Navigation – Plan du site

Structure des populations du Haut Vicdessos : distribution spatiale des patronymes et des activités économiques au début du XXe siècle

Population structure in the Upper Vicdessos valley: the spatial distribution of both surnames and socio-economic activities at the beginning of the XXth century
Estructura poblacional en Haut Vicdessos : distribución espacial de patronímicos y de la actividad económica a principios del siglo XX
Morgane Gibert, Audrey Roumieu, Norbert Telmon, Jean-Claude Sangoi et André Sevin
p. 117-126

Résumés

À l’échelle micro-géographique, la structure biologique des populations reflète la complexité des facteurs agissant sur la dynamique des populations. Ici, nous proposons d’évaluer la dynamique historique de la population du Vicdessos à partir des patronymes des natifs des communes de la vallée (fichier INSEE) pour la période 1891-1915. Cette période comprend la transition d’une économie traditionnelle minière et/ou agropastorale vers une économie industrielle exploitant les ressources hydro-électriques. Le recensement de 1911 est également analysé afin d’évaluer une possible influence des facteurs socio-économiques. Les résultats soulignent d’une part la structuration des populations, d’autre part l’importance des facteurs socio-économiques dans les relations entre communes au-delà du relief, enfin l’impact à court terme de l’installation de l’usine d’Auzat sur la dynamique de la vallée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’évolution biologique des populations humaines résulte de divers processus à l’interface entre Biologie et Culture : sélection naturelle, migrations, taille de la population, mutations, chevauchement de générations, endogamie. Saisir le périmètre et la dynamique des unités évolutives que constituent les populations humaines ne peut se faire sans replacer l’évolution de l’Homme au sein d’interactions complexes entre sphères sociales et écologiques (Marteen, 2001 ; Gibert et Larrouy, 2010).

2Si l’étude de ces interactions reste difficile à l’échelle macro-géographique, les études en anthropologie démographique menées sur des sociétés de dimension réduite constituent un moyen d’appréhender l’adaptation d’un groupe humain à son environnement (Robert-Lamblin, 2007). En ce sens, les objectifs de l’anthropologie démographique rejoignent ceux de l’étude des systèmes socio-écologiques, systèmes intégrés couplant les sociétés et la nature et intégrant l’Homme comme une composante active du système (Lagadeuc et Chenorkian, 2009).

3Au-delà des « populations traditionnelles », les populations de « montagne » ont fait l’objet de nombreuses recherches (Boetsch et Rabino-Massa, 2005). D’une part, l’écosystème montagnard offre l’opportunité d’examiner comment les structures humaines sont conditionnées par un environnement physique contraignant. D’autre part, ces contraintes « environnementales » ont engendré une histoire politique et culturelle particulière caractérisée par d’importants changements ayant affecté les paramètres démographiques au cours des derniers siècles (Boetsch et Rabino-Massa, 1997).

4Nombreux sont les paramètres considérés en anthropologie démographique pour évaluer la dynamique des populations : fertilité, mortalité, nuptialité, migrations, etc… (Bley et Boetsch, 1999 ; Robert-Lamblin, 2007). L’approche la plus complète pour évaluer ces paramètres est la reconstruction des histoires familiales (Vu Tian et Sevin, 1977). Il s’agit cependant d’un travail long reposant sur le dépouillement de diverses sources si possible complétées par des enquêtes.

5Une alternative largement utilisée pour une première appréhension de la structure des populations consiste alors en une étude des patronymes (Vernay, 2001). L’idée est que le nom, généralement hérité des lignées paternelles tout comme le chromosome Y, renvoie à une histoire généalogique et à une origine géographique plus ou moins ancienne. Comme le précise Darlu (2004), cette méthode est entachée de biais méthodologiques : biais de représentativité des listes nominatives, délimitation lexicale des noms (variantes orthographiques). Pour autant, ces études peuvent fournir des indices intéressants permettant une première évaluation de l’endogamie, de la consanguinité, des flux migratoires (Darlu, 2004), des structures spatiales et temporelles des populations humaines et de l’influence de l’environnement sur celles-ci (Vernay, 2001 ; Alvarez et al , 2010).

6Les fichiers INSEE des patronymes (INSEE, 1999), fournissant le nombre des naissances enregistrées sous chaque patronyme par commune française pour différentes périodes, représente en France l’une des sources d’informations les plus exploitées pour ces approches patronymiques. Des départements français (Degioanni et al., 1997), à des aires plus spécifiques telles que les Pyrénées occidentales (Darlu et Oyharçabal, 2006), ces données ont permis d’appréhender l’organisation spatiale des populations, de faire émerger des considérations sur la réalité des frontières géographique, historique, culturelle ou linguistique, et d’évaluer la mobilité et les échanges migratoires (Darlu et Oyharçabal, 2006).

7Une étude des départements français a pu montrer que l’Ariège compte parmi les départements français les moins affectés par l’immigration (Darlu et Ruffié, 1992). Nous nous proposons d’étudier ici la structuration et les échanges au sein de l’espace défini par l’Observatoire Homme Milieu « Pyrénées Haut-Vicdessos ». L’espace considéré comprend les 10 villages du canton de Vicdessos et la période étudiée est celle de 1891-1915. Cette époque correspondant d’une part à la période la plus ancienne disponible dans les fiches INSEE, d’autre part à une époque charnière entre systèmes socio-économiques traditionnel et industriel dans le Vicdessos. De plus, le contexte socio-économique pour cette période sera par ailleurs appréhendé à travers l’analyse du recensement de 1911.

8Notre objectif ici, est de discuter à travers ces premiers résultats comment les démarches de l’anthropologie démographique peuvent s’intégrer dans une étude des relations Homme-Milieu.

