards de qualité mais elles ont été toujours sous-utilisées, parce que les entreprises recouraient sporadiquement à leurs services. Il a été finalement fermé et les entreprises s’adressent désormais pour leurs analyses de qualité et les certifications aux laboratoires de l’INESCOP établis à Arnedo ou à Elda. Les limites des entreprises expliquent qu’elles ne recourraient pas de façon systématique à ses services et qu’elles ne voyaient pas dans le laboratoire un facteur-clé pour la production et l’innovation. Il s’agit d’une autre occasion ratée.

45À Illueca existe le siège de l’Association des fabricants de chaussures et auxiliaires de Saragosse et de sa province (AFCYA), dont font partie 24 entreprises, soit 41 % du total. Ses objectifs sont la défense des intérêts des entreprises du secteur, leur représentation devant les institutions publiques et leur mise en contact avec des entreprises d’autres zones par l’intermédiaire de la FICE. En outre, elle fournit certains services en direction des entreprises comme la maintenance d’une page web, qui leur sert de vitrine, ou bien la coordination de la participation aux foires. Sa stratégie est plus réactive que proactive, c’est-à-dire plus axée sur la défense des intérêts de ses membres que sur la promotion de nouveaux projets de coopération entre eux.

46Quand, à partir de 2002, les exportations commencèrent à chuter, l’AFCYA obtint du gouvernement d’Aragon qu’il s’intéresse vivement au sort du secteur. L’agence de développement régional (Instituto Aragonés de Fomento, IAF), en coordination avec les entreprises, élabora un plan stratégique, dont l’exécution aboutit en 2004 à la création du Cluster aragonais de la chaussure (CLAC), organisme à caractère public et privé, formé par l’IAF et l’AFCYA. Ses grands domaines d’intervention concernaient le design industriel, la promotion de la qualité, le marketing et la commercialisation, la production et la logistique. Les actions concrètes se sont orientées fondamentalement vers la promotion, la diffusion, le diagnostic des entreprises et la formation. Le CLAC a organisé deux journées du secteur de la chaussure, auxquelles furent invités designers et fabricants à succès, nationaux et internationaux, pour contribuer à la formation des entrepreneurs du SPL et à la diffusion d’une image favorable de ce dernier vers l’extérieur.

47Parmi les actions du cluster à souligner pour leur ambition et leur nouveauté, le lancement de deux intéressants projets technologiques de coopération inter-entreprises. Un pour développer une nouvelle ligne de chaussures enfantines destinées à la correction du « pied valgus », pathologie que l’on observe, à des degrés divers, chez un pourcentage élevé d’enfants ; s’y impliquèrent trois fabricants de chaussures pour enfants et deux entreprises auxiliaires, ainsi qu’une entreprise technologique, un bureau de design de marques et logotypes et un cabinet de propriété industrielle et intellectuelle. L’autre projet consistait au développement d’un type de chaussure commode et confortable, qui diminuerait la fatigue musculaire générée par la marche ; s’y impliquèrent huit fabricants de chaussures pour adultes, une entreprise auxiliaire et une entreprise technologique. Le second projet ne parvint pratiquement pas à démarrer. Le premier en resta aux phases de recherche et de design sans que ne débute la production en série ni la commercialisation.

48L’échec de ces deux projets trouve son origine dans les limites des entreprises et le manque de leadership au sein du cluster lui-même, dans lequel il ne s’est pas créé une véritable stratégie de coopération inter-entreprises. Cet échec a révélé le manque de compréhension entre les partenaires, tant entre les entreprises elles-mêmes qu’entre celles-ci et l’IAF. Par conséquent, le gouvernement régional qui assumait la majeure partie du financement du CLAC, pressé par la politique d’austérité budgétaire et la réduction des dépenses publiques qui en a résulté, a suspendu ses contributions financières en 2013, ce qui a entraîné la dissolution du CLAC. Il s’agit sans aucun doute d’une grande occasion manquée.

Conclusion

49Dans le cadre de la nouvelle géographie mondiale de l’industrie de la chaussure, la taille et le poids international des SPL espagnols ont progressivement diminué. Pour ne pas disparaître, ils ont procédé à une restructuration interne en optant pour deux grandes lignes d’actions : organiser la production à une échelle globale et s’orienter vers des marchés de meilleure qualité. Pour le SPL d’Illueca-Brea de Aragon qui constitue l’exemple étudié, la production a été réorganisée en ce sens. L’orientation vers une chaussure de qualité supérieure est cependant bloquée par les insuffisances des entreprises en matière de formation technique et managériale.

50Au cours des dernières années, de bonnes opportunités ont été perdues pour avancer dans cette direction de l’amélioration de la qualité. Un centre de formation aurait pu être développé pour améliorer et diversifier la qualification des salariés, mais l’initiative n’a pas rencontré un écho favorable parmi le SPL. On aurait pu disposer d’un centre technologique, sur la base du laboratoire de l’INESCOP, mais les entreprises elles-mêmes n’y ont pas accordé un grand intérêt. La meilleure des opportunités perdues a été la vie éphémère du Cluster aragonais de la chaussure, un organisme initialement bien conçu et financé en partie par l’administration régionale, qui aurait pu promouvoir la coopération entre les entreprises et mettre en œuvre des projets ambitieux et bien ciblés.

51L’avenir du SPL apparaît comme extrêmement incertain. La reprise actuelle des exportations répond probablement à un effet conjoncturel, ce qui n’exclut pas dans peu de temps un retour aux tendances antérieures. Et si cela se produit, le SPL y sera encore plus mal préparé qu’auparavant, parce qu’il est plus petit et que les occasions perdues ne se représenteront pas. Bien que quelques entreprises puissent évoluer favorablement, la disparition du SPL n’est donc pas à exclure.

52Compte tenu de la forte spécialisation économique de la zone, l’effondrement de l’industrie de la chaussure aurait de très graves conséquences pour la population, qui en dépend dans une large mesure. Avec comme circonstance aggravante, le fait qu’il existe peu d’options de diversifications économiques : d’un côté, comme il s’agit d’une vallée de montagne, l’agriculture rencontre beaucoup de limites ; en fait, les vallées voisines ont subi un long ­processus de dépeuplement auquel Illueca-Brea a échappé grâce à l’industrie de la chaussure.

53D’un autre côté, le secteur ne dispose pas de ressources naturelles ou patrimoniales de grande qualité pour générer une activité touristique significative : c’est une montagne méditerranéenne, où les hivers sont froids mais sans neige ; et en été, il fait trop chaud pour permettre le développement du tourisme montagnard. En outre, la proximité des Pyrénées rend impossible toute concurrence dans ce domaine. Sur place, prévaut un patrimoine historique et artistique modeste avec un seul élément de haute qualité : le château appartenant autrefois au pape Benoît XIII d’Avignon (fig. 3).

54Enfin, l’implantation d’entreprises industrielles étrangères apparaît très difficile car il s’agit d’une zone relativement isolée des principales infrastructures de transport. L’option la plus probable, que les récentes pertes d’emplois laissent déjà entrevoir, semble être la transformation du territoire en une espace résidentiel où les habitants se déplacent pour travailler vers les localités relativement proches de l’axe Saragosse-Madrid y compris vers la capitale régionale elle-même.

Haut de page

Bibliographie

Becattini G., La oruga y la mariposa. Un caso ejemplar de desarrollo en la Italia de los distritos industriales : Prato (1954-1993), Universidad de Valladolid, 2005.

Becattini G., « Del distrito industrial marshalliano a la ‘teoría del distrito’ contemporánea : una breve reconstrucción crítica », Investigaciones Regionales, no 1, 2002, p. 9-32.

Belso-Martínez J. A., « International Outsourcing and Partner Location in the Spanish Footwear Sector. An Analysis Based in Industrial Districts SMES », European Urban and Regional Studies, no 17, 2010, p. 65-82.

Belso-Martínez J. A., « Differences in Survival Strategies Among Footwear Industrial Districts: The Role of International Outsourcing », European Planning Studies, no 16, 2008, p. 1229-1248.

Beltrán Andreu C., « La industria menorquina del calzado ; claves para aumentar su competitividad en un mundo global », Revista de Historia Industrial, no 46, 2011, p. 127-158.

Boix R., Galletto V., « Sistemas locales de trabajo y distritos industriales marshallianos en España », Economía industrial, no 359, 2006, p. 165-184.

Boix R., Trullén J., « La relevancia empírica de los distritos industriales marshallianos y los sistemas productivos locales manufactureros de gran empresa en España », Investigaciones regionales, no 19, 2011, p. 75-96.

Climent-López E., « Los sistemas productivos locales : de la especialización flexible a la mente invisible y la gobernanza en red », Ería : Revista cuatrimestral de geografía, nos 78-79, 2009, p. 139-155.

Climent-López E., Escalona-Orcao A. I., Loscertales-Palomar B, « Reestructuración productiva en los distritos industriales españoles del calzado : el caso de Illueca-Brea de Aragón », http://www.ub.es/geocrit/sn/sn-375.htm, Scripta Nova. Revista Electrónica de Geografía y Ciencias Sociales, no 375, 2011.

Climent-López E., Escalona-Orcao A.I., Loscertales-Palomar B., Molina Fuster T., « Gobernanza en red y cultura técnico-empresarial en los sistemas productivos locales de Aragón », dans Salom J., Albertos J. M. (dir.), Redes socioinstitucionales, estrategias de innovación y desarrollo territorial en España, Universidad de Valencia, 2009.

Climent-López E., Ruiz Budría E., « Organización interna e innovación tecnológica en los sistemas productivos locales de Aragón », dans Alonso Santos J. L., Aparicio Amador L. J., Sánchez Hernández J. L. (dir.), Recursos territoriales y geografía de la innovación en España, Universidad de Salamanca, 2004.

Climent-López E, Ruiz Budría E., « Sistemas productivos locales en el medio rural de Aragón : identificación y caracterización », Actas del XI Coloquio de Geografia Rural. Los espacios rurales entre el hoy y el mañana, Universidad de Cantabria, 2002.

Costa (da) A. B., « The Footwear Industry in Vale do Sinos (Brazil): Competitive Adjustment in a Labour-Intensive Sector », CEPAL Review, no 101, 2010, p. 157-172.

Escalona-Orcao A.I., Loscertales-Palomar B., Climent-López E., « Convenciones, prácticas empresariales y pautas para el desarrollo económico y territorial. Las industrias del vino y del calzado en la provincia de Zaragoza », Anales de Geografía, no 31, 2011, p. 77-102.

Fuster García B., Martínez Mora C., Pardo Alés G., « Las estrategias de competitividad de la industria del calzado ante la globalización », Revista de Estudios Regionales, no 86, 2008, p. 71-96.

Guerrieri P., Pietrobelli C., « Models of Industrial Clusters’ Evolution and Changes in Technological Regimes », dans Guerrieri P., Iammarino S., Pietrobelli C. (dir.), The Global Challenge to Industrial Districts. Small and Medium Sized Enterprises in Italy and Taiwan, Edward Elgar, 2001.

Hormigón Blánquez M., Ausejo Martínez E., La historia de la industrialización de Zaragoza, vol. II, Confederación de Empresarios de Zaragoza, 1999.

Huang Z., Zhang X., Zhu Y., « The Role of Clustering in Rural Industrialization: A Case Study of the Footwear Industry in Wenzhou », China Economic Review, no 19, 2008, p. 409-420.

Le Bot F., Perrin C., « El Estado y la industria del calzado en Francia en el siglo XX. La definición de una escala territorial para la coordinación entre los poderes públicos y las empresas », Investigaciones de Historia Económica, no 8, 2012, p. 15-28.

Miranda Encarnación J. A, « La Comisión Nacional de Productividad Industrial y la “americanización” de la industria del calzado en España », Revista de Historia Económica - Journal of Iberian and Latin American Economic History, no 22, 2004, p. 637-668.

Molina Morales X., García Villaverde P. M., Parra Requena G., « Geographical and Cognitive Proximity Effects on Innovation Performance in SMEs: A Way Through Knowledge Acquisition », International Entrepreneurship and Managemant Journal, no 10, 2014, p. 231-251.

Pilotti L., « Evolutionary and Adaptive Local Systems in Northeast Italy: Strategies of Learning, Leadership and Cooperation », dans Belussi F., Gottardi G. (dir.), Evolutionary Patterns of Local Industrial Systems. Towards a Cognitive Approach to the Industrial District, Ashgate, 2000, p. 147-169.

Ponce Herrero G., Martínez Puche A., « Factores de impulso en la configuración de un territorio innovador : la contribución del entorno al sistema productivo del calzado alicantino », Investigaciones Geográficas, no 32, 2003, p. 39-63.

Ramón Dangla R., « Crisis económica, globalización y FOGASA : la estrategia de la industria del calzado para sobrevivir. El caso de Alicante 1980-1991 », Economía Industrial, no 385, 2012, p. 137-148.

Sánchez Morales S., Arévalo Sánchez P., « Globalización, industria tradicional y territorio en Castilla-La Mancha », Anales de Geografía, no 27, 2007, p. 103-124.

Sánchez Rodríguez J. A., « El sector español del calzado », Boletín económico de ICE, no 2961, 2009, p. 3-19.

Schamp E. W., « Decline of the District, Renewal of Firms: An Evolutionary Approach to Footwear Production in the Pirmasens Area, Germany », Environment and Planning, vol. 37, 2005, p. 617-634.

Scott A. J., « The Changing Global Geography of Low-Technology, Labor-Intensive Industry : Clothing, Footwear and Furniture », World Development, no 34, 2006, p. 1517-1536.

Tortajada Esparza E., Fernández de Lucio I., Ybarra Pérez J. A, « Evolución de la industria española del calzado. Factores relevantes en las últimas décadas », Economía Industrial, nos 355-356, 2004, p. 211-227.

Vázquez Barquero A., Santacana Martorell A., Áreas rurales con capacidad de desarrollo endógeno, Ministerio de Obras Públicas y Urbanismo, 1987.

Ybarra Pérez J. A., Santa María Beneyto M. J., « El sector del calzado en España. Retos ante un contexto de globalización », Boletín económico de ICE, no 2838, 2005, p. 9-23.

Haut de page

Notes

1  Source : World footwear 2012 yearbook, [en ligne], URL : http ://www.worldfootwear.com

2   Source : Fédération des industries espagnoles de la chaussure, Annuaire de la chaussure, [en ligne], URL : http ://www.fice.es/

3   Fonds économique mis en place par le gouvernement dont la fonction est de garantir les salaires impayés et les indemnités de licenciement aux travailleurs quand l’entreprise responsable est reconnue insolvable.

4   Source : Institut aragonais de statistique, Recensement municipal des habitants au 1er juillet 2014.

5  Source : Trésorerie générale de la Sécurité sociale, Affiliés à la Sécurité Sociale.

6  Source : Fichier des entreprises des chambres de commerce, d’industrie et de navigation de l’Espagne (Camerdata), [en ligne], URL : http ://www.camerdata.es

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des systèmes productifs locaux de la chaussure en Espagne
Crédits Source : les auteurs ; fond GEOATLAS.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2381/img-1.jpg
Fichier image/, 352k
Titre Fig. 2 – Commerce extérieur de la chaussure de la province de Saragosse (en millions d’euros)
Crédits Source : Institut espagnol du commerce extérieur, ESTACOM, [en ligne], URL : http://www.icex.es/​icex/​es/​index.html
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2381/img-2.jpg
Fichier image/, 116k
Titre Fig. 3 – Château du pape Benoît XIII d’Avignonet et, au premier plan, magasin pour la vente de chaussures : extérieur (gauche) et intérieur (droite)
Crédits Source : E. Climent-López.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2381/img-3.jpg
Fichier image/, 527k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eugenio Climent-López, Ana Isabél Escalona-Orcao et Blanca Loscertales-Palomar, « Une adaptation difficile dans un environnement sans cesse plus compétitif : le système productif local de la chaussure d’Illueca-Brea de Aragón (Espagne) », Sud-Ouest européen, 41-42 | 2016, 103-116.

Référence électronique

Eugenio Climent-López, Ana Isabél Escalona-Orcao et Blanca Loscertales-Palomar, « Une adaptation difficile dans un environnement sans cesse plus compétitif : le système productif local de la chaussure d’Illueca-Brea de Aragón (Espagne) », Sud-Ouest européen [En ligne], 41-42 | 2016, mis en ligne le 09 février 2018, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/2381 ; DOI : 10.4000/soe.2381

Haut de page

Auteurs

Eugenio Climent-López

Institut universitaire de recherche en sciences de l’environnement d’Aragon ; université de Saragosse, ecliment@unizar.es

Ana Isabél Escalona-Orcao

Institut universitaire de recherche en sciences de l’environnement d’Aragon ; université de Saragosse, aescalon@unizar.es

Blanca Loscertales-Palomar

Institut universitaire de recherche en sciences de l’environnement d’Aragon ; université de Saragosse, bloscer@unizar.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals