Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Notes bibliographiquesLa France des 13 régions

Notes bibliographiques

La France des 13 régions

Philippe Dugot
p. 121-123
Référence(s) :

L. Carroué (dir.), La France des 13 régions, coll. « U », Armand Colin, 2017, 320 p.

Texte intégral

1Lorsqu’un tel ouvrage arrive dans les mains du lecteur, son premier réflexe est de se plonger dans les pages consacrées à « sa » région, l’Occitanie en l’occurrence. Par curiosité mais aussi parce que c’est là que son sens critique pourra s’exercer de la façon la plus affutée quelle que soit sa connaissance des autres portions du territoire national. Le problème d’une telle démarche est qu’elle peut déboucher sur une critique exagérément focalisée sur des erreurs factuelles : ici, par exemple, c’est l’attribution de la ville de Figeac au département de l’Aveyron, dont elle n’est pas éloignée il est vrai, mais masquant l’ancrage lotois de la sous-préfecture. D’autres détails pourraient appeler des remarques mais arrêtons-là cet exercice qu’il reviendra à chaque lecteur de faire. D’autant que cela n’entache guère la qualité de l’analyse de ce nouveau morceau institutionnel français qui a le mérite d’être l’une des premières à livrer un point utile et documenté sur cette grande région d’Occitanie.

2Au-delà de cette région, nous avons lu avec le plus grand intérêt l’ensemble des textes consacrés aux 13 régions issues du découpage de 2016 (en fait 13 régions métropolitaines auxquelles s’ajoute un 14e chapitre consacré aux départements et régions d’outre-mer). Ceci étant dit, les textes sont inégaux d’abord par leur longueur, ensuite par leur densité. D’ailleurs on s’interroge sur des différences de pagination notables entre les régions. Si le Grand-Est bénéficie de 35 pages, la Bourgogne-Franche-Comté et la Bretagne n’en totalisent respectivement que 18 et 14, régions plus petites certes, aux limites non retouchées dans le cas de la Bretagne. Mais comment justifier alors que l’Auvergne-Rhône-Alpes fasse 29 pages ? Certes la quantité ne fait pas la qualité, mais avouons ici être restés dans deux ou trois cas un peu sur notre faim. Ce n’est pas le cas du chapitre consacré à la nouvelle région du Grand-Est. Vu de Toulouse, c’est d’ailleurs une heureuse circonstance tant cette région est mal connue, voire déconsidérée, par nombre de nos étudiants méridionaux y voyant un espace de déliquescence industrielle tout juste bon à envoyer des cohortes de transfrontaliers travailler dans les pays limitrophes. Ce chapitre déconstruit tout cela et possède le mérite de montrer les ressorts économiques d’une région à l’histoire et à la géographie compliquée. Au-delà de cette seule région, l’ensemble des chapitres permet de retrouver cette France à la diversité déjà soulignée par Vidal de la Blache ou Braudel, dotée de personnalités territoriales particulières en liaison avec des héritages variés. Mais cette variété n’est pas que paysagère ou de l’ordre d’une géographie physique, elle reflète des dimensions socio-économiques fortement réécrites au cours de ces dernières décennies. De fait, aux côtés des approches récurrentes relevant, par exemple, de la démographie et du peuplement, des éléments de problématiques régionales spécifiques affleurent selon les régions. Le thème de la ségrégation socio-spatiale s’invite ainsi fortement en Île-de-France. Dans les Hauts-de-France, le trait vise plus qu’ailleurs la thématique de la logistique alors qu’en Bourgogne-Franche-Comté on insiste sur une métropolisation défaillante posant la question de la cohérence de la région agrandie. On redécouvre de même le thème ancien du binôme Caen-Rouen dans une Normandie regroupée alors que dans le Grand-Est, le poids des aléas frontaliers trouve une place nécessaire pour comprendre le devenir différencié de tel morceau régional ou de telle ville moyenne confrontée, par exemple, à la rétraction des installations militaires caractéristiques de cette région dont des pans entiers ont aussi servi de glacis au reste du territoire. Parfois, nous aurions aimé que tel ou tel thème soit davantage creusé. Par exemple, dans la région des Hauts-de-France, la thématique de la transition énergétique aurait pu faire l’objet d’une mise en lumière régionale entre l’héritage minier à gérer et des réalisations, projets ou plans plus ou moins ambitieux d’inscription dans un nouveau temps énergétique, quitte à débattre de certaines ambitions. Mais cela montre aussi, et tout simplement, que l’analyse régionale, et territoriale au sens large, dépend évidemment du bagage de celui qui écrit. De ce point de vue, on peut en tous les cas saluer que si les auteurs donnent à voir l’existence de personnalités régionales effectives, le propos demeure dans le champ scientifique de l’analyse territoriale, évitant de chausser les lunettes du régionalisme. À l’issue de la lecture de ces différents chapitres on retrouve donc l’essentiel annoncé, repris de l’ouvrage précédent consacré aux 26 régions de l’époque (Boyer J.-C., La France. Les 26 régions, même éditeur et collection, 2005), à savoir « que les nécessaires données factuelles n’occultent pas une “interprétation” du fait régional ». Cela permet d’éviter l’écueil qu’aurait effectivement été un « plan-type défini à l’avance » pour chacune des régions.

3En définitive, ces trois cents pages et quelques constituent un solide travail dont la lecture apporte du plaisir à tous ceux qui sont désireux de dépasser les approximations trop fréquentes d’une géographie régionale dont certains repères ont bien évolué au cours de ces dernières décennies. Car en filigrane de ces analyses régionales, ressortent les mutations majeures des systèmes productifs qui tissent l’économie française. Mutations subies ou anticipées, pour le meilleur comme pour le pire, dessinant une marqueterie socio-spatiale aux motifs variés à l’échelle nationale comme au sein de chacune des régions où, à côté d’une métropolisation pesante, s’invitent bien des nuances territoriales. Tout cela est servi par un atlas en couleur qui reprend l’essentiel des articulations territoriales des régions étudiées, ainsi que par plusieurs cartes au sein du texte.

4C’est donc sans l’ombre d’une hésitation que cet ouvrage doit être un premier conseil de lecture pour les candidats aux concours de l’enseignement, avant même les manuels dédiés à la question du moment, les marges en l’occurrence, et plus largement pour tous les aspirants géographes et autres étudiants soucieux d’aménagement du territoire. Ils trouveront là un support indispensable pour approfondir leur connaissance du territoire français.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2996/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « La France des 13 régions »Sud-Ouest européen, 43 | 2017, 121-123.

Référence électronique

Philippe Dugot, « La France des 13 régions »Sud-Ouest européen [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 13 juillet 2018, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/2996 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.2996

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search