Navigation – Plan du site

La gestion de l’eau dans le bassin de l’Èbre : évolution, planification et défis

Water Management in Ebro Basin: Evolution, Planning and Challenges
La gestión del agua en la cuenca del Ebro: evolución, planificación y desafíos
Miguel Ángel García Vera, Rogelio Galván Plaza et José Ángel Losada García
p. 55-69

Résumés

La gestion hydrique dans le bassin de l’Èbre a une longue trajectoire, avec l’objectif réussi d’être à la tête de la gestion de l’eau au niveau mondial suivant le critère d’unité du bassin. La Confédération hydrographique de l’Èbre, crée en 1926, a contribué à une gestion participative de l’eau et est engagée avec les besoins de la société. La planification hydrologique a été l’un des outils le plus importants. Depuis les projets de construction et d’importants aménagements hydroélectriques, on priorise maintenant l’amélioration de l’alimentation en eau et la préservation de la qualité environnementale avec le traitement des eaux urbaines résiduaires et la modernisation de l’irrigation. La gestion actuelle vise à un modèle d’autosuffisance des secteurs agroalimentaire, énergétique et environnemental. Les principaux piliers sont améliorer l’efficacité, intégrer les nouvelles technologies et promouvoir la recherche et le développement.

Haut de page

Texte intégral

I – Description générale du district hydrographique de l’Èbre

1. La vocation géographique des confédérations hydrographiques et la dimension territoriale des projets hydrologiques

1Lors de sa création en 1926, la Confédération syndicale hydrographique de l’Èbre a établi une vision générale de ce que l’on appellerait aujourd’hui l’aménagement du territoire et de l’espace géographique par rapport à la gestion de l’eau. Selon Frutos, « la création des confédérations syndicales hydrographiques est la première manifestation d’un concept de l’espace d’un point de vue intégral et la première tentative de planification régionale ou d’aménagement du territoire » (Frutos, 1995).

  • 1 Mouvement idéologique qui a commencé en Espagne à la fin du xixe siècle. À cause d’un sentiment de (...)

2Une bonne connaissance territoriale s’imposait pour exercer les compétences qu’on lui avait attribuées. Ceci a entraîné la mise en œuvre de toute une entreprise de reconnaissance et d’inventaire géographique du territoire du bassin, programmée en détail par les techniciens de cette nouvelle institution. Cet effort, une vocation géographique réelle, a été bien exprimé par C. Valentí de Dorda, ingénieur et géographe de la Confédération, qui au moment de sa création en 1926 a soutenu que « l’une des missions prioritaires de la Confédération syndicale hydrographique de l’Èbre a été celle de recueillir des données cartographiques du bassin qui serviraient de point de départ aux études de différentes spécialités » (Valentí de Dorda, 1929). En effet, étant fidèle à l’esprit régénérationiste 1, la Confédération a établi une vision globale de l’aménagement du territoire et de l’espace géographique du bassin.

3Il est possible d’affirmer que cette vision ou « vocation géographique » de la Confédération, visible dans son étape fondatrice, s’étend jusqu’à nos jours, quoiqu’elle soit maintenant pleinement intégrée dans la planification hydrologique: « l’étroite relation entre la gestion de l’eau et l’aménagement du territoire explique comment la planification hydraulique est devenue un outil précieux pour la planification territoriale et le développement régional des bassins » (Ibarra et al., 2004).

4Par loi, cette planification doit s’appliquer dans un champ d’application territorial ou district hydrographique spécifique afin d’atteindre les objectifs de la planification hydrologique compris dans l’article 1 du décret royal 907/2007 du 6 juillet (règlement de la planification hydrologique). Ce décret établit que les objectifs généraux de la planification hydrologique seront de veiller à la maintenance et à la protection adéquate du domaine public hydraulique, de répondre aux besoins en eaux et, finalement, de trouver l’équilibre et l’harmonie du développement régional et sectoriel. En même temps, il s’agit d’augmenter la disponibilité de la ressource, de protéger sa qualité, d’économiser et de rationaliser son utilisation en harmonie avec l’environnement et les autres ressources naturelles.

5En Espagne se développe un processus de planification hydrologique à caractère normatif après l’adoption de la loi sur l’eau de 1985 (Gobierno de España, 1985). Ce processus intègre des éléments de coordination propres du plan hydrologique national (PHN), du gouvernement et d’autres éléments d’autonomie territoriale et de décentralisation qui se matérialisent, pour chaque district hydrographique identifié, dans les plans hydrologiques par bassin déjà conçus dans une approche globale. Ces derniers doivent inclure les principes de la directive-cadre sur l’eau (Unión Europea, 2000) visant à éviter la détérioration des écosystèmes aquatiques à améliorer leur état, ainsi qu’à promouvoir l’utilisation durable de l’eau. C’est pourquoi, il convient d’harmoniser les besoins des secteurs différents qui ont un impact sur l’usage de l’eau et de coordonner avec d’autres planifications sectorielles, sans pour autant renoncer au respect de l’environnement.

2. Le bassin versant de l’Èbre dans le cadre géographique euro-méditerranéen

6L’approbation de la directive 200/60/CE du Parlement européen et du Conseil qui établit un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau (directive-cadre de l’eau) et sa transposition dans l’ordre juridique espagnol a conduit à la rénovation de la planification hydraulique, qui dès lors se réalisera dans un domaine territorial dénommé « district hydrographique ». Ce « district » comprend la zone terrestre et marine composée d’un ou de plusieurs bassins hydrographiques voisins ainsi que les eaux de transition souterraines et côtières associées à ceux-ci. Dans le cas de l’Èbre, il coïncide à grands traits avec le bassin hydrographique de ce fleuve.

7La zone du district hydrographique de l’Èbre fait partie du bassin versant de ce fleuve, les eaux de transition et les eaux côtières associées. Il s’agit d’un district partagé avec la France et l’Andorre. Toutefois, dans cet article nous allons étudier la partie espagnole de ce district, qui est le domaine de compétence de gestion de la Confédération hydrographique de l’Èbre (organisme autonome rattaché au ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de l’Environnement).

8D’après le décret royal 125/2007 (Gobierno de España, 2007), « le côté espagnol du district hydrographique de l’Èbre inclut le territoire espagnol du bassin de l’Èbre et ses eaux de transition, du bassin Garonne et d’autres bassins versants qui se jettent dans l’océan Atlantique à travers la frontière française, à l’exception des fleuves Nive et Nivelle ainsi que le bassin endoréique du lac de Gallocanta. La limite des eaux côtières a une orientation sud 122,5 ° qui passe par l’extrême méridional de la plage d’Alcanar et une orientation nord 90 ° qui passe par le Cabo de Roig. »

9Le bassin de l’Èbre est un espace géographique complexe avec une grande diversité environnementale, paysagère et socioéconomique. À titre de comparaison, la superficie du bassin de l’Èbre est de 85 534 km2 et celle du bassin français d’Adour-Garonne est de 116 000 km2. Son territoire s’étend sur 9 communautés autonomes espagnoles et couvre plus de 1 700 communes, ce qui représente plus de trois millions d’habitants. Situé à l’extrémité occidentale de l’Europe et au milieu du quadrant Nord-Est de la péninsule Ibérique, le bassin de l’Èbre est le plus large en Espagne (17,3 % de l’Espagne péninsulaire) et l’un des principaux bassins méditerranéens de l’Europe (fig. 1).

