Navigation – Plan du site

Tourisme et chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France : pratiques, acteurs et gouvernance du bien culturel

Tourism and Routes of Santiago de Compostela in France: Practices, Stakeholders and Governance of the Cultural Property
Turismo y caminos de Santiago de Compostela en Francia : prácticas, actores y gobernanza del bien cultural
Sébastien Rayssac et Sébastien Pénari
p. 21-37

Résumés

De l’image du pèlerin aux pratiques plus récentes du cheminant, les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle constituent une ressource culturelle qui ne cesse d’être réinterprétée. La multiplication des acteurs autour de ce phénomène nécessite notamment de repenser les partenariats autour de ce bien culturel inscrit au patrimoine mondial et qui constitue également un objet touristique complexe. Cette réflexion se propose de questionner à partir du décryptage du système d’acteurs en présence dans le contexte français, les défis de l’action partenariale autour de la gouvernance de ce bien culturel.

Haut de page

Texte intégral

1Chemin devenu mythique, arpenté par curiosité culturelle, motivation spirituelle ou encore pour relever un défi personnel, les chemins de Saint-Jacques vers Compostelle constituent une construction humaine matérialisée par un réseau d’itinéraires irriguant l’Europe. Invention récente ou reconstitution archéologique, on dénombre 305 chemins en Europe dénommés « de » ou « vers “Saint-Jacques” », de sorte que le phénomène jacquaire revêt un caractère mondialisé qui se cristallise dans le Sud-Ouest européen.

  • 1  La crédencial constitue aujourd’hui un souvenir pour le cheminant. Les évêques délivraient autrefo (...)

2Des symboles tels que la coquille ou le credencial 1 matérialisent un imaginaire commun autour du phénomène jacquaire, que résume cette formule « mettre ses pas dans les pas de… ». Toutefois, la réalité de son développement est différente de part et d’autre des Pyrénées. Évocation des routes empruntées par les pèlerins d’autrefois, les sentiers français connaissent une fréquentation moindre que dans la péninsule ibérique. Thématique structurante pour le nord de l’Espagne, fondée sur un substrat historique et culturel ayant une résonnance dans la société, le développement du tourisme y a été voulu et consolidé.

3Objet touristique associé à l’itinérance, le chemin de Saint-Jacques constitue le support d’une offre abondante portée par des acteurs aux logiques parfois différentes qui capitalisent sur un faisceau d’images puissant. Objet culturel, il constitue une mémoire, une source d’inspiration enracinée sur les éléments patrimoniaux du chemin, sur le sentier comme espace de l’expérience et sur la halte du soir comme lieu des rencontres. De l’itinéraire culturel européen (ICE) au bien culturel doublement inscrit sur la Liste du patrimoine mondial, ces reconnaissances témoignent d’une épaisseur culturelle qui a parfois du mal à essaimer les projets de territoire en France.

4Face à la multiplication de nouveaux itinéraires, au risque dénoncé d’artificialisation de la thématique jacquaire et à l’intervention de nombreux acteurs, se pose inévitablement l’enjeu de la préservation d’un imaginaire et de la gestion de son cadre d’expression : les itinéraires vers Compostelle en France. Dans cette perspective, en quoi le renforcement de la gouvernance du Bien « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » inscrit sur la Liste du patrimoine mondial peut-il constituer un levier pour repenser à la fois l’action partenariale entre les acteurs en présence tout en favorisant une meilleure prise en compte des enjeux touristiques et de leur diffusion ?

  • 2  La recherche de documents d’archive a été principalement effectuée dans le fonds documentaire cons (...)
  • 3  L’analyse de documents publics s’est appuyée sur les publications des services de l’État comme sur (...)
  • 4  10 entretiens semi-directifs (1 heure en moyenne) auprès des acteurs locaux du tourisme ont été ef (...)

5Pour nourrir cette réflexion, une combinaison de méthodes et d’outils a été privilégiée, associant la recherche de documents d’archive 2, l’analyse de documents publics 3, l’observation participante et la réalisation d’entretiens de recherche 4.

6En décryptant les origines contemporaines du phénomène jacquaire et sa mise en tourisme, cet article vise en premier lieu à mieux comprendre la mosaïque de pratiques associées à l’expérience touristique du cheminant. L’approche taxonomique contribue en second lieu à recenser les différentes catégories qui composent le paysage des acteurs des chemins de Compostelle en France en révélant ainsi une système complexe avec des organisations structurantes. En se focalisant sur la gouvernance du bien 868 inscrit sur la Liste du patrimoine mondial, l’analyse identifie enfin les défis de l’action partenariale et envisage de possibles régulations pour accompagner un développement touristique durable.

I – De l’image du pèlerin aux pratiques du cheminant

  • 5  Ce tombeau se situe au finis terrae du continent européen. Il est le réceptacle d’un imaginaire du (...)

7Le pèlerinage compostellan a émergé après la découverte du tombeau 5 attribué à l’apôtre saint Jacques le Majeur (vers 830). Ce pèlerinage est devenu au fil des siècles un symbole de la pratique des pèlerinages et de la vénération aux reliques très caractéristique et féconde dans la chrétienté médiévale. À partir du xve siècle, critiques et doutes commencent à s’exprimer sur la pratique des pèlerinages lointains et la contestation culmine au milieu du xvie siècle. La redécouverte en 1879 des reliques de saint Jacques, authentifiées quelques années plus tard par la papauté, réactive une tradition qui était largement devenue un phénomène propre à l’Espagne. La première moitié du xxe siècle en fait un objet d’études savantes marqué par deux réalisations. D’une part, une figuration des « chemins » parcourus par les pèlerins (fig. 1).

Fig. 1 – Deuxième carte figurant les itinéraires compostellans en France

Fig. 1 – Deuxième carte figurant les itinéraires compostellans en France

Source : archives ACIR Compostelle/musée des Monuments français, Francis Salet, 1937

  • 6  Le codex Calixtinus ou Liber Sancti Jacobi (Livre de saint Jacques) est une source précieuse de co (...)

8D’autre part, la traduction et la diffusion du livre V du codex Calixtinus 6 sous le titre de « guide » (à partir de 1937) qui focalise sur la question des routes et favorise l’écriture d’un récit qui donne un primat au sanctuaire galicien. L’histoire de nombreux sanctuaires porteurs d’une grande valeur historique et d’une notoriété religieuse propres est alors réinterprétée en fonction d’une destination : Compostelle.

9À partir des années 1950, les chercheurs vont également jouer le rôle de médiateur à travers des expositions ou par l’inventaire de l’iconographie jacquaire et des traces de passage des pèlerins, créant ainsi les conditions pour ressusciter l’itinérance pérégrine vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Marquée successivement par la réouverture des frontières espagnoles (1949), l’entrée de l’Espagne à l’UNESCO (1952) et à l’ONU (1955) puis par les Trente Glorieuses, cette période est propice à la réinterprétation de cet ensemble culturel.

10Au plan des politiques publiques, dès les années 1960, l’Espagne définit le chemin comme un patrimoine national, une ressource territoriale mobilisable pour le tourisme. La jeune démocratie espagnole le conçoit comme un trait d’union matériel et culturel avec l’Europe démocratique. En France, l’aménagement du premier sentier à partir de 1972 précède l’édition d’une première série de trois cartes (fig. 2) et de trois brochures édités en 1977 par le secrétariat d’État au tourisme et le service d’études d’aménagement touristique de l’espace rural. Elles figurent les itinéraires jacquaires dans l’espace massif central pour en soutenir son développement touristique.

Fig. 2 – Chemin de Saint-Jacques : « Quercy et Agenais »

Fig. 2 – Chemin de Saint-Jacques : « Quercy et Agenais »

Source : archives ACIR/secrétariat d’État au tourisme et le service d’études d’aménagement touristique de l’espace rural, 1977

11Avec la régionalisation en France comme en Espagne, les années 1980 marquent un tournant. Au seuil des années 1990, l’objet de connaissance devient une réalité matérielle et un argument touristique. Considérés comme un atout pour le développement local et le tourisme, les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle sont alors pensés comme une matrice de l’identité culturelle et d’une citoyenneté européenne au moment où l’Europe économique cherche à forger une Europe des citoyens fondée sur un héritage commun (tableau 1).

Tableau 1 – Déclaration de Saint-Jacques-de-Compostelle

« Le sens de l’humain dans la société, les idées de liberté et de justice et la confiance dans le progrès sont des principes qui historiquement ont forgé les différentes cultures qui créent l’identité européenne.

Cette identité culturelle est, aujourd’hui comme hier, le fruit de l’existence d’un espace européen chargé de la mémoire collective et parcouru de chemins qui surmontent les distances, les frontières et les incompréhensions.

Le conseil de l’Europe propose aujourd’hui la revitalisation de l’un de ces chemins, celui qui conduisait à Saint-Jacques-de-Compostelle. Ce chemin hautement symbolique dans le processus de construction européenne, servira de référence et d’exemple pour des actions futures.

Pour cela, nous faisons appel aux autorités, institutions et citoyens pour :

1. Poursuivre le travail d’identification des chemins de Saint-Jacques sur l’ensemble du territoire européen.

2. Établir un système de signalisation des principaux points de l’itinéraire par l’utilisation de l’emblème proposé par le conseil de l’Europe.

3. Développer une action coordonnée de restauration et de mise en valeur de patrimoine architectural et naturel situé à proximité de ces chemins.

4. Lancer des programmes d’animation culturelle afin de redécouvrir le patrimoine historique, littéraire, musical et artistique créé par les pèlerinages à Saint-Jacques-de-Compostelle.

5. Promouvoir l’établissement d’échanges permanents entre les villes et les régions situées le long de ces chemins.

6. Stimuler, dans le cadre de ces échanges, la création artistique culturelle contemporaine pour rénover cette tradition et témoigner des valeurs intemporelles de l’identité culturelle européenne.

Que la foi qui a animé les pèlerins tout au long de l’histoire et qui les a réunis en une aspiration commune, par delà les différences et les intérêts nationaux, nous inspire aujourd’hui nous aussi et tout particulièrement les jeunes à parcourir ces chemins pour construire une société fondée sur la tolérance, le respect d’autrui, la liberté et la solidarité. »

Source : conseil de l’Europe, 23 octobre 1987

  • 7  1993 : pour l’Espagne avec le Camino francés et les chemins du nord de l’Espagne (bien 669 et bien (...)
  • 8  1998 : pour la France avec les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France (bien 868).

12L’objet patrimonial, est ainsi proclamé en 1987 par le conseil de l’Europe comme « itinéraire culturel européen » (ICE) puis inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1993 7 (bien 669bis pour l’Espagne) et en 1998 8 (bien 868 pour la France).

  • 9  En 2015, plus de 110 nationalités ont été relevées à Saint-Jean-Pied-de-Port (Source : Association (...)

13Les chemins vers Saint-Jacques-de-Compostelle ont ainsi acquis une reconnaissance internationale générant des défis (Tomasin, 2014), notamment en terme de coopération pour le système d’acteurs en présence. Au plan régional, dès 1990, la région Midi-Pyrénées avait été précurseur en France sur la thématique jacquaire pour l’inclure dans ses politiques dans une double intention : ouvrir des opportunités de coopération transfrontalière et interrégionale dans le Sud-Ouest européen ; valoriser une thématique culturelle et touristique fondée sur le renouveau de l’engouement pour la marche à pieds et promoteur d’un tourisme en espace rural (fig. 4). À partir du succès avéré de fréquentation dès 1993 (année jacquaire), de l’internationalisation 9 de cette fréquentation et de la multiplication d’itinéraires aménagés ces vingt dernières années, la sphère publique territoriale a progressivement consolidé en France ses interventions à différentes échelles.

Fig. 3 – Première carte européenne des « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle »

Fig. 3 – Première carte européenne des « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle »

Source : archives ACIR Compostelle/IGN, CNIG-Espagne, IGN-France, 1993

Fig. 4 – Premier guide touristique régional français sur « Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle »

Fig. 4 – Premier guide touristique régional français sur « Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle »

Source : archives ACIR Compostelle – comité régional du tourisme Midi-Pyrénées, 1990

14De surcroît, le phénomène jacquaire dépasse désormais le seul attrait sportif ou la pratique religieuse traditionnelle pour témoigner d’un besoin social de sens collectif, de ré-enchantement de la société comme d’une expérience personnelle de liens interindividuels plus solidaires et d’une fraternité refondée dans les aléas, les joies et les peines, du périple. (tableau 2).

Tableau 2 – Les valeurs associées aux « Chemins de Saint-Jacques »

Raisons du cheminement (%)

La rencontre avec les autres

45,7

La randonnée sur des chemins (décrits, balisés)

30,5

La découverte des paysages, des vestiges du passé

25,9

La marche, l’itinérance

25,8

La quête ou la recherche de soi, se connaître

23,6

La quête spirituelle

23,5

La communication avec la nature, être en harmonie

22,9

L’intérêt pour le patrimoine jacquaire et son histoire

20,7

Revivre l’histoire des pèlerins (aller dans les pas de…)

18,7

La quête du sens de la vie, du monde

18,5

Une façon originale de visiter une région

14,8

Chercher quelque chose sans trop savoir quoi

10,5

Le challenge (sportif)

7,8

La participation à l’histoire culturelle de l’Europe

6,9

L’attente d’une révélation

2,2

Perceptions : les chemins de Compostelle, un lieu de… (%)

Simplicité, dépouillement

40,7

Convivialité

36,2

Liberté

23,6

Piété, foi, prière

20,4

Effort, fatigue

18,3

Endurance, durée

17,0

Plaisir, joie, euphorie

12,7

Égalité, fraternité

11,4

Courage

6,6

Solitude

5,0

Acte de résistance

3,6

Pénitence

0,9

Souffrance

0,6

Le total des résultats est supérieur à 100%, les personnes interrogées ayant pu donner plusieurs réponses.

Source : enquête QAPPA/BVA pour le CRT Midi-Pyrénées et l’ACIR Compostelle, 2003

15Symptôme de notre époque, l’itinérance (Berhelot, Corneloup, 2008) jacquaire révèle également l’évolution du rapport de l’individu à la religion dans la société post-industrielle et sécularisée. Car le pèlerinage est la forme religieuse du voyage. Le néo-pèlerin ou la revitalisation contemporaine du pèlerinage (Miaux, 2008 ; Cerezales, 2013) rompt avec le quotidien et se confronte à une expérience touristique singulière. D’ailleurs, « tourisme et pèlerinage puisent par leurs attitudes physiques et spirituelles à des sources communes de nourritures » (Dupront, 1969). Dans les deux démarches, « il y a sacralisation de l’espace, puissance accordée à des lieux, à des aspects rituels » (Cettolo, 2004). Mais dans nos sociétés modernes, c’est le patrimoine et le vif engouement qu’il suscite qui participe de la quête de sens et d’identité (Di Méo, 1995). Le pèlerin et sa motivation cultuelle, minoritaire dans les publics étudiés, laisse la place au « cheminant » et à la variété (Pearce, 1993) de ses motivations : désir de retrouver un rythme plus humain au travers de la marche ; intérêts pour les patrimoines culturels et naturels ; désir de confrontation à soi-même ; désir de rencontre des autres ; besoin de communication ; besoin d’exister dans un espace de liberté sans les contraintes de la vie moderne ; et la recherche de spiritualité dans une société en proie à une crise des valeurs et des repères. Ainsi, cette ressource culturelle mobilisée dans le champ du tourisme (Amirou, 2000) peut à la fois constituer un levier pour susciter du lien social fondé sur des formes d’entraide, de générosité et de solidarité.

  • 10  Acteur associatif, Rocamadour.

« Extraordinaires ces dernières années, on est connu, les chemins de Saint-Jacques attirent, des croyants, des non croyants, des chercheurs de sens à leurs vies, ou bien des gens qui ont eu des gros problèmes et qui partent pour demander la guérison ou pour se sortir de leurs angoisses. L’humain est au cœur de leurs démarches 10 ».

16L’étude commanditée en 2003 par les comités régionaux du tourisme de Midi-Pyrénées et d’Aquitaine discernait les visages des pratiquants ainsi que les valeurs et représentations très positives associées à l’itinérance jacquaire : les randonneurs touristes (26 %), les pèlerins « mystiques » (24 %), les randonneurs sportifs (21 %), les pèlerins traditionnels (19 %) et les pèlerins métaphysiques (10 %). Leurs cheminements oscillent entre l’exploration de nouveaux horizons et une quête intérieure, entre un besoin de ressenti et un effort de s’éprouver soi-même. « Les chemins de Compostelle possèdent une aura qui fonde leur attractivité et les démarches de développement touristique doivent intégrer cette dimension afin de ne pas les galvauder en un produit de consommation banalisé ou en une destination artificialisée par le marketing » (Pénari, 2013). Au regard de l’ensemble des représentations autour de l’itinérance jacquaire, le processus de gestion et de valorisation doit reposer sur l’identification et l’intégration de ces valeurs dans les démarches portées par les acteurs. La construction du réseau des acteurs autour de ces itinéraires en France est d’ores et déjà engagée et sa consolidation doit conduire à renforcer le sentiment d’appartenance qui lui-même sera générateur de projets.

II – Un système d’acteurs complexe

17Nos analyses ont permis de mettre en lumière le système d’acteurs complexe lié aux chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France. L’approche taxonomique vise en premier lieu à recenser les différentes catégories d’acteurs (fig. 5) qui œuvrent directement ou indirectement autour de ces itinéraires et à des échelles différentes d’intervention (du local à l’international).

Fig. 5 – Acteurs des chemins de Compostelle en France

Fig. 5 – Acteurs des chemins de Compostelle en France

Source : © Rayssac, Pénari, 2017

18Quatre catégories permettent de recomposer le paysage de ces acteurs en France. La première catégorie rassemble des acteurs variés du monde institutionnel : représentation des institutions internationales et européennes, l’État et ses services, les collectivités territoriales et le monde universitaire. La deuxième catégorie rassemble les acteurs associatifs : les associations jacquaires (près de 80 en France) ainsi que les associations de randonneurs, d’animation culturelle et du patrimoine. À l’interface entre ces deux premières catégories d’acteurs, il convient d’identifier les acteurs parapublics intégrant : les structures liées au tourisme, au développement territorial et à la mise en œuvre en France des reconnaissances culturelles internationales. La troisième catégorie recense les représentants des instances cultuelles en France : les paroisses, la pastorale du tourisme avec ses bénévoles et les communautés religieuses pratiquant l’hospitalité. La quatrième catégorie comprend les acteurs privés impliqués essentiellement dans l’économie touristique liée à l’itinérance : commerçants, hébergeurs, restaurateurs, transporteurs, voyagistes sans oublier les éditeurs de guide. Dans ce paysage très fourni d’acteurs, quels sont les acteurs suprarégionaux qui par leurs interventions (tableau 3) ont une action prégnante sur les chemins de Compostelle en France ?

Tableau 3 – Organisations structurantes du paysage des acteurs des chemins de Compostelle en France et porteuses des reconnaissances

Organisations

Fonction principale

UNESCO

Reconnaissance internationale

Reconnaissance de la valeur universelle exceptionnelle avec l’inscription en 1998 du bien 868 « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » sur la Liste du patrimoine mondial.

Conseil de l’Europe

Reconnaissance européenne

Le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle comme premier itinéraire culturel certifié en 1987 par le conseil de l’Europe pour illustrer et promouvoir l’identité commune européenne.

Fédération européenne des chemins de Compostelle

Garant du label des Itinéraires Culturels Européens (ICE)

Référent de l’Institut des itinéraires culturels européens pour le développement coordonné du réseau européen dénommé « Saint-Jacques ».

État français

Garant du maintien de la valeur universelle exceptionnelle du bien 868

- Protection des monuments historiques classés et inscrits relevant du code du patrimoine (loi 1913) ou du code de l’environnement (loi 1930). Elle est mise en œuvre par le ministère de la Culture et de l’Écologie ;

- Préfet coordonnateur du bien 868 présidant le comité interrégional du bien.

Fédération française de randonnée pédestre

Délégataire du ministère des Sports pour l’activité de la randonnée pédestre

Référent pour l’aménagement des principaux sentiers vers Saint-Jacques-de-Compostelle (créer et baliser les itinéraires de randonnée pédestre ; protéger, entretenir et préserver l’accessibilité des sentiers ; édition de topoguides ; promouvoir la randonnée et les formes de pratiques ; et rôle de formation des professionnels de la randonnée).

Agence de coopération interrégionale et réseau – chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle (ACIR Compostelle)

Référent pour l’animation du réseau d’acteurs du bien 868 par convention avec l’État

Conduit et anime le réseau du bien 868 (encourage l’appropriation du bien par les propriétaires et gestionnaires des composantes ; développement des actions de sensibilisation et de formation ; accompagnement des acteurs pour la mise en place du plan de gestion ; actions de sensibilisation et de médiation culturelle auprès des publics ; portage du conseil scientifique)

Source : S. Rayssac, S. Pénari, 2017

19Pour illustrer l’action de ces acteurs et une partie de leurs interactions, nous avons privilégié un exemple révélateur, celui de Rocamadour (fig. 6) comme haut lieu du tourisme (Rayssac, Bénos et al., 2015) en région Occitanie. Ce dernier est à la fois identifié comme grand site de Midi-Pyrénées et site du patrimoine mondial dans le cadre du bien (868) en série « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France ». Tant du point de vue de la construction de l’imaginaire touristique que des aménagements privilégiés, l’activité de pèlerinage est centrale dans les projets mis en œuvre à l’échelle du haut lieu. Pour cette cité, le devenir du sanctuaire et la gestion de ses édifices font intervenir acteurs publics, associatifs, cultuels et privés, ainsi que la société civile. Rocamadour est en effet un révélateur du paysage des acteurs impliqués sur les itinéraires vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Elle témoigne de cette intrication des acteurs et depuis une dizaine d’années, la cité s’est vue devenir le cœur d’un maillage de sentiers de randonnée considérés par leurs promoteurs comme des chemins de Compostelle ou des chemins de Rocamadour.

Fig. 6 – Vue de la cité médiévale de Rocamadour

Fig. 6 – Vue de la cité médiévale de Rocamadour

Source : S. Rayssac, 2013

20En effet, le sanctuaire de Rocamadour consacré à la dévotion mariale est doué d’une notoriété propre depuis le xiie siècle. Toutefois, il n’est pas mentionné dans le livre V du codex mais il se retrouve au centre d’un réseau pédestre qualifié de « Saint-Jacques » ou de « Rocamadour ». Si le sanctuaire amadourien fut en soi un haut lieu de pèlerinage, les sentiers aménagés durant les quinze dernières années cherchent à reconstituer cette centralité. Rocamadour est aujourd’hui à la confluence de plusieurs itinéraires pédestres : un itinéraire alternatif à l’itinéraire du Puy-en-Velay relie Figeac et La Romieu par Rocamadour. Cette cité est aussi raccordée depuis Bénévent-l’Abbaye sur la voie de Vézelay à travers la Corrèze. Elle voit également arriver la via Arverna depuis Clermont. Le sanctuaire est aussi le point de départ ou d’arrivée d’une liaison avec l’abbaye de Cadouin en Dordogne. D’autres projets s’esquissent mais, qu’ils aient pour fondement un caractère historique avéré ou qu’ils soient une reconstitution évocatrice, ces tracés convergeant vers Rocamadour font l’objet d’initiatives bien distinctes. Ces projets se nourrissent du succès de fréquentation prêté au modèle compostellan.

21De surcroît, il ne paraît pas y avoir de projet assez abouti autour de Rocamadour pour valoriser et mettre en synergie cette convergence pédestre de proximité. La volonté contemporaine d’aménager des sentiers pédestres s’inscrit comme une tentative de matérialisation de l’influence et du rayonnement de ce sanctuaire. Mais ce projet n’a de chance de rencontrer un public que si ces sentiers font l’objet d’une qualification culturelle, d’une attention portée à la médiation et à la restitution du sens. Plus largement, le cas de Rocamadour interroge sur la définition de ce que doit être un chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle en Europe. En effet, à Rocamadour comme au Mont-Saint-Michel ou vers d’autres sanctuaires, les projets de développement du réseau d’itinérance révèlent un besoin de réajustement de la place symbolique du sanctuaire compostellan réclamé par de nombreux acteurs. Celui-ci occupe en effet une place devenue centrale en raison de son antériorité dans le programme des itinéraires culturels et grâce aux moyens inégalés que les acteurs espagnols ont su mobiliser au bénéfice de la promotion, de la connaissance et de l’animation de ces itinéraires.

22Par ailleurs, une démarche structurante de développement ou de promotion fondée sur l’appartenance au patrimoine mondial se fait attendre. Ceci est révélateur d’une difficulté d’appropriation de la logique d’appartenance à un bien sériel (Icomos France, 2012) – une collection – dans laquelle chacun n’est qu’une partie interdépendante d’un ensemble. La commission locale mise en œuvre pour le suivi et la gestion des composantes locales du bien 868 ne s’est réunie qu’une seule fois. Elle n’a pas été perçue par les acteurs locaux comme un outil potentiel pour associer l’ensemble des acteurs et pour faire projet commun dans l’espace d’influence de la cité. Ceci souligne aussi que le patrimoine mondial n’est pas un gage assuré de fréquentation supplémentaire sans projet (Prigent, 2011). Le potentiel de développement lié à une appartenance au Patrimoine mondial est encore assez méconnu et peu pris en compte à l’échelle locale.

23Deux évolutions sont amorcées : l’effet d’opportunité pour capter des fonds DATAR et des fonds européen sconcernant les itinéraires dans l’espace massif central amène les acteurs de l’itinéraire entre le Puy-en-Velay et Cahors à s’organiser autour d’une action collective. Une deuxième gouvernance est engagée sur une fraction essentielle des chemins de Compostelle : le bien 868 de la Liste du patrimoine mondial. Il s’agit de promouvoir une démarche de préservation- développement du bien, d’initier un fonctionnement en réseau des acteurs-propriétaires et d’entrer dans une véritable logique de collection et de coopération. Une feuille de route approuvée en 2014 permet de repenser les outils de la gouvernance du bien culturel en série les « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France ».

III – Structuration de la gouvernance du bien sériel 868 et perspectives touristiques

24Pour figurer sur la Liste du patrimoine mondial, les biens doivent posséder une valeur universelle exceptionnelle (Icomos France, 2010). Pour le bien 868, les « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France », la candidature française s’est inscrite dans le prolongement de l’inscription du bien espagnol mais sous une forme différente : une sélection de 78 éléments discontinus. Cette inscription marque en effet une différence d’appréciation. En France, il s’est agi d’évoquer le phénomène du pèlerinage et non d’une reconstitution exhaustive à travers les linéaires des routes ou des centaines de monuments. Pour l’Espagne la réalité historique et archéologique de ce pèlerinage étant plus forte et la législation permettant la protection de linéaires, c’est le Camino Francès dans sa continuité et ses jalons monumentaux qui ont fait l’objet de l’inscription. L’inscription française intègre ainsi cette différence d’impact du phénomène jacquaire au nord des Pyrénées. Ainsi, l’ICOMOS a formulé trois critères pour qualifier la valeur universelle exceptionnelle du bien français (tableau 4).

Tableau 4 – Valeur universelle exceptionnelle et critères retenus pour le bien 868

Les critères retenus pour le bien 868

Correspondance avec les critères généraux de sélection de l’Unesco

Au titre du Critère (ii) : la route de pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle a joué un rôle essentiel dans les échanges et le développement religieux et culturel au cours du Bas Moyen Âge, comme l’illustrent admirablement les monuments soigneusement sélectionnés sur les chemins suivis par les pèlerins en France.

Critère (ii) : témoigner d’un échange d’influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l’architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages.

Au titre du Critère (iv) : les besoins spirituels et physiques des pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle furent satisfaits grâce à la création d’un certain nombre d’édifices spécialisés, dont beaucoup furent créés ou ultérieurement développés sur les sections françaises.

Critère (iv) : offrir un exemple éminent d’un type de construction ou d’ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l’histoire humaine.

Au titre du Critère (vi) : la route de pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle est un témoignage exceptionnel du pouvoir et de l’influence de la foi chrétienne dans toutes les classes sociales et dans tous les pays d’Europe au Moyen Âge.

Critère (vi) : être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle. (Le Comité considère que ce critère doit préférablement être utilisé en conjonction avec d’autres critères).

Source : décision du Comité du patrimoine mondial/ICOMOS, Kyoto, 2 décembre 1998

25Lors de son inscription sur la Liste du patrimoine mondial en 1998, le bien 868 était considéré comme un bien « hors normes » par sa taille, inaugurant la typologie des biens en série. Ensemble composite (tableau 5), cette candidature n’avait fait l’objet ni d’un portage collectif, ni d’un plan de gestion qui à l’époque n’était pas imposé. Ce scénario tranche avec les règles fixées depuis 2007 par le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco pour le traitement des candidatures. En effet, le plan de gestion (Watremez) doit constituer un véritable projet scientifique et culturel du bien candidat à l’inscription en proposant une stratégie pour sa protection, sa restauration, sa mise en valeur, sa gouvernance, pour des projets de coopération et de diffusion des valeurs associées. Pour le cas des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France, la mise en œuvre de ce dispositif se construit a posteriori afin de répondre aux nouvelles exigences de gestion des sites du patrimoine mondial. Après la détermination précise des périmètres concernés par l’inscription, le projet collectif est d’ores et déjà engagé, le réseau se structure (ACIR Compostelle, 2011) et la gouvernance (Le Gales, 2006) constitue assurément la clé de voute de ce chantier complexe.

Tableau 5 – Les « chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » (bien sériel 868) : un ensemble composite

Ensemble hétérogène

119 Propriétaires

La dévotion :

- 9 cathédrales ;

- 42 églises ou basiliques ;

- 1 dolmen ;

- 2 clochers.

L’accueil et le soin :

- 4 anciens hôpitaux ;

- 7 abbayes.

Les accès et les franchissements :

- 7 ponts ;

- 1 porte d’entrée de ville ;

- 7 sections représentant 160 km de sentier.

Propriétaires publics :

- État : 12 édifices ;

- 57 communes ;

- 13 intercommunalités ;

- 2 EPH ;

- 8 départements : édifices ou sentier ;

soit 95 communes :

- 1 ville de plus de 1 million d’habitants  ;

- 15 villes de plus de 20 000 habitants ;

- 10 villes de 5 à 20 000 habitants ;

- 69 communes ont moins de 5 000 habitants.

Répartition géographique du bien

Répartition géographique71 édifices en région :

- Occitanie : 29 ;

- Nouvelle-Aquitaine : 26 ;

- Auvergne-Rhône-Alpes : 3 ;

- Bourgogne-Franche-Comté : 3 ;

- Hauts-de-France : 3 ;

- Centre : 2 ;

- Grand-Est : 2 ;

- Île-de-France : 1 ;

- Normandie : 1 ;

- PACA : 1.

7 tronçons

Occitanie :

- Lozère ;

- Aveyron ;

- Lot ;

- Gers.

Nouvelle-Aquitaine :

- Pyrénées-Atlantiques.

Source : Rayssac et Pénari, 2017

26Par conséquent, l’animation du bien 868 demeure un défi avec 119 propriétaires, 95 communes concernés, 71 édifices situés dans 10 régions françaises et 7 tronçons traversant principalement la région Occitanie (fig. 7). Les 71 édifices ou ensembles de bâtiments font d’ores et déjà l’objet de mesures de protection prises en application du code du patrimoine (classement ou inscription au titre des monuments historiques) ainsi qu’au titre des plans locaux d’urbanisme (ACIR Compostelle, 2009). Ils sont majoritairement propriétés des communes, et souvent affectés au culte catholique. Leur conservation incombe à leur propriétaire, avec l’aide et sous le contrôle des services de l’État. Autour des composantes du bien, les zones tampon ont fait l’objet d’études de définition et sont en voie d’approbation par les collectivités concernées autour de chacune des 78 composantes. Les sections de sentier situées sur l’itinéraire du Puy-en-Velay (GR®65) sont protégées en tant que voies publiques de circulation, et, partiellement, dans le cadre des plans départementaux des itinéraires pédestres et de randonnée.

Fig. 7 – Le bien culturel « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France »

Fig. 7 – Le bien culturel « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France »

Source : ACIR-Compostelle, 2015

27Un dispositif de gouvernance et d’animation du bien 868 se déploie depuis 2013 (fig. 8). Il comprend quatre niveaux d’intervention. Depuis le mois de mai 2013, le Premier ministre a nommé le préfet de région Midi-Pyrénées – devenue Occitanie – coordonnateur du bien 868 car un nombre très important de composantes du bien est localisé sur ce territoire régional (tableau 5 et fig. 7). Ce premier niveau de coordination autour du préfet de région place sous son autorité, le correspondant patrimoine mondial à la DRAC Occitanie qui est chargé d’organiser la gouvernance du bien « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France », en assurant le relai avec les correspondants patrimoine mondial des autres DRAC concernées. Le préfet de région Occitanie préside également le comité interrégional du bien qui constitue l’instance de décision. Ce comité décide des orientations de gestion du bien et veille au maintien de sa valeur universelle exceptionnelle en s’assurant que les projets d’aménagement ne portent pas atteinte à l’intégrité des composantes. Quatre collèges composent ce comité : un collège institutionnel composé des services de l’État ; un collège d’élus issus des collectivités territoriales ; un collège de propriétaires ; et un collège de personnes qualifiées (DRAC LR-MP, 2015).

Fig. 8 – Gouvernance et animation du bien 868

Fig. 8 – Gouvernance et animation du bien 868

Source : © Rayssac, Pénari, 2017/ACIR Compostelle, 2014

  • 11  Constituée en 1990 (sous la dénomination suivante : Association de coopération interrégionale des (...)

28Les observatoires régionaux représentent le niveau d’évaluation en vue de préparer le prochain rapport périodique. Ils ont été pensés pour produire une synthèse régionale de l’activité des commissions locales. Ces dernières doivent se réunir au moins une fois par an. Elles constituent plus de 60 commissions locales ou territoriales qui veillent à la bonne conservation du bien. Instances de gouvernance locale présidées par un représentant de l’État, elles examinent tout projet d’aménagement ou d’urbanisation qui pourrait affecter la valeur universelle exceptionnelle du bien. Elles sont également conçues comme des lieux privilégiés de concertation et de débat entre tous les acteurs pour générer un projet de développement à partir de l’inscription au patrimoine mondial. Cette instance vise enfin à préparer les déclinaisons du plan de gestion à l’échelle locale. Elles doivent se réunir au moins une fois par an. Enfin, l’État a retenu l’ACIR Compostelle 11 pour ses compétences et pour sa nature parapublique afin de conduire une animation transversale à tous les niveaux, pour renforcer l’action de structuration du réseau des propriétaires et pour impulser une gestion culturelle et touristique du bien inscrit au patrimoine mondial (Bourdeau, Gravari-Barbas, Robinson, 2012).

29Le bien 868 du patrimoine mondial n’est qu’une portion représentative de l’ensemble plus vaste avec lequel il interagit. Un effet structurant et qualifiant est attendu par le transfert des bonnes pratiques et une montée en gamme globale. La mise en œuvre de la gouvernance a d’ores et déjà renouvelé le regard porté sur le « chemin » : il est question de fierté, de sensibilisation des habitants, de penser la qualité du cheminement piéton dans l’approche d’un monument, etc. Le dispositif de gouvernance ainsi initié depuis 2013 autour du bien 868 a mis en mouvement un ensemble d’acteurs. Après le temps de l’organisation et du renforcement des protections, une nouvelle période s’ouvre autour de l’implication des acteurs et d’une meilleure prise en compte des enjeux de développement culturel, éducatif et touristique. Que ce soit au niveau du bien 868 ou dans son environnement plus large – le réseau des itinéraires jacquaires en France – un certain nombre d’enjeux peut être notamment identifié pour le volet touristique (tableau 6).

Tableau 6 – Enjeux touristiques de l’itinérance jacquaire

• Stimuler les territoires face à l’inégale mobilisation des acteurs locaux du tourisme.

• Fluidifier les échanges et coopérations entre acteurs structurants.

• Hausser les fréquentations et œuvrer pour une meilleure répartition sur les itinéraires français.

• Faire société et projet collectif autour d’un itinéraire à travers le comité d’itinéraires associant l’ensemble de la chaîne d’acteurs.

• Harmoniser les signalétiques et les outils de communication touristique afin d’impulser une cohérence et une identité visuelle

• Organiser la communication touristique autour des éléments identitaires propre à chaque itinéraire.

• Inscrire l’expérience de l’itinérance compostellane dans l’offre touristique française proposée aux clientèles internationales comme un prélude au parcours du Camino Francès en Espagne.

• Structurer une offre de tourisme culturel ayant pour support les itinéraires.

• Développer une offre attractive pour les jeunes et susciter des projets éducatifs inspirés des valeurs inhérentes à l’itinérance jacquaire.

• Développer la connaissance scientifique et la formation des acteurs.

• Développer un récit qualifié sur les territoires en jalonnant les parcours de dispositifs d’interprétation.

• Mobiliser les habitants dans la gestion de l’accueil, l’entretien des chemins ou l’accessibilité des patrimoines locaux.

• Favoriser les rencontres entre visiteurs/cheminants.

• Veiller à l’équilibre entre l’accueil marchand et les sphères d’hospitalité non marchande (donativo) afin de maintenir l’accessibilité de l’itinérance.

• Développer l’offre en évènementiel autour de manifestations artistiques et culturelles sur les communes-haltes inspirées de l’univers de l’itinérance jacquaire.

• Organiser une observation des publics, de leurs attentes et de leurs pratiques.

• Agir pour l’accessibilité aux personnes en situation d’handicap.

Source : Rayssac, Pénari, 2017

Conclusion

30Le phénomène jacquaire en France représente un objet d’étude qui reste largement ouvert à l’investigation scientifique : que ce soit une observation continue des publics et de l’économie générée, ou que ce soit une « déconstruction » de l’historiographie traditionnelle au profit d’un renouveau des connaissances historiques. Un système d’acteurs complexe a été révélé et doit favoriser la perception que chacun d’eux porte sur ce paysage global. En effet, chaque acteur constitue un maillon obéissant à sa propre logique, portant sa propre lecture du phénomène jacquaire mais il demeure complémentaire des autres. Il s’est agi, enfin, d’acter l’émergence d’une gouvernance du bien 868. À défaut d’une prise en charge de la totalité du thème en France, celle-ci doit pouvoir s’emparer des grandes problématiques inhérentes à cet héritage culturel tout en initiant un cercle vertueux de développement. Depuis 2017, un conseil scientifique du bien vient appuyer le dispositif pour le développement des études et une meilleure diffusion vers les acteurs par la formation.

31La combinaison efficace de plusieurs gouvernances pourrait ainsi amorcer des évolutions positives. Chacune des deux reconnaissances culturelles nécessite un chef de filat. En outre, chaque itinéraire (ex : la voie du Puy) pris dans son ensemble linéaire peut constituer un élément fédérateur des acteurs animé par son chef de filat. La question émergente est donc bien de susciter ces coopérations à des échelles complémentaires. L’avenir est à la combinaison autour de chefs de file coordonnateurs et porteurs des projets collectifs.

32Mais rien n’est acquis dans cette évolution. La réussite du processus dépend essentiellement de trois facteurs : d’une part, la capacité des acteurs français représentatifs à s’entendre sur des objectifs partagés et à trouver les synergies adéquates dans le respect des personnalités de chacun ; d’autre part, l’édification d’une convergence d’intérêts entre les gouvernances de l’itinéraire culturel européen et les biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial ; sans oublier le rapprochement nécessaire à opérer in fine entre les ensembles français et espagnol.

Cette production scientifique est l’aboutissement d’une réflexion conjointe des auteurs initiée dès 2013 dans le cadre du programme de recherche HAULMIP, co-financé par la région Occitanie et l’université Toulouse – Jean Jaurès, ayant donné lieu à l’édition d’un rapport scientifique édité en 2015 et à des communications scientifiques dans le cadre de séminaires. Le travail de recherche documentaire a été appuyé par l’équipe de l’ACIR Compostelle, notamment Chloé Moutin (en charge du développement touristique et de l’itinérance) pour la production cartographique et la recherche iconographique. Cet article témoigne des travaux engagés sur cette thématique entre l’université Toulouse – Jean Jaurès et l’ACIR Compostelle depuis 2013, consolidés depuis 2017 par une convention de partenariat.

Haut de page

Bibliographie

Acir Compostelle, Restitution du questionnaire d’enquête de août-septembre 2011 sur le bien « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » inscrit sur la Liste du patrimoine mondial (bien 868), ACIR Compostelle, 2011.

Acir Compostelle, Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle et le patrimoine mondial, ACIR Compostelle et préfet de la région Midi-Pyrénées, 2009.

Agence Départementale du Tourisme du Lot, Synthèse de fréquentation des chemins de Compostelle, ADT du Lot, 2016.

Amirou R., Imaginaire du tourisme culturel, Presses universitaires de France, coll. « Politique éclatée », 2000.

Association des biens français du patrimoine mondial (ABFPM), Patrimoine mondial et tourisme – Valeurs, économies, réseaux, actes des rencontres de l’Association des biens français du patrimoine mondial, no 1, 2010.

Berthelot L., Corneloup J. (dir.), Itinérance, du tour aux détours. Figure contemporaine des pratiques récréatives de nature, Fournel, 2008.

Bourdeau L., Gravari-Barbas M., Robinson M., Tourisme et patrimoine mondial, coll. « Patrimoine en mouvement », Presses universitaires de Laval, 2012.

Cerezales N., « Santiago de Compostela, vers une redéfinition patrimoniale du chemin de pèlerinage », Conserveries mémorielles, no 14, 2013.

Cettolo H., « Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle : variations autour d’un itinéraire culturel », dans Augustin J.-P. et Lefebvre A. (dir.), Perspectives territoriales pour la culture, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2004, p. 239-254.

Comité régional du tourisme d’Aquitaine, Comité régional du tourisme de Midi-Pyrénées, La Fréquentation et les Publics des chemins de Compostelle, QAPPA-BVA, avec le concours de l’ACIR Compostelle, 2003.

Di Méo G., « Patrimoine et territoire, une parenté conceptuelle », Espaces et Sociétés, no 78, 1995, p. 16-33.

DRAC Occitanie, Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France, actes du deuxième comité interrégional du bien culturel en série, 2016.

DRAC Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France, actes du premier comité interrégional du bien culturel en série, 2015.

Dupront A., « Tourisme et pèlerinage : réflexion de psychologie collective », Communications, no 10, 1969, p. 97-120.

ICOMOS France, Les Biens en série du patrimoine mondial. Nouvel enjeu, nouveaux critères, actes de colloque, 2012.

ICOMOS France, Valeurs universelles, valeurs locales : pour qui, pour quoi un site est-il grand ?, Les cahiers, 2010.

Le Galès P., « Gouvernement et gouvernance des territoires », Problèmes politiques et sociaux, no 922, 2006, p. 1-114.

Miaux S., « Le pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle : l’expérience de la marche au cœur du voyage », Sud-Ouest Européen, no 25, 2008, p. 77-87.

Pearce D.-G., Géographie du tourisme, Nathan, 1993.

Pénari S., « Les Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle : entre itinérance et tourisme culturel », compte-rendu de journée d’étude internationale : « Territoire, tourisme, gouvernance. Regards croisés Galice/Midi-Pyrénées », université de Toulouse II – Le Mirail en partenariat avec l’université de Saint-Jacques-de-Compostelle et l’ACIR Compostelle, 2013, p. 4-5.

Prigent L., « Le patrimoine mondial est-il un mirage économique ? Les enjeux contrastés du développement touristique », dans Téoros, Tourisme et patrimoine mondial, no 30, 2011, p. 6-16.

Rayssac S., Benos R. et al., Les Hauts Lieux du tourisme en Midi-Pyrénées : dispositifs de valorisation et organisation des territoires touristiques, rapport de recherche, université Toulouse – Jean Jaurès, CNRS, 2015.

Tomasin A., « Gérer les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France », dans Les Biens en série du patrimoine mondial : nouvel enjeu, nouveaux critères, ICOMOS France, 2014, p. 119-126.

Watremez A., « Les plans de gestion patrimoine mondial de l’Unesco : un outil de développement territorial au service des collectivités locales ? », La Lettre de l’OCIM, no 149, 2013, p. 25-30.

Haut de page

Notes

1  La crédencial constitue aujourd’hui un souvenir pour le cheminant. Les évêques délivraient autrefois aux pèlerins une attestation qui leur permettait de voyager, tout en authentifiant leur condition de pèlerin. La crédencial (délivrée par les associations) et la créanciale (délivrée par l’Église) en sont aujourd’hui les héritières. Elles sont destinées aux marcheurs, cyclistes ou cavaliers se rendant à Compostelle.

2  La recherche de documents d’archive a été principalement effectuée dans le fonds documentaire constitué depuis 20 ans par l’ACIR Compostelle qui conserve notamment à Toulouse près de 1 800 ouvrages sur la thématique jacquaire.

3  L’analyse de documents publics s’est appuyée sur les publications des services de l’État comme sur les diagnostics et les bulletins d’information à l’échelle des collectivités territoriales.

4  10 entretiens semi-directifs (1 heure en moyenne) auprès des acteurs locaux du tourisme ont été effectués sur le site de Rocamadour en 2013 dans le cadre du programme de recherche sur « Les hauts lieux du tourisme en Midi-Pyrénées : Dispositifs de valorisation et organisation des territoires touristiques » (Université Toulouse - Jean Jaurès). Ces derniers ont été complétés par 15 nouveaux entretiens plus poussés (2 à 3 heures) auprès de l’ACIR Compostelle, répartis entre 2014 et 2016 au sujet de l’identification du système d’acteurs et de la gouvernance du bien 868.

5  Ce tombeau se situe au finis terrae du continent européen. Il est le réceptacle d’un imaginaire du bout du monde.

6  Le codex Calixtinus ou Liber Sancti Jacobi (Livre de saint Jacques) est une source précieuse de connaissance. Composé de cinq livres, il est composé par l’école épiscopale aux environs de 1140. Le Livre V, longtemps attribué à la plume d’un clerc poitevin, Aymeri Picaud, est abusivement considéré comme le plus ancien guide touristique de l’Europe.

7  1993 : pour l’Espagne avec le Camino francés et les chemins du nord de l’Espagne (bien 669 et bien 669bis).

8  1998 : pour la France avec les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France (bien 868).

9  En 2015, plus de 110 nationalités ont été relevées à Saint-Jean-Pied-de-Port (Source : Association des amis des chemins de Saint-Jacques des Pyrénées-Atlantiques).

10  Acteur associatif, Rocamadour.

11  Constituée en 1990 (sous la dénomination suivante : Association de coopération interrégionale des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle), l’Agence de coopération interrégionale et réseaux – chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle (ACIR Compostelle), favorise l’itinérance et accompagne la mise en valeur de ces anciens itinéraires de pèlerinage par une qualification culturelle qui complète l’action d’aménagement des sentiers menée par les conseils départementaux, les intercommunalités et la Fédération française de la randonnée. En impulsant l’émergence de cette association, la région Midi-Pyrénées a souhaité à l’origine transgresser les frontières administratives en établissant les bases d’une coopération interrégionale (Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Aquitaine) regroupant au sein d’une association les principaux acteurs concernés : les institutions, les propriétaires et le monde associatif.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Deuxième carte figurant les itinéraires compostellans en France
Crédits Source : archives ACIR Compostelle/musée des Monuments français, Francis Salet, 1937
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2588/img-1.jpg
Fichier image/, 7,0M
Titre Fig. 2 – Chemin de Saint-Jacques : « Quercy et Agenais »
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2588/img-2.jpg
Fichier image/, 2,5M
Crédits Source : archives ACIR/secrétariat d’État au tourisme et le service d’études d’aménagement touristique de l’espace rural, 1977
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2588/img-3.jpg
Fichier image/, 6,8M
Titre Fig. 3 – Première carte européenne des « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle »
Crédits Source : archives ACIR Compostelle/IGN, CNIG-Espagne, IGN-France, 1993
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2588/img-4.jpg
Fichier image/, 4,7M
Titre Fig. 4 – Premier guide touristique régional français sur « Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle »
Crédits Source : archives ACIR Compostelle – comité régional du tourisme Midi-Pyrénées, 1990
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2588/img-5.jpg
Fichier image/, 2,9M
Titre Fig. 5 – Acteurs des chemins de Compostelle en France
Crédits Source : © Rayssac, Pénari, 2017
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2588/img-6.jpg
Fichier image/, 1,3M
Titre Fig. 6 – Vue de la cité médiévale de Rocamadour
Crédits Source : S. Rayssac, 2013
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2588/img-7.jpg
Fichier image/, 4,1M
Titre Fig. 7 – Le bien culturel « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France »
Crédits Source : ACIR-Compostelle, 2015
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2588/img-8.jpg
Fichier image/, 4,7M
Titre Fig. 8 – Gouvernance et animation du bien 868
Crédits Source : © Rayssac, Pénari, 2017/ACIR Compostelle, 2014
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2588/img-9.jpg
Fichier image/, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Rayssac et Sébastien Pénari, « Tourisme et chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France : pratiques, acteurs et gouvernance du bien culturel », Sud-Ouest européen, 43 | 2017, 21-37.

Référence électronique

Sébastien Rayssac et Sébastien Pénari, « Tourisme et chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France : pratiques, acteurs et gouvernance du bien culturel », Sud-Ouest européen [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/2588 ; DOI : 10.4000/soe.2588

Haut de page

Auteurs

Sébastien Rayssac

Université Toulouse – Jean Jaurès, UMR LISST – Dynamiques rurales, rayssac@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Sébastien Pénari

ACIR – Compostelle, sebastien.penari@chemins-compostelle.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals