Navigation – Plan du site
Notes bibliographiques

Production et circulation des normes pour l’action territoriale

Mariette Sibertin-Blanc
p. 171-173
Référence(s) :

Ph. Bonnal, P. Chevalier, M. Dedeire, J.-M. Sourisseau (dir.), Production et circulation des normes pour l’action territoriale, Presses universitaires de la Méditerranée, 2016.

Texte intégral

1Dès le titre, cet ouvrage annonce son ambition : croiser une approche plutôt politiste avec des analyses aménagistes et géographiques, qui se complètent et permettent la confrontation des regards et des expériences à l’international sur cette thématique complexe. En urbanisme-aménagement, la notion de « circulation » est privilégiée pour décrire comment certains modèles de développement – essentiellement urbains – sont répliqués, traduits, souvent d’ailleurs au mépris des spécificité socio-politiques locales : éco-quartiers, villes créatives, ou Business Central Districts ont largement été analysés en tant que tels mais aussi précisément dans ce que ces modèles de développement sont répliqués, diffusés par des acteurs spécifiques, relevant d’un marketing urbain souvent a-territorialisé (et donc peu efficaces in fine dans leur capacité à répondre aux problèmes initiaux). Favorisant une approche inscrite dans les recompositions de l’action territoriale (notamment la territorialisation et la décentralisation de l’action publique), cet ouvrage collectif présente une focale singulière de l’action territoriale, s’intéressant à la fois à des formes spatiales spécifiques (le quartier, le périurbain, la commune, etc.), à des types d’organisation (communauté agricole par exemple, municipalisation), à des dispositifs (projet urbain, projet éducatif, label d’indication géographique, etc.), voire à des objectifs de développement (conservation de la nature, modernisation des hôpitaux). Autant d’angles d’attaque qu’une quarantaine d’auteurs mobilisent pour éclairer l’idée selon laquelle, au nord comme dans les suds, dans les espaces peu denses comme dans les villes, circulent un certain nombre de référentiels et de modes d’actions, tout en étant appropriés localement – voire détournés. En ce sens, la première contribution de P. Muller et A. Faure favorise l’entrée dans le vif du sujet. La décentralisation, désormais quasi généralisée et inscrite dans une succession de « cycles », donne en effet le pouvoir à des systèmes d’acteurs locaux dont les sources d’inspiration, les tactiques, les cadres et les priorités d’action peuvent se nourrir d’expériences tiers – ou non. S’il n’est pas possible de résumer la vingtaine de contributions qui constituent cet ouvrage dense, insistons toutefois sur quelques enseignements fort utiles qu’apporte la lecture de cette référence pluridisciplinaire.

2Dès l’introduction, il est rappelé que les normes ne relèvent pas seulement du registre juridique et des incitations (ou injonctions), elles sont aussi productrices de signification : « les normes renvoient aux constructions cognitives et interactionnistes des acteurs locaux à l’origine des actions collectives. Elles renseignent sur le processus de construction de sens au sein de collectifs d’individus en interaction avec des acteurs situés à d’autres échelles de gouvernances » (p. 12). À ce titre, les auteurs coordonnant l’ouvrage insistent sur la complexification de la production de l’action publique locale, tant en termes de contenu que des profils d’acteurs multi-niveaux. Le processus de construction et d’appropriation des normes – davantage traité, semble-t-il, que celui de la circulation – s’avère donc au cœur de l’ouvrage. En cela il étoffe le champ des connaissances des systèmes d’action et d’acteurs à l’échelle locale, rappelant à quel point les dispositifs sont avant tout ce que les parti-prenantes en font (Lascoumes et Le Galès, 2005, Gouverner par les instruments).

3Au fil de la lecture s’imposent plusieurs interrogations, autour de thématiques qui, si elles ne sont pas abordées en tant que telles par l’ouvrage, émergent grâce à la compilation et à l’épaisseur des terrains analysés. D’une part, la question de l’évaluation et de sa prégnance aujourd’hui dans l’action publique n’est pas traitée, alors même qu’elle constitue, semble-t-il, une démarche partagée – imposée parfois – sans que son appropriation soit tout à fait effective et adaptée à une meilleure efficacité et efficience des actions. D’autre part, se pose la question du registre de légitimité démocratique des producteurs de normes : on pourrait ainsi regretter l’absence parmi les études de cas de l’exemple intercommunal et d’un exemple relatif à l’Union européenne, forte productrice de normes en l’occurrence. Enfin, si aucune contribution ne l’aborde de front, l’affirmation du système de valeurs néolibéral au bénéfice de la rentabilité financière dans l’évolution des normes semble bien à l’œuvre dans bon nombre de cas analysés. Discrètement abordés, les effets de ces logiques – inévitablement au détriment de valeurs plus sociales et écologiques – ne sont pas explicités en tant que tels. Si certains modèles plus alternatifs imposant des ruptures plus franches semblent progressivement émerger, ils ne sont pas analysés ici ; par contre, par petites touches au grès des contributions, on peut identifier des logiques de résistances, de conflits ou des processus de consensus liés à l’application de ce système de valeurs dominant : il en est ainsi des « militants du développement social et communautaire » (p. 233) en Argentine (Barthe et al.), ou des acteurs de la riziculture à Madagascar (Serpantie).

4Toutefois, ces remarques émergent d’une très grande richesse de contributions, permettant de croiser deux types d’apports.

5D’un côté, l’analyse des cadres de l’action explicite l’usage (voire le détournement) de certains termes très largement mobilisés par le milieu académique et les acteurs de terrain (privés, publics, locaux, [supra]nationaux). « Mise en récit de la trajectoire locale », « bien commun », « décentralisation et gouvernance locale », « développement territorial », voire même « développement durable » (Le Coq et al.) : autant de termes qui trouvent pour la plupart des incarnations contrastées sur des terrains variés, rappelant que ces expressions ne peuvent, à elles seules, expliquer le monde et sont, en soit, une production sociale (et spatiale) : « l’activité de réenchantement des problèmes par les individus se manifeste de multiples façons dans les espaces locaux, aussi bien en milieu urbain que périurbain et rural » (p. 36).

6De l’autre, les analyses très situées permettent de décrypter les logiques telles qu’elles se déploient selon des trajectoires territoriales singulières, des contextes nationaux, ainsi que la prévalence, encore, de systèmes d’action sectoriels (Lacombe et Casabianca) ; se révèle également le poids déterminant de certains aspects cognitifs, voire émotionnels : goût, savoir-faire (Laessele et al.). De ce fait, les logiques d’hybridation, de bricolage (Bonnal et al.), d’ajustement (Aragau et Poulot), renvoient à la grande complexification des gouvernances locales, à l’instar de ce que constatent David et Keerle pour les politiques éducatives dans les quartiers : outre le désengagement de l’État et une décentralisation laissant ouvert le champ des possibles sur certains domaines, « simultanément, les frontières entre sphère publique et sphère privée se sont estompées et ont ainsi encouragé la participation des associations, des entreprises privées, voire de nombreux autres acteurs au processus de construction des politiques publiques » (p. 91).

7En définitive, plusieurs chapitres posent la question des inégalités territoriales issues de la variation de l’intégration et du modelage des normes qui, malgré la technicisation de nombreux problèmes, demeurent le fait d’une ingénierie locale reposant sur des compétences individuelles, des relations interpersonnelles et un engagement politique incarné différemment selon les élus. Ainsi se mesure toute l’importance du temps d’apprentissage « entendu comme le processus par lequel un acteur public acquiert de nouvelles connaissances et compétences qui l’amènent à changer durablement ses manières de penser et d’agir » (p. 179). Désormais, l’action territoriale est par conséquent un jeu ouvert et collaboratif : un rapport de force dont les règles se définissent in itinere entre acteurs publics et privés (Pluagaru), activant une combinaison de « ressources » (p. 106) multi-scalaires : locales et internationales en particulier (N. Diallo).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariette Sibertin-Blanc, « Production et circulation des normes pour l’action territoriale », Sud-Ouest européen, 44 | 2017, 171-173.

Référence électronique

Mariette Sibertin-Blanc, « Production et circulation des normes pour l’action territoriale », Sud-Ouest européen [En ligne], 44 | 2017, mis en ligne le 18 janvier 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/3822

Haut de page

Auteur

Mariette Sibertin-Blanc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals