Navigation – Plan du site

Les territoires des appellations d’origine en France : entre métropolisation et qualifications territoriales

The French administrative systems of designation of origin, in force for some high quality agricultural productions, are grounded in both local territories and metropolis
Los territorios de las denominaciones de origen en Francia: entre metropolización y calificaciones territoriales
Marc Dedeire et Lala Razafimahefa
p. 9-28

Résumés

Une partie de la mondialisation s’exprime par des processus spatiaux impactant directement les espaces métropolitains. Les systèmes de qualifications comme les appellations d’origine en France et en Europe peuvent être analysés comme une expression de cette métropolisation. Le caractère polysémique de la notion de métropole conduit les espaces urbains à un véritable « métabolisme » où les processus de la qualification prennent toute leur part. L’analyse statistique et cartographique de la qualification territoriale (zonage AOC et zonage en aires urbaines et des espaces ruraux) apporte une lecture des processus urbains de diffusion. Elle offre également une lecture de la formation des territoires de résilience où les dynamiques agricoles s’autonomisent jusqu’à offrir des capacités de développement régional renouvelées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les espaces ruraux sont aujourd’hui, beaucoup plus qu’auparavant, intégrés dans une réflexion globale sur la place qu’ils représentent dans les territoires. Cette intégration s’exprime par des dynamiques de flux et de polarisation qui peuvent donner une lecture beaucoup plus fonctionnelle de ces espaces ruraux, notamment parce qu’il s’agit de les interroger en lien avec les métropoles et les grandes villes (Pecqueur, 2006). Au sein de cette lecture fonctionnelle, il convient également de réfléchir à la place des agricultures contemporaines, à l’image des recherches déjà développées sur les dynamiques fonctionnelles de nouvelles formes de résidence, ou de développement touristique ou encore industriel. Les territoires agricoles ont aujourd’hui, semble-t-il, à gérer un ensemble d’enjeux qui dépassent largement leur mission nourricière pour s’élargir aux préoccupations liées au cadre de vie, à la dimension environnementale et aux aménagements du territoire et de la planification urbaine. Considérer les territoires agricoles dans leur mission nourricière, c’est concevoir que différentes formes de ces territoires peuvent se construire et se dynamiser afin d’atteindre cet objectif (Pilleboue, 1999). De fait, à l’échelle de la France, la façon de développer ces territoires productifs, sous l’impulsion de politique publique, ne semble pas devoir être homogène. Il en est ainsi des territoires productifs qui sont orientés sur les produits de qualité et notamment ceux liés à l’indication géographique car la place qu’ils représentent aujourd’hui en France se différencie fortement selon un certain nombre de critères ou de caractéristiques géographiques et surtout dans l’affiliation au terroir (Berard et al., 2004 ; Delfosse, 2011). Cette connaissance doit être aujourd’hui associée à une compréhension des dynamiques territoriales qui touchent au phénomène de globalisation comme peut l’être la métropolisation. Les territoires des appellations d’origine ont-ils une réelle capacité à révéler des formes de métropolisation ou entrent-ils vraiment sur des stratégies de qualification où les dynamiques locales dominent ? En cela, le cas de la France à l’échelle de la commune et de son modèle de référence en matière de politiques liées à l’origine géographique sera étudié à partir d’un ensemble de développements orientés en trois temps.

2Dans un premier temps, nous étudierons le contexte de la métropolisation dans sa relation avec la qualification territoriale afin de définir les enjeux sur le plan de l’aménagement comme de la pérennité des agricultures contemporaines (1). Ensuite, à partir d’une méthodologie développée, nous proposerons une analyse des espaces d’appellation d’origine à travers une typologie des communes concernées par ces appellations, que nous confronterons ensuite au zonage en aires urbaines (2). La question des dynamiques agricoles et des processus de métropolisation sera enfin étudiée pour comprendre les formes de résistance territoriale liées aux indications géographiques ou les réelles inerties de trajectoire territoriale vis-à-vis de ces qualifications qu’elles suscitent (3).

I – Articulations entre métropolisation et qualification territoriale : Quels enjeux, hypothèses et méthodes d’analyses ?

3La métropolisation n’est pas simplement un phénomène de croissance des grandes agglomérations mais également un processus d’enchevêtrement des différents espaces qui la composent et qui, dans leur interaction, produisent une logique de fonctionnement. En cela, la qualification territoriale, qui permet à certains espaces de s’insérer dans une dynamique de projets, peut être une expression de ce processus. La qualification territoriale peut également signifier des stratégies de résistance face à des phénomènes globaux qui tendent à déstructurer certaines formes d’agriculture (Hirczak et al., 2013).

4La métropolisation est aussi un mode d’occupation et d’appropriation collective des territoires et, en cela, la formation des grandes aires urbaines produit sa logique. Cette métropolisation accompagne la globalisation et produit de la qualification dans la mesure où elle peut se distinguer en termes d’aires de marché. Concernant les espaces urbains, les outils de zonage d’aménagement créent souvent des effets tunnels qui ont tendance à faire grossir les déplacements et aussi à les faire s’étaler dans l’espace. Une plus grande mixité fonctionnelle des espaces urbains augmente la possibilité de faire des choix pour les individus et donc lisse quelque peu, voire même réduit fortement, les polarités spatiales des fonctionnalités. Quant à l’espace de faible densité, si les processus de recompositions des espaces ruraux peuvent être en partie autonomes vis-à-vis de la métropolisation (Berger, et al., 2005), les interactions avec les grandes métropoles sont toutefois aujourd’hui beaucoup plus importantes du fait des débouchés que peuvent représenter les villes pour les dynamiques de terroir.

5Un autre pan de la littérature consiste à étudier les trajectoires de résistance/résilience que forment les territoires dans leur interaction avec les métropoles. Dans le cas des aires d’appellation d’origine, l’approche est plus complexe car cette interaction peut être à la fois la résultante d’un processus de métropolisation et, en même temps, une forme de résilience territoriale au sens de Hamdouch et al. (2012). Cette double tension ne permet pas de répartir l’ensemble des zones d’appellation d’origine française de façon précise dans l’une ou l’autre des situations. En revanche, si l’on considère que les zonages d’appellation constituent des formes de dynamique rurale, il est nécessaire de confronter ces zonages dans l’interaction entre dynamiques rurales et aires métropolitaines.

6Un ensemble d’hypothèses peut être formulé à ce stade.

  • Le caractère polysémique de la notion de métropole fait que les espaces urbains et leur périphérie réalisent un véritable ‏« métabolisme » où‏ ‏les processus de la qualification prennent toute leur part (Hypothèse 1).

  • De fait, la question de la qualification territoriale renvoie à la façon dont ces territoires labellisés vont, d’une part, se diluer ou non dans les processus urbains de diffusion, mais également former des territoires de résilience (Hypothèse 2) où les dynamiques agricoles s’autonomisent et s’affranchissent jusqu’à offrir des capacités de développement régional.

7De ce point de vue, nous pouvons considérer que certains types de production comme la filière viticole portent un certain nombre d’activités en proximité des grandes métropoles en lien avec la localisation des ressources foncières communales. Dans le cas aquitain, Hinnewinkel (2002) fait une distinction entre un « modèle Bordelais », c’est-à-dire une filière motrice du développement territorial, et un « modèle aquitain » où certains ensembles d’appellations vont se structurer dans le développement territorial sans en être le moteur essentiel. Cette idée est également développée dans les travaux de Doucet (2002), en observant l’impact de la proche périphérie des métropoles jusqu’à spécifier et spécialiser les territoires productifs en parallèle d’une concentration géographique des acteurs directs et indirects de la filière viticole. Les dynamiques agricoles et les relations villes-campagnes sont également explicatives d’une certaine recomposition de la façon de produire et de commercer des produits agricoles. Toutefois, comme le souligne Rieutort (2009), la frontière entre le rural et l’urbain n’est pas réellement franche et claire dans les rapports qui se constituent entre agriculture et territoire. Pendant longtemps, les formes de polarisation que représentait la ville ont accompagné les processus de déterritorialisation de l’agriculture avec les bassins de production et de transformation ; le modèle productiviste et l’internationalisation des échanges s’accompagnaient d’une croissance urbaine qui masquait la crise rurale du milieu du xxe siècle. La seconde moitié de ce siècle a été celle de nombreux bouleversements qui, sur le plan spatial, se sont traduits par une marginalisation de territoires agricoles qui n’étaient pas inscrits dans le modèle dominant. Néanmoins, bien que trop éloignés de l’efficacité productive et d’une agriculture offrant des produits standardisés, ces territoires marginaux ont résisté en renouant avec des relations urbaines nouvelles, axées sur des valeurs culturelles, sociales, mémorielles ou symboliques (Rieutort, 2009). L’agriculture actuelle dans ses relations avec la ville propose d’associer aux valeurs rurales traditionnelles, les questions alimentaires autour des produits d’origine, les questions environnementales dans la façon de produire et de gérer les territoires, et les questions patrimoniales autour des valeurs que représentent les campagnes occidentales et contemporaines (Arnal, 2012).

  • 1 Nous ne développerons pas l’ensemble des contextes territoriaux à l’échelle nationale.

8À une grande échelle, on peut donc admettre qu’il y a parfois l’émergence de territoire plus complexe qui associe système de qualification et forme de recomposition rurale. Si de grands modèles agricoles souvent tournés sur les cultures industrielles continuent à exister, leurs territoires sont aujourd’hui différents de ceux de la qualification agricole axée par exemple sur la qualification liée à l’origine. Cette approche déjà étudiée a démontré qu’il n’existait pas de juxtaposition des territoires industriels et des territoires de la qualification liée aux indications géographiques (Dedeire, 2002) à la fois dans le cas français mais également dans d’autres cas comme par exemple l’Italie ou l’Espagne (Hirczak et al., 2013). Il y a donc bien des contextes territoriaux qu’il faut connaître1, et la relation à la ville peut être considérée comme un contexte favorable à l’émergence à la fois d’un modèle industriel (telles que les activités maraîchères) comme d’un modèle de qualification. La différence vient plus vraisemblablement des impacts multiples qu’il y a eu dans le temps de la transformation des systèmes productifs agricoles ou de leur stabilité par rapport aux périodes anciennes du xviiie/xixe.

  • 2 En France, il faut 0,33 ha en moyenne pour nourrir une personne ; en Île de France, environ 3 milli (...)

9L’alimentation en denrées des villes constitue aujourd’hui un axe de réflexion privilégiée, notamment à travers le territoire productif et son interaction avec les villes. Le développement des réflexions sur le circuit court et la mise en réseau des modes de distribution alimentaire, soucieux d’une plus forte proximité entre espace de production et espace de consommation, remet au centre du débat les systèmes alimentaires (Bailly, 2000 ; Schirmer, 2010). En effet, la rupture que l’on observe avec les analyses en termes d’industrie agroalimentaire ne signifie pas particulièrement la fin de ce système productif mais est plutôt liée à l’interaction avec les territoires de proximité et les espaces utiles à la consommation alimentaire2. Le système des appellations d’origine a toujours été un système fortement ancré et exclusivement territorialisé. Sa fonction nourricière est historiquement datée, compte tenu du mode d’attribution d’une appellation d’origine dans le cas de la France (Berard et al., 2004). Les appellations d’origine et leur inscription spatiale sont donc complètement compatibles avec une analyse en termes de zonage en aire urbaine (ZAU cf. Encart méthodologique 1 et 2) puisqu’une partie parfois non négligeable de leurs marchés va se tourner vers des espaces urbains de proximité.

Encart méthodologique 1 : Le ZAU 2010

Le Zonage en Aire Urbaine peut traduire en partie le processus de métropolisation même si l’on sait qu’il n’est pas complètement satisfaisant. Ce zonage est d’abord évalué sur la base des caractéristiques fonctionnelles de l’espace du fait des mobilités occasionnées par l’emploi au lieu de travail et aussi par le volume d’habitants au lieu de résidence. Comme toute typologie, le ZAU est un choix qui reste pertinent car compatible avec les échelles mobilisées dans ce travail.

De manière générale, une aire urbaine est un ensemble de communes, d’un seul tenant et sans enclave, constitué par :
– un pôle (unité urbaine) offrant un certain nombre d’emplois,
– des communes rurales ou unités urbaines périphériques (communes appartenant à la couronne du pôle ou communes multi-polarisées) dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci.

Le Zonage en aires urbaines 2010 (ZAU 2010), établi selon le recensement de la population 2008 et mis à jour dans la géographie de référence au 01/01/2011, distingue les grandes aires urbaines avec un pôle offrant plus de 10 000 emplois, les moyennes aires de 5‎‏ 000 ‏à‏ 10 ‏‎000 emplois ‎et les petites aires de 1 500 à 5 000 emplois. Une dernière catégorie rassemble les communes isolées hors influence des pôles.

Dans l’optique de détecter dans notre analyse les mécanismes différenciés éventuels au sein des espaces périphériques, nous avons regroupé les communes en cinq classes selon leur catégorie au sein du découpage en aires urbaines 2010 :
– les pôles urbains ;
– les périphéries des pôles urbains ou « espace périurbain » ;
– les moyens et petits pôles ;
– les périphéries des moyens et petits pôles ;
– les communes isolées hors influence des pôles.

Source : INSEE, ZAU, 2010.

Encart méthodologique 2

Une méthodologie originale réalisée en trois étapes est privilégiée‏ :‏

– Une sélection des communes selon qu’elles possèdent ou non au moins une appellation d’origine contrôlée (cf. étape 1).
– Ensuite, une sélection des classes de produits (CUE) en fonction de deux types d’indications géographiques disponibles dans la base de données de l’INAO : les appellations d’origine contrôlée ou les appellations d’origine protégée (IG = AOP ou AOC) (début étape 2, encadré 2).
– Une typologie de qualification en croisant les nombres d’indications géographiques avec les systèmes de production élaborés au sein des territoires, pouvant donner lieu à une analyse spatiale de la qualification à travers leur position dans le Zonage en Aires Urbaines (ZAU) (étape 3). Pour cela, nous avons extrait des bases de données INSEE les communes en fonction du ZAU selon la dernière définition de 2010 (cf. encadré 1).

  • 3 Certaines AOC et leur territoire respectif composent entre marchés régionaux et marchés internation (...)

10Il n’est pas rare en effet d’observer qu’une grande majorité des débouchés se font sur des territoires régionaux, et notamment ceux où les densités urbaines sont les plus significatives (Brand., Bonnefoy., 2011). Comme l’explique Ascher (2001), la nourriture reste emblématique du local et, de ce fait, se détache fortement de la logique de consommation qui est plus fortement liée à un processus global. Ainsi, les logiques alimentaires peuvent en partie être dans une tension entre, d’une part, une déterritorialisation de l’alimentation, notamment lorsque les produits alimentaires ont un caractère standard et non typique et, d’autre part, une reterritorialisation comme lors des crises de confiance qui favorisent la production de symboles territoriaux, et dans lesquelles les AOC et les produits de terroir prennent toute leur place et renforcent leur pertinence. « Cette reconnexion avec l’espace nourricier de proximité » (Brand, Bonnefoy, 2011) varie en fonction du potentiel foncier, des échelles spatiales et surtout territoriales où les aires métropolitaines ont une réelle capacité d’organisation qui autorise à considérer un triptyque élargi entre ville, alimentation et agriculture3.

II – Quelles formes d’inscriptions spatiales des territoires d’appellation d’origine en France ?

11Les communes françaises dotées d’au moins une appellation d’origine contrôlée sont au nombre 23 412, soit 64 % des effectifs nationaux. Ainsi, 13 156 communes (36 %) n’ont pas d’appellation d’origine sur leur sol. Cette répartition est également marquante lorsqu’on observe le nombre d’appellations par commune. Parmi celles qui ont une appellation d’origine, 59 % ont au plus deux dénominations, et l’on trouve encore près de 3 000 communes qui ont quatre appellations simultanées. Les communes qui ont au moins cinq appellations sont également au nombre de 3 000 environ, et représentent 10 % des cas français (tabl. 1).

12À travers l’examen du nombre d’IG par commune, nous nous ramenons à la dualité mono-/multi-qualification. Globalement, un tiers des communes françaises qualifiées (35,4 %) le sont en mono-qualification dans le sens où elles ne détiennent qu’une seule IG, les deux tiers restants étant en multi-qualification relativement à la présence d’au-moins deux IG sur leur territoire.

Tableau 1 – Répartition des Appellation d’origine en nombre de communes en France

Nombre d’IG (AOC ou AOP)

Nombre de communes

Communes avec IG

(en %)

Total

(en %)

aucune

13 156

36

1

8 256

35,4

64

2

5 476

23,4

3

3 714

15,9

4

2 945

12,6

5 et plus

2 981

12,7

Total

36 568

100

100

Source : INAO, 2010

1. Localisation des communes sous appellation d’origine : des ensembles spatiaux variés

13À partir de la figure 1, nous pouvons visualiser globalement deux cas : les zones où il y a présence d’AO et celles en blanc qui n’en sont pas pourvues. Ces zones non-pourvues le sont pour plusieurs raisons. Il peut s’agir de bassins d’agriculture intensive dotés de fortes capacités productives avec des rendements à l’hectare parmi les plus élevés de France. C’est le cas du Nord-Pas-de-Calais ou de la Beauce, où les rentes foncières ne sont pas compatibles avec des rentes d’appellation (Dedeire, 2002 ; Pecqueur, 2006). Ce peut être aussi des zones d’agriculture plus difficiles à maintenir, comme autour des Ardennes, de la Limagne et du nord-est du Périgord, ou encore une agriculture très spécialisée dans la valorisation foncière comme dans les Landes en Aquitaine. C’est enfin l’Armorique qui voit des territoires de l’agro-industrie se concentrer sur des productions fortement standardisées à la fois consommatrices d’espace et ne laissant que peu de place au maintien des agricultures plus typiques de labellisation territoriale.

14Quant aux zones pourvues en indications géographiques (AO), leur inscription spatiale au niveau national reflète un certain nombre d’ensembles territoriaux très distincts.

15En premier lieu, nous pouvons observer qu’un ensemble vaste de territoires d’appellation couvre une aire comprise entre la ville de Nantes, la région de Touraine, les limites du Limousin, pour descendre jusqu’à la ville de Bordeaux et en remonter sur la pointe Médoc. Cette zone est caractérisée par une forte diversité d’indications géographiques, puisqu’un certain nombre de ces zones possède entre trois et cinq indications. Ce premier ensemble est également fortement marqué par une réelle diversité des types de produits d’appellation réalisée au niveau de ces communes. Il n’est pas rare de trouver entre trois à cinq classes de produits pour certaines d’entre elles, c’est le cas notamment d’une bonne partie des Charentes.

16Nous avons également une seconde zone où la diversité en nombre d’indications est plus polarisée, un ensemble géographique où, majoritairement, les communes ont entre une et deux indications géographiques. C’est le cas d’une diagonale comprise entre le Pas-de-Calais et les limites de l’Ille-et-Vilaine. Dans cet ensemble, la Basse-Normandie dénote en associant un nombre d’IG très significatif avec un modèle productif basé sur une vraie diversité de produits (fig. 1 et 2).

Fig. 1 – Le nombre des appellations d’origine par commune (France, 2010)

Fig. 1 – Le nombre des appellations d’origine par commune (France, 2010)

Fig. 2 – Le nombre de classes de produits en AO par commune (France 2010)

Fig. 2 – Le nombre de classes de produits en AO par commune (France 2010)

17Un troisième ensemble beaucoup plus éclaté va de l’est parisien pour couvrir la zone champenoise, jusqu’au territoire alsacien à l’est, pour ensuite toucher la Franche-Comté et la Bourgogne, et terminer avec les Savoie. De nombreux territoires viticoles s’associent dans cette zone à des territoires d’appellation plus diversifiée autour de l’élevage et riches en appellations fromagères alliant, jusqu’aux limites de la Savoie, des systèmes productifs multi-qualifiés même si le degré de spécialisation reste important.

18Le quatrième ensemble, très complexe, est aussi géographiquement vaste puisqu’il associe à la fois des territoires du Massif central avec les zones les plus méridionales du territoire national, allant jusqu’au pourtour méditerranéen.

19Il reste trois entités beaucoup plus circonscrites : le territoire gersois, la Corse et la zone pyrénéenne autour du département des Pyrénées-Atlantiques. Les deux premières entités ont pour caractéristique d’être fortement diversifiées en nombre d’indications géographiques et en nombre de classes de produits, ce qui permet d’y repérer des territoires multi-qualifiés et diversifiés en termes de systèmes productifs.

20L’examen du nombre de classes de produits fait référence, cette fois-ci, à la dualité spécialisation/diversification du système productif d’appellation (tabl. 2 et fig. 2). Sur le plan statistique, 15 340 communes n’ont qu’une seule classe de produits AOC, ce qui représente 66 % des communes d’appellation. Les communes ayant deux classes de produits sont beaucoup moins importantes (4 631, soit 20 %) et celles ayant entre trois et cinq produits représentent 3 444 entités communales (soit 15 %). On retrouve ces dernières essentiellement dans le département de Charente-Maritime jusqu’aux limites du Périgord, dans le département de la Manche et une partie du Calvados et de l’Orne, ou encore sur le département du Gard et dans des zones beaucoup plus fines de l’Ardèche, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône. Il est à noter qu’il y a une très forte homogénéité communale pour la Corse, l’intégralité de l’île de beauté étant couverte par la catégorie des trois à cinq produits différents. Le Gers présente également un cas similaire en étant intégralement investi, pour sa part, dans deux classes de produits.

Tableau 2 – Les classes de produits selon la classification de l’Union européenne (AOC et AOP)

Classes de produits (CUE)

Pourcentages de communes

Fromages

42,5 %

Vins

15,4 %

Viandes et abats frais

9,8 %

Huiles et matières grasses (beurre, margarine, huiles, etc.)

9,1 %

Eaux-de-vie

7,3 %

Fruits, légumes et céréales en l’état ou transformés

6 %

Autres boissons alcoolisées

5,3 %

Autres produits d’origine animale (œufs, miel, produits laitiers sauf beurre, etc.)

2,6 %

Huiles essentielles

0,8 %

Autres produits de l’annexe I du traité (épices, etc.)

0,03 %

Foin

0,03 %

Poissons, mollusques, crustacés frais et produits dérivés

0,02 %

Base de 23 412 communes ayant une AOC-AOP.

Sources : INAO 2010.

  • 4 La multi qualification se décline pour tenir compte de la diversité des cas d’appellation même lors (...)

21Un regard croisé entre la mono-/multi-qualification4 des territoires d’appellation et la spécialisation/diversification de leur système productif nous permet de déboucher sur une typologie de la qualification en trois classes (fig. 3‎)‎‏ : ‏une première classe dite de‏ «  mono-qualification‏ » où‏ 8 295 ‏communes ‎‎(35,4‎‏ % ‏du territoire national qualifié‏) détiennent une seule IG en appellation ‎d‏’‏origine basée‏ ‏sur une seule classe de produits, une seconde classe dite de‏ ‏‏« multi-qualification spécialisée » ‏concernant 7‎‏ 045 ‏communes (30,1‎‏ %) ‏qui‏, ‏à‏ ‏partir‏ ‏également d‏’‏une classe de produits unique, développent cette fois-ci ‎plusieurs IG, et enfin une troisième classe dite de‏ « multi-qualification ‎diversifiée‏ » ‏dans laquelle 8‎‏ 072 ‏communes (34,5‎‏ %) s’‏investissent dans ‎plusieurs classes de produits pour détenir plusieurs IG. Comme on peut le ‎constater, la répartition ‎ de l’ensemble des communes d’appellation françaises dans les trois types de qualification s’équilibre de manière quasi-parfaite (1/3, 1/3, 1/3). C’est cette typologie que l’on examinera maintenant au prisme du zonage en aires urbaines.

2. Les territoires de la qualification territoriale confrontés au zonage en aires urbaines : une influence métropolitaine ?

22Lorsque l’on croise les territoires d’appellation avec le zonage en aires urbaines (fig. 3, fig. 4 et tabl. 3), nous constatons que près de 50 % des appellations se situent au sein des grandes aires urbaines, c’est-à-dire les grands pôles (7,7 %) les couronnes d’un grand pôle (31,4 %) et les communes multi-polarisées des grandes aires urbaines (10,7 %). Cette première expression en termes de localisation illustre la forte relation qui existe entre les territoires d’appellation et l’espace soumis aux influences urbaines de façon générale. À l’autre extrémité du zonage, les communes isolées, sous-entendues s’affranchissant de la métropolisation, représentent 22 % des territoires d’appellation. Ces communes qui ont pour caractéristique d’être hors influence des pôles, sont aussi la plupart du temps des communes de faible densité. Une autre recherche (Dedeire, Razafimahefa, 2012) a montré que, sur les communes de moins de 30 habitants au kilomètre carré, au nombre de 15 558 en France, on obtient un peu plus de 10 000 communes qui ont une appellation d’origine contrôlée. Cela veut bien dire que la faible densité est pour partie dans un rural isolé mais peut aussi appartenir à d’autres aires polarisées, illustrant ainsi une certaine complexité en termes d’aménagement du territoire, les zones d’appellation ayant des fonctions et impacts différents selon cette typologie en aires urbaines.

Tableau 3 – Croisement communal entre la typologie de la qualification et le ZAU (2010)

Zonage en aires urbaines 2010

Type de qualification

1. Pôles
urbains

2. Péri-

urbain

3. Moyens et petits pôles

4. Périphéries des moyens et petits pôles

5. Communes isolées

Total général

Effectifs (et pourcentages lignes)

1. Mono-qualification

614

(7,4 %)

3 474

(41,9 %)

329

(4 %)

2 264

27,3 %)

1 614

(19,5 %)

8 295

(100 %)

2. Multi-qualification spécialisée

563

(8 %)

3 287

(46,7 %)

232

(3,3 %)

1 314

(18,6 %)

1 649

(23,4 %)

7 045

(100 %)

3. Multi-qualification diversifiée

632

(7,9 %)

3 103

(38,4 %)

381

4,7 %)

2 148

(26,6 %)

1 808

(22,4 %)

8 072

(100 %)

Total général

1 809

(7,7 %)

9 864

(42,1 %)

942

(4 %)

5 726

(24,5 %)

5 071

(21,7 %)

23 412

(100 %)

Unité : nombre de communes

Sources : INAO 2010 et INSEE ZAU (2010).

Fig. 3 – Localisation des territoires de qualification : rapport entre nombre d’IG et classes de produits (France, 2010)

Fig. 3 – Localisation des territoires de qualification : rapport entre nombre d’IG et classes de produits (France, 2010)

Fig. 4 – Le zonage en aires urbaines pour les communes ayant des appellations d’origine (France, 2010)

Fig. 4 – Le zonage en aires urbaines pour les communes ayant des appellations d’origine (France, 2010)

23Au sein des autres aires polarisées c’est-à-dire concernant les moyens et petits pôles et leurs périphéries, 28,5 % des communes (environ 6 600) s’insèrent dans un schéma de qualification liée à l’origine. Sur ce cas, nous pouvons expliquer deux types de fonctionnements territoriaux. D’une part, on trouve un système d’espaces intermédiaires relativement encadrés par des espaces de grande influence métropolitaine, c’est le cas par exemple du Pays-de-la-Loire où l’appellation d’origine constitue un véritable outil d’aménagement lié à la complexité de la diffusion urbaine et de ses influences (fig. 4). D’autre part, on a affaire à un système d’espaces beaucoup plus axés sur la relation villes-campagnes, des territoires de villes intermédiaires complétés d’un ensemble rural hors influence d’un pôle. Cette situation exprime une relative autonomie dans la trajectoire de qualification où les relations villes-campagnes ne constituent pas toujours une priorité, comme dans le cas où l’appellation d’origine est mobilisée en matière de préservation des espaces qualifiés. Le Massif central reflète bien cette situation au sein de ses contreforts liés aux arrière-pays méditerranéens, mais également sur sa partie la plus élevée sur une étendue relativement importante. Sur cette dernière illustration, des trajectoires de qualification qui permettent de croiser les systèmes productifs à forte consommation d’espace avec de la faible densité rurale se mettent en place, accompagnant une valorisation de l’espace productif agricole au sein de l’économie locale de ces communes.

24Comme nous l’avons évoqué précédemment, on observe globalement un équilibre numérique entre les territoires de la mono-qualification (1/3 des communes), ceux de la multi-qualification spécialisée (1/3) et ceux de la multi-qualification diversifiée (1/3). Cette répartition équilibrée n’exprime pas forcément une homogénéité spatiale au regard de la typologie en aires urbaines (fig. 4 et fig. 5). En effet, d’une part, comparativement aux deux autres types de qualification, la mono-qualification a tendance à s’affirmer dans les périphéries des moyens et petits pôles. D’autre part, au sein des espaces périurbains, la multi-qualification (spécialisée et diversifiée) est surreprésentée avec 42 % des communes d’appellation d’origine. Si l’on ajoute les pôles urbains, cela revient à presque 50 % des communes sous appellation d’origine qui sont en lien de proximité géographique avec la ville. Proportionnellement, la multi-qualification spécialisée se retrouve plus fréquemment sur deux types d’espace : les espaces périurbains mais aussi les communes isolées. Cette dichotomie est à mettre en perspective avec le système productif qui s’y localise, tantôt orienté vers des cultures pérennes comme la vigne par exemple, ou encore des systèmes productifs où les superficies doivent être étendues, et l’on retrouve les dynamiques de l’élevage extensif des communes rurales isolées. Enfin, les territoires de la multi-qualification diversifiée structurent relativement de manière plus significative les pôles de petite et moyenne tailles et leurs périphéries pour offrir des systèmes territoriaux et spatiaux d’une grande diversité. Ce dernier cas est un modèle très intéressant puisqu’il fait l’hypothèse d’une forte complémentarité entre les pôles et les périphéries (en termes d’emploi et de résidence) avec la diversité des systèmes productifs ; ces espaces souvent à forte ruralité mais polarisés constituent des ensembles territoriaux plutôt multifonctionnels.

Fig. 5 – Croisement entre qualification et zonage en aires urbaines (2010) et comparaison au profil général de l’ensemble des communes qualifiées

Fig. 5 – Croisement entre qualification et zonage en aires urbaines (2010) et comparaison au profil général de l’ensemble des communes qualifiées

25L’étude de la qualification territoriale selon le zonage en aires urbaines montre que l’INAO a développé un modèle de qualification compatible avec des espaces fortement polarisés, et l’on peut considérer les concurrences foncières et leurs modes de gestion entre territoires d’appellation et développement urbain (Levesque et al. 2011). On observe également que, dans les communes isolées, ces espaces de qualification peuvent revêtir un caractère spécifique car ils cohabitent souvent avec des agricultures traditionnelles et conventionnelles, ce qui montre parfois une relative capacité des territoires ruraux à développer plusieurs types de stratégie. La présence significative pour ces communes de la multi-qualification diversifiée se justifie au regard des types de territoires considérés, c’est par exemple le cas du Gers, mais aussi des zones sud de l’Aude, le sud de Saintonge jusqu’au nord-est du Périgord.

III – Dynamiques agricoles et processus de métropolisation des territoires de qualification : formes particulières de résilience territoriale ou véritable trajectoires territoriales ?

  • 5 Pour l’ensemble des communes.

26Au sein des communes françaises ayant une appellation, le nombre d’exploitations a régressé de 26,7 % entre 2000 et 20105. Les appellations ‎d’origine ont une certaine influence sur cette évolution des structures agricoles et leurs dynamiques. Si l’on analyse les territoires des AO sous l’angle des dynamiques des exploitations, globalement, 50,6 % des communes (au nombre de 11 855) ont une baisse du nombre des exploitations plutôt moins rapide que la moyenne nationale. Pour 19 % des communes, une augmentation du nombre des exploitations est constatée sur la période (tabl. 4). En termes de type de qualification, hormis les communes en multi-qualification diversifiée (53 %), les autres communes voient plus souvent une baisse modérée du nombre d’exploitations sur leur sol que l’inverse, la mono-qualification arrive à amortir la baisse (52,3 %), tout comme la multi-qualification spécialisée (52,9 %).

Tableau 4 – Évolution du nombre d’exploitation agricole selon la typologie de la qualification

Augmentation du nombre d’exploitation agricole

Diminution moins rapide du nombre d’exploitation agricole par rapport à la moyenne nationale

Diminution plus rapide du nombre d’exploitation agricole par rapport à la moyenne nationale

Total

Communes en Monoqualification

19,9 %

32,4 %

47,7 %

100 %

Commune en Multiqualification spécialisée

22,1 %

30,8 %

47,1 %

100 %

Communes en Multiqualification diversifiée

15,4 %

31,6 %

53,0 %

100 %

Total

19 %

31,6 %

49,4%

100 %

27Le fait que le système communal de la multi-qualification diversifiée (53 %) soit plus impacté s’explique d’une part par une localisation littorale fortement soumise au processus d’urbanisation comme en méditerranée (Sud-Est) et aussi en Atlantique et en Manche et d’autre part, ces communes constituent des ensembles très homogènes de territoire et s’inscrivent dans des processus régionaux en cours.

1. Influence métropolitaine et évolutions agricoles des territoires d’appellation d’origine

28L’appartenance des communes d’appellation à un type ou un autre du ZAU peut aussi renforcer ou au contraire faire régresser plus rapidement la démographie des exploitations agricoles (fig. 6). Ainsi, pour les deux types de qualification, mono et multi-qualifié mais spécialisé, ils parviennent à freiner la baisse du nombre de leurs exploitations. Cette lecture globale doit cependant être aussi spatialisée car les formes de polarisation peuvent aider à comprendre les dynamiques agricoles. En effet, on constate que, par rapport au profil général (fig. 6), la mono-qualification est plus impactée dans les pôles urbains, mais par contre se retrouve en situation plus favorable dans le périurbain et les périphéries des moyens et petits pôles. Pour ce qui est des modèles multi-qualifiés, plus l’espace est de faible polarisation, plus la résistance de ces types est importante, notamment pour les agricultures d’appellation diversifiée. Il en est ainsi pour les communes rurales isolées qui, si elles ont globalement une situation plus favorable que les autres types d’espace, semblent plus particulièrement être portées de façon très significative par des modèles de multi-qualification et forment des lieux de résistances agricoles marqués. À contrario, dans les moyens et petits pôles, la multi-qualification diversifiée est plus souvent marquée par une baisse importante du nombre des exploitations agricoles, bien plus aggravée que la moyenne nationale. Toutefois, le nombre de communes dans ce cas reste limité car cette catégorie spatiale ne concerne que 4 % des communes qualifiées françaises.

Fig. 6 – Évolution du nombre d’exploitations par type de qualification et par type d’espace

Fig. 6 – Évolution du nombre d’exploitations par type de qualification et par type d’espace

29La dynamique des exploitations se maintient mieux par rapport à la moyenne nationale pour les communes isolées car elles ont une résistance plus forte que les autres catégories. Les différenciations spatiales se retrouvent aussi dans les territoires de la moyenne périphérie qui réussissent à limiter l’impact de la régression à travers la mono-qualification de leur agriculture de qualité. De son côté, la multi-qualification diversifiée évolue elle aussi dans des espaces très différents, elle est très dynamique sur le plan démographique dans les communes rurales isolées, et connaît également une baisse assez limitée du nombre des exploitations dans les périphéries des moyens et petits pôles. La dynamique favorable au sein de la multi-qualification spécialisée serait plutôt l’apanage des communes isolées et du périurbain. Les territoires communaux où l’érosion du nombre d’exploitation est plus intense que la moyenne nationale concernent, massivement et tous types de qualification confondus, d’abord les pôles, qu’ils soient grands, moyens ou petits, et dans une moindre mesure certaines zones périurbaines ; les communes rurales isolées sont en nombre limité dans ce cas.

30Cette vision globale fait bien émerger un double phénomène. D’une part, une trajectoire de mono-qualification accentuée sur des espaces d’influence urbaine, notamment périphériques, alors que pour les espaces plus ruraux, c’est la trajectoire de diversification qui permet un processus de maintien des exploitations alors qu’elle serait moins dynamique dans les zones plus urbaines. Autre élément d’importance, le profil national (fig. 6) se rapproche de celui des zones périurbaines ce qui exprime dans cette tranche de ZAU, de réels enjeux en termes d’aménagement du territoire pour le futur.

2. Une lecture spatiale des dynamiques

31Sur le plan spatial (fig. 7), des ensembles très homogènes se dessinent lorsque l’on va articuler dynamique agricole et qualification.

Fig. 7 – Relation entre qualification et dynamique des exploitations agricoles

Fig. 7 – Relation entre qualification et dynamique des exploitations agricoles

32Dans le contexte de déclin du nombre d’exploitations plus rapide que la moyenne nationale, c’est autour des territoires multi-qualifiés que l’on observe trois zones formant de grands blocs territoriaux de dimension régionale. Une première zone est située autour des Savoie où la multi-qualification spécialisée ne permet pas un maintien des exploitations agricoles. Nous avons un même constat autour de la région de Nantes où, là aussi, la situation reste marquée par un faible dynamisme pour une bonne partie des communes. Enfin, en Normandie et dans la Manche, tout comme dans les zones charentaises et poitevines, les situations sont plus mitigées : des communes en déclin et liées à la multi-qualification diversifiée se juxtaposent à des communes de même type de qualification mais aux résistances démographiques plus soutenues.

33Dans le modèle de mono-qualification couplée à une résistance des exploitations agricoles, on peut citer le département des Pyrénées-Atlantiques, et également un ensemble cohérent sur une zone comprise entre la Picardie et le département du Pas-de-Calais, où les productions liées à la viande et aux abats frais permettent encore de dynamiser ce type de territoire fortement en prise avec des zones périurbaines. Enfin, nous observons de très nombreuses communes qui s’en sortent plutôt bien, grâce notamment à certaines productions fromagères ou viticoles dans les régions de Dijon, ou encore les tranches est du Massif central autour de la Lozère ou de la Loire. De manière générale, ce modèle de trajectoire de qualification est surtout largement marqué par des dynamiques fromagères.

34Les figures 8a, 9a et 10a sont relatives aux types de qualification qui n’ont subi qu’une hausse ou une faible baisse du nombre d’exploitations entre les deux recensements agricoles de 2000 et 2010, tandis que les figures 8b, 9b et 10b sont celles de la forte réduction du nombre.

Fig. 8 – Monoqualification, zonage en aires urbaines et dynamique démographique des exploitations agricoles

Fig. 8 – Monoqualification, zonage en aires urbaines et dynamique démographique des exploitations agricoles

Fig. 9 – Multi-qualification spécialisée, zonage en aires urbaines et dynamique démographique des exploitations agricoles

Fig. 9 – Multi-qualification spécialisée, zonage en aires urbaines et dynamique démographique des exploitations agricoles

Fig. 10 – Multi-qualification diversifié, zonage en aires urbaines et dynamique démographique des exploitations agricoles

Fig. 10 – Multi-qualification diversifié, zonage en aires urbaines et dynamique démographique des exploitations agricoles

35Sur la figure 8a, on peut constater que les communes rurales isolées connaissent une bonne tenue du nombre des exploitations, ce qui montre la capacité de la qualification territoriale à produire des effets de résistance agricole. C’est également dans ce type de territoire que l’on mesure une relative stabilité du degré de spécialisation agricole des exploitations traduit par leur orientation technico-économique (OTEX).

36Si l’on s’intéresse à d’autres territoires ruraux, comme par exemple le Massif central, la situation semble y être différente, notamment dans les proximités de ses grandes métropoles. Une étendue importante est affectée à la multi-qualification spécialisée, et l’on constate un continuum de communes qui bénéficient également d’une bonne résistance en termes de déclin du nombre d’exploitations. À la différence des Pyrénées-Atlantiques largement dominées par des communes isolées, ce continuum alterne avec des espaces de plus forte polarisation, notamment des espaces périurbains ou des moyens et petits pôles (fig. 9a). Une autre zone avec un caractère moins rural, formée d’une partie du Jura et du Territoire de Belfort notamment, est en étroite interaction avec des territoires plus urbanisés autour de pôles intermédiaires, formant ainsi un bassin où la multi-qualification spécialisée s’accompagne d’une dynamique agricole plutôt satisfaisante.

37Sur cette même figure 9a, nous avons deux autres blocs qui ont chacun une logique bien différente.

  • Un premier bloc est formé d’une frange Aquitaine venant de Bergerac pour aller jusqu’aux limites du Médoc où la dynamique viticole se réalise dans un contexte de forte urbanisation. Dans ces territoires, les pôles urbains constituent encore des zones de résistance des exploitations agricoles du fait d’une valeur foncière couplée à une rente d’appellation d’origine encore favorable au maintien des exploitations. Sur ce même modèle, nous avons également la zone du Champenois qui est plus influencée par des territoires périurbains, où la polarisation régionale est moins soutenue, il n’apparaît pas de pôles urbains dynamiques mais plutôt un ensemble de communes périurbaines relativement homogènes qui supportent une agriculture encore présente massivement.

  • Un deuxième bloc plus proche de Paris, jusqu’aux limites Est de l’Ile-de-France avec les productions fromagères, indique que, là aussi, une relative stabilité des exploitations agricoles se réalise dans un contexte où l’étendue du zonage d’appellation reste un point fondamental (Delfosse, 1999). Nous sommes encore dans un système productif extensif consommateur d’espace, qui résiste bien à la présence de la périphérie urbaine d’une des grandes capitales européennes.

38La multi-qualification diversifiée (fig. 10a) fait état de six ensembles géographiques relativement homogènes.

  • Dans un premier ensemble charentais, ce type de qualification se réalise dans un contexte de grande diversité en termes de zonage en aires urbaines puisque l’on observe à la fois du périurbain, des périphéries de moyens et petits pôles, et des communes isolées, tous concernés encore par une dynamique agricole favorable. Il s’agit de territoires de très grande diversité agricole, ce qui peut d’ailleurs expliquer en partie ces dynamiques.

  • Le second cas concerne le territoire alsacien qui présente également une diversité d’appellations, et il est aussi plutôt résistant à l’érosion démographique. Les appellations fromagères ou liées à d’autres produits d’origine animale accompagnent cette dynamique territoriale. Ce territoire alsacien est également marqué par une structure urbaine plutôt fortement polarisée, ce qui explique que les appellations d’origine représentent un enjeu important en matière d’aménagement de son territoire.

  • La troisième zone se trouve à l’Est du pourtour méditerranéen. La présence dans ce secteur de cultures pérennes, avec les productions d’huiles végétales notamment mais également les dynamiques fruitières, se place dans un contexte de forte métropolisation, notamment pour la partie littorale. La résistance du tissu agricole dans cette zone permet véritablement de considérer l’appellation d’origine comme un mode de faire-valoir des agricultures périurbaines ou urbaines. C’est un exemple caractéristique qui montre l’importance d’une dynamique urbaine contrôlée, et où l’agriculture basée sur des productions de qualité se maintient avec une réelle efficacité.

  • Les deux départements de Corse sont également sur ce même scénario, couverts par une multi-qualification diversifiée, notamment pour sa partie la moins urbaine (c’est-à-dire en-dehors de Bastia et Ajaccio) et la moins littorale. L’analyse du cas de la Corse doit se faire dans la comparaison entre les figures 10a et 10b. Les zones de résistance sont plutôt des communes rurales ou des pôles intermédiaires alors que celles qui sont impactées par le processus d’érosion démographique plus intense que la moyenne nationale sont les aires urbaines de Bastia et Ajaccio. La Corse est donc un territoire à deux vitesses où la qualification possède un réel enjeu du fait de la grande diversité de son système productif, l’un des plus marquants du territoire national.

