Navigation – Plan du site

Texte intégral

1À travers l’essor des géographies sociales et culturelles, l’identité est devenue un élément central de la réflexion des chercheurs. Parallèlement, les professionnels de l’agriculture et de l’agroalimentaire sont confrontés à cette question de l’identité de leurs productions et des liens entre identité, création de valeur, montée en gamme, segmentation de l’offre, lutte contre la concurrence, voire protectionnisme, etc. La construction des terroirs et des appellations qui leur sont liées est souvent interprétée par les pays du Nouveau Monde comme un système protectionniste déguisé (Lagrange, Monticelli, Sylvander, 2004). Mais, vues depuis les pays européens, « les cultures alimentaires des terroirs se trouvent au centre des attentes de nombreux consommateurs tant en termes de nutrition, de santé qu’en termes d’authenticité et de racines culturelles » (UNESCO, 2005). Les terroirs sont un moyen perçu comme stratégique pour défendre une agriculture à la fois relativement coûteuse, traditionnelle, innovante, ainsi qu’une production de qualité confrontée à une agriculture décrite comme quantitativiste, mondialisée et sans saveur. Il y a là deux conceptions antagonistes – conceptions parfois présentées et utilisées de façon manichéenne il est vrai – et la France a été et demeure, pour l’Union européenne, un élément moteur quant à la promotion du modèle agricole territorialisé. Dès lors que la France et plus généralement l’Europe possèdent un puissant ensemble de produits agricoles inscrits sous signes officiels de qualité et d’inscription géographique mettant en évidence le concept de « terroir », Il semble donc logique que les géographes, qui travaillent depuis longtemps sur le thème de la vigne et du vin, mais aussi sur toute production agricole, poursuivent la réflexion sur les relations entre identité, espaces, terroirs/territoires et mondialisation.

2On s’accordera assez largement aujourd’hui pour voir dans le concept de « terroir », une construction socio-spatiale qui réunit matériel et idéel. On a ainsi distingué dans le terroir un « agro-terroir » et un « socio-terroir » (Hinnewinkel, 2004). La notion de « socio-terroir » invite alors à se pencher sur les dimensions sociales et culturelles des espaces, paysages, territoires, objets étudiés. De son côté, la notion « d’identité » renvoie-t-elle à la distinction classique au sujet de la culture entre culture matérielle et culture idéelle ? Peut-on alors distinguer identité matérielle et identité immatérielle ? Le mouvement ou la vogue du « tout patrimoine » (Chiva, 1994) encouragerait à aller en ce sens. Du reste, la territorialisation passe de plus en plus par la patrimonialisation, autrement dit la reconnaissance du patrimoine (dans lequel l’identité intervient) comme l’un des éléments définissant le territoire tel que perçu et approprié par ses habitants, et engageant à sa protection, sa valorisation. C’est dans cette logique que Marc Dédeire et Lala Razafimahefa s’interrogent sur la signification des appellations d’origine au sein du territoire français. Il apparaît au travers de leur enquête que bien des territoires d’AOP ne se réduisent pas à des outils de promotion et de valorisation de produits et de territoires agricoles, mais qu’ils intègreraient, pour les acteurs de ce territoire, une part non négligeable de stratégies défensives d’une identité rurale, notamment contre la menace urbaine.

3L’identité serait-elle un moteur de ce classique conflit territorial entre rural et urbain, ville et campagne, vigne et ville ? Inversement, le conflit est-il un élément de construction ou renforcement identitaire ? Sans que ce numéro spécial de Sud-Ouest Européen puisse aborder l’ensemble de ces questions au très large développement potentiel, Paul Minvielle, Éric Carroll et Jacques Daligaux nous invitent toutefois à aborder identité et conflictualité territoriales dans le cas d’un vignoble urbain, celui de Bandol. Leur analyse souligne la complexité des relations entre identité, terroir/territoire et conflit. Sans doute la pression urbaine nourrit-elle chez les acteurs du vignoble, un vif attachement à la terre tout comme un réel souci de contrôle du foncier. Ils parviendraient à remarquablement bien réaliser cette maîtrise, contribuant au renforcement identitaire de leur communauté vigneronne et de son terroir social, sans pour autant rejeter tout apport et influence humains et/ou financiers extérieurs.

4Si identité il y a dans un terroir, en quoi s’inscrit-elle dans l’une ou l’autre des dimensions physiques ou humaines ? L’identité d’un terroir s’apprécie-t-elle de façon objective ? Subjective ? Les deux à la fois ? Ne surgirait-elle pas préférentiellement par la prise de distance avec l’objet étudié ? Notamment en le replaçant dans une perspective comparative ? En effet, « Lorsqu’on vit dans un certain monde, on n’a pas conscience de ses présupposés. Ce n’est que dans la comparaison avec d’autres mondes que peut s’établir à cet égard une distance critique » (Berque, 2004). D’une part, abordant l’identité viticole bordelaise, nous nous interrogeons sur les éléments qui, objectivement, permettraient d’en saisir certains traits essentiels surgissant d’une mise en perspective comparative dans le temps long et les grands espaces. Celle-ci révèlerait alors une dimension très paradoxale de l’identité viticole bordelaise. D’autre part, en posant la question d’une éventuelle identité viticole aquitaine appréhendée à travers une analyse statistique diachronique de l’encépagement des vignobles français et mondiaux, François Legouy et Patrick Auger montrent que cette identité, loin d’apparaître évidente à l’échelle hexagonale, se révèle à l’échelle mondiale, par le succès des cépages bordelais dans la constitution de ce que certains appellent « viticulture internationale ». Le succès mondial des cépages bordelais serait alors très ambivalent, révélant au monde un des aspects essentiels de l’identité viticole bordelaise tout en se faisant l’instrument d’une possible uniformisation des pratiques et des goûts.

5À l’heure du « glocal » et de la « glocalisation » (Robertson, 1992), quelles relations envisager entre identité, terroirs/territoires et mondialisation ? Certes, « la mondialisation, c’est d’abord du territoire » (Carroué, 2006), mais c’est aussi une ouverture au monde qui passe par des échanges et des flux d’hommes, d’idées, de capitaux, de biens et de services, en deux mots des échanges matériels et immatériels qui occasionnent des remises en question de productions régionales et locales et/ou des manières de les concevoir. L’identité n’est-elle, comme on le pense souvent, qu’un moyen de différenciation des productions — et donc de leur promotion et de leur valorisation commerciale — dans un vaste mouvement planétaire d’uniformisation des produits et des goûts ? En s’intéressant aux relations qui s’établissent entre terroir, territoire, architecture et communication, Éric Rouvellac souligne comment bien des territoires viticoles affirmeraient leur identité par la construction, parfois ex-nihilo, d’un socio-terroir à partir de géosymboles architecturaux très forts. Excellents supports pour bâtir des stratégies de médiatisation et de communication, ces géosymboles seraient plus encore de véritables outils marketing du vin, initiant une voie singulière et totalement étrangère à la voie française par excellence, celle de la valorisation ou de la révélation d’un agro-terroir, ce dernier à son tour utilisé comme support marketing.

6Inversement, ne serait-ce pas la mondialisation et ses effets collatéraux réels ou supposés (industrialisation, massification, standardisation, uniformisation…) qui stimulerait par réaction le renforcement identitaire des terroirs et des produits existants, voire la construction d’identités nouvelles, peut-être aussi la reconstruction d’identités disparues ou oubliées ? Les identités territoriales et celles des produits fortement inscrits dans des territoires sont-elles toujours à même de profiter des chances offertes par l’ouverture des marchés ? Ne faudrait-il pas, là aussi, distinguer des identités « porteuses » et des identités « handicapantes » ? Les réflexions conduites d’un côté par Sylvaine Fassier-Boulanger au sujet du piment l’Espelette et par Olivier Ballesta sur le pruneau d’Agen méritent à ce titre d’être rapprochées et mises en balance. D’un côté, l’identité territoriale, associée à une intense attractivité touristique, semble un facteur décisif de la construction du terroir. De l’autre, cette même absence ou faiblesse d’identité territoriale ne serait-elle pas une des causes, entre bien d’autres, des difficultés relatives de la filière agenaise ? Le lecteur ne manquera sans doute pas de s’interroger à ce sujet. Ces problématiques de construction et de renforcement identitaires à partir de territoires productifs soulignent par ailleurs, à des degrés certes divers, que les questions proprement quantitatives d’étendues, de surfaces productives, d’atomisation ou de concentration spatiale, de volumes produits, ne sont pas sans relation avec le succès ou la difficulté des filières étudiées. La comparaison piment d’Espelette/pruneau d’Agen que le lecteur voudra bien faire par lui-même, convoque probablement une telle piste d’interprétation, à ajouter à d’autres. Cette piste de compréhension est par ailleurs clairement mise en évidence par Stéphane Anglès, Julie Veysseyre et Marianne Cohen, en matière de territoires et de filières oléicoles. Leur approche comparative entre les territoires oléicoles français et espagnols souligne comment, par-delà les facteurs de bonne valorisation spécifiques aux « petits » territoires oléicoles français, leurs homologues ibériques sont pénalisés par leurs caractères immenses, de type agro-industriels, développant des productions de surcroît perçues comme extrêmement banales et peu ou non associées à un imaginaire riche et gratifiant.

7Que des externalités positives jouent un grand rôle dans la valorisation des produits de terroir et de leur filière, nul n’en disconviendra sans doute et les cas du piment d’Espelette ou de l’oléiculture provençale en montrent donc de très remarquables exemples. Reste que nombreux sont les territoires productifs qui ne peuvent bénéficier de l’ampleur et de la force de ces externalités positives en termes d’images et de représentations valorisantes, à leur tour exploitées par le tourisme et le marketing territorial et paysager. Lorsque les marchés deviennent moins porteurs, c’est alors tout l’édifice de la construction territoriale et des appellations qui est fragilisé. Hors de toute évolution positive de la demande, les facteurs de sortie de crise ne seront sans doute pas exogènes, de type agrotouristique, à plus forte raison si les territoires impliqués sont vastes. C’est la raison pour laquelle Nathalie Corade, Jean-Claude Hinnewinkel et Hélène Vélasco analysent la crise de certaines appellations viticoles aquitaines sous un jour novateur. Ils y voient moins une simple crise économique qu’une crise identitaire, une crise liée à une dissociation entre acteurs de la filière et acteurs du territoire de qualification, incapables de développer et poursuivre un projet global et collectif. De là un appel à réformer le mode de gouvernance des appellations aquitaines, assez audacieux, car intégrant des acteurs plus diversifiés que les professionnels des filières jusqu’ici concernés. De leur côté, Michaël Pouzenc et Jean-Louis Vincq, observent le choix de l’agriculture biologique par certains viticulteurs de Gaillac. Loin d’être uniforme, leur démarche montre différentes voies possibles, parfois conflictuelles. Cependant chacune se veut, face aux difficultés économiques et aux interrogations vis-à-vis du modèle AOP, non pas tant une stratégie alternative qu’un moyen de régénération du territoire d’appellation, au service d’un approfondissement de la typicité et de l’identité du terroir.

Haut de page

Bibliographie

Berque A., « Milieu et identité humaine », in Di Méo G. (dir) « Composantes spatiales, formes et processus géographiques des identités », Annales de Géographie, n° 638-639, juillet octobre 2004, p. 385-399.

Carroué L. (dir.), La mondialisation, Paris, CNED-SEDES, 2006, 312 p.

Chiva I., Une politique pour le patrimoine culturel rural, Rapport présenté à Jacques Toubon, ministre de la Culture et de la Communication, 1994, 53 p. http://www.culture.gouv.fr/mpe/dossiers/rapport_chiva.htm

Hinnewinkel J. C., Les terroirs viticoles, origines et devenirs, Bordeaux, Féret, 2004, 228 p.

Lagrange L., Monticelli C., et sylvander B., « les signes officiels de qualité et d’origine européens : quelles perspectives dans la globalisation ? », Colloque Développement durable et globalisation dans l’agro-alimentaire, Université de Laval, Québec, 2004, 19 p.

Robertson R., Globalization, Social Theory and Global Culture, SAGE publications Ltd, 1992, 224 p.

Tessier du Cros M., Vincent A.-L., (dir.), Rencontres internationales planète terroirs, UNESCO, Actes des rencontres, 2005, 68 p.
http://www.google.fr/url?sa=t & rct = j & q = & esrc = s & frm = 1 & source = web & cd = 3 & ved = 0CEUQFjAC & url = http % 3A % 2F % 2Fwww.terroirsetcultures.org%2Fwakka.php%3Fwiki%3DTerroiRs%2Fdownload%26file%3DActesRi2005.pdf & ei = TmM1UpqeF8WJtAa5y4CYAw & usg = AFQjCNH4hSrVzEUgaKRI4654ScDmbm5uNg

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Rejalot, « Avant-propos »Sud-Ouest européen, 36 | 2013, 5-7.

Référence électronique

Michel Rejalot, « Avant-propos »Sud-Ouest européen [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 18 septembre 2014, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/379 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.379

Haut de page

Auteur

Michel Rejalot

Michel Réjalot est maître de conférences à l’université de Bordeaux III et membre du laboratoire Aménagement, développement, environnement, santé (ADES) et de l’Institut des sciences de la vigne et du vin (ISVV).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals