Navigation – Plan du site
Au fil des fleuves et rivières, quelques notes bibliographiques

Le Parc de l’Eau Luis Buñuel

Francisco Pellicer
p. 169-170
Référence(s) :

I. Alday, M. Jover (dir.), Le Parc de l’Eau Luis Buñuel, Expoagua Zaragoza, 2008.

Texte intégral

1« À qui appartient le parc, au fleuve ou à la ville? » Cette question et les réflexions qui suivent sur le patrimoine du lieu, sur le rôle qu’il doit jouer et sur son caractère urbain, rural ou naturel ont été soulignées par le programme du nouvel espace public de Saragosse à une échelle résolument supra-municipale. Plusieurs thématiques sont abordées dans ce travail.

2Le territoire de l’Èbre : le parc et le fleuve. L’objectif, à l’échelle du territoire, consiste à inscrire clairement le parc dans le couloir de l’Èbre et de le transformer en un espace essentiel du paysage de Saragosse.

3Le méandre argenté. La création du parc prend comme référence la forêt argentée d’origine et exprime l’histoire d’une région et la relation que ses habitants entretiennent avec elle. Les auteurs ont fabriqué une palette argentée à base de végétaux, d’eau, de bois, de pierre, de lumières et reflets.

4Le parc et la ville : un parc vivant et habité. Le quartier de l’ACTUR se tourne vers le parc comme une nouvelle façade de la ville, il faut traverser un grand canal pour entrer dans le parc : un paysage qui interagit avec tout ce qui l’entoure. De la ville jusqu’à l’extrémité du méandre de l’Èbre, une évolution de chacun des éléments a été imaginée, de la plus artificielle à la plus naturelle.

5La structure végétale du parc : un milieu écologique vivant. Le cœur de parc est un vaste espace ouvert, une grande clairière dans la forêt argentée, dessinée sur les restes de la parcelle agricole.

6La structure hydraulique du parc, l’histoire de l’eau. Un système vivant et indépendant a été organisé. L’eau extraite du niveau phréatique, de l’Èbre et du canal d’irrigation du Rabal, est épurée et conduite à travers les canaux et les étangs pour ensuite déverser dans l’Èbre.

7L’empreinte écologique. La topographie et les restes du méandre sont conservés et réutilisés, les rigoles d’irrigation sont élargies en canaux, la structure des parcelles est recyclée sans être vraiment modifiées.

8L’inondation. Le parc de l’Eau prévoit de maintenir sa fonctionnalité pendant la crue ordinaire. Il restera en partie praticable pendant la grande crue. Enfin, les crues centennales inonderont presque entièrement et seuls les principaux éléments construits resteront protégés. Le parc assume sa condition plus vivante, un méandre d’un fleuve plein de force et maître de ses propres dynamiques.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/3785/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco Pellicer, « Le Parc de l’Eau Luis Buñuel », Sud-Ouest européen, 44 | 2017, 169-170.

Référence électronique

Francisco Pellicer, « Le Parc de l’Eau Luis Buñuel », Sud-Ouest européen [En ligne], 44 | 2017, mis en ligne le 18 janvier 2019, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/3785

Haut de page

Auteur

Francisco Pellicer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals