Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Le bassin d’Arcachon entre attrac...

Le bassin d’Arcachon entre attractivité et protection

Avant-propos
Mayté Banzo, Clarisse Cazals et Véronique André-Lamat
p. 13-24

Notes de la rédaction

La publication de ce numéro a bénéficié des contributions des trois laboratoires : UMR 5319 Passages CNRS-université Bordeaux Montaigne, IRSTEA-ETBX, UMR 53113 GREThA CNRS - université de Bordeaux.

Texte intégral

1Dans un contexte de globalisation et d’interdépendance des économies marqué par la mobilité des personnes, des capitaux, de l’information, l’attractivité des territoires est recherchée par les acteurs économiques et politiques, et ce quelle que soit leur échelle d’intervention (Bourgain et al., 2010). Interface mobile entre terre et mer, le littoral abrite des milieux particuliers, remarquables, qui sont produits et menacés par des processus et des dynamiques venant à la fois de la mer et de la terre. En outre, les territoires littoraux ont la particularité de concentrer, d’attirer et d’ancrer de fortes densités de population et d’activités. En France métropolitaine, les cantons littoraux ont ainsi accueilli, entre 1975 et 2005, un million d’habitants permanents supplémentaires atteignant une densité de 315 habitants par km2, soit une densité trois fois supérieure à la moyenne nationale (Goeldner-Gianella, 2018). Gérer l’espace littoral, c’est être en permanence confronté au dilemme que pose la tension entre attractivité – démographique, économique – et protection des espaces, des espèces, des ressources voire d’usages identitaires. C’est aussi devoir composer avec une autre dualité paradoxale : la temporalité de l’urgence (urgence de l’action immédiate) et celle de la durabilité (projection de la pérennité sociale, économique et écologique des territoires).

2La gestion intégrée des zones côtières (GIZC) tente de relever ces enjeux. Le concept émane du sommet de la terre de Rio en 1992 et de l’Agenda 21. Il prône une approche holiste et écosystémique de l’interface terre-mer (Ségalini, 2011 ; Lefebvre, 2011). La démarche « intégrée » vise à promouvoir la transversalité, les liens entre les échelles territoriales et temporelles (Queffelec et Keravec, 2010), les liens entre les différents acteurs pour permettre le développement durable des zones côtières. La gouvernance et ses modalités constituent le principal vecteur de cette intégration entre objectifs et enjeux complexes liant un grand nombre d’acteurs diversifiés (Meur-Férec, 2007). Toute action publique sur les littoraux s’inscrit dans ce contexte de GIZC aujourd’hui présent et reconnu aux échelles internationales, nationales et locales (Michelot, 2011).

3L’intégration demeure toutefois un horizon difficile à atteindre, le contexte décisionnel des acteurs étant celui d’un univers controversé marqué par des divergences d’intérêts (Godard, 1993). La GIZC, souvent réduite dans les discours à de simples choix techniques, se caractérise aussi comme un outil fortement normatif (Billé, 2004 ; Meur-Férec, 2008). La double tension entre attractivité et protection, entre urgence et durabilité, inscrite dans ce contexte normatif est porteuse de nombreux conflits (Cadoret 2006, Cazals et al., 2014). Ces conflits sont constitutifs du développement et de l’action publique sur les littoraux. Ils la contraignent en même temps qu’ils la nourrissent ; ils participent à faire émerger des innovations et reconfigurent les modes de gouvernance des territoires et les manières de faire (Torre et Beuret, 2012 ; Cadoret, 2011 ; Melé et al., 2013).

4Le bassin d’Arcachon, lagune semi-ouverte sur l’océan, est un espace emblématique de la côte aquitaine. Seule rupture dans la ligne de sable ininterrompue qui s’étend de l’estuaire de la Gironde jusqu’aux rives rocheuses du Pays basque, le plan d’eau et les terres de landes (zones humides) riveraines constituent une unité géographique et historique nommée le Pays de Buch, plus communément appelé le « Bassin ». Le littoral y est particulièrement mouvant. Le trait de côte du bassin comme les contours des îlots affleurant (île aux Oiseaux ou banc d’Arguin), la géographie des passes donnant accès au plan d’eau, se redessinent sans cesse et selon différentes temporalités : celle des marées, des saisons et de la variation de la puissance des agents, celle décennale ou centennale des processus de construction/destruction de l’espace littoral. Le mouvement permanent est aussi celui des entrées d’eaux salées venant de l’océan et des eaux douces des tributaires du bassin dont le principal est la Leyre. Milieu répulsif à plusieurs égards, le Pays de Buch progressivement aménagé devient à partir du xixe siècle un des hauts lieux du tourisme balnéaire. Son attractivité ne s’est pas démentie depuis.

Figure 1 – Le bassin d'Arcachon

Figure 1 – Le bassin d'Arcachon

Source : BDCarto 2016, Julie Pierson, Olivier Pissoat, 2018, UMR Passages

I – Le bassin d’Arcachon et l’attractivité

5L’attractivité, définie comme un processus correspondant aux rapports que la société entretient avec le milieu à un moment donné, nécessite une analyse sur un temps long afin d’identifier et caractériser ce qui la fonde et à quel moment. L’attractivité du Bassin, principalement révélée par le flux démographique, s’exprime sur différents pas de temps.

Figure 2 – Évolution comparée des populations du bassin d’Arcachon et du département de la Gironde (en indice base 100 en 1876)

Figure 2 – Évolution comparée des populations du bassin d’Arcachon et du département de la Gironde (en indice base 100 en 1876)

Source : Gaimard, 2010

  • 1 La métropolisation est un processus qui correspond à la concentration des hommes, des capitaux, des (...)

6Le temps long, celui de mise en tourisme, est un des fondements de l’attractivité du Bassin. Tout d’abord réservé aux élites, le tourisme balnéaire se démocratise dans la deuxième moitié du xxe siècle, attirant un nombre de plus en plus important de vacanciers. À partir des années 1960, trois nouveaux processus se combinent pour accroître l’attractivité du Bassin : la littoralisation, la périurbanisation et la métropolisation. La littoralisation correspond au mouvement d’installation d’habitants, d’activités à proximité de l’océan. Elle est renforcée par la dynamique touristique que suscitent les littoraux. Ce phénomène de littoralisation touche l’ensemble du littoral aquitain ; il est continu et semble devoir perdurer (GIP, 2016). La périurbanisation est un processus qui traduit un lien entre une agglomération, où se concentrent des emplois, et des communes hors agglomération où s’installent les populations résidentes. Les mobilités quotidiennes entre lieu de travail et lieu de résidence permettent ce lien, elles peuvent s’opérer sur d’assez longues distances. Le nord bassin et le val de l’Eyre sont particulièrement touchés par cette dynamique qui concerne plutôt de jeunes actifs. La proximité de Bordeaux intègre également le Bassin dans une autre dynamique, celle de la métropolisation 1. La métropole bordelaise structure un système territorial dissymétrique (Favory, 1999) où l’intégration métropole-littoral tend à prévaloir sur l’intégration métropole-intérieur. Dans ce contexte, le bassin d’Arcachon n’est plus un espace à l’écart mais constitue bien une des entités de ce système territorial. Il appartient à la zone d’influence de la métropole régionale mais s’insère également dans des relations de compétitions et de complémentarités à des échelles plus vastes (France voire Europe). Ces trois dynamiques sont étroitement liées et se rétroalimentent l’une l’autre pour produire ce système territorial qui associe le bassin d’Arcachon à l’agglomération bordelaise. Elles expliquent le renforcement de la croissance démographique du Bassin à partir des années 1960 et dans les années 1990.

  • 2 La délimitation des 17 communes du pays BARVAL constitue la zone d’étude retenue ; elle correspond (...)

7En tant qu’entité administrative, le Bassin correspond aux 17 communes du Pays Bassin d’Arcachon Val de Leyre (BARVAL 2). La population du pays était de 60 854 personnes en 1962, elle est de 146 164 habitants au 1er janvier 2017 (tableau 1). La croissance démographique est soutenue dans les années 1990 (4,14 %, taux moyen annuel) et tend à s’atténuer à partir des années 2000 (1,72 %) et surtout dans les années 2010 (1,04 %). Cette croissance diffère suivant les communes. Dans la période 1990-1999, les communes nord bassin sont les plus dynamiques, notamment Audenge, Lanton, Marcheprime touchées par le mouvement de périurbanisation. Au sud ce sont les communes de Gujan-Mestras et Le Teich qui gagnent le plus de population. Celles-ci bénéficient sans doute de la relative saturation des communes voisines que sont La Teste et Arcachon. Dans la période 1999-2009, le phénomène marquant est la forte croissance des communes du Val-de-l’Eyre et de Mios qui se situe à l’entrée de la vallée. Ces communes modestes connaissent une réelle explosion et certaines voient leur population augmenter de plus de 40 % en une dizaine d’année (Le Barp + 40 %, Belin-Beliet + 55 %, Lugos + 49 %). Le Val-de-l’Eyre accueille à la fois les employés gravitant autour des sources d’emplois locales que sont le laser mégajoule (Le Barp) et de la route des Lasers (A63/A10) ; mais il constitue aussi une alternative foncière pour les populations les plus défavorisées ne parvenant plus à se loger dans les communes riveraines du Bassin les plus prisées (SCoT, 2013). Dans la période 2009-2017, quatre communes maintiennent des taux moyens annuels supérieurs à 2 % : Audenge, Mios, Le Barp et Belin-Beliet ; toutefois, toutes connaissent une croissance positive. Seule la commune d’Arcachon perd de la population sur l’ensemble de la période avec une accentuation de la tendance entre 2009 et 2017.

Tableau 1 – Évolution de la population des communes du bassin d’Arcachon, 1990-2017

Communes

EPCI

Pop. sdc 1990

Pop. sdc 1999

Pop. Mun. 2009

Pop. Mun. 2017

1990-1999

%

1999-2009

%

2009-2017

%

Tx moyen annuel

1990-1999

Tx moyen annuel

1999-2009

Tx moyen annuel

2009-2017

Andernos

COBAN

7 176

9 254

11 043

11 712

29

19

6,06

2,87

1,78

0,74

Arès

COBAN

3 911

4 680

5 548

5 970

20

19

7,61

2,01

1,72

0,92

Audenge

COBAN

2 981

3 948

5 813

7 177

32

47

23,46

3,17

3,94

2,67

Biganos

COBAN

5 908

6 950

9 464

10 017

18

36

5,84

1,82

3,14

0,71

Lanton

COBAN

3 734

4 962

6 162

6 753

33

24

9,59

3,21

2,19

1,15

Lège-Cap Ferret

COBAN

5 564

6 307

7 525

8 087

13

19

7,47

1,4

1,78

0,90

Marcheprime

COBAN

2 420

3 486

4 134

4 562

44

19

10,35

4,14

1,72

1,24

Mios

COBAN

3 786

4 620

6 891

8 659

22

49

25,66

2,24

4,09

2,90

Arcachon

COBAS

11 770

11 454

11 441

10 370

– 3 %

0

– 9,36

– 0,3

– 0,01

– 1,22

Gujan-Mestras

COBAS

11 433

14 958

18 794

20 575

31

26

9,48

3,03

2,31

1,14

Le Teich

COBAS

3 607

4 822

6 485

7 418

34

34

14,39

3,28

3,01

1,69

La Teste

COBAS

20 331

22 970

24 597

25 990

13

7

5,66

1,37

0,69

0,69

Le Barp

VdL

2 584

3 242

4 523

5 328

25

40

17,80

2,55

3,39

2,07

Belin-Beliet

VdL

2 626

2 757

4 262

5 041

5

55

18,28

0,54

4,45

2,12

Lugos

VdL

476

558

833

866

17

49

3,96

1,78

4,09

0,49

St Magne

VdL

799

814

992

992

2

22

0,00

0,21

2

0,00

Salles

VdL

3 957

4 487

6 044

6 647

13

35

9,98

1,41

3,02

1,20

Total

93 063

110 269

134 553

146 164

18

22

8,63

4,14

1,72

1,04

Communes ayant taux supérieur à

> 3 %

> 3 %

> 2 %

COBAN : Communauté d’Agglomération du Bassin d’Arcachon Nord

COBAS : Communauté d’Agglomération du Bassin d’Arcachon Sud

VdL : Communauté de Communes du Val de Leyre

Source : SCoT 2013, diagnostic, p. 58 (1990-2009) ; INSEE, recensement de la population des communes de Gironde, décembre 2016 (1er janvier 2017), https://www.insee.fr/​fr/​statistiques/​fichier/​2525755/​dep33.pdf

  • 3 « La sphère présentielle regroupe les activités mises en œuvre localement pour la production de bie (...)

8Entre 1982 et 2011, l’augmentation de l’emploi en Aquitaine a été de 30 % contre 20 % pour la France métropolitaine. La zone d’emploi de Bordeaux a gagné 42 % et celle de La Teste-de-Buch 46 %, seule la zone d’emploi de Bayonne dépasse ces taux (47 %) ; 80 % des nouveaux emplois de la région relèvent des fonctions à orientation présentielle (Insee, 2015 3). Une étude menée par l’INRA sur la prospective des Landes de Gascogne mentionne que l’emploi présentiel de la zone Bordeaux-Arcachonnais (ancien découpage) est constitué par la répartition de flux comme suit : 39 % relèvent des retraites, 39 % des dépenses touristiques mais seulement 21 % des salaires des migrants alternants (Mora et al., 2012, p. 36). Ces données mettent en évidence l’importance que conserve le tourisme dans l’économie locale même si elles font clairement état de l’importance des flux, désormais majoritaires, émis par les résidents.

  • 4 L’augmentation de l’emploi touristique pour la même période a été de 10,5 % pour le littoral basque (...)

9Le glissement du Bassin vers une fonction résidentielle affirmée, ne remet pas en question sa vocation touristique. Il reste la 4e zone touristique la plus dynamique d’Aquitaine 4 ; l’emploi touristique a augmenté de 7 % entre 2009 et 2011 (Insee 2014, p. 4). Cette activité touristique suscite une troisième forme de temporalité de l’attractivité, qui elle, est saisonnière. Le tourisme du bassin d’Arcachon est fortement lié à l’activité balnéaire et à la période estivale de mai à septembre avec un pic en juillet-août. Si le site accueille 8,5 millions de nuitées, 72 % sont enregistrées entre mai et septembre (soit 6,2 millions) ; la proportion passe à 84 % si l’on considère l’estimation des retombées économiques (346 millions d’euros recueillis sur l’année mais 293 millions d’euros durant la saison) [SIBA, 2014, p. 7]. La répartition de l’activité est également contrastée dans l’espace. Dans la haute période estivale le ratio est de 3,4 touristes résidents par habitant ; il est de 10 pour Lège-Cap-Ferret et de 7 pour Arcachon, mais de 1,9 pour Audenge (SCoT 2013, p. 259). Les six communes riveraines du plan d’eau et le plus proche du littoral marin (Andernos, Arès, Arcachon, Gujan-Mestras, La Teste-de-Buch, Lège-Cap-Ferret) concentrent :

  • 82 % de la fréquentation touristique en haute saison ;

  • 84 % de la capacité d’accueil en hébergements marchands ;

  • 92 % des résidences secondaires (SCoT 2013, p. 261).

10Au sein de ces communes certains hauts lieux du tourisme arcachonnais sont particulièrement fréquentés comme la dune du Pilat (tableau 2). Site majeur d’Aquitaine, ayant le label grand site national, la dune du Pilat attire chaque année près de 2 millions de visiteurs. Environ un quart de ces personnes est accueilli durant le seul mois d’août (525 000 visiteurs), et un tiers (600 000) vient en dehors de la saison touristique (NXA, 2014). Sa fréquentation a débuté après la seconde guerre mondiale et n’a cessé de croître depuis 1950, générant l’installation de cinq campings sur le versant est, des petits commerces (baraques en bois essentiellement) assurant des fonctions de restauration et de vente de souvenirs. Elle demeure aujourd’hui le site du bassin le plus visité.

Tableau 2 – Fréquentation des principaux sites et équipements touristiques du bassin d’Arcachon

Tableau 2 – Fréquentation des principaux sites et équipements touristiques du bassin d’Arcachon

Source : SIBA 2014, p. 15-17

11Le tourisme du bassin d’Arcachon est avant tout familial et local. Si la plage, la mer, le soleil associés à la gastronomie et les festivités constituent les ingrédients essentiels du tourisme balnéaire, il existe aussi un attrait spécifique lié au cadre paysager et aux espaces naturels. Des sites comme la dune du Pilat, le banc d’Arguin, la Leyre rivalisent aisément avec des grands équipements comme les parcs à thème (Aqualand, parc de la coccinelle) ou les casinos en termes de fréquentation. Ces espaces naturels constituent sans aucun doute des points forts de l’attractivité touristique mais aussi résidentielle du Bassin et c’est là que se jouent les principaux enjeux de la protection.

II – Le bassin d’Arcachon et la protection

12Les territoires littoraux attirent, concentrent, ancrent de fortes densités de population qui s’intensifient encore durant la saison estivale tout en étant dotés de « ressources naturelles » qualifiées de haute valeur patrimoniale. Dans ces conditions, l’attractivité peut alors devenir une contrainte imposant un partage de l’espace littoral et des ressources territoriales. En réponse à des problématiques de fréquentation ou d’étalement urbain, par exemple, émergent depuis une trentaine d’années différents dispositifs de protection pris en charge par l’action publique. Il s’agit de préserver la valeur patrimoniale des littoraux de l’urbanisation comme de pratiques touristiques, de loisirs ou sportives. L’outil majeur, voire exclusif, mobilisé aujourd’hui pour la protection, et plus globalement pour la gestion de l’espace, est le zonage. Le recours à cet outil « zonage » résulte en général, et particulièrement dans le bassin d’Arcachon, d’une volonté, d’un compromis considéré rationnel entre des besoins de développement, de croissance, d’un territoire littoral particulièrement attractif d’une part ; la nécessité de protéger des espaces et des espèces menacées d’autre part. Il s’agit de viser à maintenir voire améliorer le cadre de vie de ceux qui y vivent, de conserver finalement ce qui fonde l’attractivité du Bassin : un paradoxe.

Figure 3 – Le bassin d’Arcachon, un milieu « naturel » surprotégé ?

Figure 3 – Le bassin d’Arcachon, un milieu « naturel » surprotégé ?

Source : Véronique André-Lamat, Julie Pierson, Olivier Pissoat, 2018, UMR Passages

13Zoner consiste à découper l’espace et à lui assigner des fonctions suivant une logique que l’on peut résumer à un espace/une fonction/une modalité de gestion. De fait, cette action produit de « nouvelles » limites qui participent à construire la valeur des espaces en termes de dépréciation ou de revalorisation par rapport à ce qui leur est contigu. Zoner l’espace constitue un acte spatial fort qui produit des différenciations, introduit presque inévitablement des inégalités et s’avère porteur potentiellement de conflictualité. Parfois ce qui est délimité, n’est pas l’espace mais le temps : ainsi sur un même espace un temps est accordé à différentes fonctions. Par exemple, sur un plan d’eau, six mois peuvent être consacrés à la pêche et six mois à la réserve.

14Cette logique du zonage, si elle naît en France au début du xxe siècle, s’affirme fortement sur le bassin d’Arcachon en 1967 au moment de la mission interministérielle d’aménagement de la côte aquitaine (MIACA). Celle-ci marque l’intervention de l’État sur les territoires côtiers, sous l’égide de la délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale (DATAR) créée en 1963. La politique d’aménagement menée par la MIACA constitue pour le Bassin un des temps forts de la planification urbaine des 40 dernières années. L’objectif est d’organiser la mise en valeur touristique de la côte aquitaine dont l’image de marque doit s’appuyer sur le triptyque océan/forêt/lacs. La stratégie pragmatique de zonage adoptée propose l’alternance de neuf unités principales d’aménagement devant recevoir les équipements majeurs (UPA) et de sept secteurs d’équilibre naturel (SEN), zones naturelles vouées à une fréquentation plus légère. Finalement, la MIACA organise et structure l’attractivité des territoires du bassin d’Arcachon.

15À cette première planification de l’aménagement succèderont différents dispositifs dont le schéma de mise en valeur de la mer (SMVM) en 2004 et le dernier en date, le schéma de cohérence territoriale (SCoT, 2013). Mais à partir des années 1980 vont se surajouter un grand nombre de zonages environnementaux, le plus récent étant le parc naturel marin (PNM) créé en 2014. La carte des espaces protégés du bassin d’Arcachon présente une multitude de zonages produits en lien avec des politiques régionales, nationales ou européennes, différents dans leur nature, leur vocation, leur statut (fig. 3). Se superposent ainsi des zonages de savoir (inventaire scientifique de type ZNIEFF – zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique qui pour des raisons de lisibilité n'ont pas été représentés sur la carte) et des zonages dits de pouvoir (zonages réglementaires : type parc naturel par exemple).

16Leur superposition fait apparaître un millefeuille qui amène, de manière certes provocatrice, à identifier une contradiction entre l’idée d’un bassin d’Arcachon menacé et celle d’un bassin d’Arcachon « surprotégé ».

17Cette carte montre que l’ensemble du Bassin bénéficie d’au moins un statut de protection et que certains espaces concentrent jusqu’à cinq statuts différents de protection hors ZNIEFF. Nous qualifions ces espaces de « hauts lieux » du Bassin. Chargés collectivement de valeurs (Debarbieux, 1993), ces hauts lieux concentrent les envies, les désirs, les pratiques parfois contradictoires de différentes catégories d’usagers ; autant d’éléments qui, conjugués, aboutissent à la production d’un fort potentiel conflictuel. Ce sont ces lieux qui ont aussi été désignés presque « naturellement » par des acteurs du territoire comme représentatifs de la qualité du bassin lors d’entretiens menés dans le cadre du programme régional de recherche OSQUAR (encadré 1).

18Sans surprise aucune, on y retrouve les espaces régulièrement distingués par les vecteurs médiatiques quels qu’ils soient. Ces espaces concentrent les regards, les flux, différentes pratiques temporaires ou permanentes mais aussi des actions à visée régulatrice, de protection et/ou d’aménagement.

19Émerge ainsi nettement le banc d’Arguin, classé depuis 1972 en réserve naturelle nationale. Sur et autour de ce site protégé s’opposent régulièrement deux formes d’usages, posant chacun des problématiques différents : l’usage ostréicole et les questions des parcs abandonnés et du cadastrage marin ; l’usage récréatif et de plaisance produisant de fortes densités de mouillages incontrôlées ainsi que des intrusions dans la réserve naturelle en saison estivale surtout. Cette opposition ostréiculture/plaisance se retrouve plus généralement dans tous les ports du bassin.

20L’île aux Oiseaux constitue un autre lieu emblématique. Site classé depuis 2008, son impérative protection fait l’unanimité. Mais des tensions s’expriment dans ce cas sur les manières d’envisager la protection, les formes d’actions engagées et par qui. Des tensions qui traduisent fondamentalement des représentations de la nature différentes et des appropriations patrimoniales différentes (André-Lamat et Mellac, 2014).

21Le delta de la Leyre, dans sa partie aval, apparaît comme le troisième espace à haute valeur patrimoniale. Les paysages de cette zone humide

  • 5 http://www.parc-landes-de-gascogne.fr/1-16557-Descriptif.php.

« se caractérisent par une interface permanente entre la terre et l’eau. Le delta est composé de lieux multiples où se juxtaposent des parties stables occupées par des prés salés, des domaines endiguées, des roselières, des prairies pâturées et des secteurs soumis à la dynamique des marées, bancs sableux et vasières. Les eaux douces de la rivière et les eaux salées de l’océan se rejoignent et sont propices à l’implantation d’espèces spécifiques. Situé sur l’une des voies de migration les plus importantes d’Europe, il constitue véritablement le domaine des oiseaux. » (parc naturel régional des Landes de Gascogne 5)

22Les tensions sont ici liées à la diversité des pratiques que le lieu accueille : pisciculture extensive, chasse, activités de découverte, urbanisation, etc.

23La dune du Pilat, enfin, est sans conteste le haut lieu le plus visité et le plus connu du bassin. La valeur patrimoniale de la dune s’observe ainsi simplement au travers du nombre de zonage la concernant : zonages environnementaux (site inscrit, puis site classé, ZNIEFF2), zonages liés à des documents de planification du développement territorial sur terre et en mer à l’échelon national (loi littoral), du Bassin (SCoT, schéma de mise en valeur de la mer) et de la commune de La Teste-De-Buch (plan local d’urbanisme, plan de prévention des risques). La dune cristallise une tension majeure entre l’objectif de patrimonialisation et de labellisation du site, une fréquentation intense et l’objectif de mise en valeur touristique de ses alentours (campings, opérations immobilières).

III – Le bassin d’Arcachon entre attractivité et protection

24Les processus liés à l’attractivité et à la protection peuvent être opposés ou complémentaires, s’associer ou se contraindre ; ils sont dans tous les cas indissociables, dialectiques. Ils conditionnent l’organisation de l’espace comme le développement territorial des littoraux. En favorisant la diversité des usages sur une superficie réduite et donc une forte concurrence entre les différentes formes d’appropriation de l’espace, le processus d’attractivité suscite des besoins de contrôle, de planification, la mise en œuvre de politiques publiques pour gérer des tensions, protéger des espaces vulnérables. Le bassin d’Arcachon est assez exemplaire à cet égard. Sur un littoral aquitain qui s’étire sur 200 km, faiblement occupé, le bassin contraste par la configuration géographique (entrée de la mer dans les terres) et par la densité : population, activités, espaces naturels remarquables. Cette configuration propice à l’activation des tensions se conjugue avec l’ancienneté et la diversité des formes d’actions mobilisées sur ce « territoire “fini” rompu aux politiques publiques » (Bawedin et Miossec, 2013, p. 228). À ce titre, le bassin d’Arcachon constitue un laboratoire particulièrement riche pour l’observation des modalités de gestion d’un littoral à la fois soumis à une forte présence humaine et aux risques combinés de la submersion, l’érosion, l’ensablement.

25L’objectif de ce numéro est d’analyser le rôle de la tension entre attractivité et protection dans la configuration des dynamiques territoriales et de l’action publique. L’action publique sera entendue ici comme la façon dont une société construit et qualifie des problèmes collectifs, élabore des réponses, des contenus et des processus pour les traiter (Muller et Surel, 1998). Dans ce contexte potentiellement conflictuel, il s’agit de voir comment les acteurs se mobilisent pour l’action, selon quels modes opératoires, relevant de quels référentiels ou paradigmes.

26La tension entre attractivité et protection sur le Bassin se construit dans un temps long. L’attractivité du Bassin résulte d’un processus qui modifie progressivement les représentations d’un milieu à l’origine considéré comme répulsif. Dans un article introductif, Rémi Bercovitz et Serge Briffaud rendent compte de ce processus et des facteurs qui ont contribué à créer un rivage désiré depuis le xviiie siècle. « L’invention du bassin d’Arcachon » met l’accent sur l’importance du regard que la société porte sur l’espace pour faire émerger et renouveler l’attractivité de cette aire géographique dans la longue durée. La mise en tourisme est un facteur essentiel pour comprendre l’organisation et les dynamiques territoriales du Bassin. Isabelle Sacareau montre comment ce mouvement s’inscrit dans le temps comme dans l’espace et participe à la production de lieux différenciés ; le Bassin, souvent considéré comme une unité, est en fait multiple. L’auteure s’intéresse en particulier à la trajectoire de ces lieux et au rapport entre attractivité touristique et attractivité résidentielle qui s’y développe.

27L’attractivité comme la protection reposent sur l’image de qualité. Le bassin d’Arcachon est considéré comme un espace de qualité. Cette image proposée pour attirer les personnes, les biens, les activités est celle mise en avant comme argument de l’intervention publique. Qu’est-ce qui se cache derrière ce terme consensuel ? Qu’est-ce que la qualité du bassin d’Arcachon signifie pour les personnes qui ont une connaissance du milieu soit parce qu’elles exercent une profession en lien avec ce milieu ou sa gestion soit/et parce qu’elles le fréquentent de façon significative ? L’analyse des discours recueillis à partir d’enquêtes qualitatives (Sophie Le Floch, Mayté Banzo, Eva Bigando, Anne Gassiat, Ludovic Ginelli) indique la grande diversité des représentations souvent à la source de controverses. Elle interroge également le rapport entre norme et expérience qui nourrit ces représentations.

28Les quatre articles suivants portent sur le foncier comme élément central de cristallisation de la tension entre attractivité et protection. Le foncier est au cœur de projets (individuels comme collectifs), d’enjeux qui expriment la diversité des points de vue, des représentations que les acteurs publics, territoriaux, usagers, habitants portent sur l’occupation du sol. Le foncier est aussi le principal objet de régulation de l’action publique via en particulier les zonages (environnemental, urbanistique, etc.) déclinés à différentes échelles. Multiples sur le Bassin, ils constituent des processus normatifs potentiellement conflictuels et sont des révélateurs des modalités de gouvernance de ce littoral convoité.

29L’article de Jeanne Dachary-Bernard, Frédéric Gaschet, Marie Lemarié et Guillaume Pouyanne utilise le zonage urbanistique comme outil d’observation du littoral nord-aquitain. En liant l’évolution des zonages des documents d’urbanisme locaux entre 2001 et 2010 (POS et PLU) avec l’occupation du sol, l’étude rend compte des grandes tendances de la politique foncière arbitrant principalement entre ouverture à l’urbanisation et reclassement « naturel ». Elle s’attache également à montrer l’impact de ces choix sur le prix du foncier. La volonté de protéger les espaces ouverts apparaît clairement dans cette évolution.

30Mayté Banzo, quant à elle, part de la décision d’annulation de deux documents d’urbanisme (le PLU d’Andernos et le SCoT du bassin d’Arcachon) pour montrer comment la protection et la valorisation des espaces ouverts demeurent un sujet de controverse sur le Bassin. Ces annulations traduisent un possible tournant dans la manière de gérer la tension entre attractivité et protection et l’évolution des formes de gouvernance qu’elle induit.

31La gouvernance est également questionnée par Véronique André-Lamat et Marie Mellac, qui montrent avec l’exemple de la dune du Pilat comment la mobilité peut reconfigurer la gestion des espaces naturels en situation littorale. Le zonage fixe des normes dans le temps mais les limites ici sont amenées à se recomposer au gré de l’évolution du milieu. Cette situation particulière interroge les modalités de l’action publique.

32La tension entre attractivité et protection amène à produire de nouvelles manières de faire, de la part d’acteurs publics comme d’acteurs privés. Le conservatoire du Littoral est un acteur important de cette transition car les acquisitions foncières ont bien pour objectif de préserver les espaces naturels mais aussi de promouvoir un développement durable. Le conservatoire participe à la patrimonialisation des espaces acquis mais aussi à la valorisation du foncier à proximité de ces espaces (Clarisse Cazals et Jeanne Dachary-Bernard).

33Les deux derniers articles se préoccupent des usages marchand et non-marchand susceptibles de se développer dans un contexte marqué par la rareté des ressources foncières et la diversité des représentations de la protection du territoire.

34Les stratégies écotouristiques se développent sur le Bassin de manière à concilier à la fois la préservation du patrimoine naturel et culturel et le maintien d’une activité économique essentielle pour le Bassin. Les initiatives sont diversifiées et sont largement soutenues par les collectivités ; elles peinent à s’affirmer malgré tout (Clarisse Cazals, Gabrielle Bouleau, Sandrine Lyser, Baptiste Hautdidier).

35Les pratiques des pêcheurs à pied traduisent également cette idée de compromis entre attractivité et protection. Activité très prisée par les habitants et les touristes, la pêche à pied désormais pratiquée dans un parc naturel marin est aussi soumise aux différentes formes de pressions qui se jouent sur le Bassin. Les discours recueillis auprès des pêcheurs rendent compte de leur perception de l’espace et de l’évolution de la ressource et du milieu qu’ils parcourent (Véronique André-Lamat et Solange Pupier-Dauchez).

36L’originalité des articles de ce numéro est de présenter et d’analyser la diversité des pratiques individuelles et collectives, sociales, politiques et économiques dont est porteuse la tension entre attractivité et protection. Ces pratiques révèlent la complexité du rapport au temps des acteurs : la tension entre vision du passé et vision du futur, entre héritage à transmettre et projets de développement à venir qui toutefois détermine leurs choix et nourrit un système de valeurs des acteurs du territoire. Ainsi, le bassin d’Arcachon est particulièrement marqué par un processus de patrimonialisation qui touche l’ensemble de la société et tend à légitimer une économie de l’enrichissement basée sur l’attribution de valeur aux choses existantes (Boltanski et Esquerre, 2017). C’est probablement une voie que cherchent à explorer les littoraux convoités ; elle reste néanmoins porteuse de processus de différenciation voire de ségrégation.

Encadré 1 – OSQUAR : ostréiculture et qualité du milieu, approche dynamique du bassin d'Arcachon

Les articles ici présentés sont le résultat d’un programme de recherche multidisciplinaire, ostréiculture et qualité du milieu, approche dynamique du bassin d’Arcachon (OSQUAR), mené spécifiquement sur le bassin d’Arcachon. Le programme a été financé par la région Aquitaine sur deux périodes (OSQUAR1 : 2009-2012 ; OSQUAR 2 : 2013-2016). Le programme OSQUAR proposait d’associer les sciences de l’environnement et les sciences sociales pour étudier la dynamique du milieu à la fois physique, biologique, écologique et sociologique. La notion de « qualité » a été mobilisée pour réaliser cette étude multidisciplinaire car elle donne lieu à une diversité de problématiques et de visions partagées ou discutées.

Les travaux rassemblés dans ce numéro concernent spécifiquement les contributions des sciences sociales qui croisent différentes disciplines : géographie, économie, histoire, sciences politiques et sociologie. Les chercheurs participant à ce numéro sont rattachés aux trois laboratoires bordelais : UMR 5319 Passages CNRS – université Bordeaux Montaigne ; IRSTEA-ETBX ; UMR 5113 GREThA CNRS – université de Bordeaux.

Source : Banzo, Cazals, André-Lamat

Haut de page

Bibliographie

André-Lamat V., Mellac M., « L’île aux Oiseaux, appropriation conflictuelle d’un haut lieu du bassin d’Arcachon », Information géographique, no 2, 2014, p. 63-84.

Bawedin V., Miossec A., « Un littoral pour quelle population ? Une réponse politique entre nature et société. Cas du bassin d’Arcachon et du littoral picard », Espace populations sociétés, nos 1-2, 2013, p. 211-230.

Billé R., « Gestion intégrée des zones côtières : quatre illusions bien ancrées », https://journals.openedition.org/vertigo/1555BOLTANSKI, VertigO – La revue électronique en sciences de l’environnement, vol. VII, no 3, 2006.

Billé R., La gestion intégrée du littoral se décrète-t-elle ? Une analyse stratégique de la mise en œuvre entre approche programme et cadre normatif, thèse en sciences de l’environnement, ENGREF, Paris, 2004.

Boltanski L., Esquerre A., Enrichissement. Une critique de la marchandise, Gallimard, Paris, 2017.

Bourgoin A., Brot J., Gérardin H., « L’attractivité : quel levier pour le développement ? », Mondes en développement, vol. I, no 149, 2010, p. 7-10.

Cadoret A., « Quelle durabilité des formes de régulation des conflits littoraux ? », http://journals.openedition.org/vertigo/10946, VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, hors-série no 9, 2011.

Cadoret A., Conflits d’usage liés à l’environnement et réseaux sociaux : enjeux d’une gestion intégrée ? Le cas du littoral du Languedoc-Roussillon, thèse en géographie, université Paul-Valéry, Montpellier, 2006.

Cazals C., Dachary-Bernard J., Lemarie M., « Land Uses and Environmental Conflicts in the Arcachon Bay Coastal Area: An Analysis in Term of Heritage », European Planning Studies, 2014, p. 746-763.

Debarbieux B., « Du haut lieu en général et du mont Blanc en particulier », L’Espace géographique, vol. XXII, no 1, 1993, p. 5-13.

Favory M., « La Gironde : le département et sa métropolisation », Mappemonde, vol. 56, no 4, 1999, p. 19-23.

Godard O. « Stratégies industrielles et conventions d’environnement : de l’univers stabilisé aux univers controversés », INSEE-méthodes, nos 39-40, 1993, p. 145-174.

Goeldner-Gianella L., « Face aux “colères de la mer” : bâtir une société de la connaissance », dans Arnould P. et Simon L. (dir.), Géographie des environnements, Belin, Paris, 2018.

Lefebvre C., « La gestion intégrée côtière et marine : nouvelles perspectives », http://journals.openedition.org/vertigo/10985, VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, hors-série no 9, 2011.

Leroy S., « Sémantiques de la métropolisation », L’Espace géographique, no 1, 2000, p. 78-86.

Méle P., Larrue C., Rosemberg M. (dir.), Conflits et territoire, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Villes et Territoires », Tours, 2013.

Meur-Férec C., De la dynamique naturelle à la gestion intégrée de l’espace littoral – Un itinéraire de géographe, Édilivre, coll. « Universitaire », Paris, 2008.

Meur-Férec C., « La GIZC à l’épreuve du terrain : premier enseignements d’une expérience française », http://developpementdurable.revues.org/4471, Développement durable et territoires, varia, 2007.

Michelot A., « Synthèse et conclusions sur la gestion durable des zones côtières et marines. Au-delà des discours, des enjeux opérationnels pour le développement durable ? », http://journals.openedition.org/vertigo/10978, VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, hors-série no 9, 2011.

Muller P., Surel Y., L’Analyse des politiques publiques, Montchrestien, coll. « Clefs », Paris, 1998.

Queffelec B., Keravec F., « Les conflits de temporalités dans la gestion du littoral à l’épreuve de la GIZC », https://journals.openedition.org/developpementdurable/8487, Développement durable et territoires, vol. I, no 2, 2010.

Ségalini C., « Éléments de compréhension du processus de politisation du discours sur la gestion intégrée des zones côtières », https://journals.openedition.org/developpementdurable/9123, Développement durable et territoires, vol. II, no 3, 2011.

Torre A., Beuret J.-E., Proximités territoriales, Economica, coll. « Anthropos », Paris, 2012.

Documents

Gaimard M., « Dynamique démographique du Bassin d’Arcachon », Rapport intermédiaire OSQUAR 1, UMR ADESS, Bordeaux, 2010.

GIP littoral aquitain, Démographie littorale, http://www.littoral-aquitain.fr/sites/default/files/upload/espace-membres/EOE/EOE_actions/gip_littoral_quitain_rapport_demographie_littorale_vf.pdf, rapport d’étude, 2016.

INSEE, « L’économie présentielle moteur de l’économie Aquitaine », Insee-Flash Aquitaine, no 12, 2015.

INSEE, « Marée montante pour l’emploi touristique en Aquitaine », Insee-Analyses Aquitaine, no 4, 2014.

Mora O., Banos V., Carnus J.M., Regolini M. (dir.), Le Massif des Landes de Gascogne à l’horizon 2050, http://institut.inra.fr/Missions/Eclairer-les-decisions/Prospectives/Toutes-les-actualites/Prospective-Massif-des-Landes-de-Gascogne-a-l-horizon-2050, rapport, conseil régional d’Aquitaine-INRA, Bordeaux, 2012.

NXA, Étude du profil des visiteurs et de la fréquentation de la grande dune du Pilat, rapport, 2014.

SCoT du bassin d’Arcachon, https://www.sybarval.fr/, version approuvée le 24/06/2013.

SIBA, Recueil de données tourisme sur le bassin d’Arcachon, http://www.siba-bassin-arcachon.fr/nos-competences/le-pole-tourisme/etude-de-frequentation, 2014.

Haut de page

Notes

1 La métropolisation est un processus qui correspond à la concentration des hommes, des capitaux, des biens matériels et immatériels dans les grandes agglomérations (Leroy, 2000). La métropolisation marque l’inscription des métropoles (principaux nœuds) dans un système global par le biais des réseaux. La mise en réseau des activités et des organisations assure à la fois une coordination des liens au niveau local en même temps qu’une connexion à l’échelle du monde.

2 La délimitation des 17 communes du pays BARVAL constitue la zone d’étude retenue ; elle correspond également à l’aire du schéma de cohérence territoriale. Seulement dix communes ont une limite littorale.

3 « La sphère présentielle regroupe les activités mises en œuvre localement pour la production de biens et de services visant la satisfaction des besoins de personnes présentes dans la zone, qu’elles soient résidentes ou touristes : commerce de détail, santé et action sociale, éducation, services aux particuliers, administration et construction. La sphère productive (ou non-présentielle) englobe les activités qui produisent des biens majoritairement consommés hors de la zone et des activités de services tournées principalement vers les entreprises correspondantes (agriculture, industrie, commerce de gros, services aux entreprises) » (Insee, 2015). « L’économie résidentielle peut être définie comme l’ensemble des activités économiques majoritairement destinées à satisfaire les besoins des populations résidant sur un territoire ». L’économie présentielle présente les mêmes mécanismes économiques que l’économie résidentielle mais elle intègre également la consommation des personnes présentes provisoirement sur ce territoire ; elle intègre donc notamment la présence touristique : http://www.senat.fr/rap/r07-468/r07-46822.html.

4 L’augmentation de l’emploi touristique pour la même période a été de 10,5 % pour le littoral basque, 9,9 % pour le littoral landais et 8,8 % pour l’agglomération bordelaise (Insee 2014, p. 4).

5 http://www.parc-landes-de-gascogne.fr/1-16557-Descriptif.php.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Le bassin d'Arcachon
Crédits Source : BDCarto 2016, Julie Pierson, Olivier Pissoat, 2018, UMR Passages
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/3878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Figure 2 – Évolution comparée des populations du bassin d’Arcachon et du département de la Gironde (en indice base 100 en 1876)
Crédits Source : Gaimard, 2010
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/3878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 2 – Fréquentation des principaux sites et équipements touristiques du bassin d’Arcachon
Crédits Source : SIBA 2014, p. 15-17
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/3878/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 3 – Le bassin d’Arcachon, un milieu « naturel » surprotégé ?
Crédits Source : Véronique André-Lamat, Julie Pierson, Olivier Pissoat, 2018, UMR Passages
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/3878/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mayté Banzo, Clarisse Cazals et Véronique André-Lamat, « Le bassin d’Arcachon entre attractivité et protection »Sud-Ouest européen, 45 | 2018, 13-24.

Référence électronique

Mayté Banzo, Clarisse Cazals et Véronique André-Lamat, « Le bassin d’Arcachon entre attractivité et protection »Sud-Ouest européen [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 22 mars 2019, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/3878 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.3878

Haut de page

Auteurs

Mayté Banzo

Articles du même auteur

Clarisse Cazals

Articles du même auteur

Véronique André-Lamat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search