Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Notes bibliographiquesJeux de nature, natures en jeu. D...

Notes bibliographiques

Jeux de nature, natures en jeu. Des loisirs aux prises avec l’écologisation des sociétés

Jean-Paul Callède
p. 189-190
Référence(s) :

L. Ginelli, Jeux de nature, natures en jeu. Des loisirs aux prises avec l’écologisation des sociétés, PIE Peter Lang, coll. « EcoPolis », 2017, 238 p.

Texte intégral

1Comme le souligne Jean-Louis Fabiani dans sa préface (p. 13-15), « l’affrontement des représentations de la nature et la référence à la science écologique sont devenus des caractéristiques centrales de la concurrence pour les usages du territoire » (p. 14). Or le constat, très présent dans le débat public, a-t-il déjà fait l’objet de recherches approfondies ? Ce n’est pas certain. Une première originalité de ce livre, tiré d’une thèse de sociologie soutenue en 2015, est d’analyser avec rigueur le « processus d’écologisation des loisirs de nature » à partir de deux sites d’exception : les calanques de Marseille et le bassin d’Arcachon. Ces sites mettent en présence plusieurs groupes d’acteurs dont les pratiques, les discours, les formes et les niveaux de cohabitation sont loin d’engendrer le consensus. L’autre originalité tient à l’inscription de ce travail empirique dans un cadre théorique qui associe le pragmatisme et la sociologie des mœurs de Norbert Elias (voir introduction générale, p. 23-24 et chap. 2, p. 54-60). La thèse défendue prend le contrepied des habitudes de pensée puisqu’il s’agit de produire d’abord une analyse des loisirs de nature en tant que tels, ayant leur logique propre. Ces loisirs sont confrontés à des « effets de cadrage » induits par des inflexions extérieures produites par la société, des « normalisations écologiques », sans oublier les effets liés aux « situations de co-présence au quotidien » ou encore les conflits d’usages qui opèrent sur tel ou tel lieu de pratiques de loisir plurielles. Le processus s’accompagne alors, chez les adeptes de loisirs de nature, de « positionnements », qui sont analysés avec minutie. Cartes, schémas, illustrations photographiques, extraits des carnets d’observation accompagnent une langue claire et précise. L’ouvrage est structuré en trois parties. La première traite de « l’expérience des loisirs de nature » (p. 25-61). La suivante restitue les « expériences socio-environnementales du bassin d’Arcachon et des calanques de Marseille » (p. 63-145). Sur ces deux territoires « aux trajectoires comparables », il s’agit d’analyser une pluralité d’expériences qui vont des chasses anciennes, situées entre « tradition » et investissement urbain de la nature, à des expériences qualifiées de « sportivisées » : chasse à l’arc, chasse sous-marine et kayak de mer. La troisième et dernière partie s’intitule « Écologisation(s). De l’exemplarité écologique à la surenchère » (p. 147-210). Comment les normalisations écologiques travaillent-elles les loisirs de nature ? Quels en sont les registres cognitifs et les modalités concrètes ? Enfin, question plus difficile à traiter : quelles sont leurs conséquences, observables ou mises en avant par l’enquêteur, sur les expériences socio-environnementales et la cohésion des collectifs d’usagers ? Ici, la fréquentation de deux « espaces protégés » inclus dans les deux terrains d’enquête est privilégiée : le parc national des Calanques et la réserve naturelle d’Arès et Lège-Cap Ferret sur le bassin d’Arcachon. Dans la conclusion générale (p. 211-222), l’auteur ouvre une perspective majeure et stimulante. De la critique radicale d’hier (l’écologie politique étudiée par Alain Touraine et son équipe) à la modernisation écologique (combinant dynamisme économique et expertise scientifique), faut-il explorer, voire inventer des formes moins clivantes que les « entreprises écologiques actuelles » ? Ludovic Ginelli en appelle à un renouvellement de « certains champs de réflexion et d’action » (p. 222). Certes, le domaine des possibles est immense mais, à l’évidence, les « loisirs de nature » en sont partie intégrante.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Callède, « Jeux de nature, natures en jeu. Des loisirs aux prises avec l’écologisation des sociétés »Sud-Ouest européen, 45 | 2018, 189-190.

Référence électronique

Jean-Paul Callède, « Jeux de nature, natures en jeu. Des loisirs aux prises avec l’écologisation des sociétés »Sud-Ouest européen [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 24 mai 2019, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/soe/4449 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.4449

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Callède

CNRS (GEMASS, université Paris IV)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search