Fig. 1 – Le district hydrographique de l’Èbre, à la fois atlantique et méditerranéen se situe dans le quadrant Nord-Est de la péninsule Ibérique. Localisation dans le contexte méditerranéen européen et dans le cadre de l’UE

Fig. 1 – Le district hydrographique de l’Èbre, à la fois atlantique et méditerranéen se situe dans le quadrant Nord-Est de la péninsule Ibérique. Localisation dans le contexte méditerranéen européen et dans le cadre de l’UE

Source : ESRI Data & Maps. ESRI, 1999. Garcia Vera et al.

10Grâce à sa configuration et situation géographique, à la fois atlantique (océanique) et méditerranéenne, le territoire de ce district hydrographique compose une véritable mosaïque paysagère. Sa variation climatique et biogéographique fait du bassin de l’Èbre un continent miniature. C’est ainsi que l’on peut trouver aussi bien des restes de glaciers alpins (les Pyrénées) que des bassins endoréiques situés dans des espaces subdésertiques (les Monegros) ou encore des forêts atlantiques décidues dont les couvertures végétales sont méditerranéennes ou steppiques. Le territoire du district abrite une grande valeur qui structure et rassemble une vaste diversité d’espaces naturels protégés : 290 sites d’importance communautaire (SIC) et 130 zones de protection spéciale (ZPS) qui représentent 25 506 km2 (29,8 % du total) inclus dans le réseau Natura 2000 (directives 79/409 et 92/43). Dans ces zones protégées, l’on trouve 664 masses d’eau de surface (80,1 % du total) et 104 masses d’eau souterraines (99 % du total).

11Outre le réseau de protection basique, le plan hydrologique a un objectif de protection spécifique : les réserves naturelles fluviales, les masses d’eau en bon état physico-chimique et biologique qui servent comme des « laboratoires vivants » (conditions de référence), c’est-à-dire, ils correspondent à des cours d’eau en état idéal, sans pressions.

12Le patrimoine naturel hydrique protégé du bassin s’est en outre enrichi d’un réseau important des zones humides : 12 zones humides inscrites dans la liste de la convention de Ramsar qui occupent un total de 62 579 ha et un total de 78 zones humides situées dans les communautés autonomes de La Rioja et le Pays basque inscrites dans l’inventaire national des zones humides. Les autres communautés autonomes ont leurs propres inventaires des zones humides.

13Le bassin de l’Èbre possède une véritable mosaïque climatique (océanique, méditerranéen : montagnard, de transition, continental, subhumide, humide, pré-littoral et littoral), avec un gradient pluviométrique évident dès nord-ouest à sud-est et dès nord à sud (fig. 2). Les précipitations sont abondantes dans l’axe pyrénéo-cantabrique avec un climat océanique marqué (station d’Arrazu, Navarre avec un maximum de 3 813 mm/an), tandis que dans des larges secteurs centraux du bassin, avec des traits semi-aride évidents, les précipitations annuelles enregistrées étaient inférieures à 100 mm/an. La valeur de précipitation moyenne annuelle du bassin de l’Èbre durant la période de 82 ans dès octobre 1920 à septembre 2002 est de 662 mm/an.

Fig. 2 – Domaines climatiques du bassin de l’Èbre

Fig. 2 – Domaines climatiques du bassin de l’Èbre

Source : Plan hydrologique du côté espagnol du district hydrographique de l’Èbre 2015-2021 ; Memoria ; CHE, 2015

14À travers le mécanisme d’écoulement et le groupe de phases qui définissent le cycle hydrologique, ces précipitations créent un territoire hydrique qui alimente les masses d’eau du bassin de l’Èbre : 823 masses d’eau de surface (702 fleuves, 102 lacs, 16 eaux de transition et 3 eaux côtières) et 105 masses d’eau souterraines (103 masses d’eau affleurantes et 2 aquifères captifs).

15L’analyse de l’état global de ces masses d’eau indique qu’aujourd’hui 70 % sont en bon état (dans l’ensemble de l’Union européenne cette valeur est de 54 %). Dans le cas des masses d’eau de surface, 545 auraient le bon état ou le bon potentiel, 233 n’atteindraient pas le bon état ou le bon potentiel et, finalement, 45 ont l’évaluation de l’état en suspens à cause d’un manque d’information technique.

Fig. 3 – État des masses d’eau de surface

Fig. 3 – État des masses d’eau de surface

Source : Plan hydrologique de la partie espagnole du district hydrographique de l’Èbre 2015-2021 ; Memoria ; CHE, 2015

16Il y existe une dualité territoriale marquée entre les fleuves de la périphérie du bassin (zone des montagnes avec une pression démographique et une activité socio-économique faibles) et le centre de la dépression (vallée de l’Ebre), où se concentre la population et la plupart des pressions de l’activité humaine et, donc, le plus grand nombre des masses d’eau étant en mauvais état.

17En ce qui concerne les masses d’eau souterraines, un total de 81 masses sont considérées en bon état et 24 sont évaluées en mauvais état. Notons que le mauvais état chimique est l’aspect le plus important au moment de définir l’état général des masses souterraines, puisque seulement l’une des masses d’eau souterraines du district atteint un mauvais état quantitatif (fig. 4).

Fig. 4 – État des masses d’eau souterraines

Fig. 4 – État des masses d’eau souterraines

Source : Plan hydrologique de la partie espagnole du district hydrographique de l’Èbre 2015-2021 ; Memoria ; CHE, 2015

18L’un des objectifs de la planification hydrologique est d’atteindre le bon état des eaux de surface et des eaux souterraines. En particulier, le plan hydrologique vise à atteindre le (très) bon état dans 73,3 % des masses d’eau de surface à l’horizon 2021. Quant aux masses d’eau souterraines, on attend que 78 % des masses d’eau soient en bon état ou très bon état.

II – Perspective historique de la gestion de l’eau

19Il est évident que dans des contextes géographiques marqués par de faibles précipitations, les thèmes liés à l’eau sont fortement réglementés par des institutions. L’élaboration de la législation et du cadre institutionnel est défini par des circonstances naturelles et géographiques. Dans le cas de l’Espagne et du bassin de l’Èbre, ceci est évident non seulement au présent mais aussi à travers l’histoire. Également, ces circonstances naturelles, représentées par des précipitations moins fréquentes et plus irrégulières que dans d’autres zones européennes, ont accordé depuis longtemps une grande importance à l’irrigation pour augmenter la production agricole, y compris les infrastructures de captage, stockage et distribution. Il existe même des preuves des systèmes d’irrigation préromains. La gestion des infrastructures d’irrigation et à d’autres usages (moulins, systèmes d’approvisionnement) avait besoin d’un effort collectif, raison pour laquelle des formules d’organisation plus ou moins complexes ont été créées, d’abord inspirées du modèle romain, puis influencée par le modèle musulman.

20Au Moyen Âge, l’eau faisait partie du patrimoine du souverain mais elle était cédée aux seigneurs, monastères, abbayes, villes et d’autres entités qui exerçaient un pouvoir utile. Fréquemment, les propriétaires de l’utilisation de l’eau n’étaient pas des individus mais des collectivités : villages, communautés ou peuples. Ce régime d’utilisation collective avait au début des règles à caractère coutumier qui plus tard ont été codifiées. Ceci a créé une tradition de gestion collective de l’eau pour une meilleure utilisation et une distribution d’impôts sous la forme des communautés d’usagers qui perdurent encore et qui constituent l’un des patrimoines organisationnels les plus emblématiques de la gestion de l’eau en Espagne.

21À cette époque-là, l’État jouait un rôle secondaire dans cette gestion. C’est pourquoi elle était soumise aux conflits et pénuries provoqués par la rareté de la ressource. À titre d’exemple, rappelons le cas de la ville de Saragosse dont le conseil, pendant la sécheresse de 1496, a organisé une troupe de 2 000 personnes pour démolir des barrages dans le Jalón, affluent de l’Èbre (García et al., 2015), afin de permettre l’écoulement des eaux en aval, ou la tentative d’établir des accords entre communautés tels que la Concordia (Entente) de 1510 signée entre les agriculteurs de Ricla et ceux de La Almunia de Doña Godina pour le partage des eaux du Jalón (Sebastián, 2010).

22Au xviiie siècle, l’État commence à développer une véritable politique de l’eau, matérialisée dans un programme de construction des canaux de navigation et d’irrigation dans le bassin de l’Èbre, principalement avec le Canal impérial d’Aragon qui est contrôlé directement par cet État. Toutefois, au cours du xxe siècle, l’intervention de l’État dans la gestion de l’eau se manifeste grâce à la révolution libérale et les progrès techniques.

23Avec la révolution libérale, les Cortès de Cadix (1810-1814) abolissent le régime féodal des eaux et ceux qui avaient un domaine utile ont désormais un domaine complet. On supprime les impôts seigneuriaux mais sans changer les régimes de gestion collective efficaces. Cependant, il a fallu attendre les années 1866 et 1879 pour l’approbation d’un véritable code d’eau qui déclarait les eaux de surface publiques et l’établissement d’un régime des concessions administratives pour la mise en œuvre et l’exploitation de l’aménagement hydraulique par des initiatives privées. Ce système de concessions, sous le principe « prior in tempore, potior in iure » (le premier en date est le premier en droit), continue jusqu’à nos jours avec quelques modifications. En même temps, la loi sur l’eau prenait le contrôle du patrimoine organisationnel des communautés d’usagers à fonctionnement séculaire, ordonnait les exploitations collectives et garantissait la tutelle de l’État, mais sans perdre son idiosyncrasie et son utilité.

24En outre, il est nécessaire de mettre en production tous les ressources du pays, en particulier l’eau, afin de redresser l’économie affaiblie de l’Espagne. C’est pourquoi, la connaissance et l’inventaire et l’utilisation des ressources hydrauliques, notamment pour l’irrigation, s’avèrent importants. On considérait que la politique de l’eau était l’équivalent de la politique agricole, mais sans négliger les approvisionnements, de l’énergie motrice et des ouvrages de défense face aux inondations.

25Ensuite, on commence à prendre en considération que cette connaissance et cette utilisation adéquate des eaux est seulement possible d’un point de vue du bassin versant. Les autorités de l’époque savaient qu’il n’y avait pas d’autres perspectives pour faire face aux étiages aigus et aux inondations violentes, qui étaient leur préoccupation principale. À partir de 1865, les divisions hydrologiques ou divisions des travaux de génie hydraulique ont été créées. Puis, elles ont commencé à fonctionner avec diverses vicissitudes et interruptions par des bassins versants, telle que la division hydrologique de l’Èbre (Mateu, 1995).

26À la fin du xixe siècle, le mouvement régénérationiste, mentionné précédemment, est né. Ce mouvement remet en question la politique en vigueur de l’État sur l’eau. Jusqu’à ce moment, l’État avait désigné tout le développement hydraulique dans l’initiative privée à travers le régime des concessions. Toutefois, l’initiative privée s’est avérée incapable de développer les grands projets d’irrigation qui avaient besoin d’un gros investissement et dont l’amortissement n’était qu’à long terme. On a demandé la participation de l’État et de l’investissement public. Les conditions naturelles établissent un lien étroit entre l’agriculture et l’irrigation, donc les systèmes d’irrigations étaient le moteur productif et social de longue portée. Ceci a permis de considérer que l’action de l’État était vitale quand l’initiative privée s’est avérée insuffisante.

27Le régénérationisme, dont la devise était « cellier et école », a provoqué un changement dans les politiques et particulièrement dans la politique hydraulique, dont se chargeront différents régimes et mouvements politiques au long du xxe siècle. Comme nous l’avons indiqué plus haut, c’est la Confédération syndicale hydrographique de l’Èbre, qui dès sa création en 1926 assumera la fonction de mettre à profit le potentiel des ressources hydriques du bassin de l’Èbre afin de promouvoir le progrès économique et social des territoires dudit bassin. Il s’agissait là de transformer en une réalité la nouvelle Espagne du régénérationisme face au retard comparatif des autres pays des alentours de l’Europe.

28À cette valeur pionnière de la Confédération hydrographique de l’Èbre, comme premier organisme qui gère l’eau par bassin, dès la source du fleuve jusqu’à l’embouchure, s’ajoute le caractère propre de la Confédération, puisqu’elle constitue une formule organisationnelle originelle visant à encourager le développement, la construction et l’exploitation des travaux hydrauliques par le biais d’un financement de ceux-ci par les consommateurs en collaboration avec l’État (Fanlo Loras, 1996). C’est-à-dire, la participation des usagers est la pierre angulaire. Ils sont organisés dans des communautés héritières d’une tradition avantageuse du passé et, dès maintenant, sous la tutelle de la Confédération conformément à la loi sur l’eau. Elles sont représentées dans l’agence de bassin et participent dans la prise de décisions et contribuent, à travers des tarifs, à la récupération des coûts d’investissement et au maintien des actions entreprises par la Confédération.

29Malgré les régimes politiques, la guerre civile espagnole (1936-1939) et l’après-guerre, le xxe siècle connaît un développement des actions menées par l’État qui atteint son apogée dans les années 1960 : systèmes d’approvisionnement, barrages, canaux, centrales hydroélectriques, zones d’irrigation. Des projets conçus dans les siècles précédents prennent forme et l’on assiste à la mise en œuvre des vastes zones d’irrigation et d’aménagement hydroélectrique à la mesure que le pays se développe.

30Au fil du temps, l’utilisation de l’eau et la pollution augmentent, le nouvel intérêt pour la conservation de l’environnement et d’autres éléments demande une révision du modèle de gestion, matérialisé dans la nouvelle loi sur l’eau de 1985 et qui remplace celle de 1879 environ un siècle plus tard. Cette loi rend publique les eaux souterraines, établit le besoin d’une planification hydrologique dans le territoire du bassin comme un mécanisme à caractère normatif pour l’allocation des ressources, la coordination de l’utilisation et les actions et, finalement, s’occupe de l’amélioration de la qualité des eaux et du contrôle de déversement des eaux résiduaires sous le principe pollueur-payeur.

  • 2 Le Partenariat mondial de l’eau définit la gestion intégrée des ressources en eau comme un processu (...)

31La constitution espagnole de 1978 a réaffirmé la gestion par bassin et les confédérations hydrographiques se consolident et deviennent plus démocratiques et participatives grâce â la nouvelle loi de 1985. Les usagers font toujours partie de leurs organes de gestion, on constitue des représentants régionaux et des organes de participation pour la planification de la société civile, tel que le Conseil de l’eau. Par ailleurs, les confédérations deviennent des agences de bassin avec des politiques plus globales, conformément à la gestion intégrée des ressources en eau 2. En plus, des nouveaux acteurs apparaissent, les régions reçoivent la dénomination des communautés autonomes, comme résultat du processus de décentralisation de la constitution de 1978, et assument des responsabilités par rapport à l’agriculture, le milieu naturel, l’aménagement du territoire, l’approvisionnement et l’épuration. De cette façon, les communautés autonomes sont représentées dans les agences de bassin mais tout n’est pas résolu car elles veulent acquérir les responsabilités des confédérations hydrographiques.

32En outre, l’Espagne a adhéré à la Communauté économique européenne en 1986. La réglementation communautaire sur l’eau est devenue de plus en plus importante. En 2000, elle a connu son étape historique avec la publication de la directive-cadre sur l’eau (Directive 2000/60/CE), dont l’objectif était de faire face à la détérioration des eaux en Europe. Cette directive vise à atteindre le bon état des eaux et éviter toute détérioration additionnelle des masses d’eau sous l’angle de la gestion du district hydrographique.

33Avec la transposition de la directive-cadre sur l’eau dans l’aménagement espagnol, on a dû mettre l’accent sur les aspects environnementaux sans oublier que dans un contexte marqué par la pénurie d’eau, la disponibilité et l’allocation des ressources, et la coordination de l’utilisation étaient toujours importantes. Ainsi, la loi sur l’eau (texte révisé de 2001) établit deux objectifs de planification hydrologique : atteindre le bon état et répondre aux besoins en eau dans un contexte d’équilibre régional et sectoriel.

34Dans notre législation, ces objectifs sont également importants mais il est évident que chaque acteur social apprécie leur importance de façon différente, ce qui conduit à une controverse légitime. Le résultat est que la politique et la gestion de l’eau s’adaptent à la demande sociale en fonction des processus électoraux.

35À l’heure actuelle, la gestion de l’eau se base encore sur l’unité du bassin et sur les agences de bassin, les confédérations hydrographiques et les organismes autonomes dépendant du gouvernement de la nation. De cette façon, on garantit la gestion dès la source jusqu’à l’embouchure en dépassant les frontières administratives des communautés autonomes. En plus, le modèle d’autogestion des communautés d’usagers, à caractère semi-public, et leur participation dans l’agence de bassin crée un paradigme de gestion partagée qui limite les conflits. Cette gestion est plurielle et elle est multisectorielle, pluridisciplinaire et globale, conformément à la gestion intégrée des ressources en eau et aux exigences de la directive-cadre sur l’eau, sans pour autant être exempte des controverses par les différents points de vue des acteurs impliqués.

III – Planification hydrologique du bassin de l’Èbre

36Comme nous l’avons indiqué au point 1, la Confédération hydrographique de l’Èbre est fondée en 1926 dans le but d’élaborer et d’exécuter le plan intégral d’utilisation des eaux de son bassin. Ce dessein prétendait impliquer la société de la vallée de l’Èbre en faveur d’un objectif commun ambitieux.

37Plus tard, le plan national d’ouvrages hydrauliques de 1933 (Ministerio de Obras Públicas, 1933) montrerait, de manière plus vaste, la voie de l’avenir en avançant l’idée d’élaborer un plan national conjoint, d’intégration et d’équilibre. La conception principale du plan était celle d’attribuer aux nouveaux systèmes d’irrigation un rôle moteur de la production, avec le double objectif de répondre aux besoins de consommation à l’échelle nationale et de fournir des produits désirables pour le marché extérieur. Ainsi, le plan considérait son impact immédiat et incontestable sur l’activité économique générale et d’autres facteurs productifs. Ce nouveau projet poserait « les fondements d’une nouvelle Espagne », selon les paroles pleines de verve régénérationiste du ministre de la république, Indalecio Prieto.

38Après la guerre civile espagnole (1936-1939), le régime autoritaire du général Franco (1939-1975) poursuit la même politique hydraulique du plan de 1933. Le plan général de travaux publics de 1940 et les mises à jour postérieures des nombreux plans de développement ne le modifieront pas substantiellement.

39Une fois construits les grands ouvrages de régulation des eaux, les canaux d’irrigation financés par l’État et les barrages hydroélectriques financés par le privé ou par des organismes semi-publics (Institut national de l’industrie), la planification faite jusqu’aux années 1970, héritière du régénérationisme, commence à être mise en question. En 1979, un décret royal a introduit le concept de planification hydrologique, mais c’était la nouvelle loi sur les eaux de 1985 qui a établi la planification hydrologique double à caractère incontournable : des plans hydrologiques de bassin et un plan hydrologique national.

40L’élaboration du premier plan hydrologique a été faite en deux étapes. La première a consisté à établir les lignes directrices du plan, approuvées en 1993, et la seconde comportait la rédaction du plan hydrologique du bassin versant de l’Èbre proprement dit, lequel a été approuvé en 1998 et a été censé être en vigueur pendant 15 ans. Ces plans surpassent les plans antérieurs et sont conçus non seulement tels qu’un document technique, mais aussi comme un document juridique et administratif pour l’aménagement des eaux dans le bassin en considérant leurs différentes dimensions : l’exploitation classifiée par ordre de préférence, le régime de concessions, la protection de la qualité des eaux, les infrastructures de base pour satisfaire les besoins, entre autres. En tant que document juridique et administratif, le plan visait finalement à servir de base au principe constitutionnel de la rationalisation de l’usage de ressources naturelles.

41La transposition de la directive-cadre sur l’eau (Directive 2000/60/CE) dans le droit espagnol a impliqué le renouvellement du cadre de planification hydrologique ce qui, à son tour, a modifié la loi des eaux, la refonte de la loi des eaux de 2001 et du même coup, les objectifs de la planification hydrologique ont été réformés.

42« Le but est de maintenir en bon état et préserver adéquatement les masses d’eau du district hydrographique, répondre à la demande en eau et atteindre l’équilibre et l’harmonie du développement régional et sectoriel. Pour parvenir à ces objectifs, il faudrait augmenter la disponibilité de la ressource tout en protégeant sa qualité, économisant son emploi et rationnalisant ses usages en harmonie avec l’environnement et le reste des ressources naturelles.»

43De cette manière, le droit espagnol s’adapte pour que la planification concilie le bon état des eaux superficielles et souterraines avec la satisfaction des demandes (d’eau) à l’aide d’une gestion rationnelle et durable, coordinatrice des secteurs variés, qui soit capable de disposer des planifications sectorielles en même temps qu’elle respecte l’environnement. D’autres contenus nouveaux ont été ajoutés aux plans en accord avec la directive et les plans de 1998. Parmi ces derniers, on compte les régimes des débits écologiques qui avaient été traités de façon limitée et qui n’étaient pas prévus par la directive.

44La Directive stipulait que les plans hydrologiques devaient être révisés et approuvés tous les six ans. Le plan hydrologique du district hydrographique de la première période (2009-2015) n’a été approuvé qu’en février 2014. Cette approbation tardive n’est pas due aux travaux techniques d’élaboration du plan, mais au retard de la consultation publique du plan et son approbation ultérieure. Au fond, le délai s’explique par le conflit suscité par les aspects controversés de la distribution de l’eau, surtout ceux qui concernent les débits écologiques.

45Afin de mettre en conformité le calendrier de planification hydrologique espagnol avec les exigences communautaires pour la période 2015-2021, une révision immédiate du plan hydrologique a été mise en œuvre (CHE, 2015) et elle a été approuvée en janvier 2016 (Gobierno de España, 2016). Cette révision n’entraînera pas de grands changements étant donné le peu de temps écoulé depuis son approbation (2014), cependant les exigences et les améliorations demandées par la Commission européenne ont été remplies.

46Le plan hydrologique du bassin versant de l’Èbre, connu actuellement comme plan hydrologique de la partie espagnole du district hydrographique de l’Èbre, a été approuvé par le décret royal 1/2016 du 8 janvier. Au préalable, le Conseil de l’eau du district hydrographique de l’Èbre avait annoncé dans la séance du 3 septembre 2015 le vote en faveur du plan (66 votes pour, 19 votes contre et 2 abstentions). Ce conseil constitue l’organe suprême de participation dans la planification hydrologique, il réunit les délégués des neuf communautés autonomes qui font partie du bassin versant de l’Èbre, l’administration générale de l’État, les usagers de l’eau et des associations de la société civile.

47Dans l’ensemble, le plan hydrologique 2015-2021 peut être résumé en 12 points essentiels :

  • Une opportunité sociale afin de créer une gestion éthique, effective et durable dans le cadre conjoint de l’écosystème du bassin et de la valeur symbolique de l’Èbre ;

  • Une gestion intégrée basée sur les principes de la participation publique et d’un modèle historique confédéral qui rassemble tous les acteurs sociaux dans l’organe du bassin : la maison commune de la Confédération hydrographique de l’Èbre ;

  • Une évaluation de l’état des masses d’eau rénovée, complète et stricte qui fixe les objectifs environnementaux à 74 % des masses d’eau en bon état d’ici 2021 en même temps qu’elle considère les zones protégées du réseau Natura 2000 ;

  • Un engagement résolu pour la réduction de la pollution provenant autant des sources diffuses agricoles que du secteur industriel et des centres urbains ;

  • La mise en place des régimes des débits écologiques réalistes dans plus de stations conformément aux études des habitats suivant les méthodologies prescrites par la législation (exigibles et vérifiables) ;

  • Un intérêt spécial pour le delta de l’Èbre qui bénéficie de plus de ressources pour l’étudier et le comprendre. Le maintien des débits écologiques du plan précédent qui représentent 23 % des ressources hydriques moyennes du fleuve. Ces sont des débits minimums garantis en permanence, même en période de sécheresse. Ils sont particulièrement élevés dans l’Èbre lorsque l’on compare avec d’autres fleuves similaires en Espagne et dans le monde. Leur volume est supérieur à l’ensemble des débits minimums de l’Espagne sèche. Ces débits écologiques sont rendus possibles grâce à la solidarité de toutes les communautés autonomes du bassin de l’Èbre ;

  • Un facteur de développement durable contribuant au renforcement du complexe agroalimentaire de la vallée de l’Èbre confirme le rôle de l’eau comme vecteur énergétique dans un avenir dominé par les sources renouvelables ;

  • La modernisation des systèmes d’irrigation est impérative pour une gestion de l’eau efficace et une réduction de la pollution diffuse ;

  • Une répartition des ressources équilibrée. D’après le bilan à long terme (d’ici à 2033) qui inclut les prévisions du changement climatique et la matérialisation de nouvelles infrastructures, la consommation totale d’eau atteindrait au maximum 49 % des ressources hydriques soumises au principe d’unité des bassins et de solidarité ;

  • Un financement partagé par toutes les administrations, stipulé dans un programme des mesures réaliste qui se conforme au budget ;

  • Un engagement pour récupérer les coûts des services d’eau dans la perspective de l’équilibre socio-économique du territoire ;

  • Un suivi renforcé et adaptatif obtenu à travers de larges réseaux de mesure et de contrôle.

IV – Défis, mesures et incertitudes face au futur

48Le 5 mars 2016, la Confédération hydrographique de l’Èbre a fêté 90 ans de service fourni aux citoyens du bassin selon la gestion par unité de bassin. C’est pourquoi la Confédération est considérée comme un référent mondial (Barrera, 2007). À travers le bilan de ce qui avait été réalisé jusqu’à présent, on constate un organe qui s’adapte largement à la situation du territoire avec une exécution très efficace. La gestion et la planification hydrographique du bassin ont et seront dans l’avenir le reflet de l’union et des aspirations partagées des différents territoires, ce qui peut s’observer aujourd’hui chez les neuf communautés autonomes présentes dans le bassin, lesquelles ont une gestion de l’eau éthique, efficace et durable.

49La gestion intégrée des ressources hydriques est cordonnée avec la gestion des écosystèmes hydriques vus tel qu’un patrimoine inestimable à protéger, tout comme les besoins socio-économiques de l’usage de l’eau. En cohérence avec ceci, la planification hydrologique du bassin de l’Èbre contribue de façon remarquable à la durabilité du secteur agroalimentaire en Espagne et à la génération d’électricité durable, en même temps qu’elle garantit la durabilité environnementale du milieu hydrique dans le bassin de l’Èbre.

50Autosuffisance du secteur agroalimentaire : l’on estime que la population mondiale atteindra 9,7 milliards de personnes en 2050, et qu’en 2100 elle atteindra les 11,2 milliards (UN, 2015). Cette croissance démographique entraîne de l’incertitude sur l’avenir et doit nous mettre en garde contre l’impact environnemental qu’elle aura sur l’eau si l’on considère le défi posé par l’approvisionnement alimentaire. Ces conséquences environnementales seraient la surexploitation des aquifères, la biotechnologie, la pollution diffuse, entre autres. De ce fait, il est nécessaire que les pays comme l’Espagne contribuent à l’autosuffisance nationale et globale à travers de leur production agroalimentaire.

51En Espagne, l’eau nécessaire à la consommation agroalimentaire (empreinte aquatique) a des conséquences sur d’autres pays. Le bilan agroalimentaire de l’Espagne, quant à l’eau, registre un déficit de 12 000 hm3/an dû, surtout, à l’importation des céréales pour faire du fourrage. Pour que l’Espagne ait un secteur agroalimentaire autosuffisant, la production alimentaire doit être augmentée. Le plan hydrologique du bassin de l’Èbre, assume le défi de contribuer à la durabilité agroalimentaire de l’Espagne grâce au développement des cultures irriguées et surtout en les modernisant pour les rendre plus durables. La consommation actuelle d’eau dans le bassin de l’Èbre est de 34 % des ressources disponibles en régime naturel. Dans des conditions de développement maximum on estime une consommation potentielle de 49 % ;

52Autosuffisance énergétique : vu que plus de 85 % de la consommation d’énergie en Espagne dépend des pays tiers, notamment à cause du déficit d’énergie fossile, elle n’est pas autosuffisante d’un point de vue énergétique. La production hydroélectrique, en particulier celle liée aux barrages, génère de l’énergie de haute qualité, ce qui permet d’adapter la production à la demande et de rendre viables les énergies renouvelables non stockables. L’exploitation de l’énergie qui dérive des centrales hydroélectriques réversibles est primordiale pour la régulation du système électrique national. Elle permettrait un stockage de l’énergie, tout comme des grandes « batteries » et rendrait possible un approvisionnement énergétique de qualité. L’Espagne a besoin du développement et de la gestion hydroélectrique notamment par l’intermédiaire des centrales hydroélectriques réversibles, l’augmentation de leur puissance et leur réapprovisionnement dans un contexte d’autosuffisance énergétique. La planification hydrologique du bassin de l’Èbre prend part à cette autosuffisance au travers d’une prévision de 2 000 MW dans les centrales hydroélectriques réversibles et des exploitations actuelles plus efficaces ;

53Durabilité du milieu hydrique : en ce qui concerne la durabilité du milieu hydrique du bassin de l’Èbre, on peut signaler qu’aucune concession n’est octroyée sans régulation (réservoirs et barrages) dans le cas des sous-bassins, on observe une pression importante due à des pourcentages de consommation élevés par rapport au volume d’eau disponible. Le volume de régulation nécessaire s’obtient à travers du volume demandé et des conditions de stress hydrique des masses d’eau.

54Dans l’embouchure de l’Èbre, on a établi un débit écologique qui doit forcément atteindre 23 % de l’apport d’eau en régime naturel. En comparaison avec le reste des cours d’eau méditerranéens en Espagne, le pourcentage est très élevé, ceci peut s’expliquer grâce au barrage de Mequinenza et à la solidarité des neuf communautés autonomes du district hydrographique dans le cadre d’une gestion globale des ressources hydriques.

55Actuellement, 70 % de l’ensemble des masses d’eau se trouvent en bon état. Le but est de parvenir à 74 % d’ici 2021 en conservant deux zones différentes :

  • Le bord périphérique des cours d’eau pyrénéens et des monts Ibériques représentent une sorte de trésor environnemental pour la totalité de l’Union européenne étant donné qu’il n’existe pas de pression anthropique et que les masses d’eau sont de bon à très bon état. Ces endroits constituent des territoires de haute qualité à l’intérieur d’une Europe assez peuplée, ils concilient la beauté du paysage avec des activités récréatives et scientifiques ;

  • Le centre de la vallée, touché par le climat sec et la steppe, est intéressant d’un point de vue de l’environnement et du patrimoine. Pourtant, il exige d’importantes mesures pour être en bon état ou atteindre ses potentialités. La durabilité de l’Èbre dépend en grande partie d’un comportement responsable des citoyens, d’un usage adéquat de l’eau, de la production alimentaire et de l’économie d’énergie. Il faut particulièrement que l’administration, les citoyens et le tissu productif agissent de façon responsable pour réduire la pollution avec des investissements importants dans les prochaines années.

56La planification hydrologique vise à la préservation du patrimoine biologique des amonts pyrénéens et ibériques, à la lutte contre les espèces envahissantes et contre le déclin de la qualité des eaux dans le centre de la vallée ;

57Le programme des mesures pour la période 2016-2021, inclus dans le plan hydrologique 2010-2015 (Gobierno de España, 2016), nous montre le chemin à suivre pour cette période. D’un budget total de 4 022 000 euros, 41 % est prévu pour des mesures destinées à atteindre les objectifs environnementaux, 57 % est réservé pour répondre aux demandes et les 2 % qui restent sont consacrés aux mesures face aux inondations, à la sécheresse et la gouvernance ;

58L’engagement de la part de l’administration espagnole auprès de l’Union européenne comporte la mise en œuvre des mesures correspondantes à la réalisation des objectifs environnementaux afin d’atteindre le bon état des eaux au moyen d’un effort conjoint entre les administrations (centrale, autonomes et locales) et la société civile. D’autres engagements sont la gestion solidaire par district hydrographique et un recouvrement des coûts des services d’eau amélioré. À l’heure actuelle, les coûts se récupèrent à 73 % pour l’approvisionnement et 82 % pour les systèmes d’irrigation. La CHE s’autofinance à 75 %, c’est pourquoi les services d’eau brute récupèrent des coûts. Dans l’avenir, les défis sont améliorer le recouvrement des coûts et influer sur les coûts environnementaux et de la ressource ;

59Les mesures essentielles en raison de l’envergure de l’investissement sont, en premier lieu, l’installation des usines de traitement des eaux usées pour achever les plans d’épuration prévus en vertu de la directive européenne 91/271/CEE, en deuxième lieu, la modernisation des systèmes d’irrigation qui permettent la diminution des substances polluantes versées dans les masses d’eau, en troisième lieu, les mesures visant à l’amélioration des garanties parmi lesquelles l’on compte la rénovation des systèmes d’approvisionnement, de nouveaux barrages et un usage de l’eau plus efficace. D’autres engagements remarquables sont les mesures agroenvironnementales dont la cible est la diminution de la pollution diffuse d’origine agricole, l’amélioration de l’octroi des concessions et des autorisations de l’usage de l’eau, le control de l’occupation du domaine public hydraulique et l’autorisation du rejet.

60Le degré de technicité dans la gestion de l’eau au niveau du bassin versant présent dans la CHE est exemplaire à l’échelle mondiale. Le plan de l’Èbre mise sur la recherche intensive et le développement de la gestion de l’eau pour affronter les défis du xxie siècle de façon avantageuse. Le grand point fort de la gestion intégrale de l’eau dans l’Èbre est la prise des décisions uniques et coordonnées dès la source à l’embouchure et depuis les Pyrénées jusqu’aux monts Ibériques. Cette capacité à prendre des décisions concernant le bassin versant a conduit à des succès technologiques tels que le système automatique d’information hydrologique, le système automatique d’information de la qualité des eaux (SAICA), le système d’information territoriale (SITEBRO), le système d’aide à la décision (SAD), l’application Integra pour la gestion des dossiers, la collecte des données hydrogéologiques avec HIDROGEOEBRO et les réseaux de contrôle (qualité, jaugeages, volumes des barrages, niveaux piézométriques, neige, pluviométrie et température) distribués tout au long du bassin.

61La recherche et le développement au sujet de l’eau dans le bassin de l’Èbre sont ancrés dans la gestion intégrale de l’eau où la technologie, le savoir scientifique, l’incorporation des objectifs et la solidarité prévalent sur les intérêts des concessionnaires, la répartition des compétences et les intérêts territoriaux. Investir en recherche et développement permet la création d’emploi ainsi que l’obtention de plus de valeur ajoutée en utilisant moins d’eau et moins d’énergie et en provoquant moins de dégradation au même temps que l’on parvient à la régénération environnementale du milieu hydrique.

62Les défis de la recherche et du développement dans le bassin sont variés. À moyen terme, l’on peut mentionner les suivants : (1) maintenir le réseau d’indicateurs du delta de l’Èbre et mieux étudier sa biologie, la subsidence, la régression, l’hydrogéologie et la qualité de l’eau ; (2) améliorer le rapport entre les débits écologiques et le bon état des masses d’eau ; (3) analyser l’évolution des mesures mises en relation avec l’amélioration de l’état des eaux et introduire des méthodes nouvelles d’exploration au futur ; (4) mieux accorder les objectifs du réseau Natura 2000 avec les objectifs de la loi de l’eau ; (5) surveiller les effets du changement climatique dans l’usage et les ressources d’eau ; (6) examiner à fond la dimension économique des inondations et de la sécheresse ; (7) améliorer les modèles des inondations ; (8) détecter à temps la sécheresse et le changement climatique ; (9) perfectionner les méthodes de réduction d’échelle (downscaling) ; (10) élaborer de façon plus précise et fiable des bilans d’eau, des nutriments et d’autres types de pollution diffuse présente dans les systèmes d’irrigations ; (11) automatiser des bases de données dans des domaines comme la sécurité des barrages ; (12) développer des mesures d’optimisation énergétique et de renforcement du secteur hydroélectrique ; (13) gérer des énergies renouvelables dans des stations de pompage et des centrales hydroélectriques réversibles ; (14) améliorer les prévisions de l’empreinte d’eau et le comptage de l’eau ; (15) développer des infrastructures écologiques ; (16) accroître les propositions de régénération et réutilisation de l’eau ; (17) utiliser la télédétection et des drones pour la gestion de l’eau ; (18) implémenter une gestion géothermique du bassin de l’Èbre.

63La structure sociale et institutionnelle doit être conservée au vu des bons résultats obtenus dans le bassin de l’Èbre. Un projet commun et utile pour la société, dont l’axe stratégique serait le plan hydrologique, permettrait une entente durable des populations et ne serait plus source de frictions. Il faciliterait aussi un rapprochement des valeurs et des codes culturels des territoires qui composent le bassin. Ses eaux seraient alors le reflet du bon état des fleuves, des zones humides et des aquifères mais aussi du bon état des relations entre les habitants. Cet axe stratégique de développement du bassin de l’Èbre devra étendre son modèle de gestion dans un contexte mondial et établir des mécanismes de collaboration avec les bassins voisins français de l’Adour-Garonne et du Rhône-Méditerranée.

64Grâce à la Confédération hydrographique, la gestion de l’eau du bassin de l’Èbre continuera d’être un modèle à suivre en ce qui concerne la gestion intégrée de l’eau. D’un bout à l’autre du territoire, la Confédération travaille pour que toutes les administrations se conforment aux mesures adoptées par l’État espagnol auprès de l’Union européenne. Le grand défi du bassin de l’Èbre est de parvenir à une gestion solidaire et durable, et il est en mesure de le relever.

Conclusion

65Le bassin de l’Èbre montre clairement comment l’existence d’une structure institutionnelle fondée sur le principe de gestion par unité de bassin ainsi que sur la participation active des secteurs concernés constitue une solution idéale pour aboutir à une gestion efficace et rationnelle, au service de besoins en eau de la société, particulièrement dans des zones semi-arides qui présentent des difficultés de disponibilité des eaux.

66La Confédération hydrographique de l’Èbre remplit ses fonctions depuis 1926 et a su répondre aux besoins en eau pour la production alimentaire et énergétique de même qu’aux besoins d’approvisionnement en eau potable de qualité en amont. Actuellement, le CHE met l’accent sur les aspects liés à la qualité de l’eau et les écosystèmes associés.

67Les projets futurs doivent être envisagés dans une perspective d’intégration de la gestion du bassin de l’Èbre dans un cadre global, en répondant à la problématique d’une production alimentaire qui soit autosuffisante économiquement et durable en termes sociaux et environnementaux et en relevant le défi de l’autosuffisance énergétique en propre. Pour y arriver, il est nécessaire de continuer avec la recherche, le développement et la rationalité économique dans un cadre institutionnel conforme à la raison d’être des confédérations hydrographiques espagnoles : la gestion administrative de l’eau par unité de bassin avec la responsabilité conjointe de toutes les administrations et la participation réelle des usagers et de la société à la recherche du bien commun.

Nous voudrions remercier Rocío Carolina Oporto Corrial, Soledad de los Ángeles Toledo Miranda et María Neffar pour la traduction. Les auteurs remercient toutes les personnes qui depuis 1926 ont aspiré à la gestion durable de l’eau dans le bassin de l’Èbre, possible grâce à la Confédération hydrographique de l’Èbre et grâce à toutes les institutions publiques et organisations civiles qui travaillent ensemble, de façon constructive et font leur mieux en vue de la gestion de l’eau. Les auteurs remercient également Manuel Omedas Margelí, le chef du bureau de la planification hydrologique de la Confédération hydrographique de l’Èbre, pour son soutien et particulièrement pour sa vision engagée et cohérente d’une gestion et planification de l’eau pivotant sur le principe d’unité de bassin et sur la responsabilité conjointe de différents acteurs concernés. Finalement, les auteurs souhaitent exprimer leur gratitude au Dr Alfredo Ollero pour l’opportunité de collaborer dans ce numéro spécial de Sud-Ouest Européen.

Haut de page

Bibliographie

Barrera M., Confederación Hidrográfica del Ebro, 1926-2001. Apuntes para una historia, Prames S.A., 2007.

CHE, Plan Hidrológico de la parte española de la demarcación hidrográfica del Ebro 2015-2021 (Memoria), CHE, http://www.chebro.es:81/Plan%20Hidrologico%20Ebro%202015-2021/2%20Revisi%C3%B3n%202015-21%20del%20Plan%20Hidrol%C3%B3gico%20del%20Ebro/2.3%20Memoria/2.3.1.-%20Memoria/Memoria_PHE_2015-21_V2.6.pdf, 2015.

Fanlo A., Las Confederaciones Hidrográficas y otras administraciones hidráulicas, Civitas, 1996.

Fernández E., « De la utopía de Joaquín Costa a la intervención del Estado: un siglo de obras hidráulicas en España », Contribuciones a la Economía, http://www.eumed.net/ce/, 2004.

Frutos L. M. « Las Confederaciones Sindicales Hidrográficas (1926-1931) », dans Gil A., Morales A. (dir), Planificación Hidráulica en España, Fundación Caja del Mediterráneo, 1995.

García F. J., Lorente J., La Casa del Azud y la Acequia de Almozara: dos mil cien años de historia (87 a.C. – 2013), Capítulo General de Herederos del Término de Almozara, 2015.

Gobierno de España, « Ley 29/1985, de 2 de agosto, de Aguas », https://www.boe.es/boe/dias/1985/08/08/pdfs/A25123-25135.pdf, 1985.

Gobierno de España, « Real Decreto 125/2007, de 2 de febrero, por el que se fija el ámbito territorial de las demarcaciones hidrográficas », https://www.boe.es/boe/dias/2007/02/03/pdfs/A05118-05120.pdf, 2007.

Gobierno de España, « Real Decreto 1/2016, de 8 de enero, por el que se aprueba la revisión de los Planes Hidrológicos de las demarcaciones hidrográficas del Cantábrico Occidental, Guadalquivir, Ceuta, Melilla, Segura y Júcar, y de la parte española de las demarcaciones hidrográficas del Cantábrico Oriental, Miño-Sil, Duero, Tajo, Guadiana y Ebro », https://www.boe.es/boe/dias/2016/01/19/pdfs/BOE-A-2016-439.pdf, 2016.

Ibarra P., de la Riva J., « Aportación al análisis de las repercusiones ambientales de la gestión de la Confederación Hidrográfica del Ebro », Geographicalia, no 44, 2004, p. 75-101.

Mateu J. F., « Planificación hidráulica de las Divisiones Hidrológicas (1865-1899) », dans Gil A., Morales A. (dir), Planificación Hidráulica en España, Instituto Universitario de Geografía, 1995.

Ministerio de medio ambiente, « Libro Blanco del Agua en España », http://hispagua.cedex.es/node/66958.

Ministerio de obras públicas, Centro de estudios hidrográficos, « Plan Nacional de Obras Hidráulicas », http://www.cedex.es/CEDEX/LANG_CASTELLANO/ORGANISMO/CENTYLAB/CEH/Documentos_Descargas/PNOH_1933.htm, 1933.

Unión europea, « Directiva 2000/60/CE del Parlamento Europeo y del Consejo de 23 de octubre de 2000 por la que se establece un marco comunitario de actuación en el ámbito de la política de aguas », DOCE, http://eur-lex.europa.eu/resource.html?uri=cellar:5c835afb-2ec6-4577-bdf8-756d3d694eeb.0008.02/DOC_1&format=PDF, 2000.

Sebastián P., Un pacto para el reparto del agua en 1510. La Concordia firmada entre Ricla y La Almunia de Doña Godina, estudio histórico, transcripción y facsímil, Tintaura, 2010.

Segura C. (dir.), Historia de los regadíos en España (…a.C. – 1931), X Congreso Nacional de Comunidades de Regantes-A.C. Almudayna-Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentación, 2002.

United Nations, « World population 2015 », United Nations-Department of Economic and Social Affairs-Population Division, http://esa.un.org/unpd/wpp/Publications/Files/World_Population_2015_Wallchart.pdf.

Valentí de Dorda C., « Formación de planos por procedimientos rápidos. La fotogrametría en la Cuenca del Ebro », Contribución a la Conferencia Mundial de la Energía (World Power Conference), t. II, 1929.

Haut de page

Notes

1 Mouvement idéologique qui a commencé en Espagne à la fin du xixe siècle. À cause d’un sentiment de décadence, ce mouvement soutient la régénération complète de la vie espagnole (Académie royale espagnole).

2 Le Partenariat mondial de l’eau définit la gestion intégrée des ressources en eau comme un processus « qui favorise le développement et la gestion coordonnés de l’eau, des terres et des ressources connexes, en vue de maximiser, de manière équitable, le bien-être économique et social en résultant, sans pour autant compromettre la pérennité d’écosystèmes vitaux ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le district hydrographique de l’Èbre, à la fois atlantique et méditerranéen se situe dans le quadrant Nord-Est de la péninsule Ibérique. Localisation dans le contexte méditerranéen européen et dans le cadre de l’UE
Crédits Source : ESRI Data & Maps. ESRI, 1999. Garcia Vera et al.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/3281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 2 – Domaines climatiques du bassin de l’Èbre
Crédits Source : Plan hydrologique du côté espagnol du district hydrographique de l’Èbre 2015-2021 ; Memoria ; CHE, 2015
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/3281/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 3 – État des masses d’eau de surface
Crédits Source : Plan hydrologique de la partie espagnole du district hydrographique de l’Èbre 2015-2021 ; Memoria ; CHE, 2015
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/3281/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 4 – État des masses d’eau souterraines
Crédits Source : Plan hydrologique de la partie espagnole du district hydrographique de l’Èbre 2015-2021 ; Memoria ; CHE, 2015
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/3281/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Miguel Ángel García Vera, Rogelio Galván Plaza et José Ángel Losada García, « La gestion de l’eau dans le bassin de l’Èbre : évolution, planification et défis », Sud-Ouest européen, 44 | 2017, 55-69.

Référence électronique

Miguel Ángel García Vera, Rogelio Galván Plaza et José Ángel Losada García, « La gestion de l’eau dans le bassin de l’Èbre : évolution, planification et défis », Sud-Ouest européen [En ligne], 44 | 2017, mis en ligne le 07 décembre 2018, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/3281 ; DOI : 10.4000/soe.3281

Haut de page

Auteurs

Miguel Ángel García Vera

Oficina de Planificación Hidrológica, Confederación Hidrográfica del Ebro. Pº de Sagasta 24-28, 50071 Zaragoza (España), mgarciave@chebro.es

Rogelio Galván Plaza

Oficina de Planificación Hidrológica, Confederación Hidrográfica del Ebro. Pº de Sagasta 24-28, 50071 Zaragoza (España), rgalvan@chebro.es

José Ángel Losada García

Oficina de Planificación Hidrológica, Confederación Hidrográfica del Ebro. Pº de Sagasta 24-28, 50071 Zaragoza (España), jlosada@chebro.es

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals