Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Des pratiques aux perceptions de ...

Des pratiques aux perceptions de l’évolution de la pêche à pied de loisir sur l’estran du bassin d’Arcachon : paroles de pêcheurs

Recreational Fishing Walking: Pratices and Representations in the bassin d’Arcachon
Pesca a pie de ocio: actividad y percepción de los pescadores en el bassin d’Arcachon
Véronique André-Lamat et Solange Pupier-Dauchez
p. 157-174

Résumés

La pêche à pied de loisir est une activité très prisée sur la façade atlantique et sur le bassin d’Arcachon par les habitants comme par les touristes. Cet article propose d’analyser le discours des pêcheurs. Il s’agit d’une part de comprendre la perception des espaces qu’ils parcourent, l’évolution de la ressource et du milieu. D’autre part, il permet d’identifier 3 grands types de profils de pêcheurs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« Profondément ancrée dans l’identité littorale de nombreux territoires bordant l’Atlantique », la pêche à pied ne compte pas moins d’1,8 millions d’adeptes sur le territoire français (Martins de Mourgues, 2015). L’activité « regroupe […] l’ensemble des techniques de pêche qui sont pratiquées sans l’emploi (ou l’emploi accessoire) d’une embarcation sur le rivage et sur les rochers et îlots, par des pêcheurs se déplaçant essentiellement à pied » (Levasseur et Prigent, 1999). À marée basse, le pêcheur ramasse, creuse, gratte la vase, le sable, pour récolter les « fruits de la mer » (crustacés, mollusques, poissons, vers…). Une des particularités de la pêche à pied, comme nombre d’activités de cueillette, est qu’elle prélève une ressource considérée comme commune, qui n’appartiendrait à personne ou à tous (Boullier, Parance et Saint-Victor 2014 ; Dardot et Laval, 2015).

  • 1 Cet article s’appuie sur une étude menée par les auteures pour l’Agence des aires marines protégées (...)

2Dès lors, l’enjeu est, a minima, que le prélèvement soit régulé à la manière des modalités de régulation d’un bien public, c’est-à-dire que le prélèvement des uns n’empêche pas le prélèvement des autres, ce qui signifie que doit être assuré le renouvellement de la ressource. Le programme Life au sein duquel s’inscrit cette étude s’intéresse ainsi à l’une des activités les plus pratiquées sur le littoral français qui s’est développée fortement avec l’essor du tourisme et l’attractivité des littoraux. L’hypothèse principale est que cet engouement nécessite d’être mieux évalué et compris, dans la mesure où « la pêche à pied de loisir est en interaction non seulement avec les espèces ciblées par l’activité mais également avec les habitats marins supports de l’activité » fragiles, qu’elle peut potentiellement dégrader. Il s’agit donc d’acquérir une connaissance des pêcheurs et de leurs pratiques, de leurs représentations du milieu qu’ils parcourent, afin de développer avec eux si possible, des actions en termes d’information (sur les espèces et leurs habitats, les réglementations en vigueur) et de sensibilisation aux enjeux environnementaux des espaces littoraux sur 11 territoires pilotes de la façade atlantique, de la Manche et de la mer du Nord 1 (fig. 1). Les résultats présentés participent à cette expérimentation de la mise en place « d’une gestion durable et concertée de la pêche à pied récréative ».

Figure 1 – Les 11 territoires pilotes et les partenaires du projet Life

Figure 1 – Les 11 territoires pilotes et les partenaires du projet Life

Source : http://www.pecheapied-loisir.fr/​projet-life/​

  • 2 À noter que les chiffres concernant la pêche à pied professionnelle datent de 2011 et qu’une étude (...)

3Cet article qui repose sur une démarche empirique et qualitative de la pêche à pied récréative dans le bassin d’Arcachon (fig. 2), propose, à partir des discours de pêcheurs loisirs, une première caractérisation et spatialisation des pratiques de la pêche à pied développées sur un estran attractif, potentiellement soumis à des tensions (surfréquentation, réglementations, pressions sur les ressources éventuelles). Le bassin d’Arcachon est un des hauts lieux touristiques de la région Nouvelle-Aquitaine, avec plus de 600 000 touristes lors de la période estivale (Siba, 2016). De plus, il constitue un espace ressource pour des pêcheurs embarqués (87 pêcheurs intra-bassin), les ostréiculteurs (300 entreprises recensées) mais aussi 55 pêcheurs à pied professionnels dont l’activité est reconnue et réglementée depuis 2001 (42 licences pour les coques et palourdes, 13 licences pour les vers [Martin et Mourgues, 2015 2]). Le bassin concentre ainsi des prélèvements de différentes natures, susceptibles de générer une pression sur l’environnement et les ressources ciblées et de produire des tensions entre les différentes pêches qui exploitent le même espace. Dans ce contexte, il s’agit ainsi de faire émerger les perceptions de l’évolution des ressources (espèces), les perceptions de l’évolution des espaces de pêche afin de cerner s’il existe une mobilité des pratiques au sein du bassin et de dégager des profils de pêcheurs à pied de loisir.

Figure 2 – Le bassin d’Arcachon : un vaste estran un préalable pour la pêche à pied

Figure 2 – Le bassin d’Arcachon : un vaste estran un préalable pour la pêche à pied

NB : L’emprise du parc marin comprend l’ensemble du plan d’eau.

Source : IGN © BD carto, IGN © scan25, INPN. Réalisation : J. Pierson UMR Passages, 2018

I – Spatialiser et caractériser les pratiques de pêche à pied : méthodologie

4Un des objectifs principaux de l’étude était aussi de produire des connaissances actualisées des pratiques de pêche à pied de loisir et de collecter les connaissances susceptibles de se perdre du fait d’évolution de la pratique et/ou des profils des pêcheurs. Ce savoir vernaculaire, un savoir empirique issu de l’expérience que les pêcheurs se transmettent de génération en génération, a peu fait l’objet de recherches sur le bassin d’Arcachon. Collecter la « mémoire des lieux » comme la « mémoire des pratiques et des techniques » présentait un double intérêt : constituer une forme d’archivage d’informations patrimoniales autour d’une activité pratiquée sur le bassin depuis toujours (Deschamps, 2016) et analyser l’évolution de l’activité pour mieux comprendre et anticiper les enjeux d’une pratique qui met en jeu les relations homme-nature de manière ensuite prospective.

1. Construction empirique du panel des pêcheurs enquêtés

5Dans une approche qualitative, l’accent doit être mis sur les acteurs et non sur les variables. Ces acteurs sont étudiés dans un contexte ou en situation (Dumez, 2012). Le mot « échantillon » recouvre une double signification. Au sens strict ou opérationnel, il désigne le résultat d’une démarche visant à prélever une partie d’un tout bien déterminé ; au sens large, qui est celui mobilisé ici, il désigne le résultat de n’importe quelle opération visant à constituer le corpus empirique d’une recherche (Goffman, 1974 ; Pires, 1997). Il s’agit donc non pas d’échantillonner au sens quantitatif et opérationnel du terme, mais de décrire son corpus empirique, c’est-à-dire de préciser de quoi, de qui il est composé et quelles sont ses caractéristiques. La robustesse scientifique de ce type de recherche ne dépend pas tant du type d’échantillon ou de la nature des données (quantitative ou qualitative), que de la construction cohérente et explicitée de son panel, de son protocole méthodologique et de ses modalités systématiques d’acquisition de données.

6La sélection des éléments constitutifs du corpus (individus questionnés ou interviewés) a été effectuée selon deux critères principaux : avoir (ou avoir eu) une expérience de pêche à pied d’une part, dans le bassin d’Arcachon, cadre spatial prédéterminé d’autre part. Ces deux critères constituent l’univers de travail d’une recherche empirique et inductive qui vise à donner un éclairage sur une pratique, susceptible d’extrapolation, en s’appuyant sur un panel d’individus pêcheurs. Il s’agit de comprendre certains comportements ou modes opératoires sur le milieu, d’analyser les discours portés sur la pratique comme sur le milieu, puis de distinguer des profils de pêcheurs, grâce à la réalisation d’entretiens longs.

7En règle générale, 15 à 25 entretiens sont considérés comme suffisants pour approcher une thématique et/ou un objet de recherche s’intéressant aux représentations, aux discours et aux pratiques d’une catégorie d’acteurs (Pires, 1997). Le principe dans ce type de démarche qualitative est que la typicité du cas est moins importante que ses qualités intrinsèques (sa « richesse ») ou que les occasions qu’il offre pour éclairer certains aspects de l’objet étudié. Pour cette étude, 21 entretiens longs ont été réalisés.

2. Méthodologie d’acquisition de l’information : le questionnaire court réalisé in situ et l’entretien semi-directif

8Le panel travaillé ici se compose de 65 pêcheurs ayant accepté de répondre à un questionnaire court lors de sorties à marée basse et de 21 entretiens longs. Les sorties sur les estrans ont été faites sur la période entre avril et fin août 2017, englobant la période des vacances estivales et des périodes de marées à fort coefficient. Ce calendrier, comme le choix des estrans à privilégier pour trouver des pêcheurs, sont issus du cahier des charges de l’étude et des comptages effectués par le parc marin (Martins de Mourgues, 2015). Le questionnaire court (fig. 3) a permis de collecter des informations de manière systématique afin de développer quelques analyses de type quantitative simple. Réalisé in situ, chaque questionnaire associé à un pêcheur, à un parcours de pêche que partage l’enquêteur, permet aussi d’observer la ou les pratiques. Ces rencontres sur le terrain ont aussi généré des rendez-vous pour la réalisation d’entretien semi-directif long (d’une heure trente à quatre heures).

Figure 3 – Questionnaire court réalisé in situ

Figure 3 – Questionnaire court réalisé in situ

Source : V. André-Lamat et A. Casagnabère, UMR Passages, 2016

9L’entretien semi-directif constitue la méthode de recueil la plus efficace d’informations qualitatives, issues de l’expérience d’un d’individu pour comprendre des pratiques, des discours, des représentations ou des perceptions. Il permet « d’établir un rapport suffisamment égalitaire entre l’enquêteur et l’enquêté pour que ce dernier ne se sente pas, comme dans un interrogatoire, contraint de donner des informations » (de Singly, 2012 ; Blanchet et Gotman, 2007). Il rend possible ce que Bourdieu appelle « l’improvisation réglée » (Bourdieu, 1980). « Improvisation », au sens où chaque entretien est différent de l’autre, produit d’une interaction singulière enquêteur/enquêté. « Réglée », car l’entretien s’inscrit dans un protocole qui s’incarne dans la grille d’entretien préétablie, garante de cette improvisation réglée, qui constitue la colonne vertébrale de tous les entretiens et assure la cohérence du corpus d’informations (fig. 4a et 4b).

Figure 4a – Grille d’entretien

Figure 4a – Grille d’entretien

Source : V. André-Lamat et A. Casagnabère, UMR Passages, 2016

Figure 4b – Les grands objectifs par groupe de questions de l’entretien

Figure 4b – Les grands objectifs par groupe de questions de l’entretien

Source : V. André-Lamat et A. Casagnabère, UMR Passages, 2016

10Le choix de recourir au questionnaire et à l’entretien s’est révélé pertinent. Les deux méthodes se complètent avantageusement en termes de types d’informations récoltées. Il s’avère cependant délicat d’interpeller des personnes pendant une activité de loisir, de détente, associée aux vacances, à la nature, et donc, par extension, à une forme de sérénité et de détachement vis-à-vis des autres. Bien que cette activité soit parfois pratiquée à plusieurs (entre amis, en famille…), une forme d’isolement est recherchée et nous l’avons très vite ressenti pendant les journées de terrain. Si les pêcheurs étaient pour la plupart enclin à répondre au questionnaire court, il s’est avéré plus compliqué d’obtenir ensuite un entretien long.

  • 3 Le questionnaire a été testé la première fois le 20 avril 2016 à La Hume, puis le 5 mai à Andernos, (...)

11Les enquêtes ont été réalisées entre le 8 juin et le 31 août 2016 3 (fig. 5a et 5b) Le choix des jours d’enquête a été fixé selon un critère majeur : le coefficient et l’heure de la marée basse. Le second critère mobilisé a été de tenter d’anticiper une fréquentation importante de l’estran au regard du jour, en privilégiant les week-ends, les jours fériés et la période de vacances scolaires d’été. Le planning préétabli a cependant pu être modifié et dû être adapté en fonction des conditions météorologiques. Des comptages strictement quantitatifs ont été réalisés par l’Agence des aires marines protégées sur les espaces préidentifiés comme fréquentés par le diagnostic de 2014 (Péreire, banc d’Arguin, île aux Oiseaux, La Hume, Gujan Mestras). L’objectif de notre travail, qualitatif, était, quant à lui, d’arriver à établir des contacts avec des pêcheurs afin d’obtenir des entretiens longs. Nous avons aussi fait le choix de parcourir l’estran nord du bassin. Les documents ci-dessous montrent les sites sur lesquels ont été réalisées des enquêtes.

Figure 5a – Les pêcheurs à pied rencontrés sur les estrans

Figure 5a – Les pêcheurs à pied rencontrés sur les estrans

Source : UMR 5319 Passages

Figure 5b – Les sites sur lesquels les 65 pêcheurs ont répondu à un questionnaire (entre le 8 juin et le 31 août 2016)

Figure 5b – Les sites sur lesquels les 65 pêcheurs ont répondu à un questionnaire (entre le 8 juin et le 31 août 2016)

Source : Questionnaires d’enquêtes, UMR Passages, 2016

12Lors des enquêtes et des entretiens, un éventail représentant les différentes espèces présentes sur le bassin d’Arcachon était à la disposition des enquêtés et des interviewés, afin de limiter le doute quant aux espèces pêchées et/ou évoquées (fig. 6). Une carte était également mise à disposition afin que chacun puisse localiser les informations données.

Figure 6 – Deux feuillets extraits de l'éventail des espèces pêchées sur le bassin d'Arcachon

Figure 6 – Deux feuillets extraits de l'éventail des espèces pêchées sur le bassin d'Arcachon

Source : PNM Bassin d’Arcachon, Programme Life +

3. Traitement de l’information récoltée

  • 4 Iramuteq est un logiciel libre et ouvert, qui s’appuie sur le moteur statistique R (libre également (...)

13L’ensemble des matériaux récoltés sur le terrain, les réponses au questionnaire court et les entretiens, a été saisi, organisé et archivé dans une base de données, qui autorise un croisement et une mise en relation des informations recueillies auprès des pêcheurs. Les discours (questionnaires et entretiens) ont été retranscrits dans des tableaux et classés par question. La base de données ainsi produite a permis la réalisation de cartes, quelques analyses et traitements quantitatifs, et des analyses textuelles des discours à l’aide du logiciel Iramuteq 4.

14Les cartes des lieux de pêche et des espèces, réalisées avec QGIS constituent ici une forme d’objectivation de l’information, des traductions d’informations principalement qualitatives et discursives qui spatialisent les paroles de pêcheurs. Elles permettent de distinguer les zones de pêches anciennement fréquentées, celles qui le sont de moins en moins, celles qui sont des hauts lieux avec une mise en perspective des pratiques et de la perception de l’évolution de la ressource et du milieu sur chaque site (selon le cahier des charges du programme Life +). Ces portraits cartographiques se veulent une mise en image de connaissances vernaculaires locales voire des supports de médiation entre les gestionnaires et les pêcheurs.

15Les analyses textuelles, en s’appuyant sur les fréquences des mots, leurs occurrences-liens avec d’autres mots, ont fait émerger les éléments fondamentaux des discours, en proposant des formes statistiques de hiérarchisation, en établissant des regroupements, constituant ensuite autant de supports d’analyse. Les traitements ont été effectués sur les formes « actives » (noms, adjectifs, verbes) et non sur les formes dites « secondaires » (mots de liaison, les pronoms, etc.), à partir des retranscriptions réalisées au sein d’un tableau de contingences. Trois types d’analyse textuelle ont été engagés à partir du corpus : des nuages de mots afin de faire émerger les notions-idées saillantes, des analyses de similitude qui vise à faire apparaître la manière dont les mots sont reliés ensemble, et des analyses factorielles des correspondances (AFC) qui fondent les résultats présentés en troisième partie.

16Les AFC permettent de répartir des variables en fonction de leurs caractéristiques, en croisant les formes actives du corpus de chaque individu. La variable, dans le cadre de cette analyse, est la variable entretien. Le corpus lié à chaque entretien sera analysé, comparé et chaque variable entretien sera positionnée par rapport à deux axes perpendiculaires appelés « axes d’inertie ». À l’analyste de déterminer ensuite, par sa connaissance du corpus, la signification de ces deux axes dans la hiérarchisation de l’information. Les axes d’inertie des AFC permettent ainsi d’identifier des facteurs de divergence ou de rapprochement-similitude entre chaque variable, donc entre chaque interviewé.

17Ce type d’analyse permet une lecture complémentaire d’une analyse classique manuelle et permet de disposer de supports de réflexion supplémentaires dans l’analyse des discours.

II – Des espaces de pêche de plus en plus lointains et des ressources moins nombreuses : des marqueurs de la dynamique de l’estran

  • 5 Les pêcheurs ne font pas systématiquement la distinction entre les différentes espèces lorsqu’elles (...)

18Les espèces cibles de la pêche à pied ont été répertoriées par l’Agence des aires marines protégées et il y avait plus de 50 espèces sur le bassin (Martins de Mourgues, 2015). Dans la pratique, la liste des coquillages et autres habitants de l’estran récurrents dans les discours des pêcheurs interviewés est finalement moins longue 5 (fig. 7).

Figure 7 – Les espèces recherchées par les 65 pêcheurs ayant répondu au questionnaire

Figure 7 – Les espèces recherchées par les 65 pêcheurs ayant répondu au questionnaire

Source : Questionnaires 2016

19À la question « que pêchez-vous en ce moment ? », chaque pêcheur a pu donner une ou plusieurs espèces cibles. Il apparaît que la palourde est l’espèce recherchée en priorité et depuis toujours, pour plus de la moitié d’entre eux (38 pêcheurs sur 65). Arrivent ensuite loin derrière les crabes, les coques et les huîtres. Et pour les pêcheurs ayant fait un entretien long, seulement 3 sur 22 pêcheurs interviewés ne pêcheraient pas la palourde.

20Si la liste des techniques de pêche utilisées semble ne semble pas avoir évoluée depuis un demi-siècle, certaines techniques sont cependant jugées par les pêcheurs comme destructrices des habitats des espèces (fig. 8). Ces techniques qui détruisent le milieu caractériseraient par ailleurs les « mauvais » pêcheurs, ceux qui en cherchant à faire de la quantité condamnent le renouvellement de l’espèce qu’ils prélèvent. Ainsi, la griffe, la bêche, les grattoirs ou encore le râteau sont-ils considérés comme l’apanage des mauvais pêcheurs.

Figure 8 – Localisation et attractivité des sites de pêche à pied dans le bassin d'Arcachon

Figure 8 – Localisation et attractivité des sites de pêche à pied dans le bassin d'Arcachon

Source : questionnaires et entretiens 2016-2017, UMR Passages. Conception/réalisation : V. André-Lamat

21Mais au-delà des pratiques actuelles de la pêche à pied, l’approche rétrospective développée ici cherche à cerner si l’attractivité des espaces de pêche évolue au sein du bassin et à identifier quelques facteurs explicatifs : évolution perçue du milieu, des pratiques et/ou des stocks. Les cartes issues de l’analyse des entretiens et des questionnaires ont ainsi permis d’effectuer une première catégorisation et de distinguer des espaces très attractifs, d’autres régulièrement fréquentés, des zones en déclin et certaines qui sont abandonnées (fig. 8).

22Les secteurs les plus attractifs sont sans conteste, le banc d’Arguin et l’île aux Oiseaux qui bénéficient de nombreux atouts : un cadre paysager reconnu comme exceptionnel, une disponibilité de la ressource en quantité et en qualité, mais nécessitent de disposer d’un bateau (l’investissement matériel devient alors important, contrairement à la pratique effectuée à partir du rivage). Les sites de Pereire et de La Hume sont moins fréquentés mais demeurent prisés en raison de leur accessibilité aisée à pied et de la présence de coques et de moules. Les sites où la fréquentation est peu abondante se localisent essentiellement sur le linéaire intérieur de la presqu’île du cap Ferret (Mimbeau, de L’Herbe à Petit Piquey). Et, dans un discours souvent à consonance nostalgique, les zones de pêches d’Andernos, décrites comme productives et convoitées « autrefois », apparaissent aujourd’hui en déclin. Ces espaces du fond du bassin gardent dans le discours de trois quarts des pêcheurs l’image de lieux très importants de pêche à pied, alors que l’estran est régulièrement désert marée basse. Enfin, les estrans de Lanton-Taussat-Audenge, le delta de la Leyre ou le Teich sont désormais abandonnés par la pratique de la pêche à pied.

Tableau 1 – Les techniques de pêche employées par les pêcheurs dans le bassin d’Arcachona

Espèce cible

Techniques de pêche

Palourde

• Au trou : on cherche deux trous rapprochés qui correspondent aux deux valves du coquillage. On plante les doigts : la palourde se trouve à quelques centimètres ;

• Au doigt : à mains nues, il faut fouiller la vase en progressant lentement pour sentir les coquillages et les attraper ensuite ;

• Au râteau : avec un petit trident de jardinage, on gratte et on retourne la vase.

Crabes

• À l’œil : on les repère (plus facilement d’ailleurs à la marée montante) et on les immobilise en les attraper par les côtés de la carapace ;

• Au trou : on repère dans la végétation les terriers des crabes, on cherche le crabe qui se cache au fond, à la main ;

• À la nasse ou au casier : on met un appât et on récolte à la marée suivante.

Coques

On gratte le sable, plutôt en bordure de chenal, sur le tombant. Ou, en piétinant le sable, elles remontent en surface naturellement. On peut aussi les repérer à distance car elles crachent un petit jet d’eau en réponse aux vibrations des pas sur le sol. Les coques sont faciles à trouver car elles vivent en banc.

Moules

Sur le bassin, on trouve peu de substrat dur sur lesquelles elles s’accrochent. On en trouve dans les petits chenaux sur les herbiers ou sur les débris coquillers d’huîtres. On les ramasse à la main, parfois à l’aide d’un petit couteau.

Vers

Il faut repérer les traces de présences des vers :

• un amas de sable en forme de tortillons pour les arénicoles ;

• un petit amas de débris coquillers pour les mourons-pistiches ;

• un trou rond pour les néréis.

On utilise une fourche ou une pelle à vers pour retourner la vase en dessous de cette marque et ensuite on cherche le ver à la main. Pour les machottes, on peut utiliser une pompe à vers qui aspire l’animal sans retourner le sol.

Bigorneaux

Ils se repèrent dans les herbiers, plutôt à la base des plantes et se ramassent à la main.

Crevettes

On peut utiliser un esquirey (un filet en demi-cercle) avec lequel on parcourt les chenaux ou les herbiers.

Anguilles/carrelets/soles

Avec une foëne, une sorte de trident avec lequel on pique le sol, pour tenter d’embrocher l’animal. Cette technique se pratique surtout dans les esteys.

Couteaux

On repère un trou en forme de 8, plutôt dans le sable. On dépose un peu de sel et d’eau de mer, le couteau remonte tout seul.

Source : André-Lamat et Casagnabère, 2017

23Les pêcheurs expliquent cette évolution de la fréquentation des secteurs de pêche, par plusieurs facteurs concomitants : les espèces présentes ou absentes, la surfréquentation de certains espaces mais aussi et surtout l’envasement qui est un élément récurrent dans leurs discours.

1. La répartition des espèces « cibles » : des stocks et des tailles qui diminuent

24Tous les secteurs considérés comme de moins en moins fréquentés correspondraient aux zones où la ressource diminue en quantité comme en qualité. La palourde, l’espèce cible du bassin, se raréfie (voire a disparu) sur les estrans du fond du bassin et sa taille diminue. Les pêcheurs se plaignent par ailleurs de la taille limite de capture de cette espèce (appelée maille) bien trop importante fixée sur le bassin. Le minima de 4 cm serait difficile à atteindre car les « palourdes boudeuses » auraient du mal à dépasser les 3,5 cm. Les seuls sites où les palourdes sont abondantes et au-dessus de la taille de capture sont les sites insulaires, l’île aux Oiseaux et le banc d’Arguin, uniquement accessibles en bateau.

25Lorsque la ressource cible baisse, les pêcheurs se rabattent alors sur d’autres espèces comme les coques – seconde espèce cible du bassin – que l’on trouve partout et en plus grande quantité, notamment à l’entrée du bassin (l’île aux Oiseaux, le Mimbeau, Pereire, le banc d’Arguin). Les pêcheurs soulignent cependant une diminution générale de la taille et du stock de cette espèce aussi, ce qui interroge à défaut de remettre immédiatement en cause la pérennité de cette pêche.

26Le processus est identique pour les bigorneaux qui sont « de plus en plus petits » (E20). De plus, les stocks sont de plus en plus réduits générant l’abandon de vastes secteurs comme l’île aux Oiseaux et le linéaire d’Arès à Taussat. Il ne reste que le secteur des cabanes tchanquées (secteur de l’île aux Oiseaux) et une partie de l’estran de La Hume qui perdurent dans le temps comme sites de pêche, en raison de la présence d’espèces complémentaires comme les coques et les crabes.

27Ainsi les espèces cibles changent : les palourdes sont abandonnées au profit des coques, des crabes et l’évolution des sites de pêche accompagne cette mutation. Des espèces comme les crevettes et les anguilles ne sont plus que des trophées occasionnels, tant il semble difficile d’en trouver en raison des stocks très réduits. Et pour toutes les espèces, le constat est globalement le même sur le bassin d’Arcachon : les stocks se réduisent et la taille diminue. Seuls, les sites insulaires (banc d’Arguin et île aux Oiseaux et quelques petits bancs sableux qui affleurent à marée basse) semblent encore disposer en quantité abondante des palourdes tant recherchées ayant une taille qui permette de respecter la réglementation.

2. Du rôle des touristes et de la vase pour les pêcheurs à pied

  • 6 Il transparaît que dans le discours, les pêcheurs qui ne sont pas résidents du bassin d’Arcachon so (...)

28Pour les pêcheurs rencontrés, inquiets de ces dynamiques de diminution de la diversité des espèces possibles à pêcher, c’est surtout la fréquentation par les touristes et leurs pratiques « profanes » de pêche qui sont pointées du doigt. Considérés généralement comme des pêcheurs qui n’ont pas la même légitimité que les pêcheurs « locaux », traditionnels, leur présence pousserait les pêcheurs habituels à changer de site de pêche : « Je ne vais plus à La Hume, il y a beaucoup trop de monde et surtout des touristes 6 » (E3). Les familles pratiquant une pêche « découverte » seraient aussi de plus en plus nombreuses sur les sites d’Andernos et d’Arès, faciles d’accès et à proximité de vastes campings. Les « habitués » locaux qui délaissent désormais ces estrans, estiment que malgré de faibles prélèvements, ces « pêcheurs découverte » fragilisent un milieu qu’ils connaissent mal.

29Mais, plus encore que les touristes, ce sont les modifications du milieu qui sont avant tout énoncées comme responsable de l’abandon de sites de pêche. La disparition progressive des herbiers de zostère, est notamment mentionnée par les pêcheurs intéressés par les anguilles, les crevettes et les bigorneaux. S’ils estiment que le piétinement des estrans lié à la fréquentation constitue un facteur explicatif de la régression des herbiers et de la disparition des habitats, c’est surtout le processus d’envasement qu’ils désignent comme problématique. Mais la vase et ses effets se trouvent au cœur des préoccupations de tous les pêcheurs. Plus de 80 % des interviewés estiment que la vase et l’envasement sont responsables de la diminution de la variété, de la quantité et de la qualité des espèces et des sites de pêches. Le développement de la vase modifierait le milieu de vie des espèces et serait ainsi responsable de la disparition de certaines espèces (comme le tourteau par exemple, mais aussi la palourde) et de la régression des herbiers. Pour un tiers des pêcheurs, il existe un lien déterminant entre le processus de recouvrement par la vase (ou son intégration dans le substrat sableux) qui provoque une modification de l’habitat des espèces et la baisse voire la disparition de ces espèces (comme le tourteau par exemple). Les palourdes, les coques et les claques semblent les plus touchées.

30Le nuage de mots (fig. 9) met en évidence un autre effet induit de la présence de la vase : la question de l’accessibilité. En associant « vase », « envasement », « envaser », « envasés » au verbe « aller » en position centrale et qui domine par sa taille, c’est la question de la mobilité sur l’estran et de l’accessibilité des sites de « pêche » qui se distingue et qui pose problème. Cette question de la mobilité s’incarne par deux aspects : un déplacement rendu difficile et technique sur l’estran rendu moins portant (« marcher », « patin ») tout d’abord et un temps de parcours plus long pris par cette mobilité entravée ensuite.

Figure 9 – Nuage de mots révélant l’importance de la vase dans le discours des pêcheurs (à partir des questions 10, 13, 17 et 18 de la grille d’entretien)

Figure 9 – Nuage de mots révélant l’importance de la vase dans le discours des pêcheurs (à partir des questions 10, 13, 17 et 18 de la grille d’entretien)

Source : entretiens, UMR Passages, 2016

31L’accessibilité, à pied, est le fondement même de la pratique comme le rappelle un pêcheur « L’accessibilité est un facteur déterminant pour les zones de pêche, du coup l’envasement pose un problème pour la pêche à pied » (E14). Si le pêcheur ne peut plus atteindre ses lieux de pêche et ou progresser aisément sur l’estran, plusieurs options s’offrent à lui : abandonner son site de pêche, identifier, si cela est possible, un autre parcours lui permettant de l’atteindre, mobiliser un autre moyen de déplacement (la nage ou le bateau).

32Cette question de l’envasement est clairement un problème pour les pêcheurs à pied du bassin (plus de la moitié développe de longs argumentaires sur le sujet). Seuls les pêcheurs « découvertes », signalent les interviewés, ne sont pas gênés dans leurs pratiques, car ils ne cherchent pas à s’aventurer bien loin sur l’estran.

33La cartographie des pratiques de pêche à pied du bassin met ainsi en évidence une « frontière », entre deux parties du bassin. D’une part, le « fond » du bassin, d’Arès à Gujan Mestras, qui serait plus sujet à l’envasement, et où la pérennité de la pêche à pied semble menacée, à l’avenir ; les sorties pour pêcher se font plus rares et plutôt en bateau, donc pour aller ailleurs, en raison des difficultés d’accès des sites de pêche. D’autre part, la partie plus océanique (englobant la pointe du Ferret à laquelle on peut rajouter la partie intérieure du bassin avec le secteur de Gujan Mestras) qui reste très fréquentée tout comme les sites insulaires. Les îles sont plébiscitées pour leur cadre paysager, la diversité, la quantité et la taille des espèces disponibles. Elles constituent des hauts lieux de pêche à pied, même si le risque de leur surfréquentation et d’une potentielle surpêche commencent à tarauder les pêcheurs interviewés.

34L’évolution de la fréquentation des sites de pêche correspond, sans grande surprise, à l’évolution des stocks des espèces cibles : d’anciens lieux de pêche sont ainsi abandonnés, au profit d’espaces plus riches et/ou moins accessibles. Mais cette évolution relève également d’une part de changements dans les manières de pratiquer la pêche, de mobiliser des techniques de pêche, mais aussi des représentations qu’ont les pêcheurs de leur activité et de leur environnement de pêche.

III – Quel avenir de la pêche à pied sur le bassin d’Arcachon ? Trois profils de pêcheurs pour trois types d’analyse prospective

35L’objectif de cette dernière partie est de faire émerger des profils de pêcheurs à travers les regards que portent les interviewés sur la pratique, sur leurs pratiques mais aussi sur l’espace de nature qu’ils parcourent et sur les évolutions qu’ils perçoivent du milieu et de l’activité. Pour caractériser cette approche globale, rétrospective et prospective de la pêche à pied dans le bassin d’Arcachon, nous avons eu recours à une AFC qui a permis de distribuer statistiquement sur un graphe, les pêcheurs, les uns par rapport aux autres en fonction de leurs discours, d’établir des regroupements (renvoyant à des « correspondances » au sein de leurs discours) que nous avons analysés. L’AFC montre d’abord une double distribution des pêcheurs interviewés par rapport à l’axe horizontal d’une part, puis par rapport à l’axe vertical d’autre part, que l’analyste doit caractériser en s’appuyant sur les matériaux premiers afin de déterminer le sens, la signification de ces axes de répartition, d’identifier à quelles modalités du discours, structurantes sur un plan statistique, ils renvoient.

1. Des catégories de pêcheurs qui se distinguent dans une première approche par leurs lieux de pêche, l’ancienneté et la pérennité de leur pratique

  • 7 Chaque enquête ou entretien a été codé. Ici apparaissent uniquement les entretiens : XX(jour)XX(moi (...)

36L’axe vertical montre une distribution peu surprenante des pêcheurs en fonction de leurs lieux privilégiés de pêche (fig. 10 7).

Figure 10 – Analyse et signification de l’axe vertical de l’AFC

Figure 10 – Analyse et signification de l’axe vertical de l’AFC

Source : entretiens, UMR Passages, 2016

37À gauche de l’axe, se trouvent les pêcheurs qui fréquentent principalement le fond du bassin (delta de l’Eyre, Andernos, Taussat) et qui y habitent. Le fond du bassin paraît déserté et traduit une diminution de la ressource à proximité de chez eux, souvent en raison de la présence de plus en plus forte de vase. Pour continuer à pêcher à pied, il devient indispensable d’élargir ses horizons, d’être en capacité de mettre en œuvre une autre forme de mobilité, perçue comme une contrainte, ce que regrettent les pêcheurs qui fréquentent cependant de manière très ponctuelle l’entrée du bassin (Pereire) ou le cap Ferret (Le Canon ou l’Herbe). À droite de l’axe se retrouvent les pêcheurs qui pratiquent principalement l’activité à l’entrée du bassin d’Arcachon et/ou dans les espaces insulaires : Pereire, banc d’Arguin, île aux Oiseaux notamment. Ce sont les plus nombreux. Les pêcheurs distribués le long de l’axe ou sur l’axe sont des pêcheurs qui conservent une double pratique régulière au fond du bassin et sur les sites insulaires.

38L’axe horizontal, en première analyse, fait apparaître une distinction entre des pêcheurs qui pratiquent toujours régulièrement la pêche à pied (au-dessus de l’axe) et des pêcheurs qui abandonnent l’activité ou la pratiquent de manière très irrégulière la plus souvent en tant qu’accompagnant de leurs petits-enfants (en-dessous de l’axe). Le groupe qui se localise autour de l’axe horizontal, qu’ils pratiquent encore ou pas, correspond à des pêcheurs qui ont eu une longue expérience de l’activité (fig. 11)

Figure 11 – Paroles de pêcheurs : évolutions de leurs pratiques de la pêche à pied de loisir

Figure 11 – Paroles de pêcheurs : évolutions de leurs pratiques de la pêche à pied de loisir

Source : entretiens, UMR Passages, 2016

39Cependant, une analyse plus fine des matériaux permet de dépasser ces deux premiers résultats simples et de dégager des facteurs explicatifs plus complexes, plus globaux, qui tiennent à la vision globale de l’évolution de la pêche dans le bassin que défendent les interviewés (fig. 12). Trois types de profils de pêcheurs se distinguent ainsi qui correspondent à trois manières de caractériser, dans le discours, l’évolution de l’activité et de la projeter dans un avenir proche : une qui peut être qualifiée d’optimiste, une catastrophiste qui génère une vision négative du bassin et enfin, une dernière plutôt pessimiste mais qui arrive à projeter un avenir à l’activité de la pêche à pied grâce à la norme.

Figure 12 – Perception de l’évolution du bassin d’Arcachon dans le discours des pêcheurs

Figure 12 – Perception de l’évolution du bassin d’Arcachon dans le discours des pêcheurs

Source : entretiens, UMR Passages, 2016

40Les optimistes

  • 8 Au même titre que les pêcheurs à pied professionnels qui peuvent faire usage d’une embarcation pour (...)

41Quasiment la moitié des pêcheurs (9 sur 21) développe un regard plutôt positif quant à l’évolution de la pêche à pied dans le bassin d’Arcachon. Les ressources ne sont pas perçues comme menacées, ni en variété ni en quantité, et si certains pêcheurs reconnaissent des diminutions qu’ils jugent non-alarmantes, ils convoquent surtout des facteurs extérieurs à l’activité pour la justifier : « J’entends souvent le discours “c’était mieux avant”, mais au fond, même s’il y a plus de monde sur le banc d’Arguin ou sur l’île aux Oiseaux, j’ai toujours trouvé des choses à pêcher, et pas forcément plus petit ! » (E19) ou « Y’a rien qui a disparu, mais selon les années, y’en a plus ou moins. C’est vrai aussi pour les poissons. Est-ce que c’est dû au fait qu’il y ait trop de gens, au climat, à la pollution, au développement anarchique des parcs ostréicoles ? » (E1). La ressource est donc toujours présente pour ces pêcheurs qui disposent de bateau et peuvent ainsi accéder aux sites de pêche insulaires, considérés par tout le panel comme encore intéressants. Même s’ils atteignent leurs sites en bateau, ils restent considérés comme des pêcheurs à pied 8 – même si la question mérite d’être posée. Pêcheurs à pieds donc, dans la mesure où ils quittent leur embarcation (un accessoire de déplacement intermédiaire) pour pratiquer l’activité de pêche. Ils parcourent bien l’estran. De plus, nous pouvons faire l’hypothèse que l’espèce principalement ciblée par ces « optimistes », la palourde (espèce très recherchée et en déclin), ait aussi un impact sur leur discours et leur vision du bassin. Parmi eux, quatre sont d’ailleurs des pêcheurs monospécifiques (E18, E19, E21 et E22), ils ne cherchent et ne prélèvent que cette seule espèce, qu’ils estiment présente en quantité suffisante. La majeure partie de ces interviewés associe la pratique de pêche à la notion de plaisir, notamment E1, E2, E18, E19, E21 et E22. Un plaisir dont ils ne réfutent pas la nécessité qu’il soit réglementé. Mais, dans la mesure où ils ne perçoivent pas de surfréquentation ici, ils ne voient pas l’obligation d’instaurer de nouvelles réglementations ou de les renforcer :

Ici, sur le bassin, c’est vraiment un type de pêche très loisir, il n’y a jamais eu de grande activité comme ailleurs, en Bretagne par exemple, alors il n’y a rien d’alarmant. Certes, des espèces disparaissent mais c’est également la nature. Pas besoin de grande quantité d’espèces pour la pêche à pied. Voir, observer, se promener, c’est aussi ça, pêcher.

42Cette catégorie de pêcheurs, sans nier l’existence d’enjeux environnementaux importants sur le bassin d’Arcachon, ne considère pas forcément la pêche à pied comme un facteur de détérioration de l’environnement : « Non, je n’ai pas l’impression que quand on marche, on abîme. Il suffit de suivre les esteys ou de chercher les endroits où le tapis d’herbier est le plus épais et comme ça, on ne s’enfonce pas dedans » (E18). L’un d’entre eux estime même que « les gens ont changé, maintenant, ils sont beaucoup plus respectueux. Beaucoup plus qu’à un moment où c’était devenu n’importe quoi ! » (E21), « J’ai l’impression que les gens qui vont pêcher, qui vont jusque sur l’estran du bassin, connaissent la nature, alors globalement ils font attention » (E21). Pour ces optimistes, la pêche à pied, la fréquentation des lieux de pêche sont des moyens de continuer à vivre et à faire vivre le bassin, de faire partager un environnement naturel exceptionnel :

Ça peut aussi être un moyen de faire découvrir par la pêche à pied l’environnement naturel du bassin. C’est peut-être un moyen de le préserver et de permettre aux gens d’aller se promener, se balader. On a un environnement qui est naturel mais si on n’y va jamais, si c’est juste pour le regarder en photo je ne vois pas l’intérêt. Le but du jeu c’est de ne pas le dégrader, ça ne veut pas dire ne pas aller marcher dedans. Si les gens en prennent conscience en y allant, alors c’est un moyen de le protéger (E1).

43La connaissance des lieux par les parcours de pêche constituerait même alors une manière de prendre conscience de la valeur de l’estran et pourrait favoriser sa protection.

44Les pêcheurs optimistes sont plutôt des néo-praticiens, qui n’ont pas ou peu de référentiel quant à la situation « d’avant ». Ils ont un regard peu rétrospectif et estiment que la pérennité de l’activité n’est pas menacée. La pêche à pied représente même plutôt une activité permettant de recréer du lien entre l’homme et son environnement, dans la mesure où associée fortement à la dimension plaisir, elle fait figure aussi d’activité de ressourcement. Ils s’inscrivent dans une conception de la relation homme-nature anthropocentrique et ressourciste, au sens où ils pratiquent la pêche pour ramener quelque chose (« le bon pêcheur, c’est celui qui ramène », E22) tout en ayant conscience de la nécessité potentielle d’assurer le renouvellement de cette ressource.

3. Les pêcheurs aux discours catastrophistes qui projettent la fin de l’activité sur le bassin

45Une deuxième catégorie de pêcheurs développe un discours alarmiste voire catastrophiste. La pêche à pied est problématique du fait de la pression qu’elle génère sur le milieu avec l’arrivée notamment des « touristes pêcheurs » et la mise en œuvre de pratiques jugées trop destructrices : « J’ai l’impression qu’il y a moins de respect du lieu aujourd’hui, ce sont moins des habitants du bassin donc ils ne voient pas l’intérêt de préserver le bassin. Maintenant, la pêche à pied est plus destructrice qu’avant. Il y a aussi moins de quantités à pêcher » (E20). Mais l’activité est aussi une « victime » qui subit des dynamiques néfastes, qui sont à l’œuvre dans le bassin (envasement, pollution). Il devient dès lors difficile de pêcher, ce qui aboutit à l’arrêt de la pratique de la pêche à pied.

46L’arrêt complet de l’action de pêcher s’accompagne d’une forme de nostalgie parfois teintée d’espoir (l’arrêt pourrait participer à favoriser un retour des ressources) mais aussi de fatalisme sombre : il n’y aurait plus rien à faire (E4, E5 et E8, par exemple).

J’ai arrêté de pêcher parce que je suis « dégoutée ». Par la pression qu’on exerce sur le bassin, par le fait qu’il n’y a plus rien… J’ai failli m’y remettre il n’y a pas longtemps car il y avait des coques maillées, mais j’ai été tellement attristée de voir des coques de la taille de mon ongle de petit doigt se faire pêcher que je n’en ai même pas pêché (E8).

47Pour cette deuxième catégorie de pêcheurs, ce sont les hommes qui sont désignés comme responsables de la raréfaction des espèces. Et celle-ci résulte d’une combinaison de facteurs anthropiques négatifs : surfréquentation des lieux de pêche, surpêche des espèces cibles qui finissent par disparaître, envasement en lien avec l’activité ostréicole et la destruction des herbiers par piétinement ou par l’usage de techniques de pêche agressives, pollution… La pêche à pied est fondamentalement menacée dans son existence, et certains donnent le sentiment d’arrêter de pratiquer comme s’ils anticipaient un avenir funeste. D’ailleurs, ils partagent un même constat, la diminution du nombre de pêcheurs. « C’est une activité qui s’est beaucoup raréfiée, beaucoup moins de pêcheurs qu’avant » (E10), « il n’y a plus beaucoup de pêcheurs » (E11), il y a « beaucoup moins de pêcheurs qu’avant, c’est devenu plus difficile et beaucoup d’espèces se sont raréfiées » (E12), « la pêche à pied est en régression. Il y a bien moins de pêcheurs qu’avant » (E14).

48Enfin, pour ce groupe, le recours à la réglementation est certes indispensable mais pas nécessairement suffisant. Il faudrait aller plus loin quant à l’emprise des espaces de protection, les modalités de protection. Le pêcheur E14, qui ne pêche plus, estime que la seule solution est notamment de renforcer la protection des herbiers, car ce qui est essentiel pour lui, c’est de s’attaquer aux fondements de ce qui permet à la ressource de se développer, la protection de l’habitat des espèces. Ces profils de pêcheurs semblent s’inscrire dans une vision plutôt écocentrée de la relation homme-nature, comme le troisième et dernier groupe, qui lui croit encore à un avenir de la pêche à pied dans le bassin d’Arcachon, malgré un diagnostic pessimiste de la situation.

4. Les pêcheurs qui développent un discours pessimiste mais qui croient à un avenir de l’activité par le recours à la norme et à l’éducation

49Cette dernière catégorie partage avec le deuxième groupe une vision pessimiste de l’état du bassin d’Arcachon sans projeter la même vision négative pour l’avenir. Ils se composent de pêcheurs qui ont toujours pratiqué la pêche et se refusent à arrêter. La pêche à pied apparaît comme constitutive de leur identité et de leur relation au bassin. L’enjeu territorial pour eux est que l’activité de pêche perdure, se maintienne au prix de certaines concessions (notamment E6, E7 et E17). Et pour cela, il peut être nécessaire de diminuer les prélèvements sur la ressource pour en assurer le renouvellement, « le risque pourrait être “une atteinte tellement forte à la ressource que tout a disparu” (tout est trop pollué ou rare) » (E8).

50Les concessions nécessaires s’incarnent dans la mise en œuvre et l’application de réglementations qui, seules, peuvent amener à reconstruire une forme de respect envers la nature : « Soit on remet du respect dans tout ça, et ils peuvent se nourrir avec les ressources naturelles, avec modération. L’idée ça serait que la ressource soit tellement abondante que tout le monde pourrait aller pêcher. Pour pouvoir pêcher plus, il faut d’abord pêcher moins » (E8). « La solution, c’est le contrôle, l’instauration de fiches de pêche, pour avoir une idée de ce que les gens pêchent et à quel rythme, une meilleure communication des règles. Ça passe aussi par une meilleure connaissance des quantités prélevées, pour ajuster les règles » (E20). « Il faut contrôler, réguler » (E7). Mais l’instauration de règles doit s’accompagner d’une éducation à l’environnement : « La réglementation est nécessaire mais l’éducation à l’environnement, faire partager ça avec le grand public, c’est d’autant plus intéressant […], j’imagine que c’est grâce à l’éducation qu’on peut transmettre les bons gestes et faire perdurer cette activité » (E9). Et cette éducation peut (doit) aussi passer par la cellule familiale : il faut aussi « une éducation familiale : nous, quand on pêche les palourdes avec les enfants, ma femme compte les palourdes avec eux pour voir combien on en ramène (90 maxi) » (E7).

51Ce dernier groupe s’intéresse à la question de la diversité des espèces sur l’estran. Il s’inscrit dans une conception globale et systémique de la relation homme-nature. Au-delà de la dimension esthétique du bassin d’Arcachon, de la seule question de l’abondance de la ressource, la relation entretenue avec la nature fonde son identité d’habitant du bassin. Une relation qu’il estime nécessaire à tous et la pêche à pied constitue un moyen, un vecteur susceptible de reconstruire une relation à la nature, que l’on soit du bassin ou un « touriste pêcheur ».

Conclusion

52La dimension spatialisation des pratiques nous a permis de montrer l’évolution des lieux de pêche à pied dans le bassin d’Arcachon, en distinguant, des lieux très fréquentés voire de plus en plus fréquentés (les espaces insulaires) des lieux de pêche peu à peu ou totalement abandonnés, notamment le fond du bassin. Plus fondamentalement, la permanence ou la mobilité des espaces privilégiés de pêche à pied apparaissent fortement liées à deux facteurs. D’une part, la disponibilité des ressources à prélever, dont la distribution paraît se contracter en certains hauts lieux (banc d’Arguin, île aux Oiseaux, Pereire) influe sans surprise, d’autant que la diversité des ressources recherchées par les pêcheurs a fortement diminué, avec une concentration principalement sur deux espèces cibles, la palourde et la coque. D’autre part, la question de l’accessibilité aux lieux de pêche à pieds est essentielle, la question du développement de la vase comme facteur de destruction de lieux de pêche étant posée par les pêcheurs.

53De plus, si nous avons pu dégager et caractériser trois profils de pêcheurs qui proposent des visions parfois opposées, des points communs essentiels paraissent les réunir. Tout d’abord, le sentiment que le bassin d’Arcachon constitue un milieu remarquable et offre des paysages uniques : « On a toujours été élevé dans l’idée que le bassin était un environnement privilégié et qu’il fallait le respecter » (E1). Ensuite, les pêcheurs à pied, s’ils sont plutôt prêts à accepter des contraintes réglementaires, ne s’estiment pas être les seuls ni les principaux responsables de la dégradation de la ressource ou plus globalement du milieu. Enfin, ils s’accordent sur l’idée que la pêche à pied fait partie de la vie du bassin. Dans les discours de tous, transparaît l’idée que l’estran est plus qu’un panorama, que c’est un territoire maritime « vivant » s’il est parcouru par des pêcheurs. Le maintien de la pratique, sa pérennité serait ainsi bien plus qu’un simple indicateur de bonne santé écologique. Car la pêche à pied est ancrée dans l’histoire du bassin d’Arcachon, la durabilité des ressources et de la pratique relève d’un enjeu qui apparaît dès lors identitaire, mais aussi de vitalité du territoire : « On espère qu’il y en aura toujours [de la pêche à pied], que ça va continuer ! S’il y a encore des pêcheurs, c’est bon signe, ça veut dire qu’il y a encore de la vie sur le bassin. C’est aussi un moyen de dynamiser le tourisme, puisqu’il y a encore des pêcheurs loisirs » (E13).

Haut de page

Bibliographie

André-Lamat V., Pupier-Dauchez S., Cassagnabère A., Caractérisation et évolution des pêches à pied de loisir dans le bassin d’Arcachon, Agence des aires marines protégées, Pessac, 2017.

Blanchet A., Gotman A. (dir.), L’Enquête et ses méthodes : l’entretien, Armand Colin, coll. « 128 », Paris, 2007.

Boullier D., La Renaissance des communs. Pour une société de coopération et de partage, Charles Léopold Mayer, Paris, 2014.

Brun A., « La pêche de loisirs en France, clientèles, organisation, réglementation », dans Espaces, tourisme et loisirs, no 259, 2008, p. 22-36.

Chlous-Ducharme F., Lacombe P., « Pêches populaires et gestion des espaces maritimes », Espaces et sociétés, nos 144-145, 2011, p. 73-88.

Dardot P., Laval C., Commun : essai sur la révolution au xxie siècle, La Découverte, coll. « Cahiers libres », Paris, 2015.

Deschamps G., La Pêche à pied : histoire et techniques, Quae, Versailles, 2016.

Dumez H., « Qu’est-ce que la recherche qualitative ? », Le Libellio d’AEGIS, vol. VII, no 4, 2011, p. 47-58.

Goffman E., Les Cadres de l’expérience, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », Paris, 1991.

Loarer M., La Pêche à pied professionnelle. Memento, École d’administration des affaires maritimes, Nantes, 2013.

Martins de Mourges D., « Life + Pêche à pied de loisir – Diagnostic du territoire du bassin d’Arcachon – Année 2014 », Agence des aires marines protégées, 2015.

Martins de Mourges D., « Life + Pêche à pied de loisir – Diagnostic du territoire du bassin d’Arcachon – Années 2014-2015 », Agence des aires marines protégées, 2016.

Parance B., Saint-Victor J. (dir.), Repenser les biens communs, CNRS Éditions, Paris, 2014.

Pirès A., « Échantillonnage et recherche qualitative : essai théorique et méthodologique », dans Poupart J. et al., La Recherche : enjeux épistémologiques et méthodologiques, coll. « Les classiques en sciences sociales », université du Québec, 1997.

Prigent G (dir.), Pêche à pied et usages de l’estran, Apogée, Paris, 1999.

Privat A., Delisle F., Bonnin J.-B. et al., Étude et diagnostic de l’activité de la pêche à pied récréative : cahier méthodologique et recueil d’expériences, CPIE Marennes Oléron-VivArmorNature, La Brée-les-Bains, 2013.

Ransinan P., Ransinan Y, Les Pêches pour tous sur le bord du bassin d’Arcachon, 1996.

Syndicat intercommunal du bassin d’Arcachon, « Recueil de données touristiques sur le bassin d’Arcachon », 2016.

Singly (de) F., L’Enquête et ses méthodes : le questionnaire, Armand Colin, coll. « 128 », Paris, 2012.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie sur une étude menée par les auteures pour l’Agence des aires marines protégées, dans le cadre d’un programme Life + (avril 2017). Les territoires sont en côtes d’Armor, le golfe normand breton, le parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale, le littoral basque, le parc naturel marin du bassin d’Arcachon, le parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis, le plateau du Four, le golfe du Morbihan, le Sud-Finistère, la rade de Brest, la baie de Morlaix.

2 À noter que les chiffres concernant la pêche à pied professionnelle datent de 2011 et qu’une étude sur cette activité professionnelle a été lancée par le parc marin, en miroir à celle réalisée sur la pêche à pied de loisir.

3 Le questionnaire a été testé la première fois le 20 avril 2016 à La Hume, puis le 5 mai à Andernos, La Pointe-aux-chevaux et L'Herbe.

4 Iramuteq est un logiciel libre et ouvert, qui s’appuie sur le moteur statistique R (libre également) et sur le langage de programmation Python. L’UMR Passages a fait un choix qu’elle considère éthique de s’appuyer autant que faire se peut sur des logiciels libres et ouverts pour développer ses travaux. Il s’agit, pour Passages, de développer les usages mais aussi les fonctionnalités de ces logiciels, à l’image de son investissement dans QGIS également mobilisé ici.

5 Les pêcheurs ne font pas systématiquement la distinction entre les différentes espèces lorsqu’elles se ressemblent fortement (palourdes japonaises/palourdes européennes, les différentes crevettes…), cela participe à réduire la liste.

6 Il transparaît que dans le discours, les pêcheurs qui ne sont pas résidents du bassin d’Arcachon sont considérés comme des touristes. En va-t-il de même des résidents secondaires ?

7 Chaque enquête ou entretien a été codé. Ici apparaissent uniquement les entretiens : XX(jour)XX(mois) E(entretien)1(premier réalisé). Dans une AFC, les axes sont associés à une valeur propre qui correspond à l’inertie projetée des points. Plus cette valeur propre est importante, plus l’axe résume les données et représente leur écart à l’indépendance (l’indépendance étant l’absence complète de lien entre les variables). Cette valeur propre (ou encore variance) s’exprime en pourcentage. En analyse textuelle, ce pourcentage est toujours bas. Des chiffres autour de 11 % expriment donc une relation importante entre les variables représentées.

8 Au même titre que les pêcheurs à pied professionnels qui peuvent faire usage d’une embarcation pour se rendre sur les gisements ou pour en rapporter le produit (Loarer, 2013).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les 11 territoires pilotes et les partenaires du projet Life
Crédits Source : http://www.pecheapied-loisir.fr/​projet-life/​
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 2 – Le bassin d’Arcachon : un vaste estran un préalable pour la pêche à pied
Légende NB : L’emprise du parc marin comprend l’ensemble du plan d’eau.
Crédits Source : IGN © BD carto, IGN © scan25, INPN. Réalisation : J. Pierson UMR Passages, 2018
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4301/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 3 – Questionnaire court réalisé in situ
Crédits Source : V. André-Lamat et A. Casagnabère, UMR Passages, 2016
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4301/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 4a – Grille d’entretien
Crédits Source : V. André-Lamat et A. Casagnabère, UMR Passages, 2016
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4301/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 4b – Les grands objectifs par groupe de questions de l’entretien
Crédits Source : V. André-Lamat et A. Casagnabère, UMR Passages, 2016
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4301/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 5a – Les pêcheurs à pied rencontrés sur les estrans
Crédits Source : UMR 5319 Passages
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4301/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 5b – Les sites sur lesquels les 65 pêcheurs ont répondu à un questionnaire (entre le 8 juin et le 31 août 2016)
Crédits Source : Questionnaires d’enquêtes, UMR Passages, 2016
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4301/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 6 – Deux feuillets extraits de l'éventail des espèces pêchées sur le bassin d'Arcachon
Crédits Source : PNM Bassin d’Arcachon, Programme Life +
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4301/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 7 – Les espèces recherchées par les 65 pêcheurs ayant répondu au questionnaire
Crédits Source : Questionnaires 2016
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4301/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 8 – Localisation et attractivité des sites de pêche à pied dans le bassin d'Arcachon
Crédits Source : questionnaires et entretiens 2016-2017, UMR Passages. Conception/réalisation : V. André-Lamat
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4301/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 9 – Nuage de mots révélant l’importance de la vase dans le discours des pêcheurs (à partir des questions 10, 13, 17 et 18 de la grille d’entretien)
Crédits Source : entretiens, UMR Passages, 2016
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4301/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 10 – Analyse et signification de l’axe vertical de l’AFC
Crédits Source : entretiens, UMR Passages, 2016
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4301/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 11 – Paroles de pêcheurs : évolutions de leurs pratiques de la pêche à pied de loisir
Crédits Source : entretiens, UMR Passages, 2016
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4301/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 12 – Perception de l’évolution du bassin d’Arcachon dans le discours des pêcheurs
Crédits Source : entretiens, UMR Passages, 2016
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4301/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique André-Lamat et Solange Pupier-Dauchez, « Des pratiques aux perceptions de l’évolution de la pêche à pied de loisir sur l’estran du bassin d’Arcachon : paroles de pêcheurs »Sud-Ouest européen, 45 | 2018, 157-174.

Référence électronique

Véronique André-Lamat et Solange Pupier-Dauchez, « Des pratiques aux perceptions de l’évolution de la pêche à pied de loisir sur l’estran du bassin d’Arcachon : paroles de pêcheurs »Sud-Ouest européen [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 24 mai 2019, consulté le 29 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/soe/4301 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.4301

Haut de page

Auteurs

Véronique André-Lamat

MCF université Bordeaux Montaigne, UMR 5319 CNRS Passage, veronique.andre-lamat@cnrs.fr.

Articles du même auteur

Solange Pupier-Dauchez

MCF université Bordeaux Montaigne, UMR 5319 CNRS Passage, solange.pupier-dauchez@u-bordeaux-montaigne.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search