Navigation – Plan du site

La dissolution des terroirs et des territoires viticoles dans l’architecture des domaines viticoles

The post modern architecture of wine estates dissolves the traditional terroir and territory
La disolución de los ‘terroirs’ y de los territorios vitícolas en la arquitectura de las propiedades vitícolas
Éric Rouvellac
p. 85-96

Résumés

Le terroir viticole est souvent utilisé comme un concept valise, où les acceptions peuvent voisiner, de l’agronomique au culturel. De cette confusion les acteurs vitivinicoles construisent de la communication et du marketing autant sur de la réalité que du mythe. Ils les fondent sur l’histoire locale du territoire, en voulant frapper l’imagination, en réinventant l’histoire des vignobles. Cette progression de la communication autour des terroirs et des territoires viticoles aboutit à des visions post modernes, très relativistes, où la subjectivité se nourrit des symboles culturels dans le paysage et sur le bâti. À travers une approche de l’architecture de domaines de l’appellation Somontano (Espagne), ou du Nouveau Monde, et de bâtis iconoclastes comme entrée vitivinicole, nous nous sommes intéressés à la dissolution du terroir et du territoire dans la communication liée à l’architecture des domaines viticoles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il y a encore quelques décennies, la viticulture s’inscrivait dans une vision globale négative du rural, jugé archaïque, peu attractif, peu dynamique. Le retournement qui a lieu depuis aboutit à une magnification d’un rural plus rêvé que réel. L’imagination, du moment que suivent les finances, laisse libre d’aménager des domaines viticoles, d’étonner le visiteur, et de faire vendre du vin. Dans ce cadre-là, la valorisation des terroirs joue un rôle premier, tant au point de vue agronomique que socioculturel.

2Les différentes acceptions du terme de terroir font qu’il existe tout un nuancier où le terroir peut devenir petit à petit outil de communication. Cette communication assez classique utilise les terroirs, les paysages, l’histoire, en bref la sociologie d’un territoire, quitte à se contorsionner avec la réalité parfois. L’évolution de cette tendance laisse place de plus en plus à une communication où le terroir peut être mis au second plan, voire facilement être dilué dans celle-ci. La communication habituelle s’appuie sur les terroirs à travers différentes visions de ces derniers, quitte à justifier les terroirs a posteriori.

  • 1 Le post moderne est une critique du modernisme, s’inscrivant en faux contre son incarnation positiv (...)

3Après la communication historique, technique ou géographique, il peut être intéressant de mettre l’accent sur les supports de la vigne et du vin, du terroir au territoire en passant par les bâtiments qui vont abriter le chai de vinification, la salle de dégustation, le restaurant, la salle d’exposition s’il y a lieu. L’architecture des domaines, vitrine pour le passant sur place ou sur internet, va devenir un moyen d’approche, de communication important. Très vite le terroir et le territoire se trouvent dépréciés. La qualité du vin sera alors bâtie sur la qualité des émotions ressenties à l’approche de la dégustation et/ou avant l’acte d’achat. Ainsi le paysage viticole, l’architecture du chai, les prestations offertes autour du vin (hôtellerie, restauration, exposition, événements culturels) vont prendre le dessus, ou du moins accompagner un moment où le vin, même s’il reste l’élément essentiel, est prétexte à un entourage qui doit mieux le faire connaître, apprécier, vendre. La forme devient alors primordiale, le discours autour du vin s’appuie sur les paysages, l’architecture des domaines et la façon dont ces derniers s’imbriquent dans le premier, et prend le pas sur le vin lui-même, (Maby, 2001). Il pourrait même être écrit que la qualité du vin est maintenant dépendante du contexte et de l’environnement socioculturel et non plus des terroirs et des vignerons. Cette vision très relativiste, postmoderne1, promeut la subjectivité des lieux, valorise une approche ethnographique de l’espace face à l’analyse spatiale, face aux tentatives de modélisation que les études d’agro-terroirs essaient de mener.

  • 2 Le terme est employé ici comme une partie de territoire homogène à tous les points de vue, culturau (...)
  • 3 Cartographie des terroirs et hiérachisation de l’AOC Cahors (1992-2000, dir. E. Rouvellac). Cartogr (...)

4L’adéquation entre les agro-terroirs et la qualité du vin demeure un sujet à part entière qui a été développé par des chercheurs en géographie, agronomie, pédologie ou géologie, (Rouvellac, 2005). Il ne s’agit pas ici de discuter de cette utilisation objectivante du terroir2, qui, sans réflexion scientifique au préalable, peut aboutir facilement au déterminisme. Nous avons essayé, depuis le début de nos recherches en géographie viticole, de nous confronter à cette adéquation entre le terroir, vu surtout comme un agro-terroir, et la qualité des vins, dans certains vignobles du Sud-Ouest de la France notamment, (Rouvellac, 2000, 2006). La comparaison au sujet de l’utilisation du concept de terroir avec un pays du Nouveau Monde vitivinicole, l’Afrique du Sud, nous a convaincu d’une évolution dominée par le marketing et la communication, (Rouvellac et al, 2012, 2013). Au gré de nos contrats et projets de recherche3, nous nous sommes aperçus du glissement sémantique qui apparaissait chaque fois à propos du terroir viticole. D’abord présenté et étudié sous un volet environnemental, agro-pédologique le plus souvent, il est ensuite assimilé à un territoire et/ou un ensemble de paysages, chargé de porter une identité, un savoir-faire socioculturel. Il devient alors un vecteur de communication et de marketing plus subjectif, au point qu’il se fait dépasser pour mettre en valeur non plus les terroirs ou les paysages, mais des bâtiments et des manifestations autour de la production vitivinicole.

  • 4 Travaux de recherches menés lors du projet européen REVITAL dans le cadre du programme INTERREG SUD (...)

5Nous proposons de réfléchir sur un type de communication qui sort de l’utilisation classique des terroirs et qui même dilue la notion, en s’inspirant surtout d’une mise en scène du territoire à l’aide de projets architecturaux, iconoclastes parfois, des chais de vinification. Cette approche s’inscrit dans la progression de travaux abordant déjà le sujet, à travers l’œnotourisme, (Lignon-Darmaillac, 2009), ou encore une approche plus globale du Chili viticole, (Schirmer, 2007). Cet essai se positionne aussi dans notre réflexion globale à propos des terroirs et plus généralement de la valorisation des vignobles et des vins. Elle constitue un premier résultat issu de réflexions au fil de nos recherches, frappées par la charge architecturale développée par certains domaines. Notre ambition est simplement de montrer et de comprendre comment ceux-ci investissent dans une communication beaucoup plus innovante à l’échelle d’une appellation, tout en se permettant quelques comparaisons. Nous partirons d’exemples de l’Aragon espagnol avec la Denominación de Origen (DO) Somontano que nous avons étudiée4, en la confrontant avec d’autres parties du Nouveau Monde viticole et même de la France. En effet, comme dans d’autres appellations de la planète, Somontano s’est peut être davantage fait connaître grâce à l’architecture de certaines de ses bodegas, qu’en communiquant sur les terroirs de son appellation.

I – La progression de la communication autour des vignobles, utilisation du terroir et du territoire

6Comprendre le vin grâce à l’approche des terroirs, des territoires et des paysages, dans lesquels poussent les vignes qui en ont donné la matière première, aboutit à territorialiser celui-ci. Ceci amène à construire des représentations qui stimulent l’imaginaire, et l’amateur a l’impression de décrypter le réel en comprenant comment tel type de sol peut donner tel type particulier de vin. Cette approche technique de la communication paraît plus élaborée que la communication purement historique, mais constitue un classique malgré tout, avec l’avènement depuis longtemps des études de sols et d’agro-terroirs. Mettre en avant une justification, parfois a posteriori, des vins élaborés grâce aux potentiels d’un sol ou d’un agro-terroir devient un atout pour une appellation, même s’il faut prendre quelques libertés avec la réalité ou mentir un peu par omission d’aspects socioculturels locaux. Le terroir demeure donc souvent présenté par une communication qui le réduit à son expression géologique et climatique. Une composante dans la représentation des vignobles sur laquelle repose leur communication est constituée par les atouts techniques dont peuvent se munir les producteurs et les appellations, par exemple une étude géologique ou pédologique afin de justifier une relation entre les affleurements, les sols et les vins produits. Essayer de corréler le milieu et la qualité du vin est un grand classique dans les études de terroirs axées sur l’agro-terroir, et cette relation supposée, rêvée, ou démontrée entre agro-terroir et vin est aussi exploitée en communication. Pourtant le poids de l’histoire agraire est dans certains cas beaucoup plus discriminant que le milieu, malgré la volonté de communiquer à propos d’éléments jugés intangibles, tel le sol, susceptibles de laisser des traces gustatives dans les vins.

7Le terroir reste toujours convoqué pour justifier une qualité, une originalité, une particularité, un patrimoine. Il est alors conçu comme plus simple, envers le grand public, de le présenter uniquement sous un angle environnemental, pédologique ou géologique, comme si les critères sociaux, économiques ou historiques paraissaient trop compliqués à appréhender. La communication qui utilise ainsi le terroir donne alors dans un phantasme de la terre inamovible, seule dépositaire du goût du vin. La pédologie et la géologie nous placent alors dans des échelles de temps qui nous dépassent et qui au lieu de nous ramener à de justes proportions, nous font croire que le vin nous fait toucher à l’éternité. Le terroir dans ce sens-là n’est plus qu’un instrument.

8Il est d’usage de se raccrocher aux généralités de l’histoire de la vigne et du vin pour justifier de sa plus grande antériorité. Parfois rien n’est prouvé dans le détail et le local, mais rien n’est faux non plus. Cette donne historique qui compose une partie non négligeable de la communication viticole est un élément essentiel du discours à propos du vin et de ses terroirs. Elle se complète par des approches géographiques, mêlant des descriptions des paysages, des modes de production et des usages locaux. Cette approche est considérée parfois comme trop touristique, superficielle pour saisir les véritables rapports entre les terroirs, les paysages, les producteurs et les vins, (Maby, 2001).

9Les représentations historiques et les représentations paysagères reposent le plus souvent sur un cadre trop récent qui ne satisfait pas les acteurs de la communication viticole, qui veulent de la profondeur séculaire et multi-séculaire à tout prix. Celle-ci repose aussi sur le présupposé que les consommateurs de vin ont besoin d’une antériorité importante pour mieux rêver le produit et donc l’acheter.

10Il est possible de s’affranchir encore plus de la réalité agronomique qui se cache derrière les paysages et l’histoire parfois réécrite. Nous passons du terroir au territoire et au paysage, et de la réalité aux représentations. Ces dernières s’inspirent du réel pour mélanger du faux et du vrai. La forte valeur ajoutée patrimoniale en milieu vitivinicole conduit à une communication s’éloignant du produit destiné à être vendu, le terroir et le territoire ne deviennent alors qu’un prétexte. Sous l’égide de la communication et de la publicité, le terroir passe d’un volet agronomique à une culturalisation du territoire, et ceci au prix de la dissolution du terroir et du territoire.

11Nous sommes passés du côté sud des Pyrénées, en Aragon, mais aussi en Afrique du sud et au Chili, pour nous rendre compte que ce pas avait été franchi. Dans l’espoir d’étudier l’approche des terroirs viticoles dans cette partie de l’Espagne, nous nous sommes aperçus que ceux-ci étaient comme en France des prétextes à communication et marketing, mais aussi devenaient vite très secondaires devant des enjeux paysagers et architecturaux provocateurs à dessein, pour toujours vendre du vin.

12Il pourrait même être écrit que la qualité du vin n’est plus dépendante des terroirs et des vignerons, mais du contexte et de l’environnement socioculturel. Cette vision très relativiste, postmoderne, promeut la subjectivité des lieux, met en avant une analyse plus largement sociologique des territoires et pas seulement environnementale. Ceci face à l’analyse spatiale, face aux tentatives de modélisation qu’ont effectuées les chercheurs dans le cadre d’analyses de relations entre terroirs et qualité du vin.

II – Une approche subjective de la communication à travers la DO Somontano (Espagne) et l’architecture de ses bodegas

13L’appellation espagnole et aragonaise de Somontano (Denominación de Origen (DO) Somontano) se situe au sein de la province de Huesca, dans le piémont sud des Pyrénées centrales, entre la chaine montagneuse et la vallée de l’Èbre, (fig. 1). Ce sont 43 communes avec comme chef lieu local le bourg de Barbastro, principal centre viticole de l’appellation, qui définissent cette aire de production depuis 1985, dans un contexte d’alors de perte de vitesse de l’influence viticole dans ces parties espagnoles des Pyrénées, durement touchées par l’exode rural qui suivit la réforme agraire des années 1960.

Fig. 1 – Les différentes architectures des bodegas de l’appellation Somontano

Fig. 1 – Les différentes architectures des bodegas de l’appellation Somontano

14Les superficies en vigne sont passées de moins de 2 000 ha dans les années 1980 à plus de 4 700 aujourd’hui et près de 520 viticulteurs, avec une valorisation de la production en bouteille qui renvoie au passé certains stéréotypes, (parfois vérifiés), véhiculés par les touristes frontaliers, au sujet de la mauvaise qualité du vin en vrac espagnol. Des Grenache autrefois omniprésents, l’appellation s’est ouverte aux cépages étrangers qui dominent à l’international : un quart du vignoble est planté en Merlot, un tiers en Cabernet Sauvignon pour les rouges, le Chardonnay et même le Gewürztraminer complètent le traditionnel Macabeu pour les blancs.

15Traditionnellement, les viticulteurs livrent leur production à une bodega, (winery dans les pays anglo-saxons, cave, domaine ou château au sens très large en France), qui possède le plus souvent aussi de la vigne ; il y en a 34 dans l’appellation. L’essor du vignoble depuis 30 ans a abouti à des idées avant-gardistes au sujet de l’architecture de quelques unes. Nous les avons recensées et nous avons examiné le style de leur bâti selon le critère de leur originalité architecturale. Dès que les constructions sortent du schéma des bâtiments accolés, ressemblant à des corps de fermes restaurées, avec un toit en tuile traditionnel, c’est-à-dire avec un bâtiment hors du style par son gabarit ou son aspect, nous pouvons parler de volonté d’originalité pour communiquer autrement sur le vignoble et le vin. À Somontano, pas moins de la moitié des bodegas présente des traits d’innovation architecturale comme signalés dans le tableau 1 récapitulatif.

Tableau 1 – Répertoire des bodegas de l’appellation Somontano et de leur architecture

BODEGAS

SITE INTERNET

STYLE ARCHITECTURAL

Abinasa

www.bodegasabinasa.com

classique

Aldahara

www.aldahara.es

classique

Bal d’Isabena

www.baldisabena.com

classique

Blecua

www.bodegablecua.com

classique

Chesa

www.bodegaschesa.com

classique

Lalanne

www.bodegaslalanne.com

classique

Meler

www.bodegasmeler.com

classique

Montessa

www.montessabodegas.com

classique

Osca

www.bodegasosca.com

classique

Raso Huete

www.bodegasrasohuete.com

classique

Sers

www.bodegassers.es

classique

Villa d’Orta

www.quebodega.es/bodegas/villa-dorta.htm

classique

Vinas del Vero

www.vinasdelvero.es

classique

Alodia

www.alodia.es

original

Ballabriga

www.bodegasballabriga.com

original

De Beroz

www.deberoz.com

original

El Grillo y la Luna

www.docelunas.es

original

Enate

www.enate.es

original

Estada

www.bodegasestada.com

original

Fabregas

www.bodegasfabregas.com

original

La Sierra

www.bodegaslasierra.es

original (couleur)

Monclus

www.inesdemonclus.com

original

Monte Odina

www.monteodina.com

original

Obergo

www.obergo.es

original

Olvena

www.bodegasolvena.com

original

Otto Bestué

www.bodega-ottobestue.com

original

Pirineos

www.bodegapirineos.com

original

Irius

www.bodegairius.com

iconoclaste

Laus

www.bodegaslaus.com

iconoclaste

Dalcamp

www.castillodemonesma.com

non trouvé

Mipanas

www.bodegamipanas.com

non trouvé

Sentif

www.sentif.net

non trouvé

Sierra de Guara

www.bodegassierradeguara.es

non trouvé

Valdovinos

www.bodegasvaldovinos.com

non trouvé

16Comme le montre le domaine Vinas del Vero, (fig. 2), de manière classique, les domaines de Somontano marquent le paysage par des bâtiments en forme de hangars, ce sont des chais soigneusement rénovés ou construits dans l’esprit d’une architecture très traditionnelle de bâtiments agricoles, avec des murs aux pierres apparentes, des toits à deux pans couverts de tuiles ocres, des ouvertures de tailles moyennes.

17Viennent ensuite des constructions un peu plus originales, où dominent les formes cubiques, comme à Enate, (fig. 2), les étages de différents volumes, les grandes ouvertures qui se signalent mieux au passage du visiteur. Parmi ces 17 domaines à l’approche assez particulière s’en distinguent 2 qui constituent une vision iconoclaste de l’architecture des chais viticoles, Laus et Irius, (fig. 3 et 4).

Fig. 2 – À gauche la bodega Enate, au design cubique plutôt original et à droite, à l’aspect plus classique, la bodega Vinas del Vero, (Somontano, Espagne) (Rouvellac, 2012)

Fig. 2 – À gauche la bodega Enate, au design cubique plutôt original et à droite, à l’aspect plus classique, la bodega Vinas del Vero, (Somontano, Espagne) (Rouvellac, 2012)

Fig. 3 – Vues de la bodega Laus dans le Somontano, (Espagne) (Rouvellac, 2012)

Fig. 3 – Vues de la bodega Laus dans le Somontano, (Espagne) (Rouvellac, 2012)

Fig. 4 – Vues de la bodega Irius dans le Somontano, (Espagne) (Rouvellac, 2012)

Fig. 4 – Vues de la bodega Irius dans le Somontano, (Espagne) (Rouvellac, 2012)

18Somontano ne communique guère sur les terroirs viticoles et n’a jamais eu recours à cette notion d’un point de vue culturel. Il existe une étude poussée des sols de l’appellation, très bien illustrée, mais à destination d’un public déjà averti, (Badia Villas, 2006), étude qui pourrait être considérée comme une approche agronomique du terroir, mais le mot n’y est pas employé. Comme dans d’autres appellations de la planète, surtout dans le Nouveau Monde, Somontano fait davantage l’actualité grâce à l’architecture de certaines de ses bodegas qu’en communiquant sur les terroirs ou les vins de son appellation.

19Le patrimoine architectural classique et historique, lié à la vitiviniculture, n’est pas très développé dans l’appellation Somontano. La déprise rurale accélérée par les réformes agraires des années 1960 n’a pas non plus favorisé le maintien de celui-ci qui se situait dans des endroits reculés, aujourd’hui délaissés. La vigne est logiquement descendue de l’arrière-pays montagneux pour être plantée sur des glacis en pente douce aux pieds des Pyrénées, ou à proximité des fonds de vallée, plus faciles à mécaniser, plus aisés et plus proches à équiper pour l’irrigation, plus près du centre de décision local de Barbastro et de l’axe Barcelone-Saragosse, important à l’échelle inter-régionale.

20Pour signaler ce renouveau de la viticulture en suscitant l’attention du passant, s’inspirer d’un courant architectural venant essentiellement du Nouveau Monde constituait un défi relevé localement par des chais aux formes cubiques, aux arêtes vives, le but étant sans doute de couper l’horizon, de détonner au maximum. Quand le visiteur arrive à proximité d’Irius, c’est presque une « rencontre du troisième type » qu’il peut éprouver, comme à la vue d’une soucoupe extraterrestre.

21Cet effet recherché pique la curiosité, et la visite entraine la découverte du vignoble et la vente. Ce n’est plus le terroir qui est mis en avant, c’est la provocation paysagère, comme une affiche, une publicité de grande taille. L’appellation Somontano s’inspire de sa voisine et renommée Rioja, mais aussi du Nouveau Monde, initiateur de la tendance. Cette dernière commence à avoir des répercussions en France.

III – L’architecture iconoclaste comme entrée vitivinicole

  • 5 Philippe II d’Espagne ordonna d’arracher les vignes chiliennes en 1675, trop concurrentes, (l’histo (...)

22Dans les pays du Nouveau Monde, les bâtiments à forte valeur ajoutée n’existaient que peu, à part peut-être en Afrique du Sud, où la tradition viticole ne s’est jamais démentie, (à l’inverse du Chili par exemple)5, où l’architecture traditionnelle néo-coloniale domine dans les estates. Il ne faut pas oublier que des bâtiments d’exploitation très classiques existent aussi et forment la vitrine de Wine Cellars en Californie, de Michel Torino en Argentine, des bodegas Undurraga ou de l’historique Concha y Toro à Santiago du Chili.

23C’est dans le Nouveau Monde que ces premières « Cathédrales du vin » furent érigées. Au fur et à mesure de l’ouverture à la concurrence dans la deuxième partie du xxe siècle, pour remplacer les châteaux en vielles pierres inexistants et lutter contre la tradition si chère aux concurrents européens, les californiens (Opus One, Clos Pegase, Dominus Estate…) créèrent des caves d’architecture exceptionnelles avec des matériaux novateurs pour ce genre d’industrie. On peut y croiser des chais en forme de château fort médiéval, la palme revenant peut-être aux Argentins de la bodega Catena Zapata à Mendoza, en Argentine, en forme de pyramide précolombienne.

24Le Chili ne fait pas exception avec par exemple les colonnades aux pieds de ses vignes de Vina Indomita qui interpellent l’automobiliste entre Santiago et Valparaiso, (fig. 5). L’architecture cubique est là aussi largement exploitée, cherchant à établir une brisure avec les reliefs montagneux plus courbes, comme les bodegas Quintay ou Las Niñas, (fig. 6a et 6b).

Fig. 5 – La bodega Vina Indomita dans l’appellation Casablanca, (Chili) (Rouvellac, 2012)

Fig. 5 – La bodega Vina Indomita dans l’appellation Casablanca, (Chili) (Rouvellac, 2012)

Fig. 6a – Les bodegas Quintay, dans le Maipo, et « Las Niñas », dans la Colchagua, (Chili) (Rouvellac, 2012)

Fig. 6a – Les bodegas Quintay, dans le Maipo, et « Las Niñas », dans la Colchagua, (Chili) (Rouvellac, 2012)

Fig. 6b – La bodega « Las Niñas » illustre la volonté de se démarquer, en mettant en avant des femmes dans un milieu réputé masculin, (Chili) (Rouvellac, 2012)

Fig. 6b – La bodega « Las Niñas » illustre la volonté de se démarquer, en mettant en avant des femmes dans un milieu réputé masculin, (Chili) (Rouvellac, 2012)

25La tendance « archaitecturale »6 ne fait qu’arriver en France, et par exemple les Bordelais se laissent tenter, en gardant des formes moins perturbantes, mais avec des angles et des volumes qui tranchent sur le paysage et appellent le visiteur, (Schirmer, 2007), (fig. 7 et 8).

Fig. 7 – Les châteaux Faugères (Saint-Émilion) à droite, et le Pin (Pomerol) à gauche, dans le Bordelais (Rouvellac, 2012)

Fig. 7 – Les châteaux Faugères (Saint-Émilion) à droite, et le Pin (Pomerol) à gauche, dans le Bordelais (Rouvellac, 2012)

Fig. 8 – De nouveaux bâtiments à Cheval Blanc, Saint-Émilion, une vague de béton signée Christian de Portzamparc (Rouvellac, 2012)

Fig. 8 – De nouveaux bâtiments à Cheval Blanc, Saint-Émilion, une vague de béton signée Christian de Portzamparc (Rouvellac, 2012)
  • 7 À la même époque, G. Eiffel est resté dans l’architecture de bâtiments vitivinicoles en assurant la (...)

26Somontano s’est inspiré de tout près, dans la Navarre voisine à l’est se trouve la prestigieuse appellation de la Rioja qui rassemble sur un axe de Logroño (Rioja Alavesa) à Haro (Rioja Alta), sur 50 km, une dizaine d’installations à la fois ultra-modernes, futuristes, et spectaculaires. C’est une tendance qui puise même ses sources assez loin dans le temps puisque dans la Rioja, c’est G. Eiffel qui créa l’un des tous premiers chais dans les années 1890 pour la CVNE (Compañía Vitícola del Norte de España) à Haro7.

27Ces infrastructures essayent de s’intégrer à leur environnement, la Bodega Ysios en forme de vague veut épouser les crêtes de la Sierra Cantabrique, (fig. 9), ou dessinent des formes multi cubiques comme les Bodegas Darien et Antion. Certaines sont construites avec des matériaux non traditionnels comme le verre pour la Bodega Baigorri, du titane pour Marques de Riscal, (fig. 10), ou un mélange de bois et d’acier pour la Bodega Vina Real. Ces chais sont souvent l’œuvre d’architectes de renommée internationale tel J.-M. Pascual (Bodegas Antion à Elciego, Dinastia Vivanco à Briones, Darien à Logroño pour la Rioja, et Bodega Irius à Barbastro dans l’appellation Somontano, en 2008). Parfois ce sont des locaux comme les concepteurs de la Bodega Laus en 2003, du cabinet Rambla Cebollero Arquitecto situé à Barbastro.

Fig. 9 – Bodega Ysios dans la Rioja, (Espagne). (Rouvellac, 2012)

Fig. 9 – Bodega Ysios dans la Rioja, (Espagne). (Rouvellac, 2012)

Fig. 10 – Bodega Marques de Riscal dans la Rioja, (Espagne). (Rouvellac, 2012)

Fig. 10 – Bodega Marques de Riscal dans la Rioja, (Espagne). (Rouvellac, 2012)

28Cette tendance ne se nourrit pas tout le temps d’architecture iconoclaste comme à Irius ou Laus, elle inspire dans des variantes toujours avant-gardistes mais plus consensuelles un bon nombre de bodegas de Somontano. Hors des sentiers battus des bâtiments traditionnels de la maison plus ou moins bourgeoise, ces chais abritent salles de dégustation et de vente, sur lesquelles est adossé le chai de vinification, d’embouteillage et de stockage.

29Beaucoup de ces bâtiments qui se veulent voyants, produits d’appel, misent sur les formes cubiques comme nous l’avons vu à Somontano. Certains investissent de façon récurrente sur les pièces d’eau artificielles et juste décoratives, thème mondialisé : certains estates d’Afrique du Sud comme Dornier à Stellenbosch jouent aussi dans leur communication avec un étang artificiel qui jouxte le chai, et qui du dire même des propriétaires, ne sert qu’à l’ornement (fig. 11).

Fig. 11 – Le chai de l’estate Dornier près de Stellenbosch en Afrique du Sud.

Fig. 11 – Le chai de l’estate Dornier près de Stellenbosch en Afrique du Sud.

Le plan d’eau, purement décoratif, souligne la construction par son reflet en même temps que les ondulations de la toiture tentent de rappeler celles des montagnes en arrière plan. (Rouvellac, 2009)

30Cette stratégie ne mise pas, ou compte peu, sur la vision classique des terroirs viticoles comme vitrine de la production. Les chais, salle de dégustation et de vente sont associés à une mise en scène culturelle, à travers l’architecture particulière des bâtiments, mais aussi souvent à travers l’organisation d’expositions, de conférences. Ces domaines viticoles s’accompagnent de restaurant, d’hôtellerie, de musée, d’œnothèque…

  • 8 Par exemple le Prix national de l’œnotourisme est de distinguer des démarches individuelles ou coll (...)

31Visant une clientèle assez aisée, ce nouveau tourisme vigneron permet de viser des revenus supplémentaires en complément de la vente du vin et représente des arguments marketing de poids. L’œnotourisme connaît un engouement à travers la création de routes des vins, des prix d’œnotourisme8, un engouement dans une situation économique de plus en plus tendue, où la mise en scène du patrimoine, alliant tradition vitivinicole et architecture, activités inattendues devient un argument économique de premier ordre, (Lignon-Darmaillac, 2009).

32Nous avons oublié le terroir, passé au dernier plan devant le poids de la communication et du marketing dans des domaines qui peuvent y investir au point de presque faire reculer le vin au rang de prétexte, d’alibi culturel (au sens noble du terme). Ceci permet de mettre en valeur une mise en scène touristique, patrimoniale, où se mêlent la viticulture à travers des paysages, le vin à travers des chais à architecture avant-gardiste, des manifestations culturelles et/ou festives, de l’hôtellerie… Bref, nous avons presque affaire à un concept d’œnotourisme intégré, où tout est pris en compte, de la fabrication du raisin à la valorisation du vin par tous les chemins possibles de l’imagination.

33Nous sommes passés de la communication se voulant objective jusqu’au déterminisme, à base de géologie à la communication historique enjolivée, voire transformée, pour arriver à la communication intégrale, quitte à oublier le vin lié au terroir.

34Il peut même se glisser une typologie des bâtiments qui traverse ce monde viticole. On y trouve l’originalité à tout prix comme à Marques de Riscal, ou bien avec la Bodega Indomita très connue au Chili pour son volume imposant, (fig. 5), son architecture néocoloniale à colonnes, sa couleur blanche qui tranche sur le paysage, les lettres du domaine surdimensionnées, telles une publicité lumineuse d’entrée d’agglomération…

35Les formes cubiques comme à Irius se répètent souvent, mais de manière moins provocatrice, voulant simplement se détacher des courbes du relief avoisinant et donnant souvent des chais en formes parallélépipédiques, comme les bodegas Quintay, Las Niñas au Chili, (fig. 6), ou le château Faugères dans le Saint-Émilion Bordelais, (fig. 7). À l’inverse, chercher, faussement, à se fondre dans le paysage en prétendant en reproduire les courbes est une tendance qui se retrouve à Ysios dans la Rioja comme à Dornier en Afrique du Sud, (fig. 9 et 11). Certains chais cherchent à s’enterrer, comme Vinas Real dans la Rioja ou la bodega Estada dans le Somontano. D’autres jouent sur le mimétisme avec le tonneau, grâce à des bâtiments circulaires, comme toujours Vinas real (Rioja), ou Clos Apalta au Chili, ou encore la cave des Vignerons du Vallon, dans l’AOC Marcillac (Aveyron).

36Vouloir des lignes épurées, donnant de longues perspectives et une idée de trompe l’œil, à l’image par exemple des gratte-ciel du quartier de la Défense à Paris, constitue aussi une mode qui touche autant la Napa Valley avec Dominus Estate que le Somontano avec la bodega Laus. Enfin, se rattacher à des dimensions historiques est une constante, en imitant des châteaux médiévaux ou les pyramides précolombiennes, ou en singeant l’antiquité comme à la Darious winery toujours dans la Napa Valley.

Conclusion

37Tout ceci peut-il conduire à une « disneylandisation » du vitivinicole et par glissement, des terroirs ou des pysages ? Cette monumentalisation des bâtiments œnologiques ne connaît pas de limites surtout dans les pays du Nouveau Monde, où la fameuse Napa Valley californienne est parfois qualifiée de « parc viticole », (Vanneph, 2012).

38« Le vin est devenu une entreprise du spectacle où tout doit être mis en scène. Cette évolution souligne combien l’image du vin a changé. Du statut de produit de consommation, le vin est passé à celui d’objet culturel, symbole d’un art de vivre, pour devenir la proie de spéculateurs de tout poil. « De plus en plus, il me semble que l’architecture détourne l’attention de l’important – le vin – et de l’essentiel – la vigne. Je ne veux pas participer à ce mouvement là », lâche C. Moueix, gérant de Pétrus, mythique cru de Pomerol, également propriétaire de Dominus en Californie. » (Gasparotto et al, 2012).

39Traditionnel en France, le gérant de Pétrus sacrifie à la nouvelle tendance architecturale aux États Unis. L’Europe, et a fortiori la France, se laisse plus tenter, pour l’instant, par une valorisation des bâtiments existants à travers des manifestations culturelles, quitte à risquer de n’attirer qu’une clientèle jugée intellectuelle, ainsi par exemple le Château Lacoste en Provence qui propose de découvrir les paysages dans lesquels s’enchâssent ses vignes, puis de déguster ses vins, à travers un parcours où des architectes et des artistes exposent leurs œuvres. La communication à travers l’architecture des chais s’appuie d’abord sur le territoire plus que sur le terroir. Découverte des paysages et du patrimoine local, expositions, performances artistiques, concerts, restauration, hôtellerie, la palette du savoir vendre s’étend bien au-delà du terroir aujourd’hui. Le hiatus entre la littérature grise, étudiant jusqu’à l’échelle microscopique les relations compliquées entre la nature et la qualité d’un vin, et la façon dont ces recherches sont vulgarisées s’agrandit. C’est au prix d’une certaine dilution de la notion de terroir que les amateurs sont attirés, bien que l’œnotourisme permette aux viticulteurs de prendre conscience de leur enracinement dans un territoire, des qualités potentielles de leurs terroirs.

Haut de page

Bibliographie

Badia Villas D., Los suelos de los viñedos de la denominación de origen Somontano, Zaragoza, Prensas universitarias de Zaragoza, 2006, 205 p.

Casamayor P., Vignes et vignerons du soleil, Éd. De Fallois, Paris, 1994, 345 p.

Gasparotto L. et al, L’ivresse des sommets, journaux « Le Monde » et « la revue des vins de France », 2012, p. 97-116.

Hinnewinkel J.-C., Les terroirs viticoles – origines et devenirs, Éd. Féret, Bordeaux, 2004, 228 p.

Lignon-Darmaillac S., L’œnotourisme en France, nouvelle valorisation des vignobles, Éd. Féret, Bordeaux, 2009, 255 p.

Maby J., « Paysage et imaginaire : l’exploitation de nouvelles valeurs ajoutées dans les terroirs viticoles », Annales de géographie, n° 604, 2001, p. 198-211.

Rouvellac E., « Les terroirs de l’aire AOC Cahors, étude géographique », in Des campagnes vivantes, un modèle pour l’Europe. CESTAN, IGARUN, Nantes, 2000, p. 515-532.

Rouvellac E., Les terroirs du vin de Cahors, Presses Universitaires de Limoges, Limoges, 2005, 254 p.

Rouvellac E., « Les terroirs de l’aire AOC Bergerac », in Terroirs viticoles 2006, actes du VIe congrès international sur les terroirs viticoles, ENITA de Bordeaux, Syndicat AOC Coteaux du Languedoc, Bordeaux, Montpellier, 2 vol., 2006, p. 491-496.

Rouvellac E., « Le concept de terroir, existence, définition et adéquation avec la viticulture », Historiens et Géographes, n° 404, 2008, p. 79-90.

Rouvellac E. et al., « Entre terroir et territoire. La renaissance du vignoble sud-africain ». L’Espace géographique, t. 40, n° 4, 2012, p. 337-351.

Rouvellac E. et al., (sous presse), Les évolutions des représentations du vin sud africain dans le contexte post apartheid, Actes du colloque : « Les territoires du vin », Angers, 2013, 11 p.

Schirmer R., Les vignobles et leurs patrimoines : cépages, architectures et paysages au cœur de la mondialisation, Colloque international : « Héritages et trajectoires rurales en Europe », Montpellier, 2007, 18 p.
http://halshs.archivesouvertes.fr/docs/00/44/21/83/PDF/Vignobles_patrimoines

Vanneph A., in « Tourisme du vin », Ecologik, n° 27, 2012, p. 63-92.

Haut de page

Notes

1 Le post moderne est une critique du modernisme, s’inscrivant en faux contre son incarnation positiviste comme la modélisation par exemple. Le post moderne, en géographie comme en général, met en avant un relativisme intégral, voulant par exemple que la qualité d’un vin soit liée uniquement à l’environnement socio culturel, valorisant les approches anthropologiques ou ethnographiques de l’espace, pour étudier les productions, les expériences, les représentations, (Jencks, 1975 ; Brunet, 2004).

2 Le terme est employé ici comme une partie de territoire homogène à tous les points de vue, culturaux comme culturels, (Rouvellac, 2008), vision qui englobe celle par exemple de J.-C. Hinnewinkel (2004), qui conçoit le terroir surtout comme une construction sociale ou celles de l’INAO ou de l’OIV qui se réfèrent à : « un espace sur lequel se développe un savoir collectif, des interactions entre un milieu physique et biologique identifiable et les pratiques qui confèrent des caractéristiques distinctives aux produits originaires à cet espace », (OIV, 2010).

3 Cartographie des terroirs et hiérachisation de l’AOC Cahors (1992-2000, dir. E. Rouvellac). Cartographie des terroirs des AOC Bergerac (2002-2006, dir. E. Rouvellac). Projet européen REVITAL cité ci-après (2002-2006, dir. E. Rouvellac et al.). Terres blanches, vins noirs ou terroirs ? L’utilisation et la représentation des terroirs viticoles dans le vignoble sud-africain, (2007-2009, dir. E. Rouvellac), dans le CE2R : « Gestion sociopolitique de l’environnement dans les pays du sud », (dir. S. Guyot). Recherches sur le vignoble de Banyuls Collioure, (Pyrénées Orientales), étude des terroirs et des paysages viticoles, (depuis 2009, dir. E. Rouvellac). Programme ECOS-Sud n° C11H3, (dir. R. Schirmer), les paysages du vignoble chilien : entre enracinement, intégration de nouveaux modèles et discours sur la vigne et le vin, (2012-2014).

4 Travaux de recherches menés lors du projet européen REVITAL dans le cadre du programme INTERREG SUDOE IIIB, 2002-2006.

5 Philippe II d’Espagne ordonna d’arracher les vignes chiliennes en 1675, trop concurrentes, (l’histoire se répète toujours un peu), se qui plongea le vignoble dans le marasme jusqu’à la fin du xixe siècle. Et de 1938 à 1974, les gouvernements chiliens limitèrent la plantation et la production à 60 l de vin par habitant pour lutter contre l’alcoolisme.

6 Jeu de mot assumé par le site « http://archaitecture.over-blog.com » consacré aux initiatives architecturales en milieu vitivinicole

7 À la même époque, G. Eiffel est resté dans l’architecture de bâtiments vitivinicoles en assurant la construction métallique des chais de l’apéritif Byrrh, à Thuir dans les Pyrénées-Orientales.

8 Par exemple le Prix national de l’œnotourisme est de distinguer des démarches individuelles ou collectives, exemplaires, contribuant à la promotion de celui-ci.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les différentes architectures des bodegas de l’appellation Somontano
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/444/img-1.png
Fichier image/png, 399k
Titre Fig. 2 – À gauche la bodega Enate, au design cubique plutôt original et à droite, à l’aspect plus classique, la bodega Vinas del Vero, (Somontano, Espagne) (Rouvellac, 2012)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/444/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 3 – Vues de la bodega Laus dans le Somontano, (Espagne) (Rouvellac, 2012)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/444/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 4 – Vues de la bodega Irius dans le Somontano, (Espagne) (Rouvellac, 2012)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/444/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 5 – La bodega Vina Indomita dans l’appellation Casablanca, (Chili) (Rouvellac, 2012)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/444/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 6a – Les bodegas Quintay, dans le Maipo, et « Las Niñas », dans la Colchagua, (Chili) (Rouvellac, 2012)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/444/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 6b – La bodega « Las Niñas » illustre la volonté de se démarquer, en mettant en avant des femmes dans un milieu réputé masculin, (Chili) (Rouvellac, 2012)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/444/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 7 – Les châteaux Faugères (Saint-Émilion) à droite, et le Pin (Pomerol) à gauche, dans le Bordelais (Rouvellac, 2012)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/444/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 8 – De nouveaux bâtiments à Cheval Blanc, Saint-Émilion, une vague de béton signée Christian de Portzamparc (Rouvellac, 2012)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/444/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 9 – Bodega Ysios dans la Rioja, (Espagne). (Rouvellac, 2012)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/444/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 10 – Bodega Marques de Riscal dans la Rioja, (Espagne). (Rouvellac, 2012)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/444/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 11 – Le chai de l’estate Dornier près de Stellenbosch en Afrique du Sud.
Légende Le plan d’eau, purement décoratif, souligne la construction par son reflet en même temps que les ondulations de la toiture tentent de rappeler celles des montagnes en arrière plan. (Rouvellac, 2009)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/444/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Rouvellac, « La dissolution des terroirs et des territoires viticoles dans l’architecture des domaines viticoles », Sud-Ouest européen, 36 | 2013, 85-96.

Référence électronique

Éric Rouvellac, « La dissolution des terroirs et des territoires viticoles dans l’architecture des domaines viticoles », Sud-Ouest européen [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 18 septembre 2014, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/444 ; DOI : 10.4000/soe.444

Haut de page

Auteur

Éric Rouvellac

Maître de conférences en géographie, Université de Limoges – UMR CNRS 6042 GEOLAB, eric.rouvellac@unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals