Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41-42Notes bibliographiquesL’Espagne en crise : une géopolit...

Notes bibliographiques

L’Espagne en crise : une géopolitique au xxie siècle

Angel Pueyo Campos
Traduction de Philippe Dugot
p. 174-175
Référence(s) :

N. Baron, B. Loyer, L’Espagne en crise: une géopolitique au xxie siècle, Armand Colin, Paris, 2015, 272 p.

Texte intégral

1Analyser un pays de l’extérieur, avec rigueur et sérieux, peut aider à disséquer et à mieux apprécier sa réalité. Cela permet, de manière indépendante, de radiographier et de présenter un diagnostic précis de sa situation géopolitique. L’essai sérieux et rigoureux de l’Espagne qui est livré ici est d’une lecture aisée et agréable. Il s’agit d’une synthèse très bien documentée de ce qu’ont été les évolutions et transformations socio-économiques du pays, de ses valeurs et de son organisation territoriale. C’est, de plus, une magnifique étude scientifique mais également une monographie didactique qui peut servir pour enseigner et connaître le pays, identifier ses points forts et ses faiblesses. Ce livre est centré sur l’évolution socio-économique et géopolitique depuis la fin des années 1990. Mais il s’interroge aussi sur la fin du franquisme et les changements introduits par la période de la Transition démocratique, de même que sur la période de l’intégration de l’Espagne comme cinquième économie de l’Union européenne.

2Cette publication explique le changement dans l’organisation territoriale accompagnant le renouveau de la démocratie espagnole : un modèle autonomique avec des compétences inconnues dans le modèle régional français. Il s’interroge sur ce quasi-fédéralisme d’une nation de nations qui se met en place à un moment de croissance économique et d’intégration au sein de l’Union européenne. Ces époques favorables, nourries de financements externes, masquent les déséquilibres du pays et anesthésient les regards critiques. Mais, à partir de la crise économique de 2008, de la crise des valeurs qui l’accompagne, il se produit de graves tensions avec la découverte de faits de corruption et le constat d’un manque de hauteur de la classe politique. Comme l’exposent les auteurs, il s’ouvre une lutte entre ceux qui désirent un État plus centralisé et ceux qui nient l’Espagne comme nation, désirant l’autodétermination et remettant en cause la solidarité interrégionale. Les analyses qui sont réalisées sur les communautés autonomes de Madrid, de Catalogne, du Pays Basque et de Valence sont remarquables.

3La grande dépression, surgie aux États-Unis en 2008, complique dramatiquement la situation du pays, qui donnait déjà des signes de ralentissement aux débuts de 2007. En effet, la situation intérieure est aggravée par la surchauffe économique des années précédentes et la formation d’une « grande bulle immobilière ». L’ouvrage présente cela comme une crise globale affectant tous les territoires, secteurs et activités et portant préjudice au niveau de vie des familles. Les entités financières, affaiblies par les excès passés dans la délivrance des crédits bancaires, se sont avérés incapables de résoudre cette situation d’autant que la pression financière extérieure leur impose des contrôles. Personne ne se souvient alors du rôle de l’Espagne, instrumentalisée par une partie du système financier et des fonds de pension et d’investissement européens, pour retirer des différentiels de taux avec leur marché de substantiels bénéfices, impossibles à atteindre dans leurs pays d’origine.

4Le livre s’interroge alors sur la capacité du gouvernement central et des gouvernements régionaux et locaux pour maintenir le niveau des prestations et services par manque de liquidité. L’ouvrage soulève également la question de la dualisation et de l’appauvrissement d’une part importante de la société espagnole. Il s’inquiète également des effets de cette crise sur une population espagnole passée d’une augmentation rapide de son volume à la stagnation, puis au recul accompagné de son vieillissement. Les conséquences dramatiques du chômage se sont traduites par le départ d’une partie des immigrants et la réapparition d’une émigration des jeunes espagnols, principalement vers les grands pays européens.

5Ce travail interroge le modèle économique espagnol avec ses spécificités locales du point de vue macroéconomique. Insérant ce modèle au sein du marché global, il permet d’y apprécier à la fois les effets territoriaux et les répercussions sociales de la globalisation. Il analyse ainsi les relations intrinsèques entre l’activité touristique et le boom immobilier, la fragilité du tissu industriel, l’intensification d’une activité agricole vouée à l’exportation, l’échec de la production d’énergies renouvelables ou le surdimensionnement des infrastructures de transport, rappelant les projets pharaoniques qu’a connus le pays.

6On trouve aussi dans ces pages, une intéressante réflexion sur le changement sociétal, le besoin de ­nouveaux discours et façons de faire de la politique. Ces dernières années ont favorisé l’émergence de nouveaux partis politiques. Lors des dernières élections le pays a rompu avec le traditionnel bipartisme pour essayer de nouveaux modèles de consensus avec l’ambition d’un nouvel ordre social, économique et territorial. Mais, comme les auteurs l’observent, cela débouche aussi sur des moments d’incertitude politique qui peuvent décevoir l’électorat et favoriser l’émergence d’extrémismes.

7Puis l’ouvrage aborde le thème de la présence de l’Espagne – et de ses communautés autonomes – dans le monde, analysant particulièrement les liens avec l’Europe, le sud de la Méditerranée et l’Amérique. La crise et le manque de leadership politique ont abouti à une perte d’influence politique et apparaissent comme un obstacle pour l’expansion internationale des entreprises espagnoles.

8En définitive, ce livre aide à comprendre la réalité ­complexe qui est celle de l’Espagne. En dépit d’importants éléments d’incertitude, l’ouvrage évoque les facteurs positifs qui ont contribué à la transformation du pays : l’éducation, la responsabilité, la qualité ou l’internationalisation. Il note la nécessité de changements aux niveaux individuel, collectif et institutionnel avec le déploiement d’une vision sur le long terme et un souci renouvelé de solidarité interrégionale. L’ouvrage observe ainsi une évolution qui se cristallise autour de mouvements comme le 15M, ou au travers de nouveaux partis comme Podemos et Ciudadanos. Mais tout cela fait de l’Espagne un laboratoire politique et social au futur bien incertain.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angel Pueyo Campos, « L’Espagne en crise : une géopolitique au xxie siècle »Sud-Ouest européen, 41-42 | 2016, 174-175.

Référence électronique

Angel Pueyo Campos, « L’Espagne en crise : une géopolitique au xxie siècle »Sud-Ouest européen [En ligne], 41-42 | 2016, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/2452 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.2452

Haut de page

Auteur

Angel Pueyo Campos

Universidad de Zaragoza

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search