Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Attractivité et protection au reg...

Attractivité et protection au regard des documents d’urbanisme et des espaces ouverts : une brève histoire des annulations du PLU d’Andernos et du SCoT du bassin d’Arcachon

Attractiveness and Protection with Regard to Urban Planning Documents and Open Spaces: A Brief History of the Cancellations of the Andernos PLU and the SCoT of the Arcachon Basin
Attractividad y protección a la luz de documentos urbanísticos y espacios abiertos: una breve historia de las cancelaciones del PLU de Andernos y del SCoT de la cuenca de Arcachon
Mayté Banzo
p. 89-107

Résumés

L’attractivité du bassin d’Arcachon est étroitement liée à la qualité paysagère et environnementale qu’offrent les espaces ouverts. Leur valeur suscite une dynamique de protection, parfois très ancienne pour les plus emblématiques, en même temps qu’une forte pression urbaine résultant de leur attractivité. L’annulation des documents d’urbanisme rappelle l’urgence de la protection et place les espaces ouverts au cœur de la controverse. Chercher à comprendre les raisons de ces annulations amène à s’intéresser aux différentes visions portant sur les espaces ouverts, aux enjeux qu’ils suscitent, aux acteurs territoriaux engagés dans les arbitrages, à la place qu’occupent les associations dans leur gouvernance. Cette petite histoire de l’annulation des documents d’urbanisme montre qu’une autre manière de penser le modèle de développement sur le bassin d’Arcachon semble amorcée mais reste encore timide.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Zone – petite ou grande, permanente ou temporaire, publique ou privée – située à l’intérieur ou à (...)

1L’image du bassin d’Arcachon est intrinsèquement liée à celle des espaces ouverts : dune du Pilat, plage océane, plan d’eau du bassin, forêt, prés salés. Ils proposent un cadre naturel qui joue indéniablement sur l’attractivité à la fois résidentielle et touristique du bassin. Raisonner en termes d’espace ouvert plutôt que de nature amène à prendre en compte la diversité et la multifonctionnalité de l’espace non-bâti 1 ; à mettre l’accent sur sa matérialité (Banzo, 2015). Par ailleurs, l’espace ouvert entretient une relation intrinsèque au bâti : il ne se situe pas en opposition mais bien comme un élément de l’urbain. Ainsi, l’espace ouvert est partie prenante du système territorial urbain et devient même la matière structurante des projets territoriaux qui s’y développent. C’est pourquoi la notion d’espace ouvert est souvent mobilisée lorsque le non-bâti est envisagé dans le cadre de projets territoriaux tels que les documents d’urbanisme (Dachary et al., dans ce numéro). Ceci est d’autant plus vrai que les documents d’urbanisme sont marqués aujourd’hui par une double évolution : l’extension des périmètres pris en compte afin de capter la « cohérence fonctionnelle » du système territorial urbain ; la valorisation du non-bâti comme matière première de l’urbain voire de l’urbanité (Secchi, 2006 ; Perrault, 2011).

  • 2 Notion instituée par les lois Grenelle (loi no 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à (...)
  • 3 « Sachant que la croissance démographique d’un territoire est par nature difficile à prévoir au tra (...)
  • 4 « Parce que le territoire est un haut lieu de biodiversité, la question de l’environnement a été ab (...)

2Le bassin d’Arcachon constitue un système territorial composé d’une agglomération littorale avec une extension rétro-littorale (Val de l’Eyre) lovée dans un écrin d’espaces ouverts qui composent la superficie dominante des 17 communes du pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre (BARVAL) : le plan d’eau et les zones humides à l’avant, la forêt et les terres agricoles à l’arrière (fig. 1). Le schéma de cohérence territoriale de 2013 (SCoT) adopte cette échelle. Dans ce projet, « le territoire doit donc composer et trouver un équilibre entre son caractère exceptionnel, sa fragilité et sa forte attractivité » (SCoT PADD 2013, p. 9). Les espaces ouverts, à travers la notion de « trame verte et bleue 2 », constituent la structure, la pierre angulaire, le point de départ de ce projet. La carte « Un projet vert comme point de départ » (fig. 2) placée au début du PADD (SCoT PADD 2013, p. 10) identifie ainsi les grands éléments de cette trame dans laquelle l’urbain est limité dans des enveloppes contraignantes 3, ou tout au moins « inférieures à celles du schéma directeur de 1994 » (SCoT PADD 2013, p. 22). L’image offrant une place dominante au « vert-bleu » traduit à la fois la volonté de défendre la protection des espaces ouverts, le respect de l’environnement, la qualité du territoire et donc son attractivité 4.

Figure 1 – L’espace ouvert domine sur le bassin d’Arcachon

Figure 1 – L’espace ouvert domine sur le bassin d’Arcachon

Source : BDCarto 2016, Julie Pierson, Olivier Pissoat, UMR Passages, 2018

Figure 2 – Un projet vert comme point de départ

Figure 2 – Un projet vert comme point de départ

Source : schéma de cohérence territoriale du Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre – approuvé le 24 juin 2013

  • 5 http://www.benech-avocat.fr/SCoT-1ere-annulation-dun-schema-au-motif-dune-insuffisante-analyse-de-l (...)

3Ce discours vertueux et consensuel, que l’on peut retrouver dans l’ensemble des SCoT mais aussi des PLU (plan local d’urbanisme) orientés par les lois Grenelle (on parle d’ailleurs de « grenellisation » des documents d’urbanisme), cache des enjeux contradictoires. Les décisions du tribunal administratif d’annuler le SCoT du bassin d’Arcachon (18 juin 2015) et le PLU d’Andernos (26 juin 2013) témoignent de ces enjeux et de l’interprétation – ou plutôt des interprétations – de la norme à laquelle ils conduisent. Le rejet de ces projets semble marquer un tournant dans l’histoire de la planification de ce territoire ; il renouvelle le rapport entre attractivité et protection tel qu’il a été pensé par les acteurs du bassin jusqu’à présent. Plus largement, la décision du tribunal concernant le SCoT semble faire office d’exemple « par le rappel des exigences qui pèsent sur un SCoT quant à la réduction de la consommation foncière et la protection des milieux 5 ». Ces décisions mettent les espaces ouverts au cœur de la controverse. Elles soulèvent un double questionnement : quelles représentations des espaces ouverts les différentes interprétations de la norme au cœur des litiges sous-tendent-elles ? Ces décisions marquent-elles un réel tournant dans la manière de concevoir le développement territorial sur le bassin d’Arcachon au profit de la protection foncière et environnementale plutôt que de l’attractivité démographique et économique ?

  • 6 Cf. avant-propos de ce numéro.

4Dans cet article, nous envisageons l’annulation des documents d’urbanisme comme des événements pertinents pour interroger le rapport entre attractivité et protection au regard de la norme urbanistique et du foncier. Chercher à comprendre les raisons de ces annulations nous amène à nous intéresser aux différentes visions portant sur les espaces ouverts, aux enjeux qu’ils suscitent, aux acteurs territoriaux engagés dans les arbitrages. L’analyse s’appuie sur la confrontation de discours recueillis à travers différentes démarches : lecture des documents normatifs et avis du tribunal administratif, consultation de la presse quotidienne locale ou régionale, entretiens. L’origine des matériaux est issue de recherches personnelles et de travaux réalisés au sein du programme OSQUAR 6 (travaux collectifs, travaux d’étudiants de master).

5Dans un premier temps, nous nous appuierons sur l’exemple de l’espace ouvert Quinconces/Saint-Brice/Le Coulin à Andernos pour identifier les rouages liant l’objectif de protection de ce site avec l’annulation du PLU de 2011 en même temps que la diversité des représentations du développement territorial qui les sous-tendent. Dans un deuxième temps nous analyserons comment la mise en parallèle des avis d’annulation du PLU d’Andernos et du SCoT rend compte d’un contexte inédit qui ouvre peut-être une voie pour une possible évolution des conceptions du développement territorial sur le bassin.

I – Quinconces/Saint-Brice/Le Coulin à Andernos : une coupure d’urbanisation emblématique des tensions entre attractivité et protection sur le bassin d’Arcachon

6Le site est considéré comme une coupure d’urbanisation majeure de l’ensemble du bassin d’Arcachon, par la continuité de l’espace ouvert qui relie le bassin à la forêt cultivée de l’intérieur ainsi que par la qualité des espaces naturels et patrimoniaux qu’il abrite. La partie en contact avec le plan d’eau constitue un espace protégé à différents titres (ZNIEFF, ZICO, Natura 2000, site inscrit de la pointe des Quinconces, espace naturel remarquable au sens de la loi littoral). La majeure partie est propriété du conservatoire du Littoral. Au-delà de la départementale D3, la forêt est industrielle. Le domaine de La Montagne est de propriété privée, il est destiné à l’exploitation forestière. Le site est composé de plusieurs lieux aux caractéristiques distinctes dont les points phares sont : la forêt du Coulin, les réservoirs et la pointe des Quinconces, la conche et la plage de Saint-Brice, le vallon du Cirès et le grand étang qui le jouxte (fig. 3).

Figure 3 – La coupure d’urbanisation entre Andernos et Arès

Figure 3 – La coupure d’urbanisation entre Andernos et Arès

Source : Julie Pierson, Olivier Pissoat, UMR Passages

7Pour les habitants d’Andernos il s’agit à la fois d’un espace remarquable qui participe de l’attractivité de la commune, mais aussi d’un espace du quotidien fréquenté pour la promenade et les activités sportives, seul ou en famille. Ce point de contact entre forêt et bassin est apprécié parce qu’il est préservé, il est encore « sauvage », il est rare (Sanchez, 2015). La protection du site Quinconces/Saint-Brice/Le Coulin s’est déroulée sur un temps long qui rend compte de tensions continues entre volonté d’aménagement, particulièrement défendue par la municipalité, et volonté de protection, défendue par le conservatoire du Littoral et les associations environnementales, notamment l’association pour la sauvegarde du site naturel Quinconces/Saint-Brice. Cet espace est emblématique de la tension entre attractivité et protection à plusieurs titres :

  • à travers le processus conflictuel qu’il nourrit s’expriment différentes visions du développement territorial, caractéristiques du bassin et des littoraux sous pression en général ;

  • il témoigne du rôle essentiel que joue le zonage dans la révélation des tensions mais aussi dans la construction d’une gouvernance qui s’inscrit dans un temps long ;

  • il permet de mieux comprendre la place de l’espace ouvert dans les liens qui se tissent entre les échelles, en l’occurrence celle de la commune d’Andernos et du périmètre des 17 communes intégrées dans le projet de SCoT.

1. Un processus de protection qui se construit sur le temps long

8Les étapes de construction du site protégé Quinconces/Saint-Brice/Le Coulin révèlent des événements conflictuels liés à des projets d’aménagement émanant de la municipalité d’Andernos. Trois grands types de projets sont particulièrement remis en question : les projets relevant de l’aménagement touristique du littoral (port de plaisance, marina), la construction des bassins de décantation des vases issues des dragages du chenal reliant la jetée au chenal principal, la construction de 3 ha de la forêt du Coulin (tableau 1).

Tableau 1 – Le processus de protection du site naturel des Quinconces/Saint-Brice/Le Coulin

Date

Aménagement

Opposants

Protection

1974

Projet de construction d’un port de plaisance

Pêcheurs, ostréiculteurs, affaires maritimes

Abandon

1982

Acquisition foncier. CL : 82 ha. Andernos : 25 ha

1985

POS approuvé le 25 juillet. 11 ha (sur 25 ha) sont classés constructibles

1987

Sur 11 ha, projet marina + centre commercial + lotissement

Usagers (pétition)

Abandon

1989

Association

Création association pour la sauvegarde du site naturel Quinconces/Saint-Brice (1)

1995

Réalisation par la commune de bassins de décantation

Association (1)

Recours gracieux puis recours au tribunal administratif (TA)

1996

Jugement du TA

1998

Acquisition CL : 15 ha cédés par les établissements Albiac le paradis

2001

Cours administrative d’appel (CAA) déclare illégale la construction des bassins de décantation

2008

Acquisition CL : 11 ha cédés par le conseil général de la Gironde (espaces naturels sensibles)

2008

Nouveau PLU arrêté le 27 avril. Réduction à 9 ha la superficie constructible dans secteur du Coulin

Associations (1) et (2)

Le maire procède au retrait du projet de PLU, le modifie pour ne laisser que 3 ha de terrains constructibles

2009

Acquisition CL : 19 ha cédés par la commune d’Andernos

2009

Promesse de vente de 3 ha forêt du Coulin pour projet EHPAD + clinique de soins de suite

Association (1). Conseil général. Agence régionale santé

2010

Plan de Prévention du Risque Incendie de Forêt (PPRIF) classe les 3 ha en zone orange, donc constructible sous conditions. Document approuvé par le préfet le 19 août

2010

Nouveau PLU arrêté le 20 décembre. Les 3 ha classés en zone U7 (urbanisable)

2010

Tempête Xynthia le 28 février. Espaces proches du rivage inondés dont les 3 ha du Coulin

Les critères de cette tempête sont retenus comme aléa de référence pour l’élaboration du Plan de prévention du risque submersion marine (procédure en cours)

2011

Association (1)

Recours au TA contre le PPRIF le 11 mars + avis négatif commissaire enquêteur. Jugement TA 21 mars décide l’illégalité de la zone orange ; le préfet doit modifier le PPRIF

2011

PLU, enquête publique juin

Préfet . Associations (1) et (2)

Préfet alerte le maire sur les illégalités du PLU et notamment les 3 ha du Coulin

2011

Le PLU est approuvé le 24 octobre et maintient les 3 ha constructibles en zone U7

Préfet. Associations (1) et (2)

L’État (préfet) dépose un référé au TA contre la délibération approuvant le PLU

Les associations (1) et (2) déposent un recours au TA

2013

Jugement du TA du 10 juillet annulant l’ensemble du PLU

2013

SCOT approuvé le 24 juin avec les 3 ha constructibles

Association (1)

Fait un recours au TA pour dénoncer l’illégalité des 3 ha

2013

Le SCOT révisé sous demande du préfet, version du 9 décembre classe les 3 ha en zone « blanche » sans affectation

2013

Associations (1) et CEBA

Recours au TA commun sur l’ensemble des dispositions illégales du SCOT

2014

PPRIF

Zone des 3 ha classée rouge, inconstructible, par arrêté modificatif du préfet du 2 octobre

2015

L’ensemble du SCOT est annulé par jugement du TA du 18 juin

2017

Nouveau PLU approuvé le 13 juillet

Rejet des extensions de l’ancien PLU. Société privée abandonne projet d’EHPAD sur les 3 ha, projet transféré sur un autre site de la commune

2017

Annulation du SCOT confirmée par la CAA par arrêté du 28 décembre

CL : conservatoire du Littoral ; (1) : Association pour la sauvegarde du site naturel Quinconces/Saint-Brice ; (2) Association des amis du littoral nord bassin ; CEBA : Coordination environnement du bassin d'Arcachon.

Sources : Échos des Quinconces, no 32, 2013 ; http://andernos.canalblog.com/archives/2009/09/20/14912134.html ; http://www.ecocitoyensdubassindarcachon.org/​pages/​oui-a-l-ehpad-mais-pas-dans-la-foret.html ; entretiens : M. Soubirou, président de l’association pour la sauvegarde du site naturel des Quinconces/Saint-Brice ; J. F. Pahun, président del’association Les amis du littoral nord

  • 7 Nom donné dans les statuts de l’association.
  • 8 http://quinconces.blog4ever.com/articles.

9Le projet de port de plaisance de 1974, prévu sur le domaine public maritime en avant du port ostréicole, est contesté par les ostréiculteurs et les affaires maritimes. Il ne verra pas le jour. Le projet de marina associé à un centre commercial et un grand lotissement (1987) va susciter une forte opposition. De ce mouvement naît l’association pour la sauvegarde du site naturel Quinconces/Saint-Brice en 1989 7. Elle est impulsée et présidée par François Lamoureux, haut fonctionnaire de la Communauté européenne et membre important de la mission interministérielle pour l’aménagement de la côte aquitaine (MIACA). Maurice Soubirou, vice-président de cette association, en devient président en 2000. « L’association indépendante de tout parti politique a pour but de faire connaître ce site naturel unique aux amoureux de la nature et de protéger contre toute construction ou portuaire. » (article 2, statuts de l’association 8). Cette détermination à préserver le site de toute construction a positionné l’association comme principal opposant aux projets d’aménagement proposés par la municipalité.

  • 9 Le Syndicat intercommunal du bassin d’Arcachon (SIBA) va aménager une installation de stockage des (...)

10Des bassins de décantation sont construits en 1995. Un recours est déposé par l’association en 1996, le tribunal ordonne la suspension immédiate des travaux mais ceux-ci sont terminés lorsque le jugement est rendu. Un nouveau recours est alors déposé ; la construction est déclarée illégale en 2001, le jugement est confirmé en 2005 par la cour administrative d’appel. Toutefois le démantèlement n’aura pas lieu. La construction d’un nouveau site de stockage sur la commune d’Arès devrait permettre ce démantèlement progressif en 2018 9.

  • 10 Cf. site internet du conservatoire du Littoral, Saint-Brice/Le Coulin.

11À partir de 1982, le conservatoire du Littoral mène une politique d’acquisition du site, domaine privé à l’origine et soumis à une forte pression. Cinq acquisitions ont lieu. La propriété du conservatoire porterait sur 125 ha aujourd’hui 10. En 1982, la municipalité d’Andernos acquiert également une vingtaine d’hectares. Sur cette superficie, 11 ha sont déclarés constructibles dans la première version du PLU, puis 9 ha, enfin 3 ha dans la version approuvée en 2011. Le maire d’Andernos va défendre la constructibilité de ces 3 ha destinés au départ à accueillir un établissement pour personnes âgées. Dans le plan de prévention du risque incendie de forêt, les 3 ha sont placés en zone orange, constructible sous condition. Le PPRIF est approuvé par le préfet en 2010. L’association pose alors un recours au tribunal administratif enjoignant le préfet à modifier le PPRIF. La zone est classée rouge, inconstructible, par arrêté modificatif du préfet du 2 octobre 2014. Lors de la tempête Xynthia en février 2010, les espaces proches du rivage sont inondés, dont les 3 ha du Coulin. Les critères de cette tempête sont retenus comme aléa de référence pour l’élaboration du plan de prévention du risque de submersion marine (PPRSM). Malgré cela, les 3 ha restent classés en zone U7 (urbanisable) dans le PLU approuvé en 2011. Cette illégalité est un des arguments qui va conduire le préfet et l’association pour la sauvegarde du site naturel Quinconces/Saint-Brice à déposer un recours à l’encontre du PLU 2011. D’autres associations vont s’associer à ce mouvement dénonçant le projet « bâtisseur » qui caractérise le document. Le PLU est annulé en 2013. Toutefois, la constructibilité de ces 3 ha reste inscrite dans le SCoT. Après avis du préfet, le SCoT est révisé. Dans la version de décembre 2013 qui sera approuvée, ces 3 ha sont classés en zone blanche, sans affectation. Les projets de construction dans la coupure d’urbanisation disparaissent dans la nouvelle version du PLU de 2017. L’annulation du SCoT en 2015, confirmée par la cours administrative d’appel en décembre 2017, corrobore ce positionnement.

12Le processus de protection du site Quinconces/Saint-Brice/Le Coulin a finalement abouti. Il révèle des visions différenciées du développement territorial qui sont peut-être moins duales qu’il n’y paraît à première vue.

2. La tension comme forme de gouvernance

13Au-delà de la vision binaire et conflictuelle que présente l’histoire de la protection du site, des relations entre acteurs construisent une forme de gouvernance.

14Depuis 1989, l’association pour la sauvegarde du site naturel Quinconces/Saint-Brice assure un rôle de veille. Les différents recours déposés par ses membres leur confèrent une connaissance de la règlementation, des lois, des procédures juridiques. L’association gagne en légitimité et affirme son positionnement quant aux orientations dans la gestion du site. De son côté la municipalité, tout en essayant de valoriser une partie du site à des fins économiques, participe néanmoins à la publicisation de cet espace. Le maire d’Andernos de 1974 à 2014, Philippe Pérusat, signale ainsi :

15« la forêt du Coulin privée, clôturée et constructible jusqu’en 1975, n’a pu devenir publique, accessible à tous et inconstructible que grâce aux décisions des conseils municipaux successifs qui ont accepté – après maintes péripéties – que soient cédés au conservatoire du Littoral 82 ha de cette forêt pour former aujourd’hui une magnifique coupure d’urbanisation entre Arès et Andernos-les-Bains. Sans cette détermination environnementale, à l’époque très à contre-courant, cette superbe forêt serait aujourd’hui entièrement construite » (Esplandiu, 2013).

16Le conservatoire du Littoral défend les valeurs de la protection environnementale et s’associe en cela aux objectifs de l’association pour la sauvegarde du site naturel Quinconces/Saint-Brice. Elle collabore également avec la municipalité pour la gestion et la publicisation du site. Depuis 2007 une convention existe entre le conservatoire du Littoral et les communes d’Arès et Andernos pour sa gestion. Cette convention est renouvelée chaque année.

17Le processus d’élaboration du PLU de 2011 n’a pas réussi à tirer parti de ces collaborations. Il a conduit à l’exacerbation des tensions en amenant les habitants de la commune à choisir entre deux visions du développement territorial : une vision valorisant les aménités du site pour créer du logement, des équipements, des sources d’emploi ; une vision qui défend la dimension écologique et patrimoniale de l’espace naturel. Ces deux visions ont été défendues aux élections municipales de 2014 d’un côté par Philippe Pérusat (candidat sortant) et de l’autre par Jean-Yves Rosazza (opposant, actuel maire de la commune).

  • 11 « 6 ans pour quoi faire ? Jean-Yves Rosazza, maire d’Andernos, répond à cette question », entretien (...)

18Jean-Yves Rosazza, sans étiquette, a gagné la campagne en s’opposant aux projets d’aménagement défendus par Philippe Pérusat ; des projets jugés coûteux et démesurés, voire inadaptés aux besoins de la commune et aux attentes de ses habitants. Il en va ainsi de l’agrandissement du port du Bétey qui signifiait la destruction d’une zone boisée protégée ; de l’allongement de la jetée pour rendre possible l’accès continu des bateaux ; du golf et des villas envisagés dans le bois du Coulin ; de la construction d’un aérovillage près de l’aérodrome ou encore d’un cinéma « pop-corn » près du casino (entretien télévisé Rosazza 11). Le nouveau maire souhaite redynamiser le bourg en créant un centre culturel (cinéma, salles de spectacle) sur l’emplacement central du stade. Il met fin aux menaces portant sur la protection des espaces naturels emblématiques. Le nouveau PLU, soumis à l’enquête publique en décembre 2016, rend finalement inconstructibles les 3 ha du Coulin et le bois du Bétey. Les conclusions de l’enquête publique témoignent d’une situation plus apaisée entre la municipalité et les associations et d’une volonté de trouver des compromis. La campagne électorale de 2014 marque la fin de « l’ère Pérusat » qui a duré 40 ans (1974-2014) [Sud Ouest, 5 janvier 2015] et s’est caractérisée par une démarche volontaire nourrie par une conviction profonde de l’action (encadré 1).

Encadré 1 – Philippe Pérusat : la vision d’un « bâtisseur »

  • 12 « Donc, je réunissais, si je peux dire, dans une ville qui voulait se développer à la fois l’avanta (...)
  • 13 « Si on construit des équipements vous accroissez la notoriété de la ville ; la ville attire et don (...)

Philippe Pérusat a assuré sept mandats ; durant cette période, la population de la commune est passée de 4 800 habitants à 11 000 habitants. De formation universitaire (maîtrise de droit), diplômé de Sup de Co, il a travaillé dans la promotion du logement public à Bordeaux, puis du logement privé à Andernos. Sa première candidature à la mairie résulte d’un concours de circonstances : le lancement de la MIACA (mission interministérielle d’aménagement de la côte aquitaine), le besoin de personnes au fait des questions d’urbanisme, une situation politique troublée (succession de trois maires en moins d’un mandat). Il s’est trouvé être l’homme d’une situation 12. Dès lors, il entre dans la catégorie des outsiders (Cazals et al., dans ce numéro) : un entrepreneur qui a pour but de développer la commune et de faire d’Andernos une centralité du nord bassin. À son arrivée, il ne considère pas Andernos comme une ville attractive parce qu’elle n’a pas accès à l’eau en continu (problème du fond du bassin). Ne pouvant développer une station balnéaire à proprement parler, il décide d’orienter la fonction de la commune vers les services (entretien, 2010). Il se qualifie de « bâtisseur », il établit un lien direct entre construction d’équipements, notoriété et attractivité 13. Son action reste très centrée sur la commune, il croit peu en l’intercommunalité, en tout cas comme elle se dessine actuellement dans une opposition entre sud et nord bassin. La qualité du cadre de vie pour lui est profondément liée à l’action qu’il engage pour favoriser le bien-être de ses administrés. Les conditions de ce bien-être reposent sur une ville bien équipée, bien entretenue (jardins, fleurs pour son embellissement), sûre, qui œuvre pour l’action sociale et la solidarité, qui soit animée ; tout cela en diminuant si possible les impôts (entretien, 2010). Il croit au progrès résultant de l’action de l’homme. Il croit en l’homme. Agir pour l’intérêt général est ce qui le motive. C’est cette vision, défendue toutes ces années, qui a nourri le projet du PLU de 2011. Celui-ci ne convainc plus les administrés qui sont de plus en plus nombreux à défendre une autre vision de la qualité du cadre de vie et dénoncent les effets négatifs des projets du « bâtisseur ».

Source : Cette note est élaborée sur la base de deux entretiens réalisés auprès de P. Pérusat dans le cadre du programme OSQUAR. En 2010, plusieurs élus locaux ont été interviewés à titre d’experts du bassin. L’objectif était d’aborder deux questions : la qualité du milieu (Le Floch et al., dans ce numéro), la dimension conflictuelle du territoire. En 2013, une étude a été menée sur « Les élus du Pays du Buch » (Molina, 2013).

  • 14 http://www.infobassin.com/politique-economie/andernos-cm-050614.html.

19Le 5 juin 2014 se tient le premier conseil municipal présidé par le nouveau maire Jean-Yves Rosazza. À l’ordre du jour est inscrite la convention de gestion avec un règlement des usages du site Quinconces/Saint-Brice/Le Coulin avec le conservatoire du Littoral. Une occasion prise par Philippe Pérusat, désormais membre de l’opposition, de rappeler « avoir rendu inconstructible la forêt du Coulin-Quinconces pour le bénéfice de tous ». Le maire l’a interrompu en signalant : « Ce couplet, on le connaît par cœur. Et c’est pas du tout comme ça que ça s’est passé. Les velléités offensives que vous aviez sur ce dossier n’étaient pas du tout comme ça 14… » Cette altercation filmée par la télévision du bassin d’Arcachon rend compte de la tension qui reste vive entre les deux candidats au lendemain des élections et du sujet sensible que constitue le site. On voit dans ce mouvement qui a conduit au changement de pouvoir municipal une volonté de défendre une qualité du cadre de vie qui ne passe plus par la dotation de la commune en nouveaux équipements et services comme cela avait été le cas jusqu’à ce jour, mais par la préservation des espaces ouverts. C’est cette évolution que traduisent les avis du tribunal administratif d’annulation des documents d’urbanisme à l’échelle du PLU comme du SCoT.

II – Les annulations de documents d’urbanisme : un tournant du rapport entre attractivité et protection sur le bassin d’Arcachon ?

20La période de révision des documents d’urbanisme qui s’ouvre à partir de la promulgation de la loi SRU de 2000, relative à la solidarité et au renouvellement urbains, marque pour le bassin d’Arcachon une transition. Plusieurs des documents élaborés mettent en évidence des irrégularités qui conduisent à leur annulation. Le PLU 2007 d’Arcachon, le PLU 2010 de Mios, le PLU 2011 d’Andernos, le PLU 2013 de Lège-Cap-Ferret et enfin le SCoT de 2013 sont ainsi annulés (tableau 2).

Tableau 2 – Situation des PLU sur le bassin d’Arcachon

Commune

Situation des PLU

Andernos-les-Bains

PLU 2011 annulé par tribunal administratif. Nouveau PLU approuvé le 15 juillet 2017

Arès

PLU approuvé le 27 avril 2017

Arcachon

PLU 2007 annulé par tribunal administratif . Nouveau PLU approuvé le 26 janvier 2017

Audenge

PLU approuvé le 12 octobre 2011 et modifié le 5 juillet 2017

Biganos

PLU approuvé le 20 octobre 2010 et modifié le 29 mai 2013, en cours de révision

Gujan-Mestras

PLU approuvé le 20 octobre 2010 et modifié le 29 mai 2013, en cours de révision

La Teste-de-Buch

PLU approuvé le 06 octobre 2011 et modifié le 12 septembre 2013, en cours de révision

Lanton

PLU approuvé le 27 janvier 2017

Le Teich

PLU approuvé en juillet 2006 et modifié le 25 juin 2015

Lège Cap-Ferret

PLU 2013 annulé par tribunal administratif. Nouveau PLU soumis à enquête publique du 29 janvier au 2 mars 2018

Marcheprime

PLU approuvé le 08 septembre 2016

Mios

PLU 2010 annulé par tribunal administratif, en cours de révision

Communes Val de Leyre

Belin-Beliet

PLU approuvé le 3 avril 2013, en cours de révision

Le Barp

PLU en cours de révision

Lugos

PLU en cours de révision

Saint-Magne

PLU en cours de révision

Salles

PLU en cours de révision

Source : http://geo.bassin-arcachon.com/​e-urbanisme-arcachon/​index.html + mairies

21Nous nous intéressons ici aux arguments qui ont été avancés par le tribunal administratif pour justifier l’annulation du PLU d’Andernos en particulier et du SCoT du bassin d’Arcachon afin de mieux comprendre en quoi les projets territoriaux présentés questionnent la norme concernant les espaces ouverts et ce qui se joue aux différentes échelles. Ces annulations posent également la question de la place des associations environnementales ou défendant l’objectif de protection dans l’élaboration des projets de territoire. Elles désarçonnent les acteurs territoriaux du bassin qui pensaient, avec l’approbation du SCoT, avoir franchi un pas.

1. Les annulations et la remise en cause d’un modèle de développement territorial

  • 15 Seuls les arguments portant sur ces aspects ont été retenus pour cette analyse. Les plaintes concer (...)

22L’élaboration du PLU d’Andernos débute en 2001, juste après la promulgation de la loi SRU (2000). Le précédent POS date de 1985. La trajectoire de réalisation du document est assez tumultueuse, avec des propositions distinctes mises à la concertation à différentes reprises ; la procédure de concertation fait d’ailleurs partie d’un des arguments appuyant l’annulation du PLU (avis du tribunal administratif de Bordeaux du 26 juin 2013, alinéas 7 et 8). Le document final est néanmoins approuvé par délibération du 24 octobre 2011. Il est annulé le 26 juin 2013, deux jours après que ne fut approuvé le SCoT du bassin d’Arcachon, qui sera lui-même annulé deux ans plus tard. La mise en perspective des avis du tribunal administratif concernant ces deux annulations est intéressante car ceux-ci usent d’arguments similaires à l’égard de l’environnement et des espaces ouverts 15.

  • 16 Associations environnementales citées dans le texte ci-après + SCI Wurtz, SAS camping de Fontaine V (...)
  • 17 Fédération des sociétés pour l’étude, la protection et l’aménagement de la nature dans le Sud-Ouest (...)

23L’avis du tribunal administratif de Bordeaux du 26 juin 2013 donne raison aux différents plaignants ayant déposé des recours à l’encontre du PLU 16. Les principaux thèmes discutés concernent la concertation, l’évaluation environnementale figurant au rapport de présentation du PLU, l’application de la loi littoral concernant notamment le respect des coupures d’urbanisation. Ce thème réapparaît dans le jugement du tribunal administratif du 18 juin 2015 qui décide l’annulation du SCoT. Les espaces ouverts à travers la consommation des espaces naturels et les coupures vertes y sont les thèmes privilégiés. Dans les deux cas les recours sur le volet environnemental sont portés par des associations. Pour le PLU d’Andernos, il s’agit d’associations locales (association Le Bétey, plage boisée à sauvegarder ; association pour la sauvegarde du site naturel Quinconces/Saint-Brice ; association Mieux vivre à Andernos) mais aussi d’associations mobilisées sur des problématiques plus générales du bassin (Les amis du littoral nord bassin d’Arcachon ; association Ecocitoyens du bassin d’Arcachon). Pour le SCoT, il s’agit de la Coordination environnement du bassin d’Arcachon (CEBA) qui regroupe une trentaine d’associations du bassin et de l’association pour la sauvegarde du site naturel Quinconces/Saint-Brice. La coordination propose de représenter la diversité des associations environnementale du bassin. Avec la SEPANSO 17, elles sont reconnues partenaires de l’État et des collectivités et sont conviées dans les instances participatives. Les argumentations des jugements insistent particulièrement sur deux aspects : une insuffisante prise en compte de l’impact environnemental des projets, une insuffisante attention à la protection des espaces ouverts.

  • 18 Les projets auxquels il est fait référence sont : l’extension du port du Betey, l’implantation d’un (...)

24Dans le jugement rendu le 26 juin 2013 concernant le PLU d’Andernos, les modalités de réalisation de l’évaluation environnementale figurant au rapport de présentation du PLU sont remises en question (alinéas 9 à 17) : « ledit rapport de présentation ne procède pas à une analyse globale de l’impact sur les milieux naturels des principaux projets susmensionnés 18 » (alinéa 15). Ces projets touchent de manière directe ou indirecte des espaces naturels protégés, une coupure d’urbanisation de grande importance pour le bassin, des sites classés Natura 2000 sans que leur impact ne soit réellement évalué (alinéas 15 et 17). Par ailleurs, le rapport de présentation ne justifie pas les choix opérés quant à l’implantation des projets et le positionnement adopté par rapport à d’autres solutions possibles (alinéa 16). De surcroît, certains risques comme la remontée de nappes phréatiques ou le risque d’inondation, signalés par les services de l’État, sont absents de l’exposé ; des informations sur le fonctionnement des espaces naturels, la qualification des espaces nécessaires au bon fonctionnement des corridors écologiques font également défaut et sont considérées « comme des lacunes affectant les conclusions établies par le rapport » (alinéa 14).

25Ce sont également des insuffisances dans l’information fournie et les analyses réalisées ici sur la consommation des espaces naturels qui sont reprochées au SCoT dans le jugement rendu le 18 juin 2015 par le tribunal administratif (alinéas 23 à 28). L’accent est mis sur la nécessité de présenter une analyse de la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers au cours des dix dernières années telle qu’instaurée par la loi Grenelle II. Cette analyse présentée dans la partie diagnostic du rapport de présentation doit donner lieu à des objectifs chiffrés de limitation de la consommation dans le document d’orientation et d’objectifs (alinéa 23). Ces données permettent le contrôle par le juge des objectifs fixés par le SCoT (alinéa 25). Le jugement insiste sur les insuffisances de cette analyse dans le SCoT. N’étant pas assez approfondie (alinéa 28), ne prenant pas assez en compte la densité (alinéa 25), elle donne lieu à une estimation « en creux » de la consommation des espaces ouverts (alinéa 27). Cette « présentation trop sommaire de l’analyse de la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers a nécessairement altéré la sincérité de l’information donnée au public et la perception de celui-ci des exigences de protection du milieu naturel » (alinéa 28).

  • 19 Les choix du SCoT conduisent à une augmentation de l’enveloppe urbaine de 37 % à l’horizon 2030, ce (...)
  • 20 Article L. 146-2 du code de l’urbanisme.
  • 21 Article L. 146-4 du code de l’urbanisme selon lequel « l’extension de l’urbanisation doit se réalis (...)

26Dans les deux jugements, la dynamique « consommatrice » visant à considérer les espaces ouverts comme des réserves foncières est dénoncée. L’enveloppe urbaine envisagée par le SCoT est considérée comme trop importante au regard de la nécessité de protection du bassin, elle traduit plus une continuité qu’une rupture avec la logique des schémas directeurs précédents 19. Cette tendance peut aller jusqu’à ne pas respecter les normes. Les irrégularités de certains projets communaux touchent notamment les coupures d’urbanisation 20 (alinéas 29 à 34), la protection des espaces remarquables (alinéa 35), les normes d’extension d’urbanisation 21 (alinéas 36 à 39). Le jugement concernant le SCoT fait très explicitement référence aux points de litiges en précisant leur localisation et les raisons de l’irrégularité. Quatre cas de non-respect des coupures d’urbanisation sont mentionnés : le secteur Camicas-Laurey-Pissens avec le projet d’extension du golf international d’Arcachon (alinéa 31) ; l’extension multifonctionnelle de l’enveloppe urbaine dans le secteur de la Pinède de Conteau à La Teste-de-Buch (alinéa 32) ; l’extension de l’enveloppe urbaine à l’ouest et au nord du village de Claouey (Lège-Cap-Ferret) sur un secteur boisé au sein d’un site inscrit (alinéa 33) ; la réalisation d’un parcours de golf avec résidences sur la coupure d’urbanisation entre Andernos et Arès, 85 ha de forêt ; bois du Coulin (3 ha) intégré à l’enveloppe urbaine puis retiré suite à la délibération finale du 9 décembre 2013 mais laissé sans affectation dans le SCoT (alinéa 34). Pour chacun des cas une attention particulière est portée sur l’explicitation des effets préjudiciables pour le maintien et l’autonomie des coupures d’urbanisation considérées comme des biens rares « subsistant en nombre limité au pourtour du bassin » (alinéa 30). Il est aussi rappelé qu’un golf « ne constitue pas un aménagement léger de l’espace forestier mais porte atteinte à la continuité de cette coupure d’urbanisation » et qu’il implique « un quasi doublement des superficies défrichées pour permettre cette activité » (alinéa 31). Ces observations convergent vers le constat d’incapacité des acteurs territoriaux locaux à considérer sérieusement l’urgence d’un changement pour le bassin :

La limitation de la consommation des espaces naturels revêt, à la date où le SCoT est établi, une importance décisive pour la préservation d’un milieu maritime et naturel qualifié à juste titre par les auteurs du SCoT comme « territoire d’exception » et probablement l’une des dernières opportunités pour opérer une inflexion déterminante en vue d’assurer l’équilibre entre le développement urbain et la préservation des espaces préconisée par l’article L. 121-1 du code de l’urbanisme (alinéa 24).

  • 22 Pour ne citer que quelques-unes : loi no 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et (...)

27Le temps de l’élaboration du SCoT et de la mise en place des PLU sur le bassin est celui d’une évolution importante des normes. La question environnementale s’impose à travers le développement durable. Les documents d’urbanisme ne sont plus seulement des outils pour anticiper la croissance d’un territoire mais doivent se concevoir comme des projets évolutifs portant une attention particulière au respect de l’environnement. Les normes concernant notamment la protection des espaces naturels, agricoles et forestiers deviennent de plus en plus contraignantes. Différentes lois 22 insistent sur la nécessité de préserver l’espace, conçu comme un bien rare, et contraindre l’étalement urbain. La densité revient au cœur du débat avec le renouvellement urbain. Les annulations du SCoT et du PLU d’Andernos corroborent ces objectifs ; de ce fait, elles vont dans le sens d’une reconnaissance des revendications des associations environnementales.

2. Un pas en avant pour les associations environnementales ?

28Dans un arrêté daté du 28 décembre, la cour administrative d’appel de Bordeaux a rejeté le recours du Syndicat mixte du bassin d’Arcachon et du Val de l’Eyre (Sybarval) et confirme l’annulation totale du schéma de cohérence territoriale. En conséquence, le Sybarval renonce à toute procédure judiciaire et se mobilise pour élaborer un nouveau SCoT dont l’horizon est désormais 2040 (Audy, 2018). Les associations environnementales ont joué un rôle important dans les procédures d’annulation. Les décisions fermes de la justice les confortent dans leurs convictions et dans leurs rôles comme lanceur d’alerte et au sein de la gouvernance locale. Toutefois, pour les associations, les annulations génèrent un sentiment ambivalent.

29En effet, d’un côté il s’agit de l’aboutissement favorable d’une lutte qui est menée parfois depuis fort longtemps (tableau 1). Il y a une réelle satisfaction à constater que tous les arguments avancés pour défendre l’objectif de protection sont remobilisés dans les avis du tribunal administratif. Cela atteste d’une bonne connaissance de la réglementation. D’un autre côté, le dépôt des recours à l’encontre des documents d’urbanisme est vécu comme un échec, le résultat d’une communication impossible tout au long de l’élaboration des documents. En ce qui concerne le SCoT, la CEBA et la SEPANSO ont participé aux réunions publiques dès le début de l’élaboration du document (2008) mais assez vite, elles ont exprimé leur désaccord dans une lettre ouverte (2009) dans laquelle elles dénoncent les perspectives expansionnistes du projet présentées dans le PADD ; elles rappellent l’importance de prendre en compte la note d’enjeu de l’État produite en avril 2008 considérée comme un « impératif essentiel d’un projet intégré et responsable » :

  • 23 SEPANSO, CEBA, lettre ouverte, novembre 2009. http://www.bassindarcachonecologie.org/baedocuments/S (...)

projet où à l’évidence les facteurs accélérateurs d’un aménagement voué à la reconnaissance d’une future superagglomération ainsi que les aspects démographiques, d’évolution urbaine, touristiques basés sur une consommation « libérée » des espaces, vont profondément mutiler l’identité environnementale et patrimoniale du Pays Bassin d’Arcachon et Val de L’Eyre 23.

30Le recours est alors envisagé comme un aveu d’impuissance et comme une dernière chance de faire valoir leurs convictions lorsque les autres voies n’ont pas fonctionné. Cette démarche pose néanmoins question car elle s’avère peu efficace : perte de temps, perte d’argent, enlisement du projet. À propos du recours gracieux déposé par la CEBA à l’encontre du SCoT, le président de l’association de défense et de promotion de Pyla-sur-Mer s’interroge :

  • 24 Site association de défense et de promotion de Pyla-sur-Mer, 10 septembre 2013, http://storellialex (...)

Pour quelles raisons aboutit-on à nouveau à une insécurité juridique complète (après des annulations de PLU en chaîne) ? Quatre années de procédure d’édification à l’aide de toutes les compétences disponibles aux frais du contribuable ne seraient-elles pas suffisantes ? Pour quelles raisons les observations de l’État et de l’autorité environnementale, outre celles des associations, n’ont pas été suffisamment prises en compte 24 ?

31Derrière ces questions il en existe surtout une : les élus et les acteurs de la fabrique territoriale sont-ils prêts à promouvoir un autre modèle de développement pour le bassin d’Arcachon ?

3. Une situation qui désarçonne les acteurs territoriaux

  • 25 « Je pense pourtant que nous avions fait dans la dentelle en rédigeant ce projet, que l’ensemble ét (...)

32Les élus et les acteurs de la fabrique territoriale, en l’occurrence le Sybarval, se trouvent décontenancés face à la décision du tribunal administratif de juin 2015. En effet, celle-ci anéantit plusieurs années de travail et un réel effort pour élaborer un projet « cohérent 25 ». La cohérence évoquée ici fait référence à la capacité à présenter un projet orienté par des enjeux environnementaux et résultant d’un compromis entre les 17 communes du Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre (BARVAL), ce qui constitue une évolution notable dans le contexte du bassin d’Arcachon soulignée dans le diagnostic même du SCoT :

On peut aisément reconnaître que le SDAU de 1975 et le schéma directeur de 1994 n’ont été que la compilation de dix projets communaux et la juxtaposition de politiques localisées.

Aujourd’hui, la situation est totalement différente, hors des logiques qui ont porté le schéma directeur de 1994. Les approches et les positions des élus ont évolué, celles de l’État également, la vision de la société et des réseaux associatifs s’est transformée. Dans ce nouveau contexte, le SCoT ne peut pas être l’expression de dix-sept projets, ni celle uniquement des structures de l’État et de ses différents services, mais bien une réelle expression collective d’un vrai projet de structuration et de développement du territoire au service des habitants et des acteurs économiques, complet, englobant toutes les problématiques : habitat, déplacements, économie, environnement, etc. » (SCoT, Diagnostic, p. 10).

33Bien que le SCoT propose une démarche cohérente à l’échelle du bassin, les perspectives d’urbanisation portant notamment atteinte aux coupures d’urbanisation, montrent la détermination des élus locaux à défendre les spécificités des projets communaux. De façon peut-être paradoxale, cela témoigne aussi d’une dynamique de négociation et de compromis très forte pour que le projet puisse être approuvé par l’ensemble des membres du syndicat malgré la reconnaissance de ces spécificités et des irrégularités qu’elles induisent. Le maintien des 3 ha du Coulin (Andernos) comme constructibles, à l’échelle du PLU comme du SCoT, traduit assez clairement cet état d’esprit.

  • 26 Patsouris, 2015b, p. 13.

34La prise en compte des arguments des associations environnementales par le tribunal administratif est vécue comme un désaveu, une absence totale de reconnaissance des avancées dont témoigne le SCoT. L’annulation décourage 26:

le SCoT, document qui traite de beaucoup de choses, les transports, les grandes infrastructures, l’économie, l’habitat, le logement, est annulé essentiellement en vertu de la loi littoral et la préservation des espaces naturels. Je me dis que sur le bassin, on ne peut plus rien faire (Jean-Guy Perrière, président du Sybarval )

  • 27 Blad, 2015, p. 3.

35et inquiète : « Ce document d’urbanisme avait au moins le mérite d’exister, et à mon sens, de protéger l’environnement tout en assurant le développement du territoire » (Jean-Guy Perrière 27). En effet, l’annulation du SCoT renvoie à l’absence de coordination de la procédure de révision des PLU qui est menée actuellement par un certain nombre de communes (tableau 2).

  • 28 L’avis de la cour administrative d’appel de Bordeaux émis le 28 décembre 2017 concernant le SCoT re (...)

36Ces deux remarques du président du Sybarval sont révélatrices du malaise que génère l’évolution du contexte à la fois réglementaire et social. D’une part, l’environnement et la protection des espaces ouverts sont affichés comme des enjeux majeurs pour le bassin, ces questions prenant le pas sur l’économie et l’équipement du territoire. D’autre part, la légitimité des acteurs de la fabrique territoriale (volet technique comme politique) est remise en question. Comment envisager le développement territorial sur un territoire où les limites des espaces ouverts sont sanctuarisées 28 ? Comment concevoir des projets sans bâtir ? Comment développer sans accueillir de nouvelles activités et populations ? À quoi sert un élu s’il ne peut développer des projets de construction sur son territoire durant son mandat ? Quelles actions les acteurs territoriaux peuvent-ils alors mener ? Telles sont les questions qui taraudent les élus locaux en particulier et auxquelles le projet de territoire des PLU en cours de révision et de la nouvelle procédure du SCoT qui vient d’être lancée doivent chercher à répondre.

Conclusion

37La petite histoire de l’annulation du SCoT du bassin d’Arcachon et du PLU d’Andernos rend compte du rôle des espaces ouverts dans l’évolution du rapport entre attractivité et protection. Les espaces ouverts sont à la fois facteurs d’attractivité et objets de protection dans un site où, bien que majoritaires, ils sont considérés comme rares et donc précieux. L’entrée par les espaces ouverts conduit à prendre en compte la dimension foncière comme un enjeu majeur. Dans les cas abordés nous voyons qu’elle ouvre également sur une dimension environnementale. Les questions de la protection, de la vulnérabilité, de la durabilité y sont abordées.

38Sur le plan environnemental, il semble que les situations évoquées sur le bassin relèvent d’un schéma classique de gouvernance des littoraux.

39Des visions opposées du développement territorial. Les litiges portant sur les procédures d’aménagement sont courants sur les littoraux. À propos de la loi littoral, P. Lascoumes signale déjà en 1995 l’importance des litiges liés aux procédures d’aménagement (documents d’urbanisme, permis de construire, ZAC) et de la forte proportion des annulations qui en découlent (plus de 50 %) [Lascoumes, 1995, p. 413]. Les associations sont les principales contestataires. Les annulations contemporaines des documents d’urbanisme sur le bassin d’Arcachon relèveraient de cette même logique qui oppose de façon caricaturale la vision protectionniste des associations à la vision expansionniste des élus locaux soumis à la double contrainte de « réaliser des projets rentables électoralement » et de répondre à la pression des promoteurs et des industriels (Lascoumes, 1995, p. 414). Le positionnement de « bâtisseur » défendu par l’ancien maire de la commune d’Andernos s’inscrit bien dans cette dynamique.

40Le conflit comme mode de gouvernance territoriale. La multifonctionnalité associée à la richesse environnementale et la vulnérabilité des zones littorales exacerbe la tension entre attractivité et protection favorable au développement de situations de conflits. La dimension environnementale s’affirme dans les conflits littoraux. Les conflits participent aux modes de gestion du littoral dans la mesure où ils interagissent avec la cohérence des actions menées sur le territoire (Cadoret, 2011). Ils sont une composante de la gouvernance territoriale (Torre et Beuret, 2012) et une voie dans le développement territorial (Torre, 2015).

41L’affirmation des associations environnementales et locales dans la gouvernance territoriale. La montée en puissance des préoccupations pour l’environnement et pour la défense du cadre de vie suscite le développement des associations. Face à l’affaiblissement du pouvoir hiérarchique, notamment du rôle de l’État, s’accroît l’implication des acteurs locaux. Les associations marquent « l’irruption des citoyens dans les processus de décision et la part croissante qu’ils prétendent prendre au niveau local, qu’il s’agisse de porter des projets ou de les contester » (Torre et Beuret, 2012, p. 26).

42Si la petite histoire de l’annulation des documents d’urbanisme sur le bassin d’Arcachon s’inscrit dans ce schéma, elle semble aussi annoncer une évolution.

43Du côté de la norme, l’annulation du SCoT comme des PLU communaux traduit l’affirmation de la contrainte de la protection foncière et environnementale. L’espace ouvert ne doit plus être conçu comme une réserve foncière mais comme un bien commun. Sur le bassin d’Arcachon, il est rare, il est d’autant plus précieux. L’attractivité passe donc nécessairement par la préservation de cette ressource et impose de limiter la croissance démographique sur le bassin. Un changement de conception du développement radical pour le bassin qui depuis le xixe siècle appuie sa dynamique sur une croissance démographique constante combinant attractivité touristique et attractivité résidentielle. Par ailleurs, les différentes annulations marquent le passage de documents d’urbanisme « organisateurs de la croissance » à des documents d’urbanisme « promoteurs d’un projet territorial durable ». Les associations environnementales et locales ont sans doute un rôle à jouer dans ce passage.

  • 29 Association de défense des droits d’usages dans la forêt usagère de La Teste-de-Buch (1920), Associ (...)
  • 30 Par exemple, Scaph Pro (recherche océanographique, suivi biologique, topographique, vidéo sous-mari (...)
  • 31 Association Mieux vivre à Andernos (constituée par les riverains du bois du Coulin en opposition au (...)
  • 32 Association pour le développement durable du bassin d’Arcachon (A2DBA), Association de défense des (...)
  • 33 Ligue de protection des oiseaux (LPO), GRAINE Aquitaine, SEPANSO.

44Les associations environnementales sont particulièrement nombreuses sur le bassin d’Arcachon. Une quarantaine de structures regroupent des citoyens soucieux de l’environnement qui souhaitent par leur engagement préserver le milieu auquel ils sont attachés (Cadoret, 2017). Il existe des distinctions dans les associations entre les « historiques » qui ont accompagné le développement touristique du bassin 29, les spécifiques aux thématiques ciblées 30, les micro-locales associant les riverains 31, les « tout bassin 32 », les nationales/régionales 33. La Coordination environnement du bassin d’Arcachon a un statut particulier puisqu’elle associe différentes associations et propose de défendre une vision partagée de la protection de l’environnement pour l’ensemble du bassin, objectif qui peut faire l’objet de tensions entre les associations elles-mêmes. Le consensus obtenu autour de l’annulation du SCoT constitue un acte fort ; c’est la reconnaissance aussi de leur utilité. Cette reconnaissance se construit sur un temps long qui participe également d’un mouvement d’institutionnalisation des associations (Sawicki, 2003). Celles-ci renforcent leurs compétences et affirment le rôle qui leur est conféré dans le débat public voire dans l’élaboration des politiques publiques (Lascoumes, 1994). L’expérience d’annulation du SCoT est un événement qui peut favoriser une meilleure participation des associations dans l’élaboration du projet territorial à venir, même si la tension entre élus et associations reste parfois très vive.

45Face à la difficulté d’envisager le développement en termes d’expansion sur les espaces ouverts, les maires sont amenés à repenser les projets de territoire pour leur commune. Le comblement des « dents creuses » devient la priorité. La densification passe aussi par l’affirmation des centralités et la construction de petits immeubles (R + 2-3) à la place des maisons individuelles. Ces évolutions architecturales ne sont pas toujours bien accueillies par la population (Le Floch et al., dans ce numéro). La densification est souvent ressentie par les habitants comme contraire à l’identité du territoire bassin et à la qualité du cadre de vie (entretien maire de Biganos, 15 mars 2018).

  • 34 Deloitte, 2014.
  • 35 Le collectif Aliment Terre s’est constitué en 2015 dans le but de promouvoir une agriculture de pro (...)
  • 36 Entretien maire de Biganos, 15 mars 2018.

46Une autre option est de considérer la protection des espaces ouverts comme une opportunité de développement territorial. Sur le bassin, il y a bien une reconnaissance de la valeur de certains espaces ouverts mais une réelle difficulté à concevoir que la protection environnementale puisse générer une valeur économique en soi, être source de développement. L’étude mandatée par le Syndicat mixte de la grande dune du Pilat pour l’évaluation des retombées économiques de la dune va dans ce sens (André-Lamat et al., 2017 34). Sans doute aussi est-il possible de concevoir d’autres formes de valorisation des espaces non-bâtis que la protection environnementale. L’agriculture pourrait être une voie sur le bassin. L’agriculture est quasiment absente des communes littorales ; les zonages A sont très limités, parfois inexistants. L’agriculture se concentre dans l’arrière-pays et concerne une activité industrielle concentrée au sein de très grandes entreprises. Il existe pourtant une place pour une petite agriculture de proximité destinée à la consommation locale qui pourrait valoriser certaines terres abandonnées ou sous-exploitées, dans les coupures d’urbanisation, dans les interstices laissés par une urbanisation de faible densité. C’est la proposition que défend un collectif de citoyens cherchant à installer de nouveaux agriculteurs sur le bassin d’Arcachon 35. L’idée de développer cette activité fait son chemin auprès de certains élus. Ainsi, dans le PLU en cours de révision, la commune de Biganos envisage de créer un zonage A (agriculture) de 100 ha sur un espace en partie forestier afin de faciliter l’installation de petites exploitations agricoles destinées à l’alimentation locale 36. « Réinventer les territoires littoraux » n’est donc pas uniquement une injonction posée par le risque, notamment sur les littoraux atlantiques (Urbanisme, 2016) ; c’est aussi une autre manière d’aborder le développement général territorial. Les espaces ouverts pourraient s’affirmer comme force de proposition dans un développement durable visant une territorialisation de l’intérêt générale plus générale (Beuret et al., 2016).

Haut de page

Bibliographie

« Réinventer les territoires ruraux », Urbanisme, no 401, 2016, p. 33-69.

« Bassin d’Arcachon : les élus en appel après l’annulation du SCoT », http://www.sudouest.fr/2015/08/06/bassin-d-arcachon-les-elus-en-appel-apres-l-annulation-du-SCoT-2089775-2733.php, Sud Ouest, 6 août 2015.

« Rosazza met un terme à l’ère Pérusat », Sud Ouest, 5 janvier 2015.

André-Lamat V., Banzo M., Pupier-Dauchez S., « La dune du Pilat au prisme du capital environnemental : tour d’horizon des valeurs d’un “tas de sable” », Norois, no 243, 2017, p. 55-70.

Audy V., « Le SCoT va être retravaillé », http://www.sudouest.fr/2018/02/13/le-SCoT-va-etre-retravaille-4196897-2729.php, Sud Ouest, 13 février 2018.

Banzo M., « L’espace ouvert pour recomposer avec la matérialité de l’espace urbain », http://articulo.revues.org/2708, Articulo – Journal of Urban Research, no 6, 2015.

Beuret J.-E., Cadoret A., Rey-Valette H., « Développement durable en zones côtières : comment territorialiser l’intérêt général environnemental ? Un cadre d’analyse », https://journals.openedition.org/developpementdurable/11358, Développement durable et territoires, vol. VII, no 3, 2016.

Blad A., « Urbanisme : le SCoT annulé, les maires désavoués », La Dépêche du bassin, no 996, 2015.

Cadoret A., « L’attachement aux lieux dans les conflits liés à l’environnement sur le littoral : une ressource pour leur régulation », http://journals.openedition.org.inshs.bib.cnrs.fr/vertigo/18436, VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. XVII, no 1, 2017.

Cadoret A., « Quelle durabilité des formes de régulation des conflits littoraux ? », http://journals.openedition.org/vertigo/10946, VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, no 9, 2011.

Castéra I., « Le président Jean Mazodier lâche la barre », http://www.sudouest.fr/2016/08/09/le-president-jean-mazodier-lache-la-barre-2461418-2918.php, Sud Ouest, 9 août 2016.

Cazals C., Lyser S., Bouleau G. et al., « L’écotourisme sur le bassin d’Arcachon : attractivité touristique et résidentielle, trajectoires du développement local », Sud-Ouest Européen, no 45, 2018.

Dachary-Bernard J., Gaschet F., Hautdidier B. et al., « Entre protection et ouverture : quels effets de la politique d’usage des sols sur les dynamiques de marché foncier sur le littoral aquitain ? », Sud-Ouest Européen, no 45, 2018.

DELOITTE, Évaluation des retombées socio-économiques du grand site de la dune du Pilat, Syndicat mixte de la grande dune du Pilat, Pyla-sur-Mer, 2014.

Dubourg B., « La Ceba a fait annuler le SCoT », http://www.sudouest.fr/2018/02/19/la-ceba-a-fait-annuler-le-SCoT-4212808-2733.php, Sud Ouest, 19 février 2018.

Dubourg B., « En 2013, le SCoT avait été adopté à l’unanimité », Sud Ouest, 11 mai 2015.

Esplandiu C., « La bataille des Quinconces en annonce d’autres », Sud Ouest, 27 août 2013.

Guyet A., La Révision du PLU d’Arcachon, son annulation et ses conséquences, https://www.memoireonline.com/06/13/7213/m_La-revision-du-PLU-d-Arcachon-son-annulation-et-ses-consequences0.html, mémoire droit de l’urbanisme, construction et immobilier, université Montesquieu Bordeaux IV, 2010.

Lascoumes P., « Les arbitrages publics des intérêts légitimes en matière d’environnement », Revue française de science politique, vol. 45, no 3, 1995, p. 396-419.

Lascoumes P., L’Éco-pouvoir, environnements et politique, La Découverte, Paris, 1994.

Le Floch S., Banzo M., Bigando E. et al., « La “qualité” du bassin d’Arcachon. De quoi parlons-nous ? Trois enquêtes croisées auprès d’acteurs et d’usagers », Sud-Ouest Européen, no 45, 2018.

Lenne J.-B., « Dragage, le bassin d’Arcachon serait-il finalement un bon élève ? », http://www.ladepechedubassin.fr/2017/01/26/actualites/dragage-bassin-darcachon-serait-finalement-eleve%E2%80%89/, La Dépêche du bassin, 26 janvier 2017.

Menet S., « La sentinelle associative de l’environnement », http://www.sudouest.fr/2018/01/11/la-sentinelle-associative-de-l-environnement-4100329-2733.php, Sud Ouest, 11 janvier 2018.

Menet S., « Le SCoT est annulé », Sud Ouest, 20 juin 2015.

Menet S., « Bassin d’Arcachon : les engagements de BAE pour la protection de l’environnement », Sud Ouest, 3 janvier 2014.

Molina S., Les Élus du Pays de Buch, rapport d'étude, IRSTEA-École des hautes études en sciences sociales, 2013.

Patsouris D., « Bassin d’Arcachon : la cour d’appel de Bordeaux confirme l’annulation du SCoT », http://www.sudouest.fr/2017/12/28/bassin-d-arcachon-la-cour-d-appel-de-bordeaux-confirme-l-annulation-totale-du-SCoT-4069735-2733.php, Sud Ouest, 28 décembre 2017.

Patsouris D., « Plus rien faire sur le bassin », Sud Ouest, 24 juin 2015a.

Patsouris D., « Urbanisation excessive », Sud Ouest, 24 juin 2015b.

Perrault D., Metropolis, Institut français-Dominique Carré, Paris, 2011.

Saint-Sernin Y., « Bassin d’Arcachon : l’annulation du SCoT à nouveau demandée », http://www.sudouest.fr/2017/12/14/bassin-le-rapporteur-public-de-la-cour-administrative-d-appel-demande-a-nouveau-l-annulation-du-SCoT-4034175-2780.php, Sud Ouest, 14 décembre 2017.

Saint-Sernin Y., « Justice : le bassin d’Arcachon rappelé à l’ordre », Sud Ouest, 1er juillet 2015.

Saint-Sernin Y., « Le Bassin incorrigible », Sud Ouest, 8 mai 2015.

Saint-Sernin Y., « Tribunal administratif : le rapporteur public demande l’annulation du SCoT d’Arcachon », Sud Ouest, 7 mai 2015.

Sanchez T., L’Attractivité résidentielle à Andernos-les-Bains. Une approche par les discours de résidents permanents et secondaires, mémoire de géographie, université Bordeaux Montaigne, 2015.

Sawicki F., « Les temps de l’engagement. À propos de l’institutionnalisation d’une association de défense de l’environnement », dans Lagroye J. (dir.), La Politisation, Belin, coll. « Socio-histoires », Paris, 2003.

Secchi B., Première leçon d’urbanisme, Parenthèses, coll. « Eupalinos », Marseille, 2006.

Strong A. L., Open Space of Urban America, Department of Housing and Urban Development, Washington, 1968.

Torre A., « Théorie du développement territorial », Géographie, Économie, Société, vol. XVII, no 3, 2015, p. 273-288.

Torre A., Beuret J.-E., Proximités territoriales, Economica, coll. « Anthropos », Paris, 2012.

Autres documents

Avis tribunal administratif, annulation du SCoT, 18 juin 2015 : http://mouillagescdrom.wifeo.com/documents/jugement-annulation-SCoT-bassin-d-arcachon-juin-2015.pdf

Avis tribunal administratif, annulation du PLU d’Andernos, 26 juin 2013.

Cour administrative d’appel de Bordeaux, 28 décembre 2017, avis 15BX02851 : https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do;jsessionid=A0E807807C0A229C9713F6C7FCFECD2C.tplgfr25s_2?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000036314911&fastReqId=1133672361&fastPos=40

Cour administrative d’appel de Bordeaux, 8 janvier 2018 : http://bordeaux.cour-administrative-appel.fr/A-savoir/Communiques/Le-SCoT-du-bassin-d-Arcachon-est-illegal-mais-certaines-reductions-qu-il-prevoyait-d-apporter-a-des-coupures-d-urbanisation-pouvaient-etre-legalement-envisagees

Conclusions enquête publique PLU d’Andernos les Bains (du 02/12/2016 au 04/01/2017) : http://www.andernoslesbains.fr/uploads/media/5_CONCLUSIONS.pdf

Échos des Quinconces, no 32, 2013 : http://mouillagescdrom.wifeo.com/documents/Echo-32.pdf

PLU Andernos 2011, 2017

SCoT PADD 2013, Sybarval : https://www.sybarval.fr/

Haut de page

Notes

1 « Zone – petite ou grande, permanente ou temporaire, publique ou privée – située à l’intérieur ou à la périphérie d’une région urbaine, où la nature prédomine soit en raison de l’état initial (agriculture, forêts) soit par une action d’aménagement (parcs), de protection (sites classés) ou d’abandon (carrières délaissées d’infrastructures…) [qui] assure des fonctions variées et complémentaires, économiques, esthétiques et paysagères, récréatives, biologiques et même scientifiques et pédagogiques. » (Strong, 1968)

2 Notion instituée par les lois Grenelle (loi no 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement, loi no 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement) faisant référence aux réseaux écologiques destinés à promouvoir la circulation des espèces (faune, flore) et la biodiversité. Corridors écologiques, continuités vertes, coupures d’urbanisation… sont ainsi des outils visant à assurer la continuité des espaces non-bâtis et à relier les échelles de l’intra-urbain aux échelles du « grand territoire ».

3 « Sachant que la croissance démographique d’un territoire est par nature difficile à prévoir au travers strictement d’hypothèses chiffrées et de prévisions statistiques plus ou moins fiables, le projet territorial se base sur une volonté forte et affirmée des élus du bassin d’Arcachon et du Val de l’Eyre de réduire le développement urbain et de freiner la croissance urbaine. » (SCoT PADD 2013, p. 9)

4 « Parce que le territoire est un haut lieu de biodiversité, la question de l’environnement a été abordée en tant qu’un élément essentiel de composition du projet territorial et non, tel que cela pouvait être fait traditionnellement, comme la résultante de différentes mesures de protection qui se juxtaposent, voire se superposent. » (SCoT PADD 2013, p. 11)

5 http://www.benech-avocat.fr/SCoT-1ere-annulation-dun-schema-au-motif-dune-insuffisante-analyse-de-la-consommation-fonciere/

6 Cf. avant-propos de ce numéro.

7 Nom donné dans les statuts de l’association.

8 http://quinconces.blog4ever.com/articles.

9 Le Syndicat intercommunal du bassin d’Arcachon (SIBA) va aménager une installation de stockage des sédiments à Arès avec bassins d’égouttage, de stockage, lagunes et aires de travail couvertes (Lenne, 2017).

10 Cf. site internet du conservatoire du Littoral, Saint-Brice/Le Coulin.

11 « 6 ans pour quoi faire ? Jean-Yves Rosazza, maire d’Andernos, répond à cette question », entretien le 15 mai 2014 par Philippe Galland, TV bassin d’Arcachon : http://www.tvba.fr/politique/jean-yves-rosazza-andernos-2014/.

12 « Donc, je réunissais, si je peux dire, dans une ville qui voulait se développer à la fois l’avantage du bâtisseur, à la fois l’avantage de l’universitaire, à la fois l’avantage d’un directeur de société et en plus d’un urbaniste » (entretien, 2013).

13 « Si on construit des équipements vous accroissez la notoriété de la ville ; la ville attire et donc, il y une sorte d’évolution positive, de développement harmonieux […] » (entretien, 2013).

14 http://www.infobassin.com/politique-economie/andernos-cm-050614.html.

15 Seuls les arguments portant sur ces aspects ont été retenus pour cette analyse. Les plaintes concernant l’aménagement commercial et l’ouverture de zones d’extension commerciale dans le SCoT ne sont pas prises en compte ici.

16 Associations environnementales citées dans le texte ci-après + SCI Wurtz, SAS camping de Fontaine Vieille + particuliers + préfet de la Gironde.

17 Fédération des sociétés pour l’étude, la protection et l’aménagement de la nature dans le Sud-Ouest, affiliée à France nature environnement.

18 Les projets auxquels il est fait référence sont : l’extension du port du Betey, l’implantation d’une résidence d’accueil pour personnes âgées dans le secteur « Coulin », la création d’un parcours de golf et d’un programme résidentiel de 250 habitations de logements sociaux dans le secteur « La Montagne », l’établissement de l’« aérovillage » et du programme de logements sociaux dans le secteur du « Mantoucat » ainsi que du secteur à vocation hôtelière, de loisirs et de sport dans le secteur du « Casino » (alinéa 12).

19 Les choix du SCoT conduisent à une augmentation de l’enveloppe urbaine de 37 % à l’horizon 2030, ce qui, dans le jugement, est considéré comme « un simple ralentissement du rythme de croissance très élevée de la consommation selon la tendance actuelle “au fil de l’eau” si elle devait se poursuivre jusqu’en 2030 (+ 50 %) » (alinéa 27). Par ailleurs le reversement de 20 % des espaces à urbaniser du schéma directeur de 1994 en espaces naturels est considéré par le tribunal administratif comme un engagement revenant « à présenter abusivement comme une limitation de consommation d’espaces naturels une simple renonciation à l’accroissement excessif de cette consommation » (alinéa 26).

20 Article L. 146-2 du code de l’urbanisme.

21 Article L. 146-4 du code de l’urbanisme selon lequel « l’extension de l’urbanisation doit se réaliser soit en continuité avec les agglomérations et villages existants, soit en hameaux nouveaux intégrés à l’environnement […] »

22 Pour ne citer que quelques-unes : loi no 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains, loi no 2005-157 du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux, loi no 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement, loi no 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement, loi no 2010-874 du 27 juillet 2010 de modernisation de l’agriculture et de la pêche, loi no 2014-1170 du 13 octobre 2014 d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, loi no 2014-366 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové.

23 SEPANSO, CEBA, lettre ouverte, novembre 2009. http://www.bassindarcachonecologie.org/baedocuments/SCoTlettreouverte.PDF Voir aussi l’article du 1er janvier 2010 qui re-contextualise cette lettre et apporte des arguments précis à l’encontre du PADD : http://www.bassindarcachon.com/crii_du_kayok.aspx?id=46.

24 Site association de défense et de promotion de Pyla-sur-Mer, 10 septembre 2013, http://storellialex.free.fr/adppm/spip.php?article187.

25 « Je pense pourtant que nous avions fait dans la dentelle en rédigeant ce projet, que l’ensemble était cohérent ». Jean-Guy Perrière, président du Sybarval, cité dans Blad, 2015, p. 3.

26 Patsouris, 2015b, p. 13.

27 Blad, 2015, p. 3.

28 L’avis de la cour administrative d’appel de Bordeaux émis le 28 décembre 2017 concernant le SCoT remet en question cette « sanctuarisation » pour certaines coupures d’urbanisation. Ainsi, le projet de golf sur la commune d’Andernos resterait possible dans la mesure où il s’inscrit dans une coupure d’urbanisation qui n’est pas de 85 ha comme signalé par le jugement d’annulation mais de 400 ha comme signalé par le Sybarval (alinéa 17).

29 Association de défense des droits d’usages dans la forêt usagère de La Teste-de-Buch (1920), Association de défense et de promotion de Pyla-sur-Mer (1969), Association protection et aménagement Lège-Cap Ferret (1972).

30 Par exemple, Scaph Pro (recherche océanographique, suivi biologique, topographique, vidéo sous-marine), Quais et cabanes ostréicoles de Gujan-Mestras (préservation des quais, des cabanes ostréicoles, du plan d’eau), Les amis des plages arésiennes (promotion, sauvegarde, pérennisation de la qualité et de l’attractivité des plages d’Arès).

31 Association Mieux vivre à Andernos (constituée par les riverains du bois du Coulin en opposition au PLU de 2011), Association de protection du quartier Sainte-Marie à Gujan Mestras, Les Riverains de la Pinède de Conteau, etc.

32 Association pour le développement durable du bassin d’Arcachon (A2DBA), Association de défense des eaux du bassin d’Arcachon (ADEBA), Bassin d’Arcachon écologie.

33 Ligue de protection des oiseaux (LPO), GRAINE Aquitaine, SEPANSO.

34 Deloitte, 2014.

35 Le collectif Aliment Terre s’est constitué en 2015 dans le but de promouvoir une agriculture de proximité capable d’approvisionner une cantine scolaire en produits bio.

36 Entretien maire de Biganos, 15 mars 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – L’espace ouvert domine sur le bassin d’Arcachon
Crédits Source : BDCarto 2016, Julie Pierson, Olivier Pissoat, UMR Passages, 2018
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4119/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Figure 2 – Un projet vert comme point de départ
Crédits Source : schéma de cohérence territoriale du Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre – approuvé le 24 juin 2013
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4119/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Figure 3 – La coupure d’urbanisation entre Andernos et Arès
Crédits Source : Julie Pierson, Olivier Pissoat, UMR Passages
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4119/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mayté Banzo, « Attractivité et protection au regard des documents d’urbanisme et des espaces ouverts : une brève histoire des annulations du PLU d’Andernos et du SCoT du bassin d’Arcachon »Sud-Ouest européen, 45 | 2018, 89-107.

Référence électronique

Mayté Banzo, « Attractivité et protection au regard des documents d’urbanisme et des espaces ouverts : une brève histoire des annulations du PLU d’Andernos et du SCoT du bassin d’Arcachon »Sud-Ouest européen [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 11 avril 2019, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/4119 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.4119

Haut de page

Auteur

Mayté Banzo

Passages UMR 5319 CNRS – université Bordeaux Montaigne, mayte.banzo@u-bordeaux-montaigne.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search