  • Enfin, il reste le cas du Gers. Existe-il un modèle gersois avec une trajectoire de qualification ? Le département du Gers est marqué sur sa partie occidentale par un zonage en AOC continu et fortement basé sur la multi-qualification diversifiée (plusieurs IG et classes de produits). Avec 249 communes qualifiées (soit 53,8 % de son territoire), ce département possède 12 AOC différentes, avec en majorité (63,5 %) des communes qui ont quatre appellations, mais le nombre d’AOC simultanées par commune peut grimper jusqu’à sept. Le Gers débute son expérience en AOC en 1936, avec l’Armagnac, le Haut-Armagnac, le Bas-Armagnac et l’Armagnac-Ténarèze, viennent ensuite la Madiran en 1948, et le Pacherenc du Vic-Bilh la même année. Il faudra attendre ensuite les années 1970 pour la création de l’AOC Vin de Béarn et le Floc de Gascogne (1990), et les années 2000 avec La Blanche d’Armagnac (2005) et les vins de Saint-Mont, Tursan et des Côtes-du-Brulhois (2011). Ce territoire d’appellation d’origine est donc ancien, ce qui peut être un critère distinctif et explicatif de la capacité de cette zone à conjuguer dynamique agricole et processus de qualification. En effet, une grande partie (65 %) de ces 249 communes est peu érodée démographiquement comparée à la moyenne nationale, dont 45 communes qui ont même connu une hausse brute du nombre d’exploitations entre 2000 et 2010. Le Gers voit surtout ses terroirs se maintenir sur une trajectoire de qualification bien ancrée. Près de 60 % des communes n’ont pas de spécialisation agricole marquée, et peuvent en partie baser leur développement rural sur la complémentarité avec les autres produits agricoles sans signe d’indication géographique. Cette non-spécialisation alliée à une multi-qualification diversifiée en appellations d’origine permet une bonne tenue des exploitations agricoles car ce modèle gersois est très peu influencé par le processus de métropolisation : en effet, une part conséquente de son territoire correspond à des communes isolées ou des périphéries moyennes. Le cas du Gers est un vrai modèle naissant dès le début du xxe (Laurent, 1911) et qui se dessine et se renforce avec le temps.

Conclusion et perspectives

39En conclusion, nous pouvons considérer cette approche des appellations d’origine suivant un contexte de métropolisation comme originale dans la mesure où l’on observe des situations très variées, avec des constructions territoriales qui montrent la diversité de modèles de qualification et leurs interactions réelles ou potentielles avec les aires urbaines. Les appellations d’origine produisent des territoires à travers une double tension, à la fois celle des aires métropolitaines ou des influences urbaines, mais également par de réelles dynamiques de territoires agricoles capables de projets sur des périodes relativement longues.

  • 6 La question du foncier n’a pas été traitée en tant que telle mais constitue une entrée à privilégié (...)

40Ces modèles de qualification que nous avons catégorisés peuvent être expliqués par un certain nombre d’éléments comme par exemple la relation avec le foncier6 qui peut caractériser un type de dynamique, c’est le cas du Massif central où les acteurs vont utiliser des superficies importantes pour développer leurs modèles de qualification. Également, les indications géographiques et leur mobilisation par les acteurs en termes de développement peut expliquer la situation de certaines zones, comme la Corse qui bénéficie d’une agriculture très bien adaptée à ce modèle de développement, et où les traditions agricoles, forestières mais également alimentaires ont permis le maintien d’un certain nombre d’exploitants dans les territoires notamment de faible densité. La présence d’appellations viticoles dynamiques dans des territoires fortement urbanisés montre également que la pression urbaine conduit une forme d’occupation de l’espace les zonages dans ce cas sont beaucoup plus atomisés. Des espaces de résistance se forment également, montrant ainsi l’intérêt du système d’appellation à protéger des territoires agricoles, en adéquation avec sa fonction première qui avait été imaginée dans les années 1930. La place des armatures urbaines, le rôle des processus de couloir et les questions d’étalement légitiment l’intérêt d’une gestion du foncier agricole dans les espaces urbanisés, et où les phénomènes de protection et d’interrelations entre les espaces urbains et les espaces ruraux méritent une attention particulière.

41Dans certaines situations, la multi-qualification peut être un élément de dynamique paysagère et de développement d’une économie résidentielle qui semble être tout à fait en lien avec la dynamique agricole (Pouzenc et al., 2007). C’est le cas des Basses-Alpes, territoire des Baronnies et de la Provence intérieure, qui développent une diversité de situations susceptibles de construire des territoires de projets même si ces tensions exogènes sur l’agriculture complexifient le système de qualification et sa reproduction sociale. Véritable cadre de vie et aussi enjeu en termes de protection, le système de qualification territoriale a également pour finalité de maintenir un équilibre entre espaces résidentiels et espaces productifs.

42Mais, la question des doubles déserts, qui consiste à observer des zones à la fois sans aucune appellation d’origine et en même temps peu habitées (Dedeire et Razafimahefa, 2012) est également posée dans l’analyse de certains territoires du nord du Massif central, de la périphérie parisienne du grand bassin céréalier, ou encore des Ardennes.

43À l’avenir, il reste une incertitude quant au devenir du système d’indication géographique nationale dans la mesure où le système européen continue de se développer sans forcément retenir les mêmes contraintes que le système français. Aujourd’hui, il existe une tentative de renforcer le caractère territorial des indications géographiques en mettant en avant la capacité de ces systèmes à faire du développement territorial et régional, à produire de véritables trajectoires. Il est aujourd’hui nécessaire de pouvoir comparer notre modèle d’inscription spatiale des appellations d’origine avec des modèles européens qui se mettent en place dans les pays membres de l’Union par le système de règlement des appellations d’origine protégée. Sur ce dernier point, on perçoit un double enjeu, celui de continuer à renforcer les agricultures d’appellations dans un souci de protection des produits, mais également celui de maintenir une agriculture de qualité dans des territoires qui n’auraient pas d’autres alternatives.

Haut de page

Bibliographie

Arnal C., « L’agriculture, élément de la qualité de vie des villes moyennes », Revue d’économie régionales et urbaines, 2, 2012, p. 245-264.

Ascher F., Les nouveaux principes de l’urbanisme, L’aube, Paris, 2001, 105 p.

Ascher F., Métapolis ou l’Avenir des villes, éditions Odile Jacob, 1995, 345 p.

Bailly A., « Le temps des cépages. Du terroir au système-monde », Annales de géographie, 614-615, 2000, p. 516-524.

Bérard L, Marchenay P., Les produits de terroir. Entre cultures et règlements, CNRS éditions, Paris, 2004, 229 p.

Berger A., Chevalier P., Dedeire M., Les Nouveaux territoires ruraux, Eléments d’analyse, Publications de l’Université Montpellier 3, 2005, 305 p.

Brand C., Bonnefoy S., « L’alimentation des sociétés urbaines : une cure de jouvence pour l’agriculture des territoires métropolitains ? », Revue Vertigo, 11, 2, Sept 2011, http://vertigo.revues.org/11199

Chevalier P., Dynamique tertiaire de l’espace rural, Presses universitaires de la Méditerranée, Montpellier, 2002, 353 p.

Dedeire M., Razafimahefa L., « Les espaces ruraux de faible densité : des qualifications territoriales multiples ? Une application à partir de la France rurale », Colloque international ASRDLF, Belfort, 9/11 Juillet 2012, 16 p.

Dedeire M., « La prise en compte du long terme en science
régionale pour une autre lecture des dynamiques spatiales de l’agriculture françaises (1840–1990) », Revue d’économie régionale et urbaine, 2002, 4, p. 597-618.

Delfosse C., La mode du terroir et les produits alimentaires, Éd. Les Indes savantes, 2011, Paris, 357 p.

Delfosse C., « Interaction entre territoires et qualité : l’exemple du brie », Revue Sud-Ouest Européen, n° 6, 1999, p. 31-40.

Doucet C., Activités viticoles et développement régional, Thèse de doctorat de sciences économiques, Université Montesquieu Bordeaux IV., 2002. (Note Bibliographique Sud-Ouest Européen, n° 14, p. 127-129).

Gaigné C., Urbanisation et ré-organisation des systèmes alimentaires. Communication présentée à SPACE 2012 Salon International de l’élevage, Rennes, France (2012) (2012-09-13).

Hamdouch A., Depret M.H., Tanguy C., Mondialisation et résilience des territoires, trajectoires, dynamiques d’acteurs et expériences, Presse Universitaire de Québec, coll. Géographie contemporaine, 2012, 318 p.

Hinnewinkel J.-C., « La vigne, un facteur de construction territoriale en Aquitaine », Sud-Ouest Européen, n° 14, 2002, p. 79-86.

Hirczak M., Dedeire M., Razafimahefa L., Chevalier P., « Systèmes de qualité et trajectoires agricoles : une approche spatiale des disparités et des convergences en France, Italie et Espagne », Revue d’économie régionale et urbaine, 1/2013, p. 11-35.

Laurent G., « L’Armagnac et les pays du Gers », Annales de Géographie, T. 20, n° 110, 1911, p. 143-154.

Levesque R., Liorit D., Pathier G., « Les marchés fonciers ruraux régionaux entre dynamiques des exploitations agricoles et logiques urbaines », Économies et Statistiques, 444-445, 2011, p. 75-97.

Pecqueur B., « Le tournant territorial de l’économie globale », Espaces et sociétés, n° 124-125, 2006, p. 123-139.

Pilleboue J., « Les produits agro-alimentaires de qualité,
remarques sur leurs liens au territoire », Sud-Ouest Européen, n° 6, 1999, p. 69-83.

Pouzenc M., Coquart D., Pilleboue J., et al., « Diversification des modèles de qualité territorialisée des produits agroalimentaires : risque ou opportunité pour les terroirs ? », Méditerranée, n° 109, 2007, p. 31-40.

Rieutort L., « Dynamiques rurales françaises et reterritorialisation de l’agriculture », L’information Géographique, 73, 2009, p. 30-48.

Schirmer R., « Les vignobles et leurs patrimoines, cépages,
architectures et paysages au cœur de la mondialisation », in A. Berger et al. (sous la dir.), Patrimoines, héritages et développement rural en Europe, L’Harmattan, Logiques sociales, 2010, p. 179-203.

Haut de page

Notes

1 Nous ne développerons pas l’ensemble des contextes territoriaux à l’échelle nationale.

2 En France, il faut 0,33 ha en moyenne pour nourrir une personne ; en Île de France, environ 3 millions d’hectares de terre agricole sont nécessaires alors que la SAU d’Ile de France ne couvre que un sixième des besoins (Gaigné, 2012).

3 Certaines AOC et leur territoire respectif composent entre marchés régionaux et marchés internationaux. Dans un certain nombre de cas, les marchés sont majoritairement internationaux ce qui pose la question de la relation entre territoires d’appellations et fonctions nourricières des espaces environnants, comme le modèle fromager « Roquefort » ou le modèle viticole « Bordelais ».

4 La multi qualification se décline pour tenir compte de la diversité des cas d’appellation même lorsque c’est un secteur de spécialisation. Dans le cas viticole (mais cela peut être vrai pour les fromages par exemple), les déclinaisons d’appellation ne sont ici retenues que sur la base du caractère législatif reconnu par l’INAO, c’est-à-dire qu’une commune qui bénéficie de plusieurs appellations est multiqualifiée, même si ces appellations ont des niveaux de réputations différents. Par exemple, la commune de Cadaujac (département de la Gironde) bénéficie de six appellations, Bordeaux, Bordeaux supérieur, Crémant de Bordeaux, Graves, Graves supérieures, Pessac-Léognan, avec sur certaines de ces appellations, des effets gigognes qui bénéficient d’une réalité spatiale à l’échelle des communes.

5 Pour l’ensemble des communes.

6 La question du foncier n’a pas été traitée en tant que telle mais constitue une entrée à privilégiée dans les formes urbaines des agricultures d’appellation (pression) comme dans les systèmes plus extensifs consommateurs d’espaces.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/381/img-1.png
Fichier image/png, 104k
Titre Fig. 1 – Le nombre des appellations d’origine par commune (France, 2010)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/381/img-2.png
Fichier image/png, 284k
Titre Fig. 2 – Le nombre de classes de produits en AO par commune (France 2010)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/381/img-3.png
Fichier image/png, 252k
Titre Fig. 3 – Localisation des territoires de qualification : rapport entre nombre d’IG et classes de produits (France, 2010)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/381/img-4.png
Fichier image/png, 186k
Titre Fig. 4 – Le zonage en aires urbaines pour les communes ayant des appellations d’origine (France, 2010)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/381/img-5.png
Fichier image/png, 325k
Titre Fig. 5 – Croisement entre qualification et zonage en aires urbaines (2010) et comparaison au profil général de l’ensemble des communes qualifiées
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/381/img-6.png
Fichier image/png, 18k
Titre Fig. 6 – Évolution du nombre d’exploitations par type de qualification et par type d’espace
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/381/img-7.png
Fichier image/png, 52k
Titre Fig. 7 – Relation entre qualification et dynamique des exploitations agricoles
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/381/img-8.png
Fichier image/png, 594k
Titre Fig. 8 – Monoqualification, zonage en aires urbaines et dynamique démographique des exploitations agricoles
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/381/img-9.png
Fichier image/png, 470k
Titre Fig. 9 – Multi-qualification spécialisée, zonage en aires urbaines et dynamique démographique des exploitations agricoles
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/381/img-10.png
Fichier image/png, 433k
Titre Fig. 10 – Multi-qualification diversifié, zonage en aires urbaines et dynamique démographique des exploitations agricoles
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/381/img-11.png
Fichier image/png, 458k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Dedeire et Lala Razafimahefa, « Les territoires des appellations d’origine en France : entre métropolisation et qualifications territoriales », Sud-Ouest européen, 36 | 2013, 9-28.

Référence électronique

Marc Dedeire et Lala Razafimahefa, « Les territoires des appellations d’origine en France : entre métropolisation et qualifications territoriales », Sud-Ouest européen [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 18 septembre 2014, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/381 ; DOI : 10.4000/soe.381

Haut de page

Auteurs

Marc Dedeire

Maître de Conférences UM3 - ART-Dev - UMR 5281 - Université Montpellier 3 - Site Saint-Charles - Rue Henri Serre - 34090 Montpellier
marc.dedeire@univ-montp3.fr

Lala Razafimahefa

Ingénieur d’études CNRS - ART-Dev - UMR 5281 - Université Montpellier 3 - Site Saint-Charles - Rue Henri Serre - 34090 Montpellier
lala.razafimahefa@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals