Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Notes bibliographiquesQuantifier les territoires. Des c...

Notes bibliographiques

Quantifier les territoires. Des chiffres pour l’action publique territoriale

Christine Encinas
p. 188-189
Référence(s) :

M. Mespoulet (dir.), Quantifier les territoires. Des chiffres pour l’action publique territoriale, Presses universitaires de Rennes, 2017, 242 p.

Texte intégral

1Quantifier les territoires ou comprendre le rôle de l’observation

2Des données chiffrées, pourquoi faire ? Avec la décentralisation, la construction de la statistique locale s’est développée. Elle traduit les besoins d’une connaissance fine et ciblée des territoires pour mesurer les effets des politiques publiques à l’œuvre. Notamment, sont développés de nombreux indicateurs pour mieux connaître le territoire et les populations jusque-là « non-couvertes par les statistiques nationales ».

3Cet ouvrage collectif, sous la direction de Martine Mespoulet, s’attache à montrer le rôle de l’observation économique et sociale sur les territoires. Il aborde à la fois les questions de structuration de la donnée et son appropriation par les acteurs institutionnels, les collectivités locales ou encore les associations. Ce livre explore toutes les chaînes de la production pour mieux en saisir les usages au sein des débats démocratiques à l’échelle locale et montre les rapports entre les institutions. Il éclaire sur les forces et les faiblesses des dispositifs d’observation. Il ouvre la réflexion sur des questionnements qui interpellent tous les producteurs de tableaux de bord, diagnostics territoriaux sur l’interprétation des indicateurs créés et de leur utilisation par les acteurs locaux.

4Ce que disent les chiffres : ou comment rendre visible l’invisible

5L’observation permet sans aucun doute de produire de la connaissance ciblée, territorialisée à une échelle géographique fine comme par exemple sur l’analyse des besoins sociaux, l’évolution de l’emploi, la production d’électricité produite par les énergies renouvelables… autant de thèmes complexes à appréhender.

6Mais ces indicateurs suffisent-ils à rendre compte de l’ensemble des phénomènes dans toutes leurs complexités ? Différents articles montrent que dans l’élaboration de ces connaissances, il existe encore des zones d’ombre. Pour éviter cet écueil, à cette statistique s’ajoute l’expertise d’acteurs de terrain pour apporter une vision qualitative des données chiffrées. De nombreux territoires décident de mettre en place des dispositifs d’animation, des démarches participatives pour mieux prendre en compte les usages et les attentes des citoyens, notamment sur les questions portant sur les fragilités sociales, le bien-être, la santé ou encore la formation. Ces méthodes contribuent quelques fois à la mise en place de « systèmes d’information hybride» résultant d’un diagnostic collectif et partagé.

7L’observation, un enjeu de pouvoir

8À première vue, la connaissance objectivée par les chiffres constitue « un gage de crédibilité, et de légitimité ». Mais certains articles montrent que les données sont également au cœur de controverses et de polémiques locales. Ces mêmes données numériques peuvent alimenter les acteurs d’un projet tout comme ces opposants qui nuancent voire révisent les données produites.

9La présentation de cas précis montre toute la difficulté des exercices d’observation et les débats qu’ils suscitent lors de démarches participatives avec les usagers.

10D’autres articles insistent sur la complexité qu’entraînent ces exercices d’observation entre les différents échelons administratifs. Certains aboutissent à un choix délibéré de ne pas transmettre les informations recensées car les objectifs et les intérêts des différentes collectivités sont contradictoires.

11Le rôle des observatoires est de plus en plus complexe au sein des territoires car il peut cristalliser la protestation au niveau local et devenir l’instrument de « luttes argumentatives entre groupes d’intérêt divergents ».

12L’ouverture récente des données et des indicateurs au grand public avec l’Open Data va renforcer sans aucun doute le pouvoir des observatoires locaux et leur utilisation dans le débat local. C’est un nouvel enjeu pour les collectivités locales pour les années à venir.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Encinas, « Quantifier les territoires. Des chiffres pour l’action publique territoriale »Sud-Ouest européen, 45 | 2018, 188-189.

Référence électronique

Christine Encinas, « Quantifier les territoires. Des chiffres pour l’action publique territoriale »Sud-Ouest européen [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 24 mai 2019, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/soe/4433 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.4433

Haut de page

Auteur

Christine Encinas

Chargée de projets aua/T

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search