I – Matériel

1. Les fiches INSEE

9La liste et la fréquence des patronymes relevés parmi les natifs des 10 villages du canton de Vicdessos entre 1891-1915 sont extraites du fichier INSEE des patronymes (INSEE, 1999). Ces fiches, comme toutes sources nominatives comprennent plusieurs biais qu’il est nécessaire de considérer (Darlu, 2004). Elles incluent toutes les personnes nées entre 1891 et 1915 mais non décédées en 1972. Bien qu’on ne puisse exclure une mortalité différentielle selon le nom de famille, par exemple pendant les Première et Seconde guerres mondiales, on considérera ici ce biais comme négligeable à l’échelle de ce travail. Un autre problème est celui de l’homogénéisation orthographique ou lemmatisation des noms. Modifier les noms s’avère difficile en absence d’une reconstruction préalable d’un dictionnaire des noms de la région ou de la reconstruction des généalogies. Ici, nous avons décidé comme Darlu et Oyharçabal (2006) ou Vernay (2001) de les conserver pour ne pas perdre l’éventuelle information géographique qu’ils contiennent. Ainsi, l’uniformisation des noms correspond seulement à l’uniformisation des écritures comprenant alternativement espaces et traits d’union ou surnom.

2. Le recensement de 1911

10Il est difficile d’interpréter les résultats d’une étude patronymique sans connaissance a priori de l’évolution démographique des populations étudiées. Les dénombrements et recensements issus de la base de données « Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui » (http://cassini.ehess.fr/​cassini/​) indiquent que le maximum démographique du canton de Vicdessos fut atteint au milieu du XIXe siècle. Le déclin fut ensuite très fort, la population du canton diminuant d’environ 40 % entre 1851 et 1901 (de 9 405 à 5 859 habitants recensés ; sources, EHESS). La période étudiée (1891-1915) se situe dans la continuité du déclin démographique. Toutefois, le recensement de 1911 fait exception puisqu’il est le seul montrant une croissance démographique du canton, avec en particulier un accroissement des populations d’Auzat et Vicdessos.

11Les recensements de 1906 à 1936 sont disponibles aux archives départementales de l’Ariège à Foix. Toutefois, le recensement de 1916 n’a pas eu lieu du fait de la Première guerre mondiale. La chute démographique spectaculaire enregistrée en 1921 témoigne du double impact de la Première guerre mondiale et de l’exode rural. Pour cette raison, nous avons choisi dans un premier temps de nous focaliser sur le recensement de 1911. Les informations retranscrites dans ce recensement comprennent la structure du ménage et la place de chaque individu dans celui-ci (chef, femme, fils, fille…), le lieu et la date de naissance, la nationalité et la profession de chacun.

II – Méthodes

1. Distribution géographique des patronymes

12L’objectif est de comparer les listes des noms relevés dans les 10 villages puis de déterminer le degré de ressemblance ou divergence entre ces listes, afin d’évaluer les échanges entre villages. La localisation de la zone d’étude et des 10 communes est présentée sur la figure 1. Dans un premier temps nous avons analysé la distribution spatiale des patronymes en recherchant les 20 noms les plus fréquents pour chaque village ainsi que les patronymes spécifiques c’est-à-dire représentés dans ce village et pas ailleurs.

Fig. 1 – Localisation géographique approximative de la zone d’étude (A) et des 10 communes concernées (B) : 1. Auzat, 2. Gestiès, 3. Goulier, 4. Illier-Laramade, 5. Lercoul, 6. Orus, 7. Sem, 8. Siguer, 9. Suc-et-Sentenac, 10. Vicdessos

Fig. 1 – Localisation géographique approximative de la zone d’étude (A) et des 10 communes concernées (B) : 1. Auzat, 2. Gestiès, 3. Goulier, 4. Illier-Laramade, 5. Lercoul, 6. Orus, 7. Sem, 8. Siguer, 9. Suc-et-Sentenac, 10. Vicdessos

2. Diversité intra-populationnelle

13La diversité intra-populationnelle a été estimée à partir de trois indices : l’indice d’isonymie (Ii), l’indice de condensation (ou « potentiel patronymique » ; Pi) (Darlu et Oyharçabal, 2006) et la proportion de patronymes uniquement représentés (Darlu et al. 1997).

14L’indice d’isonymie consiste à calculer la probabilité de tirer au hasard deux patronymes identiques dans la même localité i. Cette probabilité est d’autant plus élevée que la diversité est faible. La formule de calcul de l’indice d’isonymie Ii avec fik la fréquence du ie patronyme dans la commune k et la somme est effectuée sur l’ensemble des patronymes k est :

15Le potentiel patronymique ou indice de condensation représente le nombre de patronymes différents estimés pour 100 naissances. Il peut être calculé en une commune i à partir du rapport entre le nombre de patronymes différents dans cette commune « Si », et le nombre Ni de naissances recensées.

16Ce potentiel patronymique peut être affecté d’une part par la taille des ménages (si les familles ont de nombreux membres, davantage de personnes partageront le même patronyme), d’autre part par l’immigration (l’arrivée de nouvelles personnes élargit la gamme des patronymes possibles (Darlu et al., 1997). Les noms de famille représentés par un seul individu ou « hapax » peuvent correspondre à des erreurs orthographiques ou de transcription, au dernier représentant d’un patronyme rare ou à l’enfant unique d’un immigrant ayant un patronyme inconnu dans la zone d’étude considérée (Darlu et al., 1997).

17L’analyse de la distribution des patronymes et le calcul des indices ont été effectués par programmation sous le logiciel R (http://www.r-project.org/​).

3. Diversité Inter-populationnelle

18Les relations entre villages ont été évaluées à partir de l’indice de ressemblance djk basé sur le coefficient de corrélation de Pearson (Hammer, 2011, p. 38). Ce dernier a la même structure que l’indice de Nei (Darlu, 2004) et correspond au complément du coefficient r de Pearson (djk=1–r)

19Les résultats de la matrice de distance obtenue ont été représentés à l’aide d’un dendrogramme construit selon la méthode des plus proches voisins (Neighbor-Joining ; Saitou et Nei, 1987). La robustesse de la typologie du dendrogramme a été évaluée après 10 000 itérations. L’ensemble de ces analyses ont été réalisées à partir du logiciel PAST (PAleontological STatistics ; Hammer et al., 2001).

4. Analyse spatiale de la distribution des patronymes

20Afin d’évaluer les relations entre distances patronymiques et géographiques un test de Mantel a été calculé à l’aide du logiciel PASSaGe (Rosenberg et Anderson, 2011). Les coordonnées spatiales utilisées sont celles de l’IGN après conversion des coordonnées du format Lambert II étendu au format latitudes-longitudes WGS84 via le logiciel convers2 (http://vtopo.free.fr/​convers.htm).

21La méthode de Monmonier a été utilisée pour rechercher des barrières génétiques/patronymiques entre les villages (Manni et al., 2004 ; Darlu et Oyharçabal, 2006). Cette méthode consiste à rechercher dans la matrice de distances patronymiques, les distances entre villages adjacents (triangulation de Delaunay) les plus élevées. L’algorithme amorce ainsi une première barrière à partir de la valeur patronymique la plus grande entre deux villages adjacents. Puis de l’un des deux villages, la barrière est prolongée vers le village adjacent qui présente la distance immédiatement inférieure. La procédure se poursuit jusqu’à « sortir » de la carte ou de « boucler » sur un village. La deuxième barrière est construite en partant cette fois de la distance entre villages adjacents immédiatement inférieure à celle retenue par la première barrière. Le logiciel BARRIER (Manni et al., 2004) a été utilisé pour ces analyses. La robustesse des barrières a été testée par bootstrap à partir de 100 matrices de distances recalculées par une méthode de ré-échantillonnage aléatoire par programmation sous R (Knebel et al. 2008). La recherche des barrières a été stoppée dès que la première barrière présentant un seuil de significativité inférieur à 90 % a été détectée.

5. Analyse du recensement de 1911 : activité économique et origine des parents

22L’origine des parents et l’activité économique des hommes ayant eu au moins un enfant dans la période 1891-1911 nés dans un des 10 villages ont été recherchées dans les recensements de 1911.

23725 familles ont été repérées par ce critère. Pour 6,1 % des naissances, le père n’est pas identifiable (enfant hébergé des membres de la famille ; mère seule au moment du recensement...). Chaque père a été compté une seule fois quel que soit le nombre de ses enfants. Ainsi, 679 « pères » ont été retenus et étudiés. Un biais existe avec les familles qui ont eu au moins un enfant dans le Vicdessos mais qui ont migré avant 1911. De ce fait, les apports extérieurs sont potentiellement sous-évalués. Toutefois, ce biais reste limité par la pratique usuelle de l’accouchement à domicile.

24Les activités professionnelles ont été regroupées en cinq catégories d’activités : I. Agriculteurs et ouvriers agricoles II. Ouvriers non qualifiés III. Fonction publique (employés, professions intermédiaires et cadres) IV. Artisans, commerçants et employés de commerce V. Autres (cadres, chefs, personnels administratifs d’entreprises, ouvriers qualifiés, professions libérales). Ces analyses ont été menées conjointement sous Excel et sous R.

III – Résultats

1. Distribution géographique des patronymes

25Entre 1891 et 1915, 252 patronymes différents ont été recensés parmi les 1 443 naissances répertoriées pour les 10 villages étudiés. 130 (51,6 %) sont spécifiques d’un seul village et près de la moitié de ces patronymes spécifiques (60) sont représentés par plus d’un individu révélant ainsi une spécificité géographique des patronymes.

26L’analyse des fréquences patronymiques pour chaque village révèle pour la majorité d’entre eux un à deux patronymes présents à plus de 15 %. Seuls Sem et Vicdessos font exception. Des fréquences patronymiques supérieures à 25 % sont détectées dans les villages d’Auzat (Denjean, 31 %), Gestiès (Marfaing, 39,3 %), Illier-Laramade (Vidal, 29,5 %), Lercoul (Auge, 54,5 %), Orus (Dhers, 43 %).

27L’analyse des patronymes fréquents à plus de 10 % dans au moins deux villages souligne également des échanges privilégiés : Goulier-Lercoul (Auge) ; Orus-Suc et Sentenac (Delpy), Gestiès-Siguer (Marfaing), Gestiès-Siguer-Sem (Rouzaud).

2. Analyse de la diversité intra-populationnelle

28Les nombres de naissances et de patronymes par commune, ainsi que les indices d’isonymie et de condensation sont présentés dans le tableau 1. Les communes d’Auzat et de Suc-et-Sentenac présentent les effectifs les plus élevés, suivis des celles de Goulier et Vicdessos. Les effectifs les plus faibles sont détectés dans les villages de Lercoul, Illier et Laramade, Sem et Orus.

29Les indices de condensation et d’isonymie révèlent une variabilité entre les 10 villages du Haut-Vicdessos (13,68 < Pi < 47,7 et 0,02 < Ii < 0,37). Considérant que l’indice de condensation représente la richesse patronymique du village et qu’inversement l’indice d’isonymie représente la probabilité de tirer au hasard deux patronymes identiques ces indices varient à l’opposé. Par ailleurs, l’indice de condensation ou potentiel patronymique est corrélé aux patronymes uniques ou hapax (Darlu et al., 1997) et donc plus soumis à l’influence d’immigrations récentes que l’indice d’isonymie. Ainsi, le nombre d’hapax et le nombre de patronymes spécifiques (représentés dans le seul village étudié) sont également indiqués dans le tableau 1.

Tableau 1 – Indices de diversité intra-populationnelle

Auzat

Gestiès

Goulier

Illier-Laramade

Lercoul

Orus

Sem

Siguer

Suc-et-

Sentenac

Vicdessos

n. ind

371

117

148

61

33

79

67

118

274

173

n patr

87

16

34

17

7

13

21

34

49

83

n patr sp

63

9

15

7

1

1

4

9

11

10

Ii

0,13

0,21

0,11

0,13

0,37

0,22

0,08

0,1

0,06

0,02

Pi

23,45

13,68

22,97

27,87

21,21

16,46

31,34

28,81

17,88

47,7

Hapax

67

4

18

3

3

2

8

16

18

51

n.ind. : nombre d’individus ; n. patr : nombre de patronymes ; patr. sp : nombre de patronymes spécifiques ; Ii : indice d’isonymie ; Pi : indice de condensation ou « potentiel patronymique »

30Les indices d’isonymie et de condensation indiquent que les villages de Vicdessos et Sem sont les plus « ouverts » (Ii < 0,10 et Pi > 30) et ceux d’Orus, Gestiès (Ii > 020 et Pi < 20 et) et Lercoul (Ii le plus élevé soit 0,37) sont les plus « fermés ». Les villages de Siguer, Illier-Laramade, Goulier et Auzat ont des valeurs intermédiaires. Par ailleurs, Auzat est le village qui présente le nombre d’hapax le plus important (67 : 77 %), suivi de Vicdessos (51 : 61 %) et Goulier (18 : 53 %).

3. Analyse de la diversité inter-populationnelle

31L’analyse des noms montre tout d’abord que quelques villages ne partagent aucun patronyme : Gestiès-Lercoul ; Gestiès-Orus ; Lercoul-Illier-Laramade ; Siguer-Orus. Ensuite, les relations entre populations peuvent être évaluées à l’aide des distances patronymiques mentionnées dans le tableau 2. Les distances les plus faibles (indice de ressemblance < 0,8) dans cette matrice sont observées entre Gestiès et Siguer (0,177) ; Vicdessos-Suc et Sentenac (0,507 ; Goulier-Lercoul (0,627) ; Auzat-Sem (0,682). Vicdessos ne présente aucune valeur de distance supérieure à 0,9 indiquant sa position centrale dans le système d’échange de la vallée. À l’inverse, quasiment toutes les valeurs de distance observées entre Illier-Laramade et les autres communes de la vallée sont supérieures à 0,9, exception faite de Vicdessos.

Tableau 2 – Matrice de distances patronymiques (coefficient de corrélation) calculées entre les communes de la Vallée du Haut-Vicdessos, (Illier-L. : Illier-Laramade, Suc-et-S. : Suc-et-Sentenac)

Auzat

Gestiès

Goulier

Illier-L.

Lercoul

Orus

Sem

Siguer

Suc-et-S.

Vicdessos

Auzat

0,00

0,97

0,91

1,00

0,80

0,91

0,68

0,92

0,71

0,84

Gestiès

0,97

0,00

0,98

0,99

1,00

1,00

0,80

0,18

1,00

0,84

Goulier

0,91

0,98

0,00

1,00

1,00

0,98

0,86

0,98

0,82

0,87

Illier-Laramade

1,00

0,99

1,00

0,00

1,00

0,98

1,00

1,00

0,93

0,87

Lercoul

0,80

1,00

0,63

1,00

0,00

1,00

0,97

1,00

0,82

0,73

Orus

0,91

1,00

0,98

0,98

0,98

0,00

0,96

1,00

0,68

0,78

Sem

0,68

0,80

0,86

1,00

1,00

0,96

0,00

0,72

0,78

0,75

Siguer

0,92

0,18

0,98

1,00

1,00

1,00

0,72

0,00

0,98

0,80

Suc-et-Sentenac

0,71

1,00

0,82

0,93

0,82

0,68

0,78

0,98

0,00

0,51

Vicdessos

0,84

0,84

0,87

0,87

0,73

0,78

0,75

0,80

0,51

0,00

32Le dendrogramme représenté figure 2 permet de synthétiser les relations entre communes. La valeur de bootstrap de 100 indique une différenciation significative entre les communes situées de part et d’autre du Vicdessos. Par ailleurs, au sein du versant nord, on constate l’isolement de la commune d’Illier Laramade. Pour le versant sud, les affinités entre les Gestiès et Siguer puis Lercoul et Goulier sont soulignées par des valeurs de bootstrap de 97 et 87 respectivement. Sur ce graphique les communes d’Auzat et Sem, puis de Vicdessos et Suc-et-Sentenac occupent des positions centrales pour leurs versants respectifs, positions confirmées par les valeurs de distance observées dans la matrice (tabl. 2).

4. Analyse spatiale de la distribution des patronymes

33Les tests de Mantel ne montrent pas de corrélations significatives entre matrices de distances patronymique et géographique. Les coefficients de corrélation entre matrices sont respectivement de 0,232 ou 0,215 pour des distances géographiques sphériques ou euclidiennes, valeurs associées dans les deux cas à des p value supérieures à 0,05.

34La figure 3 présente la position des barrières dans l’espace. Ces dernières soulignent bien le particularisme du groupe Lercoul-Goulier et du village d’Illier-Laramade. La troisième barrière issue de l’analyse de la matrice originale isole le groupe Gestiès-Siguer, toutefois celle-ci ne passe pas le test de robustesse (bootstrap (BP) 19 %). Cette troisième barrière pourrait également isoler Orus de Vicdessos (BP : 50 %) puis Suc et Sentenac, ou le groupe Sem-Siguer-Gestiès de Vicdessos (BP : 41 %).

5. Analyse du recensement de 1911 : lieu de résidence et origine géographique des pères

35La comparaison entre le lieu de naissance et le lieu de résidence des pères permet d’évaluer la mobilité sur une génération. Au total, 597 soit 87,9 % des pères sont nés dans leur village de résidence. Les individus venant d’une autre commune sont à 37 % originaires de la vallée, 24,4 % originaires d’une commune ariégeoise, 23,5 % d’un autre département français et à 15,1 % d’un pays étranger. On peut toutefois noter une variabilité entre villages. Auzat et Vicdessos comptent le plus d’apports extérieurs à la vallée soit respectivement 13,6 % et 16,9 %. L’essentiel des individus d’origine étrangère s’y concentre. Dans ces deux bourgs, les Français extérieurs au canton de Vicdessos arrivent pour moitié d’Ariège. Pour Auzat, cet apport extérieur dépasse la contribution des autres villages de la vallée (4,3 %) alors qu’à Vicdessos ces apports sont équilibrés (16,9 %).

36Deux villages présentent également des effectifs extérieurs à la vallée supérieurs à 5 %. Bien que pour Illier-Laramade et Siguer, le nombre d’individus soit limité (33 et 25) un apport extérieur est notable, respectivement 9,1 % et 8 %. Ces immigrés arrivent d’autres communes de l’Ariège. Enfin, parmi les six villages restants, Suc-et-Sentenac est le seul présentant un apport extérieur (3,6 %) supérieur à celui d’autres villages de la vallée (0 %).

37La mobilité à très court terme est également appréciable par la comparaison entre le lieu de naissance de l’enfant et le lieu de résidence du père. Comme attendu, ces deux variables sont étroitement corrélées puisque seuls 13 pères (2,2 %) résident dans un village de la vallée distinct du village de naissance d’un de leur enfant. Dans 9 cas (75 %), cette mobilité concerne les villages d’Auzat et Vicdessos.

6. Analyse du recensement de 1911 : activité professionnelle

38Les « inactifs » ne sont pas inclus dans cette analyse et constituent en moyenne 5 à 10 % de l’effectif. La valeur la plus élevée est observée à Auzat (12 %), les plus faibles à Illier-Laramade (0 %) puis Vicdessos (2,6 %) et Lercoul (3,8 %). Au total, 629 individus sont considérés comme « actifs ». Il existe une importante variabilité des activités professionnelles entre villages de la vallée. Les villages de Gestiès, Lercoul, Goulier et Sem ont des secteurs représentant plus de 85 % de l’ensemble des activités et sans activité secondaire importante (> 10 %). Les deux premiers villages sont tournés vers l’agriculture (agro-pastoralisme), alors que les deux derniers sont tournés vers le secteur ouvrier et plus précisément vers l’exploitation de la mine du Rancié. Tous les ouvriers de ces deux villages sont effectivement déclarés « mineurs ».

39À l’opposé, Auzat, Vicdessos et Siguer sont les villages les plus diversifiés en termes d’activités professionnelles. La nature même de ces activités les distingue. À Siguer et Auzat, l’activité principale est l’agriculture mais les activités secondaires sont tournées vers l’artisanat et le commerce suivi de la fonction publique pour Siguer et vers le secteur ouvrier puis le commerce et l’artisanat pour Auzat. À Vicdessos, l’artisanat et le commerce représentent une activité aussi importante que l’agriculture (40 %). Illier-Laramade et Orus, ont une diversification moindre de leur activité, puisque celle-ci est essentiellement orientée vers l’agriculture, mais complétée par une activité ouvrière non-qualifiée. L’analyse des catégories II et V (ouvriers et secteurs liés aux entreprises) souligne l’impact de l’usine hydro-électrique d’Auzat sur les activités de la vallée. Tous les ouvriers de Suc-et-Sentenac (14), et tous ceux d’Auzat exception faite d’un mineur (24/25) sont liés à l’activité de l’usine. De plus, les 8 personnes de la catégorie V (ouvriers qualifiés, cadres) d’Auzat sont employés par l’usine, tout comme 2 des 4 cadres de Vicdessos. À Vicdessos et Illier-Laramade, les ouvriers sont des manœuvres (usine), des rouliers et des casseurs de pierre.

40Par ailleurs, les fonctionnaires sont surtout présents à Auzat, Vicdessos, Orus, Suc-et-Sentenac et Siguer.

7. Analyse du recensement de 1911 : Relations entre activité professionnelle et origine des pères

41L’analyse des activités professionnelles des personnes en fonction du lieu de naissance des « pères » (tabl. 3) montre une corrélation entre diversité professionnelle et origine des individus au sein des villages. Le secteur agricole est occupé à 98,7 % par des personnes nées dans la vallée. Environ, 90 % des ouvriers non qualifiés sont issus de la vallée, et l’essentiel des ouvriers issus d’autres communes françaises ou étrangères sont employés à l’usine d’Auzat (seulement 2 mineurs parmi les 13 ouvriers non qualifiés). Le commerce et l’artisanat emploient des personnes de la vallée à 90 %, les 10 % restants provenant pour moitié de l’Ariège et pour moitié d’un autre département. Un contraste plus fort apparaît pour la fonction publique où seuls 65 % des postes sont occupés par des gens de la vallée, les 8 postes manquants étant tous occupés par des personnes originaires de l’Ariège. Enfin, 80 % des postes de cadres/ouvriers qualifiés ou chefs d’entreprise sont recrutés à l’extérieur de la vallée, 26,7 % en Ariège et 53,3 % dans un autre département français.

Tableau 3 – Activités professionnelles

I

II

III

IV

V

total

Village

366

114

11

61

3

555

Vallée

9

5

7

7

0

28

Ariège

2

1

8

3

4

18

Fr

2

5

0

2

8

17

Étr

1

7

0

2

0

10

Activité professionnelle des personnes nées dans le village (Village), dans un autre village de la vallée (Vallée), dans une autre commune d’Ariège (Ariège), dans un autre département français (Fr), à l’étranger (Étr) ; I. Agriculteurs et ouvriers agricoles II. Ouvriers non qualifiés III. Fonction publique IV. Artisans, Commerçants et employés de commerce V. Autres.

42Les mobilités les plus récentes (lieu de naissance de l’enfant différent du lieu de résidence du père) relèvent pour Auzat d’une activité liée à l’usine (6/6), pour Vicdessos d’une activité liée à l’artisanat et au commerce (2/3). Deux personnes ont migré vers Orus et Vicdessos pour des activités agricoles, une vers Goulier pour être mineur, les deux autres vers Orus et Lercoul en tant que charpentier et garde-forestier.

IV – Discussion et perspectives

43L’analyse des patronymes apporte des informations sur la consanguinité moyenne des populations, sur leur structuration et sur les flux migratoires (Darlu, 2004). En France, l’émergence et la généralisation des patronymes remontent au XIIIe siècle. Malgré des aléas avérés dans la transmission des noms (erreur de retranscription, enfant portant le nom de la mère en absence du père…), et une hypothèse préalable d’une origine unique des noms de famille difficile à vérifier, de nombreuses études ont souligné l’utilité de l’analyse des patronymes dans le cadre d’études de génétique des populations et de reconstitution des flux migratoires (Vernay, 2001).

44Ainsi, l’étude des patronymes des natifs de la Vallée du Haut-Vicdessos entre 1891 et 1915 apporte quelques indications sur la structuration et les échanges qui se sont mis en place au sein de la vallée, des derniers siècles au début du XXe siècle.

45Du point de vue géographique, le test de Mantel montre qu’il n’existe pas une relation simple entre distances génétique et géographique. En revanche, les représentations graphiques (fig. 2) et analyses spatiales montrent que le relief a dû jouer sur le processus de différenciation, les deux versants de part et d’autre du Vicdessos étant séparés, mais également que d’autres processus ont influencé les échanges entre communes d’un même versant (fig. 2 et 3). De plus, l’analyse de la distribution des patronymes montre une importante spécificité géographique des patronymes témoignant d’échanges limités au sein même de la vallée. Cependant, la distribution des patronymes tout comme les indices de diversité intra-populationnelle souligne des situations variables entre les villages. L’étude des recensements de 1911 à travers l’analyse des « pères » complète utilement cette analyse. D’après les indices de condensation et d’isonymie, Vicdessos et Sem sont les communes les plus ouvertes devant Goulier, Gestiès, Siguer et Auzat. L’analyse des activités professionnelles des « pères » indique que cette diversité semble d’une part corrélée à une diversité des activités professionnelles pour les villages d’Auzat, Vicdessos, Gestiès et dans une moindre mesure Suc-et-Sentenac, d’autre part à l’influence d’une activité tournée vers l’exploitation de la mine du Rancié pour Sem et Goulier. Les villages ayant une activité dédiée au secteur agricole sont les plus « fermés ».

Fig. 2 – Représentation des distances patronymiques entre communes du Haut-Vicdessos

Fig. 2 – Représentation des distances patronymiques entre communes du Haut-Vicdessos

Par la méthode du Neighbor-Joining (A), les nombres représentent les valeurs obtenues par bootstrap. Les groupes observés sur le Neighbor-Joining sont projetés dans l’espace géographique en jouant avec les couleurs et les intensités. Les numéros des communes (B) correspondent aux communes et numéros entre parenthèses sur la figure A.

Fig. 3 – Localisation des barrières entre villages d’après la méthode de Monmonier (Manni et al. 2004)

Fig. 3 – Localisation des barrières entre villages d’après la méthode de Monmonier (Manni et al. 2004)

Les 3 barrières recherchées à partir de la matrice originale sont numérotées respectivement de 1 à 3. Les barrières issues de l’analyse par bootstrap des 100 matrices sont figurées par des traits rouges ; les valeurs des bootstrap associées sont notées en noir. Les deux barrières significatives sont respectivement notées A et B.
En vert la triangulation de Delaunay, en bleu la tessellation de Voronoi. Les points bleus en dehors de la triangulation sont des points virtuels utilisés pour clore la tesselation de Voronoi.

46De plus, la comparaison entre lieu de naissance et lieu de résidence des « pères » montre déjà en 1911 un impact de l’ouverture de l’usine d’Auzat sur la venue de personnes extérieures à la vallée. Bien que l’artisanat-commerce et la fonction publique attirent des personnes extérieures, notamment de l’Ariège, l’ouverture de l’usine d’Auzat apparaît comme un pôle d’attraction notamment pour des cadres-ouvriers qualifiés d’autres départements français, et des ouvriers pour l’usine d’autres départements français mais également étrangers. Cette analyse rejoint les observations de Moreno (2006, p. 71) soulignant le sursaut démographique provoqué à Auzat et dans le canton de Vicdessos entre 1906 et 1911 suite à l’ouverture de l’usine et des travaux qui y sont associés (chantiers de Bassiès, Tramway entre Tarascon et Auzat).

47L’analyse des relations inter-populationnelles est également cohérente avec ces résultats, avec une position centrale des communes de Vicdessos et d’Auzat puis de Suc-et-Sentenac et Sem. Ainsi un profil de structuration se dégage avec deux pôles d’attraction : d’une part le fond de la vallée caractérisé par une grande diversité patronyme et économique ; d’autre part, la commune de Sem. Pour le premier, cette différentiation pourrait être liée au rôle central (administratif) de Vicdessos dans la vallée puis à l’installation de l’usine à Auzat. Le village de Suc-et-Sentenac est également diversifié. Plusieurs hypothèses sont envisageables, l’influence proche d’Auzat, celle de Vicdessos ou des flux en provenance des vallées voisines du Couserans ; Suc-et-Vicdessos étant une voie de passage vers ces dernières. Ces hypothèses restent à tester par une étude longitudinale mais également une étude spatiale élargie. Toutefois, le nombre limité d’hapax et un indice de condensation faible en rapport à l’indice d’isonymie semblent indiquer que les flux migratoires ne sont pas récents, ce qui est par ailleurs cohérent avec l’importance démographique de ce village tout au cours du XIXe siècle. Pour Sem, l’hypothèse la plus probable, est celle de l’attrait exercé par la mine du Rancié, attrait qui dans une moindre mesure pourrait également avoir influencé la démographie de Goulier. Au-delà de ces deux pôles, les vallées semblent plus fermées. La diversité de Siguer ne semble pas résulter d’échanges avec le reste de la vallée. La présence d’artisans-commerçants et de fonctionnaires, notamment de douaniers et garde-forestiers (8/16) est à noter. La différenciation d’Illier-Laramade par rapport à la vallée pourrait s’expliquer par sa position géographique, en relation directe avec la basse vallée du Vicdessos.

48Ainsi, les analyses montrent une structuration des villages de la vallée en fonction de la géographie mais aussi des activités économiques. Si cette étude permet d’émettre quelques hypothèses sur les processus impliqués dans la dynamique démographique des villages, des analyses complémentaires doivent être menées d’une part à des échelles spatiales plus importantes, d’autre part sur des échelles de temps plus long. La reconstruction des histoires familiales à partir des registres paroissiaux et d’état civil permettra à travers une approche diachronique, non seulement d’évaluer l’intensité et la direction des migrations au sein de la vallée, mais également de mesurer l’impact éventuel d’autres paramètres tels qu’une reproduction différentielle sur la dynamique démographique des villages.

Remerciements
Ce programme de recherche est soutenu par l’OHM Pyrénées « Haut Vicdessos ». Nous remercions également les membres du réseau quetelet, Patrice Gérard pour sa disponibilité, ainsi que les différents acteurs et habitants de la vallée pour nous avoir facilité l’accès aux données et avoir partagé leurs connaissances de l’histoire de cette région.

Haut de page

Bibliographie

Alvarez L., Mendoza C., Nogues R. M., Aluja M. P., Santos C., « Biodemographic and genetic structure of Zamora Province (Spain) : Insights from Surname Analysis », Human Ecology 38, 2010, p. 831-839.

Bley D., Boetsch G. L’anthropologie démographique, Que sais-je ?, Presses Universitaires de France, 1999,127 p.

Boëstch G., Rabino-Massa E., « Anthropological research on mountain ecosystem : biodemographic, prehistoric, archeological and genetic aspects », International Journal of Anthropology 20 (3-4), 2005, p. 151-154.

Darlu P., « Patronymes et démographie historique », Annales de démographie historique 2, 2004, p. 53-65.

Darlu P., Jakobi L., Hochez J., « Le choix du conjoint, entre le mythe et la réalité : l’exemple de la vallée de l’Ouzom en Béarn (France) depuis le XVIIIe siècle », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 6 (3-4), 1994, p. 199-213.

Darlu P., Oyharçabal B., « Distribution des patronymes et structure des populations dans les Pyrénées occidentales » Lapurdum, n°11, 2006, [en ligne] mise en ligne le 2006 http://lapurdum.revues.org/266, p. 136-165.

Darlu P., Ruffie J., « L’immigration dans les départements français étudiée par la méthode des patronymes », Population 3(47), 1992, p. 719-734.

Degioanni A., Darlu P., Ruffie J., « Quelques statistiques sur la distribution des patronymes en France », Population 3(52), 1997, p. 607-634.

EHESS, BnF, CNRS, INED (2011) : « Territoires et Population, deux siècles d’évolution. Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui », [en ligne], http://cassini.ehess.fr/cassini/.

Fichiers des noms de famille - 1891-1990 - (1999) [fichier électronique], INSEE [producteur], Centre Maurice Halbwachs (CMH) [diffuseur]

Gibert M., Larrouy G., « Anthropological genetics and human Ecology » in Studies in Human Ecology. Liber Amicorum. Pub. House for Science and Technology. Ha Noi., 2010, p. 139-154.

Hammer Ø., Harper D. A. T., Ryan P. D., « Past : Paleontological Statistics Software Package for Education and Data Analysis », Palaeontologia Electronica 4(1), 2001, [en ligne] : http://palaeo-electronica.org/2001_1/past/issue1_01.htm, 9 p.

Hammer O., Past. Paleontological statistics version 2.10. Reference manual, 2011, [en ligne] http://www.nhm.uio.no/norlex/past/past_part1.pdf

Knebel W., Bergsma T., Fisher J., Georgalis G., Gibiansky L., Gillespie W .R., Riggs M. M., Gastonguay M.R.. Facilitating the Pharmacometrics Work-Flow with the MItools R Package. Metrum Institute, Tariffville, CT., American Conference on Pharmacometrics, Tuscon, AZ 200, 2008, [en ligne] : http://metruminstitute.org.

Lagadeuc Y., Chenorkian R., « Les systèmes socio-écologiques : vers une approche spatiale et temporelle », Natures Sciences Sociétés, 17 (2), 2009, p. 194-196.

Manni F., Guerard E., Heyer E., « Geographic patterns of (Genetic, Morphologic, Linguistic) variation: How barriers can be detected by using Monmonier’s Algorithm », Human Biology, 76(2), 2004, p. 173-190.

Marten G. G., « Coevolution and coadaptation of human social systems and ecosystems », in Human Ecology. Basic concepts for sustainable development,. Ed. Earthscan , 2001, p. 96-105.

Moreno C., L’usine d’Auzat 1906-2003. Un siècle d’aluminium en Vicdessos. Impact économique, social, culturel et environnemental, Éditions Lacour, Ollé, 2006, 203 p.

Robert-Lamblin J., « Anthropologie démographique des populations restreintes : du recueil des données à leur analyse. Exemples dans les populations arctiques », in Chapuis N., Guihard-Costa A.-M., Boetsch G. (dir.), l’Homme et sa diversité. Perspectives et enjeux de l’Anthropologie Biologique, Éd. CNRS GDR 3267, Paris, 2010, p. 19-25.

Rosenberg M. S., Anderson C. D., « PASSaGE: Pattern Analysis, Spatial Statistics and Geographic Exegesis. Version 2 », Methods in Ecology and Evolution, 2(3), 2011, p. 229-232.

Saitou N., Nei M., « The neighbor-joining methods : a new method for reconstructing trees», Molecular Biology and Evolution, 4 (4), 1987, p.406-425.

Vernay M., « Répartition géographique des patronymes et structure génétique : le département de l’Ardèche au début du XXe siècle », Comptes rendus de l’Académie des Sciences de Paris (Sciences de la Vie), 324, 2001, p.589-599.

Vu Tien Khang J., Sevin A., Choix du conjoint et patrimoine génétique : étude de quatre villages du pays de Sault de 1740 à nos jours. Éd. du CNRS, Paris, 1977, 159 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation géographique approximative de la zone d’étude (A) et des 10 communes concernées (B) : 1. Auzat, 2. Gestiès, 3. Goulier, 4. Illier-Laramade, 5. Lercoul, 6. Orus, 7. Sem, 8. Siguer, 9. Suc-et-Sentenac, 10. Vicdessos
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/340/img-2.png
Fichier image/png, 1,1k
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/340/img-3.png
Fichier image/png, 1,1k
Titre Fig. 2 – Représentation des distances patronymiques entre communes du Haut-Vicdessos
Légende Par la méthode du Neighbor-Joining (A), les nombres représentent les valeurs obtenues par bootstrap. Les groupes observés sur le Neighbor-Joining sont projetés dans l’espace géographique en jouant avec les couleurs et les intensités. Les numéros des communes (B) correspondent aux communes et numéros entre parenthèses sur la figure A.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/340/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 3 – Localisation des barrières entre villages d’après la méthode de Monmonier (Manni et al. 2004)
Légende Les 3 barrières recherchées à partir de la matrice originale sont numérotées respectivement de 1 à 3. Les barrières issues de l’analyse par bootstrap des 100 matrices sont figurées par des traits rouges ; les valeurs des bootstrap associées sont notées en noir. Les deux barrières significatives sont respectivement notées A et B.En vert la triangulation de Delaunay, en bleu la tessellation de Voronoi. Les points bleus en dehors de la triangulation sont des points virtuels utilisés pour clore la tesselation de Voronoi.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/340/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morgane Gibert, Audrey Roumieu, Norbert Telmon, Jean-Claude Sangoi et André Sevin, « Structure des populations du Haut Vicdessos : distribution spatiale des patronymes et des activités économiques au début du XXe siècle », Sud-Ouest européen, 33 | 2012, 117-126.

Référence électronique

Morgane Gibert, Audrey Roumieu, Norbert Telmon, Jean-Claude Sangoi et André Sevin, « Structure des populations du Haut Vicdessos : distribution spatiale des patronymes et des activités économiques au début du XXe siècle », Sud-Ouest européen [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2013, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/340 ; DOI : 10.4000/soe.340

Haut de page

Auteurs

Morgane Gibert

Chargée de recherche, Laboratoire AMIS, UMR 5288 (CNRS-Univ. de Toulouse III UPS-Université de Strasbourg).

Audrey Roumieu

Master 2 en Histoire et civilisations modernes et contemporaines, Laboratoire FRAMESPA, UMR 5136 (CNRS – Univ. Toulouse II Le Mirail).

Norbert Telmon

Professeur Universitaire et Professeur hospitalier Université Toulouse III, Laboratoire AMIS, UMR 5288 (CNRS-Univ. de Toulouse III UPS-Université de Strasbourg).

Jean-Claude Sangoi

Membre associé, Laboratoire FRAMESPA, UMR 5136 (CNRS – Univ. Toulouse II Le Mirail).

André Sevin

Ingénieur de recherche CNRS, Laboratoire AMIS, UMR 5288 (CNRS-Univ. de Toulouse III UPS-Université de Strasbourg).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals