Navigation – Plan du site

Premiers résultats d’une rétro-observation hydroclimatique exploratoire dans le Haut-Vicdessos (Pyrénées ariégeoises)

Sorting out past hydro climatic data from le Haut-Vicdessos (French Pyrenees, Ariège) : first results
Primeros resultados de una retrobservación hidroclimatológica en le Haut-Vicdessos (Pirineos del Ariège)
Jean-Marc Antoine
p. 89-100

Résumés

Cet article fait le point sur les tendances hydroclimatiques observées dans la haute vallée du Vicdessos (Pyrénées ariégeoises) depuis le milieu du XXe siècle. L’analyse concerne des données pluviométriques et thermiques produites par plusieurs postes météorologiques, et qu’il a donc fallu homogénéiser. Les tendances climatiques observées sont analysées de concert avec les tendances hydrométriques enregistrées par une station EDF, intéressante car située à haute altitude et concernant des écoulements naturels, non perturbés par l’exploitation hydroélectrique. On en déduit des variations interannuelles et saisonnières significatives marquées des tendances hydroclimatiques.

Haut de page

Texte intégral

1La montée des préoccupations liées à la « dégradation » de l’environnement dans les années 1970, puis la menace des changements globaux dans les années 1990, ont favorisé l’émergence des observatoires environnementaux appelés à quantifier ces atteintes et ces changements et à en prévoir l’évolution. D’échelle territoriale variable, ces dispositifs d’observation ont pu parfois connaître une spécialisation, soit dans la variable environnementale étudiée, soit dans l’angle d’attaque de l’observation environnementale privilégié. C’est le cas des derniers-nés de ces observatoires en France, les Observatoires Homme/Milieu, promus par l’INEE-CNRS (INstitut Écologie et Environnement) en 2007 selon des logiques développées infra par R. Chenorkian1.

2Créé en 2010, l’Observatoire Homme/Milieu Pyrénées-Haut Vicdessos présente en outre la particularité d’associer la rétro-observation des dynamiques environnementales et sociales à leur classique observation contemporaine. Sont donc présentés ici les premiers résultats d’une rétro-observation hydroclimatique menée dans le cadre de cet OHM. Après avoir exposé le contexte général de la mise en place de l’observation et de la rétro-observation environnementale, on y présente les données hydroclimatiques utilisées et les premières conclusions que l’on peut tirer de leur analyse et de leur confrontation.

I – De l’observation environnementale à la retro-observation hydro-climatique

3Les OHM s’inscrivent dans la lignée des observatoires de l’environnement qui se développent à partir des années 1980, d’abord aux USA avec le dispositif LTER (Long Term Ecological Research) et le réseau NEON (National Ecological Observatory Network) (Dalton, 2000), puis en Europe et en France (Anonyme, 2005) où sont mis en place les Zones Ateliers, les OSU (Observatoires des Sciences de l’Univers), les Services d’Observation, les ORE (Observatoires de Recherche en Environnement)…

4Traduction de l’inquiétude sociale et politique face aux menaces liées à la disponibilité de la ressource eau ainsi qu’aux effets des changements climatiques annoncés, ces observatoires de l’environnement sont souvent animés et structurés par le volet hydroclimatique. C’est le cas de plusieurs sites LTER américains (Arctic-Alaska, Plum Island, Massachussets…), des quatre sites du projet allemand Tereno (Terrestrial Environmental Observatories) lancé en 20072 (Bogena et al., 2006), de quatre des dix Zones Ateliers françaises (ZA « Seine », « Loire », « Rhône » et « Moselle »), de plusieurs ORE (AGRHYS, AMMA CATCH, BVET, HYBAM, OMERE…), et des OHM Oyapock et Vallée du Rhône. Il est même des observatoires exclusivement dédiés à l’observation hydrologique, tels les hydrologic observatories (HOs) portés par le CUASHI nord-américain (Consortium of Universities for the Advancement of Hydrologic Science) (CUASHI, 2005), ou encore le HOBE, l’observatoire hydrologique danois créé en 2007 (Jensen, Illangasekare, 2011).

5Au sein de ces observatoires, privilégiant on le rappelle l’observation des dynamiques écologiques et environnementales contemporaines sur le long terme, les OHM ont pris le parti méthodologique de coupler à l’observation contemporaine la rétro-observation des phénomènes et des dynamiques. C’est qu’il y a là un enjeu scientifique majeur.

6La rétro-observation des dynamiques environnementales s’inscrit plus largement dans le champ des recherches en écologie historique et des approches paléo-environnementales et historico-environnementales qui se développent en France à partir des années 1970-1980 (Métailié, 2005). Après les travaux précurseurs de l’historien E. Le Roy Ladurie sur le climat (Le Roy Ladurie, 1967), ces recherches sont institutionnalisées en 1986 par la création, dans le cadre du PIREN-CNRS (Programme Interdisciplinaire de Recherche sur l’Environnement), d’une Action Thématique Programmée (ATP) « Histoire de l’environnement » (Jollivet, 2001). Coordonnée par l’historien R. Delort, elle a mobilisé préhistoriens, archéologues, historiens, géographes, géomorphologues, palynologues, biologistes et écologues (C. Beck, R. Delort (dir.), 1993). Aujourd’hui, l’histoire de l’environnement est un champ de recherche bien établi, s’appuyant sur une association européenne créée en 1999 (European Society for Environmental History), une revue éditée à Cambridge depuis 1995 (Environment and History), des réseaux interdisciplinaires de recherche (Groupe d’Histoire des Forêts Françaises, Groupe d’Histoire des Zones Humides, réseau RUCHE), un RTP-CNRS « Histoire de l’environnement » animé par G. Massard-Guilbaud depuis 2010.

7Mais histoire de l’environnement et approche rétrospective de l’environnement ne se confondent pas, et le rapport sur la prospective de l’INEE en 2009 stigmatisait ainsi le déficit de visibilité des approches rétrospectives des environnements continentaux des moyennes latitudes, malgré « la pertinence des archives continentales dans les reconstitutions paléoclimatiques et paléoenvironnementales, notamment aux échelles de travail des sciences de l’environnement : celle des milieux et des territoires ». Il pointait aussi la nécessité de disposer de ce type de données pour reconstituer les trajectoires évolutives des anthroposystèmes et hiérarchiser les variables de forçage dans le contexte des changements planétaires en cours (Gaill dir., 2009, p. 13-14). Il était par conséquent proposé de mettre en place des rétro-observatoires, selon des modalités de création et de fonctionnement également précisées.

8La rétro-observation s’appuie sur la collecte, l’analyse et l’interprétation d’archives naturelles (i.e. sédimentaires, spéléothémiques, dendrologiques, bioindicateurs, etc.) et/ou d’archives humaines (corpus archivistique, marqueurs archéologiques, mesures instrumentales). Elle offre ainsi d’abord l’opportunité de combler le déficit de données sur les périodes passées, d’allonger les séries et les périodes d’analyse, permettant par conséquent d’évaluer les temporalités, l’amplitude et le sens des évolutions observées, de mettre en évidence les phénomènes de discontinuité, de rupture, de seuil... La rétro-observation permet aussi et surtout de mettre en perspective, d’étalonner, de calibrer les dynamiques et les changements contemporains en les positionnant sur des trajectoires que la profondeur historique rend plus intelligibles. Enfin, la rétro-observation est une opportunité supplémentaire pour saisir les interactions entre systèmes naturels et systèmes sociaux dont les anthroposystèmes sont le théâtre (cf. par exemple Sud-Ouest Européen, 2011, n° 32), pour mettre en évidence les mécanismes de co-évolution et démêler les boucles de rétroaction, variables in fine indispensables à la construction de scenarii prospectifs.

9C’est dans ce contexte qu’a été créé en 2010 l’OHM Pyrénées-Haut-Vicdessos et lancé le programme pluriannuel MODHYC (Mesures et observations des dynamiques hydroclimatiques)3, également co-financé par le programme Interreg-IVA FluxPyr (POCTEFA 34/08)4. Ce programme ambitionne principalement la mise en place d’un dispositif d’observation et de mesures de différents paramètres hydroclimatiques (températures, précipitations, hauteur du manteau neigeux, débits, éléments traces). Cependant, les appareillages et les mesures n’ayant été opérationnels que dans le courant de l’année 2011, l’essentiel du travail en 2010-2011 a consisté à faire le point sur la rétro-observation climatique (températures, précipitations) et hydrologique (débits).

II – Les données disponibles pour une rétro-observation hydroclimatique dans le Haut-Vicdessos

10Pas moins de 14 postes météorologiques (Météo France, ONF…) ont fonctionné dans le bassin du Haut-Vicdessos depuis 1878, parmi lesquels deux sont encore en activité (tabl. 1). Si la longévité des mesures de précipitations semble grande (1878), la profondeur historique des mesures de température est plus réduite, la plus ancienne série disponible ne débutant qu’en 1959. Par ailleurs, toute une série de biais interdisent l’établissement de séries homogénéisées, antérieurement à 1959 pour les températures et à 1948 pour les précipitations : lacunes, périodes d’activité réduites, différences sensibles d’altitude entre les stations (de 695 m à 1 200 m), méconnaissance des caractéristiques des sites de mesure… Enfin, il a fallu extrapoler les données de stations voisines pour obtenir des séries continues depuis 1959.

11Concernant les températures, trois stations pouvaient être utilisées (tabl. 1), permettant de couvrir la période allant de 1959 à 2011, mais avec une lacune entre 1981 et 1989 : les deux stations de Vicdessos-La Moulette, situées à 750 et 770 m d’altitude (1990-actuel), et la station d’Auzat-Ville à 740 m (1959-1980). Afin d’extrapoler la lacune et d’obtenir une série homogénéisée, ont été mobilisées les données d’une station proche, celle d’Aulus (733 m) située dans la vallée contiguë de l’Arac, opérationnelle depuis 1959. La meilleure corrélation des données de cette station a été obtenue avec la station de Vicdessos-La Moulette (coefficient de corrélation de 0,79), et c’est à partir de cette corrélation qu’a finalement été établie l’ensemble de la courbe 1959-2010.

12Concernant la pluviométrie, bien que les premières mesures en Vicdessos remontent à 1878, les chiffres ne sont sûrs et les séries continues qu’à partir de la fin des années 1940. Cinq stations ont été principalement utilisées (tabl. 1), pour leur longévité et leurs altitudes similaires (de 700 à 770 m). La station d’Auzat-Pradières (EDF-1 200 m) étant la seule à être continue sur une longue période, ses données ont été mobilisées pour extrapoler la lacune métrologique des années 1981-1989 (fig. 1).

Tableau 1 – Stations météorologiques opérationnelles ou ayant fonctionné dans le Haut-Vicdessos

Tableau 1 – Stations météorologiques opérationnelles ou ayant fonctionné dans le Haut-Vicdessos

Fig. 1 – Le bassin versant du Haut-Vicdessos et les stations hydroclimatiques utilisées

Fig. 1 – Le bassin versant du Haut-Vicdessos et les stations hydroclimatiques utilisées

13Enfin, du point de vue hydrologique, le Haut-Vicdessos dispose actuellement de deux stations hydrométriques. Celle du pont de Vicdessos, sur le Vicdessos, est intéressante car située à l’exutoire du bassin versant. Elle n’est malheureusement d’aucune utilité en termes de rétro-observation car il s’agit d’une station d’alerte de crue exploitée par la DREAL Midi-Pyrénées depuis seulement février 2009. La seconde station présente au contraire une longue série et permet donc une mise en perspective historique des écoulements : il s’agit de la station EDF de l’Artigue, opérationnelle depuis 1961. Cette station verrouille à 1 200 m d’altitude un bassin versant de 23,8 km² dont les crêtes atteignent 3 143 m à la Pique d’Estat. Elle présente l’intérêt majeur de mesurer des écoulements naturels, non perturbés par l’exploitation et les infrastructures hydroélectriques, omniprésentes dans la vallée.

III – Les tendances hydroclimatiques récentes en Haut-Vicdessos

1. Une augmentation peu significative des températures

14C’est très timidement que la courbe obtenue pour le Vicdessos (fig.  2) semble aller tendanciellement vers un réchauffement climatique, tendance majeure observée tant à l’échelle pyrénéenne (Esteban et al., 2010) que nationale (Moisselin et al., 2002) et planétaire (Pachaury, Reisinger, 2007). Par contre, on retrouve de façon beaucoup plus évidente l’évolution thermique maintenant connue de la seconde partie du XXe siècle : un net rafraîchissement au cours des années 1960 et surtout 1970, d’autant plus net qu’il survient après une décennie 1940 particulièrement chaude, suivi d’un relèvement des températures moyennes intervenant dès le début de la décennie 1980, mais qui semble s’accélérer surtout à partir du milieu des années 1990.

Fig. 2 – Évolution des températures annuelles moyennes dans le bassin d’Auzat-Vicdessos (1959-2010)

Fig. 2 – Évolution des températures annuelles moyennes dans le bassin d’Auzat-Vicdessos (1959-2010)

Source : Météo France.

15Par ailleurs, cette évolution vers un réchauffement éventuellement durable se traduit moins en termes de nombre d’années plus chaudes que la moyenne, qu’en termes d’amplitude des écarts, positifs ou négatifs, à cette moyenne. Si on considère les deux périodes de part et d’autre de 1980, le niveau des écarts positifs à la moyenne tend à croître, alors que celui des écarts négatifs tend plutôt à décroître (fig. 3).

Fig. 3 – Écarts à la moyenne (en °C) des températures moyennes annuelles (1959-2010)

Fig. 3 – Écarts à la moyenne (en °C) des températures moyennes annuelles (1959-2010)

16Sans être remises en cause, les tendances sont un peu plus contrastées à l’échelle saisonnière. Sur la période 1959-2010, les températures moyennes du printemps et de l’été sont nettement en hausse, celles de l’hiver restent stables alors que celles de l’automne seraient au contraire en baisse (fig. 4). Le sens de ces tendances saisonnières est plus évident encore si on représente les écarts à la moyenne saisonnière : le réchauffement du printemps est ainsi particulièrement vérifié, comme, dans une moindre mesure, le réchauffement de l’été (fig. 5).

Fig. 4 – Évolution des températures saisonnières moyennes (en °C) dans le bassin d’Auzat-Vicdessos (1959-2010)

Fig. 4 – Évolution des températures saisonnières moyennes (en °C) dans le bassin d’Auzat-Vicdessos (1959-2010)

Source : Météo France.

Fig. 5 – Écarts à la moyenne (en °C) des températures moyennes saisonnières (1959-2010)

Fig. 5 – Écarts à la moyenne (en °C) des températures moyennes saisonnières (1959-2010)

2. La stabilité de la lame d’eau précipitée

17Concernant la pluviométrie, l’examen des courbes obtenues suscite deux remarques principales (fig. 6). Au-delà d’une très grande variabilité interannuelle (de 552 mm à 1 509 mm dans le bassin d’Auzat-Vicdessos ; de 610 mm à 1 147 mm à Pradières), l’évolution des précipitations apparaît comme beaucoup plus stable que celle des températures : la tendance sur les 60 dernières années est légèrement haussière pour le fond de vallée (Auzat-Vicdessos, 700 m), légèrement baissière pour les altitudes plus élevées (Pradières, 1 200 m). Le changement climatique, semble-t-il attesté comme on vient de le voir par une augmentation des températures moyennes, n’aurait donc pas de traduction sensible sur les précipitations.

Fig. 6 – Évolution des précipitations annuelles moyennes (en mm) en Haut-Vicdessos (bassin de Vicdessos-1948-2011 et centrale EDF de Pradière-1948-2009).

Fig. 6 – Évolution des précipitations annuelles moyennes (en mm) en Haut-Vicdessos (bassin de Vicdessos-1948-2011 et centrale EDF de Pradière-1948-2009).

Source : Météo France et EDF

18Cette stabilité de la lame d’eau précipitée est par ailleurs corroborée à l’échelle saisonnière, où les tendances observées sur la station EDF de Pradières (1 200 m) sont loin d’être significatives : très légère hausse pour les précipitations d’hiver et de printemps, et très légère baisse en été et en automne (fig. 7).

Fig. 7 – Évolution des précipitations saisonnières moyennes (en mm) à la centrale EDF de Pradière (1948-2009)

Fig. 7 – Évolution des précipitations saisonnières moyennes (en mm) à la centrale EDF de Pradière (1948-2009)

Source : EDF.

19Si on tente d’élargir les séries, sans aucune certitude sur l’homogénéité et la validité des mesures, il semblerait que la stabilité observée depuis les années 1950, n’ait pas été la règle antérieurement (fig. 8). Comme ailleurs en France (Moisselin et al., 2002), on observe par exemple l’étiage très creusé de la décennie 1940, avec des volumes annuels inférieurs à 800 mm, voire à 700 ou 600 mm, entre 1941 et 1948. Antérieurement
à 1940, on constate aussi une très grande variabilité des volumes précipités d’une année à l’autre, avec des millésimes particulièrement arrosés (1 867 mm en 1930, 1 694 mm en 1935, 1 595 mm en 1936, 1 454 mm en 1939…), et des années qui restent dans la moyenne, recevant entre 800 et 1 000 mm.

Fig. 8 – Évolution des précipitations annuelles (en mm) dans le bassin d’Auzat-Vicdessos (1928-2009)

Fig. 8 – Évolution des précipitations annuelles (en mm) dans le bassin d’Auzat-Vicdessos (1928-2009)

Source : Météo France.

20Plus surprenant, on ne constate pas d’augmentation notable des volumes précipités avec l’altitude, comme cela est pourtant habituellement le cas en montagne où le gradient pluviométrique altitudinal est une constante (Anders et al., 2007), atteignant communément des valeurs de 100 mm/100 m, voire même bien plus, à l’image des 241 mm/100 m observés dans les montagnes irlandaises du Kerry par J.-P. Marchand (1986). Ici, malgré 500 m de dénivelé, les lames d’eau précipitée varient finalement peu entre les basses altitudes (bassin d’auzat-Vicdessos-750 m) et les altitudes moyennes (centrale EDF de Pradière-1 200 m). Biais métrologique ? Il faudrait considérer alors qu’il est constant depuis l’origine de la série de Pradières en 1948. Réalité météorologique ? Ce n’est pas impossible, en regard de la double position d’abri de la vallée d’Artiès (par rapport au Couserans voisin et par rapport au bassin de Vicdessos) (Douguédroit, de Saintignon, 1984). J. Smadja (1991) a ainsi noté la faiblesse moyenne du gradient pluviométrique dans la moyenne montagne himalayenne de Salmé, mais aussi sa très grande variabilité saisonnière, voire même son inversion. L’exploitation des données des stations météorologiques installées en 2011 au barrage d’Izourt (1 670 m), toujours dans la vallée d’Artiès, et au Pla de l’Isard (1 200 m) dans la vallée de Soulcem voisine, permettra sans doute prochainement de pencher vers l’une ou l’autre de ces hypothèses.

3. Une diminution marquée des écoulements de surface

21La mise en perspective historique des écoulements s’appuie sur l’analyse de la seule longue série disponible, celle de la station EDF de l’Artigue à Auzat-Cibèle, opérationnelle depuis 1961. Outre sa longévité, cette station présente comme principal intérêt, on le répète, de jauger des écoulements naturels, non influencés par l’exploitation hydroélectrique.

22Les tendances qu’on peut y observer sont contrastées, et beaucoup plus marquées que celles concernant la pluviométrie ou les températures. L’évolution de l’écoulement annuel moyen présente une nette tendance à la baisse depuis les années 1960 et, surtout, depuis les années 1980 (fig. 9). Si on considère que le volume de la lame d’eau précipitée, quoique variable, n’a pas baissé en tendance, on est amené à proposer que la baisse de volume des écoulements est liée à l’augmentation des températures, et plus précisément à l’augmentation des lames d’eau évapotranspirées. L’évolution nettement baissière de la lame d’eau écoulée dans le bassin versant supérieur du ruisseau de l’Artigue irait donc dans le sens d’un réchauffement climatique global, qui semblerait s’enclencher au début de la décennie 1980.

Fig. 9 – Évolution de l’écoulement annuel moyen du ruisseau de l’Artigue à Auza-Cibèle (1961-2008)

Fig. 9 – Évolution de l’écoulement annuel moyen du ruisseau de l’Artigue à Auza-Cibèle (1961-2008)

Source : Banque Hydro

23L’analyse saisonnière de l’évolution de ces écoulements montre cependant que le déficit s’opère essentiellement en été, notamment à partir des années 1980. Les écoulements présentent en effet une augmentation forte en hiver et modérée en automne, alors qu’ils sont stables au printemps (fig. 10). Si on considère plus précisément l’évolution des écoulements moyens mensuels, on observe qu’ils sont en augmentation de décembre à mai, qu’ils baissent de juin à septembre, et qu’ils sont relativement stables en octobre-novembre.

Fig. 10 – Évolution des écoulements saisonniers moyens (en m3/s) de l’Artigue à Auzat-Cibèle (1961-2008)

Fig. 10 – Évolution des écoulements saisonniers moyens (en m3/s) de l’Artigue à Auzat-Cibèle (1961-2008)

Source : Banque Hydro.

24Ces évolutions saisonnièrement contrastées en tendance peuvent être interprétées de la façon suivante :

  • la hausse sensible des écoulements printaniers s’explique par l’augmentation des températures moyennes que connaît cette saison ; elle implique un déclenchement plus précoce de la fusion nivale, ce qui a tendance à décaler les hautes eaux consécutives vers le printemps ; le volume des précipitations, stable, n’aurait donc ici aucune incidence ;

  • la baisse substantielle des écoulements estivaux est à mettre sur le compte, à la fois d’une baisse des précipitations, d’une hausse des températures favorisant les pertes par évapotranspiration, et de la non-compensation par la fusion nivo-glaciaire du déficit d’écoulement lié à la sècheresse atmosphérique (en raison de la fonte plus précoce du stock nival au printemps) ;

  • en automne, la quasi-stabilité des écoulements serait la conséquence de deux tendances antagonistes : la légère baisse des volumes précipités serait compensée par une toute aussi légère baisse des températures, allant dans le sens d’une limitation des pertes par évapotranspiration.

25Reste une tendance beaucoup moins aisément explicable : la hausse sensible des écoulements hivernaux, alors que la lame d’eau précipitée et les températures restent quasiment stables. Dans ce cas-là, il faudrait envisager que les tendances climatiques enregistrées dans le fond de vallée varient sensiblement en altitude, où se constituent finalement les écoulements du ruisseau de l’Artigue : on pourrait par exemple émettre l’hypothèse que les températures moyennes hivernales y soient en hausse, ou tout au moins que les températures minimales si ce n’est moyennes y soient en hausse, déterminant une part plus importante des précipitations liquides, lesquelles viendraient ainsi donc alimenter directement et immédiatement les écoulements.

Conclusion

26En conclusion, l’analyse des paramètres hydroclimatiques des 60 dernières années dans le Haut-Vicdessos montre les évolutions suivantes :

  • le changement climatique est semble-t-il avéré par une tendance au réchauffement des températures annuelles moyennes, alors qu’au contraire il semble n’avoir aucune incidence sur les précipitations qui restent stables en volume annuel ;

  • ce réchauffement est néanmoins fortement contrasté à l’échelle saisonnière, le relèvement des températures étant surtout le fait du printemps et de l’été ;

  • malgré la stabilité du volume des précipitations à toutes les échelles de temps (annuelle, saisonnière), la seule hausse des températures a semble-t-il des conséquences sensibles sur la disponibilité de la ressource en eau : les écoulements naturels subissent une baisse substantielle de leur volume annuel, commandée par la seule baisse des écoulements estivaux, les écoulements printaniers et automnaux étant en légère hausse alors que les écoulements hivernaux enregistrent une hausse plus sensible ; en résumé, plus d’eau en hiver, et de façon moins marquée au printemps et en automne, qui sont les saisons des crues ; moins d’eau en été, au moment où sa disponibilité est cruciale, tant pour les milieux que pour les sociétés humaines (consommation domestique, irrigation, tourisme…).

27Ces évolutions ne sont pas spécifiques au Haut-Vicdessos et viennent confirmer des tendances observées plus globalement dans les Pyrénées et le Sud-Ouest. Ainsi, la baisse du volume des écoulements annuels en tendance, et en particulier la forte diminution des écoulements estivaux, ont également été observés à la station des Edelweiss sur la Neste de Cap-de-Long (bassin de la Neste, Hautes-Pyrénées), torrent présentant un bassin versant similaire à celui étudié en Vicdessos (Renard, 2006). De même, la hausse des températures moyennes, en particulier celles de la saison chaude, tout comme la stabilité des précipitations ont été mises en évidence en Andorre toute proche et sur une période voisine 1934-2008 (Esteban et al., 2009). L’étude de Moisselin et al. (2002) parvient aux mêmes conclusions pour le sud de la France et pour l’ensemble du XXe siècle.

28Néanmoins, un certain nombre d’inconnues demeurent – telle la très grande variabilité spatiale des dynamiques hydrométéorologiques dans le bassin – que le dispositif de mesures météorologiques et hydrologiques existant (deux stations hydrométriques et deux stations météorologiques) n’est pas en mesure d’interpréter avec précision. Ces inconnues devraient pouvoir être explorées à l’avenir par l’exploitation des données produites par quatre nouvelles stations de mesures (deux stations hydrométriques et deux stations météorologiques), installées en 2011 dans le cadre de l’OHM Pyrénées-Haut Vicdessos et du programme Interreg IVA-FluxPyr (POCTEFA 34/08).

Remerciements
Nous tenons à remercier pour l’aide logistique apportée dans la mise en œuvre des programmes OHM-MODHYC et POCTEFA 34/08 FluxPyr :
– l’équipe Réseau de Mesures et Collecte du service Risques Naturels et Ouvrages Hydrauliques de la DREAL Midi-Pyrénées, et en particulier N. Watrin, D. Renault, F. Vayssière, A. Dupied et F. Fau ;
– EDF-Groupe d’Exploitation Hydraulique Aude-Ariège, et plus particulièrement J.-M. Sers, chef du Groupement d’Auzat et son personnel, ainsi que P.-Y. Boesch, délégué Eau-Environnement Aude-Ariège ;
– EDF-DTG Toulouse pour la fourniture gracieuse des données pluviométriques de la centrale d’Auzat-Pradières.

Haut de page

Bibliographie

Anders A. M., Roe G. H., Durran D. R., Minder J. R., « Small-scale spatial gradients in climatological precipitation on the Olympic peninsula », Journal of Hydrometeorology, vol. 8, n° 5, 2007, p. 1 068-1 081.

Anonyme, « Les Observatoires de Recherche en Environnement (ORE) », La Lettre du Changement global, n° 18, 2005, p. 1-5.

Beck C., Delort R. (dir.), Pour une histoire de l’environnement. Travaux du programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement, Paris, CNRS Éditions, 1993, 272 p.

Bogena H., Schulz K., Vereecken H., « Towards a network of observatories in terrestrial environmental research », Advances in Geosciences, 9, 2006, p. 109–114.

Esteban P., Prohom M.-J., Aguilar E., Mestre O., « Evolució recent de la temperatura i la precipitació a Andorra (1934-2008) : resultats annuals i estacionals », Revista del CENMA, CENMA, Centre d’Estudis de la Neu i de la Muntanya d’Andorra, n° 5, 2010, p. 22-33.

Cuashi, Designing hydrologic observatories as a community service, Report of a Workshop held at Logan, UT, August 24-25 2004, 2005, 40 p.

Dalton R., « NEON to shed light on environment research », Nature, 2000, n° 404, p. 216.

Douguédroit A., de Saintignon M.-F., « Les gradients de températures et de précipitations en montagne », Revue de Géographie Alpine, t. 72, n° 2-4, 1984, p. 225-240.

Esteban P., Prohom M. J., Aguilar E., Mestre O., « Evolució recent de la temperatura i de la precipitació a Andorra (1934-2008) : Resultats anuals i estacionals », La Revista del CENMA (Centre d’Estudis de la Neu i de la Muntanya d’Andorra), Andorra, Institut d’Estudis Andorrans, 2009, p. 22-33.

Gaill F. (dir.), Prospective de l’INstitut Ecologie et Environnement du CNRS, Compte-rendu des journées des 12 et 13 mai 2009, 2009, Rennes, 66 p.

Jensen K. H., Illangasekare T. H., « HOBE : a hydrological observatory », Vadose Zone Journal, 10, 2011, p. 1-7.

Jollivet M., « Un exemple d’interdisciplinarité au CNRS : le PIREN (1979-1989) », La Revue pour l’Histoire du CNRS [En ligne], n° 4, 2001, mis en ligne le 20 juin 2007, URL : http://histoire-cnrs.revues.org/3092, consulté le 24 janvier 2012.

Le Roy Ladurie E., Histoire du climat depuis l’An Mil, Paris, Flammarion, 1967, 377 p.

Marchand J.-P., « Les gradients pluviométriques moyens annuels, dans les montagnes du Kerry », Revue de Géographie Alpine, t. 74, n° 1-2, 1986, p. 43-53.

Métailié J.-P., « L’histoire de l’environnement ou une histoire humaine de la nature, Introduction », in Vergnolle-Mainar C., Desailly B. (dir.), Environnement et sociétés, Territoires, risques, développement, éducation, Toulouse, SCEREN, CRDP Midi-Pyrénées, coll. Focus, 2005, p. 43-52.

Moisselin J.-M., Schneider M., Canellas C., Mestre O., « Changements Climatiques en France au XXe siècle. Étude des longues séries de données homogénéisées françaises de précipitations et températures », La Météorologie, n° 38, 2002, p 45-56.

Pachaury R. K., Reisinger A., éd., Bilan 2007 des changements climatiques. Contribution des Groupes de travail I, II et III au quatrième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, Genève, GIEC, 2007, 103 p.

Renard B., Détection et prise en compte d’éventuels impacts du changement climatique sur les extrêmes hydrologiques en France, Thèse de Doctorat, INPG, Cemagref, 2006, 364 p.

Smadja J., « Particularités climatiques d’un grand versant de mousson himalayen », Revue de Géographie Alpine, t. 79, n° 2, 1991, p. 99-119.

Haut de page

Notes

1 http://www.ohm-inee.cnrs.fr/

2 http://teodoor.icg.kfa-juelich.de/overview-en

3 http://w3.ohmpyr.univ-tlse2.fr/programme4.php

4 http://www.fluxpyr.eu/eng/ ; ce programme vise principalement la constitution d’un réseau et d’un laboratoire pyrénéens d’observation du changement climatique (étude et quantification des flux hydriques et de carbone transfrontaliers).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Stations météorologiques opérationnelles ou ayant fonctionné dans le Haut-Vicdessos
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/292/img-1.png
Fichier image/png, 34k
Titre Fig. 1 – Le bassin versant du Haut-Vicdessos et les stations hydroclimatiques utilisées
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/292/img-2.png
Fichier image/png, 191k
Titre Fig. 2 – Évolution des températures annuelles moyennes dans le bassin d’Auzat-Vicdessos (1959-2010)
Crédits Source : Météo France.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/292/img-3.png
Fichier image/png, 34k
Titre Fig. 3 – Écarts à la moyenne (en °C) des températures moyennes annuelles (1959-2010)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/292/img-4.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 4 – Évolution des températures saisonnières moyennes (en °C) dans le bassin d’Auzat-Vicdessos (1959-2010)
Crédits Source : Météo France.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/292/img-5.png
Fichier image/png, 76k
Titre Fig. 5 – Écarts à la moyenne (en °C) des températures moyennes saisonnières (1959-2010)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/292/img-6.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 6 – Évolution des précipitations annuelles moyennes (en mm) en Haut-Vicdessos (bassin de Vicdessos-1948-2011 et centrale EDF de Pradière-1948-2009).
Crédits Source : Météo France et EDF
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/292/img-7.png
Fichier image/png, 53k
Titre Fig. 7 – Évolution des précipitations saisonnières moyennes (en mm) à la centrale EDF de Pradière (1948-2009)
Crédits Source : EDF.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/292/img-8.png
Fichier image/png, 72k
Titre Fig. 8 – Évolution des précipitations annuelles (en mm) dans le bassin d’Auzat-Vicdessos (1928-2009)
Crédits Source : Météo France.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/292/img-9.png
Fichier image/png, 36k
Titre Fig. 9 – Évolution de l’écoulement annuel moyen du ruisseau de l’Artigue à Auza-Cibèle (1961-2008)
Crédits Source : Banque Hydro
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/292/img-10.png
Fichier image/png, 24k
Titre Fig. 10 – Évolution des écoulements saisonniers moyens (en m3/s) de l’Artigue à Auzat-Cibèle (1961-2008)
Crédits Source : Banque Hydro.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/292/img-11.png
Fichier image/png, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Antoine, « Premiers résultats d’une rétro-observation hydroclimatique exploratoire dans le Haut-Vicdessos (Pyrénées ariégeoises) », Sud-Ouest européen, 33 | 2012, 89-100.

Référence électronique

Jean-Marc Antoine, « Premiers résultats d’une rétro-observation hydroclimatique exploratoire dans le Haut-Vicdessos (Pyrénées ariégeoises) », Sud-Ouest européen [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 09 décembre 2013, consulté le 22 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/292 ; DOI : 10.4000/soe.292

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Antoine

Enseignant-chercheur, Département de Géographie et GEODE UMR 5602-CNRS, Université de Toulouse II-Le Mirail.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals