Navigation – Plan du site
Varia

Le massif forestier des Landes de Gascogne (France) dans la transition énergétique : les effets territoriaux du déploiement spatial photovoltaïque au sol

The Forest Massif of Landes de Gascogne (France) in the Energy Transition: The Territorial Effects of the Spatial Deployment of Photovoltaic Power Plant
El macizo forestal de las Landas de Gascoña (Francia) en la transicion energética : los efectos territoriales del despliegue espacial de unidades fotovoltaïcas al suelo
Kévin Duruisseau
p. 107-120

Résumés

La transition énergétique se traduit notamment par la mise en œuvre de politiques publiques dans le domaine des énergies nouvelles renouvelables dont le déploiement spatial interroge la territorialisation de ce processus multidimensionnel et multiscalaire. Le massif forestier des Landes de Gascogne connaît depuis 2008 un intense déploiement spatial photovoltaïque au sol, faisant de cette région sylvicole la première région métropolitaine pour ce qui est des capacités PVS installées. Cet article se propose de dégager les principaux facteurs à l’origine de ce phénomène de concentration spatiale des capacités PVS installées et d’analyser les effets territoriaux accompagnant le déploiement spatial PVS au sein du massif forestier des Landes de Gascogne.

Haut de page

Texte intégral

1La transition énergétique émergente, qualifiée de « bas carbone », se traduit depuis quelques années par l’élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques sectorielles – notamment dans le domaine des énergies nouvelles renouvelables (EnR) – et intersectorielles aux ambitions croissantes. Parallèlement, et selon un processus similaire à celui observé au cours de la diffusion du concept de développement durable, le concept de transition énergétique tend également à s’imposer comme un nouvel objet d’étude pour la sphère académique, dans les sciences dures comme dans les sciences humaines et sociales (SHS) [Mosseri et Jeandel, 2013]. La définition communément admise de ce concept émergent correspond au passage d’un système énergétique carboné énergivore – reposant sur l’exploitation de ressources énergétiques de stock non renouvelables à l’échelle humaine – à un système énergétique décarboné sobre – reposant sur l’exploitation de ressources énergétiques de flux renouvelables à l’échelle humaine (Duruisseau, 2016). Cette nouvelle transition apparaît comme un processus multidimensionnel entre « des marchés, des technologies, des institutions, des politiques publiques, des comportements individuels, sur fond de tendances économiques, techniques et socioculturelles » (Rumpala, 2010, p. 50). L’énergie n’est pas seulement un élément destiné à alimenter un système technique mais « engage les institutions, les systèmes politiques, économiques et sociaux » (Raineau, 2011, p. 133). Notre réflexion s’inscrit dans le courant de la transition forte qui privilégie notamment l’entrée sociotechnique de la question énergétique délaissant l’entrée technico-économique historiquement sollicitée. S’inscrivant dans le prolongement des approches sociotechniques (Akrich, 1989), cette nouvelle entrée décrit « l’entrelacs de dispositifs matériels, économiques, scientifiques et politiques qui portent les technologies à existence » (Banos, Dehez, 2015, p. 329). L’entrée sociotechnique considère les technologies énergétiques comme des assemblages hétérogènes matériels et immatériels, humains et non-humains et appelle « à décaler le regard sur les coordinations d’acteurs pour mettre en lumière le rôle des milieux, des objets techniques et autres entités matérielles dans la constitution des collectifs territorialisés » (p. 329).

  • 1  Une centrale photovoltaïque au sol (CPVS) correspond à une unité PVS dans un lieu géographique don (...)
  • 2  Un parc photovoltaïque au sol (PPVS) correspond à une agrégation dans un lieu géographique donné d (...)
  • 3  Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) dans le cas des départements côtiers.

2Un nombre croissant de travaux académiques appelle dorénavant à porter une attention particulière aux effets territoriaux accompagnant le processus de transition énergétique (Labussière, 2013 ; Hansen, Coenen, 2014 ; Murphy, 2015). L’analyse du déploiement spatial des EnR, et particulièrement celui des unités photovoltaïques au sol (PVS), interroge indéniablement la territorialisation de cette nouvelle transition qui apparaît comme un processus profondément géographique (Bridge et al., 2013). Si dans plusieurs travaux les EnR se voient « prêter de nombreuses vertus territoriales tant en termes de valorisation des ressources locales, que d’emploi ou d’aménagement » (Banos, Dehez, 2015, p. 329), nous ne considérons pas qu’il faille penser la transition énergétique émergente comme une revanche des territoires (Labussière, Nadaï, 2015). Le potentiel des EnR à faire émerger « du territoire » reste incertain. En effet, « si une forme de décentralisation énergétique émerge, elle a peu à voir avec la délégation de pouvoirs, de compétences et de moyens donnant aux territoires une liberté d’action. Elle se joue davantage au carrefour du marché, des politiques publiques et des territoires » (Labussière, 2013, p. 286). Le déploiement spatial des unités PVS dans le massif forestier des Landes de Gascogne, observable dans cet espace depuis 2008, constitue à ce titre un cas d’étude pertinent. Plus grande forêt cultivée d’Europe occidentale, ce massif forestier concentrait près d’un tiers des capacités PVS installées en France métropolitaine au 31 décembre 2016 réparties entre 35 centrales photovoltaïques au sol 1 (CPVS) et neuf parcs photovoltaïques au sol 2 (PPVS). Cet article se propose de dégager les principaux facteurs à l’origine de ce phénomène de concentration spatiale des capacités PVS installées et d’analyser les effets territoriaux accompagnant le déploiement spatial PVS au sein du massif forestier des Landes de Gascogne, et en particulier la possible constitution de « territoires électriques nouveaux ». Afin de procéder à cette analyse, nous avons réalisé une série de 21 entretiens semi-directifs dans le cadre de notre thèse. Les personnes enquêtées sont des élus et des fonctionnaires territoriaux de sept communes, quatre établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), un département et la région mais aussi des fonctionnaires d’État de trois directions départementales des territoires 3 (DDT) et de la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL). Ces entretiens ont concernés également des chefs de projet de quatre opérateurs-exploitants. Dans un premier temps, nous analyserons la géographie du PVS dans le massif forestier des Landes de Gascogne tout en replaçant le déploiement spatial de cet objet technique dans l’évolution de cet espace (I). Dans un second temps, nous interrogerons la capacité du PVS à faire émerger de nouveaux territoires électriques en nous appuyant sur le cas de la communauté de communes du Gabardan, intégré depuis 2013 à la communauté de communes des Landes d’Armagnac (II).

I – Le massif forestier des Landes de Gascogne : le photovoltaïque au sol, un nouvel aménagement productif de cet espace

3Le massif forestier des Landes de Gascogne s’étend sur trois départements – Gironde, Landes et Lot-et-Garonne – de la région Nouvelle-Aquitaine. Celui-ci appartient

« à une vaste entité naturelle de forme triangulaire s’étendant sur 1 300 000 hectares. C’est cette entité que couvre aujourd’hui, sur près d’un million d’hectares le massif forestier des Landes de Gascogne, dont près de 900 000 en forêt de production de bois d’œuvre et d’industrie […]. [La] surface actuelle de la forêt landaise est le fruit de la double volonté étatiste de fixation du cordon dunaire et de l’obligation faite aux communes de boiser leurs landes suite à la loi du 19 juin 1857 relative à l’assainissement et à la mise en culture des Landes de Gascogne » (Pottier, 2014, p. 1019-1020).

4Depuis ces opérations majeures d’aménagement du territoire, le massif forestier des Landes de Gascogne a connu plusieurs mutations – généralisation de la ligniculture dans les années 1960-1970 et introduction de la maïsiculture dans les années 1960-1970 –, le déploiement spatial d’unités PVS apparaissant comme un nouvel aménagement productif pour cet espace. L’histoire du massif forestier des Landes de Gascogne a également été marquée par l’exploitation pétrolière autour de Cazaux, Lavergne et Parentis-en-Born – débutée au milieu des années 1950 – qui alimentait la raffinerie Esso de Pauillac/Saint-Estèphe (Di Méo, Houtmann, 1973).

1. Un espace forestier à dominante sylvicole et à faible densité de population malgré une attractivité résidentielle

5Historiquement, « l’omniprésence des friches, landes et marais, triptyque caractéristique des terres incultes et d’un milieu ingrat, disqualifie la région des Landes de Gascogne aux yeux de presque tous les observateurs extérieurs » (Mora, Banos, 2014, p. 3). Qualifié de « mauvais pays » (Sargos, 2004) ou encore de « Sahara français » (Traimond, 1986), les Landes de Gascogne ont été longtemps perçues comme un espace désertique (Ozouf, 1984 ; Ozouf-Marignier, 2000 ; Aldhuy, 2010). Malgré deux opérations majeures d’aménagement du territoire successives au cours du xviiie et du xixe siècle « cet imaginaire géographique est demeuré un implicite persistant » (Mora, Banos, 2014, p. 3). La première opération dirigée par Brémontier (1738-1809), ingénieur en chef issu de l’École des ponts et chaussés, a consisté dès 1786 en une plantation d’oyats et de pins maritimes visant à la stabilisation des dunes abritant pour certaines des chênes pédonculés et tauzins, des arbousiers et des bruyères (Husson, 1995). La seconde placée sous la direction de Chambrelent (1817-1893), ingénieur polytechnicien et agronome, a initié dès 1857 la transformation de l’intérieur des Landes de Gascogne en une immense pinède de 900 000 hectares. Contrairement à la première, cette seconde opération majeure d’aménagement du territoire ne visait pas simplement à endiguer l’avancée de la dune mais à répondre également aux besoins économiques d’une France en pleine révolution industrielle. Ce nouveau massif forestier répondait « aux besoins du moment, fournissant des poteaux télégraphiques, des étais de mine, des bois de trituration et surtout de la résine » (Husson, 1995, p. 152). L’exploitation du pin maritime dans le massif forestier des Landes de Gascogne a connu un âge d’or au cours des années 1900-1920, qui prit fin avec la crise de 1929 et un premier coup d’arrêt de la commercialisation de produits forestiers issus de la pinède landaise (Pottier, 2012). Le développement de la pétrochimie dans l’entre-deux-guerres et les grands incendies entre 1937 et 1949 ont accéléré l’entrée en crise du massif forestier et ont sonné le glas du modèle sylvicole traditionnel landais (Pinaud, 1973). La modernisation de ce modèle traditionnel s’est traduite au cours des années 1960-1970 par la généralisation de la ligniculture ainsi que par la réintroduction de la céréaliculture (maïs) au sein du massif forestier. « Conçue pour produire, emblème s’il en est de la vocation productive de l’espace forestier, la forêt landaise est souvent et précisément dénoncée pour cette orientation exclusive engendrant des pratiques sylvicoles intensives nées de l’introduction de la ligniculture » (Pottier, 2014, p. 1020).

6Si le processus d’afforestation des Landes de Gascogne du milieu du xixe siècle a bien permis le développement d’une activité sylvicole – au détriment d’un système agro-sylvo-pastoral traditionnel (Sargos, 2004) –, celui-ci n’a pas été en mesure d’enrayer le phénomène d’exode rural (Papy, 1978). « À la fin des années 1970, la problématique de la “désertification” reste ainsi une préoccupation majeure pour certains territoires situés au cœur des Landes de Gascogne » (Mora, Banos, 2014, p. 4). Même au milieu des années 1990, la pinède landaise demeure encore qualifié « d’espace de déprise humaine » (Pailhé, 1995, p. 3). Renversant cette tendance depuis quelques années, un processus d’accroissement démographique touche le massif forestier des Landes de Gascogne (Pottier, 2012).

« À l’image des mouvements observés dans de nombreux espaces ruraux […] l’accroissement démographique [du massif forestier] tient principalement à l’arrivée de nouvelles populations. Certains espaces anciennement délaissés sont désormais recherchés pour la qualité du cadre de vie et l’isolement qu’ils offrent, d’autres sont repeuplés et convoités dans une logique de desserrement des populations et des activités urbaines. L’attractivité de cet espace dessine ainsi une pluralité de trajectoires territoriales dont les moteurs sont la périurbanisation, la littoralisation et les nouveaux rapports qu’entretiennent nos sociétés aux espaces ruraux » (Mora, Banos, 2014, p. 4).

7Malgré ces dynamiques démographiques et une densité de population moyenne de 82,3 habitants/km2 en 2013, le massif forestier des Landes de Gascogne reste marqué par la faible densité. Sur les 320 communes appartenant au massif forestier, 169 possédaient à cette date une densité inférieure à 30 habitants/km2, seuil au-dessous duquel l’INSEE attribue la dénomination d’espace à faible densité. Près de 20 % des communes relèvent même de la dénomination d’espace désertifié avec une densité inférieure à 10 habitants/km2. Il n’est reste pas moins que, malgré cette faible densité, la pinède landaise est soumise à une pression foncière croissante se traduisant par une réduction non négligeable des parcelles sylvicoles (Pottier, 2012). L’artificialisation des sols pour l’urbanisation s’accompagne désormais d’une artificialisation des sols associée au déploiement spatial PVS.

2. Un espace forestier soumis à un intense déploiement spatial photovoltaïque au sol

  • 4  Le mégawatt-crête (MWc), multiple du watt-crête (Wc), est une unité de puissance utilisée pour car (...)
  • 5  La CPVS pionnière de Martillac est un projet-pilote de l’entreprise girondine Exosun – fabricant f (...)
  • 6  Arrêté du 4 mars 2011 fixant les conditions d’achat de l’électricité produite par les installation (...)

8Au 31 décembre 2016, avec ses 853 mégawatt-crête 4 (MWc), le massif forestier des Landes de Gascogne concentrait 32 % des capacités PVS métropolitaines installées réparties entre 35 CPVS et 9 PPVS. Pionnier dans le développement PVS hexagonal avec la mise en activité dès 2008 à Martillac 5 (Gironde) d’une CPVS de dimension modeste – 0,1 MWc sur 0,35 hectare –, le massif forestier a connu depuis un intense déploiement spatial PVS. Entre 2008 et 2016, les capacités PVS y sont passées de 0,1 à 853 MWc soit un accroissement moyen de +107 MWc/an. Cet accroissement moyen des capacités mises en activité annuellement masque cependant la réalité de la dynamique d’implantation (fig. 1). Passant d’un rythme d’accroissement moyen annuel de +36 MWc/an entre 2008 et 2011 à +100 MWc/an entre 2012 et 2014 puis à +460 MWc/an entre 2014 et 2015, l’accroissement moyen des capacités mises en activité annuellement apparaît comme exponentiel entre 2008 et 2015 traduisant la rencontre entre des facteurs de localisation spécifiques et des conditions sociotechniques de développement particulièrement favorables. Le pic PVS enregistré en 2015 dans le massif forestier des Landes de Gascogne résulte de la coïncidence des mises en activité des PPVS girondins d’Arsac (83,6 MWc) et de Cestas (300 MWc) ainsi que du PPVS landais d’Ychoux et Parentis-en-Born (43 MWc). L’année 2016 marque a contrario une brusque rupture dans la dynamique exponentielle d’implantation PVS, les capacités installées cette année-là retombant au niveau de celles installées au cours de l’année 2012. Cette rupture peut être attribuée à la modification du régime financier d’encadrement du déploiement spatial PVS intervenue avec l’arrêté du 4 mars 2011 6 en France métropolitaine qui a dévalué les tarifs de rachat de l’électricité PVS et introduit un système national d’appel d’offre encadré par la commission de régulation de l’énergie (CRE).

Fig. 1 – Évolution des capacités PVS installées cumulées et annuelles entre 2008 et 2016 dans le massif forestier des Landes de Gascogne (en MWc)

Fig. 1 – Évolution des capacités PVS installées cumulées et annuelles entre 2008 et 2016 dans le massif forestier des Landes de Gascogne (en MWc)
  • 7  Loi no 86-2 relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral.
  • 8  Loi no 85-30 relative au développement et à la protection de la montagne.

9L’intense déploiement spatial PVS qu’a connu le massif forestier ne s’est pas traduit par une diffusion spatiale homogène de ce type d’infrastructure, ce processus n’ayant concerné que 10 % des communes appartenant à cet espace forestier. Ce déploiement s’est accompagné d’un phénomène de concentration des moyens de production, les communes d’Arsac (Gironde), Cestas (Gironde), Losse (Landes), Pompogne (Lot-et-Garonne) et Ychoux/Parentis-en-Born (Landes) recélant près de deux tiers des capacités PVS installées – soit 526 MWc – dans le massif forestier. À l’échelle du territoire d’étude, une dichotomie importante entre le littoral et l’hinterland du massif forestier des Landes de Gascogne apparaît nettement. Les implantations de CPVS et de PPVS se concentrent exclusivement dans l’hinterland et notamment dans les marges de la Grande Lande, dans les territoires septentrionaux des Landes de Mont-de-Marsan et des Landes du Lot-et-Garonne, dans les territoires méridionaux des Landes de Bordeaux et de la Haute Lande Girondine ainsi que dans les territoires orientaux du Pays de Buch, du Pays de Born et des Landes de Roquefort. Les territoires des Landes du Médoc et du Marensin n’ont connu, pour leur part, qu’un faible déploiement spatial PVS. L’absence d’implantations sur les territoires appartenant à la façade littorale des Landes de Gascogne résulte non pas d’un manque d’opportunités foncières mais de l’obligation faite à ces infrastructures industrielles de respecter les dispositions relatives à la loi littoral du 3 janvier 1986 7. Cette loi apparaît particulièrement contraignante pour le déploiement spatial PVS – davantage que la loi montagne du 9 janvier 1985 8 –, la commune soumise à celle-ci devant situer son projet d’implantation en continuité des agglomérations et villages existants, hors des espaces remarquables et de la bande littorale des 100 m. L’application de la loi littoral a ainsi conduit à l’annulation par le tribunal administratif de Bordeaux des deux permis de construire pourtant délivrés par le préfet de Gironde à l’opérateur-exploitant Valorem pour ses deux projets de 25 ha localisés à Naujac-sur-Mer. Les parcelles sylvicoles du massif forestier des Landes de Gascogne ont été particulièrement sollicitées au cours de cet intense déploiement spatial PVS (fig. 2). Accueillant plus de 80 % des capacités PVS installées au 31 décembre 2016, ce nouveau type d’aménagement a consommé plus de 1 233 ha de parcelles sylvicoles dans la pinède landaise. L’ampleur des surfaces sylvicoles concernées fait donc du déploiement spatial PVS un phénomène spatial croissant que devront prendre en compte les acteurs territoriaux dans la problématique de maintien de la ressource forestière issue des Landes de Gascogne (fig. 3).

Fig. 2 – Répartition des capacités PVS installées dans le massif forestier des Landes de Gascogne au 31 décembre 2016 selon la nature des parcelles d’implantation (en %)

Fig. 2 – Répartition des capacités PVS installées dans le massif forestier des Landes de Gascogne au 31 décembre 2016 selon la nature des parcelles d’implantation (en %)

Fig. 3 – Les CPVS et les PPVS en activité dans le massif forestier des Landes de Gascogne au 31 décembre 2016

Fig. 3 – Les CPVS et les PPVS en activité dans le massif forestier des Landes de Gascogne au 31 décembre 2016

3. Un espace forestier au foncier bon marché combiné à une volonté des pouvoirs publics locaux

10La localisation d’une unité PVS, en tant qu’établissement industriel, dépend de multiples facteurs entendus comme les éléments qui « ont réellement joué un rôle lors du choix » (Mérenne-Schoumaker, 2002, p. 139). L’analyse de ces facteurs permet de distinguer des facteurs génériques et des facteurs spécifiques propres à chaque unité PVS. Quels que soient les facteurs génériques et spécifiques associés à une implantation, le choix final d’une localisation résulte toujours de jeux d’acteurs et d’échelles complexes. Les facteurs génériques sont des éléments touchant de manière identique l’ensemble des unités PVS métropolitaine. L’ensemble des sites identifiés possèdent des caractéristiques climatiques et géomorphologiques favorables. La disponibilité foncière et la proximité d’un réseau électrique techniquement adapté constituent également des facteurs partagés (Duruisseau, 2016). Cet article met en évidence les facteurs spécifiques qui sont des éléments particuliers expliquant l’intense déploiement spatial PVS au sein du massif forestier des Landes de Gascogne. Ce processus intense apparaît comme la combinaison complexe entre une disponibilité foncière sylvicole, une faible densité de population, un faible prix du foncier forestier, une baisse des revenus sylvicoles et une proactivité des acteurs publics infranationaux liée au sentiment d’avoir manqué le précédent éolien (fig. 4).

Fig. 4 – Infrastructures PVS, densité de population communale et ouvrages de transport d’électricité dans le massif forestier des Landes de Gascogne au 31 décembre 2016

Fig. 4 – Infrastructures PVS, densité de population communale et ouvrages de transport d’électricité dans le massif forestier des Landes de Gascogne au 31 décembre 2016

11Parmi les trois fonctions principales attribuées aux forêts française – « la forêt est un espace producteur, protecteur, assurant un rôle social croissant et renouvelé » (Husson, 1995, p. 167) –, c’est la fonction productrice de la pinède landaise qui prédomine dans les conceptions de nombreux acteurs territoriaux (Duruisseau, 2016). Malgré un double processus de patrimonialisation et d’écologisation, amorcé dès les années 1960, sa fonction protectrice reste sous-estimée (Deuffic et al., 2010 ; Pottier, 2012, 2014). Il est vrai que la patrimonialisation de la pinède landaise, qui s’est notamment traduite par la mise en place de zones de protection du patrimoine naturel d’intérêt écologique, floristique et faunistique (ZNIEFF) de types 1 et 2 et de périmètres Natura 2000, n’a que peu concerné les parcelles sylvicoles. Ces deux particularités ont constitué des facteurs favorables au déploiement spatial PVS. Des aléas météorologiques ont ajouté à l’attractivité des parcelles sylvicoles, la tempête Klaus de janvier 2009 dégradant qualitativement et quantitativement la ressource forestière. Alors que la tempête Martin de décembre 1999 avait principalement touché la partie médocaine des Landes de Gascogne, Klaus a elle massivement touché le cœur du massif forestier : « avec près de 600 000 ha affectés sur le million que compte le massif, dont plus de 200 000 détruits à plus de 40 %, Klaus a induit des bouleversements économiques et paysagers de grande ampleur » (Pottier, 2012, p. 99). S’est ajoutée au cours de l’automne 2010 une attaque parasitaire sur une pinède fragilisée. Klaus, et ses conséquences socio-économiques, ont ainsi pu jouer un rôle de catalyseur dans l’intensification du déploiement spatial PVS dans le massif forestier des Landes de Gascogne. Au nom de la nécessaire revitalisation d’un tissu économique local, le PVS va apparaître comme une réponse adéquate aux yeux des collectivités locales et des propriétaires privés. Il convient cependant de rappeler que pour un certain nombre de projets landais – notamment ceux de Garein, Geloux, Luxey et Losse – Klaus a constitué un argument a posteriori dans la mesure où le choix des parcelles avait été arrêté avant cette tempête. Il convient également de constater que malgré la préconisation de l’État et de ses services déconcentrés de recourir à des parcelles sylvicoles effectivement impactées par la tempête Klaus pour la construction d’unités PVS, des projets se sont développés sur des parcelles sylvicoles saines contre les recommandations officielles. L’attractivité du massif forestier préexistait à Klaus : sa faible densité de population et ses caractéristiques paysagères permettant de limiter la visibilité des infrastructures ne pouvaient manquer d’attirer les porteurs de projets. D’autant que le faible niveau de la rente des parcelles sylvicoles, estimée en 2012 à 100 €/ha/an (Pottier, 2014), constituait un facteur majeur du déploiement spatial PVS. Les loyers PVS constatés dans le massif forestier des Landes de Gascogne compris entre 500 et 3 000 €/ha/an ont contribué à une forte augmentation de la rente des parcelles sylvicoles pour les propriétaires publics et privés alors qu’ils apparaissaient modiques aux porteurs de projets comparés aux loyers PVS pratiqués dans d’autres régions métropolitaines. À titre d’exemple, ceux-ci atteignent 17 500 €/ha/an à Gardanne (Bouches-du-Rhône) en Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

  • 9  Arrêté du 10 juillet 2006 fixant les conditions d’achat de l’électricité produite par les installa (...)
  • 10  Les trackers solaires sont des dispositifs automatisés permettant aux modules PV de suivre la cour (...)

12L’intense déploiement spatial PVS au sein du massif forestier des Landes de Gascogne apparaît aussi comme une conséquence de la proactivité des pouvoirs publics infranationaux, volonté renforcée par l’absence d’un précédent éolien dans l’ancienne région Aquitaine. Suite à la revalorisation des tarifs de rachat photovoltaïque (PV) par l’arrêté du 10 juillet 2006 9, la région Aquitaine a mis en œuvre une politique PV articulée autour de trois axes : (i) favoriser la recherche et développement (R&D) ; (ii) favoriser l’industrialisation de nouveaux produits PV ; et (iii) favoriser le développement territorial autour des filières PV. Les subventions accordées à Exosun – entreprise spécialisée dans la fabrication de trackers solaires 10 – pour sa création, son implantation au sein de la technopole Bordeaux Montesquieu et le développement de sa CPVS expérimentale à Martillac (Gironde) illustrent bien cette politique régionale. Dans le contexte du Grenelle de l’environnement, le département de Gironde a réalisé en 2010 un atlas départemental présentant les potentiels et gisements EnR de son territoire constituant un outil facilitateur au déploiement spatial PVS. À une autre échelle infranationale, le parc naturel régional (PNR) des Landes de Gascogne a élaboré en 2009 un document-cadre PVS sous l’impulsion des collectivités locales membres. Parmi celles-ci, la volonté portée par la commune de Garein (Landes) et son maire fut déterminante dans l’élaboration de cet outil de régulation locale. Souhaitant lui-même développer plusieurs unités PVS sur son territoire, le maire de cette commune entendait réguler le déploiement spatial PVS à l’échelle du PNR tout en maximisant les retombées économiques pour les collectivités locales. Visant à la préservation de la ressource sylvicole, la doctrine de ce document-cadre tend à orienter le déploiement spatial PVS exclusivement sur des parcelles artificialisées et dégradées publiques et en particulier des parcelles sylvicoles impactées par les tempêtes Martin et Klaus.

II – La communauté de communes du Gabardan : le rôle de la ressource solaire dans la genèse d’un territoire électrique émergent ?

13La communauté de communes du Gabardan – qui a fusionné avec la communauté de communes de Roquefort pour former la communauté de communes des Landes d’Armagnac depuis le 1er janvier 2013 – a initié dès 2006 un projet PVS localisé sur la commune de Losse. Cet EPCI landais, situé aux marges orientales du massif forestier des Landes de Gascogne et limitrophe du Lot-et-Garonne et du Gers, comptait en 2013 3 882 habitants pour une densité de population de 8,8 habitants/km². Sa très faible densité de population et son économie tournée vers la sylviculture font de la communauté de communes du Gabardan un territoire archétypal de la pinède landaise. Depuis le début des années 2000, cette intercommunalité a réussi à endiguer un dépeuplement rural grâce à un solde migratoire positif compensant un solde naturel toujours négatif illustrant parfaitement les dynamiques démographiques du massif forestier. Le projet PVS gabardannais, d’abord conçu par les acteurs locaux comme un moyen d’accompagnement de la redynamisation de cet espace rural, s’est avéré être un catalyseur de l’émergence d’une action publique spécifique à la problématique énergie-climat s’appuyant sur un collectif territorialisé. Cet espace rural tend à s’affirmer comme un territoire électrique nouveau, concept que nous avons récemment défini au cours de notre recherche doctorale (Duruisseau, 2016).

1. Le diagnostic territorial de la communauté de communes du Gabardan : forces et faiblesses

14La communauté de communes du Gabardan constitue un territoire pour lequel « gérer la faible densité, enrayer l’érosion démographique des campagnes dites profondes, y maintenir les services, soutenir les activités économiques existantes et encourager leur diversification constituent de longue date des préoccupations majeures pour les décideurs » (Clarimont et al., 2006, p. 27). En 2005, cette intercommunalité fait réaliser un diagnostic territorial dégageant les forces et faiblesses de ce territoire sylvicole rural. Ce diagnostic objective le constat que le territoire a connu un déclin démographique considérable depuis les années 1950 que la dynamique démographique observée depuis le début des années 2000 ne fait que stabiliser. Prenant en compte ce constat, la première préoccupation des acteurs publics locaux fut de mettre en œuvre un ensemble de politiques socio-économiques visant à une revitalisation démographique de cet espace désertique.

15En 2005, la communauté de communes du Gabardan a ainsi fait le choix (i) de renforcer les services territoriaux à destination de la population locale – notamment à travers une amélioration de ses politiques sociales en matière de santé et de petite enfance –, (ii) de rendre constructible de nouvelles parcelles – tout en dotant l’ensemble des communes membres d’un plan local d’urbanisme (PLU) – et (iii) d’accroître l’attractivité économique du territoire par la création d’une zone d’activité communautaire. Cette zone d’activité communautaire a pu bénéficier d’aides qui résultent de son classement à la fois en zone de revitalisation rurale (ZRR) – permettant aux entreprises de bénéficier d’avantages fiscaux lors de leur création – et en zone d’aides à finalité régionale (AFR) – permettant de subventionner l’investissement productif ou la création d’emplois liés à l’investissement. Ce premier projet socio-économique de revitalisation démographique de la communauté de communes du Gabardan a été intégré, à la fin des années 2000, à un projet économique global de développement territorial structuré autour de trois axes : (i) socio-économique, (ii) touristique et (iii) formation. Ces projets de territoire successifs ambitieux ont rapidement été confrontés à une difficulté de financement, les impôts locaux et les revenus fiscaux générés par la zone d’activité communautaire ne pouvant à eux seuls garantir leur faisabilité. C’est ainsi que le projet PVS de la communauté de communes du Gabardan s’est inscrit dans cette logique de recherche de nouveaux financements pour ces politiques communautaires.

2. Le projet photovoltaïque au sol gabardannais : des infrastructures électriques au centre d’un projet économique de redynamisation d’un espace rural landais

16La genèse du projet PVS gabardannais remonte à l’année 2006. C’est au printemps de cette année que le président de la communauté de communes du Gabardan – également maire de Losse – assiste à une conférence organisée par la caisse des dépôts et consignations (CDC), dans le cadre du congrès annuel des maires de France, portant sur le rôle des collectivités locales dans le futur déploiement spatial PVS. Cette conférence convainc cet élu local des retombées économiques positives que pourrait générer pour son territoire une implantation PVS. En tant que président de la communauté de communes du Gabardan, il informe, cette même année, l’assemblée communautaire de l’intérêt de ce nouveau type d’infrastructure électrique, pouvant permettre de financer les projets communautaires de redynamisation démographique et économique. Sensibles aux arguments développés, les élus décident alors de rentrer en contact avec la CDC pour réaliser une CPVS, la CDC s’étant présentée comme un intermédiaire pour le développement de ce type de projet lors du congrès annuel des maires de France. Malgré la position favorable au projet de l’assemblée communautaire, les élus des communes membres de la communauté de communes du Gabardan – à l’exception des élus de Losse – se montrent paradoxalement réticents à accueillir une CPVS sur leur territoire arguant un manque de recul sur ce nouveau type d’infrastructure. Afin de mettre fin à ce blocage, le maire de Losse propose des parcelles sylvicoles publiques sises sur son territoire communal. Le blocage foncier levé, la CDC met alors en concurrence au cours de l’automne-hiver 2006 trois opérateurs-exploitants susceptibles de pouvoir mener à bien le projet dans le cadre d’un marché métropolitain alors naissant. Parmi les trois opérateurs-exploitants se trouve EDF énergies nouvelles (EDF EN) qui répond successivement à la demande de la CDC pour réaliser une CPVS de 20 puis 40 ha. Lauréat de cet appel d’offre, l’opérateur-exploitant prend en main le projet au début de l’année 2007 signant le retrait définitif de la CDC. Cette prise en main marque un changement d’échelle. L’emprise spatiale du projet initialement de 40 ha s’élève finalement à 300 ha soit 2,4 % de la surface communale de Losse (fig. 5).

Fig. 5 – Situation des unités PVS sur le territoire de Losse du projet gabardannais (Landes)

Fig. 5 – Situation des unités PVS sur le territoire de Losse du projet gabardannais (Landes)

17L’importance du projet permet à EDF EN de constituer une vitrine à son savoir-faire auprès des collectivités locales métropolitaines. Les surfaces concernées constituent également, pour cet opérateur-exploitant, un vecteur de croissance de la demande en module PV favorisant son co-projet formé avec First Solar d’implanter une usine de production de modules à Blanquefort (Gironde). Le projet gabardannais s’est finalement traduit par la mise en activité de huit unités PVS entre juin 2010 et septembre 2011 pour une capacité installée cumulée de 67,1 MWc réparties sur 251,3 ha. Parmi ces huit unités PVS, une CPVS de 2 MWc utilise la technologie de trackers solaires Exotrack développée par Exosun (fig. 6). Ce projet pilote a bénéficié, au titre de l’accompagnement des éco-technologies dans l’ex-région Aquitaine, d’aides publiques de la région (1 100 000 €), de l’ADEME (750 000 €) et du FEDER (2 200 000 €). Les retombées économiques sont à la hauteur de l’importance du projet. L’ensemble PVS de Losse a généré en 2016 pour la communauté de communes des Landes d’Armagnac entre 500 et 2 500 €/ha suivant les parcelles concernées ainsi que 242 000 € d’impôts forfaitaires pour les industries de réseau (IFER). L’ensemble des revenus fonciers et fiscaux générés par les huit unités PVS représentaient à eux seuls près de 50 % du budget de fonctionnement communautaire.

Fig. 6 – Les trackers solaires d’Exosun de la CPVS de Losse (Landes)

Fig. 6 – Les trackers solaires d’Exosun de la CPVS de Losse (Landes)

Source : © Kévin Duruisseau (2014)

18Le territoire de Losse combinait plusieurs facteurs de localisation alors très favorables au déploiement spatial d’un projet PVS géant. La situation de Losse au cœur du massif forestier des Landes de Roquefort au sein d’un espace désertique ainsi que la disponibilité de parcelles sylvicoles publiques de très grandes tailles ont constitué deux facteurs favorables majeurs. L’isolement de ces parcelles, lié à leur caractère plane et à leur environnement forestier, permettait de dissimuler aisément toutes les infrastructures PVS – même de grande taille – minorant ainsi les enjeux paysagers. Autre facteur d’importance, les parcelles sylvicoles retenues n’étaient pas intégrées à des périmètres de protection : la ZNIEFF de type 2 « vallée de la Douze » et le site Natura 2000 « La Gélise » sont localisés à environ 6 km du site. La présence de plusieurs mares, qui constituait un enjeu environnemental local, n’a pas constitué une contrainte rédhibitoire car ces mares ont pu être intégrées au projet. En outre, la commune de Losse ne possédait pas encore de document d’urbanisme et n’était alors intégrée à aucun périmètre SCoT, permettant un gain de temps considérable pour le porteur de projet pour ce qui est de l’instruction. À l’ensemble de ces facteurs se sont ajoutées les caractéristiques des parcelles sylvicoles retenues : dégradées par la tempête Martin de 1999 et contaminée par le champignon Fomès, ces parcelles étaient vouées à la destruction ainsi qu’à la stérilisation par l’Office national des forêts (ONF) et ce même dans l’optique d’une conservation d’activité sylvicole. Ces facteurs de localisation spécifiques favorables et les tarifs de rachat de l’électricité PVS alors élevés ont permis de contrebalancer un facteur de localisation très négatif : la distance importante entre la zone d’implantation des unités PVS et le poste source de raccordement au réseau de transport d’électricité, soit 20 km.

3. La naissance d’un territoire électrique autour d’un projet photovoltaïque au sol au centre de jeux d’acteurs multiscalaires

  • 11  Décret no 2009-1414 relatif aux procédures administratives applicables à certains ouvrages de prod (...)

19Les unités PVS de Losse se sont développées en l’absence d’un régime réglementaire national d’encadrement du déploiement spatial PVS (Duruisseau, 2016). Jusqu’au décret du 19 novembre 2009 11, une unité PVS n’était pas soumise à permis de construire. Néanmoins, cette absence d’un régime réglementaire national spécifique ne dispensait pas une unité PVS de l’obtention d’autorisations aux titres de la loi sur l’eau et du défrichement, ces deux autorisations nécessitant la réalisation d’une étude d’impact et d’une enquête publique. Dans le cas de Losse, ces autorisations ont été instruites puis obtenues entre avril 2008 et janvier 2009. Ce court délai d’instruction masque un élément très important : le projet gabardannais fut pour les services instructeurs déconcentrés de l’État un support majeur pour l’élaboration d’une procédure unique d’instruction et de régulation du PVS. En effet, la pré-instruction puis l’instruction de ce projet d’envergure ont fait l’objet d’une forte implication des services instructeurs déconcentrés de l’État landais et aquitains ainsi que de multiples acteurs territoriaux publics. Pour sa part, le préfet des Landes facilita et accompagna le bon déroulement de ces deux processus en mettant à disposition son secrétariat général et en organisant des réunions de concertation. Ces réunions impliquaient les services de l’actuel DDTM-Landes, ceux de l’actuel DREAL-Aquitaine, l’agence régionale de santé d’Aquitaine (ARS-Aquitaine), la direction générale de l’Aviation civile (DGAC), le service départemental d’Incendie et de Secours des Landes (SDIS-40), la fédération départementale des Chasseurs et l’ONF. Elles accueillaient également des représentants de la commune de Losse et de la communauté de communes du Gabardan. Le projet a pu aussi bénéficier du soutien du ministre en charge de l’énergie dans le contexte du Grenelle de l’environnement. La forte implication des services déconcentrés de l’État landais et aquitain dans la pré-instruction et l’instruction du projet s’est traduite par la rédaction d’un document-cadre PV/PVS départemental et régional. Ces deux documents-cadres appellent expressément à la préservation des parcelles sylvicoles du massif forestier des Landes de Gascogne et visent à orienter prioritairement les porteurs de projet vers des parcelles artificialisées et dégradées et marginalement vers des parcelles sylvicoles impactées par Martin et Klaus. Toutefois, l’autorisation préfectorale du projet PVS géant de Losse a constitué un signal très négatif pour le futur déploiement spatial PVS au sein du massif forestier des Landes de Gascogne. Ce précédent a mis à mal toutes les tentatives de régulation infranationale futures du déploiement spatial PVS sur des parcelles sylvicoles.

20La réalisation des unités PVS de Losse n’a pas relevé de la mise en œuvre d’une action publique spécifique à la problématique énergie-climat. Cette réalisation a constitué pour la Communauté de communes du Gabardan un outil économique lui permettant de financer sa politique socio-économique visant à une redynamisation de son territoire. Cependant, les retombées économiques et médiatiques de ce projet ont donné une nouvelle dimension à cet espace rural sylvicole lui conférant une image de dynamisme technico-économique et cette réalisation a conduit a posteriori à l’émergence d’une action publique spécifique à une politique de transition énergétique au sein de la communauté de communes du Gabardan puis de la communauté de communes des Landes d’Armagnac. Orientée principalement vers la valorisation du gisement local d’énergie-bois et de déchets, cette politique s’est renforcée avec la sélection, au début de l’année 2015, de la communauté de communes des Landes d’Armagnac et de la communauté d’agglomération du Marsan agglomération, au titre de l’appel à projet relatif aux territoires à énergie positive pour la croissance verte (TEP-CV). Le projet présenté conjointement par ces deux intercommunalités repose « sur la sensibilisation et l’accompagnement de tous les secteurs d’activité, de l’industrie aux artisans, de l’agriculture aux transports, à la recherche et à l’innovation […] et surtout des citoyens, pour réduire leurs consommations et rénover leurs habitations ». À cette valorisation des gisements locaux d’EnR s’ajoutait une volonté d’utiliser les toitures publiques et agricoles pour y installer des modules PV dans une logique d’auto-consommation. La politique de transition énergétique mise en œuvre par la communauté de communes des Landes d’Armagnac, induite par le déploiement spatial des infrastructures PVS de Losse à la fin des années 2000, pourrait conférer à cet espace rural le statut de « territoire électrique nouveau » (Duruisseau, 2016). Un « territoire électrique » est un espace géographique délimité, lieu de production d’électricité, associé à un système d’acteurs complexe basé sur un collectif territorialisé mobilisant des acteurs publics et privés. Les infrastructures de production d’électricité y valorisent des ressources énergétiques endogènes et/ou exogènes. L’abandon des ressources énergétiques carbonées et le caractère diffus et endogène des ressources énergétiques décarbonées exploitées pour la mise en œuvre de la transition énergétique devraient avoir des effets territoriaux majeurs comme l’émergence de nouveaux territoires électriques. Le cas de la communauté de communes des Landes d’Armagnac en est une illustration remarquable : le projet PVS gabardannais a permis de poser les bases d’une réflexion énergie-climat territoriale qui se traduit aujourd’hui par la constitution d’un collectif territorialisé associant des acteurs locaux publics et privés issus d’horizons multiples (élus locaux, agro-sylviculteurs, associations, citoyens, etc.) L’implantation à Losse par EDF EN d’un centre de maintenance EnR, diversifiant l’emploi local, a renforcé l’ancrage territorial de l’énergéticien pouvant participer ainsi à la genèse possible d’un territoire électrique nouveau.

Conclusion

21Le massif forestier des Landes de Gascogne a connu un important déploiement spatial PVS d’une intensité unique en France métropolitaine. Malgré un gisement solaire de qualité inférieure à celui d’autres régions méridionales comme les basses et moyennes vallées de la Durance, du Verdon et du Rhône, la région concentre, à elle seule, près du tiers des capacités PVS installées métropolitaines. Ce « désavantage comparatif » a été largement compensé par une addition de facteurs spécifiques, uniques dans l’hexagone, renforcés par des conditions sociotechniques de développement particulièrement favorables au déploiement spatial PVS. Les porteurs de projets – majoritairement issus de la sphère privée – ont su pleinement tirer profit des caractéristiques territoriales propres au massif forestier des Landes de Gascogne héritées de l’histoire de cette « forêt anthropique ». L’afforestation des Landes de Gascogne basée successivement sur un modèle sylvicole traditionnel puis sur un modèle sylvicole intensif a produit une organisation spatiale aux vastes parcelles géométriques. L’industrialisation de la forêt landaise a induit le développement de réseaux routiers et électriques relativement denses pour un espace désertique. Ces différents facteurs territoriaux mettent en évidence le poids de l’histoire des Landes de Gascogne dans l’ampleur du déploiement spatial PVS. Malgré le recul actuel de la pinède et les nouvelles dynamiques démographiques observables (Pottier, 2012 ; Mora, Banos, 2014), le massif forestier des Landes de Gascogne demeure dans l’imaginaire géographique collectif « une nouvelle frontière » qui continue à être considéré comme un espace à conquérir et à aménager. Perçu avant tout comme un espace sylvicole, le massif forestier des Landes de Gascogne souffre d’un retard dans son écologisation et sa patrimonialisation renforçant son attractivité pour les porteurs de projet. D’autant qu’à ces facteurs anthropiques s’ajoutent les caractéristiques naturelles (géomorphologiques, géologiques et pédologiques) des Landes de Gascogne qui ont fait bénéficier les porteurs de projet de conditions matérielles d’aménagement simplifiées.

22La transition énergétique, et plus particulièrement le déploiement spatial PVS, s’inscrivent dans des assemblages territoriaux historiques – autour de la sylviculture – et émergents – autour de la valorisation du gisement bois-énergie par exemple – dans le massif forestier des Landes de Gascogne. L’étude de cas des unités PVS de Losse, initiées par la communauté de communes du Gabardan, a permis d’interroger la capacité du déploiement spatial PVS à « fabriquer du territoire » autour de la problématique énergie-climat. Cette étude de cas montre que l’émergence d’un collectif territorialisé autour de cette problématique n’est apparue qu’a posteriori et comme une conséquence au déploiement spatial des unités PVS de Losse. C’est la sélection ultérieure de la communauté de communes du Gabardan, devenue communauté de communes des Landes d’Armagnac, au titre des territoires à énergie positive pour la croissance verte (TEP-CV) qui marque l’émergence d’un possible territoire électrique nouveau. Trois éléments, pour certains non-spécifiques au territoire, expliquent cette difficile territorialisation du PVS au sein du massif forestier des Landes de Gascogne. La très grande majorité des unités PVS en activité sur ce territoire a été initiée par des acteurs issus de la sphère privée qui a de très rares exceptions près – notamment Eosol énergies nouvelles (Eosol EN) et Valorem – ne possédaient pas d’ancrage territorial dans la région. Si ces acteurs-initiateurs ont recruté les communes et les intercommunalités en présentant leur projet comme un vecteur de développement local, aucun d’eux n’avait de projet de territoire. Malgré la dévolution croissante de compétences énergie-climat aux collectivités locales, la délivrance du permis de construire PVS demeure une prérogative du préfet de département qui appuie ses décisions sur les résultats des procédures coordonnées par la DDT/DDTM. Le maintien de cette prérogative constitue une des causes majeures de l’inachèvement de la territorialisation PVS au sein du massif forestier des Landes de Gascogne qu’il faut associer à un manque d’implication des collectivités locales dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques de transition énergétique. La standardisation des procédures de pré-instruction et d’instruction des projets PVS – suite au projet de Losse – a également participé au renforcement du caractère limité de la territorialisation du PVS dans la mesure où celle-ci conduit à gommer les particularismes territoriaux. Ainsi l’analyse du déploiement spatial PVS et de son processus de territorialisation au sein du massif forestier des Landes de Gascogne renforce la thèse que la transition énergétique ne peut être encore considérée comme « une revanche des territoires ».

Haut de page

Bibliographie

Akrich M. « La construction d’un système sociotechnique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et Sociétés, vol. XIII, no 2, 1989, p. 31-51.

Aldhuy J., « La transformation des Landes de Gascogne (xviiie-xixe), de la mise en valeur à la colonisation intérieure ? », Confins, no 8, 2010.

Banos V., Dehez J., « Les trajectoires du bois-énergie en Aquitaine : du développement local aux territoires de l’énergie ? », Géocarrefour, vol. 90, no 4, 2015, p. 329-338.

Bridge G., Bouzarovski S., Bradshaw M., Eyre N., « Geographies of Energy Transition : Space, Place and the Low-Carbone Economy », Energy Policy, no 53, 2013, p. 331-340.

Clarimont S., Aldhuy J., Labussière O., « Les recompositions territoriales face à la faible densité : comparaison des “pays” aquitains et des comarcas aragonais », Annales de géographie, no 647, 2006, p. 26-48.

Deuffic P., Ginelli L., Petit K., « Patrimoine foncier… et naturel ? Les propriétaires forestiers face à l’écologisation des Landes de Gascogne », Sud-Ouest Européen, no 30, 2010, p. 109-123.

Di Méo G., Houtmann J.-C., « Parentis-en-Born et son pétrole », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. 44, nos 2-3, 1973, p. 225-237.

Duruisseau K., Transition énergétique et géographie : le photovoltaïque au sol dans le sud de la France, thèse de doctorat en géographie, Aix-Marseille université, 2016.

Hansen T., Coenen L., « The Geography of Sustainability Transitions: Review, Synthesis and Reflections on an Emergent Research Field », Environmental Innovation and Societal Transitions, vol. XVII, 2014, p. 92-109.

Husson J.-P., Les Forêts françaises, Presses universitaires de Nancy, 1995.

Labussière O., « Énergies renouvelables et territoire : nouveaux accès, nouveaux potentiels », dans Mosseri R., Jeandel C. (dir.), L’Énergie à découvert, CNRS éditions, 2013.

Labussière O., Nadaï A. (dir.), L’Énergie des sciences sociales, Athéna, 2015.

Mérenne-Schoumaker B., La Localisation des industries. Enjeux et dynamiques, Presses universitaires de Rennes, 2002.

Mora O., Banos V., « La forêt des Landes de Gascogne : vecteur de liens ? », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. XIV, no 1, 2014.

Mosseri R., Jeandel C. (dir.), L’Énergie à découvert, CNRS éditions, 2013.

Murphy J.-T., « Human Geography and Socio-Technical Transition Studies: Promising Intersections », Environmental Innovation and Societal Transitions, vol. XVII, 2015, p. 73-91.

Ozouf M., L’École de la France, Gallimard, 1984.

Ozouf-Marignier M.-V., « Les géographes français et les mauvais pays », dans Berdoulay V., Soubeyran O. (dir.), Milieu, colonisation et développement, L’Harmattan, 2000.

Pailhé J., « L’Aquitaine, un modèle localisé », Mappemonde, no 3, 1995.

Papy L., Les Landes de Gascogne et la côte d’Argent, Privat, 1978.

Pineau A.-M., « La forêt landaise : une forêt en mutation », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. 44, 1973, p. 207-224.

Pottier A., La Forêt des Landes de Gascogne comme patrimoine naturel ? Échelles, enjeux, valeurs, thèse de doctorat en géographie, université de Pau et des Pays de l’Adour, 2012.

Pottier A., « Le massif forestier des Landes de Gascogne, un patrimoine naturel ? Le regard des gestionnaires », Annales de géographie, no 698, p. 1016-1038.

Raineau L., « Vers une transition énergétique ? », Natures sciences sociétés, no 19, 2011, p. 133-143.

Rumpala Y., « Recherches de voies de passage au “développement durable” et réflexivité institutionnelle. Retour sur les prétentions à la gestion d’une transition générale », Revue française de socio-économie, no 6, 2010, p. 47-63.

Sargos J., Histoire de la forêt landaise : du désert à l’âge d’or, L’Horizon chimérique, 2004.

Traimond B., « Le voyage dans les Landes de Gascogne ou la traversée du Sahara français », Études rurales, nos 103-104, 1986, p. 221-234.

Haut de page

Notes

1  Une centrale photovoltaïque au sol (CPVS) correspond à une unité PVS dans un lieu géographique donné exploitée par un opérateur-exploitant.

2  Un parc photovoltaïque au sol (PPVS) correspond à une agrégation dans un lieu géographique donné de plusieurs unités PVS exploitées par un même opérateur-exploitant.

3  Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) dans le cas des départements côtiers.

4  Le mégawatt-crête (MWc), multiple du watt-crête (Wc), est une unité de puissance utilisée pour caractériser la puissance maximale délivrée par une unité PVS.

5  La CPVS pionnière de Martillac est un projet-pilote de l’entreprise girondine Exosun – fabricant français de dispositifs de suivi de la course du soleil (trackers solaires) – initié en 2007 par cet acteur sur des parcelles industrielles publiques au sein de la Technopole Bordeaux Montesquieu. Ce premier projet aquitain peut être considéré pour Exosun comme un « démonstrateur industriel » de l’intérêt économique de sa technologie de trackers solaires appliquée aux unités PVS. La concrétisation du projet a permis à Exosun de montrer les gains de production d’une unité PVS à modules sur trackers solaires par rapport à une unité PVS à modules fixes.

6  Arrêté du 4 mars 2011 fixant les conditions d’achat de l’électricité produite par les installations utilisant l’énergie radiative du soleil telles que visées au 3e de l’article 2 du décret no 2000-1196 du 6 décembre 2000.

7  Loi no 86-2 relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral.

8  Loi no 85-30 relative au développement et à la protection de la montagne.

9  Arrêté du 10 juillet 2006 fixant les conditions d’achat de l’électricité produite par les installations utilisant l’énergie radiative du soleil.

10  Les trackers solaires sont des dispositifs automatisés permettant aux modules PV de suivre la course du soleil améliorant la production électrique journalière.

11  Décret no 2009-1414 relatif aux procédures administratives applicables à certains ouvrages de production d’électricité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Évolution des capacités PVS installées cumulées et annuelles entre 2008 et 2016 dans le massif forestier des Landes de Gascogne (en MWc)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2899/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 2 – Répartition des capacités PVS installées dans le massif forestier des Landes de Gascogne au 31 décembre 2016 selon la nature des parcelles d’implantation (en %)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2899/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 3 – Les CPVS et les PPVS en activité dans le massif forestier des Landes de Gascogne au 31 décembre 2016
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2899/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 4 – Infrastructures PVS, densité de population communale et ouvrages de transport d’électricité dans le massif forestier des Landes de Gascogne au 31 décembre 2016
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2899/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Fig. 5 – Situation des unités PVS sur le territoire de Losse du projet gabardannais (Landes)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2899/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 6 – Les trackers solaires d’Exosun de la CPVS de Losse (Landes)
Crédits Source : © Kévin Duruisseau (2014)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2899/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kévin Duruisseau, « Le massif forestier des Landes de Gascogne (France) dans la transition énergétique : les effets territoriaux du déploiement spatial photovoltaïque au sol », Sud-Ouest européen, 43 | 2017, 107-120.

Référence électronique

Kévin Duruisseau, « Le massif forestier des Landes de Gascogne (France) dans la transition énergétique : les effets territoriaux du déploiement spatial photovoltaïque au sol », Sud-Ouest européen [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 13 juillet 2018, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/2899 ; DOI : 10.4000/soe.2899

Haut de page

Auteur

Kévin Duruisseau

Chercheur associé, Géographie, UMR TELEMMe/CNRS/Aix-Marseille université, kevin.duruisseau-amu@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals