Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41-42Notes bibliographiquesPaysages de Midi-Pyrénées. De la ...

Notes bibliographiques

Paysages de Midi-Pyrénées. De la connaissance au projet

Philippe Dugot
p. 176-177
Référence(s) :

Paysages de Midi-Pyrénées. De la connaissance au projet, ouvrage collectif réalisé par l’Union régionale des Conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de Midi-Pyrénées et coédité avec la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement Midi-Pyrénées, 2015, 215 p.

Texte intégral

1Les Conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) sont des organismes départementaux découlant de la loi sur l’architecture de 1977. Leur finalité, comme leur nom l’indique, est de promouvoir la qualité architecturale, urbaine et paysagère. Pour ce faire, ils doivent participer à des actions de sensibilisation et d’information du grand public et développer une mission de conseil tant à des particuliers ayant un projet quelconque de construction ou de réhabilitation, qu’à des collectivités territoriales dans leurs projets d’urbanisme et d’aménagement. Leur mission inclut aussi la formation des maîtres d’ouvrages et des professionnels.

2C’est dans le cadre de cette mission que se sont mobilisés les CAUE de Midi-Pyrénées, fédérés au niveau régional, pour produire l’ouvrage dont il est question ici. Ce volume de plus de 200 pages, richement documenté et illustré, en couleur, constitue une matérialisation très convaincante du travail mené par ces différents organismes, peu connus du grand public. Le maître mot de tout cela est le paysage, notion certes évidente mais finalement peu mise en avant dans les politiques d’aménagement. Le fait paysager est surtout vu comme une conséquence, une réalité héritée, mais rarement comme un moyen d’action. D’ailleurs, cet ouvrage n’a pas simplement comme objectif de décrire le paysage midi-pyrénéen, ce qu’il fait très bien comme nous allons le voir. Il a aussi pour ambition de mettre en exergue le paysage comme projet de territoire.

3L’ouvrage est donc bien réalisé. Il donne à contempler de très nombreux paysages de Midi-Pyrénées épousant la diversité géomorphologique et géologique de la région. On voit bien ressortir la richesse de la palette paysagère d’un territoire finalement assez réduit d’autant si on la confronte avec de vastes espaces géographiques ailleurs dans le monde, beaucoup plus uniformes. Sidobre, Quercy, Ségala sonnent comme autant d’exemples étudiés dans le cadre de fiches dont certains pourront regretter la rapidité mais dont on doit louer, à notre sens, de livrer les éléments essentiels. Charge à ceux qui veulent pousser l’intérêt à se munir d’autres outils, ouvrages monographiques plus étayés et, pourquoi pas, un court périple sur place. L’ouvrage, par certains de ses textes et photographies, en donne en tous les cas l’envie.

4Mais qu’on nous permette une critique. On nous parle de l’importance des paysages du quotidien. D’ailleurs dans l’ouvrage il est rappelé que depuis la loi paysage de 1993, « le champ d’étude du paysage s’étend à des paysages ordinaires jusqu’à considérer des espaces urbains dégradés ou banalisés. Tout devient paysage ! » (p. 13).

5Mais où sont ici les paysages de la grande majorité des habitants de Midi-Pyrénées c’est-à-dire les paysages urbains ? Les quelques lignes (p. 59) autour du Pays toulousain « en perte de repères » ne compensent pas l’impression d’une mise de côté de l’urbain et plus largement des artefacts dans le paysage régional. On peut souhaiter, si ce n’est discuter, accompagner un peu plus (p. 40) l’affirmation que « les paysages urbains [sont] minoritaires dans l’espace régional. » Qu’en est-il des entrées de ville qui, dans nos régions comme ailleurs en France, ont fait les frais d’une modernisation incontrôlée avec ses alignements de « boîtes à chaussures ». Qu’en est-il de la laideur désespérante des exploitations agricoles ? Qu’en est-il aussi d’une périurbanisation grignotant de plus en plus de territoires ? Qu’en est-il d’un pavillonnaire qui mite le paysage d’une cruelle banalité pour l’œil ? Quid de la voiture pourtant omniprésente par son empreinte infrastructurelle ? Dans un pays cadastré par des règles d’occupation des sols, où les prescriptions architecturales sont parfois si pointillistes, on ne manque pas d’être surpris du laisser-aller qui prévaut dans bien des endroits. Cette dimension ségrégationniste du paysage transparaît un peu de cet ouvrage. S’il est de l’intérêt de tous de préserver ce qui fait l’originalité et la diversité des paysages ruraux de Midi-Pyrénées, il est aussi de l’intérêt de tous d’éviter les mises sous cloche oublieuses de la quotidienneté du plus grand monde.

6On rétorquera que l’ambition de l’ouvrage n’était pas tout à fait celle-là. Que c’est la dimension singulière qu’il importe de préserver car celle-ci constitue une ressource territoriale. De ce point de vue, les ­paysages midi-pyrénéens sont susceptibles de nourrir une attractivité certaine qu’il convient de sauvegarder ne serait-ce que pour des raisons économiques. Il n’en demeure pas moins que le titre évoque les paysages de Midi-Pyrénées… Et on regrette d’autant plus ce manque d’attention à ces grands paysages du quotidien que l’on ressort par contre convaincu, si tel n’était pas déjà le cas, de l’utilité de la prise en compte paysagère dans les projets d’aménagement aux différentes échelles. On relève ainsi dans l’ouvrage cette phrase qui pourrait servir de viatique à une entrée aménagiste par le paysage :

« Le paysage est la matérialisation du projet dans l’espace où il traduit visiblement des intentions et des propositions. Il rend lisibles les choix de continuité ou bien de rupture avec un existant. Il amène parfois aussi à considérer certains gestes comme des non-sens ».

7D’un point de vue plus formel, on regrette l’absence d’un glossaire qui aurait été très utile pour les divers termes vernaculaires ou les multiples sigles utilisés. De même, certains schémas auraient gagné à être d’une taille plus importante : page 168 par exemple, on est à la limite de la lisibilité. Cela pose plus généralement la question du format de l’ouvrage : de nombreuses photographies ou cartes à l’échelle régionale auraient mérité une taille plus importante. Mais ce reproche nous inscrit en définitive davantage dans le registre d’une frustration intrinsèque à une impression d’ensemble très favorable que dans celui de la critique pure. Cet ouvrage, par ses qualités de sérieux et son potentiel pédagogique, mérite de trouver un autre public que les praticiens en charge des ­questions d’aménagement du territoire. Nous pensons au public des scolaires et aussi à un plus large public attaché à sa région et désireux d’en connaître la richesse.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « Paysages de Midi-Pyrénées. De la connaissance au projet »Sud-Ouest européen, 41-42 | 2016, 176-177.

Référence électronique

Philippe Dugot, « Paysages de Midi-Pyrénées. De la connaissance au projet »Sud-Ouest européen [En ligne], 41-42 | 2016, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/2472 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.2472

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search